Etude: Les croyants plus enclins aux troubles mentaux

Psychologie - Psychanalyse - Psychiatrie - Psychologie sociale - Pathologies psychiques
JustineF
Quæstor
Quæstor
Messages : 339
Inscription : mar. 20 mars 2012, 18:16

Etude: Les croyants plus enclins aux troubles mentaux

Message non lu par JustineF » mar. 08 janv. 2013, 19:19

Une étude menée au University College de Londres et publiée au très réputé British Journal of Psychiatry fait apparaître la forte prévalence de divers troubles mentaux au sein des populations croyantes. Plus exactement, ces personnes présentent des risques plus forts d'être affectées par des maladies mentales.
Spirituality was also associated with a 40 per cent greater likelihood of receiving treatment with psychotropic drugs
They also had a 77 per cent higher chance of being dependent on drugs and were 37 per cent more at risk of neurotic disorder.
Spirituality was also associated with a 40 per cent greater likelihood of receiving treatment with psychotropic drugs.
Of the different groups, spiritual people were 50 per cent more likely to have a generalised anxiety disorder and 72 per cent more likely to suffer from a phobia.
Cette étude a été mené sur un échantillon de 7403 personnes tirées au hasard. 35% des individus de l'échantillon se décrivaient comme religieux et pratiquants dont une majorité de Chrétiens. 46% des individus déclaraient n'avoir aucun spiritualité ou religion.

Notons enfin qu'aucun lien n'a pu être établi entre le niveau de bien-être et le fait d'avoir ou non une spiritualité.

http://www.nhs.uk/news/2013/01January/P ... lness.aspx

http://www.dailymail.co.uk/news/article ... aning.html

En tant que croyants, comment expliquez-vous les résultats pour le moins surprenants de cette étude?

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 08 janv. 2013, 22:29

Ma première explication, à vue de nez, est la suivante :

Il y a tellement d'études qui sortent aujourd'hui, toutes plus contradictoires les unes que les autres (en fonction de ce que l'on veut défendre ou attaquer), que je me dis surtout que l'on trouve toujours les résultats que l'on recherche.

Ça vaut aussi pour les personnes qui relaient ce genre d'études, si vous voyez ce que je veux dire.

Avez-vous cherché des études contredisant celle-ci ?

Si vous voulez connaitre un sujet à coup d'études la première chose à faire est d'en lire plusieurs, et des contradictoires. Sinon, vous ne vous limiterez qu'à un "point de vue" forcément partisan.

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1696
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par archi » mar. 08 janv. 2013, 22:52

Attention, l'étude ne parle pas des "croyants" mais des "spirituels", qu'elle oppose à la fois aux "croyants religieux" (qui pratiquent une forme religieuse "organisée") et aux athées.
The research identified a group of people described as having a “spiritual understanding of life” but not practicing organised religion (for example, attending church regularly).

Researchers found this group were more likely to have a variety of mental health disorders and substance misuse problems than those describing themselves as religious and those reporting neither a religious nor a spiritual understanding of life (which for ease of reference, we will describe as atheists).
Bref, quelqu'un qui par exemple se fait sa propre cuisine "spirituelle" new age, avec éventuellement les pratiques plus ou moins prudentes qui y sont associées, a plus de chances d'avoir des problèmes qu'aussi bien un catholique pratiquant (entre autres) qu'un athée/agnostique.

Ce résultat ne m'étonne pas tant que ça... :s

(Ceci dit, d'une manière générale, je suis plutôt d'accord avec ce que dit Jean-Baptiste sur les études).

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

JustineF
Quæstor
Quæstor
Messages : 339
Inscription : mar. 20 mars 2012, 18:16

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par JustineF » mar. 08 janv. 2013, 23:52

Bref, quelqu'un qui par exemple se fait sa propre cuisine "spirituelle" new age, avec éventuellement les pratiques plus ou moins prudentes qui y sont associées, a plus de chances d'avoir des problèmes qu'aussi bien un catholique pratiquant (entre autres) qu'un athée/agnostique.
Là, je plussoie. Ce sont souvent les plus "barrés". Certains ont des croyances qui relèvent plus du trip sous LSD. Je trouve quelque chose de rassurant (toutes proportions gardées) chez un croyant qui adhère à un dogme et à une coutume, laquelle à sûrement lissé voire expurgé certains excès au fil des siècles. Les religions les plus jeunes et les plus hétéroclites sont souvent les plus véhémentes et les plus dangereuses.

Bien à vous,

PS: Bien sûr aucune études n'est jamais parfaite et souvent partisane, je sais bien. Mais je pense vraiment que les résultats interpellent. Pour vous donner le fond de ma pensée, je trouve même l'argument trop gros pour 'prêcher' l'athéisme. Je ne prends pas les croyants pour des "malades mentaux." Je voudrais au contraire que chaque camp arrête de voir l'autre comme antagoniste et laisse cohabiter des divergences d'opinion.

Avatar de l’utilisateur
Anna
Censor
Censor
Messages : 134
Inscription : jeu. 12 juil. 2007, 15:31

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Anna » mer. 09 janv. 2013, 0:04

Attention, l'étude ne parle pas des "croyants" mais des "spirituels", qu'elle oppose à la fois aux "croyants religieux" (qui pratiquent une forme religieuse "organisée" et aux athées.
The research identified a group of people described as having a “spiritual understanding of life” but not practicing organised religion (for example, attending church regularly).
En effet, ces pratiques "spirituelles" (hors religion= hors du lien avec Dieu) s'apparentent à toutes les formes d'occultismes et de tendances new-age dangereuses et nuisibles que l'Eglise dénonce pour leurs méfaits. C'est là une confirmation à la prudence requise.
Bref, quelqu'un qui par exemple se fait sa propre cuisine "spirituelle" new age, avec éventuellement les pratiques plus ou moins prudentes qui y sont associées, a plus de chances d'avoir des problèmes qu'aussi bien un catholique pratiquant (entre autres)
Exactement. Au sujet de l'occultisme, je trouve l'expérience personnelle et les analyses du Père Verlinde très utiles pour faire des distingo et se préserver d'illusions exotiques à deux francs.
Prouve que tu existes. Résiste !

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Isabelle47 » mer. 09 janv. 2013, 0:30

Bonjour Justine,

De quelles maladies psychiatriques parlez-vous?
Il y a une différence entre autisme profond et dépression passagère, par exemple, mais les deux sont des maladies psychiques.

Comme on vous l'a dit, se faire une opinion sur une seule étude est léger; il est judicieux de croiser plusieurs études afin de se faire une opinion sûre et en tirer une conclusion.

Il peut y avoir plusieurs explications au résultats de l'étude que vous exposez:

- Les critères de diagnostics psychiatriques ne cessent de se multiplier, si bien que ce qui était considéré comme anodin il y a quelques années est susceptible d'être, aujourd'hui, diagnostiqué "maladie psychiatrique".
La liste ne cesse de s'allonger.
On psychiatrise l'éducation. Un enfant un peu agité est mis sous calmant. Un adolescent naturellement déphasé sous anti dépresseur. Un adulte en deuil, idem!
Les "chercheurs" publiant ces résultats sont très proches de grands laboratoires pharmaceutiques producteurs d'anti dépresseurs, anxyolitiques et autres somnifères. Cherchez l'erreur.

- Notre société consumériste et matérialiste élimine de plus en plus ceux qui n'entrent pas dans le moule social de la productivité).

- Enfin, le rationalisme, l'irreligion, l'individualisme égoïste nous font rejeter ceux qui ont une vision du monde différente; la solution est alors de les médicaliser pour se rassurer.
Il y a fort à parier que Thérèse d'Avila seraient diagnostiquée schizophrène de nos jours :siffle:
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par ti'hamo » mer. 09 janv. 2013, 14:46

. Comment sont définis "croyant" et "maladie mentale" ? Dit comme ça c'est très vague. (et donc, peu interprétable)

(les sondages qui sortent de temps en temps en France, par exemple, nous apprennent qu'un certain pourcentage de ceux qui se disent "catholiques" déclarent aussi ne pas croire en Dieu : alors, bon, la façon dont les gens définissent ou nomment leurs propres idées ou croyances est à interpréter avec prudence.)


. Le terme "maladie mentale" recouvre une réalité très vaste - je ne trouve d'ailleurs pas très sérieux ni scientifique le fait de parler, sans plus de précision, d'un "plus grand risque d'être affecté par une maladie mentale".



Pour prendre un autre exemple, on sait qu'on compte statistiquement plus de tendances aux troubles bipolaires, ou à la dépression, parmi les artistes - écrivains ou peintres ou compositeurs.

Qu'en concluerait-on ? Que peindre ou écrire prédispose à la dépression, ou bien que la plus grande sensibilité des esprits créatifs les expose aussi à des risques de troubles ?
(de même que si vous percevez mieux les sons que les autres personnes, avec une plus grande acuité, vous risquez plus d'être gênée voire blessée par les sons)



(Ce qui montre d'ailleurs que ce genre d'études ou de déclarations peut de toute façon être "interprétée" de toutes les manières selon le sens qu'on veut lui donner a priori : après tout, on pourrait très bien en conclure que cela montre une atrophie de l'esprit plus marquée chez les personnes athées : n'ayant pas d'esprit, il ne peut donc être blessé, ou s'il l'est cela n'a que peu de conséquence sur la personne,
de la même façon qu'on compte beaucoup moins de cors aux pieds chez les cul-de-jatte. :D )
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par ti'hamo » mer. 09 janv. 2013, 14:54

...bon, ceci dit et comme d'autres intervenants l'ont déjà souligné, le titre accrocheur de l'article est ambigu, alors que l'étude en elle-même ne l'est pas :

"The research identified a group of people described as having a “spiritual understanding of life” but not practicing organised religion (for example, attending church regularly).

Researchers found this group were more likely to have a variety of mental health disorders and substance misuse problems than those describing themselves as religious and those reporting neither a religious nor a spiritual understanding of life (which for ease of reference, we will describe as atheists)."


Ce qu'on pourrait conclure, c'est donc que se faire sa propre religion dans son coin, en se disant "croyant, mais pas dans le cadre d'une religion officielle", est une mauvaise idée. Ce que pesonne ici ne trouvera surprenant. :)


Je note aussi que l'article soulève très précisément le point que je voulais illustrer en évoquant la corrélation entre sens artistique et troubles bipolaires :
"This highlights the main limitation of this cross-sectional research – that it cannot prove cause and effect. It cannot prove which came first: spirituality or mental ill health."



Ce qui est très intéressant (quoique, bon, comme je disais, "variété de troubles mentaux", c'est vague, très vague), c'est que l'idée qu'on retire de cette étude - que faire sa petite cuisine spirituelle dans son coin, en-dehors des sentiers balisés, c'est s'exposer à toutes sortes d'erreurs et de fragilités -,
est applicable au domaine intellectuel : se faire ses petites idées dans son coin, sans s'appuyer sur rien d'autre que son ressenti, c'est s'exposer à des troubles de la raison - la raison raisonnante.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Raistlin » mer. 09 janv. 2013, 17:10

Moi, je trouverais ça logique que les personnes blessées et fragiles soient davantage à se réfugier aux pieds du Christ. N'est-il pas le médecin des corps et des âmes ? Une amie me confiait récemment que sans Dieu dans sa vie, elle aurait coulé. Quel beau témoignage ! Ce sont justement ceux à qui tout sourit, qui n'ont aucun problème apparent, qui sont tentés de croire qu'ils n'ont pas besoin de Dieu. Bien sûr, c'est une illusion (et j'insiste là-dessus car chère Justine, je devine à vos différentes interventions que vous pensez n'avoir aucun "problème" alors que votre sexualité blessée hurle le contraire).
Il faut parfois une vie et un coeur brisés pour prendre conscience que tout est vanité et que nous avons désespérément besoin de Dieu...

Ainsi, la suprême illusion du monde contemporain est de faire croire à l'homme moderne qu'il n'a pas besoin de Dieu, qu'il n'a pas besoin d'être sauvé. C'est un odieux mensonge, un peu similaire à celui qui plane sur l'homosexualité. Et je sais de quoi je parle car avant ma conversion, lorsque j'étais encore assez aveugle pour obéir à ce que le monde me disait de faire avec mes pulsions homosexuelles, la vie était plus facile, j'étais moins angoissé, moins conscient des ténèbres que je porte en moi, moins dans le combat spirituel, etc... pourtant, je mesure à quel point c'était le mensonge et l'illusion qui me maintenaient dans un état de "paix" apparente. Or Dieu nous veut libre pour nous conduire vers le vrai bonheur et la vraie guérison intégrale de notre être.

Aujourd'hui, un psy qui m'ausculterait diagnostiquerait probablement des angoisses, de la colère, des insécurités, etc. Mais ce qu'il ne pourrait pas diagnostiquer, c'est que je suis davantage dans la vérité sur moi-même et que j’avance vers l’accomplissement et la guérison totale de mon être dans le Christ. Alors certes, aujourd’hui, je suis sans doute moins apaisé et moins « heureux » (terme oh combien piégé) qu’avant ma conversion. Mais je vois ce à quoi je suis appelé et ce que je deviendrai lorsque je serai à l’image du Christ. Ce jour-là (qui arrivera dans 1 an, dans 10 ans ou après ma mort, je n’en sais rien), je serai parfaitement et éternellement heureux, joyeux et en paix. Bref, autant de choses que ce monde bassement matérialiste ne peut pas m’offrir.

Je préfère la souffrance qui conduit à la guérison et au Salut, que le bien-être temporaire qui conduit à la perdition et au malheur éternels.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Cinci » mer. 09 janv. 2013, 20:00

Justine F,
PS: Bien sûr aucune études n'est jamais parfaite et souvent partisane, je sais bien. Mais je pense vraiment que les résultats interpellent.
Il dépend toujours de la portée que l'on prête aux études, leur interprétation et ce que l'on croirait les en voir prouver. Beaucoup de choses sont discutables.

[...]

Moi je penserais «entre autres» que les idées religieuses fascinent toujours d'une manière ou d'autre même (même !; et que je ne dis pas ''déraisonnable'' par ici) des gens dit ''normaux'', et sceptiques, et athées, et etc. Or quoi de surprenant alors qu'une personne, mais une fois malade au point de pouvoir entrer tantôt dans un délire, n'en pourrait pas demeurer aussi bien fascinée par la chose qu'auparavant et sinon plus; avec cette petite différence aussi que le masque serait peut-être moins efficace qu'avant pour préserver, une fois malade, comme une certaine forme de pudeur (?; est-ce le bon mot ?), une sorte de babil informe et inconscient s'étant toujours trouvé là, en-deça, comme on le dirait aussi d'images oniriques et trucs de la sorte.

Même des gens dit ''normaux'' comme de gros raisonneurs sceptiques peuvent être fascinés d'une manière par certaines idées religieuses. Il faudrait pas se surprendre si n'importe quel quidam après cela (même quand il aurait pu avoir été jusque là en apparence assez indifférent à ces questions), une fois malade, puisse à son tour avoir l'esprit captivé par un truc religieux ou un autre, tout en ayant le jugement quelque peu affecté par sa maladie cette fois; ce qui ne lui permetrait plus de filtrer ou discriminer correctement ce qui serait totalement illusoire, purement fantasmé, stérile et vain (puis souffrant pour rien même si la souffrance occasionnée est réelle, etc.)

[...]

Je pensais aussi sensiblement la même chose que Ti'hamo, Raistlin ou jeanbaptiste plus haut, et concernant la relativité des statistiques ou des études. Pareillement pour d'autres remarques (les malades qui auront plus tendance à se réfugier au pied du Christ, etc.)

JustineF
Quæstor
Quæstor
Messages : 339
Inscription : mar. 20 mars 2012, 18:16

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par JustineF » mer. 09 janv. 2013, 20:19

Je pensais aussi sensiblement la même chose que Ti'hamo, Raistlin ou jeanbaptiste plus haut, et concernant la relativité des statistiques ou des études. Pareillement pour d'autres remarques
D'accord, ce que je tire de vos messages c'est que l'étude est biaisée et qu'on ne peut pas s'y fier selon vous mais aucun argument vraiment convaincant à mon sens sinon l'intervention de Raistlin, très intéressante.
Ainsi, la suprême illusion du monde contemporain est de faire croire à l'homme moderne qu'il n'a pas besoin de Dieu, qu'il n'a pas besoin d'être sauvé. C'est un odieux mensonge, un peu similaire à celui qui plane sur l'homosexualité.
Non, c'est un peu différent. L'homme moderne ne croit plus qu'il existe un Dieu pour distribuer des bons et des mauvais points et accorder aux plus méritants 'la vie éternelle.'
Et je sais de quoi je parle car avant ma conversion, lorsque j'étais encore assez aveugle pour obéir à ce que le monde me disait de faire avec mes pulsions homosexuelles, la vie était plus facile, j'étais moins angoissé, moins conscient des ténèbres que je porte en moi, moins dans le combat spirituel, etc... pourtant, je mesure à quel point c'était le mensonge et l'illusion qui me maintenaient dans un état de "paix" apparente. Or Dieu nous veut libre pour nous conduire vers le vrai bonheur et la vraie guérison intégrale de notre être.
Guérir de son bien-être donc? Je peine à vous suivre. Quel évènement, quelle blessure vous a conduit à vous convertir?
aujourd’hui, je suis sans doute moins apaisé et moins « heureux » (terme oh combien piégé) qu’avant ma conversion
Aujourd'hui, un psy qui m'ausculterait diagnostiquerait probablement des angoisses, de la colère, des insécurités, etc.

probablement, oui.
N'est-il pas le médecin des corps et des âmes ?
A vous lire, on répondrait volontiers: non. En tout cas pas dans ce monde. Dans un hypothétique au-delà peut-être. Vous avez fait le pari très Pascalien que cet au-delà existe. Cela n'engage que vous après tout. Mais comment exiger des autres qu'ils en soient aussi convaincus que vous et qu'ils empruntent à leur tour ce chemin de ronces et d'orties qui vous éloignent sans cesse du bonheur terrestre pour mieux accéder à l'au-delà?

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1177
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Olivier C » mer. 09 janv. 2013, 20:34

jeanbaptiste a écrit :Ma première explication, à vue de nez, est la suivante : Il y a tellement d'études qui sortent aujourd'hui, toutes plus contradictoires les unes que les autres (en fonction de ce que l'on veut défendre ou attaquer), que je me dis surtout que l'on trouve toujours les résultats que l'on recherche. Ça vaut aussi pour les personnes qui relaient ce genre d'études, si vous voyez ce que je veux dire.
En tant qu'infirmier en psychiatrie je dis : +1.
Ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῆν Χριστὸς καὶ τὸ ἀποθανεῖν κέρδος. < christus.fr >

JustineF
Quæstor
Quæstor
Messages : 339
Inscription : mar. 20 mars 2012, 18:16

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par JustineF » mer. 09 janv. 2013, 21:53

Un peu plus loin sur le chemin de la vie et du vieillissement il semblerait aussi que les plus croyants soient les plus mal lottis en ce bas monde. Une autre étude (donc tout à fait discutable et partisane si je suis vos raisonnements ci-dessus) établi un lien entre la pratique religieuse et la démence sénile. Cette étude menée par le département de Psychologie de la prestigieuse Mount Sinai Medical School à New York portait sur 1690 patient d'âge mûr et avancé. le taux de prévalence de la démence au sein du groupe était trois fois plus élevé chez ceux qui se disaient très religieux par rapport aux autres.

Notons également que 3,3% seulement des membres de la renommée Royal Society se déclare croyants.
Pour rappel la Royal Society:
The Royal Society is a Fellowship of the world's most eminent scientists and is the oldest scientific academy in continuous existence.
http://royalsociety.org/

Par ailleurs une enquête menée auprès des membres de l'American National Academy of Science nous apprend que seuls 7% d'entre-eux croient en Dieu.

http://www.lhup.edu/~dsimanek/sci_relig.htm

Pour autant je trouve excessives les prises de position de ceux qui en ont déduit que les athées seraient nécessairement plus intelligents que les croyants, cela n'aurait pas de fondement. Mais ces études quoiqu'on en dise méritent d'être prises en compte et invitent à la réflexion.

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Isabelle47 » mer. 09 janv. 2013, 23:38

Justine,
vous dites trouver excessives les conclusions affirmant que l'intelligence et l'équilibre psychologique se trouveraient plus souvent chez les athées; mais peut-être avez-vous, vous-même, une opinion au sujet de ces enquêtes censées démontrer que la maladie mentale frappe plus souvent les croyants que les athées?
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1177
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Etude récente:Les croyants plus enclins aux troubles men

Message non lu par Olivier C » jeu. 10 janv. 2013, 0:01

Cette "étude" me rappelle les études des premiers anthropologues, cherchants a appuyer la théorie de la suprématie de la race blanche sur les autres, dans une perspective colonialiste.

Au fond l'histoire - ou la science - est toujours écrite par les vainqueurs. Et les vainqueurs du moment ne sont clairement pas chrétiens. Ce qui ne veut pas dire qu'elle soit juste.

Rien que sous l'aspect de l'actualité : rappelez-vous par exemple que l'homosexualité a été retirée du DSM-III (suppression de la catégorie "homosexualité égodystonique") sous la pression du loby Gay et non pas sur des critères établis scientifiquement, ce qui avait soulevé un scandale chez nombre de psychiatres à l'époque. Maintenant on parle d'une révision du transexualisme pour les prochains DSM.
Ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῆν Χριστὸς καὶ τὸ ἀποθανεῖν κέρδος. < christus.fr >

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités