Les catholiques face à l'homosexualité

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Soutien à l'évêque de Bayonne qui s'oppose à la gay-pride

Message non lu par Théophane » mer. 24 juin 2009, 9:24

Théophane, tu me déçois !!! Je pense que Mgr Aillet a des qualités plus importantes que sa façon de s'habiller !
Je le pense moi aussi, et je partage bien entendu votre avis : ce qui compte ce sont les qualités humaines et les prises de position courageuses. Même si la soutane est un détail, cela fait partie des détails que j'apprécie. ;)


jesus marie thomas a écrit :voici ma reponse : si nous prenons la normalite du couple telle qu elle est censee etre selon vous, la sexualite doit servir a la procreation.
Ce n'est pas ce qu'enseigne l'Église. La sexualité a en effet pour fin la procréation mais ce n'est pas le seul but : il s'agit aussi d'affirmer le don réciproque et total des époux etre eux.
Hors je pense que vous tous messieurs, avec vos dames, avez une sexualite plus reguliere que seulement tous les neufs mois pour creer une vie.
Où est le problème ? Mon expérience ne sera pas d'un grand secours parce que je ne suis pas encore marié (dans quelques années si Dieu le veut...). Cependant, je crois que nous devons considérer la sexualité comme une réalité noble, et je ne vois pas pourquoi cela devrait poser problème dans la mesure où les époux y ont recours avec régularité.
Voyez par la que nos sexualites ne sont pas si differentes.... la gay pride ceci dit n est pas l'etalage d'une sexualite, mais de l'amour entre personnes du meme sexe.... je pense que vous savez ce qu'est l'amour?
Il ne faut pas confondre l'amour avec la passion charnelle. Le modèle établi par Dieu est celui du couple homme/femme. De cette façon la nature elle-même exprime de quelle façon elle souhaite être comprise et traitée. Seul cet amour et véritable et peut porter du fruit. Il est en outre, dans le sacrement du mariage, l'image de l'amour du Christ pour l'Église.
derniere chose : je suis catholique, pratiquant, et j'ai ressentie une profonde honte de partager cette religion avec des integristes qui laissent a la porte de leurs eglises des millions d'ames remplies d'amour
L'Église n'a rien d'intégriste. Elle n'est pas là pour faire sa propre volonté mais celle de Jésus-Christ. Or, Notre-Seigneur a Lui-même choisi d'établir le sacrement du mariage entre un homme et une femme. De plus, l'apôtre saint Paul exprime à plusieurs reprises dans ses lettres que les comportements homosexuels sont désordonnés et pervers.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Soutien à l'évêque de Bayonne qui s'oppose à la gay-pride

Message non lu par coeurderoy » mer. 24 juin 2009, 10:55

jesusmariethomas a écrit : derniere chose : je suis catholique, pratiquant, et j'ai ressentie une profonde honte de partager cette religion avec des integristes qui laissent a la porte de leurs eglises des millions d'ames remplies d'amour
Moi je suis catholique, pratiquant, directement concerné par ce problème et suis heureux et fier d'appartenir à cette communauté de baptisés et à cette Eglise où je rencontre écoute, compassion, amitié fraternelle, souci de mon véritable bonheur. Et puis je n'ai pas les lumières pour comptabiliser les...millions d'âmes dont vous parlez. Confondriez-vous amour (qui s'exprime dans le don, l'offrande et le sacrifice s'il nous est demandé) avec assouvissement des passions ?
Cordialement !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Soutien à l'évêque de Bayonne qui s'oppose à la gay-pride

Message non lu par Raistlin » mer. 24 juin 2009, 11:13

jesusmariethomas a écrit :derniere chose : je suis catholique, pratiquant, et j'ai ressentie une profonde honte de partager cette religion avec des integristes qui laissent a la porte de leurs eglises des millions d'ames remplies d'amour
Je suis catholique, pratiquant et homosexuel repenti. Et je suis heureux d'appartenir à une Eglise qui me dit la vérité sur ma destinée - être un vrai fils de Dieu - et qui me responsabilise en m'invitant à prendre le chemin de la sainteté.

Par contre, je suis scandalisé quand je vois tous ces catholiques "progessistes" prêcher la tolérance et l'ouverture aux autres, et dénoncer dans le même temps ceux qui ne pensent pas comme eux dans leur propre Eglise. Comme l'a dit Malesherbes au temps de la Révolution : "Qui eut cru que la tolérance aurait ses fanatiques ?"

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7144
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Soutien à l'évêque de Bayonne qui s'oppose à la gay-pride

Message non lu par Anne » jeu. 25 juin 2009, 4:43

jesusmariethomas a écrit : derniere chose : je suis catholique, pratiquant, et j'ai ressentie une profonde honte de partager cette religion avec des integristes qui laissent a la porte de leurs eglises des millions d'ames remplies d'amour
Ces millions d'âmes remplies d'amour savent pourtant qu'ils peuvent y entrer en respectant les attentes de l'Église du mieux qu'elles le peuvent... Pour leur plus grand bien! Elles y gagneront au change...

L'Église n'est pas un "club sélect". Les attentes sont relativement faciles à atteindre. Encore faut-il avoir de la volonté, mais surtout mettre de côté certains comportements et certaines illusions de bonheur.

Ce n'est pas comme s'il s'agissait d'exclure par certains critères. Par exemple, je ne peux pas entrer dans Mensa: j'ai pas le quotient et quoique je fasse, je ne l'aurai jamais. <:

L'Église en tant que telle accueille les personnes. Et les aide au besoin.
Par exemple, elle condamne l'homosexualité mais elles soigne les personnes homosexuelles si elles sont atteintes du SIDA...

Pour ce qui est des intégristes, il y en a partout et sous toutes sortes de formes. Nous pouvons avoir honte des nôtres (tout étant relatif, ils y a tout de même pire ailleurs, on l'admettra), mais je ne vois pas en quoi ça m'empêche de continuer à pratiquer ma religion et à essayer de m'améliorer, moi...

On peut prêcher tout aussi bien par l'exemple!
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5005
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Question sur la position de l'Eglise sur l'homosexualité

Message non lu par gerardh » mar. 13 juil. 2010, 19:16

_


Bonjour,

Quelle est la position de l'Eglise catholique sur l'homosexualité et sur ceux qui la commettent dans leur chair ?

[J'ai déplacé la question dans ce forum | Cordialement Cgs]

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Question sur la position de l'Eglise sur l'homosexualité

Message non lu par Raistlin » dim. 18 juil. 2010, 19:21

Tiré du CEC :
Chasteté et homosexualité

2357 L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

2358 Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition.

2359 Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne.
Je vous conseille de lire tout le chapitre du CEC sur le sixième commandement pour mieux comprendre la position de l'Église, car sa réponse à l'homosexualité n'est pas le fruit d'une décision arbitraire mais celle d'une vision de l'Homme ancrée dans la Sainte Ecriture : http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P7Y.HTM
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9461
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Question sur la position de l'Eglise sur l'homosexualité

Message non lu par PaxetBonum » lun. 19 juil. 2010, 14:30

L'Église a le même point de vue sur l'homosexualité que sur toute erreur autre : l'eglise a horreur du peche mais aime le pécheur.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par philémon.siclone » mer. 22 déc. 2010, 2:02

Bonjour,

Comment se comporter, lorsqu'on est catholique, face à des personnes homosexuelles, qui vivent en couple, et recherchent votre amitié ? Il se trouve que j'ai fait la connaissance de gens qui se trouvent dans cette situation, m'ont invité chez eux à une soirée, dans un cadre festif tout à fait sain et courtois, où se trouvaient plusieurs autres personnes parfaitement "normales". Je veux dire par là que l'ambiance ne comportait aucun des signes classiques (et caricaturaux) associés habituellement à l'univers "gay & lesbien". J'y suis allé décontracté, ouvert, et dans l'idée d'accepter comme parfaitement normal et indiscutable ce choix de vie. Il faut dire que j'ai le souvenir d'avoir perdu des amitiés, dans le passé, justement parce que je n'étais pas dans cette acceptation, mais dans le jugement strict. Ces anciens amis s'étaient sentis insultés, et sans doute incompris, humiliés. Je me rends compte, trop tard, que je leur ai fait du mal, et que mon attitude à leur égard était loin d'être respectueuse. Il me semble, à présent, que l'amitié n'est pas possible lorsqu'on refuse d'accorder un statut de normalité, et que l'on se permet de juger, et donc de condamner, rejeter, le choix personnel de la personne avec qui l'on a cette relation amicale. Et à l'heure où les carcans sociaux se libèrent, où la société reconnaît de plus en plus aux homosexuels le droit de vivre à la façon des couples hétérosexuels, comment les catholiques pourraient-ils, au risque de basculer eux-même dans l'associabilité, ne serait-ce qu'avoir un avis sur un choix de vie pour lequels ces personnes ont opté librement, et en fonction d'une sexualité qu'ils n'ont, en outre, pas choisie ? Comment pourrais-je, moi qui suis ami avec ces personnes, prendre cette liberté de les juger en mon âme et conscience ? Est-ce que cela n'irait pas à l'encontre du précepte évangélique de ne pas juger son prochain ?
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par papillon » mer. 22 déc. 2010, 3:43

Bonjour Philemon,

je ne suis pas très compétente pour vous répondre en tant que catholique, car après avoir lu et participé sur ce forum pendant près d'un an et demi, je ne suis pas beaucoup plus avancée à ce chapitre, le catholicisme me paraissant de plus en plus compliqué et difficile à suivre. Beaucoup de choses m'ont heurtée et je me sens parfois si loin de ce que j'en lis que la motivation en prend un coup!

Ceci étant dit, il me semble tout de même que la réponse va de soi: aimez-les, tout simplement. Amour et humilité. N'est-ce pas ce que le Christ nous a d'abord enseigné?
Ces gens vous ont invité sans vous discriminer, dans le respect de votre "différence". Car vous êtes aussi 'différent' pour eux qu'eux le sont pour vous. Et ils vous ont respecté, n'est-ce pas? Souvent, ce sont 'les autres' qui nous donnent des leçons, alors qu'on croit avoir tant à leur apprendre.

Aimez-les et respectez-les, c'est ce dont ils ont besoin et ce à quoi ils ont droit.
Si un jour ils souhaitent discuter avec vous de leur orientation sexuelle et de leur façon de vivre, vous pourrez toujours donner votre opinion sur la question, toujours dans le respect et l'amour, il va sans dire.

Cette amitié est un cadeau pour vous. Tâchez qu'elle le soit aussi pour eux.

cracboum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1793
Inscription : mer. 03 mars 2010, 10:36
Localisation : hein! quoi? ou suis-je?

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par cracboum » mer. 22 déc. 2010, 8:01

Je pense en effet que, quelque soit la personne que l'on fréquente, c'est la personne uniquement que l'on doit voir et moduler son comportement et la fréquence, ou l'arrêt, des rencontres uniquement pour des raisons qui relèvent de la prudence, et qu'il ne doive subsister dans nos coeur l'ombre d'un jugement pour qui que ce soit comme pour nous-mêmes, d'une part parceque "le Père ne juge personne", et le Père en tant que Père n'a que des enfants, et d'autre part parcequ"Il a remis au Fils le soin de juger"(Jn 5,22). Nous devons donc nous en remettre au jugement du Fils qui n'a pas été envoyé "pour juger le monde, mais pour le sauver" (Jn 3,17) : ce qui nous juge nous sauve, la Lumière révèle nos ténèbres mais les dissipe. Si nous jugeons, nous nous prenons pour la Lumière alors que nous sommes ténèbres, mais si nous accueillons la Lumière, nous nous laissons juger et sauver.
L'unité de la souffrance et de la béatitude est le secret de Dieu, comme le don de sagesse surpasse celui d'intelligence. P. Varillon
Ne méprisez pas vos pieds

cracboum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1793
Inscription : mer. 03 mars 2010, 10:36
Localisation : hein! quoi? ou suis-je?

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par cracboum » mer. 22 déc. 2010, 9:41

papillon a écrit :Bonjour Philemon,

je ne suis pas très compétente pour vous répondre en tant que catholique, car après avoir lu et participé sur ce forum pendant près d'un an et demi, je ne suis pas beaucoup plus avancée à ce chapitre, le catholicisme me paraissant de plus en plus compliqué et difficile à suivre. Beaucoup de choses m'ont heurtée et je me sens parfois si loin de ce que j'en lis que la motivation en prend un coup!

Ceci étant dit, il me semble tout de même que la réponse va de soi: aimez-les, tout simplement. Amour et humilité. N'est-ce pas ce que le Christ nous a d'abord enseigné?
Ces gens vous ont invité sans vous discriminer, dans le respect de votre "différence". Car vous êtes aussi 'différent' pour eux qu'eux le sont pour vous. Et ils vous ont respecté, n'est-ce pas? Souvent, ce sont 'les autres' qui nous donnent des leçons, alors qu'on croit avoir tant à leur apprendre.

Aimez-les et respectez-les, c'est ce dont ils ont besoin et ce à quoi ils ont droit.
Si un jour ils souhaitent discuter avec vous de leur orientation sexuelle et de leur façon de vivre, vous pourrez toujours donner votre opinion sur la question, toujours dans le respect et l'amour, il va sans dire.

Cette amitié est un cadeau pour vous. Tâchez qu'elle le soit aussi pour eux.
Qu'est-ce qui vous a heurtée dans le catholicisme Papillon ?
L'unité de la souffrance et de la béatitude est le secret de Dieu, comme le don de sagesse surpasse celui d'intelligence. P. Varillon
Ne méprisez pas vos pieds

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par Raistlin » mer. 22 déc. 2010, 10:39

Bonjour Philémon,

Le Christ vous demande d'aimer votre prochain mais pas d'aimer le péché, ni de fermer les yeux dessus. Vous n'avez pas le droit de juger les personnes mais vous avez le droit (et le devoir, cf. les lettres de saint Paul) de juger les actes. Toute la difficulté est là.

Si vous croyez au Christ et si vous aimez vraiment ces amis homosexuels, vous ne leur mentirez pas sur ce que vous pensez de leur comportement sexuel (si la conversation vient sur le tapis bien entendu, il ne s'agit pas de les provoquer). Il s'agit là d'un souci de cohérence et d'honnêteté. Vous dites : Il me semble, à présent, que l'amitié n'est pas possible lorsqu'on refuse d'accorder un statut de normalité, et que l'on se permet de juger, et donc de condamner, rejeter, le choix personnel de la personne avec qui l'on a cette relation amicale.
J'avoue ne pas bien voir en quoi l'amitié oblige à cautionner tous les actes et choix de ses amis. Et puis, pourquoi devriez-vous changer votre façon de voir les choses, et eux non ? Est-ce parce que la société évolue dans leur sens ? Mais en quoi cela est-il un critère de vérité et de bien ? Je trouve que la question peut se poser dans l'autre sens (et entre nous, j'ai vu plus d'homosexuels se montrer durs, intransigeants ou délibérément provocateurs et irrespectueux envers les catholiques que l'inverse).

Bref, je comprends que la situation soit compliquée mais rappelez-vous les paroles du Christ : nous devons être prêts à tout abandonner pour lui, et à subir l'opposition de nos amis, de notre famille, de notre entourage... Jamais le Christ n'a suggéré l'idée de mettre la lumière sous le boisseau pour vivre des relations sociales plus "normées". Donc oui, vous devez aimer, mais vous devez aimer en vérité même si c'est douloureux. D’ailleurs, entre nous, je ne voudrais pas d’un ami qui nie ce que lui dit sa conscience et ses convictions profondes pour me faire plaisir : ce serait un simulacre d’amitié.

Précisons aussi que si nous ne pouvons cautionner le péché, nous devons être « doux et humble de cœur » comme notre Maître. Surtout lorsque nous dialoguons sur des sujets aussi délicats avec des proches. Enfin, je rappelle que nous sommes censés vivre dans une société libre et je trouverais vraiment dommage que nul ne puisse plus penser en dehors du cadre de l’idéologie dominante sans risque d’exclusion. Et je trouverais douteux que certains de mes amis exigent de moi ce renoncement.

Pour finir, je vais parler de ma propre expérience : comme vous le savez peut-être (c'est déjà ressorti ssur différents fils de ce forum), j’ai un passé homosexuel. Je n’ai jamais eu beaucoup d’amis homosexuels même à cette époque mais de ce passé, j’ai gardé une amitié forte avec un de mes ex. Et il sait parfaitement que je suis catholique, que j’ai renoncé aux pratiques homosexuelles et que je n’en pense donc pas du bien. Hé bien je ne l’ai jamais entendu me faire de reproche. Peut-être que ça viendra mais pour le moment, la complicité et l’affection demeure : on se respecte l’un l’autre sans se juger, même si l’un comme l’autre, nous réprouvons chez l’autre certaines choses.

papillon a écrit :le catholicisme me paraissant de plus en plus compliqué et difficile à suivre.
Compliqué, je ne pense pas mais difficile à suivre, c'est certain. C'est normal puisque l'Église nous demande d'être des saints. Cependant, elle ne nous demande pas d'être tout de suite des saints, sachant que nous sommes pauvres.

Mais dans tous les cas, compte tenu de ce que nous sommes, vivre selon l'Amour véritable ne peut qu'être difficile... comme tout ce qui vaut vraiment la peine.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

cracboum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1793
Inscription : mer. 03 mars 2010, 10:36
Localisation : hein! quoi? ou suis-je?

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par cracboum » mer. 22 déc. 2010, 11:46

Raistlin, vous n'avez pas à juger les autres et leur faire la morale d'aucune façon mais à les aimer tels qu'ils sont, là est votre lumière, là votre sainteté et il en va de même pour l'Eglise.
L'unité de la souffrance et de la béatitude est le secret de Dieu, comme le don de sagesse surpasse celui d'intelligence. P. Varillon
Ne méprisez pas vos pieds

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par Raistlin » mer. 22 déc. 2010, 11:51

cracboum a écrit :Raistlin, vous n'avez pas à juger les autres et leur faire la morale d'aucune façon mais à les aimer tels qu'ils sont, là est votre lumière, là votre sainteté et il en va de même pour l'Eglise.
Où ai-je dit qu'il fallait juger les autres ? Je dis simplement que ne pas juger les autres ne signifie nullement s'interdire de juger les actes. Penser ainsi est contraire à l'Écriture et à l'enseignement de l'Église. Dois-je vous rappeler que le Christ a jugé durement les pharisiens hypocrites et ceux qui font le mal ?
Bien entendu, je conviens que la frontière est parfois mince entre juger les actes et juger les personnes et il faut rester vigilant pour ne pas réduire une personne aux actes qu'elle pose.

Quant à faire la morale, vous vous trompez : l'Église fait la morale au monde depuis 2000 ans... Le monde a arrêté de l'écouter ces dernières décennies et on voit tous les fruits que ça porte.

Triste époque où on s'imagine qu'aimer son prochain, c'est fermer les yeux sur ses péchés... Je vois déjà venir le moment où parler de péché sera une insulte envers "l'amour" qu'on doit à son prochain.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
levergero78
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 406
Inscription : mar. 01 janv. 2013, 17:39
Localisation : yvelines & Finistère

Re: Les catholiques face à l'homosexualité

Message non lu par levergero78 » mer. 22 déc. 2010, 12:05

cracboum a écrit :Raistlin, vous n'avez pas à juger les autres et leur faire la morale d'aucune façon mais à les aimer tels qu'ils sont, là est votre lumière, là votre sainteté et il en va de même pour l'Eglise.

Certes, vous avez probablement raison, mais quand il s'agit de votre propre enfant adulte, c'est très difficile...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : SanFrancesco et 3 invités