Le mystère de la messe (son déroulement)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » jeu. 27 févr. 2020, 19:01

Bonjour,

Durant ce temps de Carême, pourquoi ne pas en profiter pour expliquer un peu aux néophytes que nous sommes tous, les grandes lignes du déroulement de la messe ordinaire de l'Église catholique. me serai-je dit.

Il ne s'agit pas de disputer ici la forme de ceci ou cela ou pourquoi ne ferait-on pas ceci plutôt que cela. Non, mais juste comprendre mieux si c'est possible les différentes étapes du rite, le sens et tout. Les connaisseurs passeront outre, certains habitués pourraient y trouver un rafraîchissement de mémoire, les débutants une matière à réflexion.

Voilà !


Le déroulement de la messe


Pour commencer, on dit que la messe est un "mystère". Mais comment comprendre ce mot ? Il s'agit d'une attitude générale de tout notre être. Il s'agit d'être capable de recevoir ce que Dieu veut nous donner, être participant de ce que Jésus a fait, donner sa vie à son Père.

A la messe, c'est le coeur qui doit se rendre disponible pour recevoir la grâce de Dieu. La messe ce n'est pas avant tout faire des choses, mais s'unir au Christ qui aime sans limite et jusqu'au pardon en se donnant. A la messe, on dit même que ce mystère est grand, qu'il faut le proclamer : "Il est grand le mystère de la foi" et "Proclamons le mystère de la foi."

Question : Qu'est-ce qu'un mystère ?

C'est une initiation à des choses cachées, c'est le secret de Dieu qui se dévoile. Son contenu, c'est la Vie éternelle. La Salut par la réconciliation des hommes avec Dieu par Jésus Christ. On peut approcher cette réalité divine mais on ne peut pas en faire le tour.

1. Le jour du Seigneur

Dieu me convoque à la messe. "Faites ceci en mémoire de moi." Quand nous allons à la messe, nous répondons à la convocation de Dieu. Nous y allons pour nous, mais aussi pour les autres. Très important. Nous représentons les absents.

Au préalable ...

On ne va pas à la messe comme sur un coup de tête. On s'y prépare. Le jeûne eucharistique nous oblige à organiser notre temps en fonction de la messe. C'est un temps de pause entre l'agitation de notre existence et la célébration de la messe. Il s'agit d'arriver à l'église avec un coeur déjà tourné vers le Seigneur; il est là. Il m'attend. Je suis prêt, mon coeur est tourné vers lui.

Le Seigneur ? On le salue par une génuflexion, un signe de croix avec l'eau bénite. L'église est un lieu de prière, de recueillement : le silence est signe d'une bonne attitude envers Dieu. Chacun doit manifester que, à l'instant ou il entre dans l'église, tout est encore plus marqué de la présence de Dieu. Nous sommes dans une assemblée de personnes, mais Dieu est là, présent par des signes que nous ne pouvons ignorer. Tout doit permettre à quiconque nous regarde de le comprendre. La sacristie n'est pas une salle de jeu, ni une cour de récréation. On prend soin d'arriver suffisamment tôt pour se mettre en condition.

a. Le rassemblement

L'assemblée se constitue. Une personne de l'équipe liturgique fait un accueil. Ensuite un chant accompagne la procession d'entrée. La procession n'est pas là pour "faire beau". Elle rappelle par les signes de l'encens, des lumières, de la croix, de l'évangéliaire, des ministres, Jésus qui avance au milieu de son peuple. Les membres de la procession entrant dans le sanctuaire font une salutation par une génuflexion. L'évêque, les prêtres vénèrent l'autel; c'est un lieu saint. C'est le Christ.

Le président de l'assemblée salue : "La grâce de Jésus notre Seigneur, l'amour de Dieu le Père et la communion de l'Esprit Saint soient toujours avec vous." La messe commence par un signe de croix. Le président dit bien tout ce qui va se faire, se dire, se vivre c'est au nom de Dieu, qui est Père, Fils et Saint Esprit. Et le signe de la croix rend déjà présent le vendredi saint et le jour de Pâques. Cela donne un sens à tout ce qui va se passer, ce n'est pas une simple action des hommes. Voilà, l'assemblée est constituée : c'est un tout, un peuple, un Corps avec plusieurs membres, tous baptisés, parfois encore catéchumènes.

b. Demande de pardon

Il ne remplace pas la confession. Il nous rappelle que l'amour de Dieu est plus grand que nos péchés. Ce temps rappelle que les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres, mais qu'ils se savent aimés par Dieu au-delà de tous leurs péchés. "Notre coeur aurait beau nous accuser, Dieu est plus grand que notre coeur" (1 Jean 3,20)

c. Hymne du Gloire-à-Dieu

Toute l'assemblée unie dans l'Esprit Saint chante l'hymne du "Gloire à Dieu". De tout notre coeur nous adressons cette hymne au Père et au Fils.

https://www.youtube.com/watch?v=0V8Safvuf9g

d. La collecte

Le président dit : "Prions le Seigneur."

Dieu est là. Pendant le silence, on se tourne vers Dieu pour, dans un coeur à coeur, se confier à lui.


-------------------------
https://www.youtube.com/watch?v=BSlQKTj ... 4i&index=2

Explication essentielle et complémentaire par nos pères dominicains. La raison d'être des sacrements en général et donc de l'Eucharistie bien sûr. Je recommande fortement.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » ven. 28 févr. 2020, 7:15

La table de la Parole

A la messe, on ne lit pas un livre. On proclame la Parole. Un livre est un objet, alors que la Parole est vivante. De même qu'on communie au Corps du Christ, de même on communie à la Parole de Dieu. Ce n'est pas telle ou telle personne qui lit mais c'est la Parole qui m'est donnée. Certains reçoivent la Parole de Jésus, d'autres non. Parfois la Parole me dérange. Si c'est le cas, c'est pour dénoncer ce qui en nous n'est pas en harmonie avec le coeur de Dieu. Il faut comprendre cette gêne comme un appel à changer. La Parole est parfois comme un caillou dans une chaussure. C'est pour m'arrêter, me forcer à m'asseoir et regarder ce qui ne va pas, pour ensuite marcher d'un bon pas.

Première lecture/Psaume/Deuxième lecture

Ces lectures s'écoutent assis. Le lecteur termine en disant : "Parole du Seigneur"; et l'assemblée répond : 'Nous rendons grâce à Dieu." Ce dialogue final rappelle que c'est Dieu qui nous a parlé, qui nous a dévoilé son Amour. Et pour cela nous lui disons merci.

L'Évangile

Les rites qui accompagnent sa proclamation manifestent que les Évangiles sont plus importants que les autres lectures. La proclamation est faite par un diacre ou un prêtre, si possible autre que le président. Quant à l'acclamation : hors du Carême, elle se fait par l'Alléluia qui encadre un verset de la Parole de Dieu. Pendant le Carême, l'Alléluia est remplacé par un autre refrain. Lumière et encens manifestent l'importance de cette proclamation. L'Évangile s'écoute debout, signe de respect devant une personne que l'on veut honorer, le Christ. A la fin de la proclamation, le diacre ou le prêtre dit : "Acclamons la Parole du Seigneur"; et l'assemblée répond "Louange à toi, Seigneur Jésus." Là aussi, l'assemblée est invitée à vénérer plus particulièrement la lecture évangélique.

Parfois, deux ouvrages sont utilisés : le lectionnaire pour les lectures et l'évangéliaire pour l'Évangile. Dans ce cas, ce dernier se trouve sur l'autel jusqu'à la proclamation de l'Évangile. Après la lecture, il est disposé de telle manière que nous puissions l'honorer.

L'homélie

Elle fait partie tout entière de la liturgie. Habituellement, elle est dite par le président, elle explique la Parole de Dieu. C'est une sorte de catéchèse, d'exhortation qui abordent les grands thèmes de la foi chrétienne. Elle permet de grandir dans la compréhension de la foi.

La profession de foi

Elle doit être dite les dimanches et jours de solennité. C'est notre façon de participer à toute la liturgie de la Parole, en disant : "Oui, je crois à ce que l'Église révèle depuis toujours." On le fait, non avec nos mots, mais avec ceux de l'Église qui, dans sa Tradition, dit la foi de nos pères. C'est la foi de l'Église que nous proclamons, tout comme la messe célèbre Dieu et non la vie des hommes. L'action liturgique est un don de Dieu à l'Église. La confession de foi peut prendre plusieurs formes : le symbole de Nicée-Constantinople, le symbole des Apôtres ou encore la profession de foi baptismale. Les deux premiers sont à savoir par coeur. L'assemblée est invitée à répondre : "Je crois."

La prière universelle

Les baptisés ne viennent pas à la messe pour eux. Ils ont une responsabilité, une charge, celle de porter dans la prière tous les hommes. On dit qu'ils exercent une fonction sacerdotale baptismale. On prie à différentes intentions : pour l'Église, pour le monde, pour les blessés de la vie, pour la communauté. C'est toute l'assemblée qui exprime sa supplication par un refrain, un silence.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » ven. 28 févr. 2020, 18:19

[une parenthèse ici pour expliquer le rôle de la prière universelle, aussi bien que toute prière. J'emprunte à la petite encyclopédie du christianisme.]
A quoi ça sert ?

"La prière, ça ne change rien : voyez l'injustice, la guerre, la misère, la malheur innocent. Avec le progrès des connaissances on sait comment marche le monde. Il n'y a plus de place pour Dieu, donc il n'y a plus de place pour la prière. D'ailleurs, est-ce qu'on ne prie pas de moins en moins ? La prière apparaît comme un luxe inutile."

D'abord tout dépend de l'image que l'on se fait de Dieu. Sa puissance n'est pas de changer le cours du monde et de combler nos désirs et nos attentes par des coups de baguette magique. Dieu est une source, un élan, une présence, pas un mécanicien. Il ne "sert" à rien, au sens utilitaire de ce mot. Dieu est le coeur de notre coeur. Il est amour et pardon. Il est ce dont nous avons le plus besoin pour vivre dans l'amour, pour trouver le bonheur et la paix sur cette terre. Il est lui-même le bonheur et la paix.

C'est pour nous le rappeler qu'il nous a envoyé Jésus, dont nous avons à continuer l'action. Ainsi, l'action de Dieu passe par notre action, sa présence passe par notre présence à Lui et aux autres. "Quand j'étais au séminaire, a écrit le cardinal Marty, on m'a appris que la prière était le contrepoids de l'action. Elle est plus que cela : elle est le poids de l'action." Ou encore, dit Jean Sullivan : "Elle change radicalement notre manière d'exister et notre mode de présence au monde." Elle change le monde en nous changeant.

De là vient sans doute qu'elle apparaît à certains comme étant avant tout un remède, une thérapie, par exemple contre l'angoisse, la déprime, la peur. Ceux-là disent que la prière "sert" donc quelque fois pour nous-mêmes. Certainement. Mais elle n'est plus qu'un moyen si on la détache de Dieu pour la réduire à une médecine; à ce moment-là, elle n'est plus une prière. Elle ne s'adresse plus à personne. Elle est repliée sur elle-même. C'est seulement en Dieu qu'elle est vraiment une source d'équilibre et de joie, de profondeur et de sérénité. C'est seulement en Lui, en sa contemplation qu'elle est une force incomparable pour l'action.

Il ne suffit pas de prier. Mais il ne suffit pas non plus d'agir.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » ven. 28 févr. 2020, 20:25

La Table de l'Eucharistie

Quand le président de l'assemblée présente le pain et le vin à l'offertoire, il signifie deux réalités.

1. Il rend présent à notre monde d'aujourd'hui ce que Jésus a fait une fois pour toutes. C'est, dans le sacrement, le re-présentation de la mort et de la résurrection du Christ.

2. Chaque chrétien est invité à s'offrir, à travers ces signes du pain et du vin, au Père comme le Fils l'a fait lui-même.


Offertoire

La messe est un repas sacrificiel. On met la table. Le corporal, le purificatoire, le calice. Puis nous apportons les offrandes, le pain et le vin. C'est à ce moment-là que l'on fait la quête. On offre un peu de soi pour les autres. Une fois les dons installés sur l'autel par le diacre ou, à défaut un prêtre, le président peut encenser pour signifier que l'offrande de l'Église et sa prière montent comme l'encens vers Dieu. Prêtre, diacre et fidèles peuvent être encensés.

Lavabo

Le prêtre se lave les mains en signe de purification intérieure.

Prières sur les offrandes

Elle s'adresse à Dieu, tous les dons sont pour lui. A travers le pain et le vin, c'est le don du Fils qui s'est rendu présent à notre vie, mais ce sont aussi nos vies qui sont offertes à Dieu. Sur l'autel, les mots du président, "fruit de la terre et du travail des hommes", signifient que toute la création est assumée par le Christ qui donne sa vie pour nous. Alors, à la messe, le Christ offre sa vie pour nous, mais aussi, chaque chrétien peut accompagner ce mouvement d'offrande en s'offrant lui-même au Père.

La prière eucharistique

(la préface)

Elle commence toujours par le même dialogue.

Président : Le Seigneur soit avec vous.
Assemblée : Et avec votre esprit.
Président : Élevons notre coeur.
Assemblée : Nous le tournons vers le Seigneur.
Président : Rendons grâce au Seigneur notre Dieu.
Assemblée : Cela est juste et bon.

On redit pourquoi on veut rendre grâce à Dieu. C'est une invocation qui s'adresse au Père, par le Fils, chantée par le président. Après avoir rappelé tout ce que Dieu a fait d'extraordinaire, on veut le chanter en reprenant l'acclamation de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem : " Saint, Saint, Saint le Seigneur ..."

La prière eucharistique est le centre et le sommet de toute la célébration . Le président s'adresse au Père par l'Esprit Saint.

L'épiclèse

"Sanctifie-les par ton Esprit pour qu'elles deviennent le Corps et le Sang de ton Fils Jésus Christ, notre Seigneur, qui nous a dit de célébrer ce mystère". C'est une invocation afin que les dons offerts par les hommes deviennent le Corps et le Sang du Christ. Cette invocation rend présent le don du Christ à son Père, et deviendra pour nous nourriture pour la vie éternelle.

Avec le récit de l'institution et de la consécration, le président ne raconte pas ce que Jésus a fait, il le fait pour rendre présent aujourd'hui, à notre monde, ce moment ou Jésus donne sa vie pour la multitude. L'Église obéit à l'injonction de Jésus : "Vous ferez cela en mémoire de moi." C'est le sacrement, le signe efficace de sa mort et de sa résurrection pour nous aujourd'hui.

Anamnèse

Il est grand le mystère de la foi.
Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus,
Nous célébrons ta résurrection,
Nous attendons ta venue dans la gloire.

"Accorde-nous d'être un seul corps et un seul esprit dans le Christ."

L'appel à l'intercession des saints : l'eucharistie est aujourd'hui, mais l'Église n'a pas de limite ni dans le temps ni dans l'espace. Ainsi, nous célébrons, en union avec les saints qui nous ont précédés, avec toute l'Église d'aujourd'hui sur terre. C'est la dimension universelle de la messe : pour tous et pour tous les temps.

La prière pour les défunts : l'Église l'a toujours fait. Être chrétien, c'est désirer un monde d'amour, pour communier dès ici-bas à la vie de Dieu, mais c'est aussi désirer la vie éternelle, c'est bien ce qui est dit le jour de notre baptême : ' ... entre dans la maison de Dieu, afin d'avoir part avec le Christ à la vie éternelle."

"Pour nos frères défunts, pour les hommes qui ont quitté ce monde, et dont tu connais la droiture, nous te prions : reçois-les dans ton royaume [...]"

Doxologie finale

"Par lui, avec lui et en lui, à toi, Dieu le Père tout puissant, dans l'unité du Saint Esprit, tout honneur et toute gloire, pour les siècles des siècles."

Elle exprime la glorification de Dieu. L'assemblée répond : "Amen !" , c'est à dire : "oui, c'est vrai."

Notre Père

Cette prière est aussi appelée l'oraison dominicale. Elle nous a été enseignée par le Christ lui-même qui nous associe ainsi à sa propre prière au Père, à l'intérieur de la Trinité. Le Notre Père est la prière qui constitue le chrétien. Dans les premiers temps de l'Église, les catéchumènes n'avaient le droit de le dire qu'après leur baptême. C'était comme un privilège. Un signe. La carte d'identité du chrétien.

Rite de la paix

Le diacre, à défaut de prêtre, peut inviter les membres de l'assemblée à manifester la paix du Christ, qui est un don de Dieu. Une paix qui n'est pas absence de guerre, mais amour donné à l'autre.

La fraction de l'hostie

C'est un geste qui prend sa source dans celui-là même du Christ à la Cène. Signe que nous communions au même pain de Vie, signe de notre communion avec Dieu et avec nos frères en Dieu.

L'immixtion

Ce morceau d'hostie versé dans le calice rappelle celui que l'évêque envoyait aux prêtres en signe d'unité, de communion entre lui et les chrétiens de son diocèse.

Pendant toute la fraction du pain et l'immixtion, on dit ou on chante l'Agneau de Dieu.

Les sacrements ne sont pas magiques. Ils sont efficaces pour notre sanctification, pour autant que nous les recevons avec foi.

Heureux les invités au repas du Seigneur

"Prenez et mangez" (Matthieu 24,26)
"Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour (Jean 6,54)

Action de grâce

C'est le temps d'entrer dans un temps de prière personnelle. Dire merci à Dieu de s'être donné en sacrifice pour la vie éternelle. C'est le moment de lui confier notre vie, notre avenir, les personnes que nous aimons, celles que nous n'arrivons pas à aimer. Il est possible d'offrir notre communion pour une personne qui n'est pas venue à la messe ou qui ne peut pas communier. La communion à l'église ne peut jamais être privée, pour soi seul, sinon elle perd son sens.

La prière de postcommunion

Le président demande à Dieu que cette communion reçue porte des fruits pour chacun.

Ex : Nous t'en prions, Dieu tout puissant : que cette communion nous purifie de nos péchés et nous aide à prendre les moyens de guérison que tu nous offres en ce temps de Carême. Par Jésus Christ ton Fils, Notre Seigneur, qui règne avec toi et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

La bénédiction

Elle est prononcée par le président. Dans tous les cas, le prêtre, l'évêque demandent à Dieu que tout aille bien dans nos vies selon le coeur de Dieu. Le président fait le signe de croix vers l'assemblée, il donne la bénédiction. Les membres de l'assemblée se signent, ils reçoivent la bénédiction.

L'envoi

La messe n'est pas une parenthèse dans nos existences, elle est sommet et source de vie. Cette halte a permis de tout remettre à Dieu, mais aussi de trouver des forces neuves pour vivre. "Allez dans la paix du Christ", ce sont les derniers mots du président de la célébration. Il ne peut rien souhaiter de mieux aux membres de l'assemblée.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » mar. 10 mars 2020, 1:00

Pourquoi participer à la messe ?


Il faut être capable de répondre à cela.

Saint Léonard de Port Maurice disait que la messe est la plus belle richesse, la plus divine gloire de l'Église de Dieu, mais c'est un trésor caché que trop peu connaissent. La messe disait-il n'est rien de moins que le soleil du christianisme, l'âme de la foi, le coeur de la religion de Jésus-Christ. Tous les rites, toutes les cérémonies, tous les sacrements s'y rapportent. Elle est, en un mot l'abrégé et le centre de tout ce qu'il y a de beau et de bon dans l'Église de Dieu. Nous allons examiner quelques-uns de ses titres et des grâces qu'elle procure.


La messe. titres et grâces

La mort de Notre Seigneur sur la Croix au Calvaire voilà le grand trésor.

La messe nous permet d'y puiser chaque jour et nous obtenons les mêmes faveurs que si nous avions été présents au Calvaire. La messe nous donne non seulement le souvenir de la Passion et de la mort du Christ, notre Sauveur, c'est avec Lui qu'elle se déroule, avec Sa Personne, Sa Prière, Son Amour. Dieu envoie de nouveau son Fils à la terre pour notre salut. Il s'incarne et naît de nouveau pour nous.

Il renouvelle sa Douloureuse Passion et nous laisse participer à ses fruits. Il offre son Précieux Sang au Père Éternel en notre faveur. Il arrose notre âme de son Sang adorable et la purifie de ses souillures. Il expie pour nous, pardonne nos péchés véniels et apaise la colère de Dieu. Il prie pour nous avec Notre Dame, les Anges et offre notre prière.
Encore ...
La messe est le présent le plus agréable et le plus puissant que nous pouvons offrir à la Sainte Trinité. La messe augmente en nous la grâce sanctifiante, nous attire beaucoup de grâces et nous nourrit spirituellement du Corps et du Sang de Jésus. La participation à une messe en l'honneur de la Vierge Marie, des Anges, des Saints, ou des âmes du purgatoire nous obtient leur protection et leur secours très puissant. Ainsi elle nous préserve de beaucoup de malheurs et nous fortifie contre les tentations.

Notre participation à une seule messe nous est plus profitable que la célébration pour le repos de notre âme après la mort. Elle nous procure plus de mérites et de gloire éternelle que les prières et les pénitences les plus austères.

La messe est le moyen le plus puissant pour obtenir la conversion des pécheurs, la guérison des malades et pour recevoir d'abondantes bénédictions.

C'est par la messe que nous expions le plus de péchés et recevons le plus d'indulgences. Les prières, adorations, louanges, jeûne, pénitence, en sont la préparation et le complément indispensables.

Par la participation régulière à la messe on obtient la grâce d'une bonne mort. Si nous ne pouvons pas dire des messes pour nos défunts nous pouvons grandement les aider à aller au ciel en assistant pour eux à la messe. Lorsque, par négligence, nous nous privons d'assister à la messe, nous perdons des mérites infinis.

La messe du dimanche est forcément plus communautaire : c'est la paroisse qui se réunit et fête le Jour du Seigneur. La messe en semaine fait beaucoup progresser la vie intérieure et nous fait vivre l'évangile quotidiennement. Le plus grand de tous les miracles se déroule chaque jour tout près de notre porte. Si notre âme est dans la lumière, elle nous y entraîne comme un aimant.


Quoi d'autre ?
Une messe nous apporte de la force pour notre corps, la paix pour nous et notre famille. Une âme qui s'élève , élève le monde entier. La Sainte Vierge, disait Padre Pio, est présente à chaque messe qui se célèbre quelque part dans le monde avec les anges par troupe, ils adorent et aiment.

Source : document repris à l'Oratoire Saint-Joseph

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 267
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par apatride » mar. 10 mars 2020, 1:12

Merci Cinci pour ces documents et extraits qui me sont précieux, pour mon édification personnelle bien sûr, mais aussi parce que j'essaye tant bien que mal de faire prendre goût à la messe à mes enfants. Cela me donne un plan pour traduire la réalité sous-jacente et surnaturelle de la messe, dans des termes qui leur sont accessibles.

Je pense surtout à mon fils aîné qui n'a pas été habitué à y aller dès son plus jeune âge, ma conversion étant relativement récente, et qui rechigne à m'y accompagner. A son âge, il aime bien comprendre ce qui se passe et je pense qu'une meilleure compréhension intellectuelle de la chose l'enjoindrait à moins traîner les pieds. Pour le plus jeune, le simple fait d'être avec son père et de chanter à tue-tête semblent encore être des motivations suffisantes :>

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » mar. 10 mars 2020, 1:31

Dans le même document :

Rendons-nous à la messe avec joie et ferveur comme cette histoire d'enfant libanais qui sortait rayonnant de l'Église. Il venait de faire sa première communion. Il est interpellé par un vieux musulman intégriste qui lui lance : "Tu ne va pas me faire croire que ton Jésus est présent dans toutes les hosties ?" L'enfant réfléchit et lui pose cette question insolite : "Combien y a-t-il de fenêtres côté sud à Beyrouth ?" "Je ne vois pas le rapport, je suis incapable de les compter tellement elles sont nombreuses !" "Eh bien, comment expliques-tu que le soleil entre par toutes ces fenêtres en même temps ? Pourquoi le Christ, plus grand que le soleil ne pourrait pas être vivant dans toutes ces hosties consacrées."

Nous allons à la messe, c'est bien, mais de grâce, ne nous y rendons pas seul ! Faisons appel à notre Ange gardien, qu'il aille chercher tant d'Anges gardiens d'âmes qui ont besoin de prières. N'oublions pas, aussi, les âmes du purgatoire.

Notre Ange gardien

Tout d'abord en se rendant à l'église. Notre Ange ne demande pas mieux qu'à s'exécuter pour la plus grande gloire de Dieu. Plus vite que la lumière, il peut se mettre en route.

Faisons-lui cette prière :

"Saint Ange, je te salue et te remercie, dans la lumière divine, va chercher pour participer à cette messe les Anges gardiens de tous les membres de ma famille, de mes amis, de tous ceux qui se sont recommandés à mes prières, qui me font du bien ou qui m'en ont fait, tous les consacrés du monde entier et en particulier le Saint Père, les jeunes qui ont reçus le don de la vocation pour qu'ils soient éclairés, de tous ceux qui souffrent des persécutions, les malheureux, les miséreux, les rejetés, les sans-espoirs, ceux qui vont mourir aujourd'hui ou qui sont à l'agonie, tous ceux qui risquent de se perdre, les futurs mamans, tous ceux qui ont de grandes responsabilités."


Les âmes du purgatoire

"Seigneur Jésus, toi qui nous a ouvert le Ciel en nous rachetant, permet à toutes les âmes de cette paroisse qui souffrent tellement de participer avec moi à cette messe pour hâter leur purification. Permet aussi à toutes celles de ma famille et mes bienfaiteurs d'être là et, si c'est possible, à toutes les âmes du purgatoire ou au moins à celles qui sont les plus délaissées."

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » mar. 10 mars 2020, 2:35

Dans ce document, je trouve encore d'autres conseils pour la messe. Intéressant.

Exemple :

L'eau bénite

Prenons de l'eau bénite et faisons un beau signe de croix en faisant cette prière :

"Père, purifie mon intelligence et mes pensées. Fils, aide mon corps à devenir le temple de l'Esprit, soutiens-le. Et Esprit Saint, donne-moi toutes les lumières divines pour entrer dans ce Mystère d'amour qui va être célébré."

S'il n'y a pas d'eau bénite dans l'église, faites cette prière avant de partir, avec de l'eau bénite qu'il est nécessaire d'avoir chez soi.

ou
Le Jeudi Saint

La Vierge Marie était là. Jésus lui a porté la première communion après l'avoir distribué aux Apôtres. Maintenant à chaque Consécration, elle est là, à genoux au pied de l'autel pour accueillir son Divin Fils. Elle est là, présente, tout près de nous, avec nous, elle adore. Voyons ensuite le Christ en Croix, tout sanglant, comme le voyait Padre Pio à chaque consécration. Marie recueille le Sang de son Fils. Nous pouvons lui faire cette prière :

"Sainte Vierge Marie, je vous supplie d'offrir à Dieu le Précieux Sang de votre Divin Fils, avec lequel vous avez voulu tout souffrir, tout supporter, tout offrir pour que chaque âme que je vous ai recommandée soit inondée de grâces."
ou
Prières à dire juste avant la Messe (ce sont des modèles, on peut les adapter)

Seigneur Jésus, je crois que tu es réellement présent dans le Saint-Sacrement de l'autel, Corps, Sang. Âme et Divinité. Je t'adore et je te reconnais pour mon Créateur, mon Seigneur, mon Sauveur, et je désire te recevoir.

Seigneur, je regrette mes péchés, parce qu'ils t'ont offensé, et parce qu'ils me rendent indigne de te recevoir dans mon coeur; je prends la résolution, avec le secours de ta grâce, de ne plus recommencer et de faire pénitence.

Sainte Vierge, tu es ma mère, je t'offre mon coeur. Purifie-le de tout péché, remplis-le de ton amour, de ton humilité, de ta pureté. Transforme-le en un tabernacle ou Jésus quand il viendra soit heureux d'habiter.

C'est bon à savoir. La grâce du sacrement peut être reversée à une autre personne. Comme dans l'exemple de la prière s'adressant à Marie le jeudi saint. C'est aussi ce que j'ai fait vendredi dernier. Après la messe, j'ai demandé au prêtre de recevoir le sacrement du pardon. Et j'ai ajouté une demande : que la grâce du sacrement soit reversée à un tiers. Encore il y a peu, j'ignorais moi-même qu'il y avait possibilité de faire cela.

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 267
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par apatride » mar. 10 mars 2020, 2:42

Cinci a écrit :
mar. 10 mars 2020, 2:35
Dans ce document, je trouve encore d'autres conseils pour la messe. Intéressant.
Si vous êtes friand de ce genre de découvertes, je ne peux que vous recommander de nouveau les vidéos du Fr Chad Ripperger, déjà évoquées dans un autre fil. Elles regorgent de ce genre de conseils.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Le mystère de la messe (son déroulement)

Message non lu par Cinci » mer. 11 mars 2020, 0:29

Bonjour apatride,


apatride :

Merci Cinci pour ces documents et extraits qui me sont précieux, pour mon édification personnelle bien sûr, mais aussi parce que j'essaye tant bien que mal de faire prendre goût à la messe à mes enfants. Cela me donne un plan pour traduire la réalité sous-jacente et surnaturelle de la messe, dans des termes qui leur sont accessibles
Vous me faite plaisir. Merci.


Je pense surtout à mon fils aîné qui n'a pas été habitué à y aller dès son plus jeune âge, ma conversion étant relativement récente, et qui rechigne à m'y accompagner. A son âge, il aime bien comprendre ce qui se passe et je pense qu'une meilleure compréhension intellectuelle de la chose l'enjoindrait à moins traîner les pieds. Pour le plus jeune, le simple fait d'être avec son père et de chanter à tue-tête semblent encore être des motivations suffisante :>
:D

C'est toujours préférable de comprendre ce qui se passe.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité