Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Raistlin » jeu. 01 mars 2012, 16:25

C'est grosso modo l'objet d'une étude publiée par deux chercheurs australiens, de l'université de Malbourne : Alberto Giubilini et Francesca Minerva.

Voici le résumé de l'étude que fait Miguel Morin sur son blog :
« L'avortement est largement accepté, même pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la santé du fœtus. En montrant que (1) à la fois les fœtus et les nouveau-nés n'ont pas le même statut moral que des personnes véritables (2) le fait qu'ils sont tous deux des personnes potentielles est moralement sans importance et (3) que l'adoption n'est pas toujours dans l'intérêt de gens véritables, les auteurs soutiennent que ce que nous appelons l'« avortement post-natal » (la mise à mort d'un nouveau-né) doit pouvoir être permis dans tous les cas où l'avortement l'est, y compris le cas où le nouveau-né n'est pas handicapé. »
« Si des critères comme les coûts (sociaux, psychologiques, économiques) à supporter par les parents potentiels sont d'assez bonnes raisons pour recourir à l'avortement, même lorsque le fœtus est en bonne santé, si le statut moral du nouveau-né est le même que celui du nourrisson et si aucun des deux n'a de valeur morale du fait d'être une personne potentielle, alors les mêmes raisons qui justifient l'avortement doivent aussi justifier la mise à mort de la personne potentielle lorsqu'elle est au stade de nouveau-né. »
Logique implacable, irréfutable, inhumaine : si nous pouvons définir à quel moment un être humain acquiert le droit à la vie, alors rien n’empêche, pour les mêmes raisons que celles invoquées pour un avortement, de reculer ce moment au-delà de la naissance. Voilà où conduit logiquement l’acceptation morale de l’avortement et le refus de dignité à l’être humain à un stade de son existence.

Comme le rappelle Miguel Morin, un avortement post-natal, c’est un infanticide. L’horreur dans toute sa splendeur. Rappelons que dans l’Ancien Testament, le Seigneur a interdit à Son peuple de sacrifier ses enfants à de faux dieux (pratique largement répandue dans le paganisme antique). A notre époque « moderne », voici que ces sacrifices reviennent en force. Et les nouveaux Baals s’appellent égoïsme, individualisme, argent, plaisir, bien-être, etc.

Seigneur, prends pitié !
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3000
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Jean-Mic » jeu. 01 mars 2012, 17:08

L'article est-il sérieux ou est-ce une provoc à lire au deuxième degré ?
De toute façon, la logique est irréfutable. Ite missa est.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Cinci » lun. 05 mars 2012, 16:29

Éliminer des individus pourrait entrer facilement dans les vues d'une certaine mentalité libérale axée sur l'efficacité de gestion. Avec un besoin de rationnalité économique mis au pinacle des valeurs et affranchi de référents moraux judéo-chrétiens, on peut s'attendre parfois à quelques surprises du genre. Et, là-dessus, l'on pourrait faire remarquer qu'un certain nombre de paysans chinois n'auront pas attendu non plus la publication de cet article, mais pour mettre déjà en pratique eux-mêmes la théorie éliminationniste post-natale.

Toutefois, je douterais qu'une pratique consistant à supprimer des nouveaux-nés pourrait jamais recevoir l'aval de larges couches de la population ou bien qu'un gouvernement occidental pourrait normaliser lui-même ce genre de chose comme si de rien n'était.

[...]

J'aimerais voir le médecin et le personnel de la clinique, enfin tous ceux qui seraient chargé d'infuser la décoction mortelle au nouveau-né en parfaite santé; rien ne devant jamais être plus grave au fond que s'il devrait s'agir de mettre fin aux souffrances un petit animal de compagnie salement affecté (!)

On demande le docteur Génessier en salle 9 ...

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1597
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Hélène » lun. 05 mars 2012, 16:59

Hélas, c'est très sérieux...

:arrow: http://www.genethique.org/revues/revues ... 0229.3.asp

:arrow: http://www.theblaze.com/stories/ethicis ... t-persons/

Il y a 65 ans, on découvrait l'horreur des charniers remplis de gens que les nazis qualifiaient de "non humains", "race imparfaite", "sous-hommes" (les juifs, les gitans, les homosexuels, les religieux/religieuses/prêtres). Aujourd'hui, on veut éliminer les bébés nés ou pas, les malades, les personnes âgés, les handicapés. Le monde n'est-il pas horrifié que les idéologies nazies entrent dans les moeurs et les lois comme si c'était un progrès normal ?
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Cinci » lun. 05 mars 2012, 19:03

Quand on atteindrait le stade de la barbarisation : bien des choses se peuvent. On se comprend bien.


L'idée qui est lancé dans le journal d'éthique et par des gens qui ne craignent manifestement pas de rougir en l'émettant, elle procède selon moi d'une dérive de la mentalité néolibérale de notre époque, laquelle voudrait bien sacraliser l'égoïsme et réduire toute la vie humaine et communautaire en une affaire de profit, de confort et de rendement. Oui, le fanatisme en la matière aboutirait peut-être bien au genre de raisonnement entrevu. Mais l'infanticide assumé restera quand même une sorte de pensée marginale, non pas une idée universellement reçue.

ENFIN

Le raisonnement selon lequel il devrait être licite d'éliminer tel ou telle (en bas-âge, nourrisson) pour des raisons de confort économique n'est rien d'autre qu'un raisonnement de véritable criminel. Pour la même raison, l'on serait aussi bien d'éliminer pépé afin de toucher l'héritage, le calcul serait aussi «logique» pour l'héritier. Logique ? Logique pour celui qui estime que la vie humaine ne vaut rien bien entendu.

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Isabelle47 » lun. 05 mars 2012, 19:42

A première lecture, j'ai cru à une provocation (de trés mauvais goût, il est vrai) à but pédagogique afin de mettre en évidence la réalité infanticide de l'avortement.

Or, il ne s'agit pas de provocation; cela met néanmoins en évidence la réalité et de ce qu'est un avortement et la réflexion morale et éthique qui devrait avoir lieu à ce sujet.

Que répondraient à cela les pro avortements?
Par quelles contorsions pourraient-ils défendre l'avortement à plusieurs mois de grossesse, comme cela peut se pratiquer pour raisons médicales, tout en s'indignant d'éliminer un nouveau-né?
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Isabelle47 » lun. 05 mars 2012, 19:50

Vous savez, il existe déjà ce type de dérives idéologiques: des écologistes extrêmistes privilégiant la sauvegarde de la planète, voyant dans l'humanité une nuisance pour la nature préconisent de réduire le nombre d'êtres humains qui la polluent et l'exploitent!
Je ne pense pas qu'ils énoncent clairement l'élimination d'enfants selon les circonstances, l'environnement et le climat mais on ne sait jamais ou peut mener ce type d'idéologie. :mal:
Je crois me souvenir que l'ethnologue Levi Strauss a défendu ce genre de propos.
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2722
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Cgs » lun. 05 mars 2012, 20:02

Isabelle47 a écrit : Que répondraient à cela les pro avortements?
Par quelles contorsions pourraient-ils défendre l'avortement à plusieurs mois de grossesse, comme cela peut se pratiquer pour raisons médicales, tout en s'indignant d'éliminer un nouveau-né?
Bonjour,

Les partisans du droit à l'avortement ne répondent pas à ces deux questions. La raison en est simple : ils veulent justifier le droit à avorter, sans voir que cette position est rationnellement incohérente avec le principe général de respect de la vie. Dès lors, on ne peut pas logiquement défendre le droit à l'avortement et être contre les actes infanticides et géronticides. C'est profondément incohérent, car d'un côté on accepte la mort d'enfant sous la forme d'embryon, de l'autre, on ne veut pas se résoudre à accepter l'assassinat de bébés, de jeunes enfants, ou de vieillards. Pourtant, si ces personnes étaient logiques, elles devraient normalement mettre les deux sur le même plan.
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Isabelle47 » lun. 05 mars 2012, 20:25

Je suis bien d'accord avec vous!
Mais, mis face à ces contradictions, certains préfèrent détourner le regard (et le problème).

Parallèlement, on n'a jamais autant mis l'accent sur le "désir d'enfant", le "droit à l'enfant".
Quitte à faire des monstruosités: par exemple, rendre mère des femmes de plus de soixante ans!(une femme de soixante-six ans vient de mettre au monde des jumeaux; elle est célibataire et prétend "vouloir élever seule ses jumeaux"... sans commentaire)
Peut-on imaginer quelle confusion, tant morale que pragmatique, règne dans la tête d'une femme de cet âge qui veut encore avoir un enfant - et y parvient avec la complicité médicale.
Sentiment de toute puissance, orgueil délirant, appât du gain, perte de tout bon sens et de tout sens moral: les mêmes désordres graves permettant d'agir sur la vie d'un embryon, d'on foetus et, pourquoi pas, un nouveau-né.
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2344
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Teano » lun. 05 mars 2012, 21:30

Bonjour à tous,

Sauf erreur de ma part, c'est la première respiration qui fait naître la personnalité juridique : le nouveau-né n'est pas une personnalité potentielle comme le croit son auteur. Le nouveau-né est un sujet de droit, ce qui n'est pas le cas du foetus et qui "justifie" la possibilité de recours à l'avortement. Tuer un nourrisson est bien un meurtre, une brève lecture de la chronique judiciaire de ces dernières années devrait achever de l'en convaincre.

Notre monde est dans un état d'égarement spirituel et moral tel qu'il n'en a jamais connu.

In Christo,
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Isabelle47 » lun. 05 mars 2012, 21:43

Merci Teano pour les précisions juridiques.
Il se pourrait alors que cet article de la genethic revue soit une sorte de provoc, destinée à faire réagir?
Car on ne peut pas imaginer que les auteurs de l'article ignorent la loi...

On ne peut pas parler d'avortement post natal" mais d'"infanticide", ce serait plus exact quant à l'intitulé de ce fil.
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2344
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Teano » mar. 06 mars 2012, 9:45

Isabelle47 a écrit :Merci Teano pour les précisions juridiques.
Il se pourrait alors que cet article de la genethic revue soit une sorte de provoc, destinée à faire réagir?
Car on ne peut pas imaginer que les auteurs de l'article ignorent la loi...

On ne peut pas parler d'avortement post natal" mais d'"infanticide", ce serait plus exact quant à l'intitulé de ce fil.
Chère Isabelle,

J'ignore dans quelle mesure l'article se veut provocateur. En revanche, je peux dire que les scientifiques qui prônent l'autorisation de "l'avortement post-natal" sont des ignorants : en effet, ils ignorent comment naît la personnalité juridique et les conséquences légales que cela emporte.
Ils ignorent le vocabulaire approprié : "meurtre" et non pas "avortement post-natal" (oxymore en réalité).
Ils ignorent également que ce qu'ils proposent s'appelle l'eugénisme, de sinistre mémoire.

On pourrait d'ailleurs s'interroger sur le terme "personnalité potentielle", appliquée à un nouveau-né : à quel moment ces chercheurs considèrent des personnalités potentielles comme des personnalités réalisées ? Sur quels critères ? Ceux qu'ils déterminent eux-mêmes ? Alors on pourrait peut-être envisager que les parents ou la société aient droit de vie et de mort sur les enfants jusqu'à ce qu'ils aient atteint l'âge de raison, par exemple ? Dans les classes, on évaluerait les élèves et ceux qui sont "trop" (intelligents, bêtes, lents, violents, mous), on les avorte post-natalement.

Cet article illustre parfaitement ce que disait notre Rabelais : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme".
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Avatar de l’utilisateur
Enroutepour...
Barbarus
Barbarus

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Enroutepour... » mer. 07 mars 2012, 15:09

Tout simplement, et quels quelqu'en soient les motifs invoqués, parce que c'est un "infanticide".

Autrement dit : un meurtre.

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 986
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par VexillumRegis » jeu. 08 mars 2012, 10:41

En ce qui concerne la vie du nouveau-né, le monde grec et romain, comme le rapporte R. Étienne, n’en ont jamais fait grand cas. « La médecine antique semble avoir fait peu de cas de la vie du nouveau-né. Hippocrate pose comme naturelle la question de savoir « quels enfants il convient d'élever ». Soranos, sans s'émouvoir, définit la puériculture comme l'art de décider « quels sont les nouveau-nés qui méritent qu'on les élève ». Cette impitoyable sélection ne caractérise pas seulement une attitude scientifique, mais également celle d'une société tout entière. En effet, Cicéron, que l'on ne peut accuser d'inhumanité, pensait que la mort d'un enfant se supporte aequo animo (d'une âme égale). Sénèque jugeait raisonnable la noyade des enfants débiles et faibles. Tacite qualifie d'excentrique la coutume des Juifs à ne vouloir supprimer aucun nourrisson ; et quand Justin évoque le respect des chrétiens pour la vie de l'enfant il précise : « fût-il nouveau-né ». »
Source.

Il semblerait cependant que la coutume spartiate consistant à éliminer les nouveaux-nés mal formés soit plus ou moins une légende (ici).

Autre synthèse sur le sujet : Pagans, Christianity, and Infanticide.

- VR -

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2344
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Pourquoi ne pas légitimer l'avortement "post-natal" ?

Message non lu par Teano » jeu. 08 mars 2012, 15:06

VexillumRegis a écrit :
En ce qui concerne la vie du nouveau-né, le monde grec et romain, comme le rapporte R. Étienne, n’en ont jamais fait grand cas. « La médecine antique semble avoir fait peu de cas de la vie du nouveau-né. Hippocrate pose comme naturelle la question de savoir « quels enfants il convient d'élever ». Soranos, sans s'émouvoir, définit la puériculture comme l'art de décider « quels sont les nouveau-nés qui méritent qu'on les élève ». Cette impitoyable sélection ne caractérise pas seulement une attitude scientifique, mais également celle d'une société tout entière. En effet, Cicéron, que l'on ne peut accuser d'inhumanité, pensait que la mort d'un enfant se supporte aequo animo (d'une âme égale). Sénèque jugeait raisonnable la noyade des enfants débiles et faibles. Tacite qualifie d'excentrique la coutume des Juifs à ne vouloir supprimer aucun nourrisson ; et quand Justin évoque le respect des chrétiens pour la vie de l'enfant il précise : « fût-il nouveau-né ». »
Source.

Il semblerait cependant que la coutume spartiate consistant à éliminer les nouveaux-nés mal formés soit plus ou moins une légende (ici).

Autre synthèse sur le sujet : Pagans, Christianity, and Infanticide.

- VR -
La condition des enfants pendant l'Antiquité était très fragile. Le christinaisme a apporté un peu de douceur (dans ce monde de brutes).
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Pathos et 2 invités