Confession : ne pas assumer ses actes?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Leviathan
Censor
Censor
Messages : 67
Inscription : lun. 20 mars 2006, 21:43
Localisation : France

Confession : ne pas assumer ses actes?

Message non lu par Leviathan » mar. 21 mars 2006, 21:39

J'ai une question à vous poser...

Le fait de se confesser ne consiste-t-il pas à ne pas assumer ses actes ? Je m'explique : Mr X a commi une faute envers Mr Y, et va se confesser pour avoir la conscience plus tranquille. N'est ce pas une fuite de ses responsabilités ?

L'athée, lui, devra aller s'excuser auprès de Mr Y, et n'aura personne pour lui soulager la conscience : il est obligé vivre avec le poids de ses fautes. (Je ne dis pas que le chrétien ne va pas aller s'excuser, loin de là ! :P C'est juste un exemple...)

De plus, qu'est ce qui empêche Mr X de recommencer le lendemain ? Après tout, Dieu est miséricordieux...

Avatar de l’utilisateur
Etrigan
Senator
Senator
Messages : 852
Inscription : jeu. 09 févr. 2006, 13:21
Localisation : Pas loin de Paris, dans une ville protégée par une Sainte et des bois.
Contact :

Message non lu par Etrigan » mar. 21 mars 2006, 22:16

Je trouve que vous exagérez considérablement.

D'une certaine façon, celui qui se confesse doit encore plus assumer ses actes : il doit porter à sa conscience, verbaliser, des choses qu'il estime grave et qui l'implique. Bien sûr, tout un chacun peut le faire, pas besoin d'être chrétien pour assumer ses fautes et reconnaître ses travers.

De plus, le prêtre n'est pas là que pour absoudre, mais aussi pour guider et conseiller. Une personne confessant qu'elle a fait du tort à un tier : le prêtre l'invitera, je pense, à aller voir cette personne pour lui demander pardon.
« Le Verbe s’est incarné pour la Rédemption du Péché. Faudra-t-il que le Saint-Esprit s’incarne pour la rédemption de la sottise ? » Léon Bloy

FMD
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1559
Inscription : mar. 27 avr. 2004, 22:25
Contact :

Message non lu par FMD » mar. 21 mars 2006, 22:45

[align=justify]Bonsoir Etrigan et Leviathan! :)
Etrigan a écrit :Le Chrétien a peut-êre la médiation de Dieu, mais il n'est qu'un homme et peut se tromper et nombre de croyants ont mal agis par le passé et agiront mal dans le futur. Croire en Dieu n'exonère pas du pêché.

Un chrétien, y compris – il serait d'avantage correct de dire « surtout » – le plus « grand » saint, est avant tout un homme qui sait qu'il ne pourra pas se sauver lui-même et accepte donc le sacrifice de celui qui l'aime parfaitement au point de lui donner sa vie alors que lui, en retour, n'est capable que d'un amour bien imparfait et ponctué de reniements et de clous enfoncés dans la croix. La sainteté, vocation universelle s'il en est, consiste à prendre conscience de son impuissance face au péché, « je ne fais point ce que je veux et je fais ce que je hais » disait Saint Paul, et à laisser travailler la grâce. Voulons-nous seulement devenir des saints?
Leviathan a écrit :Le fait de se confesser ne consiste-t-il pas à ne pas assumer ses actes ?
Le fait de se confesser consiste à reconnaître sa qualité de pécheur et à se réconcilier ainsi avec le Seigneur afin que la grâce libératrice puisse opérer. Pour anticiper votre seconde question, il est probable que celui qui va se confesser rechutera cependant ce n'est rien tant qu'il se relève et poursuit inlassablement cet âpre combat. Lorsque le chrétien tombe, il ne lui reste plus qu'à poser humblement les fondations à cette profondeur pour reprendre l'expression d'un saint contemporain et à ne pas désespérer. Le christianisme n'est pas une sorte de pélagianisme où il s'agit de s'élever vers Dieu sur la force de ses petits bras ou de sa petite vertu devrais-je dire pour coller à la logique pélagienne. Ce n'est pas l'homme qui monte à Dieu mais Dieu qui descend bel et bien vers l'homme en la personne de Jésus-Christ. Si nous pouvions ne plus pécher grâce à notre seule volonté, pourquoi y aurait-il besoin de cette « folie » de la crucifixion?

PaX
Franck[/align]

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » mar. 21 mars 2006, 22:52

Leviathan a écrit :J'ai une question à vous poser...
Le fait de se confesser ne consiste-t-il pas à ne pas assumer ses actes ?
Je m'explique : Mr X a commi une faute envers Mr Y, et va se confesser pour avoir la conscience plus tranquille.
N'est ce pas une fuite de ses responsabilités ?
Avant de recevoir le pardon on s'accuse de l'acte (d'en être l'auteur) pour lequel on demande pardon. C'est précisément la définition d'assumer la responsabilité de l'acte.
Leviathan a écrit :L'athée, lui, devra aller s'excuser auprès de Mr Y, et n'aura personne pour lui soulager la conscience : il est obligé vivre avec le poids de ses fautes. (Je ne dis pas que le chrétien ne va pas aller s'excuser, loin de là ! :P C'est juste un exemple...)
Rien ne l'empêche de se convertir... On ne va quand même pas reprocher à l'Eglise de faire du bien à ses fidèles sous prétexte que ceux qui ne se sentent pas concernés par elle n'ont pas accès à ce bien, qui d'ailleurs ne les intéresse pas.

Car il ne s'agit pas seulement de bonne conscience mais d'innocence. Le sacrement de réconciliation (la confession) nous rend notre innocence. J'ai bien observé les files de touristes qui passent devant les confessionaux à Notre-Dame de Paris. Et le nombre de fois où j'ai vu des ricanements, une sorte de vulgarité très violente et dont le sens est la haine de l'innocence. Beaucoup de gens comprennent instinctivement ce qui a lieu dans un confessionnal et ça les dérange beaucoup, au point de provoquer chez eux des réactions extrêmes. Ce qui attire un catholique dans un confessionnal c'est un reste d'innocence, le sens de l'innocence perdue et l'espérance de l'innocence retrouvée. Ce qui a lieu aussi dans le confessionnal est un combat où le mal est vaincu : le mal qui est la violence, la haine, le meurtre, la torture, le viol, la destruction. Les ricanements des touristes devant les confessionnaux... et peut-être dedans un homme qui vient de commettre un meurtre ou qui est près de se suicider ! C'est la même conscience qui retient de commettre un meurtre et qui pousse au repentir le meurtrier. Les touristes ricanent de cette conscience... C'est franchement écoeurant. De bêtise, alors que toutes les horreurs qui ont lieu sur terre supposent l'extinction et la censure de cette même conscience.
Leviathan a écrit :De plus, qu'est ce qui empêche Mr X de recommencer le lendemain ? Après tout, Dieu est miséricordieux...
Par exemple dans le cas des divorcés remariés, l'Eglise ne les admet pas à la communion parce qu'il sont dans un état de péché habituel et continuel. Celui qui de toute façon admet qu'il pèchera demain, ne peut pas avoir accès aux sacrements. Je me demande même s'il peut se confesser. "J'ai péché mais de toute façon, je continuerai et je n'ai pas l'intention d'y renoncer" : il n'y a pas de repentir, pas de pardon possible. Si on rompt avec le péché mais qu'on y retombe après, c'est différent, il y a une intention de revenir à Dieu, qui est l'essentiel dans la confession. Si de toute façon, on ne veut pas rompre, pas de pardon possible...

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 230
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lu par Eremos » mer. 22 mars 2006, 0:48

Bonsoir Charles, :)
Charles a écrit :Car il ne s'agit pas seulement de bonne conscience mais d'innocence.
J'ajouterai peut-être un : heureusement ! Il y a quelque chose de terriblement égoïste - narcissique ? - dans certains aveu pour "avoir bonne conscience" sans se soucier des conséquences de cet aveu pour autrui. Quelque chose de l'ordre du "regarde comme je suis sincère et courageux". Finalement, la démarche du confessional me semble plus belle dans sa discrétion. Ce n'est pas dans une effusion sentimentale - si sincère soit-elle - que le péché nous quitte, mais dans un aveu "secret", humble.

Bien entendu je ne dis pas qu'il faille pour autant ne pas être sincère parfois (souvent) avec nos proches !
Je me demande même s'il peut se confesser. "J'ai péché mais de toute façon, je continuerai et je n'ai pas l'intention d'y renoncer" : il n'y a pas de repentir, pas de pardon possible.
Dans un sens oui, il lui est possible de reconnaître ses péchés face à Dieu devant le prêtre. Mais effectivement le Pardon lui est refusé. C'est néanmoins le début d'une marche saine je crois, et il est heureux que cette première étape de reconnaissance du péché devant un serviteur du Christ soit maintenue, ne serait-ce que pour encourager cette démarche.
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

Avatar de l’utilisateur
alphaomega
Ædilis
Ædilis
Messages : 19
Inscription : ven. 24 mars 2006, 18:31

Message non lu par alphaomega » dim. 02 avr. 2006, 23:07

bonsoir
moi jai un autre problème enfin je suis pas sure que se soit un probleme finalment, bref
Je ne suis pas catholique comme vous avez puis le remarquer , mais j'adore aller me faire confesser, ca me fait du bien de raconter ma vie a quelqu'un , okai okai je pourrais aller chez le psy vous aller dire, ji vais deja , et puis la confession c'est pas pareil, on sent bon lencens, c'est une ambiance assez agréable, et jamais la personne que j'ai en face de moi me juge alors que souvent je lui raconte des trucs pas trés catholiques :lol: , evidemmetn aprés ke fais pas les priere qu'il ma dit puisque je les connait pas mais, je ressort contente soulagée.
"Je suis l'Alpha et l'Omega , le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin"

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 230
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lu par Eremos » lun. 03 avr. 2006, 0:30

Alphaoméga,

Sauf votre respect, je trouve cela parfaitement stupide.

1) C'est un manque de cohérence avec vous même ;

2) C'est une offense à nos sacrement que vous tournez en dérision.

Vos discours sur "vivons curieux" ensemble, en paix et tout le tralala sont franchement peu crédible, après cela. Je laisse vos propos pour que tout le monde puisse le constater.

Puissiez vous être éclairée et ramenée à plus d'humilité et de respect,
Eremos
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

Avatar de l’utilisateur
alphaomega
Ædilis
Ædilis
Messages : 19
Inscription : ven. 24 mars 2006, 18:31

Message non lu par alphaomega » lun. 03 avr. 2006, 9:15

rhoo bah vous etes un peu ambivalent sur ce forum soit 1vous me demander de rester soit 2 vous me trouvez bizarre , a non non non vous avez pas le droit aux deux choix soit l'un ou l'autre moi javais choisit de me retirer vous avez "lourdement" insistez pour que je reste , je reste vous insistez pour que je parte...humm dévellopez !!
"Je suis l'Alpha et l'Omega , le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin"

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Message non lu par laiglejo » lun. 03 avr. 2006, 10:42

Moi, je suis heureuse de la démarche d'Alphaoméga. L'expérience m'a appris que la grace se trouvait partout et de manière souvent innattendue. J'ai reçu en particulier des témoignages similaire à celui d'Alphaoméga. "Ne contristez pas l'Esprit-Saint !"

Le fait qu'Aphaoméga s'en trouve mieux est bon signe et je me réjouis que l'église ait encore cette grace d'accueil !

Si Alphaoméga se trouvait à Paris, je pourrais lui indiquer des lieux. Où habitez-vous ?

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Retour en grâce de la confession

Message non lu par jean_droit » jeu. 06 sept. 2007, 12:58

Vous avez remarqué, comme moi, que la pratique de la confession revient à l'honneur.
Dans les manifestations religieuses de plus en plus de personnes se confessent.
Si cela continue il faudra réouvrir les confessionaux ....
Dans le forum catholique un article, pour une fois j'allais dire, pas ou peu polémiste, parle du phénomène :

http://leforumcatholique.org/message.php?num=317891

........

Les signes sont timides mais persistants. Le dernier en date: 12 000 jeunes, encouragés par le pape, ont reçu le sacrement du pardon à Lorette. Et l'on voit réapparaître dans les séminaires les textes permettant d'étudier les "cas de conscience"site "chiesa" par Sandro Magister

ROMA, le 6 septembre 2007 – Un fait inattendu par son intensité et sa dimension s’est produit pendant les deux jours où Benoît XVI a rencontré à Lorette des centaines de milliers de jeunes venus d’Italie et de nombreux pays du monde: une affluence massive vers la confession sacramentelle.

Entre le samedi 1er et le dimanche 2 septembre, sur la grande esplanade qui s’étend au bas de la ville et du sanctuaire marial, 350 prêtres ont confessé sans interruption de 14 heures à 7 heures du matin, assiégés par 12 000 jeunes dans l’attente du pardon.

Avant même l’arrivée du pape, de nombreux jeunes ont préparé l’événement par le rite de la pénitence. Les parcours de pèlerinage qui convergeaient vers Lorette comprenaient presque tous l’étape de la confession sacramentelle. C’était le cas à l‘abbaye de Fiastra, transformée par moments en confessionnal géant, ou au sanctuaire de Canoscio, dans les Apennins, toujours avec des dizaines et des dizaines de prêtres qui administraient simultanément le sacrement.

Avatar de l’utilisateur
tartarin
Barbarus
Barbarus

Re: Retour en grâce de la confession

Message non lu par tartarin » jeu. 06 sept. 2007, 14:25

Si cela continue il faudra réouvrir les confessionaux ....
Ils n'ont jamais été fermé, ce qui du reste est évidement logique et son contraire impensable.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Retour en grâce de la confession

Message non lu par jean_droit » jeu. 06 sept. 2007, 15:49

Tartarin,
C'était, bien sûr, une plaisanterie .....

Avatar de l’utilisateur
steph
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 653
Inscription : mar. 28 août 2007, 1:28
Localisation : Belgique

Re: Retour en grâce de la confession

Message non lu par steph » ven. 07 sept. 2007, 22:30

C'est super important qu'on puisse témoigner, surtout auprès de nos cadets, de la grâce du Sacrement de Pénitence, de sa nécessité. (Et plus généralement de la nécessité vitale d'une vie chrétienne et spirituelle solidement ancrée dans une vive sacramentelle et liturgique.)
Même s'il y a des gens qui sont là pour mettre en doute le secret de la confession, que Dieu peut pardonner sans prêtre etc... Et on retrouve ce genre de personne jusque dans les animateurs de groupes.

"De sa main, le Seigneur m'a relevé, il m'a sauvé car il m'aime. Alléluia!"
Stat Crux dum volvitur orbis!
Dic animae meae: “ Salus tua ego sum ” Ps XXXIV 3

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Retour en grâce de la confession

Message non lu par jean_droit » jeu. 03 avr. 2008, 8:05

Une entrée intéressante de ZENIT portugais.

«Privatização» da experiência religiosa, causa da diminuição do número de confissões

La "privatisation" de l'expérience religieuse cause de la diminution du nombre de confessions.

http://fr.mg40.mail.yahoo.com/dc/launch ... 1qidfb8tlg

D'après un évêque d'Uruguay.

Et il explique :

"Eu uso os ritos religiosos da minha Igreja segundo minhas necessidades e minha urgência"

J'utilise les rites religieux de mon Eglise selon mes besoins et mon urgence ( personnelle)

Heureusement que tout le monde, je l'espère, a remarqué que le nombre de confessions augmente en Europe.

L'évêque d'Uruguay parle de son diocèse et de son pays .... en voie de déchristianisation comme nous ....

N'ayons pas peur !

Nicolette
Censor
Censor
Messages : 75
Inscription : mar. 10 juin 2008, 1:59
Localisation : Québec
Contact :

Re: Retour en grâce de la confession

Message non lu par Nicolette » mer. 11 juin 2008, 0:25

La grâce du sacrement de la réconciliation. Le sacrement, par définition, réalise et rend effectif ce qu'il signifie. Ce qui ne veut pas dire qu'il est essentiel à une envolée vers son Dieu. Mais comme nous sommes humains et corps et psychologique et tout ça...nous avons besoin d'être accompagné dans notre cheminement vers Lui.

Le sacrement de la réconciliation, pour moi, s'inscrit dans cette ligne d'un cheminement de vie, de croissance pesonnelle et spirituelle. Jésus qui connaissait bien le coeur de l'homme, sa fragilité et tous ses recommencements, nous a légué un chemin, un moyen de cheminer sur la route de notre humainité limitée par le péché d'origine et notre péché plus actuel.

Nous sommes libres de prendre ou non ce moyen, on n'entrera pas dans les obligations de l'Église telles que connues il y a queques décennies et les autres...mais entrons seulement dans le coeur de notre Dieu par ses chemins proposés pour grandir en Lui.

Nicole :coeur: :coeur:
Nicole

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 3 invités