La peine capitale en question

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)

Êtes-vous favorable à la peine capitale ?

Oui
12
13%
Oui mais seulement dans certains cas exceptionnels
14
15%
Non
66
72%
 
Nombre total de votes : 92

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1563
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: La peine capitale en question

Message non lu par prodigal » lun. 15 juil. 2019, 15:33

Je crois qu'il faut avoir égard à la possible rédemption du criminel.
Ce qui me paraît chrétien, en tous temps et en tous lieux, c'est le refus de la vengeance.
Il en résulte que toute peine (car il n'y aucune raison de ne se poser la question que pour la peine de mort) n'est légitime que si elle est exercée sans intention vengeresse. Allons jusqu'au bout : une peine n'est légitime que si elle est exercée avec le souci de la dignité du coupable, et même de son bien.
La peine de mort peut, en théorie, être pratiquée avec le souci de faire du bien à l'âme du criminel, dont elle faciliterait la rédemption. Je crois que c'est ceci précisément qui justifie la position traditionnelle.
Mais il est clair que nous sommes habitués à considérer la peine de mort comme un moyen de se débarrasser du coupable, et en même temps de se satisfaire en lui faisant du mal. Ceci, cette représentation précise de la peine capitale, qui fait du condamné un bouc émissaire qui l'a bien cherché, est incompatible avec la foi chrétienne, ainsi d'ailleurs qu'avec l'humanisme démocratique.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Quæstor
Quæstor
Messages : 348
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: La peine capitale en question

Message non lu par Kerygme » lun. 15 juil. 2019, 16:14

prodigal a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 15:33
...
Bonjour Prodigal,


Tout à fait d'accord et j'y ajouterai même une conclusion pertinente qui n'est pas de moi, mais du site Riposte Catholique, la source devrait donc en satisfaire quelques uns: https://www.riposte-catholique.fr/archives/116925
La peine capitale devient barbare dans une société privée de religion qui, enfermée dans l’horizon terrestre, n’a pas le droit de priver l’homme d’un bien qui, selon elle, est pour lui tout le bien ».
Et n'est ce pas le cas ? Si la peine de mort est licite doctrinalement sans pour autant être dogmatique, elle n'est pas adaptée à notre époque.


Cordialement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints.
Vous voulez réformer l'Eglise ? Alors devenez des saints !»
(Georges Bernanos)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9654
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La peine capitale en question

Message non lu par Cinci » lun. 15 juil. 2019, 19:37

Kérygme :

Et n'est ce pas le cas ? Si la peine de mort est licite doctrinalement sans pour autant être dogmatique, elle n'est pas adaptée à notre époque.
Ce point de vue personnel que vous exprimez ne correspond pas à ce que la pape dit. C'est un problème et quand même que vous auriez raison !

Notre Souverain Pontife parle plutôt du "châtiment suprême" comme d'une illégalité, une immoralité en soi, un truc à éviter par tous les gouvernements du monde, comme il aurait dû en être aussi pour tous les gouvernements d'hier. C'est ce que moi je comprends de tout ce que j'aurai pu voir du pape François, avec le choix de ses mots. La peine capitale en elle-même serait une erreur.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 19:42

lemoni a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 10:45
Il y a une différence évidente entre s'en prendre à un homme désarmé et sans défense = peine de mort. Et s'en prendre à un dangereux criminel en plein action terroriste. Votre comparaison ne fonctionne pas.
Vous éludez une question : ne pensez-vous pas que les terroristes du Bataclan si ils avaient été capturés par le RAID, auraient pu être condamnés à mort sans l'ombre d'un doute de condamner un innocent ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 19:46

Kerygme a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 15:02

Alors il semblerait que, paradoxalement, la justice républicaine soit plus en accord avec le catéchisme que les zélateurs de la peine de mort, non ?
Au vu du nombre de victimes de multirécidivistes, je ne le pense pas.
L'inquiétude de condamner un innocent est légitime et extrêmement importante.
Mais pour moi l'inquiétude de condamner une nouvelle victime à subir les atrocités d'un criminel relâché est encore plus importante.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 19:49

lemoni a écrit :
dim. 14 juil. 2019, 19:22
Ps; il n'y pas d'erreur "suffisamment rare" pour justifier l'acte de tuer un innocent, même s'il y avait qu'un seul innocent tué par la peine de mort pour cent milles crapules mises hors d'état de nuire, ce serait toujours un de trop et surtout une bonne raison pour ne jamais récidiver avec ces méthodes barbares. Il existe d'autre méthodes pour mettre hors d'état de nuire que de tuer, on le sait tous.
Pas en France puisque la perpétuité n'existe plus à cause de la perte de graduation des peines suite à l'abolition de la peine de mort.

De toute façon cet argument de risquer la condamnation d'un innocent est un faux problème, on peut s'équiper d'un arsenal juridique empêchant toute condamnation à mort sans certitude absolue de la culpabilité du criminel.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 19:50

Jean-Mic a écrit :
dim. 14 juil. 2019, 22:11
Pour ma part, je ne peux pas à la fois me battre contre l'avortement et vouloir rétablir la peine de mort.
La condamnation à mort d'un innocent ne saurait être comparée à celle d'un coupable.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 19:58

prodigal a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 15:33
Je crois qu'il faut avoir égard à la possible rédemption du criminel.
Ce qui me paraît chrétien, en tous temps et en tous lieux, c'est le refus de la vengeance.
Il en résulte que toute peine (car il n'y aucune raison de ne se poser la question que pour la peine de mort) n'est légitime que si elle est exercée sans intention vengeresse. Allons jusqu'au bout : une peine n'est légitime que si elle est exercée avec le souci de la dignité du coupable, et même de son bien.
La peine de mort peut, en théorie, être pratiquée avec le souci de faire du bien à l'âme du criminel, dont elle faciliterait la rédemption. Je crois que c'est ceci précisément qui justifie la position traditionnelle.
Mais il est clair que nous sommes habitués à considérer la peine de mort comme un moyen de se débarrasser du coupable, et en même temps de se satisfaire en lui faisant du mal. Ceci, cette représentation précise de la peine capitale, qui fait du condamné un bouc émissaire qui l'a bien cherché, est incompatible avec la foi chrétienne, ainsi d'ailleurs qu'avec l'humanisme démocratique.
Tout à fait d'accord avec vous Prodigal.
mais vous occultez la notion de justice, de réparation car vous n'entrevoyez pas la position de la victime.
Vous raisonnez comme nos contemporains qui ne prennent en compte que le criminel, comme si la victime était quantité négligeable.
La condamnation offre aussi une possibilité à la victime d'être reconnue, secourue, protégée à l'avenir.
Si la justice ne doit pas être la vengeance de la victime, elle doit l'écouter.
Je peux vous citer bon nombre de cas où la victime affirmait que si elle n'avait eu la vie sauve ce n'est que par le hasard d'un secours inattendu, suppliant les juges de ne jamais relâcher le criminel. Criminel bien évidement relâché à cause de nos lois iniques de remise de peine obligatoire, qui a récidivé en tuant cette fois-ci…

La condamnation n'est pas pour le criminel elle est pour réparer le mal fait à la victime et pour protéger la société contre une récidive.
Si cela permet le salut du criminel tant mieux, mais ce n'est pas le propos premier.

Personnellement je suis absolument pour des bagnes où des criminels travailleraient pour subvenir à vie aux besoins de leurs victimes qu'ils ont par exemple rendues lourdement handicapées.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 20:02

Kerygme a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 16:14

La peine capitale devient barbare dans une société privée de religion qui, enfermée dans l’horizon terrestre, n’a pas le droit de priver l’homme d’un bien qui, selon elle, est pour lui tout le bien ».


Et n'est ce pas le cas ? Si la peine de mort est licite doctrinalement sans pour autant être dogmatique, elle n'est pas adaptée à notre époque.
Est-ce que je comprends bien ?
On ne peut condamner à mort un athée car son seul plaisir est de vivre sur cette terre ?
Mais c'est un contre témoignage à la vérité : comme si la réalité de la vie après la mort avec le jugement dernier était subjectif en fonction de ses croyances…

Et je dirais même plus (M Dupont) que si c'est là son seul plaisir il est parfois légitime de lui retirer pour qu'il paye sa dette.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1563
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: La peine capitale en question

Message non lu par prodigal » lun. 15 juil. 2019, 20:22

PaxetBonum a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 19:58
Tout à fait d'accord avec vous Prodigal.
mais vous occultez la notion de justice, de réparation car vous n'entrevoyez pas la position de la victime.
Je ne crois pas. Mais la justice est tout le contraire de la vengeance, ce que vous dites d'ailleurs.
La justice doit restaurer l'ordre et rétablir la paix. Il est nécessaire pour les victimes que justice soit rendue, mais il faut aussi que cette justice apporte la paix, et rende possible un éventuel pardon. Il appartient aux victimes, si difficile que cela soit, de retrouver la paix intérieure en chassant la haine.
Bien sûr il appartient aussi à la justice d'être exemplaire et de protéger la société. Mais ce n'est pas en entretenant la haine qu'elle remplit cette fonction, c'est au contraire en opérant de façon totalement impartiale. Si ce n'est pas le cas, si le peuple n'a plus confiance en sa justice (quelque chose me dit que nous y sommes) alors la violence progresse, quelle que soit la sévérité des verdicts.
Il me semble que tout ceci vaut quelles que soient les peines encourues, donc que la peine de mort soit légale ou non.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9260
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La peine capitale en question

Message non lu par PaxetBonum » lun. 15 juil. 2019, 21:02

prodigal a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 20:22
PaxetBonum a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 19:58
Tout à fait d'accord avec vous Prodigal.
mais vous occultez la notion de justice, de réparation car vous n'entrevoyez pas la position de la victime.
Je ne crois pas. Mais la justice est tout le contraire de la vengeance, ce que vous dites d'ailleurs.
La justice doit restaurer l'ordre et rétablir la paix. Il est nécessaire pour les victimes que justice soit rendue, mais il faut aussi que cette justice apporte la paix, et rende possible un éventuel pardon. Il appartient aux victimes, si difficile que cela soit, de retrouver la paix intérieure en chassant la haine.
Bien sûr il appartient aussi à la justice d'être exemplaire et de protéger la société. Mais ce n'est pas en entretenant la haine qu'elle remplit cette fonction, c'est au contraire en opérant de façon totalement impartiale. Si ce n'est pas le cas, si le peuple n'a plus confiance en sa justice (quelque chose me dit que nous y sommes) alors la violence progresse, quelle que soit la sévérité des verdicts.
Il me semble que tout ceci vaut quelles que soient les peines encourues, donc que la peine de mort soit légale ou non.
Je suis 100% d'accord avec vous.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: La peine capitale en question

Message non lu par James » lun. 15 juil. 2019, 21:44

Kerygme a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 8:35
James a écrit :
dim. 14 juil. 2019, 16:59
Je ne trouve pas très honnête non-plus intellectuellement que vous disiez que dans pareil cas de figure on "accepte de tuer des gens innocents pour en sauver d'autres" comme s'il s'agissait d'une réjouissance, d'un désintérêt pour la personne humaine ou d'un lien de cause à effet.
Bonjour James,

Si les propos sont abordés superficiellement ou que vous en faites une lecture littérale alors votre conclusion ne me surprend pas.
Je suis aussi fatigué par ces redondances, la polémique pour l'amour de la polémique ne m'intéresse pas.


Cordialement.
Mon cher Kerygme,

Vous exprimez votre lassitude et je le comprends parfaitement car quelques pages plus tôt moi aussi je l'étais, non pas de polémiquer par amour de la polémique, mais d'avoir à reprendre plusieurs de vos formules malheureuses.

Que vous vous en rendiez compte ou pas, il s'agit d'un sujet de conversation qui soulève bien des passions et qui a été traité 1000 fois avant nous - et sans doute 1000 fois après. Dès lors, puisqu'on n'invente que rarement la roue, on en vient mécaniquement à répéter les arguments des autres, dont certains sont savamment pensés pour instiller des idées fallacieuses sur les conceptions de leurs interlocuteurs.

C'est précisément cela que je vous faisais remarquer : au travers de vos différents éléments de langage, vous donnez l'impression (et pas que l'impression) que vos interlocuteurs se désintéressent totalement des innocents condamnés ou s'amusent à troquer la vie des uns contre celles des autres comme dans votre analogie très discutable avec le paradoxe du tramway.

"Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens" n'est pas la devise des catholiques partisans de la peine de mort.

Je m'arrête là tout aussi fatigué que vous.
Je voulais juste que vous compreniez la signification de ma précédente intervention avec vous.

Que Dieu nous éclaire de sa Sagesse!
Dernière modification par James le lun. 15 juil. 2019, 23:24, modifié 1 fois.

James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: La peine capitale en question

Message non lu par James » lun. 15 juil. 2019, 22:02

Jean-Mic a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 11:14
Dans ce débat, il me semble qu'il y a deux questions distinctes qu'on confond trop vite en une seule :
  • 1/ quels sont les crimes qui justifient la peine capitale (au sens de la peine la plus lourde prévue par le droit) ?
  • 2/ la peine capitale doit-elle être la peine de mort ?
Mon cher Jean-Mic,

Le point n°1 n'est pas totalement exact dans la mesure où notre société accepte (à des degrés différents j'en conviens) l'idée d'infliger la mort à l'un de ces citoyens en dehors du cadre d'un crime.

Je propose donc de lister l'ensemble des cas où tout ou partie de la population considèrerait légitime la mort d'un être humain afin de déjà cerner le problème.

Dans le désordre :
- représenter un danger immédiat [par exemple, un terroriste ou un agresseur armé] (via n'importe quel moyen à sa disposition)
- avoir commis un meurtre (via la peine de mort)
- avoir commis un viol/inceste (via la peine de mort)
- être en dépression (via le suicide assisté)
- ne pas avoir plus de 3 mois depuis sa conception (avortement)
- avoir commis des actes répétés de violence conjugale [cf l'affaire Jacqueline Sauvage] (via n'importe quel moyen à sa disposition)
- avoir un lourd handicap [cf Vincent Lambert] (euthanasie)
- être trop âgé (euthanasie)
- être trop malade (euthanasie)

J'en oublie?

Que le Seigneur vous bénisse!

James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: La peine capitale en question

Message non lu par James » lun. 15 juil. 2019, 23:23

Mes chers frères et soeurs,

J'ai remonté un peu le fil de la conversation et j'ai été très surpris que personne ne parle du pape Innocent III et des Vaudois!

Pour information, Vaudès était un prédicateur lyonnais du XIIe/XIIIe siècle qui s'était constitué une communauté de fidèles dans un esprit fondamentaliste qui préfigure les mouvements réformistes qui naitront quelques siècles plus tard. La particularité des vaudois, vis à vis de la discussion que nous tenons ici, est qu'ils constituaient un mouvement en son essence opposée à la peine de mort. De fil en aiguille, leur doctrine est considérée comme hérétique et les fidèles sont excommuniés. Ils subiront de nombreuses persécutions de l’Église et leur influence s'étendra dans une grande partie de l'Europe. Ils rejoindront plus tard le protestantisme.

A cette occasion le pape Innocent III rédigea la lettre " Eius exemplo " à l'archevêque de Tarragone le 18 décembre 1208 comportant la profession de foi prescrite aux vaudois, dans laquelle nous pouvons lire :
Au sujet du pouvoir séculier, nous affirmons qu'il peut, sans péché mortel, exercer un jugement portant effusion de sang, pourvu que, pour exercer la vindicte, il ne procède pas par la haine mais par un jugement, ni avec imprudence mais avec modération
http://catho.org/9.php?d=bwi#c2c

De mémoire c'est la première fois (et la seule?) qu'un pape exige des hérétiques qu'entre autres points doctrinaux, ils dussent épouser la peine de mort comme une vérité de la Foi afin de se réconcilier avec l’Église.

A méditer...

Que Dieu vous bénisse!

lemoni
Ædilis
Ædilis
Messages : 46
Inscription : ven. 12 juil. 2019, 21:41

Re: La peine capitale en question

Message non lu par lemoni » lun. 15 juil. 2019, 23:23

Suliko a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 14:16
La première question à se poser est avant tout : la peine de mort est-elle intrinsèquement immorale ? L'Eglise enseigne que non et nous devons au moins accepter cela.
Tu ne commettras pas de meurtre. C'est écrit dans la bible, c'est un commandement de Dieu, enfin, "c'est la base" comme disent les jeunes...

James a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 7:29
Vous voyez le rapport quand il s'agit de comparer la peine de mort de la justice chinoise mais vous ne voyez pas le rapport quand je compare leur méthode d'incarcération? Quel effet ça fait de gouter à sa propre malhonnêteté intellectuelle, lemoni?
Il y a une erreur flagrante ici, car je n'ai jamais comparé la justice Chinoise avec la peine de mort, c'est justement vous qui la comparez pour discréditer deux exemples avérés mise à mort d'innocent que j'ai envoyés. La peine de mort reste le même concept, tuer un innocent en embrassant cette idéologie c'est ce qui arrive. C'est vous qui vous cachez derrière l'excuse de la justice Chinoise pour dire que c'est pas pareil là bas, qu'ils tuent n’importe comment (alors que vous autant que moi en savez rien), et c'est vous qui insinuez ce genre d'erreur n'arrive pas dans les pays occidentaux en me demandant de choisir un lieu de jugement si j'étais accusé de meurtre (plot twist, ça arrive aussi dans les pays occidentaux où la peine de mort est admise, exemple à l'appui, mais une fois de plus vous dites que c'est un exemple marginal, donc que ça compte pas hein). Mais heureusement que c'est un exemple marginal pardi! Le fait que le cas de de Todd Willingham soit un exemple marginal n'est pas le souci, tous les innocents morts exécutes sont des cas marginaux si on regarde le taux ridiculement bas de fois où ça arrive, mais le variable problème c'est le simple fait que ça arrive.

Alors oui, j'entends bien que cette personne innocente avait des circonstances contre elle assez incroyables pour finir exécutée, et figurer comme cas "à part" mais vous croyez que tous les innocents morts exécutès n'ont pas eu le même style de souci lorsqu'ils ont été jugés? En quoi est-ce fondamentalement différent des autres morts d'innocents? Ce que j'essaye de vous faire comprendre ici, c'est que tous les innocents décédés de la peine de mort (ou même ceux enfermés toute leur vie) ont à un moment ou un autre été victime d'un gros vice judiciaire, faux témoignage, expert psychiatre qui le diagnostique sans l’avoir rencontré, ou un accusé trop simplet pour se défendre efficacement, un juge zélé, etc. La justice est imparfaite en acceptant ce constat, je ne vois juste pas comment on peut soutenir qu'éliminer un individu soit une option viable.
James a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 7:29
L'enrobage, vous y prêtez attention quelques phrases plus haut concernant la chaise électrique pour que cela serve votre propos pourtant...
Ah mais si vous préférez un peu parler de l'injection létale, c'est pas spécialement plus glorieux hein. Dans le livre d'Austin Sarat " Gruesome Spectacles: Botched Executions and America's Death Penalty", on y recense que de 1890 à 2010 7,12% des mises à mort par injection ont été ratées ou se sont mal déroulées. Un chiffre qui est à lui seul deux fois plus important que pour l'ensemble des autres modes (pendaison, électrocution, gaz, peloton d'exécution). Déjà faut trouver une veine pour injecter le sérum, beaucoup détenus sont des drogués notoires et l'état de leur veine est pour ainsi dire catastrophique. Puis le sérum en lui même a parfois des effets chaotiques, comme sur "Denis McGuire" qui a agonisé pendant presque trente minute avant que sa mort soit avérée. Ou Romell Broom qu'on a mitraillé de coup de seringues faute de trouver une veine exploitable pour au final le remettre dans le couloir de la mort, des témoins présents parlent d'une torture tout ce qu'il y a de plus conventionnelle. Et oui ce genre de chose arrivent dans un pays "civilisé". C'est d'autant plus ironique quand on sait que l’injection létale avait pour but de palier à la chaise électrique, qui était une façon de tuer jugée "trop barbare".

Il n'y a pas de "bonne" façon de tuer. Un meurtre c'est un meurtre.
James a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 7:29
Non, il n'y a pas d'équivalence ici : avec la peine de mort, les femmes auraient la vie sauve c'est une certitude, le coupable serait mort à la suite de sa première affaire ou du moins serait en prison en attendant l'application de sa peine. Dans le vôtre, il aurait déjà fallu que le propriétaire du préservatif ait été mis en examen et reconnu coupable ensuite, ce qui est bien moins probable. Il n'a même pas été inquiété tout le long de l'enquête et les soupçons se sont directement tournés vers le bon responsable.
Vos hypothèses sont intéressantes parce qu'elles vous trahissent, sans que j'ai à formuler d'argument: vous l'avez dit vous même, "ou du moins serait en prison en attendant l'application de sa peine". On voit bien ici qu'il serait mis hors d'état de nuire dans tous les cas, sans qu'on ait à lui faire goûter sa propre médecine à ce meurtrier (en le tuant). Ce qui est l’objectif principal d'une incarcération, protéger la société. Votre idéologie va plus loin que la protection de la potentielle prochaine victime dont une incarcération aurait pu protéger les prochaines victimes, il y a un désir de vengeance. Qui lui est moralement très discutable. Que cette personne ait été relâchée, ça c'est un problème, mais le sujet ici c'est la peine de mort pas la durée de l'incarcération parfois scandaleusement laxiste, je l'accorde volontiers.

Sinon, les conditions de détention françaises sont parmi les pires de l’Europe. Et les principaux concernés par ces incarcérations sont bien entendu les classes populaires. Il n'y a rien de juste à laisser baigner des gens aux fautes diverses et variées dans leur propre caca. Et j'exagère à peine. La surpopulation pénitentiaire est un problème généralisé sans précédent, mais la plupart des gens s'en foutent vu qu'on parle de crapules qui méritent à priori leur sort... Ainsi on amalgame assez facilement le gars qui fait de la prison parce que lors d'un regrettable accident il a écrasé un enfant avec son camion et le pédo'-multirécidiviste. Quand bien même l'un serait un pauvre type qui a manqué de vigilance au mauvais moment et l'autre serait l'incarnation de l’antéchrist.

Et dans le cas de la banque au Péage-de-Roussillon, non pas merci la science, mais merci le directeur de l’hôtel qui a fourni les cartes de visite des inspecteurs comme preuve de leur culpabilité à la cour, sinon celle même science aurait probablement servi à mettre sous verrou trois innocents à l'heure où on parle.

Sinon pour l'exemple au sujet d'Aleksander H. C'est justement parce que précisément tout le monde ne pense pas de la même manière qu'il convient de ne pas généraliser sur le seul cas d'Aleksander H (d'où votre sophisme) et prendre en compte le fait que des gens accusés à tort n'ont pas nécessairement envie de finir au bout d'une corde. Mais prendre un cas singulier comme vous l'avez fait, et en faire une règle pour pouvoir me dire "-ah-ah! Vous voyez, même les innocents préfèrent parfois mourir plutôt que de s'infliger des décennies de prison". C'est bien entendu fallacieux. Pour diverses raison, la principale est que vous montrez comme exemple une personne qui a choisi de mourir, or l'idéologie que vous défendez ne propose pas ce choix, elle l'impose arbitrairement, ce qui est éminemment différent. L'autre insinuation fallacieuse de cet exemple serait de considérer que puisque certains détenus préfèrent effectivement mourir que d'être enfermé, il serait de facto plus humain de les tuer plutôt que de les enfermer. Ce qui, une fois de plus, ne découle d'aucun postulat tangible et/ou cohérent avec le reste de ce qui a été dit. Je précise: Le fait que certains humains vivent d'avantage mal la détention que d'autres ne rend pas la détention plus atroce qu'elle ne l'est déjà. C'est justement parce que l'incarcération et la façon dont on la vit est subjectif qu'il devrait être possible décider individuellement si l'ont désir attendre enfermé ou mourir. D'ailleurs vous dites que vous ne voulez pas que les pénitenciers deviennent des je cite "cliniques d'euthanasie" mais un paragraphe plus tôt vous vous plaignez que les "détenus ne se bousculent pas tous au portillon" Faut savoir...

ps: pff sérieux on s'en fout que les prisonniers arrivent à faire passer de la drogue en prison.., c'est davantage triste pour eux qu'ils s'auto-détruisent de la sorte que c'est censé être alarmant pour le reste de la société, ça ne porte préjudice qu'à ces gens, ils sont les premières victimes de leur autodestruction. C'est la seule méthode qu'ils ont pour s'évader de leur cellule, et c'est juste vraiment triste, y'a vraiment rien d'autre à dire, surtout pas de jugement à porter... D'ailleurs les médoc' légaux qu'ils arrivent à se faire prescrire la-bas en taule, ça suffit à les transformer en de véritables fantômes dans le sens ou ils n' ont pas besoin de nécessairement faire passer de la came sous le manteau pour se détruire le cerveau. Les opiacés sont des composants de base de la majorité des antidépresseurs et autres calmants parfaitement légaux.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités