Situation économique aux États-Unis

Écoles et doctrines - Économie politique - Politique monétaire - Comptabilité nationale
Avatar de l’utilisateur
Atrahasis
Censor
Censor
Messages : 149
Inscription : sam. 12 févr. 2011, 11:33

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par Atrahasis » ven. 11 oct. 2013, 15:20

etienne lorant a écrit :«On n'est pas dans une crise budgétaire mais dans un théâtre politique qui rappelle le Huis clos de Sartre ou Fin de partie, de Samuel Beckett, surenchérit Gordon Adams, professeur de sciences politiques à l'American University, très pessimiste. Il n'y a pas d'issue.»
frenc touch <:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par etienne lorant » sam. 12 oct. 2013, 10:04

Lors des assemblées générales du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale qui se tiennent en ce moment à Washington, les États-Unis ont été invités à mettre rapidement de l’ordre dans leurs affaires et à trouver une solution à la crise budgétaire.

Lors de ces réunions de genre, les États-Unis sont plus habitués à donner des leçons qu’à en recevoir. Cette année toutefois, ils sont sur la sellette pour différentes raisons. Dans un communiqué, le G20 Finances leur demande « d’agir d’urgence pour régler leurs incertitudes budgétaires à court terme ». Entre la paralysie budgétaire et la menace d’un défaut de paiement de la première puissance économique mondiale, le monde financier s’inquiète.

Crainte d'un « déraillement de la reprise mondiale »

Autres source d’anxiété : la fin prochaine de la généreuse politique de stimulation de la réserve fédérale americaine qui injecte 80 milliards de dollars par mois dans l’économie du pays. Les investisseurs ont déjà retiré leurs capitaux des pays émergents, soudain privés d’un financement crucial. Depuis l’annonce de Ben Bernanke au printemps dernier, les pays africains doivent payer un intérêt plus élevé sur l’argent qu’ils empruntent.

Les banquiers centraux africains ont, dans un communiqué, mis en garde contre un « déraillement de la reprise mondiale », s’inquiétant de la fin des mesures de soutien monétaire non conventionnelles. Les États-Unis ont aussi été critiqués par le G20 pour n’avoir pas encore ratifié la réforme de la gouvernance du FMI qui devrait permettre aux pays émergents d’avoir une plus grande voix au chapitre.

Sur le premier point de critique, alors que la crise budgétaire entre dans sa 12e journée, la Maison Blanche et les républicains ne sont toujours pas parvenus à un accord. Mais il semble qu’il y ait de part et d’autre la volonté de trouver un compromis pour sortir de l’impasse. Modeste progrès : depuis 48 heures, les deux camps se parlent.

Entre jeudi et vendredi, Barack Obama a reçu des délégations de républicains des deux Chambres. Un bon nombre d’entre eux commence à s’inquiéter sérieusement de l’impact politique de la crise pour leur parti, jugé responsable du blocage par près de 60% de sondés Américains. Le président et John Boehner, le président de la Chambre des représentants, ont même parlé au téléphone ce vendredi.

Barack Obama continue de se montrer ferme

John Boehner offre de relever le plafond de la dette jusqu’au 22 novembre. Mais il ne veut pas rouvrir les services fédéraux sans avoir obtenu une réduction de certaines dépenses publiques. Les républicains du Sénat proposent de relever le plafond de la dette jusqu’au début de l’année prochaine, et de mettre fin au « shutdown » en échange de l’abolition de la taxe sur certains équipements médicaux.

Le plan du Sénat convient certes mieux au président Obama, mais dans les deux cas, les républicains mettent des conditions à leur vote en faveur de la dette et du budget. Or, le président continue de dire qu’il ne veut commencer à négocier que lorsque les élus auront approuvé sans condition préalable le relèvement du plafond de la dette et la réouverture complète des services fédéraux.

http://www.rfi.fr/ameriques/20131012-bl ... ir-urgence
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par seba15 » dim. 13 oct. 2013, 13:58

Je pense que ce qui arrive aux US nous arrivera bientôt aussi.
Les pays occidentaux vivent a crédit pour la plupart, et se finance en empruntant.
Mais a force d'emprunter, les crédits s'accumule et l'état est obligé d'en finir avec ses trous sans fond.
Du coup on est obligé de rationalisé les finances en dépensant pas plus qu'on n'a de rentré fiscales.
Mais bon certain sont encore sur un nuage, et voudrait continuer a se financer à crédit, sauf que c'est les générations futures qui paieront les dettes.
Ce qu'on a dépensé en dix ans, il faudra des siècles avant de le rembourser. :(

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par etienne lorant » lun. 14 oct. 2013, 10:37

Le Congrès américain a trois jours pour éviter la faillite de l'Etat fédéral américain. En coulisse, les tractations continuent et Barack Obama met tout son poids dans la balance. Mais les Américains s'impatientent, et les conséquences du « shutdown » commencent à se faire sentir. Ce lundi 14 octobre marque le début d'une semaine décisive à Washington, aussi bien pour les Etats-Unis que pour l'économie mondiale.

En septembre, personne ne croyait à une fermeture des services publics. Quant à un défaut de paiement de la dette, il était considéré à Washington comme un tabou absolu. Or, non seulement les fonctionnaires sont au chômage depuis deux semaines, mais il ne reste que trois jours pour relever le plafond de la dette. Faute de quoi, prédit le Fonds monétaire international (FMI), l’économie mondiale risque d’entrer en récession.

Devant l’urgence et l’échec des négociations entre la Chambre des représentants et la Maison Blanche, le Sénat américain a pris le relais. Les discussions à la Chambre haute n’ont pas permis ce week-end d’aboutir à un texte consensuel, mais les débats ont été constructifs. C'est du moins ce que répétaient à l’envi les sénateurs, dimanche 13 octobre dans la soirée. Comme pour s’en persuader.

Techniquement, la résolution de la crise dans les délais est encore possible. Si les sénateurs trouvent ce lundi, ou mardi, un accord sur la dette et le financement des services publics, ce texte peut être présenté dans la foulée à la Chambre des représentants. A elle de l’approuver dans les mêmes termes avant jeudi. Pour cela, le président de la Chambre doit accepter de soumettre le texte aux élus, et surtout les élus du Parti républicain, qui sont majoritaires, doivent le voter. Le chemin existe, mais il est étroit.

Concrètement, la situation est donc toujours bloquée et les Américains s’impatientent. Car le « shutdown » a de nombreuses conséquences toutes aussi concrètes. A titre d'exemple, les permis de pêche ne sont plus délivrés alors que la saison du crabe commence. Résultat : des dizaines de petites entreprises sont menacées de faillite. Autre exemple : les pensions des vétérans, payées tous les 15 jours, ne seront pas versées cette semaine, et ce sont autant des familles dans la détresse.

On ne compte plus les manifestations organisées à travers le pays pour demander la réouverture des services de l’Etat fédéral. La population montre d'ailleurs sa frustration dans les sondages : la responsabilité de la crise est imputée aux républicains. Leur côte de popularité chute d’une manière vertigineuse : 24% d’opinions favorables seulement. Cela n’était jamais arrivé depuis que les instituts publient des études.

Le président des Etats-Unis tente de mettre à profit la situation : il a tenu des conférences téléphoniques avec 150 chefs d’entreprise, parmi les plus importants du pays, et surtout des capitaines d’industrie traditionnellement proches du camp adverse.

Certains ne cachent plus leur mécontentement à l’égard d’élus dont ils ont financé la campagne, et demandent publiquement une réouverture des services de l’Etat et un relèvement du plafond de la dette.

http://www.rfi.fr/ameriques/20131014-sh ... rack-obama
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2121
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par Relief » lun. 14 oct. 2013, 19:31

Pour reprendre les propos d'Olivier Delamarche : « Le plafond de la dette américaine sert à amuser la galerie ».

http://www.youtube.com/watch?v=lDGOnmUtZj8

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2397
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par poche » mer. 16 oct. 2013, 8:12

poche a écrit :Un des effets de la crise budgétaire que le gouvernement a empêché la célébration de la messe sur ses bases militaires.
L'archidiocèse pour les services militaires des États-Unis estime que 50 prêtres ont été empêchés de célébrer la messe sur des bases militaires , le dimanche 6 Octobre , en raison d'une politique interdisant les aumôniers civils lors de l'arrêt du gouvernement fédéral.

Bien que la Chambre des représentants américaine a voté 400 à 1 pour permettre aux aumôniers civils sur des bases , et le Département de la Défense a annoncé qu'il rappelait les employés civils , ces politiques apparemment arrivées trop tard pour permettre à certains aumôniers d'administrer les sacrements . Les aumôniers ont reçu l'assurance qu'ils seront en mesure de reprendre des horaires normaux ce dimanche .

Sont interdits aumôniers qui n'étaient pas membres en service actif des forces armées de célébrer la messe à cause d'une politique qui empêchait les employés contractuels de bases militaires au cours de l' arrêt de gouvernement .

Un prêtre catholique qui a été arrêté de célébrer la messe dans une base en Géorgie , le Père Ray Leonard, a indiqué : «Mes paroissiens ont été bouleversés. Ils étaient en colère et consternation . Ils ne pouvaient pas croire qu'en Amérique ils seraient vu refuser l'accès à la messe par le gouvernement " Rep Tim Huelskamp a eu cette réaction . :

http://www.catholicculture.org/news/hea ... ryid=19303
La seul religion qui etait interdit etait l'eglise ccatholique. Les protestants etait permis de faire leur chose.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par etienne lorant » mer. 16 oct. 2013, 10:22

Lamentable, cette histoire de messe interdite - vive le retour à la clandestinité !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par etienne lorant » mer. 16 oct. 2013, 10:43

Le AAA sous surveillance négative

La balle est à nouveau dans le camp du Sénat qui se remet au travail ce matin, et le parti républicain est en voie d’implosion. Et pendant ce temps, l’horloge tourne, Washington se rapproche d’un défaut de paiement. Et à New York, l’agence Fitch n’a pas encore dégradé la note des Etats-Unis, mais a mis son triple A, la meilleure note, sous surveillance négative.

C’est un avertissement, moins grave qu’en 2011, lorsque Standard and Poor’s avait dégradé les Etats-Unis. Mais encore une fois, c’est une manière de montrer aux membres du Congrès américain qu’ils jouent avec l’économie de leur pays, et avec l’économie mondiale en ne votant pas le relèvement du plafond de la dette. Ou même tout simplement en menaçant de ne pas le faire. Il reste 24 heures pour sauver la situation.

La lassitude des Américains

Après deux semaines de fermeture des services publics, les Américains montrent leur mécontentement dans la rue. Les manifestations se multiplient, comme hier à Washington,

Ils sont venus de tous les Etats-Unis, toutes générations confondues, les réservistes, et quelques anciens combattants de la Seconde guerre mondiale, les vétérans du Vietnam, de Corée, des guerres d’Irak et d’Afghanistan, accompagnés des militaires d’active. Un rassemblement extrêmement rare, dans le calme, pour demander au Congrès de mettre fin à la crise. Pour eux l’heure est grave, ils ne comprennent pas comment ce pays pour lequel ils se sont battus peut les traiter de cette manière.

Matthiew était en Irak, il a fait 9 heures de bus du Connecticut pour exprimer sa frustration: « Après tout ce que nous avons traversé, nous nous sentons trahis par notre propre gouvernement qui nous a envoyés faire toutes ces choses. D’accord, j’avais signé pour ça. Mais vous attendez qu’ils prennent soin de vous au retour, c’était la promesse ! »

Plus de deux semaine de fermeture des services publics, cela n’est pas supportable! Aux Etats-Unis, on est payé tous les 15 jours, les virements ne seront donc pas effectués à la fin du mois. Certaines familles n’ont pas d’autre revenu.

Des problèmes financiers, et une brèche dans la sécurité nationale, qui inquiète le major Andrew Davis, président de l’organisation des réservistes américains : « Nous avons cessé de nous entrainer, nous n’assurons pas la maintenance de notre matériel, et la modernisation de nos équipements (nos ennemis) n’en sont pas là, ils s’entraînent, ils se battent, et ils constituent une menace ».

Si les militaires en poste doivent percevoir leur solde malgré la fermeture des services publics, le Pentagone évalue à 5 millions, le nombre d’anciens combattants et réservistes qui seront privés de revenu à la fin du mois.

http://www.rfi.fr/ameriques/20131016-sh ... -americain
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: L'État américain au bord de la paralysie budgétaire

Message non lu par etienne lorant » mer. 16 oct. 2013, 18:02

Les sénateurs américains sont parvenus à un accord de sortie de crise, à quelques heures de l'échéance du relèvement du plafond de la dette, ont annoncé mercredi des élus républicains.

Les sénateurs du parti conservateur se réunissaient en fin de matinée pour entériner les termes de cet accord, négocié par leur chef de file Mitch McConnell et le dirigeant de la majorité démocrate, Harry Reid, ont précisé ces élus.

"D'après ce que je comprends, ils sont arrivés à un accord", a indiqué à l'AFP Kelly Ayotte, sénatrice du New Hampshire (nord-est).

Son collègue du Tennessee (sud) Bob Corker a confirmé cet accord. "Selon ce que je sais (...) oui", a-t-il affirmé, interrogé sur la conclusion d'un marché destiné à mettre fin au blocage politico-budgétaire qui dure à Washington depuis le 1er octobre.

L'incertitude régnait encore en fin de matinée sur le cheminement d'un projet de loi au Congrès. Ses deux chambres doivent adopter un tel texte dans les mêmes termes avant qu'il parvienne pour promulgation au président Barack Obama.

"Aucune décision n'a été prise sur quand ou comment un possible accord au Sénat pourrait être soumis à un vote à la Chambre", a expliqué Michael Steel, un porte-parole du président républicain de cette assemblée, John Boehner.

http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/ ... 5c19f0406f
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

La situation économique en Amérique

Message non lu par Wazabi » mer. 05 nov. 2014, 10:46

Les sans-abris aux États-Unis
En vertu de la nouvelle loi qui criminalise la distribution de nourriture aux sans-abri, la police d’État de Floride a arrêté un militant de 90 ans qui pratique la charité depuis plus de 20 ans.

Le portail américain Infowars f posté une vidéo du moment de l’arrestation de l’activiste Arnold Abbott, 90 ans, qui dirige le groupe Love Thy Neighbour » (Aimez votre prochain) qui fait partie des organismes de bienfaisance, ainsi que l’arrestation d’autres bénévoles qui ont distribué de la nourriture aux sans-abri à Fort Luderdale Fort, État de la Floride.

Arnold Abbott et deux autres prêtres des Églises locales, Canon Mark Sims et Dwayne Black, pourraient être condamnés à 60 jours de prison selon la nouvelle loi locale controversée qui interdit le partage de nourriture avec les sans-abri, qui, selon les autorités, devrait permettre une diminution de la population des sans-abri au fil du temps.

suite ci-dessous :
http://metatv.org/etats-unis-a-90-ans-i ... u-du-coeur

Encore en Floride :
http://www.dailymotion.com/video/x281za ... oride_news
http://www.slate.fr/story/92349/sataniq ... -coloriage

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9523
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Charité bien ordonnée...

Message non lu par PaxetBonum » mer. 05 nov. 2014, 15:46

Bonjour Wazabi,

Quand on lit votre intervention on ne peut que fulminer.
Mais j'ai aussi une petite voix qui me dit :
"Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus. Nous apprenons, cependant, qu'il y en a parmi vous quelques-uns qui vivent dans le désordre, qui ne travaillent pas, mais qui s'occupent de futilités. Nous invitons ces gens-là, et nous les exhortons par le Seigneur Jésus Christ, à manger leur propre pain, en travaillant paisiblement."

Il est grand temps que l'on fasse la différence entre le fainéant et le chômeur.
Le SDF qui subit son état et le vagabond content de l'être.

Cela éviterait de lois déviantes et les abus du social.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Charité bien ordonnée...

Message non lu par Cinci » mer. 05 nov. 2014, 16:59

Merci d'amener un éclairage anecdotique sur l'état de l'arriération sociétale aux États-Unis, pour parler de cette mentalité qui règne parmi l'opinion de beaucoup trop d'Américains, disons ceux qui en sont encore à vouloir livrer la "guerre aux pauvres" comme à la meilleure époque des lois puritaines sur le travail.

Quel contrat que de vouloir se battre contre l'arrogance, l'imbécilité, l'égocentrisme, l'orgueil des puissants, l'escroquerie des tenants du darwinisme social! Un travail de Titan!

Avant que de s'écrier au travail de l'imagination, on se souviendra que nous avons eu au Québec un fameux agent de police (le matricule ....) qui à lui tout seule (il s'agissait d'une femme pour le coup; un agent femelle) aurait bien voulu enfoncer le clou dans le cercueil de tous les pauvres de la Province, de tous ces gueux : étudiants, "artistes", vagabonds, marginaux. Je crois que notre agent avait fait le tour des réseaux sociaux d'une manière virale à l"automne 2012.

Comme une certaine représentation du mépris envers les faibles, les désargentés, les rèclamateurs en souffrance.

Il y a Bill Clennett aussi ("agitateur" de longue date) qui avait laissé quelques dents, lorsque l'ex-premier ministre du Canada l'aura saisi à la gorge au cours d'une manifestation devant le parlement canadien.

Avatar de l’utilisateur
Lys_Sul
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 502
Inscription : mar. 10 juin 2014, 22:45
Conviction : Catholique
Localisation : Divine Comédie

Re: Charité bien ordonnée...

Message non lu par Lys_Sul » mer. 05 nov. 2014, 21:26

1/ "Infowars" est dirigé par Alex Jones un... libertarian.


2/ Au lieu de conspuer hâtivement le libéralisme des maux de la Terre comme d'habitude c'est une loi bien publique de facto d'un monopole étatique :
'pourraient être condamnés à 60 jours de prison selon la nouvelle loi locale controversée qui interdit le partage de nourriture avec les sans-abri, qui, selon les autorités, devrait permettre une diminution de la population des sans-abri au fil du temps.'
Dissoudre l'aide vers autrui (la charité) est bénéfique pour un état se voulant être le garant des personnes esseulées comme par hasard c'est une personne dans le domaine du religieux qui est touché par cette loi :
«Je ne pense pas que la ville ait le droit d’interdire le fait que nous donnions de la nourriture aux sans-abri. Cela détruit mes valeurs chrétiennes », a déclaré Dwayne.
L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel.

Livre I, Le Paradis perdu - John Milton

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Charité bien ordonnée...

Message non lu par Wazabi » mer. 05 nov. 2014, 21:44

1/ "Infowars" est dirigé par Alex Jones un... libertarian.
ça ne change rien à l'info...

Et oui l'état interdit d'aider les sans abris.. c'est une façon de dire : dégagez de chez moi.
Si l'état était garant d'eux ; on aurait pas besoin de s'en occuper...

Avatar de l’utilisateur
Lys_Sul
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 502
Inscription : mar. 10 juin 2014, 22:45
Conviction : Catholique
Localisation : Divine Comédie

Re: Charité bien ordonnée...

Message non lu par Lys_Sul » mer. 05 nov. 2014, 22:13

Je n'ai pas mentionné qu'il était conspirateur cette fois-ci, juste qu'il est libertarian et que cela rentre dans sa philosophie suivant cette new. Il ne critique pas le "libéralisme" mais la prise d'une décision d'un état dans ce qui relève d'une action privée.

Du moment que des personnes réclament l'aide au pouvoir public, celui-ci est très heureux de servir les demandes et même s'arroger des droits au détriment des libertés publiques... Sur un autre fil c'était à propos d'un pasteur pas très politiquement correct dont il fut la cible du pouvoir public, dans cette new c'est un homme qui aide les pauvres pour manger qui se retrouve en délit.
L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel.

Livre I, Le Paradis perdu - John Milton

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité