Sur la fornication

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Ventlent
Barbarus
Barbarus

Sur la fornication

Message non lupar Ventlent » sam. 12 déc. 2015, 23:32

Bonjour,
J'ai effectué une recherche sérieuse du sens de la fornication dans la Bible. Le sens biblique n'a rien à voir avec ce que vous pensez ici.
La fornication dans la Bible n'a rien à voir avec une relation sexuelle !

"L’origine du terme latin fornicatio est de tordre et d’ériger en voûte. Une voûte est en architecture classique la base la plus solide pour créer une ouverture tout en supportant l’immeuble qui sera construit au-dessus. Par analogie avec les idées, une voûte est une idée que l’on tord, que l’on fausse, et à partir de laquelle on en érige d’autres pour bâtir un système d’idées en rapport. La fornication bâti un système d’idées sur des idées viciées (tordues) érigées dès le départ en voûtes. C'est-à-dire des idées connues comme étant viciées dès le départ, mais tout de même utilisée sciemment pour en faire passer d’autres. A force on peut se créer jusqu’à une conscience viciée, c'est-à-dire un jugement vicié sur toute chose, qui corrompt autour de soi les êtres et les choses, et soi-même."
Pour comprendre le sens de la fornication dans la Bible, il faut balayer toutes les utilisations de ce mot dans la néo vulgate pour éviter les anciennes erreurs de traduction. D’après l’Eglise catholique, la Vulgate, une version latine de la Bible, « est absolument exempte de toute erreur en ce qui concerne la foi ou les mœurs » Extrait de la Lettre encyclique de sa sainteté le pape Pie XII sur les études bibliques (cf. § 2 ; 24 ; 26).
Vous pouvez consulter cette recherche des sens vrais de la luxure et de la fornication sur : http://www.ant

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8512
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Fornication et culpabilité

Message non lupar PaxetBonum » lun. 14 déc. 2015, 10:23

Bonjour,
J'ai effectué une recherche sérieuse du sens de la fornication dans la Bible. Le sens biblique n'a rien à voir avec ce que vous pensez ici.
La fornication dans la Bible n'a rien à voir avec une relation sexuelle !
Cher Ventient,

Vous pouvez torturer le mot tant que vous voudrez, le terme de fornication parle bien de relations sexuelles désordonnées.
Effectivement il y a le sens de tordu de 'fornix' chambre voutée comme en avait les prostituées…

« Fuyez la fornication : quelque péché que l'homme commette, il est hors du corps, mais le fornicateur pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez de Dieu ? Et vous n'êtes pas à vous-mêmes ; car vous avez été achetés à prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps » (1 Corinthiens 6: 18-20)

Comprenez-vous qu'il faut fuir les architecture tordues ?
La phrase est clair : le fornicateur pèche contre son propre corps en l'utilisant mal des dans unions déshonnêtes.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Ventlent
Barbarus
Barbarus

Re: Fornication et culpabilité

Message non lupar Ventlent » dim. 03 déc. 2017, 12:50

Cher PaxetBonum,
Veuillez excuser cette réponse tardive...

La fornication tend à désagréger le corps formé de soi et de la femme à laquelle on est attaché, puisque l’homme et la femme à laquelle il est attaché forment un seul corps (cf. 1 Cor 6, 16). C’est pour cette raison que la fornication pèche contre l’unité interne de son corps ( = homme + sa femme) (cf. 1 Cor 6, 18), et aussi pour cette raison que la fornication est le seul péché qui autorise la séparation entre un homme et sa femme (Mt 19, 9), car autrement l’homme et sa femme ne doivent pas être séparés (Mt 19, 6 ; 1 Cor 7, 10). La fornication d’un des membres de l’unique Corps de Christ tend à désagréger l’unité du Corps du Christ (Rm 12, 5).

Vous voyez bien que la fornication divise l'unique Corps du Christ à cause de la perte de confiance donnée par les idées viciées provoquées par la fornication. Ce n'est pas des relations sexuelles désordonnées qui peuvent rompre l'unité d'un corps entendu comme une somme de plusieurs personnes dans le contexte d'où vous tirez à tort votre argument.

Le terme de fornication ne représenta jamais dans la bible des relations sexuelles. Donc le sens global de ces versets (1 Cor 6, 15 à 18) est que l’union sexuelle (avec la courtisane) tend à unir en un seul corps (v. 16), alors que la fornication tend à désunir les unions en un seul corps, que ce soit avec une femme (v. 16), ou désunir le Corps du Christ (v. 16), ou désunir l’union en un seul Esprit (v. 17).

Au vu de votre réponse, Je ne crois pas que vous ayez lu l'exégèse biblique du mot fornication sur http://anté-matière.fr/t2 - la fornication pour les nuls.html

Je vous souhaite une bonne journée.

Ventlent

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Sur la fornication

Message non lupar jovanni » lun. 04 déc. 2017, 13:32

On fait comment si on a pas envie de se marier? Plus le droit de fornication? Personnellement j'ai vu les dégâts que ça a causé sur mes proches et me marier c'est le dernier de mes souhaits!!
Il faut aussi rappeler que les victimes de violences sexuelles sont très souvent conjugales! D'ailleurs de récentes études attestent qu'environ 74% des violeurs connaissaient leur victime avant de passer à l''acte.

[Rappel : Mise à part la rubrique Apologétique, tous les sujets traités dans la Cité Catholique doivent l'être d'un point de vue exclusivement catholique (voir le Règlement). La Modération]

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2154
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Sur la fornication

Message non lupar Suliko » lun. 04 déc. 2017, 16:24

On fait comment si on a pas envie de se marier? Plus le droit de fornication? Personnellement j'ai vu les dégâts que ça a causé sur mes proches et me marier c'est le dernier de mes souhaits!!
C'est bien simple : si on ne veut ou ne peut se marier, on n'a pas de relations sexuelles ! Il ne saurait en aucun cas exister un droit au péché... Le fait d'éviter le péché ne cause en soi aucun dégât. Certes, la vie n'est pas toujours facile, mais s'éloigner du péché est toujours la bonne solution.

Quant aux violences conjugales, elles sont certes bien déplorables et condamnables, mais la notion de viol conjugal que vous évoquez est passablement problématique. Elle n'existe d'ailleurs que depuis quelques années dans le code civil des nations occidentales, conséquence de l'influence du féminisme sur le droit.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Sur la fornication

Message non lupar jovanni » lun. 04 déc. 2017, 16:47

C'est bien simple : si on ne veut ou ne peut se marier, on n'a pas de relations sexuelles ! Il ne saurait en aucun cas exister un droit au péché... Le fait d'éviter le péché ne cause en soi aucun dégât. Certes, la vie n'est pas toujours facile, mais s'éloigner du péché est toujours la bonne solution.
C'était pas déjà interdit la fornication dans les siècles passés, quand l’influence de l’église était suprême? J'ai pas vraiment trouvé de réponse en cherchant sur le net. La problème c'est qu'interdiction accompagne logiquement punition en cas de transgression, selon vous quelle serait la punition adéquate pour un péché tel que la sexualité hors mariage?
Quant aux violences conjugales, elles sont certes bien déplorables et condamnables, mais la notion de viol conjugal que vous évoquez est passablement problématique. Elle n'existe d'ailleurs que depuis quelques années dans le code civil des nations occidentales, conséquence de l'influence du féminisme sur le droit.
Oui heureusement que le viol conjugal a été reconnu, qui sait le nombre de femmes qui en ont été sauvées.. Navré mais je ne vois pas en quoi la notion est problématique ceci-dit. Un viol reste un viol. Après peut être que j'ai mal compris votre message? :s

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2154
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Sur la fornication

Message non lupar Suliko » lun. 04 déc. 2017, 17:07

La problème c'est qu'interdiction accompagne logiquement punition en cas de transgression
Qu'allez-vous chercher là ? Tout péché n'implique pas forcément une punition par les pouvoirs civils ! Par exemple, si vous mentez à vos parents, vous commettez un péché, peut-être même mortel, mais ce n'est pas pour autant que la police va vous mettre en prison pour cela...
Après peut être que j'ai mal compris votre message? :s
Non, vous n'avez pas mal compris...
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8512
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Sur la fornication

Message non lupar PaxetBonum » lun. 04 déc. 2017, 17:32

C'était pas déjà interdit la fornication dans les siècles passés, quand l’influence de l’Église était suprême?
La fornication a toujours et est toujours condamnée. Je ne comprends pas le sens de votre question.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Sur la fornication

Message non lupar jovanni » lun. 04 déc. 2017, 17:51

Qu'allez-vous chercher là ? Tout péché n'implique pas forcément une punition par les pouvoirs civils ! Par exemple, si vous mentez à vos parents, vous commettez un péché, peut-être même mortel, mais ce n'est pas pour autant que la police va vous mettre en prison pour cela...
C'était pas déjà interdit la fornication dans les siècles passés, quand l’influence de l’église était suprême?
La fornication a toujours et est toujours condamnée.
Je ne comprends pas le sens de votre question
Je voulais dire au niveau juridique. Que ce soit condamnable moralement va de soi, il suffit de connaitre les préceptes chrétiens pour le savoir! Mais vu que la la religion était aussi l'état jusqu'en 1905, je me demandais si jadis on pouvait encourir une sanction pour ce genre de pratique.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3432
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Sur la fornication

Message non lupar Kerniou » lun. 04 déc. 2017, 18:07

Si je ne m'abuse, au tout début du siècle, l'adultère féminin était puni par la loi et représentait un motif indiscutable de divorce pour faute en ce qui concerne la femme. En ce qui concerne l'homme et " la différence de nature", c'était, me semble-t-il, moins clair... A vérifier ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Milla
Censor
Censor
Messages : 66
Inscription : sam. 19 août 2017, 8:34
Conviction : incroyante

Sur la fornication

Message non lupar Milla » lun. 04 déc. 2017, 19:13

Bonsoir Suliko,
Quant aux violences conjugales, elles sont certes bien déplorables et condamnables, mais la notion de viol conjugal que vous évoquez est passablement problématique. Elle n'existe d'ailleurs que depuis quelques années dans le code civil des nations occidentales, conséquence de l'influence du féminisme sur le droit.
En quoi la notion de viol conjugal vous semble-t-elle problématique ?
Mais il n'avait rien éprouvé, rien du tout ; c'était comme déambuler dans un nouveau magasin, où son argent n'avait pas cours, où son coeur était resté froid, même quand il avait touché le bois, le plâtre et l'argile.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2154
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Sur la fornication

Message non lupar Suliko » lun. 04 déc. 2017, 22:09

En quoi la notion de viol conjugal vous semble-t-elle problématique ?
Elle n'a à ma connaissance aucun fondement dans le droit ecclésiastique, qui part du principe exposé par saint Paul : "Le corps de la femme n'est pas en sa puissance, mais en celle du mari; de même, le corps du mari n'est pas en sa puissance, mais en celle de sa femme." C'est ce que l'on appelle le devoir conjugal. Je ne vois donc pas comment on pourrait condamner juridiquement quelqu'un au motif de viol conjugal. Notez bien que je parle des sanctions légales et que je ne suis pas en train d'affirmer qu'il ne saurait jamais y avoir péché en ces matières (on pourrait parler de manque de délicatesse dans l'usage du mariage, voire pire, mais cela ne relève pas à mon sens du pénal, et c'est bien ainsi que le comprenaient les Occidentaux jusqu'à peu...Lorsque Balzac, dans sa "Physiologie du mariage", écrivait qu'il faut éviter de commencer le mariage par un viol, il ne suggérait pas par là qu'un tel époux devrait être à proprement parler qualifié de violeur et traîné devant les tribunaux, il voulait juste faire comprendre que certains actes pouvaient fortement nuire à l'harmonie conjugale.)
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
Milla
Censor
Censor
Messages : 66
Inscription : sam. 19 août 2017, 8:34
Conviction : incroyante

Re: Sur la fornication

Message non lupar Milla » mar. 05 déc. 2017, 7:15

Bonjour Suliko,

Je me demande - vraie question ! - quelle est la portée de ce qui est énoncé ici par Paul.
Par exemple, je n'ai jamais entendu dire que puisque "le corps de la femme n'est pas en sa puissance, mais en celle du mari", celui-ci a le droit de la gifler ou de la brûler avec des cigarettes sans devoir craindre aucune sanction légale. J'en déduis que cela ne s'applique qu'aux relations sexuelles et a toujours été compris comme énonçant le devoir conjugal ? Est-ce sous l'influence de l’Église catholique (et/ou en accord avec elle) qu'on en parle (en a parlé) comme d'une notion juridique et pas seulement morale ?

L'incohérence, pour moi : si le viol est, comme le dit le CEC, "l’entrée par effraction, avec violence, dans l’intimité sexuelle d’une personne" et par là une "atteinte à la justice et à la charité", pourquoi la possibilité d'une sanction légale ne serait pas logique et souhaitable, même entre époux ?
Vous dites qu'on "pourrait parler de manque de délicatesse dans l'usage du mariage, voire pire", mais ce pire, que recouvre-t-il ?
Mais il n'avait rien éprouvé, rien du tout ; c'était comme déambuler dans un nouveau magasin, où son argent n'avait pas cours, où son coeur était resté froid, même quand il avait touché le bois, le plâtre et l'argile.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8512
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Sur la fornication

Message non lupar PaxetBonum » mar. 05 déc. 2017, 9:35

Si je ne m'abuse, au tout début du siècle, l'adultère féminin était puni par la loi et représentait un motif indiscutable de divorce pour faute en ce qui concerne la femme. En ce qui concerne l'homme et " la différence de nature", c'était, me semble-t-il, moins clair... A vérifier ...
Le constat d'adultère était une cause immédiate de divorce au tort du pécheur que se soit pour l'homme ou la femme. (avant le passage de Mitterand)
Auparavant il existait une peine pouvant aller jusqu'à la prison pour la femme et uniquement une amende pour l'homme… (sauf erreur)
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3432
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Sur la fornication

Message non lupar Kerniou » mar. 05 déc. 2017, 11:01

Merci pour ces précisions.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.


Revenir vers « Le Christianisme "pour les nuls" ! »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités