Page 1 sur 1

Bienveillance de la neutralité

Publié : ven. 23 nov. 2018, 6:10
par pierrot2
On a auréolé la neutralité de la valeur "bienveillance"

Bienveillante, ne l'est-elle pas bien davantage pour le psy., dont la crédibilité est toujours sécurisée, ne hasardant rien de lui-même dans l'échange? Bienveillante enfin, l'est-elle vraiment pour le patient, qui, lui, en est réduit à prendre le risque de hasarder son intimité, en échange d'une retenue dans l'expression du jugement, retenue toute relative, puisque le consensus de départ est bien d'étiqueter le patient:"patient", et le psy, "soignant", et ceci, irréversiblement, de surcroît?

Bienveillance n'est-elle pas un habillage travestissant la neutralité, qui, elle, peut cacher l'éventuel pire derrière la façade du meilleur?

Non, décidément, le miroir supporte une bien injuste comparaison, lui qui encourt le risque permanent d'être brisé, à l'apparition de la moindre petite ride.

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : mer. 28 nov. 2018, 17:23
par Bassmeg
La neutralité n' est ni une valeur qui me paraisse interessante, ni qui me paraisse souhaitable.

Quand un conflit oppose un faible et un fort, le neutre, par sa neutralité, aide le fort.
Personne n' est jamais neutre, autant l' assumer.

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 0:20
par pierrot2
Bassmeg a écrit :La neutralité n' est ni une valeur qui me paraisse interessante, ni qui me paraisse souhaitable. Quand un conflit oppose un faible et un fort, le neutre, par sa neutralité, aide le fort. Personne n' est jamais neutre, autant l' assumer.
Bonjour Bassmeg, merci de votre pensée, que je trouve pertinente, mais qui appellerait peut-être à préciser faible en quoi, fort en quoi. Car dans la discipline mathématique, par exemple, le fort fait progresser les deux, le faible est potentiellement, s'il tient ferme sur l'une de ses thèses, diffuseur d'erreurs qui ne font pas avancer les discussions vers la solution.

Cette nuance étant dite, je vous en remercie encore, votre propos me donne à penser que vous avez saisi en quoi j' ai de la réserve pour ce label "neutralité": Cette fausse neutralité en effet me semble mentir par omission, traiter le défaut avec un esprit de discrimination positive qui restitue mal, à celui qui est désigné comme patient "là où se trouve sa ride", ne signalant même pas que sa chemise est boutonnée dimanche avec lundi, devant derrière, où encore enfilée à l' envers.

Je m'aperçois seulement, en me relisant, que seul le miroir est en réalité neutre, que sa neutralité ne trahit rien de l'image de l'objet, et qu'à ce titre, la neutralité est bienveillante et ose refléter même les défauts. Le miroir de la sorcière est brisé, cela est tout à son honneur, car il a osé lui dire que Blanche-neige est la plus jolie.. Le psy en revanche usurpe cette valeur vertueuse, mais il n'assume rien de sa difficulté: Il ment bel et bien par omission.

Si on ne veut pas se regarder dans un miroir, il faut parler à un psy: Il vous aidera

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 1:13
par Bassmeg
pierrot2 a écrit :
jeu. 29 nov. 2018, 0:20
(…) merci de votre pensée, que je trouve pertinente, mais qui appellerait peut-être à préciser faible en quoi, fort en quoi. Car dans la discipline mathématique, par exemple, le fort fait progresser les deux, le faible est potentiellement, s'il tient ferme sur l'une de ses thèses, diffuseur d'erreurs qui ne font pas avancer les discussions vers la solution.

Cette nuance étant dite, je vous en remercie encore, votre propos me donne à penser que vous avez saisi en quoi j' ai de la réserve pour ce label "neutralité": Cette fausse neutralité en effet me semble mentir par omission, traiter le défaut avec un esprit de discrimination positive qui restitue mal, à celui qui est désigné comme patient "là où se trouve sa ride", ne signalant même pas que sa chemise est boutonnée dimanche avec lundi, devant derrière, où encore enfilée à l' envers.

Je m'aperçois seulement, en me relisant, que seul le miroir est en réalité neutre, que sa neutralité ne trahit rien de l'image de l'objet, et qu'à ce titre, la neutralité est bienveillante et ose refléter même les défauts. Le miroir de la sorcière est brisé, cela est tout à son honneur, car il a osé lui dire que Blanche-neige est la plus jolie.. Le psy en revanche usurpe cette valeur vertueuse, mais il n'assume rien de sa difficulté: Il ment bel et bien par omission.

Si on ne veut pas se regarder dans un miroir, il faut parler à un psy: Il vous aidera
Bonsoir Pierrot,

Merci pour votre réponse détaillée et précise, ça me donne à réfléchir.

La neutralité est vraiment un concept étrange. Quand je vous parlais du fait que dans un conflit, le neutre avantage le fort et désavantage le faible, je voulais parler de la neutralité dans les rapports de forces. Faible en quoi, fort en quoi? Le nombre de chars, d' avions et de soldats me parait une bonne jauge de qui est fort et qui est faible. Imaginons un fort, un faible et un neutre. Le fort agresse le faible. Un pays fort envahit un pays faible. La neutralité du voisin avantage le fort.

Si le voisin n' était pas neutre, il pourrait changer la situation. Je n' irais pas jusqu' à dire que les neutres sont les complices des forts, mais quand même. La Suisse, neutre, a joué un role dans la seconde Guerre Mondiale, par sa neutralité. La neutralité est en soi une action.
Si je vois dans la rue un collégien agresser un primaire. Et que consciente de ceci, je veux être bienveillante. Je ne peux pas être neutre.

Mais vous sembliez parlez plus spécifiquement de la neutralité "sociale" et non militaire. Pierrot, je crois que maintenant que j' ai mieux compris le thème de ce topic, je vais vraiment avoir de quoi réfléchir, au vu de la profondeur de la question, sous ses airs innocents. Etre neutre en société, est ce être bienveillant? Mieux : Si l' on se veut bienveillant, doit on tendre à la neutralité?

Questions subsidiaires:

- Ne pas être neutre, le savoir, l' assumer et le revendiquer, est ce que cela peut être tout de même bienveillant?
(je veux dire, par exemple, je ne suis pas neutre. Je ne le prétends pas et je l' assume. Mais par contre, je revendique que ma non neutralité et l' assomption de celle-ci sont une expression de ma bienveillance envers mes congénères. Je veux un monde meilleur pour eux (et aussi pour mes enfants et pour moi. Assumer le risque de parler haut et fort pour un monde meilleur, quitte à ne pas être neutre et en assumer les conséquences, c' est bienveillant, non?).

- Imaginons que vous puissiez empêcher un crime mais qu' empecher ce crime brise votre neutralité bienveillante et deviendra de la non neutralité malveillante parce que le criminel aura des problèmes à cause de vous. (cela dit, vous auriez évité un crime à la victime, soit dit en passant)

Que feriez vous dans ce cas de figure?

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 4:53
par pierrot2
Bassmeg a écrit : Etre neutre en société, est ce être bienveillant? Mieux : Si l' on se veut bienveillant, doit on tendre à la neutralité?

Question

- Imaginons que vous puissiez empêcher un crime mais qu' empecher ce crime brise votre neutralité bienveillante et deviendra de la non neutralité malveillante parce que le criminel aura des problèmes à cause de vous. (cela dit, vous auriez évité un crime à la victime, soit dit en passant)

Que feriez vous dans ce cas de figure?
Chère Bassmeg, vous êtes donc une femme, enchanté.

Je vous laisse le soin de reprendre votre question sur un autre topic, car la "neutralité" dont vous parlez n'a pas pour enjeu la promotion de la vérité, de la lumière. Ce mot neutralité, que j'ai réhabilité dans cette citation où vous me citiez:
Bassmeg a écrit : Je m'aperçois seulement, en me relisant, que seul le miroir est en réalité neutre, que sa neutralité ne trahit rien de l'image de l'objet, et qu'à ce titre, la neutralité est bienveillante et ose refléter même les défauts. Le miroir de la sorcière est brisé, cela est tout à son honneur, car il a osé lui dire que Blanche-neige est la plus jolie.. Le psy en revanche usurpe cette valeur vertueuse, mais il n'assume rien de sa difficulté: Il ment bel et bien par omission.

Si on ne veut pas se regarder dans un miroir, il faut parler à un psy: Il vous aidera
(humour)
.

C'est donc que le mot neutralité est ici inadapté. Je le redis: Il est ici question de mensonge par omission, non de neutralité Il capte l'héritage, sans aucun coût pour lui, de la bienveillance, sans faire bénéficier la societé d'un avantage quelconque en terme de vérité et de lumière, donc. Il est au contraire enténébrant; la neutralité ne fonctionne pas à l'omisssion ni du bien, ni du mal, comme le mensonge par omission..
Au contraire elle reflète les deux, avec fidélité, ce que ne font ni le psychologue, ni le politicien qui se prétendent neutres même et surtout alors qu'ils pratiquent la langue de bois. La langue de bois n'est en rien neutralité: elle est pure mensonge par omission, usurpatrice de bienveillance, de surcroît.

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 5:06
par pierrot2
Bassmeg a écrit : - Ne pas être neutre, le savoir, l' assumer et le revendiquer, est ce que cela peut être tout de même bienveillant?
(je veux dire, par exemple, je ne suis pas neutre. Je ne le prétends pas et je l' assume. Mais par contre, je revendique que ma non neutralité et l' assomption de celle-ci sont une expression de ma bienveillance envers mes congénères. Je veux un monde meilleur pour eux (et aussi pour mes enfants et pour moi. Assumer le risque de parler haut et fort pour un monde meilleur, quitte à ne pas être neutre et en assumer les conséquences, c' est bienveillant, non?).


Comme je le dis dans le message précédant, vous imputez à la neutralité le mensonge par omission. "Ne pas être neutre" selon vous signifie "ne pas mentir par omission". En réalité , donc, ce que vous appelez "ne pas être neutre", c'est en réalité tout le contraire, c'est n'occulter rien dans le témoignage des vérités, càd, ni bien, ni mal, c'est donc bien la restitution fidèle de la vérité, comme le miroir avec l'image. C'est neutre, et c'est effectivement bienveillant

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 5:34
par Bassmeg
Je n' impute pas le mensonge par omission à la neutralité, Pierrot. Je ne parlais pas des mensonges par omission, mais de la neutralité. Mon propos était de dire qu' on peut être neutre et malveillant et inversement. Pierrot, restez vous neutre si vous voyez un collégien frapper un petit de primaire?

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 10:54
par pierrot2
Bassmeg a écrit : Je n' impute pas le mensonge par omission à la neutralité, Pierrot.
je me suis mal exprimé, vous l assimilez à la neutralité
Bassmeg a écrit : Pierrot, restez vous neutre si vous voyez un collégien frapper un petit de primaire?
Si vous m avez compris, je serais neutre, en conséquence, je ferais connaître ce que ces actes sont, en l occurrence, violence d un collégien envers un primaire, ce qui est bien de la neutralité, au sens de Mr de la Palisse, peut-être, mais de la neutralité quand même.
Ne rien dire serais du mensonge par omission, ou appelez cela complicité si vous preferez.

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 14:09
par Bassmeg
Dans ce cas alors, si vous restez neutre, sans intervenir, alors vous avantagerez l' un des deux protagoniste. Le plus fort.

On est loin de la bienveillance, je crois.

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : jeu. 29 nov. 2018, 23:00
par pierrot2
Bassmeg a écrit : Dans ce cas alors, si vous restez neutre, sans intervenir, alors vous avantagerez l' un des deux protagoniste. Le plus fort.

Vous extrapolez sur ce que je dis en fonction de ce que je n'ai pas dit. Pardonnez-moi: Vous enténébrez le débat! Mon souci est de faire passer la lumière, car il y a combat ténèbre-lumière dans cette affaire: Dans une situation tendue comme celle que vous évoquez, il y a déjà ténèbre dans le conflit. Les protagonistes ne savent pas très bien pourquoi ils s'opposent, au fond. La forme agressive de leur relation leur suffit à surenchérir de violence, ce qui fait boule de neige: la violence décuple les ténèbres, tout devient illisible.

Vraiment, pardonnez-moi: Avez-vous remarqué que vous-même ne donnez aucune information sur le "pourquoi" du conflit? étrange: enténébrant!

En mettant en mot, de manière neutre (c'est à dire sans en taire un aspect ou l'autre , comme font scribes, pharisiens, psychologues ou politiciens), ce qui est en train de se passer, une verbalisation est donc faite sur la forme de la scène. "Le Verbe est la vraie lumière qui en venant au monde illumine tout homme", n'est ce pas? Croyez-en l'évangile: "Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l'ont pas accueilli". Croyez bien que les ténèbres réagiront contre cette verbalisation illuminante, d'une lumière vraie. C'est là le fond du conflit, et le fond de commerce des ténèbres, qui, agressés par cette lumière arrêteront la forme violente du conflit pour se demander quelle est cette lumière.
Bassmeg a écrit :On est loin de la bienveillance, je crois.
Vous l'aurez sans doute compris, le risque est grand que les ténèbres se retournent contre la lumière, leur seule ennemi, car l'écolier comme le collégien sont pour elles des proies ou des prisonniers, voire des alliés, mais en rien des dangers. La lumière seule mène le combat. Elle est bienveillante, mais elle endure de faux procès d'intention. Juda a préféré se pendre..

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : ven. 30 nov. 2018, 15:18
par Bassmeg
Je n' enténèbre pas le débat. Je faisais au contraire la lumière sur le fait que les neutres profitent aux forts et aggravent la situation des faibles, comme l' exemple de l' agression le montre.

Je ne suis pas neutre et ne veux pas l' être. Et je souhaite que si je suis agressée, je ne sois pas entourée de "neutres" se bornant à parler entre eux. On doit agir et prendre partie. Pas se contenter de discutailler de la dernière agression commise sous nos yeux en se racontant qu' en ayant libérée la Parole, nous avons fait jaillir la Lumière par le Verbe. Si une personne agée se fait agresser sous mes yeux, je ne vais pas faire un discours sur l' importance du Verbe.

Ça, ça ne sert à rien et ce n' est même pas de la neutralité, étant donné que cela avantage l' agresseur au détriment de l' agressée.

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : ven. 30 nov. 2018, 18:03
par pierrot2
Bassmeg a écrit :discutailler
"Vous utilisez un mot qui ne valorise effectivement pas la verbalisation..ni le Verbe!"
Pensez-vous que cette phrase, neutre à souhait, me rende complice de votre dénigrement de la verbalisation?

Re: Bienveillance de la neutralité

Publié : sam. 01 déc. 2018, 11:25
par Fée Violine
Pierrot, vous dites à Bassmeg :
Vous enténébrez le débat! Mon souci est de faire passer la lumière, car il y a combat ténèbre-lumière dans cette affaire:
Eh bien, si quelqu'un n'est pas clair ici, ce n'est certes pas Bassmeg. Je n'arrive pas à comprendre de quoi vous parlez.
Aussi je verrouille ce fil absurde (en remerciant Bassmeg pour sa patience).