La division chez les chrétiens

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par hussard » jeu. 29 oct. 2015, 13:56

Bonjour Gerardh,

aux dernières nouvelles, le Saint-Esprit (Dieu) n'agit pas directement dans le monde mais il entend bien que son royaume ne se fasse qu'à travers nous. La Grâce de Dieu ne passe que par le médiateur unique, Jésus-Christ, lequel a institué lui-même d'autres médiateurs (les 12 apôtres, puis ses disciples). Dieu n'agissant qu'à travers l'homme, il faut nécessairement que ce soit ordonné et hiérarchique, comme toute institution humaine.

Comment imaginer un seul instant que depuis 2000 ans la Foi aurait pu être conservée intacte sans Magistère ? Toutes les hérésies dérivées du catholicisme en sont la preuve formelle.
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Bénédictions
Censor
Censor
Messages : 194
Inscription : mer. 12 mars 2014, 16:21
Conviction : Chrétien indépendant, non catholique

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Bénédictions » jeu. 29 oct. 2015, 18:19

J'espère être un disciple du Christ, beaucoup de signes me font penser que je le suis. En tous cas, je suis sauvé grâce à ma foi mais ça n'a rien à voir.
Je ne vois pas trop ce qu'apporte de concret une hiérarchie. L'important pour moi est moins de ne pas me tromper intellectuellement en matière de morale que de prier et lire la Bible. Je ne suis pas catholique personnellement et pourtant la contraception est une chose qui est contraire à mon idéal. L'Église ne me l'a pas appris. La vie des saints catholiques peut être édifiante, mais celle de missionnaires protestants aussi. Les musulmans par exemple n'ont pas de chef suprême, ils n'ont pas disparu pour autant.


[Le Christ prend la maj.]

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7144
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: La division chez les "chrétiens"

Message non lu par Anne » sam. 31 oct. 2015, 5:56

gerardh a écrit :________

Bonjour Anne,

Un forum de discussions n'est pas une thèse de doctorat :
Si, pour vous, donner la source d'une affirmation à fort potentiel conflictuel s'apparente à soutenir une thèse... vous avez un problème. Il ne nous restera donc qu'à tolérer ensuite des affirmations comme de quoi les cathos sont cannibales et autres niaiseries du même acabit. :roule:

Perso, je n'ai nullement l'intention de laisser passer ce genre de manœuvre (voulue ou non) dans cette section (ou ailleurs dans la Cité) qui consiste à affirmer gratuitement en espérant qu'il en restera toujours bien quelque chose dans l'inconscient collectif ou que, souffrant d'écoeurite aiguë, personne ne relèvera l'erreur...

Que ça serve d'exemple et qu'on se le tienne pour dit.

(Vous le prenez "personnel" ou pas : c'est au choix).
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7144
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Anne » sam. 31 oct. 2015, 6:10

Bénédictions a écrit : Les musulmans par exemple n'ont pas de chef suprême, ils n'ont pas disparu pour autant.
Vous semblez présumer que l'islam est un tout monolithique... Il y existe différents courants, tout comme dans le christianisme.

N'en profitons pas, cependant, pour faire dévier le sujet vers cette "religion".

Néanmoins, le fait de posséder "un chef suprême" permet d'avoir une continuité et une constance dans l'enseignement/conservation qui évitent justement l'éparpillement vers le tout, le rien, le pas grand'chose et le grand n'importe quoi comme on peut le voir chez, je sais pas moi, disons, à titre d'exemple, les "réformes", "protestantismes" et autres hérésies. (En passant, cette discussion a déjà eu lieu ailleurs dans la Cité : si le sujet vous passionne, vous pouvez effectuer une recherche).
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par hussard » lun. 02 nov. 2015, 14:45

Bénédictions a écrit :Je ne vois pas trop ce qu'apporte de concret une hiérarchie.
1- Dans toute institution humaine, il faut un chef. C'est une constante. L'anarchie n'est pas une forme de gouvernement : c'est l'absence de gouvernement. Qui dit unité, dit chef. Qui dit "règle à conserver" dit : "autorité pour l'énoncer & pour la conserver". Il n'est pas possible que tous les hommes trouvent par eux-même la vérité (tout le monde n'en est pas capable), & la conservent. Il y aura forcément des hommes qui trahiront la vérité, & qui inciteront les autres à faire de même : s'il n'y a aucune autorité, qui pourra savoir à quelle doctrine se vouer ?
2- Dieu lui-même ne s'est pas révélé à tous en même temps, mais a choisi un homme (Abraham) & sa lignée pour se révéler personnellement à eux. Il a instauré une hiérarchie de fait entre cet homme (privilégié) les autres.
3- Jésus-Christ a lui-même choisi un petit groupe de douze hommes (les apôtres) parmi tous ses contemporains (au lieu de s'adresser à une foule uniforme, sans faire de distinctions, il en a élevé douze auprès de lui, "qui siégeront sur douze trônes pour juger toutes les nations". Si ce n'est pas une hiérarchie, je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus...
4- Jésus-Christ a choisi l'un des douze pour être le chef de Son Eglise (Pierre).
5- Tous les apôtres ont reconnu l'autorité de Pierre, même après l'Ascension de Jésus-Christ (cf. actes des apôtres, suprématie de l'autorité de St Pierre par exemple dans le conflit sur la circoncision des gentils avec St Paul).

Avez-vous de réels arguments pour étayer un point de vue inverse ?
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Cinci » lun. 02 nov. 2015, 15:52

Chesterton écrivait :

«La tradition n'est pas autre chose que la démocratie étendue à travers le temps [...] La tradition signifie que l'on donne un bulletin de vote à la plus obscure des classes, nos ancêtres. Elle est la démocratie des morts. La tradition refuse de se soumettre à l'oligarchie étroite et arrogante de ceux qui ne font rien de plus que de se trouver en vie. Tous les démocrates protestent contre le fait que des gens soient disqualifiés par un accident, leur naissance; la tradition proteste contre le fait que des gens soient disqualifiés par un accident, leur mort. La démocratie nous demande de ne pas négliger l'opinion de quelqu'un de bien, même si c'est notre valet; la tradition nous demande de ne pas négliger l'opinion de quelqu'un de bien même si c'est notre père. En tout cas, je n'arrive pas à séparer les deux idées de démocraties et de tradition; il me semble évident qu'il s'agit d'une seule et même idée.

Source : Gilbert K. Chesterton, Orthodoxie, p.52


Question :
Est-ce qu'être soumis au pape est vraiment une union plus fondamentale ?
... plus profonde. Oui, c'est «plus fondamental», si vous voulez. Je l'évoquais plus haut avec le texte du cardinal Journet. Et Chesterton dit la même chose à sa façon.
Dernière modification par Cinci le lun. 02 nov. 2015, 15:55, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Christophe67 » lun. 02 nov. 2015, 15:55

Anne a écrit :Vous semblez présumer que l'islam est un tout monolithique... Il y existe différents courants, tout comme dans le christianisme.

Les courants dans l'Islam. (Image svg , source wikipédia).

il y a de la matière !

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Christophe67 » lun. 02 nov. 2015, 16:07

Bénédictions a écrit :Je ne vois pas trop ce qu'apporte de concret une hiérarchie. L'important pour moi est moins de ne pas me tromper intellectuellement en matière de morale que de prier et lire la Bible.
Et bien justement, sans autorité qui établirait les limites en matière de morale ?
Sans cette même autorité, comment vous positionneriez-vous ?
Selon les critères de la majorité bien pensante ? Selon les critères du plus fort ? Celles des élites laïques et athées ? Vos critères ?

J'ai bien peur qu'avec ces références, les critères moraux ne soient voués à une fluctuation selon les désirs de chacun.


Cordialement.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Cinci » lun. 02 nov. 2015, 16:43

Brague :
En ce moment le pendule est dans la direction de la négation. Tout se passe comme si l'Occident était plongé dans une sorte de haine de soi qui envahit tout. Il envisage son propre passé non simplement comme contenant des crimes, ce qui constitue un trait commun à toute civilisation, mais comme une série ininterrompue de ceux-ci : la Conquête du Nouveau Monde, la colonisation de l'Afrique, l'exploitation capitaliste, la Shoah. Le «fardeau de l'homme blanc» dont Kipling a fait une scie, prend une coloration ironiquement amère. En contrepartie, il arrive à l'occidental de jeter un regard nostalgique sur d'autres civilisations, qu'il rêve innocentes, en tout cas à l'aune de sa propre culpabilité.

Nous avons appris depuis le XIXe siècle que le passé nous modèle bien plus profondément que nous en avons conscience. La science historique nous a appris à prendre de plus en plus au sérieux la phrase d'Auguste Comte :
  • «Les vivants sont toujours, et de plus en plus, gouvernés nécéssairement par les morts : telle est la loi fondamentale de l'ordre humain» (catéchisme positiviste, 1852).
Cela ne vaut pas uniquement pour le domaine de l'action humaine et de ses résultats. En biologie, Darwin, à partir d'une oeuvre publiée en 1859, sept ans après Comte, nous enseigne que nous sommes les héritiers d'un passé qui remonte en dernière analyse aux origines de la vie dans le «petit étang tiède» qu'il imaginait. L'astrophysique ajoute aujourd'hui : nous sommes les héritiers de toute l'histoire passée de l'univers. Notre corps est composé d'atomes qui apparurent il y a des milliards d'années. Le passé ne se contente pas de nous guider; il nous constitue comme ce que nous sommes.

[...]

Le révolutionnaire veut rompre avec le passé. Il refuse d'admettre que notre passé puisse influencer nos choix d'aujourd'hui. Pour citer la formule frappée par un Français à la veille de la Révolution : «Notre Histoire n'est pas notre code.» (Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne, Considérations sur les intérêts du tiers-état adressés au peuple des provinces par un propriétaire foncier, 1788)

Le révolutionnaire souhaite faire table rase du passé, recommencer à zéro.

Le président Mao Zedong déclarait que l'on ne pouvait faire un beau poème sans avoir une feuille de papier parfaitement blanche; il voulait écrire sur le matériau humain brut de la Chine la plus magnifique calligraphie sociale. C'est de ce point de vue que l'adjectif «traditionnel» a pris une valeur polémique qui sert à discréditer ce qui en est qualifié.

[...]

La vision du monde de ceux que l'on appelle les «bobos», depuis le groupe de Bloomsbury dans le Londres des années folles jusqu'à nos jours, répugne à tout ce qui est marqué de l'infamie d'être «traditionnel». Ceux que la tradition dégoûte ratifient, au besoin en le caricaturant, le choix fondamental de la Modernité en défaveur de tout ce qui est traditionnel.

En revanche, le même adjectif rend un son tout à fait laudatif et devient un puissant argument dans la stratégie publicitaire quand il qualifie un aliment et la façon dont il est préparé. Une baguette de pain doit avoir meilleur goût, et se vend plus cher, quand elle est cuite «selon la recette traditionnelle», et les bobos font la queue devant les boulangeries qui en proposent, sans savoir que leurs estomacs témoignent d'une nostalgie typique de la réaction.

Chez les philosophes, la tradition se présente aussi avec un visage de Janus. Au début de sa cruelle histoire de l'accession au pouvoir de Napoléon III, Marx écrit ainsi : «La Tradition de toutes les générations mortes pèse comme un incube ou un cauchemar sur le cerveau des vivants.» Méditant près d'un siècle plus tard sur l'origine de la géométrie, Husserl écrivit en revanche : «Le monde de la culture, sous toutes ses formes, existe par la tradition.» La tradition est à la fois un poids écrasant et un don qui nous livre tout ce qui a quelque valeur.

Source : R. Brague, Modérément moderne, Flammarion, 2014, p. 354

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par gerardh » lun. 02 nov. 2015, 23:20

________

Bonjour hussard, vous écrivez :
le Saint-Esprit (Dieu) n'agit pas directement dans le monde
Non , mais il agit directement dans tous les chrétiens ainsi que dans leur communauté qui est l'Eglise.
La Grâce de Dieu ne passe que par le médiateur unique, Jésus-Christ, lequel a institué lui-même d'autres médiateurs (les 12 apôtres, puis ses disciples).
Le NT nous enseigne qu'il n'y a qu'un seul médiateur, à savoir Jésus Christ
Comment imaginer un seul instant que depuis 2000 ans la Foi aurait pu être conservée intacte sans Magistère ? Toutes les hérésies dérivées du catholicisme en sont la preuve formelle.
La doctrine de Christ n'a pas été conservée intacte, avec ou sans Magistère. Mais le Saint Esprit est toujours le même.
Dans toute institution humaine, il faut un chef.
Oui mais l'Eglise n'est pas une institution humaine. Elle a pour Ched Jésus Christ, et pendant son absence, le Saint Esprit nous communique toutes choses.
Dieu lui-même ne s'est pas révélé à tous en même temps, mais a choisi un homme (Abraham) & sa lignée pour se révéler personnellement à eux. Il a instauré une hiérarchie de fait entre cet homme (privilégié) les autres.
Les croyants de l'AT avaient une vocation terrestre, tandis que ceux du NT une vocation céleste. dans ce contexte "un seul est votre conducteur, el Christ, et vous, vous êtes tous frères".
Jésus-Christ a lui-même choisi un petit groupe de douze hommes (les apôtres) parmi tous ses contemporains (au lieu de s'adresser à une foule uniforme, sans faire de distinctions, il en a élevé douze auprès de lui, "qui siégeront sur douze trônes pour juger toutes les nations". Si ce n'est pas une hiérarchie, je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus...
Il n'y a pas eu de succession apostolique. Par ailleurs les évènement futurs que vous citez ne s'appliquent pas aux chrétiens mais à des croyants qui viendront après eux.
Jésus-Christ a choisi l'un des douze pour être le chef de Son Eglise (Pierre).
Non
Tous les apôtres ont reconnu l'autorité de Pierre, même après l'Ascension de Jésus-Christ (cf. actes des apôtres, suprématie de l'autorité de St Pierre par exemple dans le conflit sur la circoncision des gentils avec St Paul).
En tant qu'apôtre l'autorité de Pierre était certaine, mais il ne se plaçait pas dans une position prééminente.


__

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3405
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Héraclius » lun. 02 nov. 2015, 23:40

Quel surprise Gérard ! Vous n'êtes pas catholique ? :p

Il faudrait m'expliquer la raison profonde qui vous a conduit à dévier du sujet pour nous refaire un petit cours d'écclésiologie protestante.

Vous ne donnez même pas d'argument, vous ne faites que lister vos croyances au sujet de l'Eglise, croyances que nous connaissons déjà. Ou est l'enjeu, ici ?

Moi aussi je peux donner dans l'affirmation.

"Gérard, votre vision de la Doctrine du Christ est un mélange de Sainte Tradition venant de l'esprit saint par l'Eglise catholique, et de diverses traditions humaines venant de différents réformateurs du 15ème siècle ayant évolué de diverses façon en fonction de l'influences de figures humaines ayant marqués l'évolution du protestantisme."


Dieu vous bénisse, :)


Héraclius -
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par Christophe67 » mar. 03 nov. 2015, 10:32

Héraclius a écrit :"Gérard, votre vision de la Doctrine du Christ est un mélange de Sainte Tradition venant de l'esprit saint par l'Eglise catholique, et de diverses traditions humaines venant de différents réformateurs du 15ème siècle ayant évolué de diverses façon en fonction de l'influences de figures humaines ayant marqués l'évolution du protestantisme."
Il existe d'autres variantes proposées sur ce site : http://www.1001cocktails.com/ :diable:


C'est comme être un "vrai chrétien", cela se résume t'il à monologuer constamment sans jamais écouter les arguments de l'autre, et de manquer de charité en le blessant constamment, dans sa foi, avec des propos hérétiques de "vrai chrétien" ?

Seigneur, pardonne moi de n'être qu'un pauvre publicain.

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par hussard » mar. 03 nov. 2015, 12:02

gerardh a écrit :il agit directement dans tous les chrétiens ainsi que dans leur communauté qui est l'Eglise.
Les différences fondamentales entre toutes les formes de protestantisme (l'erreur est multiple), catholiques, anglicans, etc. prouvent bien qu'apparemment, son action n'est pas si directe que ça. :-D
gerardh a écrit :Le NT nous enseigne qu'il n'y a qu'un seul médiateur, à savoir Jésus Christ
Un médiateur unique n'est pas contradictoire avec d'autres maillons inférieurs qui sont à leur tour des médiateurs inférieurs. C'est comme un entonnoir : toute l'eau passe forcément par le point unique de l'embout de l'entonnoir, mais pour y arriver, elle peut passer par une multitude de chemin au-dessus. Un autre exemple : de multiples affluents qui se jettent dans un unique fleuve. Le Christ est le passage obligatoire in fine, mais il y a une multitude de médiateurs par lesquels Il nous communique Sa grâce : nos parents, notre famille, nos amis, notre paroisse, notre curé, notre évêque, le Pape, etc. il s'agit d'une chaîne qui nous relie au Christ. Ça n'a rien de contradictoire avec le fait que le Christ soit le seul médiateur. De la même manière, toute paternité vient du Christ. Cela veut-il dire que nul autre ne peut revendiquer de participer à cette paternité ? Absolument pas : nos parents, ainsi que tous ceux qui exercent une autorité légitime ici-bas exercent une paternité qui elle-même vient du Christ.
gerardh a écrit :La doctrine de Christ n'a pas été conservée intacte, avec ou sans Magistère. Mais le Saint Esprit est toujours le même.
Ce que vous dites est totalement faux. La doctrine du Christ est intacte et transmise par la Sainte Eglise Catholique et Apostolique. Evitez de semer des accusations sans arguments : avez-vous un exemple de changement de la doctrine au sein du catholicisme ?
gerardh a écrit :Oui mais l'Eglise n'est pas une institution humaine. Elle a pour Chef Jésus Christ, et pendant son absence, le Saint Esprit nous communique toutes choses.
L'Eglise est bien évidemment une institution humaine ET divine. A l'image du Christ qui est pleinement homme et pleinement Dieu. L'Eglise, en tant qu'elle est constituée d'hommes, avec une hiérarchie humaine, est une institution humaine. Certes, elle a bénéficie de l'assistance du Saint Esprit, mais cela ne nie pas sa nature humaine.
gerardh a écrit :Les croyants de l'AT avaient une vocation terrestre, tandis que ceux du NT une vocation céleste. dans ce contexte "un seul est votre conducteur, el Christ, et vous, vous êtes tous frères".
Cela ne change rien au fait que Dieu ait choisi un seul peuple (élu) parmi les nations.
gerardh a écrit :
hussard a écrit :Jésus-Christ a lui-même choisi un petit groupe de douze hommes (les apôtres) parmi tous ses contemporains (au lieu de s'adresser à une foule uniforme, sans faire de distinctions, il en a élevé douze auprès de lui, "qui siégeront sur douze trônes pour juger toutes les nations". Si ce n'est pas une hiérarchie, je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus...
Il n'y a pas eu de succession apostolique. Par ailleurs les évènement futurs que vous citez ne s'appliquent pas aux chrétiens mais à des croyants qui viendront après eux.
De même, avez-vous un argument pour nier la succession apostolique ?
Il est totalement faux de dire que les le message de Jésus-Christ que je cite ne s'applique pas aux douze apôtres : il s'adresse directement à eux, et il leur confie 12 trônes : c'est-à-dire un par apôtre. Ça n'a aucun sens de prétendre le contraire.
Voici les deux passages du Nouveau Testament qui l'attestent :
Luc XXII:24-30 a écrit :Il s'éleva aussi parmi les apôtres une contestation : lequel d'entre eux devait être estimé le plus grand?
Jésus leur dit: Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. Qu'il n'en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert. Car quel est le plus grand, celui qui est à table, ou celui qui sert? N'est-ce pas celui qui est à table? Et moi, cependant, je suis au milieu de vous comme celui qui sert. Vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves ; c'est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur, afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, pour juger les douze tribus d'Israël.
Matthieu XIX:27-29 a écrit :Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre : alors, qu'est-ce qu'il y aura pour nous ? »
Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : quand viendra le monde nouveau, et que le Fils de l'homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m'avez suivi, vous siégerez vous-mêmes sur douze trônes pour juger les douze tribus d'lsraël.
gerardh a écrit :
hussard a écrit :Jésus-Christ a choisi l'un des douze pour être le chef de Son Eglise (Pierre).
Non
Matthieu XVI:18-19 a écrit :Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.
Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.
Ce que confirme le Catéchisme de l'Eglise Catholique :
Canon # 936 a écrit :Le Seigneur a fait de Saint Pierre le fondement visible de son Église. Il lui en a remis les clefs. L'évêque de l'Église de Rome, successeur de Saint Pierre, est le chef du Collège des évêques, Vicaire du Christ et Pasteur de l'Église tout entière sur cette terre.
Canon # 937 a écrit :Le Pape jouit, par institution divine, du pouvoir suprême, plénier, immédiat, universel pour la charge des âmes.
Vous pouvez contester la légitimité du Catéchisme de l'Eglise Catholique, mais étant sur un forum catholique, il fait incontestablement autorité, et nous ne discuterons pas ici de sa légitimité.

De plus, il est incontestable que le Christ a désigné Pierre comme un apôtre privilégié dans l'inauguration du Royaume offert par Dieu aux hommes.
Les évangiles nous montrent que Pierre était un homme solide, énergique, enthousiaste, impulsif. A partir de la Pentecôte, les Actes nous révèlent un Pierre rempli de conviction, courageux, absolument sans crainte, entraînant les onze dans son sillage. Enfin, on doit remarquer que chaque fois que le Nouveau Testament donne la liste des 12 apôtres, Pierre est cité en premier (Matthieu X:2-4, Marc III:16-19, Luc VI:14-16, Actes I:13).
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par gerardh » mar. 03 nov. 2015, 22:16

_________

Bonjour,

Héraclius, vous écrivez :
Il faudrait m'expliquer la raison profonde qui vous a conduit à dévier du sujet pour nous refaire un petit cours d'écclésiologie protestante
.

Je ne fais que répondre aux propos de Hussard, en présentant ce que je pense être la doctrine de Christ. Quant à l'ecclésiologie protestante, je ne sais pas ce que c'est.

Chistophe 67 ne souhaite pas qu'il y ait un dialogue entre lui et moi. Cependant en substance il m'écrit :
C'est comme être un "vrai chrétien", cela se résume t'il à monologuer constamment sans jamais écouter les arguments de l'autre, et de manquer de charité en le blessant constamment, dans sa foi, avec des propos hérétiques de "vrai chrétien" ?
En effet il ne faut pas monologuer constamment sans jamais écouter les arguments de l'autre. J'aurais bien envie de renvoyer le compliment à quelques uns, peu nombreux malgré tout, de mes interlocuteurs.

En tout état de cause je pense être relativement doux dans mes propos, de sorte que ces derniers, malgré leur imperfection, ne devraient pas être de nature à blesser mes interlocuteurs. La Bible nous exhorte en résumé à avoir des paroles de grâce, assaisonnées de sel. Je m'efforce à me conformer à cette attitude.


Hussard,

Vos messages ne me surprennent pas. Cela dit pensez-vous que notre dialogue puisse continuer ? En tout cas, si vous me le permettez, je vous répondrai un peu plus tard.


__________

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: La division chez les chrétiens

Message non lu par hussard » mer. 04 nov. 2015, 12:34

gerardh a écrit :Hussard,
Vos messages ne me surprennent pas. Cela dit pensez-vous que notre dialogue puisse continuer ? En tout cas, si vous me le permettez, je vous répondrai un peu plus tard.
Bonjour Gerardh,

il est logique que mon propos ne vous surprenne pas, & c'est rassurant étant donné qu'étant catholique, je ne fais que m'aligner sur la position doctrinale de l'Eglise catholique.

Le dialogue peut tout à fait exister, mais il ne peut pas consister à exiger de l'Eglise catholique qu'elle change son Magistère, étant donné (que du point de vue catholique) il est infaillible. On peut "dialoguer" sur ces points définis & fixés, mais il ne s'agira alors pour la partie catholique que de redire ce qui est déjà défini dans le Magistère. On peut par contre discuter et émettre des jugements contradictoires sur d'autres points que ceux déjà définis & fixés par le Magistère.
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités