Homosexualité

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
jmciotat
Civis
Civis
Messages : 9
Inscription : jeu. 10 juil. 2008, 5:33
Localisation : La Ciotat - France - 13

Re: Homosexualité

Message non lu par jmciotat » lun. 05 janv. 2009, 2:27

Raistlin a écrit : J'ai ce que l'Eglise appelle des "tendances homosexuelles". Avant ma conversion, j'ai vécu avec des hommes et j'ai été, je le pense, assez heureux.

Lorsque je me suis converti au Christ, j'ai accepté la volonté de Dieu et j'ai renoncé aux pratiques homosexuelles. Au début, je pensais que ça allait être très dur, et tout ceux à qui j'en parlais trouvaient ça intenable. Résultat : ça fait plus d'un an que je vis ma sexualité conformément au chemin que m'indique l'Eglise.

Suis-je heureux ? Plus que je ne l'ai jamais été. Le fait d'offrir ma sexualité malade au Christ, de Le suivre et de Lui faire confiance me fait vivre cette abstinence dans la joie et la paix.

Oui, je peux en témoigner : Dieu ne nous demande rien d'impossible, si tant est qu'on accepte de le faire par amour pour Lui. Comme le dit l'adage : Dieu donne ce qu'Il ordonne.
J'ai renoncé à une sexualité désordonnée par amour pour Dieu : c'est une source de joie infinie.
Vous avez renoncé à une sexualité désordonnée. OK, je trouve cela courageux. Mais avez-vous trouvé un équilibre pour votre affectivité ? Arrivez-vous à contrôler également votre coeur ?

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Homosexualité

Message non lu par Raistlin » lun. 05 janv. 2009, 12:27

Bonjour,
jmciotat a écrit :Vous avez renoncé à une sexualité désordonnée. OK, je trouve cela courageux. Mais avez-vous trouvé un équilibre pour votre affectivité ? Arrivez-vous à contrôler également votre coeur ?
Qu'entendez-vous par "équilibre pour votre affectivité" ? J'avoue que ça ne me parle pas beaucoup...

Disons que, dans les faits, ça fait plus d'un et demi que je vis dans le célibat et l'abstinence et les effets sont les suivants :
- Pas de frustration
- Pas de désirs compulsifs à réprimer se traduisant par une tension intérieure permanente
- Pas de sentiment de manque affectif perceptible (comment cela se pourrait alors que je vis avec l'amour de Dieu dans le coeur ? :coeur: )
- Pas de rêves érotiques fréquents traduisant une sexualité réprimée
- Bien évidemment, mon regard se pose parfois sur certains avec quelques pensées impures, mais rien d'insurmontable ou de difficile à maîtriser.

J'espère que ces "symptômes" répondront à votre question.

Petite précision : j'ai le sentiment de vivre cet état dans la joie et la facilité, c'est vrai. Mais je suis lucide : ce ne sont pas mes propres forces qui sont à l'oeuvre mais la main du Seigneur.
Car au tout début, je l'avoue, les pulsions étaient dures à réprimer. Mais après avoir prié le Seigneur de me donner la force de faire Sa volonté, tout s'est pacifié.

Fraternellement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2325
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: Homosexualité

Message non lu par Sapin » lun. 05 janv. 2009, 15:56

Je vais me permettre un simple commentaire, en lisant cet excellent témoignage de Raistlin sur notre forum.

Cela contraste beaucoup avec la mentalité d'aujourd'hui dans nos sociétés qui encouragent les gens à vivre selon ses pulsions, ses passions sans se poser de questions. Inversement et je crois que Raistlin le démontre très bien: nous sommes appelés à «être plus» et «être plus» implique un dépassement de soi, une transformation de tout son être, il faut savoir faire des choix dans la vie, et faire des choix impliquent nécessairement des renoncements, des sacrifices, agir ainsi c'est rendre tout notre être disponible à la grâce de Dieu et à son amour, et ainsi nous transformer.

Le gros problème aujourd'hui, est de s'imaginer que la sexualité est un élément essentiel dans la vie, et doit être au centre de toute vie humaine, et de vivre cette sexualité selon nos pulsions et sentiments sans se poser de questions, que sans elle, une vie est gâchée et finie. L'Église et l'Évangile nous enseignent autre chose, elle nous invite à un idéal, nous dépasser soi-même, que notre vie a un sens et est sacrée.

Merci Raistlin pour ce très beau témoignage.

In Xto
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Homosexualité

Message non lu par Invité » mer. 14 janv. 2009, 16:23

Mais que faites vous, et je suis sur que ce cas est fréquent, des homos catholiques, et qui sont épanouis dans leur sexualité, dans leur couple? Où est le problème?

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Homosexualité

Message non lu par Raistlin » mer. 14 janv. 2009, 16:32

Touriste a écrit :Mais que faites vous, et je suis sur que ce cas est fréquent, des homos catholiques, et qui sont épanouis dans leur sexualité, dans leur couple? Où est le problème?
Le problème est que l'épanouissement personnel n'est pas un critère pour déterminer ce qui est bien ou mal.

Et en tant que catholiques, nous faisons confiance à la Parole de Dieu.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Homosexualité

Message non lu par Théophane » mer. 14 janv. 2009, 18:29

Le problème c'est qu'aujourd'hui un grand nombre de personnes a une conception réductrice de la sexualité. Elle est perçue avec une vision à court terme parce qu'elle n'est plus rien d'autre que la recherche de la solution la plus satisfaisante aux désirs qui se présentent à l'individu ; son but est seulement d'assouvir des pulsions de la façon la plus immédiate possible.

Beaucoup ont également une approche très individualiste de la sexualité car leur personne devient la seule référence dans ce domaine. C'est de cette façon que de plus en plus on considère comme un droit de l'individu de décider lui-même ce qu'il doit mettre à l'intérieur de sa sexualité, de décider quel doit être son contenu.

Bien sûr il est important de respecter la liberté personnelle de chacun, mais on peut se demander si une telle évolution n'est pas néfaste. C'est d'ailleurs cette conception des choses qui tend à mettre toutes les formes de pratique sexuelle sur un pied d'égalité, voire à les transformer en des droits qu'il faut défendre et en fonction desquels les États doivent adapter leur législation (l'Espagne illustre bien cela je crois).

On peut dire aussi que la sécularistion des sociétés occidentales a entraîné une certaine désacralisation de la sexualité qui n'est plus perçue comme un don venant de Dieu mais comme une source de plaisir personnel. Je trouve cela profondément égoïste. Si vous m'excusez l'expression triviale, elle est réduite à être un plaisir solitaire à deux.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Homosexualité

Message non lu par Mac » jeu. 15 janv. 2009, 7:28

Bonjour,
Mais que faites vous, et je suis sur que ce cas est fréquent, des homos catholiques, et qui sont épanouis dans leur sexualité, dans leur couple? Où est le problème?

Vous posez la bonne question: où est le problème?

Il y a quatre problèmes
Des homos catholiques: lisez l'évangile vous verrez que vous ne pouvez pas associer ces mots.
Epanouis: vous satisfaites un "besoin" charnel par un acte contre nature. Vous n'êtes pas épanoui. La sexualité dans un couple : c'est une femme et un homme. Ca ne vous saute pas aux yeux qu'un homme et un homme c'est pas normal ?
"je suis sur que ce cas est fréquent" : "il y aura beaucoup d'appelés et peu d'élus" dit le Seigneur

Si je vous dis que je vis avec un animal, je suis sûr que ce cas est fréquent, que je suis épanoui dans ma sexualité, dans mon couple et de plus je suis catholique, vous n'allez quand même pas me dire: "c'est super" parce que je trouve de mon côté que je suis épanoui, et que en plus je pense dans mon ignorance que cela plait au Seigneur.

Que le Seigneur Jésus-Christ compatissant vous bénisse et vous ouvre les yeux.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Homosexualité

Message non lu par Théophane » jeu. 15 janv. 2009, 15:00

Une question de terminologie me semble assez importante. J'ai lu dernièrement que l'Église catholique préférait parler des "personnes homosexuelles" plutôt que des "homosexuels". Le deuxième terme introduit en quelque sorte l'idée que ces individus se définissent avant tout par leur sexualité. Or, la sexualité, qu'elle soit normale ou pas, ne constitue qu'une partie de la personnalité humaine, et non son ensemble.

De façon générale je suis assez d'accord avec le message ci-dessus. Je ne pense pas que la satisfaction d'un désir, qu'il soit légitime ou, comme c'est le cas pour l'homosexualité, qu'il soit contre nature, soit une condition nécessaire et suffisante pour l'épanouissement. Cela revient à dire que le bonheur s'obtient exclusivement par le plaisir, ce qui est totalement faux. Le seul bonheur c'est l'amitié avec Dieu.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Homosexualité

Message non lu par coeurderoy » jeu. 15 janv. 2009, 16:51

Théophane a écrit :Une question de terminologie me semble assez importante. J'ai lu dernièrement que l'Église catholique préférait parler des "personnes homosexuelles" plutôt que des "homosexuels". Le deuxième terme introduit en quelque sorte l'idée que ces individus se définissent avant tout par leur sexualité. Or, la sexualité, qu'elle soit normale ou pas, ne constitue qu'une partie de la personnalité humaine, et non son ensemble.
J'approuve entièrement : il est terriblement réducteur de se présenter ainsi "je suis un homosexuel" comme il est stupide de dire "l'homosexuel du 3ème étage" - ou "le couple hétérosexuel du R.D.C" : rappelons-le une fois de plus nous sommes avant tout des personnes et spécialement des enfants de Dieu (ayant telle ou telle tendance) d'où la justesse de l'Eglise parlant de "personnes homosexuelles". Le mot devrait toujours rester adjectif car on ne réduit évidemment pas l'identité d'une personne à son orientation sexuelle.
Cordialement
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

ximatt
Censor
Censor
Messages : 91
Inscription : mer. 11 juin 2008, 14:56

Re: Homosexualité

Message non lu par ximatt » jeu. 15 janv. 2009, 21:59

Cette "pudeur verbale" m'intrigue.
Le fait de dire "un français, un professeur, un catholique, un socialiste, un brun, un gourmand", etc, ne limite pas celui qu'on désigne à la caractéristique utilisée. Et en tout cas, ça n'offusque personne (y compris l'Église) si le contexte n'est pas péjoratif.

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Homosexualité

Message non lu par coeurderoy » ven. 16 janv. 2009, 16:18

Bonjour,
pour moi il ne s'agit pas de pudeur verbale ximatt, les Français "d'ancienne roche" appelaient un cul un cul, les théologiens du XIIème s. nommaient la sodomie en chaire et je n'apprécie qu'assez peu le langage parfois trop expurgé de certains cathos. Concernant l'homosexualité, le phénomène de "ghettoïsation" - si visible dans le Marais où j'ai bossé quelques années -insiste tellement sur les seules tendances sexuelles des personnes concernées qu'on ne voit plus à la longue que "l'homosexuel(le)chez le prof, la voisine, le cousin, etc... Il me semble que cela ressort de la mentalité générale d'une société
qui "érotise" au maximum (via les images très mensongères mais incitatrices des médias en général) tous les rapports corporels (parents-enfants, amis,etc).
Voilà pourquoi l'usage du substantif m'apparaît trop réducteur.
;)
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Sokrates
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : ven. 17 oct. 2008, 15:40

Re: Homosexualité

Message non lu par Sokrates » ven. 16 janv. 2009, 17:57

Bonsoir,
coeurderoy a écrit :Il me semble que cela ressort de la mentalité générale d'une société
qui "érotise" au maximum (via les images très mensongères mais incitatrices des médias en général) tous les rapports corporels (parents-enfants, amis,etc).
Qui "érotise" dites-vous ?... :sonne: Voilà qui me laisse perplexe : que voulez-vous dire exactement par là et pouvez-vous nous donner des exemples ? Merci.

Cordialement,

Sokrates

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Homosexualité

Message non lu par coeurderoy » ven. 16 janv. 2009, 19:17

Bonsoir,
j'ai été frappé, lors de mes récentes années parisiennes, par la fréquence des affiches jouant sur l'ambiguité : parents au lit, nus, avec leurs enfants, mamans "top-modèles-sexy" pour la fête des mères, caresses ou enlacements jouant davantage sur la lascivité que sur la tendresse : sont-ce des amis, des amants, c'est volontairement flou je crois parce que "c'est tendance", voilà tout.

Je n'ai pas de "marques" précises en tête mais je pense savoir repérer clairement la teneur "douteuse" de certains messages faits pour troubler ou exciter.
Je suis père, j'ai des tendances homosexuelles : je sais parfaitement distinguer la frontière entre un baiser amical, amoureux, parental : ce n'est pas la même sensibilité qui s'exprime dans ce type de rapport corporel. Gainsbourg et son zeste de citron sont passés par là et les publicistes qui n'imaginent la jeunesse qu'en rut perpétuel ont creusé le filon : ça rapporte toujours gros ces histoires de c...

Il me semble qu'il faut être aveugle pour ne pas voir ce type de pubs relevant de ce que certains ont appelé "la pornosphère" : je les trouve, pour ma part, plus pernicieuses que le hard : elles visent à normaliser l'inceste par exemple.

Voilà ce que j'appelle "érotisation", mais ne vous inquiétez pas, j'adore embrasser "à pleines joues" ma famille, mes amis, une grand-mère : aucun scrupule, mon coeur me disant que j'exprime mon attachement, ma tendresse et non l'expression malsaine d'une sexualité déviée.
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Sokrates
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : ven. 17 oct. 2008, 15:40

Re: Homosexualité

Message non lu par Sokrates » jeu. 22 janv. 2009, 14:57

Bonjour coeurderoy,

Il me semble que blâmer ce genre de représentations fait le jeu des constructivistes de tout poil (par exemple ceux de la Queer Theory) car ça leur présente la doctrine morale catholique comme simplement un ensemble organisé de codes sociaux, déconstructibles à souhait.

Il me semble que l'Eglise a tout intérêt de s'en tenir à des principes objectifs bien définis et rigoureusement appliqués, sans se soucier des associations sémantiques que certains feront entre telle ou telle représentation et des actes moralement condamnables. Car il me semble évident que dans ces associations sémantiques, il y a une forte part de conditionnement social.

Techniquement, un baiser sur les lèvres (pour prendre un exemple que l'on voit parfois entre enfants et parents ou entre amis très proches, ou en Russie pour dire bonjour...) n'est pas un acte sexuel. Techniquement, ça l'est même moins qu'un acte gynécologique... Ca ressemble davantage à un baiser classique, sur les joues.

S'il faut blâmer ces représentations sensuelles, parce qu'elles ont une connotation sexuelle ; alors on en viendra logiquement à blâmer les représentations tendres, parce qu'elles ont une connotation sensuelle... Nos ancêtres avaient peut-être une vision plus claire et saine de tout cela, comme en témoigne le nombre de processions religieuses dans le plus simple appareil au cours du Moyen-Âge. Si, actuellement, on relançait cette "mode", nul doute que ça en scandaliserait quelques-uns :-D Et je suis prêt à parier qu'on justifierait cette indignation en disant qu'on joue sur l' "ambiguïté", etc.

Saint Thomas d'Aquin dit qu'il y a bien péché dans les "attouchements et les baisers, et dans les autres caresses de ce genre" (ST, IIa IIae, Q154, Art. 4), mais il précise toutefois que ce péché n'est pas intrinsèque, mais dépend en fait de l'intention de l'agissant. Si c'est la concupiscence, alors il y a péché, sinon il n'y a pas de faute. C'est donc l'intention visée, et non la forme de l'acte qui constitue le péché, semble-t-il.

Cordialement,

Sokrates

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Homosexualité

Message non lu par coeurderoy » jeu. 22 janv. 2009, 16:07

Bonjour,
je blâme ces représentations car, en certaines villes, elles sont omniprésentes et induisent des comportements déviants : un pervers sexuel ne peut être qu'incité à "passer à l'acte" dans un tel climat. Pour avoir vécu pas mal d'années à la campagne (sans télévision de surcroît) entre 20 et 30 ans, je constate que mon imagination était moins sollicitée, mes pulsions moins favorisées : la maîtrise de soi s'en trouvait facilitée. Je ne suis pas particulièrement "bégueule" mais ayant deux enfants, j'ai apprécié que leur sensibilité, leur pudeur n'aie pas été troublée par la vision répétée, sur les kiosques à journaux par exemple, d'affiches pornographiques et de publicités en tous genres pour les pratiques perverses : belle image qu'on impose de la sexualité tous-azimuts égotiste et obligatoire.
A s'accoutumer ainsi on en vient à en oublier la simple loi naturelle, la vigilance envers les plus fragiles, le respect que le chrétien accorde au corps, temple de l'Esprit-Saint, le tact que nous devons avoir envers nos proches, hommes ou femmes. Les messages diffusés par l'Education Nationale prônant, non la véritable liberté mais la licence sexuelle stigmatisent par ailleurs la plupart des jeunes qui tendent au combat loyal de la maîtrise des passions : c'est vraiment mépriser la jeunesse que de limiter ses désirs et aspirations à la b...
Sur la tendresse et ses représentations, je ne pense pas que l'Eglise ai jamais condamné ces sentiments et leur manifestation "gestuelle" : grâce des Vierges à l'Enfant, baiser de Marie-Madeleine amoureusement déposé sur les pieds de Jésus, douceur du visage de Saint Jean penché su la poitrine du Christ lors de la Cène, soutien de compassion des bras de ces deux personnages serrant Notre-Dame au pied de la Croix. L'Eglise, par l'Art Sacré et la représentation de la personne humaine dans la douleur, la joie, la fraternité n'a jamais jeté l'opprobre sur le geste tendre ou amical .
Saint Thomas d'Aquin vivait en un temps - peu bégueule - où le SENS des images état clair : je connais quelques images lestes ou grivoises, inspirées des fabliaux elles sont "en marge", discrètes mais ne remplissent pas la quasi totalité du champ visuel comme le font les images publicitaires ambiguëes que je citais. Par ailleurs le Christ nous a très clairement averti du sort de ceux "par qui le scandale arrive" !

Cordialement
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités