Méthode Billings et autres méthodes naturelles

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Invité.
Barbarus
Barbarus

Re: Méthode Billings et autres méthodes naturelles

Message non lu par Invité. » mer. 10 juil. 2019, 12:03

Une auto-correction:
Le foetus atteint de trisomie n'est pas une personne mais aboutira à une personne dont les caractéristiques sont: la conscience de soi et la volonté propre.
Ainsi Pie XII fait prédominer la tare physique et/où psychique qu'est la trisomie, ou autres handicaps, sur l'accès de cet individu à la "personne", image de Dieu, que ces tares n'empêchent pas.

La personne qui, par ailleurs est atteinte de trisomie ou d'autres tares, regrette-elle d'être venue au monde ? et ses parents, le regrettent-ils ?


[….]

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2743
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Méthode Billings et autres méthodes naturelles

Message non lu par Suliko » mer. 10 juil. 2019, 14:28

Bonjour invité,
Je réagis encore aux post de suliko car je vois dans ses citations une moralisation qui est une culpabilisation du désir d'union entre époux, typique du rigorisme de l'époque des citations.
Cela n'a rien à voir avec le prétendu rigorisme de telle ou telle époque. Je pourrais vous citez des extraits des Pères de l'Eglise qui sont exactement sur la même ligne que Pie XII. C'est tout simplement l'enseignement traditionnel de l'Eglise.
- En quoi le mariage empêche-t-il la concupiscence entre époux ?
Il n'est pas écrit que le mariage est la solution miracle et que les époux n'ont pas à faire des efforts sur eux-mêmes...
- En quoi le couple non marié ne peut-il pas s'aider mutuellement ni être capable d'éduquer des enfants ?
Il n'est pas permis de vivre ensemble en dehors du sacrement de mariage.
- eugénisme: Comment voit-on une tare "morale" chez un foetus ?
Certaines maladies sont héréditaires. Donc, si un couple a déjà eu un enfant avec une lourde maladie de ce genre et que les médecins expliquent que les enfants à venir ont une forte chance d'avoir la même maladie, il peut être raisonnable de renoncer à une grossesse ultérieure. Ce n'est pas un péché.
- Chez un Hitler ou un Staline ou un Ho Chi min encore foetus dont aucune biographie ne révèle de même une tare physique ?
Rien à voir avec la question de l'eugénisme soulevée par Pie XII.
- un trisomique encore foetus n'est-il pas une "personne" ?
Evidemment que oui, mais je ne vois pas ce que la trisomie vient faire là-dedans. A ma connaissance, ce n'est pas une maladie héréditaire ( Il ne faut pas confondre génétique et héréditaire). Et Pie XII ne parle pas d'avortement, qui est toujours interdit, mais de certains motifs légitimes pour différer - temporairement ou non - une grossesse.
- un foetus conçu d'un adultère doit-il être éliminé ? Votre réponse à cette question m'intéresse particulièrement.
Bien sûr que non. Je ne sais pas où vous allez chercher toutes vos idées...
Dois-je continuer sur les motifs économiques qui sont aberrants de même ? Et les autres ?
Je crois simplement que vous n'avez pas du tout compris le texte de Pie XII. Il n'y a rien de mal à différer la venue d'un nouvel enfant si la situation économique du couple est catastrophique...

Par contre, je suis déçue que la modération ne juge pas bon de censurer les propos de Samaritaine, qui ne sont clairement pas catholiques, puisque justifiant des actes clairement peccamineux au nom de la conscience.
L’observance du Carême est le lien de notre milice; c’est par elle que nous nous distinguons des ennemis de la Croix de Jésus-Christ. [...] Si cette observance se relâchait, ce serait au détriment de la gloire de Dieu, pour le déshonneur de la religion catholique et le péril des âmes chrétiennes; et sans aucun doute, cette négligence deviendrait la source de malheurs pour les peuples, de désastres dans les affaires publiques, d’infortunes pour les individus. (Benoît XIV)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités