La notion de péché et la sexualité

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Cinci » mar. 25 févr. 2020, 18:02

Pourquoi l'Église fait-elle si grand cas de la chasteté ?

par

P. Frédéric Louzeau,
professeur de théologie à la faculté
Notre-Dame aux Bernardins
et vicaire à la paroisse
Saint-François de Molitor à Paris

Ici :

"J'aimerais d'abord réagir à la manière dont la question est formulée. Je ne suis pas sûr que l'Église fasse si grand cas de la chasteté ! Si on ouvre le Catéchisme de l'Église catholique, on trouve deux pages sur la chasteté, dans la troisième partie consacrée à l'éthique chrétienne, c'est à dire la façon de vivre l'Évangile. C'est plutôt l'opinion commune qui fait grand cas de la chasteté, en ne retenant du discours de l'Église que les questions d'éthique sexuelle.

La chasteté est tout de même difficile à comprendre. Dans les Actes des Apôtres, à la fin de sa vie, saint Paul est prisonnier à Césarée. Le gouverneur Félix, et sa femme, font venir Paul pour qu'il leur parle de la foi chrétienne. Paul parle, ils sont fascinés, et vient un moment ou Paul se met à discourir sur la justice, la chasteté et le jugement à venir. A ce moment-là, Félix prend peur et stoppe la catéchèse de Paul. Ce n'est pas d'aujourd'hui que la chasteté est l'un des points les plus difficiles de l'enseignement du christianisme.

En fait, il y a un problème de vocabulaire. Dans l'oreille commune, quand on entend "chasteté", on comprend l'abstinence sexuelle. Or quand l'Église parle de chasteté , elle parle d'une vertu morale qui s'adresse à tous, pas seulement aux religieux. Le voeu de chasteté chez les moines et les moniales se prononce dans le cadre du célibat consacré. Mais qu'on soit célibataire consacré ou non, que l'on soit époux ou épouse, la chasteté nous concerne tous. C'est une disposition intérieure que l'on acquiert ou que l'on perd progressivement dans sa vie, selon les actes, chastes ou non chastes, que l'on pose.

Si je devais résumer ce qu'est la chasteté, je dirais que c'est une vertu qui règle et harmonise les rapports entre les personnes, notamment les rapports d'affection, d'amour ou d'amitié. C'est une vertu qui nous aide à considérer chaque être que nous rencontrons, avec qui nous parlons, comme une personne dont on ne peut pas se saisir. C'est considérer la personne non pas comme un objet que l'on pourrait utiliser pour son plaisir, mais comme un sujet unique, doté de liberté.

Cela signifie qu'on ne peut aborder l'autre, même dans l'étreinte sexuelle entre époux, qu'avec un immense respect pour le mystère qu'il constitue. Quand nous ne développons pas cette vertu en nous, nous utilisons les personnes que nous rencontrons, et même notre femme, notre mari, nos enfants ...

Une mère de famille peut être non chaste avec ses enfants. Les parents peuvent, par des questions indiscrètes, entrer dans l'intimité de l'enfant, dans sa vie affective ou amoureuse.

Cette vertu de chasteté est essentielle à développer, parce qu'elle permet de nouer des relations d'amitié ou d'amour justes, belles, épanouissantes. Si on ne la développe pas, très rapidement, on ne peut plus entretenir de relation désintéressée avec personne. C'est le début de l'enfer, parce qu'on ne peut plus mettre en oeuvre cette vocation profonde qui est la nôtre, d'être des êtres de communion.

[...]


En tant que prêtre, je n'ai pas prononcé le voeu de chasteté, mais je suis appelé à la vivre avec toutes les personnes qui m'entourent. C'est capital. Littéralement, le prêtre prononce un voeu de célibat. Il ne se mariera pas, par amour pour le Seigneur Jésus. Mais la question de la chasteté n'en est pas moins importante pour lui, d'abord parce que n'étant pas ermite, il croise des hommes et des femmes. Comme être humain et comme chrétien, le prêtre doit développer cette relation ajustée avec les personnes qu'il rencontre. Et, parce qu'il est pasteur, il lui faut d'autant plus veiller à respecter chaque personne dans le mystère de son être, parce qu'on attend du prêtre qu'il soit un autre Christ, qui ne met pas la main sur les gens pour son profit personnel, mais les conduit dans le mystère de Dieu, dans ce regard que Dieu pose sur eux et qui est unique. Le prêtre est, je crois, dans la communauté ecclésiale, l'un des plus concernés par la question de la chasteté. D'autant plus qu'il est en position d'autorité pastorale.

La théologie morale dit que l'on progresse dans cette vertu en exerçant davantage ses actes de chasteté, en commençant par exemple par baisser le regard devant certaines personnes, ce qui est tout simple. Et puis on progresse aussi dans la prière et dans les sacrements, à travers lesquels la grâce du Christ nourrit de l'intérieur. Par exemple, en contemplant dans la prière comment Jésus regardait les femmes, comment il se comportait avec elles, sa délicatesse vis à vis de la Samaritaine. Pour moi, prêtre, faire souvent cette contemplation est essentielle. C'est la chasteté du Christ qui, à travers la prière, la communion, la confession, vient investir de sa présence ma propre chasteté toujours défaillante et fragile. A mes yeux, ce qui nourrit le plus une vertu morale, c'est la contemplation de l'humanité du Christ."

Tiré de :

P. Frédéric Louzeau, "Pourquoi l'Église fait-elle si grand cas de la chasteté ?" in Sophie de Villeneuve (dir.), Y a-t-il un catho dans la salle ?, Bayard Éditions, 2017, p. 96

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par la Samaritaine » mar. 25 févr. 2020, 23:21

Cinci a écrit :
mar. 25 févr. 2020, 18:02

Si je devais résumer ce qu'est la chasteté, je dirais que c'est une vertu qui règle et harmonise les rapports entre les personnes, notamment les rapports d'affection, d'amour ou d'amitié. C'est une vertu qui nous aide à considérer chaque être que nous rencontrons, avec qui nous parlons, comme une personne dont on ne peut pas se saisir. C'est considérer la personne non pas comme un objet que l'on pourrait utiliser pour son plaisir, mais comme un sujet unique, doté de liberté.

Cela signifie qu'on ne peut aborder l'autre, même dans l'étreinte sexuelle entre époux, qu'avec un immense respect pour le mystère qu'il constitue. Quand nous ne développons pas cette vertu en nous, nous utilisons les personnes que nous rencontrons, et même notre femme, notre mari, nos enfants ...

Une mère de famille peut être non chaste avec ses enfants. Les parents peuvent, par des questions indiscrètes, entrer dans l'intimité de l'enfant, dans sa vie affective ou amoureuse.

Cette vertu de chasteté est essentielle à développer, parce qu'elle permet de nouer des relations d'amitié ou d'amour justes, belles, épanouissantes. Si on ne la développe pas, très rapidement, on ne peut plus entretenir de relation désintéressée avec personne. C'est le début de l'enfer, parce qu'on ne peut plus mettre en oeuvre cette vocation profonde qui est la nôtre, d'être des êtres de communion.
Très beaux propos : c'est tout à fait ma définition et ma vision de la chasteté.

Samaritaine0

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 267
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par apatride » mer. 26 févr. 2020, 0:06

la Samaritaine a écrit :
mar. 25 févr. 2020, 23:21
Cinci a écrit :
mar. 25 févr. 2020, 18:02

Si je devais résumer ce qu'est la chasteté, je dirais que c'est une vertu qui règle et harmonise les rapports entre les personnes, notamment les rapports d'affection, d'amour ou d'amitié. C'est une vertu qui nous aide à considérer chaque être que nous rencontrons, avec qui nous parlons, comme une personne dont on ne peut pas se saisir. C'est considérer la personne non pas comme un objet que l'on pourrait utiliser pour son plaisir, mais comme un sujet unique, doté de liberté.

Cela signifie qu'on ne peut aborder l'autre, même dans l'étreinte sexuelle entre époux, qu'avec un immense respect pour le mystère qu'il constitue. Quand nous ne développons pas cette vertu en nous, nous utilisons les personnes que nous rencontrons, et même notre femme, notre mari, nos enfants ...

Une mère de famille peut être non chaste avec ses enfants. Les parents peuvent, par des questions indiscrètes, entrer dans l'intimité de l'enfant, dans sa vie affective ou amoureuse.

Cette vertu de chasteté est essentielle à développer, parce qu'elle permet de nouer des relations d'amitié ou d'amour justes, belles, épanouissantes. Si on ne la développe pas, très rapidement, on ne peut plus entretenir de relation désintéressée avec personne. C'est le début de l'enfer, parce qu'on ne peut plus mettre en oeuvre cette vocation profonde qui est la nôtre, d'être des êtres de communion.
Très beaux propos : c'est tout à fait ma définition et ma vision de la chasteté.

Samaritaine0
J'aurais pu écrire la même chose, chère Samaritaine.

Merci à Cinci pour ce partage.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4453
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Kerniou » mer. 26 févr. 2020, 11:03

Très beaux propos, en effet ... et si respectueux de l'autre ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Senator
Senator
Messages : 966
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Pathos » mer. 26 févr. 2020, 14:15

Faut-il ne pas tomber amoureux ?
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par la Samaritaine » mer. 26 févr. 2020, 17:32

Pathos a écrit :
mer. 26 févr. 2020, 14:15
Faut-il ne pas tomber amoureux ?
Quelle question étrange Pathos !!

Vous savez bien qu'on ne choisit pas de tomber amoureux ou pas. Ou voulez-vous en venir ?

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Senator
Senator
Messages : 966
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Pathos » mer. 26 févr. 2020, 19:47

la Samaritaine a écrit :
mer. 26 févr. 2020, 17:32
Pathos a écrit :
mer. 26 févr. 2020, 14:15
Faut-il ne pas tomber amoureux ?
Quelle question étrange Pathos !!

Vous savez bien qu'on ne choisit pas de tomber amoureux ou pas. Ou voulez-vous en venir ?

Samaritaine
Et bien à lire le code de chasteté plus haut on a l'impression que tout est dans la retenue..
Oui on ne choisi pas de tomber amoureux mais on peut très bien freiner une passion naissante..
Dernière modification par Pathos le jeu. 27 févr. 2020, 0:39, modifié 1 fois.
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Cinci » jeu. 27 févr. 2020, 0:07

En même temps : il ne faudrait pas perdre de vue ce qu'exprimait déjà un Pascal Bruckner.


« Le nouveau puritanisme ne diabolise plus la femme, mais l’homme » (Pascal Bruckner)

https://eromakia.fr/index.php/2018/03/0 ... is-lhomme/

Il faut lire l'article au complet.

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par la Samaritaine » jeu. 27 févr. 2020, 16:52

Fantastique Pascal Bruckner !!

ça ne donne pas envie de vivre aux Etats Unis ….

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 89
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Grégory » jeu. 16 avr. 2020, 14:09

Pathos a écrit :
mer. 26 févr. 2020, 14:15
Faut-il ne pas tomber amoureux ?
"j'ai des sentiments en bas ? " :non:
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4453
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Kerniou » ven. 17 avr. 2020, 11:07

Pourquoi ne pas faudrait-il pas tomber amoureux ?
Il arrive parfois que ce soit l'amour qui vous tombe dessus ...
Je trouve dommage que l'expression "tomber amoureux" associe l'amour à la chute ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Thurar
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Thurar » mer. 22 avr. 2020, 17:24

Le mariage est avant tout une question d'intérêts (ce qui n'est pas mal en soi) : pour pouvoir prendre une femme et élever des enfants dans de bonnes conditions, il faut d'abord en avoir les moyens.
Or dans notre société libérale/bourgeoise, basée sur l'exploitation et l'extorsion, je pense que c'est un privilège de pouvoir se marier. Alors je ne comprends pas tellement pourquoi ce serait plus moral d'avoir des relations intimes dans les liens du mariage, puisque dans les deux cas c'est une situation inique ? C'est mon point de vue en tout cas. Moi aussi je projetais de me marier, mais quand j'y réfléchis, j'ai l'impression que je vais devoir faire des compromissions si je me marie.

St Paul nous dit dans l'épître aux Corinthiens :
Tu es marié? ne cherche pas à te séparer de ta femme. Tu n’as pas de femme? ne cherche pas à te marier. Si cependant tu te maries, ce n’est pas un péché; et si une jeune fille se marie, ce n’est pas un péché. Mais ceux qui choisissent cette vie y trouveront des épreuves, et c’est cela que moi, je voudrais vous éviter.
Dernière modification par Thurar le mer. 22 avr. 2020, 23:11, modifié 1 fois.

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2988
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Jean-Mic » mer. 22 avr. 2020, 18:54

Thurar a écrit :
mer. 22 avr. 2020, 17:24
C'est mon point de vue en tout cas. Moi aussi je projetais de me marier, mais quand j'y réfléchis, j'ai l'impression que je vais devoir faire des compromissions si je me marie.
J'ai de la peine à vous suivre.
Êtes-vous amoureux ? Si oui, c'est une question à vous poser à deux : Nous projetions de nous marier, etc.
Si non, comment peut-on se poser une telle question sans savoir avec qui ? Ça n'a aucun sens !

Thurar
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Thurar » mer. 22 avr. 2020, 19:11

Jean-Mic a écrit :
mer. 22 avr. 2020, 18:54
Thurar a écrit :
mer. 22 avr. 2020, 17:24
C'est mon point de vue en tout cas. Moi aussi je projetais de me marier, mais quand j'y réfléchis, j'ai l'impression que je vais devoir faire des compromissions si je me marie.
J'ai de la peine à vous suivre.
Êtes-vous amoureux ? Si oui, c'est une question à vous poser à deux : Nous projetions de nous marier, etc.
Si non, comment peut-on se poser une telle question sans savoir avec qui ? Ça n'a aucun sens !
Pour moi le fait d'être amoureux, ce qu'on appelle l'amour-passion, n'a rien à voir. Je pense qu'il faut d'abord avoir une ''situation'' comme on dit, avant d'envisager de se marier.
On ne se marie pas avec une personne parce qu'on est amoureux d'elle ; c'est ce que font beaucoup de gens et malheureusement, il n'y a jamais eu autant de divorces qu'aujourd'hui (plus d'un couple sur deux).

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1687
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La notion de péché et la sexualité

Message non lu par Altior » jeu. 23 avr. 2020, 7:48

Thurar a écrit :
mer. 22 avr. 2020, 17:24
j'ai l'impression que je vais devoir faire des compromissions si je me marie.
Eh, oui, Thurar, ça c'est sûr. Pourtant, afin que vous soyez soulagé lorsque vous pensez à ça, demandez-vous combien de «compromissions» votre femme devra faire aussi...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités