Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Anthropologie - Sociologie - Histoire - Géographie - Science politique
Avatar de l’utilisateur
Natthi
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : dim. 06 sept. 2015, 19:14
Conviction : Catholique ordinaire
Localisation : New Jersey, Etats-Unis

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Natthi » mer. 13 avr. 2016, 2:21

Kerniou a écrit :Les américains qui ne reconnaissent pas la notion juridique de "crimes contre l'humanité" n'exprimeront aucun regret, ne s'excuseront pas sinon, ils devraient faire amande honorable à l'égard des indiens d'Amérique ! L' histoire de l'Amérique s'est construite sur un génocide.
Ne limitez pas l'Amérique à sa seule portion septentrionale, n'oubliez pas l'Amérique Centrale et l'Amérique du Sud où le génocide des amérindiens a eu lieu à grande échelle sous la conduite des conquistadors espagnols et portugais :siffle: Quant à l'Amérique du Nord, la disparition des populations amérindiennes a commencé bien avant la déclaration d'indépendance des USA en 1776. Les colons européens (anglais et français pour l'essentiel) en sont en grande partie responsables... alors avant d'incriminer les américains, il serait bon de balayer devant notre porte d'européens :non:

Kerniou a écrit :Si nous ne sommes ni ricains ni germains, nous pouvons en rendre grâce au patriotisme du Général de Gaulle qui a lutté pied à pied contre la politique prévue pour la France par les américains ! Nous ne serions pas non plus russifiés puisque les russes étaient en guerre avec l'Allemagne qui les avait trahis !
Il y a une certaine naïveté à croire que Staline se serait arrêté au Rhin et n'aurait pas envahi la France si la possibilité lui en avait été donné :zut: D'autre part, sans les américains, pas de plan Marshall et donc pas de redressement économique au sortir de la guerre de la France :siffle:
Kerniou a écrit : Ceci n'enlève rien à la valeur du sacrifice de milliers de jeunes américains en 1944 !
Je suis bien aise que vous l'admettiez :)

[hs, fil divisé]

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2537
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Nanimo » mer. 13 avr. 2016, 15:45

Natthi a écrit :Ne limitez pas l'Amérique à sa seule portion septentrionale, n'oubliez pas l'Amérique Centrale et l'Amérique du Sud où le génocide des amérindiens a eu lieu à grande échelle sous la conduite des conquistadors espagnols et portugais :siffle: Quant à l'Amérique du Nord, la disparition des populations amérindiennes a commencé bien avant la déclaration d'indépendance des USA en 1776. Les colons européens (anglais et français pour l'essentiel) en sont en grande partie responsables... alors avant d'incriminer les américains, il serait bon de balayer devant notre porte d'Européens :non: (...)
On parle peu de la quasi disparition des Amérindiens, mais si l'on écoute le regretté Jim Harisson, écrivain Américain, l'Amérique du Nord comptait plusieurs millions d'Amérindiens à la colonisation (il avance le chiffre de 11 millions), mais on n'en comptait plus que 200 000 au début du XXe s. Il emploie le terme de génocide. On peut donc considérer que la Déclaration d'indépendance en 1776 n'a rien arrangé pour eux. Ils ont continué à disparaître après la Déclaration.

Il n'en reste pas moins vrai que c'est essentiellement le simple contact qui a coûté la vie à ces populations. On sait que l'Europe du Moyen-Âge avait la phobie de l'étranger qui débarquait sur nos côtes... et pour cause. On n'avait pas manqué de faire le rapprochement entre les épidémies qui se déclenchaient à leur contact. Les populations n'étaient pas immunisées. Après une épidémie, on traversait des régions entières dont les villages étaient vides. Il est difficile de s'imaginer aujourd'hui l'impact d'une épidémie de cette ampleur.

Et c'est essentiellement ce qui est arrivé aux Amérindiens d'Amérique du Nord et d'Amérique latine. (Essentiellement, mais il est vrai que la conquête n'a pas été tranquille, loin de là.) En revanche, le contact des explorateurs Européens avec les Africains n'a pas été favorable aux Européens qui là, tombaient comme des mouches, jusqu'à ce qu'ils progressent dans la connaissance des virus et autres petits machins terribles.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2121
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Relief » ven. 15 avr. 2016, 20:39

Natthi a écrit : Ne limitez pas l'Amérique à sa seule portion septentrionale, n'oubliez pas l'Amérique Centrale et l'Amérique du Sud où le génocide des amérindiens a eu lieu à grande échelle sous la conduite des conquistadors espagnols et portugais :siffle:
Il y a une différence de taille : c'est qu'après une période d'exactions colonialistes, en Amérique latine, donc chez les catholiques, les populations se sont mélangées. Il n'y a pas eu de lois ségrégationnistes, tandis que chez les protestants anglo-saxons, aucun mélange n'a eu lieu mais une politique de ségrégation ou d'apartheid a été systématiquement mise en place en Nouvelle Zélande, Australie, Canada, États-Unis et Afrique du sud.

Les États-Unis ont déclaré la guerre au Mexique au milieu de 19e siècle car celui-ci interdisait l'esclavage. Or les colons américains du Texas mexicain refusaient d'appliquer cette loi mexicaine.
Même Abraham Lincoln, protestant anti-esclavagiste, qui était contre la guerre de conquête faite par les USA au Mexique, n'en a pas moins voté les crédits militaires.
Bilan : le Mexique a été spolié de 1/3 de son territoire.

Tous les Sud-américains (indiens) que je connais m'ont dit que dans la colonisation il y a eu de bonnes choses et de mauvaises.
Les bonnes, je cite : "le catholicisme et la délivrance des sacrifices rituels des religions précolombiennes (3 millions de sacrifices humains d'après les historiens).

J'ai rencontré aux USA des Amérindiens catholiques (conversion à l'époque espagnole).
Tous comme les sud-américains, ils discernent le bon du mauvais de la conquête espagnole.
Par contre chez les Amérindiens non catholiques (hors territoire de la conquête espagnole en Amérique du nord), tous ont été catégoriques sur la malfaisance historique des white anglo-saxons protestants.

J'ai assisté à de nombreuses messes dans le sud-ouest des USA. Les fidèles à la messe ? population blanche, mexicaine et indienne. Tous frères et sœurs dans le Christ.

Essayez de trouver de telles messes chez les protestants aux USA ?

Les USA, coupables du pire en matière de génocide, font tout pour mettre sur le même plan leur génocide indien, puis esclavagisme africain puis politiques de ségrégation, avec la conquête sud-américaine, pour dire : "regardez, vous aussi les papistes vous avez fait pareil !"
Eh bien non, ils n'ont pas fait pareil !

Encore aujourd'hui, parmi les populations blanches, il n'y a pas pire raciste que le protestant anglo-saxon. Les lois ségrégationnistes ont été abrogées, mais la mentalité est restée et sa haine des papistes est toujours aussi vivace.

Le KKK considère qu'il y a trois fléaux humains : les noirs, les juifs et...les catholiques.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4433
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Kerniou » sam. 16 avr. 2016, 9:45

C'est bien à cela que je pensais mais ce n'était pas aussi clair que ce que vous nous avez exposé.
Merci de vos précisions.
Ma fille qui avait séjourné un an au Texas, il y a quelques années nous avait raconté qu' Houston la communauté indienne n'était pas invitée à participer au défilé de "thanks giving" !!! ... Quand on connaît l'histoire ... ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2121
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Relief » sam. 16 avr. 2016, 20:42

Kerniou a écrit : Ma fille qui avait séjourné un an au Texas, il y a quelques années nous avait raconté qu' Houston la communauté indienne n'était pas invitée à participer au défilé de "thanks giving" !!! ... Quand on connaît l'histoire ... ...
Je ne le savais pas mais malheureusement cela ne m'étonne pas.
Oui, comme vous dites, : quand on connaît l'histoire....

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2537
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Nanimo » dim. 17 avr. 2016, 14:30

(...) Il y a une différence de taille (entre l'Amérique du Nord et l'Amérique latine) : c'est qu'après une période d'exactions colonialistes, en Amérique latine, donc chez les catholiques, les populations se sont mélangées. Il n'y a pas eu de lois ségrégationnistes, tandis que chez les protestants anglo-saxons, aucun mélange n'a eu lieu mais une politique de ségrégation ou d'apartheid a été systématiquement mise en place en Nouvelle Zélande, Australie, Canada, États-Unis et Afrique du sud.
Effectivement, c'est ce qui frappe lorsque l'on regarde la période colonialiste. Les Espagnols, notamment, ont longuement réfléchi sur la question des peuples autochtones (la fameuse Controverse de Valladolid). Et je dois dire que je sentais un amalgame chez Natthi, car les Européens n'ont pas tous agi comme les Anglosaxons. On ne peut pas dire cela, ce n'est pas possible.
Les États-Unis ont déclaré la guerre au Mexique au milieu de 19e siècle car celui-ci interdisait l'esclavage. Or les colons américains du Texas mexicain refusaient d'appliquer cette loi mexicaine. Même Abraham Lincoln, protestant anti-esclavagiste, qui était contre la guerre de conquête faite par les USA au Mexique, n'en a pas moins voté les crédits militaires. Bilan : le Mexique a été spolié de 1/3 de son territoire.
De temps en temps encore, le Mexique réclame ses terres.
Les USA, coupables du pire en matière de génocide, font tout pour mettre sur le même plan leur génocide indien, puis esclavagisme africain puis politiques de ségrégation, avec la conquête sud-américaine, pour dire : "regardez, vous aussi les papistes vous avez fait pareil !"
Eh bien non, ils n'ont pas fait pareil !
Tout à fait, l'impact des anglosaxons est différent. Et il suffit de regarder la carte du monde des questions ségrégationnistes/esclavagistes et de la présence anglosaxonne. Cela coincide. Autre amalgame de Natthi : il est connu que les Français de la colonisation avaient des relations plus cordiales avec les Autochtones que les Anglais. On peut toujours déterrer des cas contraires, mais si on regarde l'ensemble, on ne peut affirmer que les Français agissaient comme les Anglosaxons; les mentalités étaient très différentes.

Dans mon message précédent, j'ai laissé le terme de génocide à J. Harisson, mais je me suis posé des questions après coup, puisque la majeure partie du problème est lié aux maladies que les Européens (et les Africains?) ont introduit et contre lesquelles les Amérindiens n'étaient pas immunisés. On a là un effet plus ou moins accidentel, contrairement aux lois d'apartheid et de ségrégation qui, elles, n'ont rien d'accidentel, mais procèdent d'une mentalité.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4433
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Kerniou » lun. 18 avr. 2016, 10:23

Merci, Nanimo, pour ces rappels historiques et autres précisions.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

LaurentM
Ædilis
Ædilis
Messages : 20
Inscription : jeu. 03 sept. 2015, 20:32
Conviction : non croyant

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par LaurentM » dim. 24 avr. 2016, 9:25

La lecture des mémoires de Cortes sur la conquête du Mexique est assez intéressante.
Les espagnols découvrant l'empire Aztèque étaient horrifiés par les pratiques religieuses de sacrifices humains et l'anthropophagie, mais considéraient seulement que les Aztèques étaient trompés par une religion démoniaque, et ne manqueraient pas de devenir de loyaux sujets de la couronne d'Espagne, après conversion au christianisme. Il n'y avait pas volonté d'extermination (ce qui aurait été aussi se priver d'esclaves pour exploiter les mines d'or...), même si le choc épidémique a finalement dépeuplé le Mexique : la population du Mexique, qui est maintenant estimée à environ 20 millions d'habitants lorsque Cortès aborde l'empire Aztèque, se trouve réduite à moins d'un million d'habitants un siècle plus tard.
La stratégie nord-américaine est tout à fait différente : il s'agissait de faire de la place pour les colons européens.
Et la perception des autochtones est aussi différente : le livre de W .Prescott (historien américain, 1796-1859) rapportant 300 ans après Cortès la conquête sur Mexique, bien documenté à partir des mémoires de Cortès et de ses contemporains, est imprégné de jugements moraux et du racisme du 19ème siècle, concept qui était étranger à Cortès.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Cinci » dim. 11 déc. 2016, 7:33

J'aimerais revenir sur ce petit mot :

Natthi :
Quant à l'Amérique du Nord, la disparition des populations amérindiennes a commencé bien avant la déclaration d'indépendance des USA en 1776. Les colons européens (anglais et français pour l'essentiel) en sont en grande partie responsables... alors avant d'incriminer les américains [...]
C'est vrai que les populations natives du Nouveau monde auront commencé de subir un important déclin démographique, longtemps avant la déclaration d'indépendance des treize colonies de la côte est américaine (New-York, Boston, etc.)

Néanmoins, Kerniou n'avait pas tort de suggérer l'idée d'une importante participation des officiels américains, historiquement parlant, en terme de responsabilités très certainement, dans le fait que les indigènes auront pu être dépossédés, spoliés, chassés de leurs terres, réduit à la famine, éliminés.

C'est assez évident!

Les indiens d'Amérique se trouvaient "en trop" par rapport au type de société moderne que les anglo-américains mettaient en place depuis la côté de l'Atlantique.

Les indiens gênaient, occupant le terrain convoité, ne pouvaient pas s'insérer dans le mode de vie sédentaire et moderne. Sans compter que ces derniers - les indiens d'Amérique, en réalité - auront toujours symbolisé l'ennemi à redouter, les alliés des Français contre les braves pionniers anglo-saxons. Ce fut au moins vrai durant l'ère coloniale soit une époque qui a duré quand même un bon moment, assez pour imprégné suffisamment l'imaginaire des colons américains, comme celle des révolutionnaires de 1776 et leurs descendants. D'ailleurs, un des éléments déclencheurs de la révolution américaine fut cette question de la place à accorder aux indiens par rapport aux colons américains.

Dans la foulée de la conquête du Canada par les Britanniques, la proclamation royale de 1774 surgira comme une provocation insupportable pour les Américains.

La couronne britannique faisait alors mine de se substituer aux Français du Canada, cherchant à s'approprier littéralement l'ancien réseau d'alliance des tribus indiennes, pour favoriser celles-ci contre les intérêts des Américains, utilisant les indiens pour verrouiller leur propre développement vers l'Ouest. Durant la guerre d'indépendance des treize colonies (1776-1783), les indiens vont servir d'alliés aux Britanniques, contre les Américains.

C'est toujours le même schéma du point de vue des Américains : les indiens sont des gêneurs et une menace dans la marge. Rien de bien fameux pour les rendre populaire dans l'opinion des citadins évolués. Aussi, la politique constante des États-Unis sera-t-elle de repousser les indiens plus loin, toujours plus loin, de les isoler, les neutraliser.

Enfin, il faut avoir lu directement des journaux américains du XIXe siècle pour réaliser à quel point les indiens avaient fort mauvaise presse encore au temps du général Custer. Le terme "mauvais" est un euphémisme. Les indiens étaient littéralement diabolisés. Le réalisateur de "Il danse avec les loups" n'étaient pas encore né!
Le café est un breuvage qui fait dormir quand on en prend pas.
- Alphonse Allais

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Cinci » dim. 11 déc. 2016, 8:19

Évidemment, la mécanique civilisationnelle du progrès et qui poussait, en bonne partie, à écraser la condition d'existence des tribus indiennes, ne résidait pas spécialement non plus dans une affaire de race. Indépendamment des Américains, "nos" Britanniques savaient parfaitement rendre la vie très difficile aux Irlandais, à titre d'exemple. Au XIXe siècle, les Anglais ont su s'organiser pour faite chuter la population catholique d'Irlande de 8 à 3 millions de sujets en quelques années seulement. Un véritable génocide! Dans le Dominion of Canada post-1867, nos anglos du cru auront su se montrer, eux aussi, pas très gentils avec les indiens des plaines, sans trop de différence comportementale marquée d'avec leurs cousins saxons plus au sud et qui prenaient aussi de l'expansion vers l'Ouest.

L'histoire de la destruction et de l'extermination de la société des métis et des indiens francophones, dans les provinces canadiennes du Manitoba ou de la Saskatchewan, est une histoire beaucoup moins connue.

Pour un bref aperçu :

http://sinistrejohna.ca/

Et d'autres auteurs en auront parlé, comme Gustavus Meyer au début du XXe siècle, qui mentionne les procédés de capitalisme sauvage que pratiquait, de son côté, la Compagnie de la Baie d'Hudson, avant même la création de la confédération canadienne de 1867.

Avant la création du Manitoba, toutes les terres du nord-ouest canadien avaient été concédées en un monopole, à une seule grande compagnie d'exploitation qui faisait office de gouvernement embryonnaire sur place (édictant la loi, fixant les paramètres des échanges, opérant sa propre police, etc.) La démocratie? Connais pas.
Le café est un breuvage qui fait dormir quand on en prend pas.
- Alphonse Allais

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Senator
Senator
Messages : 941
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Pathos » dim. 11 déc. 2016, 14:45

Je recommande chaudement la lecture de ce livre (encore mieux en VO) ; la responsabilité américaine est patente.
Ces peuples ont été trompés par l'homme blanc, chassés de leur terres et réduit à un quasi esclavage.

https://www.amazon.fr/Enterre-mon-c%C5% ... ndeed+knee
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Cinci » dim. 11 déc. 2016, 22:42

Relief :
Une précision importante, Pathos ;) : ces peuples ont été trompés par l'homme blanc protestant anglo-saxon.
Un historien américain fameux du nom de Mason Wade, parlera aussi du développement des choses dans l'ouest canadien et en rapport avec les indiens et les Métis français. Il évoquait la chose dans son grand ouvrage intitulé Les Canadiens français. De 1760 à nos jours.

  • La colonie de la Rivière Rouge dépendait du Québec pour son organisation religieuse depuis 1818. Avec les années, les Français qui avaient tendance à mener une vie de chasseurs semi-nomades, vinrent à égaler en nombre les colons écossais et anglais qui inclinaient davantage vers l'agriculture. C'est ce mélange ethnique qui fit appeler cette colonie "un petit Québec". Cependant les Métis tant français qu'anglais augmentèrent en nombre beaucoup plus rapidement que les Blancs de sang pur et ils prirent conscience de leur nationalité propre, le sang indien agissant comme un lien qui effaçait les anciennes distinctions entre Français et Anglais.

    Les Métis français s'étaient affermis dans une tradition d'inimitié envers la Compagnie de la Baie d'Hudson, et ils avaient hérités de leurs ancêtres indiens la conviction que l'Ouest était leur patrie et que ses ressources naturelles leur appartenaient, en dépit des réglements sévères de la Compagnie. Ensuite, les Métis français et anglais avaient évolués peu à peu dans le sens de l'unité.

    Ils se donnèrent le nom de "Nouvelle Nation". Accoutumés à choisir leurs propres chefs, à la manière indienne, à agir ensemble avec discipline, pour les besoins de la chasse au bison. Les Métis devinrent de plus en plus rétifs sous les réglementations de la Compagnie de la Baie d'hudson en Assiniboia et, en 1849, leur impatience se mua presqu'en insurrection.

    [...]

    Aux termes de la loi du Temporary Government of Rupert's Land, votée en 1869 sans que la population de la Rivière Rouge fut consultée, le Canada allait jouir de tous les pouvoirs fédéraux et provinciaux sur les Territoires, puisque l'organisation gouvernementale prévoyait qu'un gouverneur et un Conseil, tout deux nommés et sans qu'il soit nécessaire d'être résidents. [...] C'était politiquement un pas en arrière, car l'ancien Conseil de l'Assiniboia admettait une représentation locale sur une base de quasi-égalité entre Français et Anglais depuis 1855, et l'agitation populaire reprit contre l'établissement d'un tel contrôle absentéiste.

    William McDougall, déjà rendu impopulaire dans la colonie de la Rivière Rouge par son expansionnisme brutal, fut nommé lieutenant-gouverneur et expédié vers la Rivière Rouge [...] Les Anglais étaient mécontents de n'avoir pas été consultés au sujet du transfert et les Français s'Inquiétaient de la nomination de l'impérialiste francophobe McDougall au poste de gouverneur.

    [...]

    Louis Riel fut sommé de comparaître devant le Conseil de l'Assiniboia le 25 octobre. Il y prit la défense des Métis, affirmant qu'ils agissaient dans l'intérêt de la colonie tout entière. Il protesta contre tout gouvernement qui viendrait du Canada sans que les Métis soient consultés en la matière. Au fond de cette opposition des Métis, il y avait leur crainte d'être refoulés hors de leur propre pays par l'immigration massive de l'Ontario que McDougall avait prêchée dans le Globe le 2 novembre 1869.

    [...]

    Après la création de la nouvelle province du Manitoba, la colonie de la Rivière Rouge passa par un périoide de rapide transition. La division entre les anciens colons d'avant l'insurrection fut remplacée par une division ethnique et religieuse [...] Bien que le nombre de colons Blancs ne dépassa pas le nombre de Métis pendant quelque temps après 1870, l'Influence française en politique disparut par suite d'un remaniement arbitraire des circonscriptions en 1874. Ce remaniement annula les efforts que firent Georges Étienne Cartier et Mgr Taché pour que l'élément français pût continuer d'être maître de l'équilibre des pouvoirs [...] La mort de Cartier en 1873 fit disparaître d'Ottawa le dernier puissant défenseur des intérêts français dans l'Ouest.

    p. 444

pajaro
Quæstor
Quæstor
Messages : 291
Inscription : dim. 20 sept. 2009, 19:33
Localisation : Dioecesis Massiliensis

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par pajaro » jeu. 15 déc. 2016, 19:54

Relief a écrit :
Pathos a écrit :Je recommande chaudement la lecture de ce livre (encore mieux en VO) ; la responsabilité américaine est patente.
Ces peuples ont été trompés par l'homme blanc, chassés de leur terres et réduit à un quasi esclavage.
https://www.amazon.fr/Enterre-mon-c%C5% ... ndeed+knee
Une précision importante, Pathos ;) : ces peuples ont été trompés par l'homme blanc protestant anglo-saxon.
C'est lui qui a persécuté l'église catholique au 19ème siècle aux USA.
Le Klu Klux Klan, c'est une haine envers les catholiques, juifs et noirs.

Cet homme protestant anglo-saxon a aussi volé les terres des mexicains en leur faisant la guerre, puis en discriminant ceux qui sont restés dans les territoires devenus "américains". Les Irlandais se mariaient à des Mexicains mais l'Anglo-saxon préférait cultiver l'entre-soi pour continuer sa domination.
Il empêchait qu'un catholique devienne président des USA (il a fallu attendre 1960 pour cela et cela a fini par un assassinat).

Ces élites protestantes anglo-saxonnes sont des prédateurs et des ségrégationnistes par essence.
Rien n'a changé depuis les Indiens d'Amérique : Irakiens, Afghans, Libyens, Syriens, Yéménites, ont tous en commun le fait d'avoir reçu gratuitement des milliers de tonnes de bombes américaines sur leur tête, tout comme le napalm pour les Vietnamiens.
Dans les années 2000, 500.000 enfants irakiens sont morts faute de médicaments en raison de l'embargo américain.

Obama a fait totalement allégeance à ces élites protestantes anglo-saxonnes , laissant les Afro-américains à leur pauvre sort et les Africains à leur misère mais continuant à distribuer les bombes avec son ami Hillary Clinton et à exercer des pressions et corruptions considérables sur les politiciens sud-américains afin de légaliser l'avortement.
Quand on ne peut pas éliminer les gêneurs par les bombes, alors on cherche à les faire avorter.

Trump a déjà mis un holà à tout cela en retirant son soutien aux Saoudiens dans leur guerre au Yémen et en nommant un ministre anti-avortement.
Hillary Clinton n'avait de cesse de menacer de guerre les autres pays (Russie, Chine, Iran, etc),. Heureusement pour la paix dans le monde, Trump n'est pas dans cette ligne belliqueuse. Mais les élites WASP aux politiques mortifères ne vont pas lui faciliter la vie.
....mais je digresse, tout cela fait déjà l'objet d'un autre fil ;)
Relief, votre message est très pertinent, J'aurai adoré vous avoir comme professeur d'histoire. :)
A quien Dios quiere hacer muy santo, lo hace muy devoto de la Virgen María.
San Luis de Monfort

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Cinci » sam. 17 déc. 2016, 4:53

En gros, ce que l'historien américain Mason Wade raconte c'est que l'Ontario et le pouvoir à Ottawa auront décidé de tout mettre en oeuvre afin d'empêcher que le pays des Métis de l'Ouest devienne une deuxième province de Québec. On profitera ici du fait d'une rivalité existante entre Américains et Britanniques pour voir les secrets des frères ennemis être divulgués sur la place publique.

;)

  • "Georges Brown, rédacteur en chef du Toronto Globe, francophobe et anti-catholique, appela l'attention des Canadiens anglais sur l'Ouest et prêcha l'annexion de la colonie de la Rivière Rouge au Canada (à Ottawa). Il fut aidé par William McDougall qui partageait son opinion et dont le North American fut bientôt absorbé par le Globe. Les deux hommes voulaient faire de l'Ouest une extension du Haut Canada anglais afin de dominer le Canada français.

    [...]

    Le rêve que faisait Cartier d'un autre Québec dans l'Ouest s'évanouit pour toujours sous le déluge d'immigrants de toutes nationalités dans cette région."

    Mason Wade, p. 433

    Note : Le peuple métis fut le résultat humain de la tendance des Français à se faire naturels du pays quand le commerce et l'exploration les menèrent jusqu'aux Grands Lacs et au-delà où "ny curez... ny pères, ny gouverneurs n'existaient" comme le relate le marquis de Denonville. Malgré l'opposition de l'Église et de l'État et des indiens eux-mêmes dans le cas de certaines tribus, le nombre des unions mixtes continua de croître [...] Les Métis fournissaient la plus grande partie du personnel nécessaire au trafic des fourrures dans l'Ouest.


L'édition originale de ce gros bouquin que je possède date de 1955. Vendu avec une couverture en papier de couleur parchemin. A l'intérieur de la jacquette du livre, une note imprimée : "La publication de cet ouvrage a été rendue possible grâce à une subvention du Conseil des Arts du Canada. Celui-ci, toutefois, n'assume aucune responsabilité quant au contenu de cet ouvrage et aux opinions qui y sont exprimées."

On comprend pour le Conseil des Arts, après tout ce que raconte Mason Wade sur Ottawa.

De ce que l'historien dit au sujet de lui-même dans la préface :
  • "... nous sympatisons avec les deux parties, car nous descendons d'Écossais et d'Anglais, notre religion est celle du Canada français et nous sommes né en Nouvelle Angleterre dont l'histoire possède de nombreuses similitudes avec le Québec et qui, au cours du siècle dernier s'est presque autant francisée que le Québec s'est anglicisé. Nous croyons que le devoir de l'historien catholique est défini par cette pensée de Léon XIII : La première loi de l'histoire est de ne pas mentir et la seconde de ne pas craindre de dire toute la vérité. En écrivant ce livre, nous avons été obligé d'exprimer quelques dures vérités : nous l'avons fait sans malice, uniquement par souci d'exactitude."
Le café est un breuvage qui fait dormir quand on en prend pas.
- Alphonse Allais

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Conquête du Nouveau-Monde : génocide ou épidémies?

Message non lu par Cinci » sam. 17 déc. 2016, 5:16

Pour les détails sur la façon dont les indiens de l'Ouest furent éliminés via des famines artificielles, c'est dans l'ouvrage de Gustavus Meyers - autre historien américain - qui raconte l'origine des grandes fortunes au Canada. Il en parle dans un chapitre dédié à l'histoire de la Compagnie de la Baie d'Hudson.

(En anglais) https://archive.org/details/historycanadian00myergoog

Meyers faisait partie un peu de la vague des "muckrakers", ces journalistes d'enquête qui furent excellents pour déterrer de gros scandales aux États-Unis, au début du XXe siècle


https://fr.wikipedia.org/wiki/Muckraker
Le café est un breuvage qui fait dormir quand on en prend pas.
- Alphonse Allais

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité