La question des retraites et leur réforme

Écoles et doctrines - Économie politique - Politique monétaire - Comptabilité nationale
Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1434
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Réforme des retraites au profit de qui?

Message non lu par Aldous » jeu. 28 oct. 2010, 18:43

PGH a écrit :Si l’on résume : tout est fait pour que le niveau des profits ne soit pas affecté par le vieillissement démographique et par conséquent ce sont les salariés qui vont être sacrifiés, saignés à blanc sur l’autel du profit.

La petite vieille qui vivait avec une retraite de 800 euros par mois ne percevra plus que 500 euros pour que les capitalises puissent continuer à engranger encore plus de milliards. (pourra t-elle d'ailleurs continuer à vivre?)

C’est navrant et révoltant.
bonjour,
Moi aussi je partage votre point de vue et votre révolte.

A la lecture d'un livre dont j'ai déjà parlé Pourquoi le christianisme fait scandale de Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie, (Seuil) récemment paru, je pourrai vous répondre si j'ai bien compris la thèse de ce livre, que l'origine des problèmes que nous vivons c'est parce que nous sommes dans un capitalisme qui n'est plus soutenu ou plutôt contrebalancé par aucunes valeurs qui sont celles du christianisme: le don, la générosité, l'acceptation et le soutien du plus faible, la gratuité, etc...
Tout ce monnaie: la santé, le service à la personne, le soutien de nos anciens, le soutien des inaptes à la production (les handicapés). Alors qu'avant par exemple il allait de soi de garder dans sa famille le grand père jusqu'à sa mort, ou de garder au village l'idiot pris en charge par tout le monde, de rendre service au voisin, tout cela qui relève de la gratuité, de la solidarité, du don, sont des comportements qui disparaissent parce que les valeurs qui les portent disparaissent.
Bien sûr cette constatation ne relève pas au premier abord d'une pure pensée économique mais quand on y regarde de prés c'est l'économie capitaliste qui peu à peu dissout ces valeurs parce qu'elles ne sont pas rentables.
C'est pourquoi Jean-Pierre Denis a appelé son livre Pourquoi le christianisme fait scandale , parce que à l'heure actuelle les valeurs que défend le christianisme sont un scandale pour la société capitaliste.
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

Avatar de l’utilisateur
PGH
Barbarus
Barbarus

Re: Réforme des retraites au profit de qui?

Message non lu par PGH » jeu. 28 oct. 2010, 22:27

Bonsoir,
Gerardh a écrit :

Cela dit, je veux bien vous croire quand vous notez des gains énormes de productivité. Ils sont sans doute partiellement obtenus grâce aux délocalisations. Par ailleurs ils sont exprimés en quantités de produits et peut-être pas en prix.


A titre d’exemple : avec l’agriculture intensive un seul exploitant peut faire vivre avec sa production des milliers de personnes alors que jadis sur la même surface cultivable une famille travaillant d’arrache-pied pouvait à peine subvenir à ses propres besoins.

Il est normal que le prix baisse avec la quantité, dans une économie saine le producteur accroît ses revenus avec des économies d’échelle et l’acheteur lui aussi y gagne en payant moins cher : gagnant-gagnant.

Qu’après on laisse fluctuer le prix au grès des caprices du marché ne change rien au fait que des richesses, en l’occurrence richesses de la terre, ont été obtenues en plus grande quantité sur une même période et peuvent désormais alimenter tout un village.

Je ne crois pas que les délocalisations accroissent la productivité : un indien, un chinois, ne sont pas plus productif qu’un Français, en tout cas dans mon métier je ne l’ai pas constaté (au point d’ailleurs que certaines boîtes commencent à faire machine arrière, après l’outsourcing l’insourcing). Mais en revanche sur le court terme cela réduit considérablement les coûts salariaux, dégageant un profit comptable immédiat et alléchant ainsi les spéculateurs, même si sur le moyen et long terme l’opération n’est absolument pas rentable. C’est le degré zéro de l’industrie et le summum de la finance : un ouvrier français bosse en moyenne pour 1400 euros vous le virez et vous prenez un ouvrier chinois qui bossera pour 5 fois moins cher, la différence vous vous la mettez dans la poche. C’est aussi simple que cela et c’est comme ça que des financiers se sont fait des fortunes colossales.



Gerardh a écrit :

Au niveau planétaire le problème est l'écart important per capita entre les pays riches et les pays pauvres. Moralement, on ne peut que souhaiter ques les pauvres s'enrichissent, mais cela signifiera ipso facto que les riches (c'est à dire nous, les pays développés) s'appauvriront. Sommes-nous prêts psychologiquement à cela ? Pas sur.
Je suis d’accord que les pauvres doivent s’enrichir, mais là où je m’inscris en faux c’est sur la façon de faire : supposez qu’un millionnaire vienne vous demander et même vous force à verser la moitié de vos revenus à un pauvre hère comment allez-vous réagir ? Tout naturellement vous allez lui dire : « Ecoutez vous gagnez de quoi faire vivre plusieurs familles sur plusieurs générations, moi je ne peux faire vivre que ma famille, alors pourquoi vouloir me ponctionner moi plutôt que de prendre sur vos revenus colossaux pour que ce pauvre hère puisse vivre dignement ? »

C’est exactement ce qui se passe avec les transferts de richesse de l’Europe et de l’Amérique vers les pays « low-cost » : les ploutocrates européens et américains ne s’appauvrissent pas au cours de cette opération, au contraire ils s’enrichissent encore plus, la croissance de ces pays se fait donc exclusivement sur le dos des salariés européens et américains. Difficile d’être plus cynique : « appauvrissez vous pour enrichir les pauvres et moi à l’occasion... »

Chiffre éloquent et terrifiant : « 2% de la population détient la moitié de la richesse mondiale »

http://www.universalpressagency.com/2-d ... a9631.html

Donc tant que cette infime mais extrêmement puissante minorité ploutocratique continuera de s’enrichir aux dépends des peuples, je ne vois vraiment pas comment les choses pourraient aller mieux et surtout pour les plus pauvres.

Avatar de l’utilisateur
SweetieLoLy
Quæstor
Quæstor
Messages : 289
Inscription : mar. 21 avr. 2009, 23:19
Localisation : dijon
Contact :

Re: Réforme des retraites

Message non lu par SweetieLoLy » jeu. 31 mars 2011, 16:14

:oops: Personne n'a donné son avis

je peux donner le miens ( :oops: je vais encore être penibles avec mes opinions desolée :oops: )

alors il me semble que dans un passé plus ou moin lointain...les gens bossaient en regle general 10 à 12 h par jours et ce pendant 6 jours..ma maman de 59 ans qui a commencé à bosser à 14 ans a connu les semaines de 6 jours et les nombres d'heures importantes par semaines!donc c'est assez récent!

la plupart des gens commençaient à travailler à 14 ou 16 ans apres le certificat d'etude et ce jusqu'à 65 ans pour mourir ensuite! :-@ car ils etaient vieux et usés!
si vous comptez bien il travaillaient 50 bonnes années dans leur vie! :sonne:

donc la retraite à 60 ans a été fait pour et en fonction de ces gens là!!!

de nos jours...les gens bosse 4 à 5 jours par semaines, 7 à 8 h maxi...beaucoup commence relativement tard à travailler apres 20 ans...ils ne travaillent donc pas 40 ans dans leur vie! certain moins de 35!! :sonne: dejà là..enorme difference!!

de plus la population va en vieillissant, merci pour nous la medecine a fait des progres, la vie n'est plus la même(moins de maladies, condition de vie et d'hygiene qui se sont enormement amelioré pour preuve la mortalité infantile a baissé de façon spectaculaire), et aujourd'hui mourir à 60/65 ans c'est considéré comme bien trop tôt et jeune, celà veut dire que en regle general on s'attend à mourir à 80..85 ans voire plus tard! :)

l'argent pour fniancer les retraites ne tombent pas du ciel,il faut des gens qui travaillent et qui cotisent un minimum... :sonne:

il reste logique que on augmente un peu la durée de travail...du fait que on commence plus tard...limite 10 ans plus tard allonger l'age de la retraite de 5 ans celà reste correct...

bien sur il y a du cas par cas à faire..mais la plupart es gens que je connais, qui sont contre cette reforme sont des gens qui bossent 6H/7H par jours,(oui je ne prend pas en compte les pauses café et interminables repetitives) ont des congé en masse chaque années..(RTT et compagnie!)..ne pensent que à etre en vacances et rien faire...mais quand meme avoir un bon salaire hein! :non:

ça rêve de partir en retraite à 55 /60 ans pour voyager et profiter de la vie!! :sonne: ...

enfin bref ils ont cette mentalité là..en faire le moins possible mais quand meme un petit pactol tout les mois ils disent pas non! :non:

ces gens etaient les premiers à s'imaginer partir en retraite à 60 ans en pleine forme pour voyager tout les ans pendant 10 ou 20 ans...mais partir en retraite à 65 ans les rendrait invalides et mourrants!

les gens qui ont un metier vraiment penible et invalidant sont en regle general foutu bien avant ces ages là..à 50 ans c'est dejà fini...tu n'en sort pas en pleine forme pres à croquer la vie à 60 ans!!

donc que ils cessent d'être hypocrites!

oisifs et fainéants!! :non: moins ça en fait mieux c'est ça et ça ne voit pas plus loin que le bout de leur nez...

sur 80 ans de vie on est pas à 2 ans pres! :non: et si ça peut permettre d'aider aux financement des retraites moi je dit oui! si il faut ça pour assurer la continuité de notre securité sociale (maladie chomage retraite) je dit oui! :sonne:

voilà je suis penibles :oops:

Avatar de l’utilisateur
Severin
Barbarus
Barbarus

Re: Réforme des retraites

Message non lu par Severin » sam. 02 avr. 2011, 23:30

Cette réforme est particulièrement stupide, 90% des seniors sont au chômage, comment voulez-vous faire cotiser des chômeurs qui sont payés par les ASSEDIC. Récemment l’initiateur de cette réforme à créer de nouvelles mesures pour favoriser l’embauche…….. des + de 45ans. Donnons d’abord du travail à tout le monde jusqu’à 60 ans et il sera inutile de prolonger la durée de cotisation jusqu’à 62ans.

Avatar de l’utilisateur
Anaisunivers
Senator
Senator
Messages : 772
Inscription : jeu. 11 nov. 2010, 22:24

Re: Réforme des retraites

Message non lu par Anaisunivers » dim. 03 avr. 2011, 16:53

Je suis d'accord avec SweetieLoLy :
On doit travailler à la sueur de notre front. Au départ, l'étymologie du mot "travail" c'est un instrument de torture, pas sûr que le travail actuellement soit cela (excepté quelques métiers)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4921
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Réforme des retraites

Message non lu par gerardh » lun. 04 avr. 2011, 0:37

_________

Bonjour,

Etant déjà retraité, je suis mal placé pour en parler. Mais techniquement et arithmétiquement, les dispositions qui ont été adoptées par nos autorités, même si elles sont mal reçues, seront néanmoins très insuffisantes.



__________

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Réforme des retraites

Message non lu par papillon » lun. 04 avr. 2011, 4:47

Je dois dire que de ce côté-ci de l'Atlantique, plus d'un ont été stupéfaits de tout le branle-bas de combat que cette réforme a provoqué chez vous.
C'est pour dire que tout est relatif. Ici, si on nous avait ramené l'âge de la retraite à 62ans, on serait encore en train de fêter ! En fait l'âge officiel de la retraite chez nous est de 65ans. Et maintenant, on nous encourage à travailler encore plus longtemps. Il n'y a rien d'obligatoire dans ces mesures, mais voilà : si nous prenons notre retraite avant 65ans, nous subissons une pénalité sur le montant des rentes. Si nous la prenons après 65 ans (ex. 67-68ans), les rentes sont bonifiées et des mesures avantageuses s'appliquent au niveau du fisc.
Il y a de plus en plus de gens qui continuent de travailler après 65 ans ou qui y retournent après avoir arrêté pendant quelques temps.
Le problème n'est pas de travailler à cet âge, c'est d'obtenir que notre travail soit adapté à notre âge (ex. journées plus courtes, semaines de trois ou quatre jours, exemptions de fonctions physiquement exigeantes, vacances plus longues etc).
Quand ces conditions sont satisfaites, ce peut même être agréable de continuer de travailler (contact avec le "milieu", relations de travail, plaisir d'être actif et utile). Pourquoi pas?
Quand on pense que l'espérance de vie est de plus en plus longue, si on cesse de travailler à 60ans et qu'on meurt à 90, ça fait 30 à vivre sans travail. Sur le plan financier, ça implique beaucoup d'argent. Sur le plan personnel, c'est long longtemps...

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Réforme des retraites

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 04 avr. 2011, 11:48

On a le droit de ne pas aimer le travail aussi, non ? Cela n'est pas forcément de la fainéantise, mais plutôt du bon sens : qu'est ce qui a le plus de valeur : l'argent ou le temps ?

Avec toutes les maladies terribles qui tombent sur les cinquantenaires, sexagénaires, on est en droit d'arrêter de travailler à partir de 60 ans selon moi. La majorité des gens, à choisir, préfèreraient arrêter tout de suite leur boulot. Mais ils ne peuvent pas financièrement, attendent une meilleure retraite.

Je vois mes pauvres parents qui n'en peuvent plus à 59 et 54 ans ! Ils aimeraient bien arrêter dès maintenant. Et comme je les comprends !

Notre société pousse à travailler de plus en plus, avec cette logique capitaliste folle de produire toujours plus, de consommer toujours plus. Si nous vivions avec le nécessaire voire même avec un confort plus simple, que de temps nous aurions à disposition pour nous instruire, pour profiter de notre famille, de nos amis, pour nous engager dans des actions.

Mais non, il faut user l'homme jusqu'à la moelle pour en tirer le plus de profits possibles. Je suis pour la retraite à 25 ans moi.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Réforme des retraites

Message non lu par papillon » lun. 04 avr. 2011, 19:49

Mathieu, vous avez une notion bien négative du travail !
Compte tenu de la dernière phrase de votre message, je me demande s'il faut prendre l'ensemble de celui-ci au second degré. Mais comme vous parlez aussi de vos parents, j'en doute.

Le travail pour la consommation et la surconsommation est une folie, bien sûr, qui n'ennoblit pas l'homme, mais ce travail-là n'est pas imposé. Il relève de notre responsabilité personnelle. On est majeur et vacciné, non? On peut travailler compulsivement à s'en rendre malade pour se payer un château et une grosse bagnole, on peut aussi travailler intelligemment et raisonnablement pour se payer une maison raisonnable et la voiture qui va avec. La liberté et l'exercice du bon sens, vous connaissez?

Mais il y a d'autres considérations en jeu: les innombrables services que nous fournit une société bien organisée et qu'on prend volontiers pour acquis et qu'on considère "normaux" sans se poser la question à savoir d'où ils viennent. Si on compare la vie qu'avaient nos parents et grands-parents à la nôtre, je ne suis pas sûre que la comparaison nous désavantage.

Je vous donne un exemple:
23 avril 1998: mon conjoint subit un grave accident. Voici la séquence des événements qui on suivi :

-il a eu droit immédiatement aux soins des meilleurs neurochirurgiens et autres spécialistes compétents.
-s'en est suivi une longue hospitalisation avec tous les services spécialisés que requérait son cas.
-ensuite le programme de réadaptation, long et ardu, d'abord en institut puis à la maison, avec toute une équipe d'intervenants spécialisés: orthophonistes, neuropsychologues, ergothérapeutes, travailleuse sociale, éducateur spécialisé en traumas crâniens etc

sur le plan financier. il a reçu de la SAAQ (société d'ass. automobile du Québec):
-une importante indemnisation pour perte de jouissance de la vie, souffrances, perte de facultés etc
-une indemnité de remplacement de revenus jusqu'à 68ans parce qu'il ne peut plus travailler
-une allocation supplémentaire à vie pour défrayer certains coûts que peuvent occasionner ses handicaps.

Avec toutes ces aides, mon conjoint a retrouvé une certaine autonomie, pas complète mais plus que satisfaisante, il a une belle qualité de vie malgré certaines séquelles qui ont persisté, et a évité la pauvreté.
Et moi je suis bien contente de l'avoir près de moi.

Si le même accident s'était produit en 1950:
-il serait probablement mort
-s'il avait survécu, c'aurait été avec des séquelles beaucoup plus importantes.
-il aurait été condamné à vivre en hospice, dans la pauvreté, et à se distraire en regardant par la fenêtre le mur de l'immeuble d'à côté.

Dites-moi, Mathieu, croyez-vous que tous ces services que nous recevons aujourd'hui (ce qui précède n'est qu'un exemple parmi tant d'autres) se paient avec l'air du temps?

Dernières considérations: le plaisir de travailler, d'exercer ses compétences, d'être utile à la société, à ses concitoyens, garder l'esprit éveillé et curieux, avoir des responsabilités et prendre des initiatives .
Développer de bonnes relations de travail avec ses confrères et ses employeurs, vivre la solidarité au boulot.

Vous savez, le club med, ça peut être agréable pendant deux semaines, pas toute l'année...

Pour que le travail soit valorisant et épanouissant, et profite à tous, il faut en chercher l'équilibre dans sa vie, tout simplement.
Comme je l'écrivais plus haut, il faut adapter le travail aux différentes étapes de la vie.
J'aurai bientôt 61ans, je travaille toujours mais j'ai réduit mes heures à 32/sem réparties sur 3 jours. Ça me convient parfaitement pour le moment. Plus tard je les réduirai encore, et ainsi je me vois très bien travailler à 65ans ou plus, à heures réduites, ce qui me permettra de rester en contact avec mes confrères, avec le "milieu" de la profession, tout en ayant tout le loisir et le temps de faire autre chose en dehors du travail et de profiter pleinement de mon temps libre.
Et je continuerai ainsi à participer à l'équilibre de la vie en société.

Mathieu, vous êtes tout jeune, avez-vous pensé que si tous ceux qui vous précèdent prennent une retraite hâtive et y survive pendant 30 ans en requérant de plus en plus de services, vous serez écrasé par le poids que cela représentera pour tous les jeunes travailleurs?

Avatar de l’utilisateur
GuilhemMaurice
Quæstor
Quæstor
Messages : 324
Inscription : dim. 20 mars 2011, 18:19
Localisation : France
Contact :

Re: Réforme des retraites

Message non lu par GuilhemMaurice » lun. 04 avr. 2011, 20:02

Pour répondre à Petit Matthieu

Je dirais que rien ne tombe du ciel sinon la grâce divine. De toutes les choses dont nous jouissons dans notre vie quotidienne, il y a un travail derrière. Les biens et les services n'apparaissent pas par enchantement...
Le travail n'a pas pour but de faire de l'argent pour faire de l'argent mais de subvenir à nos besoins. Si vous vivez sans travailler cela veut dire que d'autres personnes travaillent pour que vous viviez.
On ne peut pas jeter le travail dans la négative comme cà...
Après, il est vrai que la répartition et la rétribution du travail doivent être justes et équitables.

Cordialement
Bonum est confidere in Domino, bonum sperare in Domino

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Réforme des retraites

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 04 avr. 2011, 20:28

GuilhemMaurice a écrit :Si vous vivez sans travailler cela veut dire que d'autres personnes travaillent pour que vous viviez.
Vous avez bien raison de dire cela. Mais envisagez le nombre d'heures de travail qui créent du superficiel ! Je ne pourrais pas faire de statistiques, mais notre système est pervers en cela. Il doit toujours produire plus, marchant sur une consommation toujours à la hausse. Et du coup, il faudra toujours travailler plus.

Vous me direz : depuis la fin du XIXe siècle en France, les heures de travail hebdomadaires ont considérablement chutées. Mais la productivité elle, dans l'ombre, à outrepassée cette baisse de régime apparente. Finalement, depuis la fin du XIXe, on a pas cessé de produire plus.
Désormais les gains de productivité sont de plus en plus délicats pour nos sociétés occidentales. Alors on incite les gens à travailler plus par semaine...mais aussi dans le nombre d'années.

Je ne suis pas un économiste, je n'ai pas de modèles à proposer. Mais je fais un constat : nous travaillons de plus en plus pour quoi ? Un projet chrétien ? La paix dans le monde ? Hélas non, nous travaillons plus parce que le système dans lequel nous vivons marche à la sueur, à la surconsommation et parvient à noyer cette folie dans le divertissement.

En fait je commence à réaliser que l'un des plus grands dangers pour l'homme est le divertissement : il permet d'endormir l'homme là où, éveillé, il se révolterait.
Dernière modification par Petit Matthieu le lun. 04 avr. 2011, 21:56, modifié 1 fois.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
lmx
Barbarus
Barbarus

Re: Réforme des retraites

Message non lu par lmx » lun. 04 avr. 2011, 20:45

à la surconsommation
Ce n'est pas la faute du "système" si les gens consomment trop. A partir d'une certaine époque l'homme a pensé qu'il était sur terre pour satisfaire tous ses besoins et toutes ses pulsions et que les règles morales qui l'en empêchaient l'étouffaient.
Les publicitaires sont venus répondre à son besoin et par là même exciter ses pulsions.

Quand on rejette un loi on finit toujours se soumettre à une autre loi.

Avatar de l’utilisateur
GuilhemMaurice
Quæstor
Quæstor
Messages : 324
Inscription : dim. 20 mars 2011, 18:19
Localisation : France
Contact :

Re: Réforme des retraites

Message non lu par GuilhemMaurice » lun. 04 avr. 2011, 21:52

Petit Matthieu a écrit :
GuilhemMaurice a écrit :Si vous vivez sans travailler cela veut dire que d'autres personnes travaillent pour que vous viviez.
Vous avez bien raison de dire cela. Mais envisagez le nombre d'heures de travail qui créent du superficiel ! Je ne pourrais pas faire de statistiques, mais notre système est pervers en cela. Il doit toujours produire plus, marchant sur une consommation toujours à la hausse. Et du coup, il faudra toujours travailler plus.

Vous me direz : depuis la fin du XIXe siècle en France, les heures de travail hebdomadaires ont considérablement chutées. Mais la productivité elle, dans l'ombre, à outrepassée cette baisse de régime apparente. Finalement, depuis la fin du XIXe, on a pas cessé de produire plus.
Désormais les gains de productivité sont de plus en plus délicat pour nos sociétés occidentales. On incite les gens à travailler plus par semaine...mais aussi dans le nombre d'années.

Je ne suis pas un économiste, je n'ai pas de modèles à proposer. Mais je fais un constat : nous travaillons de plus en plus pour quoi ? Un projet chrétien ? La paix dans le monde ? Hélas non, nous travaillons plus parce que le système dans lequel nous vivons marche à la sueur, à la surconsommation et parvient à noyer cette folie dans le divertissement.

En fait je commence à réaliser que l'un des plus grands dangers pour l'homme est le divertissement : il permet d'endormir l'homme.
Ce que vous dîtes là est de bon sens. Effectivement, aujourd'hui en particulier, du travail est fourni pour produire de la superficialité afin de satisfaire de la décadence. Mais c'est une déviance. Dans mon raisonnement, je parlais que du travail dans son principe fondamental.
Ce dont vous parlez n'est pas du travail en lui même mais de ce qu'en fait notre société.
Bonum est confidere in Domino, bonum sperare in Domino

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Réforme des retraites

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 04 avr. 2011, 21:55

GuilhemMaurice a écrit : Ce que vous dîtes là est de bon sens. Effectivement, aujourd'hui en particulier, du travail est fourni pour produire de la superficialité afin de satisfaire de la décadence. Mais c'est une déviance. Dans mon raisonnement, je parlais que du travail dans son principe fondamental.
Ce dont vous parlez n'est pas du travail en lui même mais de ce qu'en fait notre société.
Nous sommes d'accord ;)
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Réforme des retraites

Message non lu par papillon » lun. 04 avr. 2011, 22:47

lmx a écrit :
à la surconsommation
Ce n'est pas la faute du "système" si les gens consomment trop. A partir d'une certaine époque l'homme a pensé qu'il était sur terre pour satisfaire tous ses besoins et toutes ses pulsions et que les règles morales qui l'en empêchaient l'étouffaient.
Les publicitaires sont venus répondre à son besoin et par là même exciter ses pulsions.

Quand on rejette un loi on finit toujours se soumettre à une autre loi.
Je suis bien d'accord avec vous, Imx. Il faut cesser de mettre systématiquement la faute sur une entité qui reste bien abstraite pour la plupart des gens mais qui les arrange bien, soit pour satisfaire leurs convoitises soit pour prendre le blâme de leur vie déréglée le cas échéant: "le système".
La société de consommation, la société tout court, c'est nous qui la faisons. Personne ne nous oblige à surconsommer.
GuilhemMaurice a écrit :Effectivement, aujourd'hui en particulier, du travail est fourni pour produire de la superficialité afin de satisfaire de la décadence. Mais c'est une déviance. Dans mon raisonnement, je parlais que du travail dans son principe fondamental.
Je suis aussi d'accord avec vous et je précise les nuances que je crois y voir. Vous écrivez bien que "du" travail est fourni pour produire de la superficialité, et non pas que "le" travail dans son ensemble est fourni à cette fin.
Il n'y a qu'à voir tout ce qui se fait dans le domaine des sciences, de la médecine, dans la recherche de techniques de développement durable, dans le développement des énergies propres, dans les préoccupations environnementales, par exemple, aussi dans le travail social et la réalisation de programmes de soutien au "citoyen moyen". Et dans les arts, dont on sous-estime souvent l'importance.
Il y a une masse de gens qui travaillent dans ces domaines. Je crois que leur travail mérite respect.
Aussi il serait malhonnête et trop facile de prétendre que si on encourage les gens à travailler plus longtemps, c'est uniquement pour produire de la superficialité et répondre aux besoins de la décadence.
Quand même...
Les caricatures n'ont pas meilleur goût dans un sens que dans l'autre.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités