Affaire de l'abbé Duffour, la rage et le désespoir

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
bajulans
Quæstor
Quæstor
Messages : 236
Inscription : lun. 18 avr. 2005, 9:51
Localisation : provence

Affaire de l'abbé Duffour, la rage et le désespoir

Message non lu par bajulans » lun. 22 mai 2006, 15:57

Le vicaire général (les médias disent vicaire épiscopal, mais je ne connais pas cette fonction) l'abominable Mgr Dufour, va passer aux assises après avoir sévi pendant des décennies en Maurienne.

Le plus curieux, c'est qu'alors qu'il avait été dénoncé par des parents dont l'enfant s'est suicidé par la suite, Mgr Feidt, l'évêque l'avait appelé auprès de lui comme vicaire général. Comme pour narguer ce pauvre enfant et ces pauvres parents. Aujourd'hui Mgr Feidt refuse de répondre aux journalistes, il est en déplacement à Rome.

Il faut avoir la foi chevillée au corps, pour ne pas haïr ces évêques, ne pas haïr ces autorités abominables. Surtout qu'elles se réclament de Jésus-Christ.
7 (...) C'est une nécessité qu'il arrive des scandales; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive !
Math XVIII


Un ton au-dessous l'enquête diligentée par le Parquet avait été classée sans suite... Faute de preuve. Il a fallu la gendarmerie et la plainte de deux SDF pour que le sinistre individu "Mgr" soit mis hors d'état de nuire... pour le moment.

Il paraît que les enfants maltraités en veulent aux autorités ne n'avoir rien fait. Comment ne pas se révolter devant ces autorités, en effet ?

Petit cadeau aux parents de l'enfant qui s'est suicidé : les parents ne seront pas admis comme partie civile. Allez savoir pourquoi !

On peut lire l'histoire ici : http://www.bouclier.org/article/2715.html

On en a assez de ces évêques et autres hiérarques qui posent en victimes, de ces promotions-protections !

Que le pape nettoie les égoûts pédomanes de l'Eglise. Il vaut mieux personne que des gens comme cela, ils sont le terreau de toutes les révoltes, de toutes les sectes !

Aujourd'hui en France, combien de Dufour, bien cachés, bien promus ? Comment faire confiance à ces milieux corrompus ?[/quote]
Dernière modification par bajulans le lun. 22 mai 2006, 17:44, modifié 1 fois.
Loué soit Jésus-Christ

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lu par jean_droit » lun. 22 mai 2006, 16:27

Juste, très juste indignation.

bajulans
Quæstor
Quæstor
Messages : 236
Inscription : lun. 18 avr. 2005, 9:51
Localisation : provence

merci de vos encouragements

Message non lu par bajulans » lun. 22 mai 2006, 17:03

Etant sur un forum catholique, j'avais peur que mon message soit mal pris.

Votre post me console, parce qu'il y a des limites que l'on franchit allègrement depuis trop longtemps dans l'Eglise. Mgr Feidt dont l'attitude mériterait des explications, est actuellement archevêque d'Aix en Provence, il a, lui aussi, été promu...

Quelle autorité pour un pareil archevêque ?

Toute l'Eglise en clameur devrait demander sa démission !
Loué soit Jésus-Christ

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Message non lu par laiglejo » lun. 22 mai 2006, 17:40

Vous exprimez très bien ma colère et ma tristesse :( ! Je me pose de nouveau le problème du discernement des vocations. C'est un don que peu de gens ont quellesque soient leurs formations psychologiques, théologiques ou autres et je crains, malheureusement, que ça ne soit pas réglé

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

De Zenit

Message non lu par jean_droit » mar. 23 mai 2006, 10:24

En contrepoint de cette affaire de pédophilie, il me semble que les propos de notre Pape sur la vie consacrée sont tout à fait remarquables. Ecoutons-le !
................
Vie consacrée : Le service de l’autorité requiert une « présence constante »
Exhortation de Benoît XVI

ROME, Lundi 22 mai 2006 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI rappelle aux supérieurs des personnes consacrées que le service de l’autorité requiert une « présence constante », en particulier pour déjouer les trois pièges de « la médiocrité, l'embourgeoisement et la mentalité de la consommation ».

Le pape Benoît XVI a en effet reçu à 12 h 15 en la salle Paul VI du Vatican les supérieurs généraux des Instituts de vie consacrée et des Sociétés de vie apostolique réunis en congrès à Rome à l’occasion du 10e anniversaire de la publication de l’exhortation apostolique de Jean-Paul II « Vita consacrata », et à l’avant-veille de l’assemblée de l’Union des supérieurs majeurs (USG).

Pour ce qui est du rôle des supérieurs, le pape faisait observer que « le service de l'autorité requiert une présence constante », qui soit « capable d'animer et de proposer, de rappeler la raison d'être de la vie consacrée » et « d'aider » les personnes qui leur sont confiées « à correspondre à l'appel de l'Esprit avec une fidélité toujours nouvelle ».

« Vous êtes appelés, insistait le pape, à soutenir et à guider vos frères et sœurs en cette époque difficile, pleine de pièges ».

Le pape soulignait ce qu’il appelle le « devoir » des personnes consacrées « d’être les témoins de la présence ‘transfigurante’ de Dieu dans un monde toujours plus désorienté et confus ».

Il précisait que les personnes consacrées sont « appelées à être dans le monde un signe crédible et lumineux de l'Evangile et de ses paradoxes, sans se conformer à la mentalité de ce siècle, mais en se transformant et en renouvelant continuellement leur engagement, pour pouvoir mieux discerner la volonté de Dieu ».

Le pape faisait un diagnostic précis des difficultés rencontrées par les personnes consacrées, du fait de « la culture sécularisée » qui a « pénétré l'esprit et le cœur de nombreux consacrés ».

Ils la considèrent, diagnostiquait le pape « comme une forme d'accès à la modernité et une modalité d'approche du monde contemporain ».

Le pape déplorait qu’« à côté d'un indubitable élan généreux, capable de témoignage et de don total », la vie consacrée connaisse aujourd'hui « le piège de la médiocrité, de l'embourgeoisement et de la mentalité de la consommation ».

Comme remède, le pape exhortait à des « choix courageux » à la fois « personnels et communautaires » de façon à promouvoir une « discipline nouvelle » dans la vie des personnes consacrées, et à leur faire « redécouvrir la dimension totalisante de la « suite du Christ ». »

« Etre du Christ, signifie, rappelait le pape, garder la flamme d'amour toujours brûlante dans le cœur, nourrie constamment par la richesse de la foi, non seulement quand elle apporte la joie intérieure mais aussi quand elle est liée aux difficultés, à l'aridité, à la souffrance ».

Le pape insistait sur les deux composantes de la « vie intérieure » : la prière et la participation à l'Eucharistie quotidienne.

Puis Benoît XVI revenait sur le sens des trois conseils évangéliques de chasteté, pauvreté et obéissance, qui sont le cœur de toute vie consacrée.

« La virginité consacrée ne peut s’inscrire, déclarait le pape, dans le cadre de la logique de ce monde ; c’est le plus ‘déraisonnable’ des paradoxes chrétiens et il n’est pas donné à tous de la comprendre et de la vivre ».

« Vivre une vie chaste veut aussi dire, insistait Benoît XVI, renoncer au besoin d’apparaître, assumer un style de vie sobre et humble ».

Pour ce qui est des personnes consacrées dans un Institut de vie religieux, le pape relevait que l’habit religieux doit lui aussi être « simple », de façon à être le « signe de la pauvreté vécue en union à Celui qui de riche qu'il était s'est fait pauvre pour nous faire riches par sa pauvreté ».

Enfin, pour ce qui est du conseil évangélique de l’obéissance, le pape faisait remarquer que « le joug de celui qui est appelé à assumer la tâche délicate » de supérieur « sera moins lourd si les personnes consacrées savent redécouvrir la valeur de l'obéissance professée ».

Le pape invitait les consacrés à « embrasser » à nouveau la « logique de la Croix », loin du « volontarisme » comme de ce qu’il appelle le « spontanéisme ».

« Etre capables de regarder notre monde avec les yeux de la foi signifie, résumait le pape, être en mesure de regarder l’homme, le monde et l’histoire à la lumière du Christ crucifié et ressuscité ».
ZF06052201

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lu par jean_droit » mer. 24 mai 2006, 17:31

Le procès en cours de l'Abbé Dufour entraine toute une série de remarques.
La première concerne l'attitude de l'Eglise catholique.
Elle me semble, comme d'habitude, bien timide.
C'est à croire que la hiérarchie catholique en France ne sait pas ce que veut dire le mot "punir" ou qu'elle l'a effacé de son vocabulaire.
Or c'est de son devoir même si ce devoir n'est pas plaisant.
Le courage doit faire partie de la fonction comme vient de le montrer le Pape Benoît XVI.
Les évêques qui se sont succédés sur ce dossier ne donnent pas une image claire de l'Eglise.
Disons qu'elle est conforme à l'humeur soixante huitarde : "Il est interdit d'interdire".
Ce qui ne veut pas dire que l'Eglise de France ne prend pas des mesures mais il me semble qu'elles doivent être énoncées publiquement.
Les contrôles sur les séminaristes pour déterminer quelque incompatibilité avec l'état de prêtre sont de plus en plus importants. L'Eglise n'accepte pas comme séminariste une personne qui n'est pas prête à vraiment s'engager à respecter ses voeux et sa mission.
La période de formation des séminaristes est suffisamment longue pour analyser tous ce qui peut à terme poser problème au futur prêtre.
On sait que malgré toutes ces précautions il se peut que des problèmes surviennent.
Il me semble que la hiérarchie catholique doit se montrer juste et sévère.
Il y va de sa et de notre crédibilité.

bajulans
Quæstor
Quæstor
Messages : 236
Inscription : lun. 18 avr. 2005, 9:51
Localisation : provence

Langage sublime et moeurs corrompues

Message non lu par bajulans » mer. 24 mai 2006, 18:04

Oui le langage du pape est sublime, et c'est bien la seule religion qui parle ce langage.

J'admire les âmes consacrées.

Ce que je comprends moins, c'est que les autorités publiques de l'Eglise commettent des erreurs comme celles de l'affaire DuFour sans que cela ait quelque conséquence pour l'évêque dont la lecture des journaux laissent à penser.

C'est en pleine contradiction avec la doctrine rapportée ci-dessus. De nombreux pédophiles intégrent le clergé notamment diocésain pour pouvoir nuire plus à leur aise. Les évêques doivent le savoir. Tout le monde le sait, tout le monde sait aussi que des choses curieuses se passent dans le personnel ecclésiastique. L'ignoble Dufour n'est pas seul, beaucoup d'affaires sont connues des initiés, mais pas du public.

Je comprends que l'on doive protéger la réputation des gens et que l'on n'est pas là pour "balancer" à tout va, mais de là à promouvoir un homme dont on ne pouvait ne pas penser qu'il posait quand même des problèmes, il y a un abîme.

Or à ma connaissance, aucun démenti, aucune mise au point de Mgr Feidt n'est venu.

Tout cela pour demander aux autorités de redoubler de vigilance et demander que les gens qui ont fait preuve d'une imprudence incompréhensible de remettre leur démission.

Car sinon, ce qui serait encore plus horrible, on ne pourra pas ne pas penser qu'il y a des choses incompréhensibles dans la politique ecclésiale et dans ce cas, la doctrine sublime ne serait qu'un élément à charge supplémentaire, vous voyez ?

Si la hiérarchie publique est vectrice d'affaires comme celle-là, si d'autres affaires mettent des décennies à faire que le pape demande sa démission à l'abject personnage (autre affaire récente), on est devant un immense scandale, un scandale pour la foi, car "à qui irions-nous ?", mais si allant à eux, on rencontre des monstres, on sera tenté d'aller ailleurs. Ailleurs ce sera l'intégrisme, l'athéisme, l'islam ou tout ce que vous voudrez...

Donc, il me semble que soit Mgr Feidt s'explique, soit il démissionnne et qu'un changement radical de politique se fasse jour pour chasser la pédophilie, la maltraitance, le sectarisme de l'Eglise et que toute erreur soit sanctionnée surtout erreur de gens haut placés, sinon les sublimes discours ne sont plus crédibles.

Il me semblerait aussi qu'il serait bon que dans certains cas les sanctions deviennent publiques, afin d'éviter des drames. Car si chacun a droit à sa réputation, les enfants sont sacrés, encore plus et les parents ont le droit de savoir.
Loué soit Jésus-Christ

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lu par jean_droit » lun. 29 mai 2006, 10:44

Bonjour à tous,
L'Eglise comme bien des corps consitués aime bien laver son linge sale en famille dans la discrétion ( je suis d'accord ) ou dans le secret ( je suis contre ).
Il doit y avoir quelques dizaines ou centaines de prêtres pédophiles, quelques milliers ou dizaines de milliers d'instituteurs pédophiles etc ...
On voit bien combien les "affaires" ont de difficultés pour "sortir" et la chappe de plomb est des plus efficaces.
Cela donne une désagréable impression de "mafia".
La tendance est toujours de se montrer compréhensif.
Je ne pense pas que ce soit la bonne manière. L'Eglise se doit punir avec sévérité si le pêché est sévère.
Que l'abbé Dufour se présente au tribunal est habit éclésiastique ne me semble pas de bon goût et l'évêque aurait dû y faire attention.
Par contre il est réconfortant de voir un prêtre parmi les parties civiles.

Avatar de l’utilisateur
L'Ange
Ædilis
Ædilis
Messages : 49
Inscription : jeu. 25 mai 2006, 11:11
Localisation : Alsace

Message non lu par L'Ange » lun. 29 mai 2006, 10:53

Je suis d'accord avec beaucoup de témoignages ci-dessus, l'Eglise doit montrer l'exemple et punir lorsque cela s'avère nécessaire. On peut aussi effectivement se poser la question de la vocation des prêtres. Si certains sont admirables et font leur travail en leur âme et conscience, il y en a malheureusement d'autres qui sont bien loin des préceptes qu'ils prêchent aux autres...

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lu par jean_droit » lun. 29 mai 2006, 11:08

Cher Ange,
Soyons juste la grande majorité des prêtres sont très dévoués et, souvent, remarquables.
Bien sûr chacun a ses qualités et ses défauts comme chacun de nous.
L'arbre ne doit pas cacher la forêt et c'est pour cela que je m'inquiète d'une réaction "apparamment molle" de la hiérarchie.
On a l'impression que les évêques concernés découvraient le dossier ou l'ont minimisé pendant des années.

Avatar de l’utilisateur
L'Ange
Ædilis
Ædilis
Messages : 49
Inscription : jeu. 25 mai 2006, 11:11
Localisation : Alsace

Message non lu par L'Ange » lun. 29 mai 2006, 11:21

C'est vrai, et comme le disait un internaute ci-dessus, les évêques, et de manière générale les hauts dignitaires de l'Eglise n'aiment pas trop laver leur linge sale en public. Il est vrai que ce n'est pas une publicité très avantageuse pour l'Eglise d'où le désir de minimiser les faits et ainsi garder la tête haute. Les autorités catholiques essaient probablement de garder un semblant de crédibilité alors que beaucoup de personnes ne se retrouvent plus dans leurs discours...

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Forum catholique

Message non lu par Christophe » mar. 30 mai 2006, 20:48

[align=justify]Soyez assuré, cher Bajulans, que votre légitime indignation est suivie et partagée par l'écrasante partie des fidèles. Nous sommes effectivement un forum catholique, et c'est précisément parceque nous sommes catholiques que nous haïssons le scandale et l'injustice perpétrée contre des enfants de Dieu.

Que Dieu vous bénisse. :wub:
Christophe[/align]
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités