L'âge de la confirmation

errare humanum est
Censor
Censor
Messages : 199
Inscription : dim. 07 oct. 2007, 13:53
Localisation : ile de france

L'âge de la confirmation

Message non lu par errare humanum est » ven. 26 oct. 2007, 10:28

L'aumonerie du collège de mon filleul, 11ans, lui propose d'être confirmé cette année; ses parents catholiques pratiquants s'y opposent, le trouvant trop jeune. Ils se retournent donc vers sa marraine... alors que je ne suis pas vraiment une référence, mais bon, j'assume.
Je ne vois pas bien le problème que pose l'âge. J'ai été moi-même confirmée à l'âge de 9 ans, je pense que j'étais en mesure de comprendre tout autant que lorsque j'allais communier...
Ça ne me semble pas être un sacrement trop compliqué pour un enfant de cet âge ou du moins pas plus compliqué que pour un adulte. Mais peut-être que je me trompe...
Pouvez vous m'eclairer à ce sujet?

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Christophe » ven. 26 oct. 2007, 10:54

On peut recevoir le sacrement de la confirmation à partir de l'âge de raison (7 ans), d'après le droit canonique. En France, la confirmation est normalement donnée à partir de l’âge de l’adolescence, c’est-à-dire entre 12 et 18 ans.

Après, je pense que ce n'est pas tant une question d'âge que de liberté : l'enfant fait-il ce choix librement ou par conformisme, etc. De toutes façons, s'il ne le reçoit pas cette année, il pourra la faire l'année suivante... Bref, nous avons eu l'avis de l'aumônerie et celui des parents. Nous allons bientôt avoir celui de la marraine ;) , mais manque le plus important à mon sens : qu'en pense le filleul ?

Que Dieu vous garde.
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

errare humanum est
Censor
Censor
Messages : 199
Inscription : dim. 07 oct. 2007, 13:53
Localisation : ile de france

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par errare humanum est » ven. 26 oct. 2007, 11:10

le filleul ne se serait pas donner la peine de m'en parler si ça n'était pas important pour lui.
si le droit canon le dit c'est un super argument. bien sûr que Matthieu est libre..

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Christophe » ven. 26 oct. 2007, 11:18

Salut
errare humanum est a écrit :le filleul ne se serait pas donner la peine de m'en parler si ça n'était pas important pour lui.
si le droit canon le dit c'est un super argument. bien sûr que Matthieu est libre..
Comme vous écriviez "ils se retournent donc vers sa marraine...", j'avais compris que c'étaient les parents de Matthieu qui s'étaient retournés vers vous. Mais si c'est Matthieu lui-même qui est demandeur, je crois qu'il n'est pas raisonnable de retarder la confirmation.

Le Christ ne dit-il pas : "Laissez venir à moi les petits enfants" ? Il serait inopportun - à mon humble avis - de se dresser entre Matthieu et le Christ.

PaX
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2324
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Sapin » ven. 26 oct. 2007, 11:23

D'après moi, si l'aumônerie l'a qualifié pour recevoir le sacrement, que l'enfant le désir, il faudrait voir maintenant avec les parents, car l'accord des parents est essentiel. Peut-être l'intervention du curé de la paroisse ou de l'aumônerie, auprès des parents pourrait aider.
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

errare humanum est
Censor
Censor
Messages : 199
Inscription : dim. 07 oct. 2007, 13:53
Localisation : ile de france

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par errare humanum est » ven. 26 oct. 2007, 11:26

Christophe a écrit :Salut
errare humanum est a écrit :le filleul ne se serait pas donner la peine de m'en parler si ça n'était pas important pour lui.
si le droit canon le dit c'est un super argument. bien sûr que Matthieu est libre..
Comme vous écriviez "ils se retournent donc vers sa marraine...", j'avais compris que c'étaient les parents de Matthieu qui s'étaient retournés vers vous. Mais si c'est Matthieu lui-même qui est demandeur, je crois qu'il n'est pas raisonnable de retarder la confirmation.

Le Christ ne dit-il pas : "Laissez venir à moi les petits enfants" ? Il serait inopportun - à mon humble avis - de se dresser entre Matthieu et le Christ.

PaX
Christophe
vous dites que c la confirmation est plutot proposé aux adolesent, pourquoi un tel décalage entre le droit canon et la pratique?

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2324
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Sapin » ven. 26 oct. 2007, 11:33

Le Droit Canon spécifie l'âge auquel un candidat peut commencer à recevoir un sacrement. Mais les évêques peuvent déterminer dans leur diocèse, à partir de l'âge de raison, le moment de la réception du sacrement (fin de l'enfance, adolescence, début de l'âge adulte, etc..). Dans plusieurs diocèses de France c'est à l'adolescence, mais ce n'est pas absolue, il peut y avoir des exceptions.
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

errare humanum est
Censor
Censor
Messages : 199
Inscription : dim. 07 oct. 2007, 13:53
Localisation : ile de france

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par errare humanum est » ven. 26 oct. 2007, 12:41

le bon Seb a écrit : 3/ Dans notre société déchristianisée bon nombre de personnes font baptiser leurs enfants "pour faire plaisir à la grand-mère" ou pour le gueuleton, la communion et la profession de foi sont plus vécues comme des formalités administratives. Reste la confirmation : c'est la dernière occasion qu'on a d'obtenir une véritable adhésion personnelle de celui qui reçoit le sacrement.
c'est quand même grave ce que vous dites! l'Eglise dispense donc sans conviction des sacrements, et rentre dans le jeu du folklore catholique, de la religion-culture! Et garde la confirmation comme ultime selection du "vrai catholique"? qu'a-t-il de si spécial ce sacrement pour qu'on lui accorde plus de sens qu'aux autres?

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2324
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Sapin » ven. 26 oct. 2007, 12:43

Le décalage peut effectivement posé question quand on sait que le sacrement de la Confirmation est un sacrement d'Initiation, c'est exactement ce que des évêques, des États-Unis et du Canada, ont fait remarquer lorsqu'ils ont fait une réflexion sur la réception de ce sacrement en regard avec les pratiques excercés en France.

Quant à reporter ce sacrement à plus tard dans l'âge de la vie, vaut mieux peut-être déplacer tous les sacrements de l'Iniation Chrétienne vers cet âge. Dans un contexte de «déchristianisation» des sociétés occidentales, les sacrements de l'Iniation sont devenus souvent, comme le sous entend bon Seb, des événements reliés à la culture et à des traditions familiales plutôt qu'à une véritable adhésion à la vie chrétienne. Le problème qui se pose, doit-on mettre du même côté les familles qui pratiquent, et éduquent leurs enfants selon la foi catholique autant à la paroisse qu'à la maison.
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2324
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Sapin » ven. 26 oct. 2007, 13:38

le bon Seb a écrit :Pourquoi ne pas attendre l'âge adulte pour tous les sacrements de l'initiation ? Pour ne pas perdre malgré tout l'occasion d'envoyer les enfants au caté, pour ne pas renier non plus toute notre théologie du baptême.
Bon Seb, je vous pose la question pour continuer cette intéressante réflexion: Qu'est-ce qui empêcherais des enfants non baptisés encore mais dans un projet de recevoir le baptême à l'âge adulte (pratique qui se faisait au temps des Pères de l'Église), d'être catéchisés pareillement? En quoi tout ceci, en lisant les Pères Apostoliques et les Pères de l'Église, vient renier la théologie du baptême?
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2324
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Sapin » ven. 26 oct. 2007, 15:56

le bon Seb a écrit :On s'écarte un peu du sujet, qui était la confirmation, mais bon. (...) Par exemple lorsque mes parents ont voulu faire baptiser mes deux petits frères ceux-ci étaient déjà en âge d'aller au caté. Du coup le curé de l'époque - devenu depuis évêque auxiliaire de Bordeaux - a jugé plus opportun que le caté précède le baptême et qu'ils prennent eux-mêmes la décision. Résultat : ils ont choisis d'être baptisés après une ou deux années de caté.

Dans des contextes difficiles, ce fut toujours la pratique de l’Église au cours des siècles. Catéchiser avant de «sacrementaliser» et non le contraire incluant le baptême à tout âge de la vie. Ceci garde sauf, toute la théologie du sacrement du baptême, et n’en diminue en rien sa portée.

Je ne crois pas que nous nous éloignons du sujet, car la confirmation fait partie de l’Initiation Chrétienne, parler de l’âge de sa réception pose indirectement la question sur la réception du baptême, tout ceci forme un tout et pour moi c’est commettre une erreur que de vouloir séparer tout cela.

La question se pose quant à la réception de ce sacrement effectivement, et sachant plus où et à quel âge un baptisé doit être confirmé, est un symptôme d’un malaise en Occident face à ce sacrement. Je disais plutôt que d’autres évêques, regardant la pratique pastorale du sacrement de la Confirmation en France, s’interrogent sur la pertinence de reporter tout cela à l’adolescence.

Lorsque l’Initiation Chrétienne prend entre 18 à 30 ans à être complétée par des pratiques pastorales dans certains diocèses, notamment en France, il y a effectivement, un problème d’interprétation de l’Initiation. Voilà pourquoi des évêques mettent en question cette pratique de pousser le plus loin possible la réception du sacrement. Sommes-nous toujours dans une perspective d’Initiation Chrétienne ? Pas si sûr.

Le problème pour moi est que dans le monde Occidentale, l’Église Catholique, malheureusement, n’influence plus les sociétés, et les baptisés ne sont plus des gens convaincus et convaincants. Le malaise aujourd’hui s’étend à la liturgie en générale avec toute la réflexion et les divisions que nous connaissons aujourd’hui au sujet de la messe. (Tendance à tout polariser entre tradis et progressistes plutôt que voir la continuité, comme s’efforce à l’expliquer Benoît XVI).

Pour moi, je me demande, compte tenu du contexte actuel de l’Église et dans son souci de former des chrétiens qui continueront d’influencer le monde actuel dans ses valeurs et sa foi, n’est-il pas opportun de sélectionner et d’évangéliser ceux que nous pouvons évangéliser en mettant, comme le faisait les Pères de l’Église, des critères bien précis sur ce que doit être un chrétien. Avoir une vraie pastorale de l’Initiation chrétienne qui pourrait privilégier une solide pastorale auprès des adultes, accepter les enfants au baptême seulement si les parents manifestent un réel désir de joindre la communauté chrétienne tant au niveau de la pratique dominicale qu’au niveau de l’éducation de la foi en générale.

Ce qui manque à notre Église en Occident, ce n’est pas d’exposer la foi catholique à tous, pour cela, je crois que nous sommes bien «armés» de ce côté. C’est plutôt d’avoir de l’audace pastorale afin de prendre des décisions, et les bonnes décisions sans cette fausse idée d’un manque d’accueil, où nous proclamons clairement l’identité d’un chrétien et à fortiori d’un catholique. Comme le font et d’une façon remarquable, les communautés nouvelles.
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
Boris
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2475
Inscription : lun. 21 août 2006, 17:46
Localisation : France - Centre (28)

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par Boris » ven. 26 oct. 2007, 16:18

La confirmation est donnée le plus souvent à la transition entre l'aumônerie des collèges et celles des lycées comme une carotte pour forcer les jeunes à rester à l'aumônerie.

C'est donc ridicule et fortement contestable !

Que seraient les conditions supplémentaires à remplir pour recevoir la Confirmation que celles pour recevoir le Baptême ?
La Confirmation est la réception de la plénitude de l'Esprit, non ?

Si le filleul demande la Confirmation (la demande est me semble-t-il un acte obligatoire), c'est donc qu'il est grandement avancé dans la Foi pour recevoir l'Esprit. (ce qui ne veut pas dire que sa Foi est parfaite).

Chez les "tradis", la Confirmation est reçue à l'entrée en 6e, il me semble. Sont-ils hérétiques ? Non. Voir même ils ont une Foi plus solide et mieux construite.

Donc, pour moi, il faut que ce jeune reçoive la Confirmation afin de terminer son initiation chrétienne puisqu'il le demande. C'est plutôt rare de nos jours. C'est un signe des temps qui changent.
UdP,
Boris

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: L'âge de la confirmation

Message non lu par jean_droit » ven. 26 oct. 2007, 16:38

J'ai été confirmé à 13 ans.
A ma demande ....
J'ai voulu approfondir ma foi.
Autres temps !

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Confirmation : Nouvelles règles à Saint Flour

Message non lu par jean_droit » sam. 04 juil. 2015, 10:50

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... aint-flour

Début de l'article de Riposte Catholique. Les nouvelles règles suivent la partie recopiée.
Nouvelles règles pour les confirmations à Saint-Flour
2 JUILLET 2015 / 1 COMMENTAIRE / 1274 VUES

Le code de droit canon (1983) conseille que la confirmation soit reçue vers l’âge de raison (soit vers 7 ans), mais il laisse chaque conférence épiscopale statuer pour son territoire.

Depuis une quinzaine d’années (directives diocésaines du 15 décembre 2001), dans le diocèse de Saint-Flour, la confirmation des jeunes est normalement proposée et préparée en fin de scolarité de collège (classe de 3e). La proposition de ce sacrement est faite également aux lycéens non encore confirmés. Cette mesure était prise suite aux orientations votées dès 1984 par la conférence des évêques de France : « A la décision de chaque évêque pour son diocèse, l’âge de la confirmation pourra se situer dans la période de l’adolescence, c’est-à-dire de 12 à 18 ans.«

Le diocèse a opté pour un âge médian, dans l’espoir de pouvoir accompagner les jeunes plus longtemps, jusqu’à un âge où ils sont capables d’une décision plus mûrie et supposée plus stable. Vingt ans plus tard, d’autres questions apparaissent qui conduisent à de nouvelles dispositions. Elles tiennent à l’évolution des jeunes, au contexte ecclésial. Elles tirent les conclusions de l’expérience de ces dernières années.

Le nombre de jeunes confirmés s’est effrondré (de 500 à 100 jeunes confirmés annuellement). L’âge de la confirmation n’en est sûrement pas l’unique raison mais il y contribue.

On peut dire que, de fait, notre pastorale des sacrements de l’initiation chrétienne n’est pas homogène : nous accueillons largement pour le baptême et l’eucharistie alors que notre pastorale de la confirmation est devenue « élitiste ». Nous continuons pourtant d’affirmer que ces trois sacrements sont indissociables dans un processus d’initiation. Chaque année 1000 enfants sont baptisés dans le Cantal, 100 sont confirmés. 900 n’iront pas jusqu’au terme de leur initiation chrétienne. On ne peut se satisfaire de cette situation. Pour les baptisés, le sacrement de confirmation n’est pas facultatif (Canon 890).

Le droit de l’Eglise exige la confirmation dans un certain nombre de situations : futurs époux, parrains de baptême… Il ne s’agit pas d’entrer dans une perspective trop étroitement juridique mais de reconnaître que cette exigence a du sens. Le petit nombre de confirmés d’aujourd’hui en rend déjà le respect difficile. On peut certes donner la confirmation dans la perspective proche d’un mariage mais cette pratique, qui ne considère pas la confirmation pour elle-même, n’est pas pastoralement satisfaisante. On peut en dispenser, mais si la dispense tend à devenir systématique, on doit s’interroger sur ce qui reste du sens de la confirmation.

La perception du sens de la confirmation s’est trouvée altérée et réduite : démarche liée à un choix personnel (par opposition au baptême), sacrement de l’engagement. Les formules utilisées par les jeunes sont parlantes : « je confirme mon baptême », « je me confirme »… La portée pédagogique du sacrement semble avoir pris le pas sur sa signification théologale.

Les aumôneries scolaires se sont donné comme objectif prioritaire sinon unique de préparer à la confirmation. Elles ont du mal à offrir des contenus et à trouver un style qui tranchent avec les années de catéchèse. Beaucoup de jeunes s’en sont découragés. D’ailleurs la simple préparation au sacrement ne suffit plus et d’autres initiatives sont nécessaires pour que les jeunes intègrent réellement les communautés chrétiennes.

Ces constats nous amènent à modifier notre pratique.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité