Rite byzantin catholique

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Valentin
Barbarus
Barbarus

Rite byzantin catholique

Message non lu par Valentin » dim. 24 déc. 2017, 18:22

Je vous remercie pour votre réponse, Théodore.
Théodore a écrit :
dim. 24 déc. 2017, 15:18
Valentin, votre zèle est appréciable, mais vous auriez dû relire le message du cher Socrate. Il ne faisait qu'employer un exemple parallèle sur les notions de richesse et vertu pour illustrer la logique de son argument. Il n'a pas accusé votre Eglise d'être un repère de dépravés !
Je l'espère aussi, mais convenez que le choix des mots n'est pas anodin.
Ce qu'il dit (et j'approuve), c'est que même si votre Eglise semble extérieurement mieux se porter que l'Eglise catholique, elle est en réalité en une situation bien pire, bien que cela soit moins apparent.
Vous vous doutez bien que je ne peux pas, de mon côté, approuver ce que vous dites, tout comme vous ne serez pas d'accord avec mon opinion, qui est la suivante :
L'Église catholique existe encore partiellement sous la forme de la FSSPX et d'autres courants « intégristes » (lat. integer = intact), mais en ce qui concerne l'Église conciliaire, elle fait désormais partie du protestantisme.
Mais je refuse d'entrer dans ce genre de débat sur un forum catholique, où je me considère comme un « invité » ;-)
Ce que Socrate pointe du doigt, ce sont les situation ecclésiologiquement absurdes telles que furent celles, par exemple, de l'Eglise bulgare surant trente ans au XIXè siècle ; en communion avec Moscou, excommuniés par Constantinople, sans que ces deux derniers patriarcats aient rompu la communion.
Cette situation a duré soixante-quinze ans, il me semble. Soit quelques années de plus que le Grand Schisme d'Occident (1378 - 1417). Vous ne pouvez donc pas reprocher à l'Église orthodoxe cet incident, puisque l'Église catholique a connu par le passé le même genre d'absurdité ecclésiologique.
Si ce genre de bizarreries ecclésiologiques se produit chez vous, et que le dialogue fraternel a échoué, on a pas d'autre option que s'asseoir et attendre. Chez nous, on peut faire appel au Siège qui veille sur la paix et la prospérité des saintes Eglises de Dieu.
C'est en effet une différence fondamentale. Le principe de collégialité est une Tradition ancienne de l'Église universelle, comme l'attestent les Actes des Apôtres, alors que l'idée de la prééminence de l'apôtre Pierre est plus tardive (les Écritures ne permettent pas d'affirmer qu'il ait eu le rôle d'un chef administratif, et les décisions importantes relatives à la doctrine se prenaient de manière collégiale, comme le montre l'exemple du Concile de Jérusalem).
Mais là aussi, nous touchons à la question de la primauté pontificale, que je ne voudrais pas développer ici.
Je ne vous accorde pas que le pape soit un monarque absolu, quoiqu'en dise la polémique orthodoxe.
Il ne s'agit aucunement de polémique, mais d'un fait reconnu et revendiqué par l'Église catholique elle-même.
Aujourd'hui, dans la communion orthodoxe, il existe, par exemple, plusieurs positions mutuellement incompatibles sur la question extrêmement grave du mode de réception des hérétiques et schismatiques dans l'Eglise, et, par extension, de la validité des sacrements hors de la communion visible de l'Eglise orthodoxe ; ces positions ont variées de multiples manières au sein d'un même patriarcat depuis le Moyen-Âge.
Au sein d'un même patriarcat ? Auriez-vous des exemples ? Le cas que vous citez ci-dessous concerne une divergence entre deux patriarcats indépendants.
En ce moment, les Grecs rebaptisent généralement les catholiques se convertissant à l'Orthodoxie, mais les Russes les chrisment simplement (ce qui est une nouveauté curieuse). Or, cette controverse a été réglée en Occident au IIIè siècle, et n'a pas été réveillée depuis dans l'Eglise catholique, orientale ou occidentale. Comment prendre au sérieux une Eglise qui ne sait même pas si vous êtes validement baptisé ou pas ?
Je reconnais que c'est problématique. C'est l'inconvénient de la collégialité.
En revanche, je crois qu'il existe des dérives non moins graves à l'intérieur de l'Église romaine. La multiplication des rites liturgiques en est un exemple : comment prendre au sérieux une Église où se côtoient le pire (les messes modernistes, véritables parodies) et le « meilleur » (la messe tridentine) ?

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1616
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Altior » dim. 24 déc. 2017, 19:50

Je comprends ce fil comme tissu autour du rite catholique byzantin.

Concernant les disputes interconfessionelles et interréligieuses, on a la section d'apologétique.

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 586
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Socrate d'Aquin » jeu. 28 déc. 2017, 20:55

Bonsoir Valentin,

Effectivement, vous m'êtes tombé dessus à bras raccourcis, mais peut-être était-ce nécessaire.

Avant toute chose, je vous demande sincèrement pardon si mes propos vous ont choqués d'une quelconque manière. Mon intention n'était certainement pas d'insulter qui que ce soit.

Il me semble toutefois que vous n'avez pas très bien interprété mes propos. L'exemple que j'ai pris est précisément un exemple. Il est évident que l'orthodoxie n'est pas un repaire de dépravés ! Et que l'Eglise catholique n'est pas toujours un modèle de vertu et de chrétienté.

L'exemple que j'avais pris voulait seulement montrer que ce n'est pas parce que votre voisin se porte bien qu'il faut en conclure qu'il est dans le vrai. Il est vrai que j'ai peut-être choisi un peu hâtivement mon exemple. Mais je vous prie de me croire, mon intention n'était certainement pas d'insulter les orthodoxes.

Par ailleurs, je suis prêt à prendre un autre exemple que celui-ci. En revanche, je maintiens le cœur de ma critique, à savoir le manque d'unité de l'orthodoxie, inenvisageable dans l'Eglise catholique. Comme l'a très bien dit Théodore, en orthodoxie, il peut arriver qu'une Eglise soit en communion avec une autre sans l'être avec une troisième, laquelle l'est cependant avec la seconde... ce qui est sinon impensable, du moins hautement improbable dans l'Eglise catholique. Et je ne parle pas des attitudes contradictoires des différentes Eglises orthodoxes (ainsi, de nombreux orthodoxes ne reconnaissent pas la validité des sacrements catholiques), beaucoup plus grave que la désobéissance liturgique au sein de l'Eglise latine.
Nous pouvons en discuter si vous voulez en message privé.
Pardonnez-moi, Socrate d'Aquin, si ma réaction devait s'avérer être injustifiée, défaillante ou hors de proportion, mais je me devais de défendre l'honneur de mon Église.
C'est tout à votre honneur, et je vous pardonne bien volontiers.
Dernière modification par Socrate d'Aquin le ven. 29 déc. 2017, 19:00, modifié 1 fois.
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. Οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. Πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἓν ὃ γέγονεν. Ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν, καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων, καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν.

Avatar de l’utilisateur
Valentin
Barbarus
Barbarus

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Valentin » jeu. 28 déc. 2017, 23:41

Socrate d'Aquin,

merci pour votre message.

Je suis très heureux de m'être trompé !

Je vous ai injustement soupçonné ; mais il y a tant de griefs et de rancunes des deux côtés, qu'un faux-pas (ou supposé tel) est vite arrivé. Combien de fois ai-je lu ou entendu des commentaires dédaigneux de la part de catholiques, et combien de fois – plus souvent encore, hélas – ai-je entendu des orthodoxes juger durement et impitoyablement leurs frères latins.

Aussi vous demanderais-je d'être indulgent avec moi et d'effacer de votre mémoire, si vous le voulez bien, ce petit malentendu.

C'est bien volontiers que je discuterai avec vous du cœur de votre critique par message privé, ou encore sur une autre section du forum puisque, comme nous le rappelle avec justesse l'ami Altior, ce n'est pas le sujet de ce fil.
Peut-être voulez-vous développer certains points déjà soulevés par Théodore.

Que la paix soit avec vous.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2830
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Suliko » ven. 29 déc. 2017, 18:08

Au sein d'un même patriarcat ? Auriez-vous des exemples ? Le cas que vous citez ci-dessous concerne une divergence entre deux patriarcats indépendants.
Nous en avions parlé ici : (re)baptême chez les orthodoxes
Assez longtemps la foule a entendu parler de ce qu'on appelle les droits de l'homme ; qu'elle entende parler quelquefois des droits de Dieu ! (Léon XIII)

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2121
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Relief » mer. 24 janv. 2018, 21:47

Socrate d'Aquin a écrit :
lun. 02 oct. 2017, 13:21
Enfin, j'ai toujours parlé, dans ce message, des Eglises orthodoxes. Au pluriel. Et en fait, c'est très simple: si on croit en l'unicité et l'unité de l'Eglise, on ne voit pas très bien pourquoi on devrait adhérer à une communion diverse et fracturée. L'Eglise A est en communion avec l'Eglise B, qui est en communion avec l'Eglise C, mais A n'est pas en communion avec C... Et des schismes arrivent au sein d'une même Eglise. Ainsi, il y a une dizaine d'années, l'Eglise russe hors-frontières s'est divisée en deux; et l'Eglise ukrainienne est maintenant triple. Une telle situation est impensable dans l'Eglise catholique. Roma locuta est, causa finita.
C'est un constat très juste. Pour l'illustrer, voici un exemple d'hégémonie : celui de l’Église orthodoxe serbe :
Le 9 octobre 2017, le métropolite orthodoxe du Monténégro déclarait : "L’Église orthodoxe serbe est une organisation terroriste (...) Partout dans la guerre des Balkans, l'église serbe y participait. Ses épiscopats ont participé à la guerre. Ce n'est pas un secret. Le patriarche serbe Pavle (...) a dit : "La Dalmatie (région de Croatie, ndlr) est un pays serbe, il faut la défendre et les Serbes doivent accepter les armes." N'est-ce pas du terrorisme ? Évidemment, c'est ce dont il s'agit ! Vis-à-vis de la Bosnie ça a été le même type de terrorisme. la preuve en est avec le massacre de Srebrenica. L’Église de Serbie est une honte pour les Balkans et pour toute l'Europe."
(propos du métropolite du Monténégro Mihailo pour le journal "Avaz" le 9 octobre 2017)

Le 25 octobre 2017, le patriarche serbe de Belgrade (capitale de la Serbie) a de nouveau déclaré dans les mêmes termes que l'avait fait le dictateur serbe Slobodan Milosevic : "Là où vit un Serbe, c'est la Serbie ! En Bosnie, au Monténégro, ou dans n'importe quel autre endroit !"

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1616
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Altior » lun. 17 févr. 2020, 9:34

L'épiscopat grecque-catholique de Roumanie va s'enrichir avec deux nouveaux évêques. Elus par le Saint Synode l'année dernière, ils ont reçu le feu vert de Rome le 22 janvier.
Un des deux est bien connu par les catholiques roumains en France: il s'agit du père Cristian Dumitru Crisan, qui a servi (et sert encore, jusqu'à sa chirotonie (=consecration) au mois de mars en tant que chargé de la Mission Grecque Catholique Roumaine à Paris (dans le XVI-ème arrondissement). Un évêque très jeune (né en 1981), ayant une foi ardente. Il a tout ce qu'il faut pour qu'il soit un bon évêque, soignant avec beaucoup de fruit la vigne de Dieu. Prions pour lui et souhaitons-lui le traditionnel Eis polla eti, Despota! (=Longues années, Maître!)

Voici celui qui sera, à partir du mois e mars, le nouvel évêque auxiliaire de Alba-Iulia et Fagaras (le berceau du catholicisme byzantin de Roumanie)

Image

C'est une photo prise dans la chapelle de la Mission à Paris, où on officie les Saintes Messes en jour de semaine. Le Dimanche, pour accueillir les bien plus nombreux fidèles, on utilise une église que les frères latins ont mise généreusement à disposition: la chapelle Marie Réparatrice, rue Michel Ange, Paris.

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 586
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Socrate d'Aquin » ven. 21 févr. 2020, 22:50

Altior a écrit :
lun. 17 févr. 2020, 9:34
L'épiscopat grecque-catholique de Roumanie va s'enrichir avec deux nouveaux évêques. Elus par le Saint Synode l'année dernière, ils ont reçu le feu vert de Rome le 22 janvier.
Un des deux est bien connu par les catholiques roumains en France: il s'agit du père Cristian Dumitru Crisan, qui a servi (et sert encore, jusqu'à sa chirotonie (=consecration) au mois de mars en tant que chargé de la Mission Grecque Catholique Roumaine à Paris (dans le XVI-ème arrondissement). Un évêque très jeune (né en 1981), ayant une foi ardente. Il a tout ce qu'il faut pour qu'il soit un bon évêque, soignant avec beaucoup de fruit la vigne de Dieu. Prions pour lui et souhaitons-lui le traditionnel Eis polla eti, Despota! (=Longues années, Maître!)

Voici celui qui sera, à partir du mois e mars, le nouvel évêque auxiliaire de Alba-Iulia et Fagaras (le berceau du catholicisme byzantin de Roumanie)

Image

C'est une photo prise dans la chapelle de la Mission à Paris, où on officie les Saintes Messes en jour de semaine. Le Dimanche, pour accueillir les bien plus nombreux fidèles, on utilise une église que les frères latins ont mise généreusement à disposition: la chapelle Marie Réparatrice, rue Michel Ange, Paris.
Axios ! Axios ! Axios !
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. Οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. Πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἓν ὃ γέγονεν. Ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν, καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων, καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν.

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 586
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Socrate d'Aquin » ven. 21 févr. 2020, 23:07

Bonjour à tous,

Quelques éléments de réflexion par rapport à ce qui avait été évoqué plus haut.

En principe, chaque fidèle né dans une Eglise rituelle doit y demeurer. Si vous êtes né dans l'Eglise latine, vous devez rester fidèle à cette Eglise, à son rite, à ses traditions.

Cela dit, il est toujours possible, dans certains cas, de changer d'Eglise rituelle. Il y a deux moyens habituels :

- Le mariage (si un latin épouse une orientale par exemple, l'un des deux peut choisir, par le mariage, d'adopter le rite de son conjoint).
- Le changement de rite, via (d'après ce que j'ai compris) une lettre à la Congrégation des Eglises orientales (certains disent qu'il suffit d'écrire aux deux évêques concernés, celui de l'Eglise à laquelle vous appartenez et celui de celle à laquelle vous désirez appartenir).
Plus d'informations ici : https://lyon.catholique.fr/wp-content/u ... l-2015.pdf

Ce dernier moyen a été habituellement employé dans certains cas très précis. Je pense notamment au père Cyrille Korolevskij (né Jean-François-Joseph Charon) : né en 1878 à Caen, dans une famille catholique (de rite romain, bien évidemment), il fut ordonné en 1904, dans le rite byzantin, par le patriarche melkite Cyrille VIII. Ce fut aussi le cas (me semble-t-il) du métropolite André Sheptytsky, dont la famille avait adopté le rite latin de bonne heure. L'islamologue Jean Massignon fit de même, en son temps.

Voilà comment on peut faire. Pour ce qui est de l'opportunité de la chose... je dirais que dans la plupart des cas, il faut rester dans son Eglise rituelle, mais que dans certains cas (ce qui pourrait bien relever d'une vocation spéciale), le changement de rite peut être légitime.

Bonne entrée en Carême,

Socrate d'Aquin.
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. Οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. Πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἓν ὃ γέγονεν. Ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν, καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων, καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1616
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Altior » dim. 23 févr. 2020, 21:36

Socrate d'Aquin a écrit :
ven. 21 févr. 2020, 23:07

- Le changement de rite, via (d'après ce que j'ai compris) une lettre à la Congrégation des Eglises orientales (certains disent qu'il suffit d'écrire aux deux évêques concernés, celui de l'Eglise à laquelle vous appartenez et celui de celle à laquelle vous désirez appartenir).
Les choses ne sont pas tout à fait claires, suite à une non-concordance entre le Code des Églises Orientales, qui encadre la discipline ecclésiale des Églises de rite byzantin (dans un provisorat qui se prolonge depuis des décennies) et Codex Iuris Canonici, qui fait foi pour l'Église de rite latin.
Ainsi:
-le premier prévoit comme condition de passage d'un rite à l'autre l'accord (et non pas une simple lettre écrite) des deux évêques.
-le deuxième ne prévoit rien en matière.

Cet état des choses provoque un certain mécontentement des prêtres et des évêques de rite byzantin de Roumanie, car il y a pas mal de fidèles qui passent du rite byzantin au rite latin sans aucune base d'opposition des prêtres de rite latin qui, en absence du devoir d'obéir à un Code qui s'adresse à une autre Église Particulière sont censés de recevoir tout le monde qui le demande.

Avant, pendant le communisme, quand l'Église Catholique de rite byzantin a été interdite et tous ses évêques tués ou emprisonnés, tendis que l'Église Catholique de rite latin a subsisté (en régime d'avarie et bien surveillé par la Police Politique), beaucoup de fidèles se sont habitués à fréquenter le rite latin. Après la chute du régime marxiste, l'Église Catholique byzantine renaît de ces cendres mais a du mal à récupérer ses fidèles qui sont restés dans le rite latin pour la plupart.

Pareillement, les convertis catholiques qui était avant orthodoxes, préfèrent entrer dans l'Église de rite latin. Ceux qui quittent l'Église orthodoxe, perçue comme collaborationniste, pour la plupart jettent l'eau sale de la baignoire, mais avec le bébé dedans: ils renoncent à la schisme, mais aussi au rite, ne comprenant pas qu'on peut être parfaitement catholique et parfaitement byzantin.

Une troisième cause de cet état de fait concerne les convertis qui n'ont pas été avant des orthodoxes, mais des athées. Suite aux films et au média, lorsqu'il veulent adhérer à la Sainte Église leur image est collée sur le rite latin. Pour eux, une église catholique est forcément un endroit avec pleine vue sur l'autel, où il y a des statues, on prie en latin et on a un orgue, un endroit où les fidèles sortis du confessionnal prennent leurs places dans les rangs, chapelet en main, d'où ils partent en chantant Salve, Regina!. Eh bien, la réalité du rite byzantin, tout aussi traditionnel, tout aussi vénérable, tout aussi catholique que le rite latin ne colle pas avec ce qu'il ont vu dans les films américains...

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 586
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Socrate d'Aquin » lun. 24 févr. 2020, 15:52

Altior a écrit :
dim. 23 févr. 2020, 21:36
Socrate d'Aquin a écrit :
ven. 21 févr. 2020, 23:07

- Le changement de rite, via (d'après ce que j'ai compris) une lettre à la Congrégation des Eglises orientales (certains disent qu'il suffit d'écrire aux deux évêques concernés, celui de l'Eglise à laquelle vous appartenez et celui de celle à laquelle vous désirez appartenir).
Les choses ne sont pas tout à fait claires, suite à une non-concordance entre le Code des Églises Orientales, qui encadre la discipline ecclésiale des Églises de rite byzantin (dans un provisorat qui se prolonge depuis des décennies) et Codex Iuris Canonici, qui fait foi pour l'Église de rite latin.
Ainsi:
-le premier prévoit comme condition de passage d'un rite à l'autre l'accord (et non pas une simple lettre écrite) des deux évêques.
-le deuxième ne prévoit rien en matière.

Cet état des choses provoque un certain mécontentement des prêtres et des évêques de rite byzantin de Roumanie, car il y a pas mal de fidèles qui passent du rite byzantin au rite latin sans aucune base d'opposition des prêtres de rite latin qui, en absence du devoir d'obéir à un Code qui s'adresse à une autre Église Particulière sont censés de recevoir tout le monde qui le demande.

Avant, pendant le communisme, quand l'Église Catholique de rite byzantin a été interdite et tous ses évêques tués ou emprisonnés, tendis que l'Église Catholique de rite latin a subsisté (en régime d'avarie et bien surveillé par la Police Politique), beaucoup de fidèles se sont habitués à fréquenter le rite latin. Après la chute du régime marxiste, l'Église Catholique byzantine renaît de ces cendres mais a du mal à récupérer ses fidèles qui sont restés dans le rite latin pour la plupart.

Pareillement, les convertis catholiques qui était avant orthodoxes, préfèrent entrer dans l'Église de rite latin. Ceux qui quittent l'Église orthodoxe, perçue comme collaborationniste, pour la plupart jettent l'eau sale de la baignoire, mais avec le bébé dedans: ils renoncent à la schisme, mais aussi au rite, ne comprenant pas qu'on peut être parfaitement catholique et parfaitement byzantin.

Une troisième cause de cet état de fait concerne les convertis qui n'ont pas été avant des orthodoxes, mais des athées. Suite aux films et au média, lorsqu'il veulent adhérer à la Sainte Église leur image est collée sur le rite latin. Pour eux, une église catholique est forcément un endroit avec pleine vue sur l'autel, où il y a des statues, on prie en latin et on a un orgue, un endroit où les fidèles sortis du confessionnal prennent leurs places dans les rangs, chapelet en main, d'où ils partent en chantant Salve, Regina!. Eh bien, la réalité du rite byzantin, tout aussi traditionnel, tout aussi vénérable, tout aussi catholique que le rite latin ne colle pas avec ce qu'il ont vu dans les films américains...
C'est bien dommage. Et une telle politique va clairement à l'encontre des volontés clairement exprimées de l'Eglise, depuis Léon XIII jusqu'à nos jours.
Corrigez-moi, Altior, si je me trompe, mais il y a aussi le problème des lieux de culte occupés par l'Eglise orthodoxe roumaine, et qui appartenaient à l'Eglise grecque-catholique jusqu'à 1945.
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. Οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. Πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἓν ὃ γέγονεν. Ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν, καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων, καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1616
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Altior » lun. 24 févr. 2020, 23:36

Socrate d'Aquin a écrit :
lun. 24 févr. 2020, 15:52
Corrigez-moi, Altior, si je me trompe, mais il y a aussi le problème des lieux de culte occupés par l'Eglise orthodoxe roumaine, et qui appartenaient à l'Eglise grecque-catholique jusqu'à 1945.
Oui, la récupération n'est pas encore finie. Pour presque chaque église on a dû faire une action en justice. C'est un chemin long et coûteux. Par exemple, l'église que je fréquentais à Bucarest fut récupérée en 2007, après une action en justice ouverte en 1992. C'est du Kafka transposé dans la vie réelle.

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Nebularis » mar. 24 mars 2020, 23:47

Altior a écrit :
lun. 24 févr. 2020, 23:36
Oui, la récupération n'est pas encore finie. Pour presque chaque église on a dû faire une action en justice. C'est un chemin long et coûteux. Par exemple, l'église que je fréquentais à Bucarest fut récupérée en 2007, après une action en justice ouverte en 1992. C'est du Kafka transposé dans la vie réelle.
Si cela peut vous consoler, il se passe la même chose en Ukraine en ce moment, sauf que cette fois, ce sont des orthodoxes qui exproprient d'autres orthodoxes...

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 586
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Socrate d'Aquin » mar. 14 avr. 2020, 20:09

Nebularis a écrit :
mar. 24 mars 2020, 23:47
Altior a écrit :
lun. 24 févr. 2020, 23:36
Oui, la récupération n'est pas encore finie. Pour presque chaque église on a dû faire une action en justice. C'est un chemin long et coûteux. Par exemple, l'église que je fréquentais à Bucarest fut récupérée en 2007, après une action en justice ouverte en 1992. C'est du Kafka transposé dans la vie réelle.
Si cela peut vous consoler, il se passe la même chose en Ukraine en ce moment, sauf que cette fois, ce sont des orthodoxes qui exproprient d'autres orthodoxes...
Quand il n'y a plus assez d'églises catholiques à occuper...
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. Οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. Πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἓν ὃ γέγονεν. Ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν, καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων, καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν.

Avatar de l’utilisateur
Nebularis
Barbarus
Barbarus

Re: Rite byzantin catholique

Message non lu par Nebularis » mar. 14 avr. 2020, 20:53

Cher ami, Socrate d’Aquin,
Socrate d'Aquin a écrit :
mar. 14 avr. 2020, 20:09
Quand il n'y a plus assez d'églises catholiques à occuper...
Seriez-vous d’humeur batailleuse ? :-D

Je ne suis pas certain qu’« occuper » soit le terme exact. « Récupérer » me semble plus approprié, dans la mesure où ce sont à l’origine les catholiques qui sont venus convertir les orthodoxes de ces contrées, en usant soit de la force et de la contrainte, soit d’autres méthodes agressives ; n’inversons pas les rôles.

Que diriez-vous si des orthodoxes français de rite latin, issus par exemple (je dis n’importe quoi) d’une occupation russe du Pas-de-Calais au XVIIe siècle, possédaient aujourd’hui d’anciennes églises catholiques du moyen âge ? On pourrait certes les leur laisser, puisque ce qui est fait est fait et n’est plus à refaire. Mais je pense que vous m’accorderez que si on considère les événements historiques, ce changement de propriétaire s’est opéré de façon « discutable » !

Entre parenthèses, puisque le sujet de ce fil est le « Rite byzantin catholique », savez-vous qu’il existe un rite latin orthodoxe ? Qu’en pensez-vous ?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités