L'efficacité?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

L'efficacité?

Message non lu par pierrot2 » lun. 15 juil. 2019, 0:50

Dans quelle mesure cette valeur est-elle chrétienne, selon vous, svp, lorsque, bien évidement, elle est voulue dans l' axe du bien ? C' est évidement au travail qu' elle peut être jaugée, mais aussi dans la nature, le rythme de chacun,..

S' il est vrai que notre société la valorise, par le diplôme, salaire, culture du résultat, etc.., n' avons nous pas tendance à oublier que nous avons tou(te)s été porté(e)s dans le ventre d'une mère, et que peut-être sont-ce là des moments à ne pas vivre avec le souci de l'efficacité..
De manière plus globale, je vous sollicite surtout, svp, pour me conseiller sur des garde-fous qui éviteraient, en ayant à cœur le souci de l' efficacité, de devenir froid, car c' est l'écueil logique de son culte. (Je ne vise pas non plus le culte de l'inefficacité)

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 589
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: L' efficacité?

Message non lu par Kerygme » lun. 15 juil. 2019, 9:15

Bonjour Pierrot2,


Est-ce dans le cadre professionnel que vous posez cette question ? J'ai une réponse mais dans un cadre pastoral alors je ne suis pas certain que la réponse soit celle que vous attendez car - dans ce sens - l'efficacité, ou plutôt la recherche d'efficacité, n'est pas forcément une valeur chrétienne.

Dans un cadre pastoral il faut faire attention à cette recherche d'efficacité qui, comme vous le soulignez, est valorisée par la société. Non pas qu'elle ne soit pas bien mais les effets espérés à nos actions peuvent aussi être de grandes causes de démotivations. Le pape François l'explique bine mieux que moi au travers d'Evangelii Gaudium.

Mais plutôt que faire un long copier-coller, je vous laisse découvrir au chapitre 2, les "Tentations des agents pastoraux".

Ainsi, la recherche de l'efficacité ne doit pas être un but dans la pastoral. Nous semons et si cela ne germe pas ou pas en abondance (cf à la parabole du semeur) cela ne soit pas être vécu comme un échec personnel ni une démotivation. Il est demandé au semeur de continuer à semer, le Maître de la moisson s'occupera de l'efficacité car c'est lui qui décide ce qui donnera ou non du fruit ... pas nous.




Cordialement.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 489
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: L' efficacité?

Message non lu par cmoi » lun. 15 juil. 2019, 9:27

Pour ma part, je dirai que "juger un arbre à ses fruits" c'est prôner l'efficacité.
Idem en ce qui concerne la théorie de Ste Thérèse de l'enfant Jésus, sur l'ascenseur
Par compte elle est très différente de celle du monde, elle est faite de repos, de concentration et d'amour, de bonnes actions gratuites, de sagesse et d'intelligence.
Atteindre à la sainteté, c'est atteindre à l'efficacité suprême. Cette efficacité ressemble un peu à l'art pour l'art, elle cherche la perfection mais selon des critères qui sont déroutants .
Qui ne veut être exaucé dans ses prières, donc être efficace ? (trêve d'hypocrisie...)
Bien des textes de saints sont des conseils pour atteindre à l'efficacité spirituelle et bien des découragements sont dus à un échec sur ce point.

Combien de vies spirituelles ont été transformées par un simple conseil, alors qu'elles s'étaient enfermées dans des pratiques pieuses pourtant louables qui ne leur apportaient que sécheresse ?
L'efficacité se mesure à la joie, qui est une vertu très évangélique et peut survenir tardivement ou inopinément.
Enfin... Il me semble...

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: L' efficacité?

Message non lu par pierrot2 » mar. 16 juil. 2019, 6:37

Kerygme a écrit :
lun. 15 juil. 2019, 9:15
Est-ce dans le cadre professionnel que vous posez cette question ?
Bonjour Kerygme,
Merci de votre réponse, de vos références..Je suis peu lecteur, donc merci pour votre petit résumé. Oui, c'était pour moi, (et pour ceux(celles) qui se sentiraient concerné(es)) une occasion de chercher, notamment sur un plan professionnel quelles sont les limites qu' il est chrétien de se poser. Un prêtre m' a répondu sagement: "il faut donner sa mesure, toute sa mesure, rien que sa mesure"..Mais je ne suis qu' à demi-satisfait:
En terme de témoignage au regard du devoir d' état, je crois qu'il faut également semer, tout comme en pastorale. Et laisser Celui qui apporte la croissance le faire.. Excusez-moi, le devoir m' appelle

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 489
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: L' efficacité?

Message non lu par cmoi » mar. 16 juil. 2019, 9:40

Il semble donc que j'étais complétement hors sujet, désolé...
Du point de vue du devoir d'état, l'efficacité me semble être un devoir en ce qu'elle permet de gagner du temps pour pouvoir se consacrer davantage et plus à la prière... :oui:

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 589
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: L' efficacité?

Message non lu par Kerygme » mar. 16 juil. 2019, 13:22

pierrot2 a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 6:37
Oui, c'était pour moi, (et pour ceux(celles) qui se sentiraient concerné(es)) une occasion de chercher, notamment sur un plan professionnel quelles sont les limites qu' il est chrétien de se poser.
Bonjour Pierrot2,

Alors dans le cadre professionnel je comprends la réponse du prêtre. Elle peut paraître évasive mais si je devais la synthétiser je dirai que l'efficacité professionnelle au sens chrétien diffère tout de même de celle du monde du travail, elle n'est pas forcément rentabilité.

Par exemple donner sa mesure serait faire selon ses capacités sans manquer à la charité due à vous même, vos collègues, votre patron, votre famille.
C'est accomplir vos tâches ou vos missions du mieux qu'il vous est permis de le faire, sans pour autant en retirer à votre famille de façon exagérée, sans écraser votre collègue dans une compétition ou pour une promotion etc.. bref à la fin de journée être en mesure de faire le point et de vous dire que vous avez fait au mieux pour répondre aux exigences de l'employeur mais surtout le plus honnêtement et équitablement possible sous le regard de Dieu.
Il ne vous est pas demandé de franchir 1m80 si vous ne pouvez que franchir 1m50, rien d'exceptionnel. Mais être à l'heure, ne pas s'adonner à l'absentéisme sans raison valable, accomplir le travail demandé s'il est humainement réalisable, vous rendre disponible pour un autre s'il est moins efficace que vous (forme d'évangélisation), dire à votre patron que vous êtes débordé alors que vous n'êtes occupé qu'à 50% etc... Il n'y a pas de liste exhaustive mais cela relève d'une certaine logique au regard de la charité chrétienne et du devoir d'état.

Le contraire serait de se lancer dans une efficacité de rentabilité, comme faire un nombre important d'heures sup qui priveraient votre famille de votre rôle ou responsabilité de père, idem pour votre devoir envers Dieu. Vous seriez efficace professionnellement mais dans un manque de charité envers vous même et vos proches, pour l'exemple.


Cordialement.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: L' efficacité?

Message non lu par pierrot2 » mar. 16 juil. 2019, 19:02

Kerygme a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 13:22
Il ne vous est pas demandé de franchir 1m80 si vous ne pouvez que franchir 1m50, rien d'exceptionnel. Mais être à l'heure, ne pas s'adonner à l'absentéisme sans raison valable,
Kerygme a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 13:22
accomplir le travail demandé s'il est humainement réalisable,
Rebonjour Kerygme, et encore merci: Les questions se précisent en vous lisant.. Car je suis d' accord avec vous, mais.. voilà comment se pose le problème, donc, plus exactement:
En fait, derrière l' efficacité que je redoute, il y a le souci de perdre le moins de temps possible pour executer la moindre tâche. De ce penchant à s' organiser toujours mieux, n' y aurait-il pas, en germe, un jeu de dupe, qui par un processus psychologique avide d' anéantir l' inefficacité, ferait de celui/celle qui s'y adonne un boulimique, froid sur le plan de la charité, car obsessionnel de l' efficacité? Ce qui est productif matériellement deviendrait alors contreproductif spirituellement. En extrapolant l' évolution de ce phénomène, les échanges humains pourraient vite se réduire, entre ce type de boulimiques, à un rapport comparatif de leur performances organisationnelles, et de leurs résultats respectifs. Comme toute boulimie, elle dépendrait beaucoup de la quantité consommée, et soumettrait son sujet aux aléas d' un éventuel manque, qui le pousserait alors peut-être au caprice par impatience.
Voilà de quoi sont faites mes réticences pour l' efficacité, et je vous remercie encore: vous m' avez aidé à en clarifier (j'espère) le contenu.

Mon questionnement, mieux présenté reste un questionnement: si quelqu'un(e) a des réponses, il/elle est bienvenu(e)

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: L' efficacité?

Message non lu par pierrot2 » mar. 16 juil. 2019, 19:05

Salutations cmoi,
cmoi a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 9:40
Il semble donc que j'étais complétement hors sujet, désolé...
Peut-être n étais-je pas très clair. Le sujet n est pas délimité..
cmoi a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 9:40
pour pouvoir se consacrer davantage et plus à la prière...
Vous posez indirectement la question de la légitimité à vivre sans faire de gaspillage(j'édite pour me corriger: je voulais dire: en se permettant de gaspiller, autrement dit: le gaspillage est il forcément immoral?). Cela me pose question également

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 489
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: L' efficacité?

Message non lu par cmoi » mer. 17 juil. 2019, 9:44

Pierrot2 vous êtes trop aimable, j'avais relu votre message et reconnu y avoir projeté un mien désir, ou plutôt mon contexte propre, et manqué d'écoute... (Je suis personnellement au bord de la retraite, et j'avais oublié... notamment la question que vous soulevez de l'apostolat dans le travail et qui habita mes préoccupations jadis
Heureusement vous avez eu les belles réponses de Kerygme.
Pour vous répondre avec justesse, il faudrait connaître la nature de votre travail et votre âge, approcher l'indiscrétion.
Il me semble de fait que dans un métier commercial, l'efficacité passe par un comportement qui permet d'y faire facilement passer des valeurs chrétiennes, et même de les promouvoir à condition d'être habile (cela se travaille).
Dans un emploi plutôt de bureau (vous en semblez plus proche) ou d'usine (à vous lire, je brûlerai ? Mais certains métiers d'informatique ou d'études, d'artisanat, par exemple, peuvent aussi en avoir la problématique) le problème est différent.
Quoi qu'il en soit je crois important de se ménager des pauses de recentrement sur la prière (= relation à Dieu, simplement) comme d'autres s'en accordent pour fumer. Et d'enfermer l'efficacité dans un cadre humain sécuritaire sans en perdre la finalité humaine.
Faire "de son mieux" son travail contient nécessairement une donnée d'efficacité, qui à vous lire semble pour vous tenir beaucoup à la productivité, ce qui n'est pas toujours la même chose.
L'échange dans el travail n'est pas toujours dans l'interaction humaine, où elle ne peut être qu'indirecte ou à distance et donner à l'efficacité une valeur d'acte charitable, elle peut être avec une machine, une administration, un ordinateur, etc.
Vous évoquez aussi la compétitivité en rivalité indirecte, si je ne me trompe...?

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 589
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: L' efficacité?

Message non lu par Kerygme » mer. 17 juil. 2019, 9:52

pierrot2 a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 19:02
En fait, derrière l' efficacité que je redoute, il y a le souci de perdre le moins de temps possible pour exécuter la moindre tâche. De ce penchant à s' organiser toujours mieux, n' y aurait-il pas, en germe, un jeu de dupe, qui par un processus psychologique avide d' anéantir l' inefficacité, ferait de celui/celle qui s'y adonne un boulimique, froid sur le plan de la charité, car obsessionnel de l' efficacité? Ce qui est productif matériellement deviendrait alors contreproductif spirituellement. En extrapolant l' évolution de ce phénomène, les échanges humains pourraient vite se réduire, entre ce type de boulimiques, à un rapport comparatif de leur performances organisationnelles, et de leurs résultats respectifs. Comme toute boulimie, elle dépendrait beaucoup de la quantité consommée, et soumettrait son sujet aux aléas d' un éventuel manque, qui le pousserait alors peut-être au caprice par impatience.
Bonjour Pierrot2,

Je comprends et il y a des choix à faire et parfois des situations qui peuvent paraître antagonistes.
Pour moi, on peut rester efficace sans devenir une machine, sans sombrer dans le "faire" et perdre de vue l'humain. Mais cela demande aussi un discernement et notamment dans des choix professionnels ou personnels.

Etre efficace dans son travail est un devoir chrétien, mais l'être au détriment de soi-même ou des autres ne l'est plus. Il faut garder Dieu en référence et voir ce qui est possible, ou donné de faire, sans se réfugier forcément derrière une consigne, un ordre.

Pour le côté collectif, si vous avez des responsabilités d'encadrement, il est toujours préférable d'avoir un chrétien même dans la sanction - parfois nécessaire - qu'un pure carriériste sans morale chrétienne. Il est possible de démontrer qu'un esprit de cohésion a plus d'efficacité qu'un chronométrage d'un poste X à un moment Y. Mais cela ne se voit que sur la durée, un bilan annuel par exemple lorsque cela se mesure par un absentéisme moindre et une efficacité au minimum similaire aux autres. Notamment parce que vos équipes répondent présentes lors de pics d'activités au lieu de vous envoyer un arrêt de travail. Et croyez moi là on commence à regarder vers "l'efficacité" du carriériste qui sans avoir de meilleurs résultats a aboutit à un absentéisme conséquent, une usure de ses équipes, une absence de cohésion. Tout cela pour dire que l'obsessionnel de l'efficacité, s'il ne voit que ce côté précis en perdant de vue la vraie force d'une entreprise : son personnel, ne pourra donner le change que face à un autre obsessionnel sur lequel il aurait de meilleur résultats. Face à une autre forme d'efficacité en général il part ailleurs car il s'épuise lui-même et supporte difficilement que ce ne soit pour rien.

j'ai un exemple précis en tête, j'ai dans mes équipes et comme partout je l'espère, un comique de service. Alors certes quand il part dans des histoires ou délires burlesques on pourrait considérer qu'il perd en efficacité. Et pourtant par cette ambiance, ce relâchement qu'il génère il apporte à sa façon une autre forme d'efficacité : un bien qui n'est pas quantifiable en terme de rendement mais qui y participe. Cela c'était pour dire qu'on peut voir de l'efficacité ailleurs que dans la rentabilité.

Vous faites référence à la boulimie, c'est plus un problème psychologique ou d'addiction qu'une conséquence de recherche d'efficacité. Elle peut être la conséquence de l'amour de la performance, et donc indirectement de soi-même. Et quand on se regarde, on ne voit pas les autres.

On pourrait en parler bien plus longtemps mais, en ce qui me concerne, l'efficacité professionnel pour le chrétien n'est pas forcément que dans l'application stricte de ce qu'on lui demande. Elle peut être un équilibre entre des choix, des solutions alternatives aux demandes hiérarchiques (qui pensant différemment ne pense pas forcément à tout), également être "force de proposition" (pour utiliser la terminologie en vogue)... et je pense que cet équilibre ne peut se faire qu'avec d'autres, en union avec la hiérarchie et les collaborateurs et non par autocentrisme, sinon bienvenue le burn out ! A nous d'essayer d'être ce maillon unificateur ou d'être un pont comme le dirait probablement le pape François.

Bien entendu c'est un avis personnel, basé sur mon expérience professionnelle, et n'est pas forcément représentatif de toute la réalité.


Cordialement.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: L' efficacité?

Message non lu par pierrot2 » mer. 17 juil. 2019, 18:33

cmoi a écrit :
mer. 17 juil. 2019, 9:44
à vous lire semble pour vous tenir beaucoup à la productivité,
Ce n est pas exactement ce qui me chagrine, la productivité fait simplement se dépenser celui ou celle qui s y adonne. Il n a pas nécessité d instaurer des réflexes pour être productif. A toutes les époques l homme l a été. Mais c'est bien la culture de l automatisme dont je me méfie. N y aurait-il pas risque de s enliser dans des habitudes matérialistes en cherchant l efficacité, et de négliger en proportion l attention que la charité devrait peut-être nous inciter à porter à l improduction?
Pourquoi encombrer le bébé d un doudou? Si vous voyez ce que je veux dire..
Pourquoi emmener les enfants dans une aire de jeu?
Je soupçonne la personne efficace de trouver cela fastidieux. Voyez aussi ce que je dis à Kerygme.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: L' efficacité?

Message non lu par pierrot2 » mer. 17 juil. 2019, 19:02

Bonsoir Kerygme,
ceci fait suite à ce que j' ai écrit à cmoi:
C' est peut-être sur un plan plus humain que je vais exprimer cela, en prolongement de l' éclairage que je donnais de mon questionnement:

Le collier de nouille d' un enfant pour en faire cadeau à sa mère devient de plus en plus démodé, comme l' humoriste le laisse entendre.
N' est-ce pas là le plus triste exemple de ce que nous devenons lorsque nous investissons trop l' efficacité?

Je crois que c' est peut-être l' illustration de ce que je voulais dire: Si nous sommes handicapés au point de ne plus apprécier ce geste aussi merveilleux qu' improductif, qu'un enfant peut faire pour montrer son attachement, c'est peut-être que nous adulons trop l' efficacité pour être touché par ce comble d' inutilité qu' est le collier de nouille.
Kerygme a écrit :
mer. 17 juil. 2019, 9:52
Vous faites référence à la boulimie, c'est plus un problème psychologique ou d'addiction qu'une conséquence de recherche d'efficacité. Elle peut être la conséquence de l'amour de la performance, et donc indirectement de soi-même. Et quand on se regarde, on ne voit pas les autres.
Vous n' avez pas tort, cela illustre bien ce que je viens d' écrire. J' essaie sans doute de m' épargner cela. Merci en tout cas de nouveau pour vos pertinentes remarques

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 589
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: L' efficacité?

Message non lu par Kerygme » jeu. 18 juil. 2019, 8:53

pierrot2 a écrit :
mer. 17 juil. 2019, 19:02
Le collier de nouille d' un enfant pour en faire cadeau à sa mère devient de plus en plus démodé, comme l' humoriste le laisse entendre.
N' est-ce pas là le plus triste exemple de ce que nous devenons lorsque nous investissons trop l' efficacité?
Bonjour Pierrot2,

Juste une réflexion sur ce passage sous la forme interrogative.
Ce peut être dû aussi que dans notre société matérialiste on attache plus d'intérêt à la forme qu'au fond. Que la laideur ou l'inutilité de l'objet ne passe devant l'intention qui allait avec cet objet.

Mais à titre personnel pour avoir des colliers de nouilles puis de perles quand j'étais petit, je trouvais également blessant que ma mère ne les mette pas de temps à autres.


Cordialement.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 489
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: L' efficacité?

Message non lu par cmoi » jeu. 18 juil. 2019, 8:55

L'efficacité doit savoir à mon sens améliorer les conditions de travail:
Dans le rapport avec les autres, en n'étant pas un "boulet" !
En automatisant les tâches les moins valorisantes et dégageant ainsi une disponibilité qui privilégie les autres.

Il est vrai, c'es tout le problème de la révolution industrielle, qu'il faudra attendre notre ère pour que ces automatismes soient le plus possible pris en charge par la machine et rendent à l'homme sa virtualité de roseau pensant sous le vent et le charme des parfums qui voyagent...

Mais ne pensez-vous pas qu'un travail de robot donne d'autant plus l'envie et l'aspiration à autre chose, plutôt que de rendre 'boulimique'... Je dirai que cela rend esclave, sauf les petits-chefs (sinon de leur passions égoïstes et avantages)

Le rôle d 'un chef est d'organiser le travail de sorte à éviter les injustices, donner pour chacun le plus de "sens" à son travail.

Et puis je pense à certains travails de bureau.. la CAF et la CPAM sont très fort pour être inefficaces sans l'aide de machines : sur un dossier où il y a plusieurs "anomalies", ne les indiquer qu'une par une et multiplier les échanges, ou dire "je vous l'ai déjà dit dans mon courrier du..." et ne pas rappeler la réponse, etc.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 807
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: L' efficacité?

Message non lu par pierrot2 » jeu. 18 juil. 2019, 19:51

Kerygme a écrit :
jeu. 18 juil. 2019, 8:53
Mais à titre personnel pour avoir des colliers de nouilles puis de perles quand j'étais petit, je trouvais également blessant que ma mère ne les mette pas de temps à autres.
Vous êtes donc comme le plus grand nombre devenu très tôt ce qu'on appelle un adulte, je suppose. Je crois que l'on dilapide quelque chose de précieux, la sensibilité. A adorer or ou argent, on finit par mépriser l'essentiel, l' authentique; c' est probablement un même mécanisme qui rend avare ou hautain..
La parabole des invités à la noce parle d' un festin auxquels les invités se dérobent, pour aller à son champ ou à son commerce. Quel est donc la raison pour laquelle ces invités semblent préférer leurs efforts -pour gagner plus, probablement-, plutôt que d' accepter une invitation -une détente- qui ne coûte rien, qui est gratuite? Sans doute se réjouir à ces noces leur coûte-t-il pourtant davantage, mais quoi?
Y a-t-il gratification des invités, comme ils peuvent espérer en tirer de leur activités au champ ou au commerce, ou ceux-ci devront-il au contraire produire des sentiments authentiques de joie par procuration, des félicitations bienveillantes, en gratifiant les époux?

J'ignore comment vous avez géré votre peine, enfant. Il me semble en tout cas que la personne qui se fait une raison en pareil cas se fait un tort difficile à ne pas propager, ni répercuter, et je serais hésitant à faire de cette personne un modèle de maturité, comme il est fréquent de voir. Toujours le doute, en tout cas, de perdre en joie de vivre ce que l'on amasse en efficacité (Je m' aperçois que je plagie un peu une chanson connue : "j' ai perdu le sens de l'humour depuis que j' ai le sens des affaires")

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités