Blasphème laïque

« Aimez la justice, vous qui gouvernez la terre » (Sg 1.1)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté sur la doctrine sociale, politique, économique et écologique de l'Église
Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1323
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Blasphème laïque

Message non lu par mike.adoo » mar. 12 mai 2015, 3:43

Bonjour à tous
Le "blasphème" est une parole outrageant le sacré, la divinité ; une parole impie considérée comme une injure et déclarée comme telle par les autorités religieuses. “ C’est le mot utilisé par le religieux pour désigner une atteinte à la déité ”. Du point de vue laïque il existe un "droit au blasphème" qui n’est qu’une application spécifique de la liberté d’expression.
Jusque là , on peut comprendre .
Dans les États laïques, le pouvoir politique est par nature indifférent à l’apostasie, à l’hérésie et au blasphème, sauf si les situations engendrées par ces déclarations sont de nature à troubler l’ordre public.
Et voici le "SAUF" qui s'immisce et n'annonce rien de bon ...

l'article 433-5-1 du Code pénal : "Le fait, au cours d'une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d'outrager publiquement l'hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d'amende. Lorsqu'il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende".

Voilà ! C'est dit !
Doit-on conclure que la laïcité est devenue une religion ? On comprendrait alors pourquoi elle tend à chasser toute concurrence ... Me trompe-je ?

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1323
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: Blasphème laïque

Message non lu par mike.adoo » mar. 12 mai 2015, 19:09

Puisque son nom est cité, évoquons Ferdinand Buisson.

On peut citer ici Ferdinand Buisson, distinguant « l’âme » et le « corps » de la religion : « L’âme de la religion, c’est l’anxiété intellectuelle et morale, l’esprit se posant la grande question, le cœur s’interrogeant en présence des énigmes de la douleur et de l’amour, la volonté s’exaltant dans un effort dont le terme lui échappe [ …] Le corps de la religion, c’est ce qui pourrait s’appeler le vêtement que l’esprit religieux se tisse avec les matériaux dont il dispose et selon son degré d’art et d’expérience . C’est longtemps une suite pitoyable de mythes et de rites, de pratiques et de recettes, de faits contre nature et d’idées contre raison ». Et Ferdinand Buisson affirme son refus de voir l’âme de la religion pétrifiée par son corps : « Ce que nous demandons, ce n’est pas qu’elle n’ait pas de corps, c’est que ce corps ne soit pas un cadavre ».

C'est joliment dit ... Mais voilà ...Ferdinand Buisson souhaitait mettre en place une "morale laïque " qui devrait remplacer avantageusement ( selon lui ) la morale chrétienne. La réalité, c'est qu'il n'y a plus de morale du tout et les projets, pour reprendre l'idée du corps, sont actuellement à l'état de fœtus inopérants ...

Ciryl
Censor
Censor
Messages : 75
Inscription : mar. 12 mai 2015, 15:16
Conviction : en recherche

Re: Blasphème laïque

Message non lu par Ciryl » mar. 12 mai 2015, 23:13

mike.adoo a écrit :
Puisque son nom est cité, évoquons Ferdinand Buisson.

C'est joliment dit ... Mais voilà ...Ferdinand Buisson souhaitait mettre en place une "morale laïque " qui devrait remplacer avantageusement ( selon lui ) la morale chrétienne. La réalité, c'est qu'il n'y a plus de morale du tout et les projets, pour reprendre l'idée du corps, sont actuellement à l'état de fœtus inopérants ...
La différence avec les "philosophes" actuels, c'est que Ferdinand Buisson était Protestant, donc croyant.

L'image qu'il se faisait de la laïcité devait être compatible avec la religion, c'est en tout cas ce que je pense. Quoi qu'il en soit, il a participé, peut-être à son insu, à la vaste entreprise de démolition de la morale chrétienne, de la morale tout court. La morale semble ne pas pouvoir se passer de la religion.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10110
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Blasphème laïque

Message non lu par Cinci » mer. 13 mai 2015, 20:50

La prérogative de n'importe quel gouvernement est de pouvoir user de la légalité afin de contrer le désordre public. C'est vrai pour ceux qui mettent le feu aux synagogues, qui lanceraient des bombes fumigènes dans le métro, qui sifflent l'hymne national en public de manière bien ostentatoire (une forme de violence qui appelle une autre violence en retour ... ) ou qui voudraient distribuer des tracts en faveur de la pédophilie auprès des ados dans les écoles.

Donc.

Je ne vois pas pourquoi l'on devrait associer le système philosophique libéral à une religion quand le parlement édicterait une loi pour punir d'amende celui qui insulterait les symboles de la nation. Devoir respecter le cadre légal du pays dans lequel on se trouve ne correspond pas au fait de souscrire à une religion païenne.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10110
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Blasphème laïque

Message non lu par Cinci » mer. 13 mai 2015, 21:57

mike.adoo,
Doit-on conclure que la laïcité est devenue une religion ? On comprendrait alors pourquoi elle tend à chasser toute concurrence ... Me trompe-je ?
Le système républicain ne tient aucun discours métaphysique précis. Ce système ne promet pas de sauver les hommes du péché originel, tout comme il ne prétend pas disposer d'une connexion avec l'au-delà. Le président du Conseil n'essaiera pas d'expliquer aux citoyens que si les choses vont mal dans le monde ce serait la faute des hommes qui se seront éloignés de la Vérité. Il n'y a pas de ministres en république pour vous indiquer la recette du bonheur. En république - en fait de bonheur - on vous dira que c'est à chacun de créer le sien.

...Ferdinand Buisson souhaitait mettre en place une "morale laïque " qui devrait remplacer avantageusement ( selon lui ) la morale chrétienne. La réalité, c'est qu'il n'y a plus de morale du tout et les projets, pour reprendre l'idée du corps, sont actuellement à l'état de fœtus inopérants ...
Plus de morale du tout ? Ce serait plutôt l'indice en quoi le système politique en place ne véhicule pas particulièrement des idées religieuses. Si la république devait considérer comme "sacré" l'hétérosexualité à titre d'exemple, elle ne ferait pas ce qu'elle fait de nos jours avec le mariage. Le système politique n'oblige pas les uns à être hétérosexuels, homosexuels ou comme chastes les plus de soixante ans !

[...]

Vincent Peillon s'est plaint de ce que la république avait laissé la morale aux églises chrétiennes, historiquement parlant, le sentiment religieux aux religieux. Il se plaignait d'un vacuum sur ce plan, du côté des républicains. Il suppose que le système républicain fonctionnerait mieux si le régime devait être doté d'une forme de religiosité de son cru. Il est loin de prétendre que la république française devrait charrier une quelconque forme de spiritualité religieuse jusqu'ici. Il dit que c'est ce qui manque !

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités