La situation économique en Islande

Écoles et doctrines - Économie politique - Politique monétaire - Comptabilité nationale
Avatar de l’utilisateur
vobisangelicum
Quæstor
Quæstor
Messages : 308
Inscription : ven. 13 nov. 2009, 22:33

Re: La situation économique en Islande

Message non lu par vobisangelicum » jeu. 18 févr. 2016, 11:25

Je pense que nous sommes mal informés sur ce qu'il se passe là bas. Hormis qu'ils ne veulent plus rejoindre l'UE, les infos fiables manquent terriblement.
Caritas -- Pacem in Terris

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: La situation économique en Islande

Message non lu par etienne lorant » jeu. 25 févr. 2016, 15:38

L'Islande est l’exemple à part, aux antipodes des politiques menées dans bien d’autres pays pour faire face à la crise. Certes, le pays n’étant pas membre de la zone euro, ses politiques seraient difficilement applicables dans d’autres circonstances. Elles se sont pourtant avérées particulièrement efficaces. L’Islande affiche aujourd’hui une reprise des plus dynamiques, alors qu’elle était le premier pays frappé par la crise de 2008.

L’économiste américain Paul Krugman résume bien l’exemple islandais. “Là où tous les autres sauvaient les banquiers et laissaient le peuple payer le prix, l’Islande a laissé ses banques s’effondrer et a augmenté son filet social”, écrivait-il dans une chronique pour le New York Times en 2011. “Là où tous les autres s’obstinaient à calmer les investisseurs internationaux, l’Islande a imposé des contrôles provisoires aux mouvements des capitaux pour se donner des marges de manœuvre.”

Cette politique, l’Islande l’a choisie dès le début de la crise, en octobre 2008. Alors que ses trois principales banques sont en cessation de paiement, le pays les laisse faire faillite avant de les nationaliser. Leur poids aurait été bien trop lourd à porter. En cinq ans, le système bancaire islandais, bénéficiant d’afflux massifs de capitaux, était devenu plus de dix fois plus important que le PIB du pays. L’Etat garantit alors uniquement les dépôts des Islandais. En refusant de rembourser les épargnants étrangers de la banque en ligne Icesave, l’Islande crée un différend majeur avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Les autorités font aussi le choix de contrôler les capitaux, pour éviter les sorties d’argent du pays. Le gouvernement lance une politique de dévaluation de la couronne islandaise, entraînant un taux d’inflation de 12% en 2009. Pour Peter Dohlman, en charge du suivi de l’Islande au FMI, cette dévaluation “a permis à l’Islande de maintenir sa compétitivité, et de recentrer son économie autour des secteurs tournés vers l’export”.

L'Etat-providence islandais ne disparaît pas

Bien sûr, l’Islande n’échappe aux politiques de rigueur budgétaire. Le pays obtient 2,1 milliards de dollars d’aide de la part du FMI, qu’il rembourse dès 2012. En parallèle, les dépenses publiques reculent fortement : de 55,4% du PIB en 2008 à 44,2% en 2013. Les salaires réels reculent de 11% entre 2007 et 2010, selon le New York Times. Mais le gouvernement s’engage à maintenir l'Etat-providence malgré l’austérité.

Il met en place un impôt sur le revenu progressif et un impôt sur la fortune, et redirige les aides sociales vers les plus modestes. Les coupes dans le budget de la santé sont “50% moindres que dans les autres secteurs, celles dans l’éducation 25% moindres”, explique Pascal Riché dans son livre Comment l’Islande a vaincu la crise : reportage dans le labo de l’Europe (éd. Versilio-Rue89). Les dettes des ménages sont également allégées.

Aujourd’hui, l’Islande est bel et bien sortie de la crise. L’OCDE prévoit une croissance supérieure à 3% en 2015. Son taux de chômage était de 4,2% en juin dernier, et les salaires réels ont progressé de près de 5% entre 2013 et 2014. La dévaluation de la couronne a quant à elle permis de doper les exportations. Le tourisme islandais est en plein boom : 800 000 personnes ont visité l’Islande en 2013, 60% de plus qu’en 2008.

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe ... -[connexe]
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
vobisangelicum
Quæstor
Quæstor
Messages : 308
Inscription : ven. 13 nov. 2009, 22:33

Re: La situation économique en Islande

Message non lu par vobisangelicum » jeu. 25 févr. 2016, 19:42

Merci pour cet article.
La vraie solution à tout cela serait d'interdire les ratios de prêt qui servent de levier pour prêter de l'argent qui n'existe pas...
Caritas -- Pacem in Terris

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité