La schizophrénie paranoïde

Psychologie - Psychanalyse - Psychiatrie - Psychologie sociale - Pathologies psychiques
Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Quæstor
Quæstor
Messages : 294
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Hantouane » ven. 01 mars 2019, 0:31

A tout hasard, est-ce qu'un intervenant de ce forum pourrait m'expliquer ce qu'est la schizophrénie paranoïde ?

Jeanne
Ædilis
Ædilis
Messages : 49
Inscription : mar. 18 sept. 2018, 10:29
Conviction : Catholique

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Jeanne » ven. 01 mars 2019, 16:56

Bonjour Hantouane,

La schizophrénie paranoïde est la plus fréquente et la plus typique des schizophrénies.
Elle regroupe les deux aspects de la maladie c'est à dire la dissociation et le délire.

Dans cette forme de schizophrénie, les idées délirantes sont verbalisées, donc bien explicites, ce qui n'est pas le cas des autres formes de l'affection.

Voilà, j'ai essayé de faire bref :)

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Quæstor
Quæstor
Messages : 294
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Hantouane » ven. 01 mars 2019, 17:35

Jeanne a écrit :
ven. 01 mars 2019, 16:56
Bonjour Hantouane,

La schizophrénie paranoïde est la plus fréquente et la plus typique des schizophrénies.
Elle regroupe les deux aspects de la maladie c'est à dire la dissociation et le délire.

Dans cette forme de schizophrénie, les idées délirantes sont verbalisées, donc bien explicites, ce qui n'est pas le cas des autres formes de l'affection.

Voilà, j'ai essayé de faire bref :)
Merci Jeanne pour ce retour concis. Je crois savoir aussi qu'il y a difficultés dans les actes de la vie quotidienne ou en société comme l'apragmatisme, l'incurie. Est-ce exact ?

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 908
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Foxy » ven. 01 mars 2019, 20:01

Merci Jeanne pour ce retour concis. Je crois savoir aussi qu'il y a difficultés dans les actes de la vie quotidienne ou en société comme l'apragmatisme, l'incurie. Est-ce exact ?
Bonsoir Hantouane,

Je pense que seul un médecin peut faire un diagnostic et répondre aux questions que vous vous posez.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Quæstor
Quæstor
Messages : 294
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Hantouane » ven. 01 mars 2019, 21:04

Foxy a écrit :
ven. 01 mars 2019, 20:01
Merci Jeanne pour ce retour concis. Je crois savoir aussi qu'il y a difficultés dans les actes de la vie quotidienne ou en société comme l'apragmatisme, l'incurie. Est-ce exact ?
Bonsoir Hantouane,

Je pense que seul un médecin peut faire un diagnostic et répondre aux questions que vous vous posez.
Je ne voulais pas forcément le dire, mais tout ces termes sont en effet le diagnostic qu'on m'a porté. J'ai lu un compte rendu de mon psychiatre pour la MDPH ... Je voulais savoir si un intervenant, s'il est médecin par exemple ou s'il a la même pathologie, pourrait m'en dire plus sur cette maladie. Mais vous avez raison, le mieux serait d'en parler avec un psychiatre ou au pire un infirmier qui me connait.

Jeanne
Ædilis
Ædilis
Messages : 49
Inscription : mar. 18 sept. 2018, 10:29
Conviction : Catholique

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Jeanne » sam. 02 mars 2019, 8:26

Hantouane a écrit :
ven. 01 mars 2019, 17:35
Jeanne a écrit :
ven. 01 mars 2019, 16:56
Bonjour Hantouane,

La schizophrénie paranoïde est la plus fréquente et la plus typique des schizophrénies.
Elle regroupe les deux aspects de la maladie c'est à dire la dissociation et le délire.

Dans cette forme de schizophrénie, les idées délirantes sont verbalisées, donc bien explicites, ce qui n'est pas le cas des autres formes de l'affection.

Voilà, j'ai essayé de faire bref :)
Merci Jeanne pour ce retour concis. Je crois savoir aussi qu'il y a difficultés dans les actes de la vie quotidienne ou en société comme l'apragmatisme, l'incurie. Est-ce exact ?
Oui, ça fait partie du tableau clinique.

Attention à ne pas vous identifier à votre diagnostic. Vous être une personne unique, exceptionnelle. Un regroupement de symptômes ne saurait vous définir.

(On m'a porté un diagnostic de schizophrénie quand j'étais jeune, à moi aussi. Et aujourd'hui je suis des études de psychologie !)

Vous pouvez aller à l'UNAFAM ou sur un forum d'entraide, pour avoir des échanges autour de tout ça. Je connais un forum schizo très bien modéré, que j'ai fréquenté des années. Il s'agit du forum schizophrénie du site atoute.org.
https://forum.atoute.org/forum/forums-d ... izophrénie

Quejana
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Quejana » mar. 05 mars 2019, 16:40

Hantouane a écrit :
ven. 01 mars 2019, 21:04
Foxy a écrit :
ven. 01 mars 2019, 20:01


Bonsoir Hantouane,

Je pense que seul un médecin peut faire un diagnostic et répondre aux questions que vous vous posez.
Je ne voulais pas forcément le dire, mais tout ces termes sont en effet le diagnostic qu'on m'a porté. J'ai lu un compte rendu de mon psychiatre pour la MDPH ... Je voulais savoir si un intervenant, s'il est médecin par exemple ou s'il a la même pathologie, pourrait m'en dire plus sur cette maladie. Mais vous avez raison, le mieux serait d'en parler avec un psychiatre ou au pire un infirmier qui me connait.
Bonjour Hantouane,
Je souffre de la même pathologie ou à peu près la même - car pour ma part il s'agit peut-être d'un trouble schizo-affectif. Sachez que notre vie peut être heureuse même avec cette pathologie. Elle peut même être une force à condition qu'elle soit bien traitée.
Je suppose que vous avez une sensibilité exacerbée et une part plus mystique que les autres, plus profonde, plus intérieure. C'est ce que j'ai cru comprendre en lisant quelques-uns de vos messages sur ce forum. La schizophrénie peut être un handicap parfois pour approcher Dieu parce qu'elle nous pousse vers les extrémités de notre foi, de notre cœur, parce qu'elle nous fait avoir des intuitions erronées que nous prenons souvent à tort pour des signes divins, parce qu'elle nous épuise et complique nos relations avec les autres, ce qui rend difficile l'exercice de la charité. Ne soyez pas trop exigeant avec vous-même. Ne faites pas comme moi qui pendant un certain temps était dans le déni de la maladie et prenais pour un péché le fait de ne pas être ouverte, avenante, généreuse autant que les autres, d'avoir souvent de l'agressivité et des sautes d'humeur. Nous avons de plus grandes difficultés que les autres et le Seigneur le sait. Et d'une autre manière que les autres, nous saurons apporter du bien autour de nous par notre profondeur, par notre expérience de l'intériorité humaine, par nos sourires, par les petits gestes, par notre empathie parfois plus pénétrante que la norme.
Il faut être très patient quand on souffre de cette maladie. Tout ne résout pas du jour au lendemain. Si vous voulez des conseils concrets les voici :
1) Prenez bien votre traitement. Parfois, il faut du temps pour trouver le traitement adapté. Parlez des effets secondaires à votre psychiatre s'ils sont trop gênants.
2) N'hésitez pas à changer de psychiatre s'il ne vous convient pas. C'est très important.
3) Essayez de trouver un hôpital de jour, un CMP près de l'endroit où vous habitez pour participer à des activités (jardinage, randonnée, relaxation...) Cela vous permettra de voir du monde et le fait de réussir à faire certaines activités vous redonnera confiance en vous.
4) Si vous avez aussi des symptômes dépressifs, je vous conseille les oméga-3 (pour la dépression) et le magnésium (pour les sautes d'humeur, l'irritabilité, l'anxiété) Ils sont délivrés sans ordonnance en pharmacie. Mais surtout parlez-en à votre psychiatre pour qu'il adapte votre traitement.
5) Essayez de prendre le soleil 30 minutes par jour. Cela a démontré son efficacité pour les troubles psychiques. Vous pouvez emporter un livre ou votre téléphone portable avec Internet si vous avez peur de ne pas savoir quoi faire dehors.
6) Essayez d'avoir un mode de vie sain (se laver tous les jours par, bien dormir, manger équilibré mais aussi en se faisant plaisir de temps en temps)
7) Le sport a démontré son efficacité pour réduire les symptômes de la schizophrénie. 10 minutes de jogging par jour confèrent les mêmes bienfaits
à l'organisme qu'un jogging d'une demi-heure. Je vous recommandé vivement de faire du sport, même simplement ces dix minutes de jogging par jour.
8) Si vous avez des difficultés avec l'appropriation de votre corps - souvent le cas dans la schizophrénie -, essayez de vous faire beau tout en faisant en sorte que cela soit agréable, par exemple en allant chez le coiffeur. "Parfume ta tête et lave ton visage" (Mat 6:17) "Glorifiez Dieu dans votre corps" (1Co 6:20)
9) Si vous voulez reprendre le travail plus tard, je vous conseille vivement de commencer à faire du bénévolat. Cela permet d'apprendre à respecter des horaires, de voir du monde et en plus de cela, il est bon de se sentir utile.
10) Je vous conseille de démarrer une TCC adaptée à la schizophrénie. Parlez-en à votre psychiatre pour qu'il vous aide à trouver le bon thérapeute. Ne faites pas de thérapie analytique (thérapie la plus répandue en France et vers laquelle vous risquez d'être orienté si vous ne demandez pas expressément une TCC). La thérapie analytique n'a jamais démontré scientifiquement son efficacité pour la schizophrénie et peut même parfois empirer des patients.
11) Si vous devez vous faire hospitaliser, essayez d'aller dans une clinique privée plutôt que dans un hôpital public, vraiment. Parfois, vous n'avez rien à débourser car tout est remboursé par la mutuelle (par exemple la mutuelle "M comme Mutuelle"). Vraiment, évitez l'hôpital public.
12) N'arrêtez jamais votre traitement de vous-même, surtout pas.
13) Pour le discernement spirituel, je vous conseille de discuter avec un père jésuite. Les Jésuites ont fait quinze années d'étude : ils savent de quoi ils parlent et ne vous culpabiliseront pas pour votre maladie.
14) Évitez la caféine, la théine et le tabac. Si vous fumez, faites-vous aider par un tabacologue au 3989 (c'est un service public gratuit) pour arrêter en lui expliquant bien votre maladie. Ne prenez jamais d'alcool (c'est incompatible avec les traitements).
15) Tenez-vous un petit carnet où tous les soirs vous écrirez le meilleur moment de votre journée.

Voilà tous les conseils que je peux vous donner. Cela fait beaucoup de choses, je sais. Moi, cela m'aide beaucoup. Je n'ai pas encore démarré de TCC et je ne fais pas encore d'activités dans un hôpital de jour mais je suis en voie de faire ces deux choses. Si cela fait trop de choses à la fois, piochez ce qui vous fera le plus plaisir dans mes conseils et vous reviendrez aux autres plus tard. Ou peut-être trouverez-vous vos propres moyens, d'autres que les miens pour combattre la maladie et vous sentir heureux. Vous viendrez les partager ici - je suis avide de conseils - quand vous vous sentirez mieux, à condition que vous le vouliez bien bien sûr :)
Demain, c'est le Carême. Je vais en profiter pour prendre de bonnes résolutions, plus spirituelles que celles que j'ai évoquées dans mes conseils. Je vous conseille de profiter de ce jour pour changer votre vie.

Je vais prier pour vous.

Bonne journée à vous,
Quejana

Léon
Ædilis
Ædilis
Messages : 15
Inscription : jeu. 14 févr. 2019, 8:31

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Léon » mar. 04 juin 2019, 11:15

Bonjour à tous,

moi aussi je suis atteint de cette schizophrénie.
Quoique stabilisé depuis 5 ans, c'est une souffrance sans fin, j'en ai marre.
Je vis reclus chez ma mère, et tout m'angoisse plus ou moins fort: les gens, les déplacements, les responsabilités, et aussi la religion.
Je me dis que finalement la foi qui me fut chère, ne fut qu'une illusion mentale parmi d'autres, et je ne me sens plus chrétien, ni en dignité, ni de fait, ni en espérance.
Je me suis rendu compte que la religion me perturbait beaucoup et avait tendance à amplifier mes angoisses, perdant ainsi confiance en Dieu.
C'est ainsi que j'ai laissé tomber la pratique religieuse, la prière, les enseignements, les pélerinages, tout quoi.
J'ai l'impression que mon traitement m'a vidé le cerveau et aussi le coeur, pour me conduire à un état spirituel et cérébral végétatif... Je survis plus que je ne vis.
Mais pourtant, j'adhère à 100% à mon traitement psychiatrique qui me protège du cauchemar des hallucinations et délires passés, et je ne suis plus tenté par le suicide. Je me suis même surpris à retrouver des émotions que je pensais perdues, du style pleurer au cours d'un film lambda.
Autre difficulté, c'est qu'en apparence, les autres ne me pensent pas malade alors qu'à l'intérieur je suis complètement démoli. Je lutte pour prendre soin de moi, avec une bonne hygiène, une bonne alimentation, de la marche quotidienne pour m'aérer et me détendre, mais c'est tout quoi.
Si d'autres personnes vivent aussi ça, j'aimerais bien avoir leur avis.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 908
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Foxy » mar. 04 juin 2019, 12:04

Bonjour Léon

Merci pour votre témoignage, je le trouve formidable et positif.

Dieu est là, dans votre vie, soyez en sûr et du fait que vous pouvez aider les autres, comme avec ce témoignage, est déjà une "mission" qu'il vous donne.

En union de prières, n'hésitez pas à venir partager sur d'autres fils, je sais que vous pouvez le faire.

En toute amitié :coeur:
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Quæstor
Quæstor
Messages : 294
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: La schizophrénie paranoïde

Message non lu par Hantouane » mar. 04 juin 2019, 22:58

Léon a écrit :
mar. 04 juin 2019, 11:15
Bonjour à tous,

moi aussi je suis atteint de cette schizophrénie.
Quoique stabilisé depuis 5 ans, c'est une souffrance sans fin, j'en ai marre.
Je vis reclus chez ma mère, et tout m'angoisse plus ou moins fort: les gens, les déplacements, les responsabilités, et aussi la religion.
Je me dis que finalement la foi qui me fut chère, ne fut qu'une illusion mentale parmi d'autres, et je ne me sens plus chrétien, ni en dignité, ni de fait, ni en espérance.
Je me suis rendu compte que la religion me perturbait beaucoup et avait tendance à amplifier mes angoisses, perdant ainsi confiance en Dieu.
C'est ainsi que j'ai laissé tomber la pratique religieuse, la prière, les enseignements, les pélerinages, tout quoi.
J'ai l'impression que mon traitement m'a vidé le cerveau et aussi le coeur, pour me conduire à un état spirituel et cérébral végétatif... Je survis plus que je ne vis.
Mais pourtant, j'adhère à 100% à mon traitement psychiatrique qui me protège du cauchemar des hallucinations et délires passés, et je ne suis plus tenté par le suicide. Je me suis même surpris à retrouver des émotions que je pensais perdues, du style pleurer au cours d'un film lambda.
Autre difficulté, c'est qu'en apparence, les autres ne me pensent pas malade alors qu'à l'intérieur je suis complètement démoli. Je lutte pour prendre soin de moi, avec une bonne hygiène, une bonne alimentation, de la marche quotidienne pour m'aérer et me détendre, mais c'est tout quoi.
Si d'autres personnes vivent aussi ça, j'aimerais bien avoir leur avis.
Merci pour votre témoignage Léon. Moi je suis un peu différent de vous. Je n ai plus d angoisses. Et point de vue religion, j y crois encore notamment grâce à la Vierge Marie. Pourtant, ça fait peut être partie de ma pathologie (hallucinations auditives) mais j ai l impression de l entendre parfois, même si ça reste flou. En tout cas, je me persuade, peut être faussement, de sa présence à mes côtés... Quoique ça m est arrivé d avoir ces hallucinations auditives qui m angoissait :(... Mais c est rare. Quant au traitement, quand je me suis fait hospitaliser, il était trop fort d après moi ce qui me faisait tomber dans une apathie totale, plus d envies, d émotions... Mais depuis, le traitement a baissé et je me ressens vivre. Par contre, je n ai jamais été réellement tenter par le suicide contrairement à vous. On me dit aussi que mon état ne se voit pas d extérieur. Enfin, j ai encore un peu de mal à avoir une bonne hygiène de vie, me coucher tôt, mais je suis bien aidé par une aide ménagère qui vient une fois par semaine.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité