Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Écoles et doctrines - Économie politique - Politique monétaire - Comptabilité nationale
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par etienne lorant » mar. 26 mai 2015, 13:50

Vigilante face à ces pratiques de sous-traitance, la délégation syndicale a multiplié les visites de chantiers. Les premières victimes de cette sous-traitance sont les travailleurs de ces entreprises étrangères prestataires de services. Au fil des visites, les délégués constatent les mauvaises conditions de travail de ces travailleurs : équipement de travail de très mauvaise qualité, du matériel obsolète, des échafaudages qui ne respectent aucune consigne de sécurité…

Lors de l’une de ces visites de chantier, la délégation tombe sur une fiche de paie... Ils découvrent que le salaire horaire des travailleurs de ce chantier est de 2,07€ ! Il s’agit d’une société dont le siège est au Portugal. Les travailleurs de cette société ne parlent pas le français. Cela rend toute communication très compliquée, malgré cela ils arrivent à échanger des informations. Non seulement ils sont sous-payés, mais ils travaillent sous la menace constante d'un licenciement sans préavis...

Source : Délégation MWB-BRABANT IMTECH
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Wazabi » jeu. 28 mai 2015, 13:53

En allemage les grévistes de la poste on était remplacé "momentanément" par des postiers polonais d'une des filiales de la poste allemande...

Quid de la confédération européenne des syndicats... une belle arnaque.

Dans un tel système je me demande ce que peuvent faire les syndicats qui ont constaté le problème en question.

L'U.E. ne fait rien pour lutter contre le Dumping Social. Et faire entrer l'Ukraine dans l'U.E. n'arrangera rien.
Le salaire moyen y est inférieur au salaire moyen chinois...

L'U.E. a t'elle prévu une "indexation" de nos emprunts et de nos taxes en fonction du salaire de merde qu'elle nous prépare ?

Au moins, avec les monnaies nationales, et le contrôle des capitaux ; on pouvait compenser ces différentiels insoutenables sur le coût du travail. Là on ne peut plus rien faire au niveau national et rien n'est fait dans l'U.E.

Manu85
Censor
Censor
Messages : 61
Inscription : jeu. 27 mars 2014, 8:23

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Manu85 » lun. 01 juin 2015, 19:40

Wazabi
Il y a bien assez de richesses en France sans avoir á manipuler les monnaies.
Augmenter le cout du travail de ces pays, tuerait leur économie. Dévaluer l'euro c'est ralentir le développement des pays pauvres.
La France est déja bien assez riche, bien que la répartition soit mal faite, notamment pour les petits retraités et la jeunesse.

Ne cédons pas á un égoisme de court-terme. La pauvreté provoque flux de population et criminalité, c'est un monde dont on ne peut pas se satisfaire. Il est donc impératif que ces pays se développent.
La France entre autres, a aidé l'Allemagne de l'est ou l'Espagne á se développer. Qui le regrette aujourd'hui ?
La Pologne commence á voir le jour, la Lituanie aussi, d'autres suivent.

Ciryl
Censor
Censor
Messages : 75
Inscription : mar. 12 mai 2015, 15:16
Conviction : en recherche

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Ciryl » lun. 01 juin 2015, 22:22

Manu85 a écrit :
Ne cédons pas á un égoisme de court-terme. La pauvreté provoque flux de population et criminalité, c'est un monde dont on ne peut pas se satisfaire. Il est donc impératif que ces pays se développent.
Il ne s'agit pas d'égoïsme mais plutôt de lucidité. ces emplois sont pris par des travailleurs sous-payés qui ne profitent guère à leur pays d'origine et qui mettent au chômage des travailleurs en France qui sont la locomotive de l'économie, je pense notemment à ceux du bâtiment dont je fais partie.

Je connais bien ce problème pour le vivre au quotidien en travaillant avec des entreprises "détachées" qui viennent de Roumanie ou de Bulgarie, et dont les ouvriers travaillent 7 jours sur 7 avec des horaires qui défient toute concurrence. Ils sont exploités comme au 19ème siècle, ce n'est pas un progrès pour eux, ni pour nous.

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Wazabi » mar. 02 juin 2015, 13:55

Manu85 a écrit :Wazabi
Il y a bien assez de richesses en France sans avoir á manipuler les monnaies.
Augmenter le cout du travail de ces pays, tuerait leur économie. Dévaluer l'euro c'est ralentir le développement des pays pauvres.
La France est déja bien assez riche, bien que la répartition soit mal faite, notamment pour les petits retraités et la jeunesse.

Ne cédons pas á un égoisme de court-terme. La pauvreté provoque flux de population et criminalité, c'est un monde dont on ne peut pas se satisfaire. Il est donc impératif que ces pays se développent.
La France entre autres, a aidé l'Allemagne de l'est ou l'Espagne á se développer. Qui le regrette aujourd'hui ?
La Pologne commence á voir le jour, la Lituanie aussi, d'autres suivent.
Article 63 du TFUE

http://fr.wikisource.org/wiki/Traité_su ... Article_63

Il n'y a plus d'argent en France... plus de richesse... on a quasi plus d'industrie et on exporte quasi plus.
Tout simplement parce que rien n'interdit aux riches d'investir là ou c'est plus rentable.
Le reste est siphonné par les actionnaires et les banques d'affaires étrangers.

Rien ne leur interdit de mettre leur fric dans les paradis fiscaux.

Tant que l'on ne retrouvera pas notre souveraineté ; il sera impossible d'organiser le pays pour subvenir aux besoins de tous.

Plus cela va plus le système capitaliste actuel me semble vicié.
L'argent corrompt tout. Il est pourtant utile pour organiser les échanges.
Mais le fait est que tant que les états n'auront pas plus d'implication dans la vie économique (sans encourager le chaumage) ; on aura toujours suffisamment de chômage pour pousser les gens à accepter plus ou moins n'importe quoi et donc a maintenir des entreprises à l'activité malsaine ou inutile.

Il faudrait supprimer le concept de rentabilité pour lui substituer le concept d'utilité publique.
Tout serait possible en matière de culture et de divertissement mais surtout on arrêterait de produire inutile :
- produire des machines vouée à la casse (obsolescence programmée)
- produire des traitement médicaux qui fidélisent les malades au lieu de les soigner.
- produire des surplus alimentaire voué à être détruit car ne pouvant être donnés (question de rentabilité)
- la finance : rien de pus inutile qu'un financier.
- production de gadgets publicitaires.
- lobbing professionel
- "expertises"
- etc...

Il y a tant de temps perdu et gaspillé dans des choses totalement inutiles...
Comment reprocher aux chômeurs de ne rien faire ? quand on sait que la majorité des gens font des trucs qui ne servent presque à rien... ou des trucs utile (sociale, humanitaire) mais qui n'existent que parce qu'à coté on fait des trucs inutiles.

Le problème n'est pas tant la répartition des richesses virtuelles (monnaies) que l'activité sereine des forces de travail.
Le problème n'est pas tant de pouvoir payer les gens que de les organiser autour d'un projet commun pour que tous puissent vivre décemment.

Je pense que le problème de la motivation des travailleurs n'est pas tant lié à la paresse ; mais plutôt au sens.
Il faut donner du sens moral au travail. avoir le conviction que ce que l'on fait est utile et bon.
Il faut prendre le temps de vivre et d'apprécier son travail.
Et pour cela il faut une véritable politique de plein emplois et non celle actuelle qui a pour but de tirer les salaires vers le bas.
Quand les travailleurs ont le choix ils privilégient la qualité à l'urgence et ainsi toutes les activités inutiles se supprimeront d'elles mêmes.

Le système actuelle n'a de cesse de gratter sur le temps de travail : optimiser encore et encore au détriment de la qualité de vie et de la qualité du travail.
Ce qui est normal ; puisque le temps est la seule véritable richesse.
C'est le temps (temps humain ou animal) qui permet de tout faire.

Il faut donc de vrais dirigeants s'inscrivant dans une culture et une idéologie commune : nations.
Il faut une vraie coopération entre les nations. Ne plus s'inscrire dans une vision à l'américaine (OTAN) mais plus dans la philosophie officielle de l'ONU (faut virer les dirigeants actuels de l'ONU).

Il faut un capitalisme régulé par l'activité et l'étique des états et non l'inverse.
Pour que cela ne s'inverse plus il faut un vrai système de décision et de contrôle démocratique.

Il faut empêcher toute capitalisation excessive.
Donner trop d'argent à quelqu'un ; c'est comme lui donner tous les codes nucléaires.
C'est irresponsable.

Pour cela le travail Etienne Chouard me semble important.
J'espère qu'il aboutira à quelque chose de viable.

Manu85
Censor
Censor
Messages : 61
Inscription : jeu. 27 mars 2014, 8:23

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Manu85 » mer. 03 juin 2015, 18:08

Cyril
Je ne suis pas pour une libéralisation totale qui en fin de compte, ne profite qu'á qui on sait.
Les travailleurs détachés sont un probléme spécifique qu'il faut régler.
Ce que je critiquais, c'est la teneur générale du message de Wazabi.
On peut reprocher á l'économie de marché toutes sortes de dérives, mais une tendance existe, celle de la baisse de la mortalité, du développement lent mais continu du monde. Cela, on le doit á l'économie de marché.

Manu85
Censor
Censor
Messages : 61
Inscription : jeu. 27 mars 2014, 8:23

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Manu85 » mer. 03 juin 2015, 18:31

Wazabi
La France est 5e ou 6e exportateur mondial. Une étude suisse l'a estimée comme pays le plus riche d'Europe.
Sur le reste de votre message, je suis d'accord sur les constats, mais je ne vois pas en quoi récupérer notre banque centrale ou contrôler les capitaux changera la crédibilité de la France à changer le système mondial.
Je ne crois d'ailleurs pas qu'on puisse contrôler les capitaux.
Comme vous le dites, coopérer semble la meilleure solution. Tous les pays du monde n'y sont pas prêts. Faut-il y renoncer en revenant à l'ancien système conflictuel ? Je ne pense pas. La France et l'Europe doivent rester constants dans leur message de mise à niveau sociale pour les pays qui peuvent se le permettre.
Comme je le disais, les pays pauvres ont besoin de temps pour augmenter les salaires et annuler leurs protectionnismes. L'économie de marché et le dialogue peuvent grandement y aider.
Dernière modification par Anne le jeu. 04 juin 2015, 0:15, modifié 1 fois.
Raison : Accents

Avatar de l’utilisateur
Synge
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : jeu. 16 avr. 2015, 12:23
Conviction : Catholique

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Synge » mer. 03 juin 2015, 22:41

"donner trop d'argent à quelqu'un" <:

Il serait temps que les Chrétiens cessent de donner dans l'angélisme bas de gamme en matière d'économie et fassent enfin la différence entre les lubies marxistes et le message évangélique.

Par exemple, "donner trop d'argent à quelqu'un" ne veut rien dire. Cette personne est riche. Et alors ? Grand bien lui fasse. Sauf si elle volé cette fortune, bien entendu. La plus grande partie des riches sont des gens qui ont fondé leur entreprise et leur richesse vient de leur plus grande capacité à servir leurs clients. Où est le mal là dedans ?

Quel genre de "contrôle démocratique" voulez vous ajouter à la simple loi du marché ? La nationalisation des moyens de production comme autrefois à l'Est ? Avez vous demandé à nos frères polonais, roumains, hongrois, russes, tchèques, slovaques ou baltes ce qu'ils en pensent ? Eux ont vécu ces choses. Voulez vous faire plus "soft" et confier les clés à nos brillants énarques ou X-Mines ? Par exemple ceux qui ont coulé Areva ? Ou tout simplement à un gouvernement démocratique, alors que pas un de nos ministres n'a jamais fondé la moindre entreprise, créé le moindre emploi ni même vendu quoi que ce soit à qui que ce soit. Brillantes idées en vérité. Et qui vont sans doute contribuer à sortir les pauvres de la misère, sans aucun doute.

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Wazabi » jeu. 04 juin 2015, 10:35

Désolé mais un gus qui empoche 1000 000 000 USD par an c'est dangereux.
Trop de moyens entre deux mains. Je ne parle pas des gens qui gagnent généreusement leur vie.
Je parle de ceux qui gagnent abusivement leur vie. A un point qui leur permet de s'octroyer des pouvoirs extra-légaux.

Trop d'argent entre les mains ? Cela va creuser les écarts entre les couches de la société toujours plus et jusqu'a l'extrême.
La conséquence inévitable d'un tel système : une féodalité qui ne dit pas son nom, ou l'arme économique a remplacé (en parti du moins) l'arme militaire.


Controle démocratique ? Des gens tirés au sorts qui vont contrôler le système à tous les niveaux, serait une solution (La solution d'Etienne Shuar). Tirés au sort, régulièrement, et en nombre important ; il serait quasi impossible de les contrôler ou de les manipuler.

D'autres choses comme le référendum d'initiative populaire (comme en suisse) serait aussi un bon moyen pour éviter les dérives du système, soit-disant démocratique de la France. La suisse est d'ailleurs un très bon modèle en matière de démocratie REELLE (Modèle démocratique attaqué par l'U.E. et notre cher Sarkosi que les Suisses ont royalement envoyé chier).

Etc...
Dernière modification par Wazabi le jeu. 04 juin 2015, 12:01, modifié 11 fois.

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Wazabi » jeu. 04 juin 2015, 11:16

Manu85 a écrit :Wazabi
La France est 5e ou 6e exportateur mondial. Une étude suisse l'a estimée comme pays le plus riche d'Europe.
Sur le reste de votre message, je suis d'accord sur les constats, mais je ne vois pas en quoi récupérer notre banque centrale ou contrôler les capitaux changera la crédibilité de la France à changer le système mondial.
Je ne crois d'ailleurs pas qu'on puisse contrôler les capitaux.
Comme vous le dites, coopérer semble la meilleure solution. Tous les pays du monde n'y sont pas prêts. Faut-il y renoncer en revenant à l'ancien système conflictuel ? Je ne pense pas. La France et l'Europe doivent rester constants dans leur message de mise à niveau sociale pour les pays qui peuvent se le permettre.
Comme je le disais, les pays pauvres ont besoin de temps pour augmenter les salaires et annuler leurs protectionnismes. L'économie de marché et le dialogue peuvent grandement y aider.


Les bas salaires dans certains pays ne sont pas un nécessairement un problème pour ces pays. Le coût de la vie y est proportionnel.
Ici, une baisse de salaire importante va être suicidaire. Et ça va arriver avec les traités européens.

Vous comptez sur combien de temps pour que des pays comme la Bulgarie nous rattrapent ? Leur salaire annuel est de 2 171,40 Eur. D'ici là toute nous industries (le peu qu'il nous reste) auront fichu le camp pour pouvoir tenir la concurrence.

Nos salaires vont inévitablement baisser. Ce qui en soit n'est pas réellement un problème puis que la coup de la vie devrait aussi baisser. MAIS les emprunts eux ne vont pas bouger (les taxes aussi, en raison de l'arnaque de la dette). Vous allez mettre à la rue des millions de gens rien qu'en France. Et dans le nord on a pas le climat de la Grèce.

L'Ukraine qui va peut être intégrer l'U.E. a des salaires moyen inférieurs à ceux de la Chine...

evolution du tissus industriel entre 1994 (après la ratification de Maastricht, article 63 mis en pratique) et 2004.
Quand on voit ça je doute qu'on est le temps d'attendre.
Image

Source : http://mappemonde.mgm.fr/num18/articles/art08201.html
Variations du nombre d'emplois industriels entre 1994-2004 (%)

[À l'avenir, pensez à inclure votre référence pour qu'elle soit visible.]

ça ce n'est que le tissus industriel (le truc qui produit véritablement de la richesse exportable).
Il faut aussi imaginer la destruction de tous les autres emplois connexes ; qu'il y avait autour de ces industries.

Dans un contexte de mondialisation ; on ne peut pas rester sans exportations réelles. C'est impensable.
beaucoup des exportations en Europe sont en réalité des imports/exports depuis l'asie.

quant à la paix... L'U.E. n'a de cesse de provoquer la 2eme puissance nucléaire mondiale. Et grâce à l'OTAN (obligation d'intégrer l'OTAN pour intégrer l'U.E.) ; nous sommes des va-ten-guerre.

L'article 63 (si vous ne l'avez pas bien lu) ; n'autorise pas que les délocalisions et la fuite des capitaux aveugles, dans l'U.E. Il l'autorise également hors de l'U.E (paradis fiscaux par exemple).

Faut vous réveiller.. si vous voulez une Europe Sociale et en paix ; ce n'est pas sur l'U.E. qu'il faut compter.
L'U.E. c'est le fer de lance du capitalisme sauvage.
Dernière modification par Anne le ven. 05 juin 2015, 0:37, modifié 4 fois.
Raison : Ajout d'un lien vers la source

Manu85
Censor
Censor
Messages : 61
Inscription : jeu. 27 mars 2014, 8:23

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Manu85 » jeu. 04 juin 2015, 19:46

Wazabi
En ce qui concerne les bas salaires, vous oubliez une chose, c'est que les économies en développement ont de fortes croissance, donc de l'inflation.
Si les pouvoirs politiques veulent éviter des contestations ou révolutions, ils doivent augmenter les salaires.

Contrairement á ce que vous semblez penser, l'Europe ne se porte pas mal dans sa majorité.
Bien sur, l'Espagne, le Portugal et la Gréce vont mal, mais l'Espagne repart un peu et ces pays ne sont pas la majorité.
En France, il y a un probléme démocratique qui ralentit les réformes. Je pense que certaines choses comme les modes d'élections doivent changer.
La France garde cependant des atouts. Je ne suis pas d'accord avec votre carte sur l'industrie. Elle ne semble pas indiquer les services qui pourtant aujourd'hui, sont un secteur important d'exportation.
En matiére d'industrie, la France peut se redévelopper. De nombreux secteurs comme la santé, le développement durable, l'informatique, vont prendre de l'importance.

Au sujet des délocalisations hors UE, vous avez tort d'aprés moi de penser que c'est négatif. Cela participe au développement d'autres pays. Cela permet d'ouvrir des marchés et tout le monde y trouve son compte.

Enfin vous caricaturez l'UE. La derniére crise n'a sans doute pas été bien gérée. Cependant, je ne partage pas ce sentiment qu'ils seraient des ennemis.
Regardez les pays de nos voisins, beaucoup plus de démocratie, moins de chomage, des sociétés moins divisées qu'en France sur des pseudos clivages.
L'UE tente de lutter contre les géants du net, fait un travail formidable d'aide aux pays en voie de développement, met en place des politiques sociales qui limitent la pauvreté dans ses pays...

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par MB » jeu. 04 juin 2015, 22:37

Avé

Petit grain de sel, et quelques remarques dans le débat, comme des fleurs dans une cueillette...

1° Wazabi, vous avez raison de citer la Suisse en exemple : vraie démocratie, conscience nationale forte, finances publiques saines, salaires élevés, fonction publique réduite tant au niveau fédéral que cantonal, chômage très faible, industrie florissante (avant d'être un pays de banques et de chocolat, la Suisse est un grand pays industriel, dans le modèle de la culture germanique). Sauf que là-bas les assurances sociales sont privées, le licenciement ultra-rapide, les droits sociaux plus faibles (la population ayant, par exemple, refusé la 5ème semaine de congés payés) ; personnellement, je ne critique pas, puisque c'est plus efficace au moins là-bas, mais après il faut savoir ce qu'on veut : désirez-vous cela pour la France ? Alors assumez que vous êtes un "ultra-libéral", comme on dit ici.

2° J'ai dans les mains l'un des exemplaires du nouveau catalogue du Vieux Campeur, cette chaîne de magasins de matériel de montagne. Devant moi, la liste des chaussures de randonnée, avec indication de provenance géographique et de fabrication. Beaucoup sont faites en Chine ou au Viêtnam, mais ce n'est pas la majorité. Les modèles moyen-de-gamme sont fabriqués en Roumanie ou au Portugal. Les modèles de haute qualité (avec des marques comme Asolo ou Meindl) sont fabriqués en Italie ou en Allemagne. Ils coûtent cher (cela peut aller jusqu'à 300 euros), mais sont incassables et en fait leur prix n'est pas non plus mille fois plus élevé que celui des autres.
Ce sont des pays européens riches; avec des salaires bien plus élevés qu'en Chine ou en Roumanie : Allemagne, Italie. Économiquement, ils sont aussi ouverts que nous. Donc c'est possible de fabriquer aussi en France. Alors pourquoi ne le fait-on pas ? C'est cela, la vraie question à poser. D'autant que la France avait toujours eu une vraie culture tant de la chaussure que de la randonnée ; il y a chaque année plusieurs centaines de milliers de marcheurs, autant de clients, souvent mieux payés que la moyenne. Alors pourquoi ne trouve-t-on généralement pas de marque qui fabrique en France ? J'ai des idées de réponse, à vérifier, mais enfin, encore une fois, la vraie question est plutôt celle-là.

3° J'ai en tête une historiette qui m'a été racontée récemment par un ami banquier d'affaires. L'un de ses clients, un Américain qui possède une dizaine d'usines dans différents pays d'Europe, devait en fermer une. Il est donc venu faire le tour de ses ateliers dans tous les pays européens qui en comportaient. Sur le parking de l'usine française, sa voiture a été caillassée par des syndicalistes. Alors à votre avis, quelle est l'usine qu'il a décidé de fermer ?

Sur ce, bonne nuit,
MB

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Wazabi » ven. 05 juin 2015, 11:25

La majorité des sociétés de services, sans industrie pour les supporter, sont vouées à disparaitre. Quand à l'export des services ; ça ne donnera pas du travaille à tous les Français...

Tout le monde n'est pas apte à un travaille expert ou dans un secteur de pointe. Quant à nos salaires combinés à l'EURO (forcement trop haut) ; ils ne permettent pas d'être compétitifs dans des pays qui pourraient être demandeurs d'un travail d'ouvriers. Vous proposez à ces pauvres gens de quitter la France et leurs racines ; pour un salaire qui ne leur permettra jamais de revenir ?


1° Wazabi, vous avez raison de citer la Suisse en exemple : vraie démocratie, conscience nationale forte, finances publiques saines, salaires élevés, fonction publique réduite tant au niveau fédéral que cantonal, chômage très faible, industrie florissante (avant d'être un pays de banques et de chocolat, la Suisse est un grand pays industriel, dans le modèle de la culture germanique). Sauf que là-bas les assurances sociales sont privées, le licenciement ultra-rapide, les droits sociaux plus faibles (la population ayant, par exemple, refusé la 5ème semaine de congés payés) ; personnellement, je ne critique pas, puisque c'est plus efficace au moins là-bas, mais après il faut savoir ce qu'on veut : désirez-vous cela pour la France ? Alors assumez que vous êtes un "ultra-libéral", comme on dit ici.
Belle lecture orientée et déformation mensongère : Je n'ai cité la Suisse que pour sa démocratie. Et si le système démocratique Suisse a donné cela ; c'est le choix des Suisses et c'est que cela leur convient.

Et je n'ai en soit rien contre le libéralisme... Si ce n'est que le contrôle, l'organisation et maintient des secteurs stratégiques doivent l'être par l'état (et la démocratie). Je pense que le chômage doit être résorbé par l'état pour obtenir une politique de plein emplois afin d'avoir plus d'étique dans le privé. Mais dans le système actuel cela n'arrivera pas... car le chômage est utilisé pour empêcher/limiter la hausse des salaires. L'inflation fait peur aux rentiers et capitalistes. Bien-entendu je parle d'une inflation modérée comme étant acceptable. Les inflations brusques et importantes sont toujours source de problèmes.

3° J'ai en tête une historiette qui m'a été racontée récemment par un ami banquier d'affaires. L'un de ses clients, un Américain qui possède une dizaine d'usines dans différents pays d'Europe, devait en fermer une. Il est donc venu faire le tour de ses ateliers dans tous les pays européens qui en comportaient. Sur le parking de l'usine française, sa voiture a été caillassée par des syndicalistes. Alors à votre avis, quelle est l'usine qu'il a décidé de fermer ?
Celle qui rapporte le moins ?
2° J'ai dans les mains l'un des exemplaires du nouveau catalogue du Vieux Campeur, cette chaîne de magasins de matériel de montagne. Devant moi, la liste des chaussures de randonnée, avec indication de provenance géographique et de fabrication. Beaucoup sont faites en Chine ou au Viêtnam, mais ce n'est pas la majorité. Les modèles moyen-de-gamme sont fabriqués en Roumanie ou au Portugal. Les modèles de haute qualité (avec des marques comme Asolo ou Meindl) sont fabriqués en Italie ou en Allemagne. Ils coûtent cher (cela peut aller jusqu'à 300 euros), mais sont incassables et en fait leur prix n'est pas non plus mille fois plus élevé que celui des autres.
Ce sont des pays européens riches; avec des salaires bien plus élevés qu'en Chine ou en Roumanie : Allemagne, Italie. Économiquement, ils sont aussi ouverts que nous. Donc c'est possible de fabriquer aussi en France. Alors pourquoi ne le fait-on pas ? C'est cela, la vraie question à poser. D'autant que la France avait toujours eu une vraie culture tant de la chaussure que de la randonnée ; il y a chaque année plusieurs centaines de milliers de marcheurs, autant de clients, souvent mieux payés que la moyenne. Alors pourquoi ne trouve-t-on généralement pas de marque qui fabrique en France ? J'ai des idées de réponse, à vérifier, mais enfin, encore une fois, la vraie question est plutôt celle-là.
La marge n'est pas la même ? Dans les pays a forte croissance, on va accroitre immigration pour garantir un taux de chômage afin d'éviter la hausse des salaires. Comme en France... avant...

Vous savez les PME française ne délocalisent pas par plaisir, de même que les grosses entreprise qui ont un caractère historique dans le paysage Français. Elles le font par souci de compétitivité et pour rester en vie. Où, et c'est là le pire, pour accroître progressivement leur bilan pour satisfaire leurs actionnaires. Dans ce dernier cas, les pays Européens à faible salaires mais supérieurs à la Chine (ou l'Ukraine) pourront voir également leurs entreprises se délocaliser ; quand l'égoïsme aveugle des actionnaires l'imposera.


La politique financière, la politique migratoire, les traités, etc... de l'U.E. sont clairement Ultra-capitalistes.

Quant à la démocratie en EU c'est franchement risible XD. Même les politologues américains disent qu'ont est au mieux dans une dictature éclairée (cf. despotisme éclairé). Le bafouage des référendums, les lois qui vont bientôt sortir en France pour contrôler la "liberté d'expression" (comme la loi bâillon en Espagne), le coup d'état occidental en Ukraine, etc... Rien n'est démocratique la dedans. On est dirigés pas des gens non-élu (commissaires)...

Attali (européiste convaincu) le dit lui-même : l'Europe se méfie de la démocratie et des référendums (tout comme les pétitions). Les référendums dans l'U.E. sont une arnaque (seules les pétitions allant dans le sens de la dictature sont retenue).

Seules les pétitions intra-nationals peuvent espérer un heco.

Des premiers ministres élus (Grèce et Italie), et non conciliants avec l'U.E., sont remplacés par des sbires de Goldman Sachs ; parce qu'ils ont osé proposer un référendum dans LEUR PAYS... Elle est belle la démocratie made in U.E.


La démocratie dans l'U.E. c'est juste une impression qu'on nous donne pour nous calmer.

Manu85
Censor
Censor
Messages : 61
Inscription : jeu. 27 mars 2014, 8:23

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Manu85 » dim. 07 juin 2015, 16:24

Wazabi

Non, l'UE n'est pas une dictature.
Premièrement, cette qualification est d’après moi insultante pour celles et ceux qui vivent ou on vécu dans des dictatures.
Ensuite, l'UE n'est pas dirigée par des commissaires, ils ne font qu'appliquer des lois votées par les gouvernements élus.
Le fameux traité effectivement imposé, a été modifié et n'entame pas la démocratie représentative.

Pour ce qui est de la liberté d'expression, tout est une question d'opinion.
Considère-t-on comme étant du champ de la liberté d'expression, les propos xénophobes de certains, les sites djihadistes, la création de milices ?

L'Europe se méfie de la démocratie car ponctuellement, elle peut se dérégler. Les Grecs qui ont mis leur pays en crise, avaient besoin d'une cure d'austérité et ils ont voté pour cela. Mais à force d'austérité, des partis comme aube dorée montent en puissance. La démocratie peut amener ce genre de personnes au pouvoir.

Enfin, l'entreprise Goldman Sachs est certes souvent dans les mauvais coups, mais les anciens que vous évoquez, Draghi et Monti, n'ont rien à se reprocher.
Draghi a été critique sur la politique européenne de rigueur généralisée.
Et Monti a plutôt été un réformateur modéré.
En revanche, avec Berlusconi, l'Italie ne perd pas un grand homme.
Dernière modification par Anne le dim. 07 juin 2015, 16:29, modifié 1 fois.
Raison : Majuscules, accents

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4474
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Bas salaires : Chantiers belges, ouvriers portugais...

Message non lu par Kerniou » dim. 07 juin 2015, 19:04

Le manque de démocratie des institutions européennes a été choisi par 55% des français lors di "non" à la constitution européenne qui prévoyait plus de démocratie dans l'élection et non la nomination des membres de la commission. On ne peut critiquer ce que l'on a clairement voté.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité