Je cherche une dénomination

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Avatar de l’utilisateur
Frère Luc
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : dim. 10 févr. 2013, 9:54
Contact :

Je cherche une dénomination

Message non lu par Frère Luc » sam. 02 mars 2013, 19:34

Bonjour,

Je cherche le terme qu'on utilise pour définir la branche qui s'occupe du déroulement des offices, des objets de sacrements, des habits liturgiques des prêtres etc.... (terme théologique)
Au début de ma recherche, je pensais qu'il s'agissait de l'ecclésiologie, mais ce n'est pas cela.... :oops:

Merci pour votre aide :)
Un homme sans Dieu est comme un ordinateur sans antivirus.

Avatar de l’utilisateur
Longin
Censor
Censor
Messages : 72
Inscription : lun. 18 févr. 2013, 9:12

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par Longin » sam. 02 mars 2013, 19:43

Frère Luc a écrit :Bonjour,
Je cherche le terme qu'on utilise pour définir la branche qui s'occupe du déroulement des offices, des objets de sacrements, des habits liturgiques des prêtres etc.... (terme théologique)
Au début de ma recherche, je pensais qu'il s'agissait de l'ecclésiologie, mais ce n'est pas cela.... :oops:
Merci pour votre aide :)
Je ne sais pas si il existe un mot qui recouvre tous ces domaines. Il y a la paramentique, l'orfèvrerie, etc.
« Tu es mal à l’aise, tu soupires, ton mal te blesse, tu n’arrives pas à te débarrasser de ta haine. Espère en Dieu, c’est le médecin. » Césaire d’Arles.

Avatar de l’utilisateur
Frère Luc
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : dim. 10 févr. 2013, 9:54
Contact :

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par Frère Luc » dim. 03 mars 2013, 12:20

Pas d'autres réponses? :( :(
Un homme sans Dieu est comme un ordinateur sans antivirus.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10702
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par Fée Violine » dim. 03 mars 2013, 15:41

La liturgie peut-être, tout simplement ?

En tout cas ce n'est pas l'ecclésiologie, qui est une réflexion sur la nature de l'Église.

Avatar de l’utilisateur
Frère Luc
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : dim. 10 févr. 2013, 9:54
Contact :

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par Frère Luc » dim. 03 mars 2013, 21:10

Merci pour votre aide :)
Un homme sans Dieu est comme un ordinateur sans antivirus.

Avatar de l’utilisateur
stroopy
Censor
Censor
Messages : 69
Inscription : sam. 02 févr. 2013, 19:48

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par stroopy » dim. 03 mars 2013, 21:14

Bonsoir Frère Luc

D. LITURGIE EUCHARISTIQUE

« Le verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous » du prologue de l’Evangile de saint Jean au début du verset 14.
Le numéro 72 de la P.G.M.R nous explique la LITURGIE EUCHARISTIQUE : a) Dans la préparation des dons, on apporte à l’autel le pain et le vin avec l’eau, c’est-à-dire les éléments que le Christ a pris dans ses mains ; b) Dans la prière eucharistique, on rend grâce à Dieu pour toute l’œuvre du salut ; puis les dons offerts deviennent le Corps et le Sang du Christ ; c) Par la fraction du pain et par la communion, les fidèles, aussi nombreux soient-ils, reçoivent le Corps et le Sang du Seigneur d’un pain et d’un calice uniques, comme les Apôtres les ont reçus des mains du Christ lui-même.
L’OFFERTOIRE : le prêtre offre à Dieu la matière du sacrifice : le pain fruit de la terre et du travail des hommes ; Le vin fruit de la vigne et du travail des hommes. Chaque membre de l’assemblée est invité à offrir son existence et son travail pour louer Dieu (manifesté par ce qu’on donne à la quête). On présente toute notre vie et la vie de ceux que nous connaissons et qui ne sont pas présents. La Goutte d’eau que le prêtre met dans le vin signifie que les fidèles offrent leur bonne volonté au Christ et toute leur vie donc se perdre dans le Christ.
LE LAVABO : le prêtre se lave les mains en signe de purification. C’est le numéro 76 de la P.G.M.R qui nous parle du LAVABO qui n’est pas facultatif.
PRIERE SUR LES OFFRANDES : les fidèles sont invités à prier en union avec le prêtre pour que le sacrifice soit offert pour la gloire de Dieu.
LA PREFACE : Comme son nom l’indique, elle introduit la prière eucharistique, c’est une hymne de louange à la gloire de Dieu en union avec les anges et un dialogue. Cette hymne se termine par l’acclamation de tous les saints du ciel qui se joignent alors à notre prière pour chanter le SANCTUS.
LA PRIERE EUCHARISTIQUE : C’est la grande prière au cours de laquelle Jésus-Christ va se rendre présent sur l’autel. C’est le moment le plus important de la messe qui comprend
LA CONSECRATION : on réactualise ce qui s’est passé le soir du jeudi saint : ceci est mon corps, ceci est mon sang, faites ceci en mémoire de moi et le vendredi saint : la mort du Christ sur la Croix (par exemple, le Padre Pio revivait lors de chaque messe la passion du Christ et du sang coulait de ses stigmates ; pour le saint curé d’Ars, sa spiritualité est nourrie du mystère de la Croix rendue présente sur l’autel à chaque messe). Il ne s’agit pas uniquement de se souvenir de ce que Jésus a fait mais de réactualiser ce que Jésus a fait le jeudi saint et a vécue le vendredi saint. Il y a donc la présence réelle de Jésus dans l’hostie (présence sacramentelle de Jésus) ce qui n’est pas le cas pour les protestants. Pour eux il n’y a pas de présence réelle de Jésus. Après quoi le prêtre, intermédiaire entre les hommes et Dieu, prie pour l’Eglise, le Pape, notre évêque, pour les vivants et pour les défunts. Cette prière se termine par un résumé en forme d’acclamation qui est proclamée par le célébrant et lui seul (par lui, avec lui et en lui…) : l’assemblée s’y associe par sa réponse : « Amen ».
Structure de cette prière : elle a diverses formules (4 en principe) mais se déroule toujours d’après le même schéma :
a) LA PREMIERE EPICLESE (invocation au Saint-Esprit) : appel de l’esprit sur le pain et le vin ;
b) LA CONSECRATION du pain et du vin ;

c) suit une acclamation de toute l’assemblée qu’on appelle L’ANAMNESE : l’assemblée s’adresse directement au Christ, elle fait mémoire de sa mort, elle proclame sa résurrection, elle attend son retour glorieux ;
d) SECONDE EPICLESE qui est un appel de l’Esprit Saint en vue de la communion des fidèles ;
e) LA PRIERE D’INTERCESSION se fait avec l’Eglise du ciel, les Saints, Marie, Mère de Dieu et notre Mère pour l’Eglise de la terre avec le pape, notre évêque, les prêtres et les diacres, toute l’assemblée, nos frères les hommes, mais aussi tout ceux qui nous ont quittés et sont dans l’attente de la résurrection.
Le numéro 51 de R.S dit : « On doit utiliser seulement les prières eucharistiques contenues dans le Missel Romain ou légitimement approuvées par le Siège apostolique, selon les modalités et selon les limites qu’il a fixées. On ne peut tolérer que certains prêtres s’arrogent le droit de composer des prières eucharistiques ou qu’ils modifient le texte approuvé par l’Eglise, ou encore qu’ils adoptent d’autres prières eucharistiques, dues à la composition privée ».
Le numéro 52 de R.S nous dit que la proclamation de la prière eucharistique est réservée au prêtre. Le numéro 53 de R.S dit : « Pendant que le prêtre célébrant prononce la prière eucharistique, « il n’y aura pas d’autres prières, ni d’autres chants ; de même, l’orgue et les autres instruments de musique resteront silencieux » (P.G.M.R numéro 32), à l’exception des acclamations du peuple dûment approuvées, dont il est fait mention au numéro 54 ». Enfin le numéro 54 de R.S explique que les fidèles ne restent pas inactifs : «… les fidèles s’associent au prêtre dans le silence et la foi, ainsi que par, les interventions établies dans le cours de la prière eucharistique : les réponses au dialogue de la préface, le Sanctus, l’acclamation après la consécration et l’acclamation “amen” après la doxologie finale, ainsi que les autres acclamations approuvées par la Conférence des évêques et confirmées par le Saint Siège ». Cela signifie qu’au moment de l’épiclèse (la demande de la venue de l’Esprit Saint pour bénir les offrandes) nous restons en silence et nous ne devons pas faire, contrairement à l’habitude prise, chanter un chant du genre : « béni Seigneur ce pain » puis sur la coupe : « béni Seigneur cette coupe ». D’autre part, cela nous explique que le par lui, avec lui et en lui… ne doit être prononcé que par le prêtre puisque les fidèles disent seulement l’amen final de la prière eucharistique.

Vient alors le NOTRE PERE (oraison dominicale) : Le prêtre invite l’assemblée à réciter tous ensemble la prière que nous avons reçue du Sauveur puis la poursuit par une dernière demande que les fidèles concluent par « car c’est à toi… » . Le prêtre prie pour la paix à la suite de quoi les fidèles peuvent se donner un geste de paix si le prêtre les y invite. Le numéro 81 de la P.G.M.R dit que le prêtre prononce seul la formule (deux formules différentes) d’invitation au Notre Père puis tous récitent le Notre Père puis le prêtre seul dit l’embolisme (prière après le Notre Père) qui est conclut par un « amen » de l’assemblée. Vient ensuite le RITE DE PAIX qui sera définie par les conférences épiscopales, dit la P.G.M.R au numéro 82, selon les us et coutumes des différents peuples.
Nous avons ensuite l’AGNEAU DE DIEU : avant de communier, on dit ou on chante les paroles de saint Jean-Baptiste pendant que le prêtre fractionne l’hostie consacrée pour imiter le geste de Jésus : Il prit le pain et le rompit... Il met une parcelle de cette hostie dans le calice en signe d’unité avec le Pape (selon une ancienne coutume romaine, le pape rompait le pain qu’il faisait porter à d’autres célébrants et cette parcelle consacrée était mise par eux dans le calice). En général on dit trois invocations et la dernière se termine par dona nobis pacem (donne-nous la paix) dit la P.G.M.R au numéro 83.
Lorsque le prêtre montre aux fidèles le pain eucharistique, nous nous reconnaissons pécheurs en utilisant les paroles d’humiliation du centurion : « Seigneur, je ne suis pas digne… ».
LA COMMUNION est reçue par les fidèles qui le désirent, sur la langue ou dans la main, mais dans tous les cas d’une façon respectueuse et recueillie. Avant de communier, nous faisons une génuflexion ou une inclinaisons geste de respect et d’humilité envers Jésus hostie. Pendant ce temps, on chante un chant.

Un simple rappel : nous ne devons communier que si nous avons les dispositions requises c'est-à-dire si nous n’avons pas conscience d’avoir en nous un péché grave (dit péché mortel) ou si nous avons le désir de nous confesser à un prêtre le plus tôt possible si nous savons que nous avons commis un péché mortel. D’autre part, nous devons nous rappeler que nous serons toujours indigne de communier et que Dieu nous accepte tel que nous sommes : il ne regarde que notre bonne volonté (que nous avons offert lorsque le prêtre a mis une goutte d’eau dans le vin au moment de la consécration) et si nous sommes en communion d’esprit et de foi avec Lui et avec le prochain (Notre Père, geste de paix). La communion est une démarche de confiance absolue et un don d’amour gratuit de Dieu pour chaque fidèle (pardonne nous, délivre nous du mal, ne regarde pas nos péchés, Agneau de Dieu, Seigneur, je ne suis pas digne…). Lors de LA COMMUNION c’est Jésus qui se donne à celui qui communie. Il vient vivre avec nous pour que notre vie ressemble à la sienne et pour nous aider à aimer davantage tout en n’ayant pas peur de parler de Jésus et de vivre en enfant de Dieu.
Après avoir communié, n’oublions pas de rendre grâce à Dieu (de remercier) le Christ d’être venu encore une fois dans notre cœur qui se fait en général par un temps de silence. Puis vient la Prière d’action de grâce ou prière après la communion dite par le prêtre et enfin les annonces
" Le cœur tranquille est la vie du corps ; l'envie est la vermoulure des os. "
Proverbe de Salomon ; La sainte Bible, XIV, 30 - Xe s. av. J.-C

Avatar de l’utilisateur
Didymos
Censor
Censor
Messages : 177
Inscription : lun. 25 juil. 2011, 14:33
Localisation : Archidioecesis Lugdunensis

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par Didymos » dim. 03 mars 2013, 23:51

Paramentique est le terme qui convient pour désigner l'étude des objets du culte, incluant les habits, etc.
En revanche, il ne comprend pas l'étude du déroulement des offices. Je ne sais pas trop comment on appellerait ça.
Dans tous les cas, comme ç'a été précisé, l'un et l'autre domaine relèvent de la spécialité des liturgistes.
"Respondit Thomas et dixit ei : Dominus meus et Deus meus !", Jn 20, 28

Avatar de l’utilisateur
Frère Luc
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : dim. 10 févr. 2013, 9:54
Contact :

Re: Je cherche une dénomination

Message non lu par Frère Luc » lun. 04 mars 2013, 16:57

Bonjour,

Merci à vous deux pour ces précieux renseignements :) :)

Fraternellement en Jésus,
Un homme sans Dieu est comme un ordinateur sans antivirus.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités