Pratique des arts martiaux

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10713
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Arts martiaux

Message non lu par Fée Violine » mer. 18 mars 2009, 13:24

Christophe a écrit :
André a écrit :Je demande cela a cause de cet article que j'ai trouvé :exclamation:

http://www.blogdei.com/index.php/2006/1 ... -chretiens
Cet article, et le site tout entier, est un tissu d'âneries. ;)
Je me suis un peu promenée sur ce site et en effet, c'est effrayant... :sonne:

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Invité » dim. 22 mars 2009, 1:27

Bonjours
Je ne conais pas beaucoup votre religion mais je conais mieux les arts martiaux...
il faut y distinguer deux branches^^

aujourdhui beaucoups d'arts martiaux ont tourné a la competition, et cette competition en protection et sans contact est inofensive donc toleré par une religion non violente,certains clubs ne travaille que dans le but de progresser en grade d'autre non en revanche

pour ceux qui travaillent encore les arts martiaux tels qu'ils doivent l'etre au départ le but est simple, on se prepare reellement a faire face a la violence par la violence pour le faire avec un maximum d'éfficacité, pas pour devenir des machines a tuer mais simplement par ce que certaines situations exigent parfois de se battre pour defendre sa vie, sa santé, des perssones que l'on aime ou meme l'inconu au bout de la rue qui se fait agresser violement sans raison.

L'idée est que pour empecher la violence dans ce cas la il faut y mettre fin le plus tot possible soit eliminer le danger (l'aggresseur) le plus vite possible, bien sur on apprend a avoir un grand controle de soi normalement pour que la réponsse reste proportioné a l'attaque, non pas de rendre une claque pour une claque non plus lol mais pour une claque un ko feras bien l'affaire sans pour autant aller briser les articulations ou autre.
Et vous avouerez que celui qui met hors service un adverssaire d'un coup impréssione legerement et surement asser pour se defendre lui et les autres.

Quand a la mentalité des arts martiaux et leurs philosophies, certes elles ont été influencé par plusieurs religions asiatiques: confucianisme,taoisme,boudhisme ( et autres "dérivé" du bouddhisme) mais il n'y as normalement rien de contradictoire avec votre religion car la seule chose qui est recherché c'est d'apprendre a se vaincre soi meme (ses emotions, ses pulsions ect) pour se rapprocher de la perfection de l'ame, on n'y adore aucune idole et on n'impose aucun dogme il s'agit seulement d'une voie (la "do" karatédo aikido iaido judo....)
et pour ceux qui ne le savent pas il y as meme eu des samourais chrétiens...
qui ont été contre la religion officielle du japon et souvent persecuté pour ca sans renoncer a la chrétienté il n'en etait pas moins samourais pour autan, mais je m'éloigne du sujet ^^

désolé pour les fautes et les abréviations que j'ai peut etre laissé, ainsi que si je repete des choses déja dite j'avourais ne pas avoir pris la peine de lire tout les post de ce sujet.
M'enfin si il y as des questions suplémentaires par rapport aux arts martiaux je passerais de temps en temps voir et j'y repondrais.
bien a vous
Jin

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Invité » dim. 22 mars 2009, 1:54

Veuillez pardoner ce double post mais je viens de lire le texte sur les arts martiaux en cliquant sur le lien et je vous explique 2-3 petits details supplémentaire juste au cas ou...

1) les salut, ils ne sont en aucun cas une forme d'adorations d'une quelquoque idole et encore moins de soumission, le salut se fait d'eleve a professeur pour remercier en toute sincerité le profeseur de ce qu'il va nous apprendre et de ce qu'il nous as appris, entre eleve pour pratiquer le combat sans mauvaises pensés le salut doit etre sincere, de toute son ame car c'est en remerciant l'autre de nous avoir mis en danger pour nous apprendre a nous defendre sans ceder a la colere qu'on peut progresser sur la voie du controle de soi " le seul enemi a vaincre c'est soi meme"

2) par pitié ne cracher pas sur ces arts en parlant de sport martiaux ca n'existe pas et ces sports eux meme qui disent se rattacher aux arts martiaux insulte bien souvent nos principe de non-violence armé et nos valeures de pratique sincere et sans vanité ni desir de destruction

3) l'étymologie est une belle chose utilisé a bon éscient mais il faut garder en tete que "art martial" est le nom FRANCAIS donné a ses pratiques leur nom original est "budo" qui signifie la voi du guerrier mais cette voie n'est pas celle de tuer ca, ca s'appelle le combat...
les budos son les pratiques reliés au Bushido entre autre un code ou on prone le courage la bienveillance la sincerité la loyauté la modestie le controle de soi... c'etait un code d'honeur dont les valeures d'oublie de soi ect ressemblent etrangement bcp a celles de la chevalerie occidentale (qui etait directement relié a l'Eglise,voir dirigé par l'église...)
d'ailleurs la notion de destruction as été enlevé depuis longtemps des arts martiaux pour eviter toute confusion et on n'y suis plus le Bushido mais le code du Budoka le code du guerrier noble (noblesse d'âme)

4) La regle premiere des arts martiaux est le controle de soi d'ou le salut ou l'on s'efforce d'avoir une tenue correcte et a donner des remerciement sinceres sans viles allure a ceux qui nous aide sans avoir le moindre exes de violences et que ca soit en competition...meme si moi je ne considere pas ca comme martial...
ou en passage de grade ou meme au dojo ou club d'entrainement, les exes de violences ne sont pas toléré et celui qui joue a ca est immédiattement renvoyé, les seules violences que l'on pratique pour l'entrainement sont encadré et limité par des regles soit fixé par le club ou un jury soit fixé par un accord entre deux pratiquants (ce qui permet a ceux qui veulent se mettre en situation un peu plus realiste de le faire, mais sans danger car le combat fini a la moindre douleure trop importante)

5) ceux qui blessent ou pire...volontairement ou non "expie leurs péchés" en saluant tres bas en signe de "honte" envers eux meme uniquement car dans les arts martiaux perssone ne juge perssone. (bien sur ca n'est pas toujours le cas vous savez tous que le monde n'est pas parfait mais croyez moi je n'ai jamais trouvé un mauvais budoka, je ne doute pas qu'il en existe mais j'en ai croisé plus d'une centaine je vous assure alors que les regles sont un minimum respectés.)

ne croyez pas les tissus d'anneries...vis a vis des arts martiaux parmis les phrases qui revienent souvent chez nous il y as " le meilleur art martial est celui qui ne sert pas" car celui qui as appris a tuer as mille fois plus appris l'importance de n'utiliser cet art que dans des cas extremes, et je vous donne ma parole qu'on ne realise jamais autant l'importance du controle de soi que l'orsque l'on realise par experience que l'on peut détruire des hommes avec ses poings meme s'ils sont bien plus grands et fort. je dis ca sans avoir jamais detruit persone^^ mais quand je vois qu'un dixieme d'une de nos technique peut mettre un terme a un combat par une blessure je comprend a quel degres de technique j'ai droit en fonction de la situation et je sais plus que jamais que je ne dois en aucun cas tout utilisez sauf si ma vie est en danger, je pense que vous aussi face a votre mort vous prefereriez tuez si vous n'avez aucune raison de ceder votre vie...
je ne pense pas que les arts martiaux soit en conflit avec une religion quelle qu'elle soit.
Bien a vous.
Jin

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Invité » lun. 01 juin 2009, 15:16

En ce qui concerne la pratique des arts martiaux japonais et le christianisme, il n'y a pas de contradiction. J'ai écrit une thèse à ce sujet. J'offre cette thèse gratuitement en PDF.
Vous pouvez l'obtenir en écrivant à mon courriel: jnblanchette@a.inter.net
Jean-Noël Blanchette, Ph.D.
théologien
6e dan, renshi, shinbu-ryu karaté-do

Alexandre Lyon
Ædilis
Ædilis
Messages : 17
Inscription : sam. 11 juil. 2009, 23:19

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Alexandre Lyon » mer. 15 juil. 2009, 16:28

Existe t il un lien entre la chevalerie et les valeurs Chrétiennes ? et peut on considérer la chevalerie et ses exercices comme un sport de combat ?

Avatar de l’utilisateur
Wistiti
Quæstor
Quæstor
Messages : 245
Inscription : ven. 29 déc. 2006, 5:17

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Wistiti » jeu. 20 août 2009, 9:51

Le Bouddhisme semble être intéressant, mais où est la place des femmes, il n'y a que des hommes, alors que pour le Catholicisme il a au moins dans l'élite des soeurs. Où sont les "moines" femmes? Je veux bien croire que ça ne concerne pas le sexe, mais quand même.
L'occident montre une haine envers lui-même, qui paraît étrange et peut être considérée uniquement comme un phénomène pathologique. L'occident ne s'aime plus, dans son histoire il voit uniquement ce qui est blâmable et destructif, il n'est plus capable de reconnaître ce qui est grand et pur.
(Benoit XVI)

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2324
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Sapin » sam. 22 août 2009, 1:40

Alexandre Lyon a écrit :Existe t il un lien entre la chevalerie et les valeurs Chrétiennes ? et peut on considérer la chevalerie et ses exercices comme un sport de combat ?
Il me semble que la chevalerie puise ses valeurs dans le christianisme, du moins en occident, si on pense entre autre aux ordres équestres et les preux chevaliers, les veillée d'armes etc. Le noble chevalier avait pour mission de défendre la foi, le pauvre, la veuve et l'orphelin et ce n'est pas par hasard que le glaive était en forme de croix.

Un sport de combat, sûrement, on a qu'à penser à l'escrime aujourd'hui qui est l'héritier de l'art du maniement de l'épée en occident. Enfin je m'aventure un peu trop peut-être dans tout ce que je viens de d'écrire....
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par MB » mar. 01 sept. 2009, 1:30

Pour la chevalerie, c'est discuté. Il y a clairement un système de valeur mis en place par l'Eglise autour de la notion de chevalerie, celui que vous avez dit ; mais il a été édifié postérieurement à l'irruption de cette dernière sur la scène. Car d'autres valeurs chevaleresques ne sont pas chrétiennes : la générosité orgueilleuse, le caprice, le mépris élégant de la mort, le goût de l'exploit et de la jactance, le goût de la violence gratuite, l'amour de la vaine gloire...
On discute beaucoup, entre historiens, sur les origines de la chevalerie, sur son lien avec la féodalité, etc., et nombre d'hypothèses sont en cours. Personnellement, j'ai envie de rejoindre celle qui parle de chevalerie existant déjà à l'époque de Charlemagne, mais je n'en sais pas plus.
Ce qui est sûr en revanche, c'est que le monde des chevaliers pose beaucoup de problème à l'époque de la féodalité (10ème-12ème siècle). L'effondrement des pouvoirs centraux a permis a nombre de malabars de faire régner la terreur dans certaines compagnes, d'édifier des burgs pour tenir les voies de communication et rançonner les voyageurs, ou tout simplement de s'amuser à tuer et piller. Ce n'est pas arrivé aussi souvent qu'on le dit, heureusement, mais assez tout de même pour que l'Eglise se mît de la partie et commençât à édicter des normes qui devinrent, peu à peu, ces valeurs "positives" de la chevalerie (respect de la Paix et de la Trêve de Dieu ; piété ; veuves et orphelins ; croisade ; etc.). Une chose est certaine de toute façon : l'Eglise n'est pas à l'origine de la chevalerie ; elle l'a plutôt influencée par ailleurs, a posteriori, de façon décisive.

Amicalement
MB

Sokrates
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : ven. 17 oct. 2008, 15:40

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Sokrates » mar. 01 sept. 2009, 15:59

Bonjour,

Que pensez-vous de l'Assag ? C'est sûr que c'est un peu spécial pour nos mentalités actuelles, mais dans la rubrique maîtrise de soi, de son corps, et pratiques visant à développer ces vertus, dans laquelle on peut ranger le yoga, les arts martiaux et les valeurs de la chevalerie (elle en est d'ailleurs une composante), je trouve qu'elle a tout à fait sa place... :saint:

Cordialement,

Sokrates

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Invité » ven. 26 févr. 2010, 3:01

Bonjour,je rejoints les dires d'un internaut que le chevalier noble à pour vocation de défendre les opprimés,l'injustce,le faible et la foi en dieu.Au risque de paraitre décalé,je pense que être chevalier c'est en soi en défendant des valeurs nobles.
Pour ma part,je me sents chevalier d'une nouvelle époque sans cuirasse,ni monture mais dans l'âme

Olivier
Quæstor
Quæstor
Messages : 204
Inscription : dim. 29 août 2004, 23:15
Localisation : Région marseillaise
Contact :

Re: Arts martiaux

Message non lu par Olivier » sam. 27 févr. 2010, 10:57

Gemma a écrit :
Etrigan a écrit : comment un Chrétien peut-il être soldat et tuer ? Cela me parait incompatible avec les 10 commandements.
Mon père spirituel, un passioniste, pratique les arts martiaux depuis son enfance. Il m'en a enseigné les bases (en plus de la Bible et tout ! si si je vous jure!) et ce qui en ressort c'est surtout l'interdiction d'utiliser ces arts de combats! ils ne sont que défensifs et dans la discrétion! C'est surtout du ninjusu que je parle, mais il y a aussi le Muai Thai dont la pratique est enseignée mais surtout interdite. Il y a vraiment moyen de pratiquer ces arts en le Christ.

Plus on s'approche des styles traditionnels, et plus c'est dans la sagesse qu'ils sont transmis. Un vrai pratiquant chrétien doit surtout s'intéresser à ça et à la sainte discrétion dans laquelle il doit s'entraîner. Cela ne doit nourrir ni l'orgueil, ni la testostérone, mais, d'après mon père spirituel, la maîtrise du corps est un des moyens pour museler la chair (la crucufier), car, les arts martiaux sont (outre le côté musculaire) surtout une question de mental.

Quand on est suffisamment fort pour rester une heure dans la position du cavalier (comme les moines shaolin) pendant qu'on lit les Saintes Ecritures, le mental est vraiment éduqué à ne plus tenir compte des caprices du corps.

D'autre part, rien n'arrive sans la Divine Providence : si on pratique les arts martiaux depuis toujours et qu'un jour on se fait agresser dans la rue avec femme et enfants, il serait peut-être stupide aux yeux de Dieu de ne pas user de ces capacités pour les défendre. S'Il a permis qu'on en fasse c'est peut-être pour s'en servir, mais bien sur, surtout pour désarmer, immobiliser quelqu'un. Pas pour le tuer.

Par ailleurs, un pratiquant d'arts martiaux connait les coups mortels (points vitaux etc), il est donc plus apte que n'importe qui à stopper un agresseur sans lui faire de mal, et sans se faire mal lui-même. Alors qu'un homme paniqué, laissant l'adrénaline le submerger, pourrait tuer accidentellement car il ne peut pas faire autrement, n'ayant pas la connaissance nécessaire du corps humain.
:dormir:

Vous dormez ? heu... désolée... :oops:
Ayant pratiqué le judo, petit, notre professeur nous disait qu'il était interdit de pratiquer le judo, hors dehors des salles. On pouvait être interdire d'en faire par la suite.
J'ai du en faire deux ans, mais ça du me permettre de rester calme avec du sang froid, dans les moments où il fallait en avoir.

michel tal
Censor
Censor
Messages : 86
Inscription : dim. 28 févr. 2010, 21:09

Re: Arts martiaux

Message non lu par michel tal » sam. 13 mars 2010, 14:36

Bonjour ;personnellement j'ai pratiqué le Muai Thai et si je l'ai fait s'est pour apprendre à ma défendre et aussi un peu pour pouvoir imposer mes vue .
Je connais beaucoup de pratiquants d'arts martiaux j'en connais très peu capable de m'expliquer clairement la "doctrine philosophique " de tel ou tels sports . Les gens qui font cela c'est pour apprendre à se battre ,point.
En tant que Chrétien je n'utilise plus ce genre de technique et il m'est arrivé de me faire agesser sans me défendre ;un coup de poing ,ça n'a jamais tuer personne .
Par contre si l'un des miens est agréssé je me servirais de mes connaissances pour le défendre c'est la seule utilité de telles pratiques .
Je rapelle qu'en France la légitime défense est légiférés et son abus sanctionné, et que face à une arme la meilleure technique est de donner son portefeuille à l'agresseur et de ne pas jouer à"Rambo".

Avatar de l’utilisateur
Passant
Barbarus
Barbarus

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Passant » jeu. 10 juin 2010, 11:31

Bonjour,

Tombant pas hasard sur ce forum et ayant un peu de temps, je me permet de faire quelques commentaires.
comment un Chrétien peut-il être soldat et tuer ? Cela me parait incompatible avec les 10 commandements.
Il suffit de se retourner et de contempler les deux derniers millénaires pour en constater le fait. La question est "comment" est donc tout à fait pertinente.

Extrait « LE BOUDDHISME DU BOUDDHA » d’Alexandra David-Néel :

« […]La défense de tuer n’est pas comprise par les Bouddhistes de la même manière que par les Juifs et par les chrétiens qui la tiennent du Décalogue de Moïse.
Ceux-ci admettent tant d’infractions à ce commandement qu’il devient à peu près inexistant. D’abord, d’après eux, la prohibition ne s’applique qu’aux hommes ; il est licite de tuer les animaux pour s’en nourrir ou même simplement par plaisir, comme dans les chasses où l’on tue des bêtes que l’on ne mange pas : renards ou autres. La peine de mort infligée aux criminels leur paraît aussi tout à fait légitime. Il ne leur vient pas à la pensée que leur acte est plus odieux que celui de l’assassin lui-même, car celui-ci peut avoir été poussé au crime par des raisons qu’eux n’ont point et, dans tous les cas, l’homme qui a tué illégalement, l’a fait en jouant sa vie, tandis que ceux qui le font assassiner légalement, ne courent aucun risque, ce qui entache leur acte d’une certaine lâcheté. Plus encore l’exécution d’un criminel s’accompagne de sentiments bassement vindicatifs et d’une cruauté sadique qui ne lui laisse guère d’excuse. Si l’on estime qu’un individu est un danger permanent pour les autres hommes et que l’on croie - une opinion très contestable - qu’il lie suffit pas de l’enfermer pour la vie, comme on le fait pour les fous dangereux, afin de l’empêcher de nuire, l’on pourrait, du moins, le supprimer, à son insu, avec des méthodes qui lui épargneraient l’agonie prolongée de l’attente de l’exécution et celle-ci elle-même, effectuée alors qu’il est pleinement lucide.
Les précautions prises pour empêcher un condamné à mort de se suicider, ou le fait de le soigner s’il devient malade et de s’obstiner à l’empêcher de mourir pour avoir la satisfaction de le tuer quand il sera guéri, sont des aberrations que l’on considérera dans les siècles futurs, avec une horreur semblable à’ celle que nous inspire le souvenir des chambres de torture d’autrefois.
En dehors de l’exécution des criminels, le meurtre est encore considéré comme légitime à la guerre et dans le cas où l’on est soi-même menacé d’être tué. Il est difficile de contester que l’homme qui vit en société avec d’autres hommes et qui jouit des avantages que leur collaboration lui procure, ait le devoir de défendre cette société si elle est attaquée ; il faut pourtant qu’elle lui ait, véritablement, procuré des avantages. Quant à la défense personnelle, quiconque n’est ni un saint, ni un sage, a le droit de tenir à la vie.
Où de nouvelles aberrations se font jour, en Occident, c’est dans l’excuse des crimes dits passionnels. Un assassin que guide le désir de s’approprier de l’argent pourrait, peut être, devenir un « honnête homme » s’il se trouvait dans l’aisance, mais le crime passionnel dénote, chez celui qui le commet, l’existence de tendances pernicieuses capables de se réveiller à n’importe quel moment et de le porter à de nouveaux crimes. C’est un fou de l’espèce la plus dangereuse qui ne devrait jamais être conduit devant un tribunal, mais être, immédiatement après son crime, interné, pour la vie, dans un asile d’aliénés.
Les idées que je viens d’énoncer ne sont pas nouvelles et je n’ai garde d’en revendiquer la paternité; je tenais seulement, en les rappelant à la mémoire du lecteur. à mettre en évidence la grande différence qui existe entre l’interprétation sémitique (juive ou chrétienne) de la défense de tuer et celle que lui donnent les Bouddhistes.
Unanimement, tous les Bouddhistes admettent que le commandement est formel : l’on ne doit pas tuer, l’on ne doit rien tuer, ni êtres humains, ni animaux ; l’on ne doit jamais tuer, quelles que soient les circonstances où l’on se trouve, les dangers que l’on court. ou les causes qui vous incitent au meurtre.
Le commandement n’est d’ailleurs pas arbitraire, il dérive de raisons que les Bouddhistes trouvent convaincantes. Leur propre amour de la vie permet aux laïques de mesurer l’attachement que les autres êtres éprouvent pour elle et, comme l’on n’est véritablement un Bouddhiste que si l’on a un cœur compatissant, les fidèles laïques considèrent, avec horreur, l’acte d’infliger à autrui la douleur physique et mentale que cause la perte de la vie. […] »

Quant aux arts-martiaux dit "modernes" japonais, plus particulièrement l'Aïkido, influencé par bouddhisme et le shintoïsme, le meilleur exemple contemporain, en dehors de ces traditions et disciplines, incarnant le prototype du "guerrier" ou budoka dans la tradition japonaise, de par son attitude et connu de tous, me semble être Gandhi (on est bien loin du soldat...il faut des années de dur travail pour faire un "guerrier", seulement une arme et un uniforme pour un soldat).

Force est de constater que bien souvent, les pratiquants sont bien loin de développer les qualités (si ce n'est pas leur exacte opposé) que ces disciplines voudraient transmettre et développer en eux, tout en se référant allégrement à leur fondateur. ceux-ci d'ailleurs doivent sans-doute passer leur temps à se retourner dans leur tombe.

La question posée plus haut a donc sans-doute une portée bien moins limité à la seule tradition chrétienne. Mais à tout être humain et à sa relation à lui-même et au monde par delà ses concepts et conditionnements culturels, idéologiques et religieuses.

C'est aussi sans-doute pour cela que par exemple, le fondateur de l'Aïkido, Moriheï UESHIBA, bien que pétri de shintoïsme (et de confucianisme sans doute, voir de bouddhisme) n'a en rien prêché par celle-ci ou exhorté d'autres à les prêcher (sauf pour expliquer certaines notions lors des pratiques, et donc avec le "matériel" intellectuel et culturel qui était le sien), mais par le corps et à travers lui seulement. "Passerelle" universelle et commune à tout être humain entre lui et lui et lui et le monde.

"[...]VI- L’aïkido est une recherche qui tend, par l’exercice du corps et de l’esprit, à façonner un homme au cœur droit.[...]"
Dispositions d’esprit pour l’exercice
Moriheï UESHIBA 1883-1969

A chacun donc de prendre le temps d'observer, d'examiner au fond de lui pourquoi il fait ceci ou cela, pourquoi il pense ceci ou cela, pourquoi il croit à ceci plutôt qu'à cela. Et où celui le conduit, ce que cela développe en lui. Toute pratiques risque sinon d'être vide de sens et de ne développer que ce qui déjà est là, dominante ou prêt à l'être, et bien souvent peu ragoutante quand on y regarde de prêts.

Je crois que Gandhi disait que si vous voulez changer quelquechose dans le monde, il fallait le changer d'abord en vous. Il faut donc se rendre capable de voir aussi bien à extérieure qu'à l'intérieur. Et peut-être que nettoyer "l'intérieur" permet de mieux voir l'extérieur faisant de retour echo à nous-même, nous renvoyant de nouveau à nous-même.

Alors je crois que sinon tous préceptes, tout absolu ou élevé qu'il paraisse être, n'est qu'un artefact et ne servirait à rien si ce n'est à ce cacher derrière...

Cordialement

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7146
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Anne » ven. 11 juin 2010, 4:33

PIqué rapido sur Wikipédia, parce que j'ai pas l'original sous la main:
La traduction classique de ce commandement est Tu ne tueras point, mais la traduction d'André Chouraqui Tu n'assassineras pas donne une autre interpétation de ce commandement. Il n'est pas écrit Lo taharog, verbe utilisé en particulier quand Caïn tue Abel, en Ge. 4,8 mais Lo tirtza'h. C'est une notion juridique plus complexe, qui ne couvre pas l'homicide en cas de guerre, de légitime défense, ou prononcé par un tribunal régulier (peine de mort).
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Passant
Barbarus
Barbarus

Re: Pratique des arts martiaux

Message non lu par Passant » mar. 15 juin 2010, 16:13

Re-Bonjour,

Permettez-moi alors une question qui vient me frapper en lisant votre réponse et le résultat de votre recherche....
Mais alors quel rapport ont ces préceptes, et peut-être d'ailleurs LES préceptes, avec ce que l'on nomme communément "la spiritualité" ?? voir même "le religieux" ?? La seule différence ne serait donc que la façon dont on aurait de les classer dans un domaine que l'on s'accorderait à nommer "profane" et l'autre "sacré" ?? (donc forcément dans une pensée dualiste, et par conséquent pas universelle comme on peut le voir avec les arts-martiaux et plus généralement avec les pensées extrêmes orientales)

Ma remarque serait peu-être à classer dans un autre fil de votre forum, cependant je me permet de la poser ici vu le contexte.

Cordialement.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités