Sur les traces du déluge

Anthropologie - Sociologie - Histoire - Géographie - Science politique
Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par TREBLA » jeu. 01 févr. 2018, 18:40

Cher Xavi,

Merci pour votre patience.
Xavi a écrit : Xavi : mer. 31 janv. 2018

Ce qui a été exterminé, ce sont tous les vivants de l’adamah (Gn 6,7).
[...]
Je ne peux que répéter que, lorsque Dieu annonce le déluge, il annonce seulement une extermination sur toute la surface de l’adamah (Gn 6, 7) et non sur toute terre ou sur toute la planète. Vous ne répondez rien sur ce point précis et essentiel.
[...]
Tout le pays ou la terre (erets) de l’adamah ce n’est pas la terre entière de la planète.
Pour vous, « l’adamah ce n’est pas la terre entière de la planète ».

Donc, selon vous St Paul s'est trompé en disant : Aussi l'Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les nations par la foi, annonça d'avance à Abraham cette bonne nouvelle: " Toutes les nations seront bénies en toi. " (Epître de Saint Paul apôtre aux Galates 3, 8)

L'idée de "Toutes les nations" implique « l’adamah [, ...] la terre entière de la planète », n'est-ce pas ?

St Paul nous cite un passage du livre de la Genèse.

Dieu dit à Abram : Tu seras une bénédiction: je bénirai ceux qui te béniront, et celui qui te maudira, je le maudirai, et toutes les familles de la terrede l’adamah (Gn 6, 7) »] seront bénies en toi. " (Genèse 12, 3)

Voici une preuve supplémentaire :
Dieu dit à Jacob: " Je suis Yahweh, le Dieu d'Abraham, ton père, et le Dieu d'Isaac. Cette terre [ אָ֫רֶץ = erets ] sur laquelle tu es couché, je té la donnerai, à toi et à ta postérité. Ta postérité sera comme la poussière de la terre [ אָ֫רֶץ = erets ]; tu t'étendras à l'occident et à l'orient, au septentrion et au midi, et toutes les familles de la terre [ אֲדָמָה = adamah ] seront bénies en toi et en ta postérité. (Genèse 28, 13-14)

Vous dites : « Ce qui a été exterminé, ce sont tous les vivants de l’adamah (Gn 6,7). »
Il faut dire : « Ce qui a été exterminé, ce sont » toutes les familles de la terre [ אֲדָמָה = adamah ], sauf celle de Noé bien sûr.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1546
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par Xavi » jeu. 01 févr. 2018, 20:03

Bonsoir Trebla,

Aucun des textes que vous citez ne concerne le déluge.

Toutes les familles des descendants d’Adam et Eve sont des familles de l’adamah.

La bénédiction promise à Abraham s'étend certes à toute l'humanité ("toutes les familles de l'adamah"), mais cela ne donne aucune information permettant d'étendre le déluge au delà du seul territoire de l’adamah indiqué par le texte biblique (Gn 6,7).

Je continue à espérer une réponse tenant compte réellement des éléments de réflexion présentés.

Pensez-vous sérieusement que Noé a embarqué, par exemple, des pingouins et des ours blancs du pôle nord, des éléphants et des lions d'Afrique, ainsi que des kangourous d'Australie ? Un couple de chacun des millions d'espèces animales que vous avez relevés dans un autre sujet ?

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par TREBLA » jeu. 01 févr. 2018, 23:45

Cher Xavi,

Merci pour votre réponse.
Xavi a écrit : Xavi : jeu. 01 févr. 2018

Toutes les familles des descendants d’Adam et Eve sont des familles de l’adamah.

La bénédiction promise à Abraham s'étend certes à toute l'humanité ("toutes les familles de l'adamah"), mais cela ne donne aucune information permettant d'étendre le déluge au delà du seul territoire de l’adamah indiqué par le texte biblique (Gn 6,7).
Xavi : «Toutes les familles des descendants d’Adam et Eve sont des familles de l’adamah. [*] »
Definition (Xavi) : l’adamah [*] = la vallée de l’Araxe de Erevan à Nakhitchevan (102 000 km2)
Xavi a écrit :
sam. 18 mars 2017, 20:01
Xavi : sam. 18 mars 2017

Il est d’ailleurs possible qu’après seulement dix générations, tous les descendants d’Adam et Eve se trouvaient encore concentrés dans la région de l’adamah qui pourrait être la vallée de l’Araxe de Erevan à Nakhitchevan.
Xavi : «Ce qui a été exterminé, ce sont tous les vivants de l’adamah (Gn 6,7). [*] »
Definition (Xavi) : l’adamah [*] = la vallée de l’Araxe de Erevan à Nakhitchevan (102 000 km2). Donc selon Xavi, Dieu a seulement exterminé tous les vivants de la vallée de l’Araxe de Erevan à Nakhitchevan (102 000 km2).

La superficie de cette vallée correspond à environ 18 pour cent de celle de la France (551 600 km2).
Genèse 6

13 Alors Dieu dit à Noé: " La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre* est pleine de violence à cause d'eux; je vais les détruire, ainsi que la terre*.
14 Fais-toi une arche de bois résineux; tu la feras composée de cellules et tu l'enduiras de bitume en dedans et en dehors.
15 Voici comment tu la feras: la longueur de l'arche sera de trois cents coudées, sa largeur de cinquante coudées et sa hauteur de trente.
16 Tu feras à l'arche une ouverture, à laquelle tu donneras une coudée depuis le toit; tu établiras une porte sur le côté de l'arche, et tu feras un premier, un second et un troisième étage de cellules.
Selon Xavi : Dieu dit à Noé: " La fin de toute chair est venue devant moi, car [*la vallée de l’Araxe de Erevan à Nakhitchevan (102 000 km2)] est pleine de violence à cause d'eux; je vais les détruire, ainsi que [*la vallée de l’Araxe de Erevan à Nakhitchevan (102 000 km2)].

La superficie de la Terre : 148 300 000 km2.
Un peu de maths : 148 300 000 km2 - 102 000 km2 = 148 198 000 km2.
Selon Xavi, Dieu aurait épargné 148 198 000 km2 de la Terre.

Question : Pourquoi Dieu n'a-t-il pas suggéré à Noé d'explorer ces 148 198 000 km2 de la Terre (la superficie pas atteinte par l'inondation) ?

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par TREBLA » ven. 02 févr. 2018, 3:36

Cher Xavi,

Merci pour votre patience.
Xavi a écrit : Xavi : mer. 31 janv. 2018

La référence aux cieux et à la terre des premiers versets de la Genèse n’est pas davantage pertinente, car, hélas, comme pour le mot « erets » (terre), vous ignorez aussi les sens différents du mot « ciel » ou « cieux ».
Selon vous, j'ignore « aussi les sens différents du mot " ciel " ou " cieux ".»
Alors, il faut que je consulte LAROUSSE.

Dieu a dit à Noé : Et moi, je vais faire venir le déluge, une inondation de la terre, pour détruire de dessous le ciel toute chair ayant en soi souffle de vie; tout ce qui est sur la terre périra. (Genèse 6, 17)

Selon LAROUSSE, "sous le ciel" veut dire « ici-bas, sur la terre. »

Donc, Dieu a dit a Noé : je vais détruire, ici-bas, sur la terre, toute chair ayant en soi souffle de vie.

L'expression "sous le ciel" inclut la totalité de la surface de la planète Terre.

"toute chair ayant en soi souffle de vie" est une proposition universelle affirmative qui constate que la totalité de "VIE TERRESTRE" va être détruite.

En logique, l'adjectif "universel" concerne la totalité des entités d’une classe déterminée. Dans notre discussion, il s'agit de la totalité des entités de la classe "VIE TERRESTRE".

Selon le verset ci-dessus, tous les hommes et tous les animaux terrestres qui ne sont pas dans l'arche périssent.

Il n'y a aucun doute : l'expression "sous le ciel" ne permet aucune exception.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1546
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par Xavi » ven. 02 févr. 2018, 13:43

Bonjour Trebla,

Il y a beaucoup d’hypothèses sur la localisation du déluge.

Si vous relisez ce fil, vous constaterez qu’en 2017, j’ai développé les motifs pour lesquels l’hypothèse d’un déluge dans le sud du pays de Sumer me paraît actuellement la plus probable.

En ce qui concerne les textes bibliques que vous citez concernant l’extermination survenue, lors du déluge « sous le ciel », cela n’implique pas nécessairement « tout » ce qui peut être « partout » sous le ciel et cela ne permet donc en rien de préciser l’étendue du déluge sur la terre qui s’est produit, selon texte biblique, dans tout le pays de l’adamah.

A chaque endroit de la terre, on est sous le ciel et rien ne vous permet de considérer que ces mots visent sans exception toute la planète, contrairement au texte biblique qui nous précise bien qu’il s’agit du pays particulier de la terre rouge de « l’adamah ».

L’expression « sous le ciel » nous précise, comme vous le relevez vous-même, que l’extermination ne concerne que les entités terrestres (humains et animaux).

Le déluge a exterminé « toute chair ayant en soi souffle de vie sous le ciel dans le pays de l’adamah ».

En ce qui concerne l’expression « sous le ciel », vous serez d’accord avec moi pour constater que le déluge biblique n’a pas exterminé les oiseaux dans le ciel.

Pensez-vous que les millions d’oiseaux de la planète ont tournoyé pendant un an au-dessus de toute la planète inondée, à une altitude dépassant les plus hauts sommets ?

Je vous rappelle aussi ma question précédente restée sans réponse : Pensez-vous sérieusement que Noé a embarqué, par exemple, des pingouins et des ours blancs du pôle nord, des éléphants et des lions d'Afrique, ainsi que des kangourous d'Australie ? Un couple de chacun des millions d'espèces animales que vous avez relevés dans un autre sujet ?

Merci de ne pas proposer d’autres développements avant d’avoir répondu à ces deux questions.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par TREBLA » ven. 02 févr. 2018, 21:35

Cher Xavi,

Merci pour votre question.
Xavi a écrit : Xavi : ven. 02 févr. 2018

Bonjour Trebla,

En ce qui concerne l’expression « sous le ciel », vous serez d’accord avec moi pour constater que le déluge biblique n’a pas exterminé les oiseaux dans le ciel.

Pensez-vous que les millions d’oiseaux de la planète ont tournoyé pendant un an au-dessus de toute la planète inondée, à une altitude dépassant les plus hauts sommets ?

Merci de ne pas proposer d’autres développements avant d’avoir répondu à ces deux questions.
Xavi : « En ce qui concerne l’expression « sous le ciel », vous serez d’accord avec moi pour constater que le déluge biblique n’a pas exterminé les oiseaux dans le ciel. »
Trebla : Il faut être plus précis : « le déluge biblique n’a pas exterminé [tous] les oiseaux dans le ciel. »

Dieu dit à Noé : De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l'arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi; ce sera un mâle et une femelle. Des oiseaux des diverses espèces [...] pour que tu leur conserves la vie. (Genèse 6, 20-21).

Il y avait un mâle et une femelle des oiseaux des diverses espèces dans l'arche.
Les oiseaux qui n'étaient pas à bord ont perdu la vie. Donc, « le déluge biblique n’a pas exterminé [tous] les oiseaux dans le ciel. »

Merci de ne pas proposer d’autres développements avant d’avoir fini la discussion concernant les oiseaux.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1546
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par Xavi » sam. 03 févr. 2018, 12:14

Bonjour Trebla,

Attention, ici encore, au sens large du mot hébreu « owph », traduit en français par « oiseaux ». Ce mot s’applique à tous les animaux ailés, y compris la volaille domestique.

Comme vous l’avez observé vous-même, l’extermination du déluge ne concerne que les vivants terrestres « sous le ciel ».

Le texte biblique le précise même une seconde fois lorsqu’il indique ensuite que l’extermination concerne tous les vivants « sur » la terre de l’adamah.

« je vais faire venir le déluge … pour détruire toute chair ayant souffle de vie sous le ciel ; tout ce qui est sur la terre périra » (Gn 6,17).

Rien dans le texte biblique ne permet d’étendre le déluge aux oiseaux qui volaient « dans » le ciel, aux oiseaux qui n’étaient ni sous le ciel, ni sur la terre de l’adamah.

Noé a fait monter dans l’arche un couple de chaque espèce domestique de son cheptel, y compris de la volaille (des oiseaux domestiques).

Mais, il n’a pas fait monter dans l’arche un couple de chacun des milliers d’espèces d’oiseaux volant dans le ciel au dessus de tous les endroits de la planète.

Aucune nouvelle espèce n’a été créée après le déluge. Or, on dénombre actuellement plus de 9.000 espèces d’oiseaux dans le monde.

Il s’agit donc uniquement d’espèces ayant survécu au déluge.

Croyez-vous qu’un couple de chacune des 9.000 espèces actuelles d’oiseaux a été dans l’arche ?

Votre réponse devra tenir compte du fait que, par ailleurs, il y a aussi actuellement plus de cinq millions d’espèces animales pour lesquelles une question similaire va se poser pour tous les animaux qui ne vivaient pas dans le territoire particulier du pays de l’adamah, pays de la terre rouge où Dieu a créé Adam et Eve que rien ne permet de confondre avec la planète terre qui n’est pas partout une terre rouge.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par TREBLA » sam. 03 févr. 2018, 19:33

Cher Xavi,

Merci pour votre réponse.

Le modérateur a désapprouvé trois de mes réponses. Je n’ai pas accès aux messages privés non plus.

Que le Seigneur vous bénisse.

[Merci d'éviter les répétitions surabondantes avec diverses variantes et de répondre aux questions posées]

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1546
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par Xavi » dim. 04 févr. 2018, 11:50

Bonjour Trebla,

Vous ne cessez de tenter de repartir dans des détails.

Je résume la question actuellement en discussion que vous ne cessez d’essayer d’éviter.

Il y a actuellement des milliers espèces d’oiseaux et des millions d’espèces d’animaux dont aucune n’a été créée après le déluge.

Ces milliers et millions d’espèces ne vivaient pas toutes dans la région habitée par Noé. La taille de l’arche n’aurait pu en contenir un couple de chaque espèce.

Il est donc impossible que Noé ait pu faire rentrer dans l’arche un couple de chacune de ces milliers et millions d’espèces d’oiseaux et d’animaux.

Conclusion : il est donc certain qu’il n’y a pas eu dans l’arche un couple de tous les oiseaux et les animaux de la planète terre.

Etes-vous d’accord ?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10501
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Mythe et réalité historique dans la Bible

Message non lu par Fée Violine » sam. 10 févr. 2018, 23:44

Panisse a écrit :
dim. 28 janv. 2018, 21:49
Fée Violine a écrit :
jeu. 01 sept. 2011, 23:12
Ce n'est pas Fernand Navarra qui a daté la poutre. Il en a donné un bout à des experts sans leur dire d'où ça venait, et c'est eux qui l'ont daté.
Bonsoir Fée,

Au hasard de mes recherches sur internet, j'ai trouvé une vidéo de l'expédition de Fernand Navarra en 1952 qui était alors accompagné de son jeune fils Raphaël :

Regardez à partir d'1'23" avec l'image d'un morceau de la poutre ramenée par nos explorateurs. De bien touchantes images d'archives !
https://youtu.be/EMV6MmcgMjw

Bon visionnage !
Merci Panisse !

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1546
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par Xavi » ven. 30 nov. 2018, 17:42

Ce morceau de poutre, est-ce sérieux ?

Comment comprendre aujourd’hui le récit du déluge ?

C’est une histoire attribuée aux trois fils de Noé (Gn 10,1). Cette attribution est un indice du découpage primitif du début de la Genèse en tablettes sumériennes par des colophons qui indiquent l’auteur du récit d’une tablette par un petit mot (le mot hébreu « Towledah ») qui a un double sens qui peut signifier à la fois les origines de l’auteur (son histoire passée) et sa postérité (son histoire future).

Le récit écrit de chacun des trois fils devait déjà être bien différencié par trois écrits distincts lorsque la Genèse a été composée, car le texte biblique reprend et fusionne ces trois versions différentes sans chercher à effacer leurs différences, même lorsqu’elles peuvent paraître contradictoires.

L’événement est situé moins de 300 ans avant Abraham. A une époque que les historiens connaissent bien. Le niveau culturel et littéraire est déjà très élevé en Mésopotamie. C'est l'époque où à Ebla, il y avait déjà une bibliothèque avec des tablettes rangées par catégories et des dictionnaires éblaïte / sumérien.

Des crues et des inondations, il y en a eu beaucoup en Mésopotamie, surtout dans la région de Ur et Babylone (Babel) d’où Abraham est originaire. La Genèse situe la Création à cet endroit qui est une région entourée de hautes et vastes montagnes : les Monts d’Arabie d’où s’écoulait le fleuve Wadi-el-Batin (actuellement asséché depuis plus de trois mille ans), les montagnes du Zagros iranien d’où s’écoulaient le Karoun et le Karkheh (actuellement distincts mais qui s’écoulaient très proches et parfois réunis), et les montagnes du massif de l’Ararat d’où s’écoulaient le Tigre et l’Euphrate. Tous ces fleuves confluaient dans le pays de Sumer pour y former un fleuve unique rejoignant le Golfe Persique (actuellement nommé le Chatt-el-Arab).

Le récit du déluge est très précis sur le plan historique. Il s’agit du dernier déluge dans la région. Il n’y en a plus eu d’autres (Gn 8, 21).

Et, en effet, il n'y a plus eu de crues majeures dans la région qui a connu, après une période de plus grande pluviosité, un changement climatique majeur que les géographes actuels situent il y a 4200 ans. Le golfe persique qui s’avançait jusqu’à Ur a reculé depuis lors et son rivage se trouve aujourd’hui à plus de 200 km de cette ancienne capitale de Sumer.

Par contre, des récits sumériens font état d’autres déluges plus anciens et notamment d’une histoire d'un certain Ziusudra sauvé des eaux par un grand bateau, au début du troisième millénaire avant Jésus-Christ.

A l’époque beaucoup plus récente de Noé, il est probable qu’il devait connaître cette légende et qu’elle a pu l’inspirer.

Dans l’immense plaine du delta des grands fleuves qui baignaient le pays de Sumer, nommé « adin » en sumérien, la montée des eaux pouvait être brutale, soudaine et meurtrière. Il pouvait être prudent de prévoir un abri flottant en cas de crue soudaine.

Dans les messages précédents, il a déjà été relevé que le déluge redouté ne concerne pas la planète terre, mais la terre de « l’adamah », cette terre d’argile rouge du pays de Sumer. C’est uniquement le pays de Sumer qui est inondé par le déluge biblique.

Il n’y a aucune trace d’un déluge universel, ni même d’un déluge étendu à l’ensemble de la Mésopotamie au cours des 10.000 dernières années.

Oublions donc les images enfantines amenant à Noé les ours blancs et les pingouins du pôle nord, les éléphants, les gorilles et les girafes d’Afrique, ou les kangourous d’Australie. Les milliers d’espèces animales de la planète.

La terre inondée par le déluge biblique ce n’est que la terre (en hébreu : eretz, qui signifie, notamment, région, pays) de l’adamah, de Sumer.

C’est seulement de toute la surface de « l’adamah » (la terre d’argile rouge où Adam et Ève ont été créés) que, selon le récit, Dieu décide d’exterminer « depuis l'homme jusqu'au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel » (Gn 6, 7, Gn 7,4 et Gn 7, 23)
Ce que Noé doit embarquer, ce sont seulement des animaux de « l’adamah » (Gn 6, 20 et Gn 7, 8).
A la fin du déluge, c’est sur la surface de « l’adamah » que les eaux diminuent (Gn 8, 8).
Lorsque Noé enlève la couverture de l’arche et regarde, c’est le sol de « l’adamah » qui avait séché (Gn 8, 13).
C’est seulement « l’adamah » que Dieu décide, après le déluge, de ne plus jamais maudire (Gn 8, 21)
Et, lorsque Noé descend de l’arche, il n’a pas changé de région et c’est encore « l’adamah » qu’il commence à cultiver (Gn 9, 20)

Dans ce contexte, ce qui est prévu, c’est uniquement la protection de la famille de Noé et de son cheptel en prévision d’une inondation du pays d’argile rouge où Adam et Ève ont été créés. Sept couples des animaux purs et un couple des animaux impurs (Gn 7, 2-3).

Le cheptel des Sumériens comprenait des moutons, des bovins, des chèvres, des porcs, des ânes, des chiens, des canards, des oies, des pigeons.

L’arche qui est construite n’a pas la forme d’un bateau, mais d’une maison flottante de forme rectangulaire.

Le récit en donne les dimensions en coudées. Attention ici encore à ne pas se cramponner à une interprétation littérale qui ne tient pas compte du contexte. La coudée (environ 50 cm) est une mesure de référence. On ignore le terme utilisé dans le récit sumérien primitif et, quoi qu’il en soit, le mot « coudée » peut être utilisé comme image d’une unité de mesure imprécisée ou uniquement pour donner des proportions.

Dans le sens littéral actuel d'une coudée, l’arche, mesurée en coudées (Gn 6, 15), aurait eu une longueur de 150 mètres (300 x 0,5), une largeur de 25 m (50 x 0,25) et une hauteur de 15 m (30 x 0,5). Énorme, et même invraisemblable pour y emporter uniquement huit personnes et quelques couples de leurs animaux domestiques.

Ne pensons pas trop vite que les « ammah » (mot hébreu traduit par coudées) qui mesurent les dimensions de l’arche de Noé ont nécessairement une longueur correspondant aux tailles plus ou moins précises des coudées dans le système ultérieur de calcul des mesures. D’ailleurs, le mot hébreu « ammah » vient du mot « Em » (mère) qui n'a ’aucun rapport avec une partie de l’anatomie humaine. Il pourrait s'agir de la « matrice » de la mesure.

Un détail du récit nous montre que le mot coudée ne peut y être traduit littéralement comme étant environ 50 cm. En effet, le récit indique que l’arche n’a qu’une seule fenêtre d’une « coudée » de hauteur (Gn 6, 16) et précise qu’à la fin du déluge, il était nécessaire d’enlever le toit de l’arche pour pouvoir constater que la terre était sèche (Gn 8, 13).

Si la fenêtre avait 50 cm de hauteur, il est évident que Noé aurait pu aisément regarder par elle l’état de la situation autour de l’arche. En fait, dans le récit, elle ne doit avoir que la hauteur nécessaire pour y lâcher un corbeau puis une colombe qui, à défaut de trouver une terre proche, sont revenus dans l’arche (Gn 8, 6-12).

On ne voit pas non plus pour quelle raison, il aurait fallu faire trois niveaux (Gn 6, 16) sur une hauteur de 15 mètres, soit 5 mètres en moyenne par niveau. Cela n’a aucun sens par rapport à la taille des humains et des animaux domestiques à emporter.

Dans le contexte sumérien et dans le contexte concret du récit, la « coudée » ne peut se réfèrer adéquatement à la mesure précise d'environ 50 cm, mais a manifestement un autre sens, qui me semble celui d'un celui d’un susi sumérien.

A cet égard, plusieurs tablettes sumériennes font état de l’utilisation par les Sumériens, qui pratiquaient principalement le calcul sexagésimal (par 60), d’une mesure (le « su » ou le « susi ») qui était une subdivision de la coudée par 6 mesurant 8,25 cm.

Avec environ 8,25 cm, le susi sumérien (qu'il y a lieu de considérer comme traduit dans le texte hébreu par le mot coudée), cela donne environ une arche d’une longueur de 24,75 mètres (300 x 0,0825), d’une largeur de 4,12 m (50 x 0,0825) et d’une hauteur de 2,47 m (30 x 0,0825), soit une superficie d’environ 100 m2. Une telle mesure paraît réaliste pour y emporter uniquement huit personnes, 7 couples de chacun de leurs animaux purs et un seul couple de chacun de leurs animaux domestiques impurs, avec une division en trois niveaux portant à 300 m2 la surface totale d’occupation.

Une hauteur de 2,47 m permettait des étages différenciés dans lesquels il était prévu des cellules (Gn 6, 14). Pour la volaille et les petits animaux, une hauteur d’un demi mètre pouvait suffire. Peut-être 80 cm pour les brebis et 120 cm pour les bovins. Suffisant pour un secours d’urgence.

La fenêtre de seulement 8,25 cm [une seule mesure (coudée/susi) de hauteur] était parfaitement adéquate pour le passage d’un corbeau ou d’une colombe et permet de comprendre qu’il n’y avait que très peu de vue pour les occupants qui ne pouvaient y passer la tête et cela explique pourquoi le récit raconte qu’il a fallu soulever le toit de l’arche pour voir que les eaux avaient baissé (Gn 8, 13).

Cette ouverture est juste suffisante pour y lâcher un corbeau ou une colombe. Si la fenêtre avait un demi-mètre de hauteur, selon la coudée classique, un humain aurait pu s’y pencher pour apercevoir toit ce qu’il voulait, ce qui n'était pas le cas.

Ainsi, une relecture de la signification réelle de la coudée dans le contexte sumérien permet de considérer que l’arche n’avait que des dimensions normales pour un père de famille soucieux de préserver les siens et son patrimoine des risques importants de crues à l’endroit inondable où il vivait.

La taille même de cette arche confirme le nombre limité des animaux embarqués autant que le caractère local du déluge dont il fallait se protéger.

Ce qui a été détruit c’est toute la terre de l’adamah, toute la terre du pays de Sumer où l’humanité a été créée. L'idée d'un déluge universel recouvrant l'Himalaya, ne résulte plus que d’interprétations fondamentalistes qui ne considèrent pas le récit dans son contexte ou d’un refus a priori d’admettre un récit réaliste et historique dans le contexte sumérien de mieux en mieux connu.

A cet égard, l'attribution à l'arche de Noé d'un morceau de poutre trouvé près du sommet du Mont Ararat manque de fondement raisonné.

Lorsque le récit nous raconte que les « montagnes » furent recouvertes (Gn 7, 19-20) ou que les sommets des « montagnes » réapparurent après la diminution du niveau des eaux (Gn 8, 5), la traduction française est trompeuse et sa lecture littérale doit être considérée, dans son contexte, par rapport au mot hébreu « har » qui est traduit par « montagnes » mais qui signifie aussi, et c’est le sens à retenir ici, « colline » ou même simplement « élévation » ou « dénivellation ».

Lorsque l’arche échoue sur les « montagnes » d’Ararat, c’est aussi, tout simplement, sur le début de « l’élévation » du massif de l’Ararat qui monte, du pays de Sumer où l'arche s'est échouée, jusqu’à son sommet enneigé situé à mille kilomètres de l’adamah du pays de Sumer et à plus de 5.000 mètres d’altitude.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2478
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Sur les traces du déluge

Message non lu par Trinité » lun. 10 déc. 2018, 0:51

Bonsoir Xavi,

Pour en revenir au déluge.


.

Je pensais à l'Evangile de St Matthieu 24,37-44, ou jésus disait:

"Comme il en fut aux jours de Noë, ainsi en sera-t-il lors de la venue du fils de l'homme.
En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu'au jour ou Noë entra dans l'arche; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu'à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du fils de l'homme.

Si jésus relate cet évènement, c'est qu'il a bien eu lieu! Il n'en reste pas moins vrai que cela peut être cependant un évènement local.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités