La paupérisation et ses causes

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

La paupérisation et ses causes

Message non lu par laiglejo » mer. 02 avr. 2008, 18:13

MISERE EN FRANCE

Plus de deux cent personnes habitent le bois de Vincennes, sous des tentes. Le centre de rétention des étrangers, prison cachée pour sans papier en attente de jugement, se trouve également au fin fond du bois de Vincennes.

Ce film [lien inactif supprimé] est le résultat de 2 heures de marche dans le bois.
Dernière modification par Nanimo le mar. 15 déc. 2015, 19:10, modifié 4 fois.

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: MISERE EN FRANCE

Message non lu par BJLP » sam. 19 avr. 2008, 11:52

Oui c'est triste de voir qu'en France il existe encore en 2008 des hommes et des femmes qui vivent ainsi.
Quan-on voit
- des personnes avoir plusieurs maisons,
- des personnes qui louent au prix le plus élevé possible des appartements ,
- des spéculateurs fonciers qui considérent le logement comme un gadjet de luxe,
- Des salaires insufisant pour avoir droit à un logement
- Le chômage comme agent de régulation économique

- Des électeurs qui votent pour cela soit ainsi
- Des citoyens qui refusent de voter.
- des spéculateurs financiers qui ne vivent que par le fric
- Des citoyens français qui se gargarisent des mots LIBERTE EGALITE FRATERNITE et ne sont pas capable de vivre la solidarité.

On a interet à se reprendre rapidement car nous allons vers une catastrophe humaine sans précèdant.

Il est bon que l'homme soit reconsidéré et mis en premier face à l'argent roi.

Ce qui sauvera l'humanité c'est la solidarité.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: MISERE EN FRANCE

Message non lu par Théophane » sam. 19 avr. 2008, 13:06

Il est d'autant plus lamentable de constater que ceux qui sont actuellement au pouvoir dépensent sans compter et sans penser non plus aux personnes en difficulté. De la même façon, on exonère les plus riches et on réduit les allocations pour ceux qui en ont besoin.

Personnellement, je pourrais ne pas me soucier de cela. Je viens d'une famille qui n'a jamais eu de problèmes financiers, et j'ai toujours pu obtenir ce dont j'avais envie. Cela ne m'empêche pas d'être scandalisé lorsque je vois la situation actuelle en France. Cette constation m'a aidé à comprendre combien le libéralisme pouvait être nuisible à l'homme.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Re: MISERE EN FRANCE

Message non lu par laiglejo » sam. 19 avr. 2008, 13:18

BJLP a écrit :
Ce qui sauvera l'humanité c'est la solidarité.
Ce sera difficile après des année d'hédonisme et de pharisianisme......mais quand après le manque d'eau, les famines, les guerres, on en sera venu à manger "les épluchures des cochons" comme dans la parabole de "l'enfant prodigue", on y sera contraints et forcés.....

.....et c'est alors qu'enfin unis malgré nos différences, et humiliés, mettant un genou à terre pour supplier notre Père à tous, il interviendra enfin

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: MISERE EN FRANCE

Message non lu par Théophane » sam. 19 avr. 2008, 15:05

Est-il difficile de voir dans tous les problèmes actuels le résultat d'une société qui ne veut plus de Dieu et qui s'est affranchie des commandements chrétiens, notament la charité envers le prochain ?
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1917
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: MISERE EN FRANCE

Message non lu par DavidB » sam. 19 avr. 2008, 16:58

Théophane a écrit :Est-il difficile de voir dans tous les problèmes actuels le résultat d'une société qui ne veut plus de Dieu et qui s'est affranchie des commandements chrétiens, notament la charité envers le prochain ?
Alors à nous de "prouver" que Dieu existe en le laissant nous habiter, nous transfiguer, nous illuminer, pour que par l'Esprit Saint, dans le Christ, nous agissions, parlions, regardions, écoutions, contemplions, soignions, enseignions, élèvions, comme le Seigneur le Désir. Le monde est ce qu'il est. Il est malade, il est "abrupti" par les deux derniers siècles qui n'ont cesser de le mener en bateau. à nous de transparaitre l'Amour de Dieu et la foi, ainsi que l'espérance qui en découle. Si le monde ne veut plus de Dieu, c'est peut-être parce que les chrétiens ont trop laissé s'estomper le visage de Dieu en nous(nous sommes créés à son Image), mais cette image est chez le chrétien, souvent imparfaite, souvent emputée, distordue... Prions très fort le Seigneur qu'Il rétablisse son Image en nous, que nous devenions littéralement le Visage de Dieu sur le monde, un Dieu qui a tant aimé le monde, qu'Il lui a donné son fils unique. Personellement, peut-être est-ce de la maladie mentale, mais quand je vois l'état du monde, je réalise combien je ne sais pas l'aimer. Ainsi, je participe à sa noirceur et ne lui donne pas l'antidote à tous ces maux qui le ronge. Prions le Seigneur que l'Esprit Saint passe avec grande Force, qu'Il renouvèle le visage du monde, le rétablisse dans ce qui fût son dessein à la création. Ça passe par nous. Ne désespérons pas, nous pouvons déplorer le délaissement de Dieu, mais c'est alors qu'il nous incombe de le rendre pertinent. Et ce ne sera pas la philosophie, cette fois, qui le fera. EN ROUTE!!!

David
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Misère en France

Message non lu par BJLP » dim. 20 avr. 2008, 13:06

Bonjour,

N'oublions pas que Dieu nous fait confiance.

Il connaît notre faiblesse, nos manques de convictions ,nos trahisons,

Regardez l'histoire du peuple Juif dans la Bible , elle est une succession de trahisons , et pourtant Dieu est LA.

Dieu compte sur nous et nous fait plus confiance que nous lui faisons confiance.
Ayons confiance en Dieu comme Dieu à confiance en nous.

Qui laisse tomber?
Qui perd confiance?
Qui baisse les bras?

Certainement pas Dieu .

Le Chrétien n'est pas fataliste , il agit LÀ ou il est.
Il a le droit de pousser des gueulantes de temps en temps.
( l'Abbé Pierre en est un exemple)

Dieu n'est pas sourd à nos lamentations

C'est nous qui sommes sourd à son écoute.

On cause tellement que l'on ne fait plus attention à ce qu'il nous dit. à ce qu'il nous demande de faire.
On cause tellement qu'on n'écoute plus celui qui vous parle.

Demander et vous recevrez!
Mais aussi écoutez et voyez, vous agirez!
Agissez et vous changerez!

Dieu n'a que faire de nos chamailleries allons à l'essentiel

AIMER


"" Je suis le Chemin, La Vie, La Vérité""

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Re: Misère en France

Message non lu par laiglejo » dim. 20 avr. 2008, 13:26

BJLP a écrit :Bonjour,

N'oublions pas que Dieu nous fait confiance.

Il connaît notre faiblesse, nos manques de convictions ,nos trahisons,
oui et n'oublions pas qu'il nous demande d'être des "collaborateurs" de l'esprit-saint, pas seulement en esprit (pour ça, nous n'avons aucun problème) mais en vérité.

Autrement dit, ne restez pas au stade des bonnes intentions : allez jusqu'au bout de l'amour et retroussez vos manches

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

La paupérisation

Message non lu par jean_droit » jeu. 08 janv. 2009, 9:33

Le nombre de SDF morts de froid augmente régulièrement.
Je suis tout à fait d'accord avec la proposition de madame Boutin d'obliger ceux qui refusent les solutions d'hébergement à aller dans des centres d'accueil à partir d'une certain niveau de froid ( je crois qu'elle a parlé de -6°c ). Sinon il s'agit pour nous d'assumer un rôle de "non assistance à personnes en danger". Je regrette le débat idéologique sur le sujet.
Je crois que personne n'ignore les problèmes posés mais, aussi, les efforts faits depuis plus d'une décennie par l'Etat et les municipalités en faveur des SDF. Dans le cas présent il s'agit de ne pas laisser mourir des personnes à nos portes.

Avatar de l’utilisateur
Souricette
Senator
Senator
Messages : 838
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 22:04
Localisation : Alpes-Maritimes
Contact :

Les SDF dans notre société

Message non lu par Souricette » sam. 10 janv. 2009, 16:41

Si l'on disait à certains catholiques que le Christ s'est fait SDF, à sa naissance puis lors de sa vie publique, ils crieraient au scandale. Ce fut pourtant le cas. Tout de suite, l'imagerie de Noël perd de son merveilleux... mais gagne en réalisme...
En croyant à des fleurs, parfois on les fait naître.
(Edmond Rostand)

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Au secours des SDF

Message non lu par BJLP » jeu. 12 févr. 2009, 6:40

Souricette a écrit :Si l'on disait à certains catholiques que le Christ s'est fait SDF, à sa naissance puis lors de sa vie publique, ils crieraient au scandale. Ce fut pourtant le cas. Tout de suite, l'imagerie de Noël perd de son merveilleux... mais gagne en réalisme...
Trés juste , Jésus a commencé sa vie sur terre comme S D F.

Mais il faut connaitre les S D F pour les comprendre.
Beaucoup d'entre eux circulent d'accueil en accueil et on de grandes difficultés pour se stabiliser.
Parmi cette population il y des récalcitrants qui ne veulent pas de l'aide de la collectivité.
Ils sont en rupture sociale complète.
La dessus ce greffe l'alcool, la drogue , la maladie psychique, ce qui rend la réinsertion difficile pour beaucoup d'entre eux.

Mais voila ! Le souci majeur de notre société est que nous créons des S D F .
On ne devient pas S D F par vocation. Ce n'et pas un état naturel de l'homme.
Mais on crée le S D F par un politique sociale et financière qui asservit l'homme plutôt que de le servir.
L'état , donc vous et moi prenons conscience que les S D F sont de plus en plus nombreux , à qui la faute?
On se plaint que cela coute de plus en plus cher là est l'hypocrisie des états donc de nous tous.
Le salarié qui n'a pas de salaire suffisant pour se payer un logement, le chômeur qui vient d'être licencié, l'étranger que l'on poursuit avec hargne pour le foutre dehors, tous ces hommes et ces femmes , c'est évident on souhaite être dans cette situation. C'est du moins ce pensent nos éminents financiers et certains politiciens que nous élisons.

La solution pour résoudre ce coût social et le réduire et de donner du travail à tout le monde .
Le travail est un droit, le logement n'est pas un gadget de luxe.
Actuellement notre gouvernement crée de toute pièce l'accentuation du déficit de la S S.
Il en prend un grand plaisir allant jusqu'au sadisme.
Que pensent les chômeurs d'entendre dire qu'il faut travailler plus jusqu'à 70 ans alors que les entreprises larguent joyeusement les gens des 40 ou 50 ans dans la rue du fait qu'ils sont trop vieux.
De qui se fout - on?
Pourquoi tant d'allégresse de joie de la part de ceux qui ont créé la crise actuelle et qui souhaitent du plus profond de leur être en tirer du profit sur le dos des chômeurs, des travailleurs pauvres, des petits retraités en distribuant directement de la manne aux plus aisés.
Pourquoi nos dirigeants tolèrent qu'il faut accepter des emplois moins bien payés que celui ou on a été foutu dehors.
Le prix du pain diminue-t-il pour eux du simple fait qu'ils sont chômeurs ou qu'il perdent en pouvoir d'achat.
Le grave est que le chômeur qui n'accepte pas un travail moins payé et traité de fainéants par les pouvoirs publiques.
Tout cela crée de toute pièce de S D F en puissance.
Pourquoi certains ont plusieurs demeures très souvent de grand luxe .
Un toit ce n'est pas suffisant?
Pourquoi les dépenses de luxes se portent-elles si bien en temps de crises économiques?

Tant que l'Homme ne sera pas au centre des intérêts dans la politique économique et sociale , il ne faut pas compter sur des changements .
Il est normale que les hommes et les femmes réagissent sèchement face aux politiques qui les exploitent avec tant de jouissance.
Un grand patron même soutenu par des actionnaires très riches ne sont pas capable de faire tourner une usine, même la plus automatisé qui soit.
Pour acheter une voiture, un logement il faut des hommes et des femmes qui aient des revenus suffisants pour vivre .
Est-il normal qu'un maçon ne puisse pas s'acheter une maison du fait que son salaire de maçon est trop faible pour cela?

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Au secours des SDF

Message non lu par Mac » jeu. 12 févr. 2009, 8:30

Je crois que ce qui est d'une gravité extrême, c'est de finir par faire une proposition non pas pour que les SDF aient un toit, mais pour l'obliger à aller en centres d'accueil à partir d'une certain niveau de froid. C'est déclarer son impuissance et son manque de volonté réel à résoudre le problème des SDF. L'homme ne vaut pas un clou aux yeux des politiques sauf quand il glisse son bulletin dans l'urne. Imaginez-vous un fonctionnaire obliger de loger dans une roulotte en 2009.
Ça se passe aujourd'hui, et non au siècle dernier ou sous Louis XIV, et je ne voit pas que cela émeut tellement l'état. Non, quand on fait de vrais efforts, quand on a une vrai volonté, çà se voit et il y a des résultats visibles, il n'y a pas 100 000 personnes qui dorment dans la rue en hivers, avec certains qui en crèvent. Un membre d'un conseil municipal m'a rapporté un jour un propos de leur réunion de conseil qui disait en clair que la municipalité était de toute façon impuissante, incapable objectivement de résoudre les problèmes auxquelles elles devaient apportée des réponses. Sarkosy l'a dit, depuis des décennies, ses prédécesseurs n'ont rien fait, ce qui ne veut pas dire qu'il y fera quelque chose, car les SDF ça devrait déjà être une priorité nationale. Comme dit BJLP le système est fait pour créer des SDF, c'est pourquoi il y lieu de s'inquiéter car dans dix ans le problème sera identique et même pire à n'en pas douter. Effectivement souricette, il est un temps où l'on cesse de croire au père noël pour gagner en réalisme.

Colline
Censor
Censor
Messages : 69
Inscription : mar. 26 août 2008, 19:45

Re: Au secours des SDF

Message non lu par Colline » jeu. 12 févr. 2009, 12:19

Bonjour à tous

Pourquoi obliger quelqu'un à aller dans un lieu où il ne veut pas aller ? La société passe son temps à rejeter ses sujets par la sélection (chômage, maladies, accidents, dettes, injustice, ...) qui passent leur temps à demander qu'on les sauve et qu'on les protège. A un moment donné, le sujet "craque" et rejette définitivement cette main qui parait faire semblant d'essayer de le sauver de la noyade (ou qui n'y arrive pas). Le sujet (sdf), quand il ne croît plus à la société pour de multiples raisons, n'a plus de raisons de vivre et attend la mort comme une ...délivrance (désolé si ça choque). Et un sdf qui ne veut plus être secouru ira se cacher loin des yeux des maraudeurs qui cherchent à les sauver. Les centres d'acceuil sont souvent plus dangeureux que le fait de dormir dans un hall, une cave, une voiture, un bois. Certains trouvent qu'il vaut mieux affronter la nature (pluie, froid, chaud) que des humains. D'ailleurs, c'est toute l'année que des sdf meurrent dehors.

Le travail est de moins en moins rémunéré pour "concurrencer" les autres pays. Si vous avez le malheur d'avoir des diplômes ou des compétences qui ne sont pas hors normes, on vous invite à regarder ce qui se fait ailleurs (en chine par exemple, dictature communiste au combien admirée par bon nombre de capitalistes et libéraux de nos contrées), et à baisser vos exigenses et/ou accepter des contraintes.

Le logement: je suis à moins de 100 km de Paris: en 2000, un terrain de 1000 ou 2000 m2 valait moins de 30000 € suivant sa configuration, et ce dans des villages ou il y a plein de commerces (sauf des grandes surfaces). Soit entre 30 et 15 € le m2. En 2008, on trouvait des terrains de 700 m2 (dans des coins perdus) où il n'y a rien, pour ... 70000 € soit 100 € du m2. Soit une augmentation de 300 à 600%. Les promoteurs immobiliers ont raflés tous les terrains parce qu'ils ont sentis la "bonne" affaire et ont sû provoqué la montée des prix. Résultat: si vous avez un bien, il a augmenté de valeur puis les impôts ont suivi, et les loyers aussi. Les gens sont chassés des villes (loyers trop chers) et débarquent en banlieues, poussant ceux des banlieues à aller vers les campagnes, et ceux des campagnes à rester confinés chez eux en abandonnant leur voiture, ou à quitter le pays !

Et je ne vous parle même pas des prix...

Vous avez raison BJLP. Mon père était maçon, couvreur, charpentier à 1300 €/mois. Et évidemment, il n'a jamais eu de maison en france (une maison à l'étranger dans un trou perdu où il fallait aller chaque année pour la rénover et éviter qu'elle tombe). 43 ans de cotisations au lieu de 39 car l'état ne vous verse pas la retraite avant 60 ans (pour l'instant). Il a fallu qu'il se batte pour récupérér de l'argent auprès de sa retraite complémentaire qui essayait de le gruger. Puis un cancer mis fin à sa vie à 63 ans. Comme beaucoup de ses collègues, très peu survivent au delà de 65 ans et bon nombre n'arrivent même pas à la retraite. En fait, pour ne pas perdre leur emploi, ils négligent leur santé. Par contre, son patron pouvait se vanter de faire 50 maisons/an avec 50 ouvriers. Mais lui aussi est mort jeune...Imaginez la vie d'un smicard si sa santé est fragile. Il se retrouve vite à la rue car aucun patron ne veut de lui (pas rentable), et sa famille déchiquetée.

Dans les années 70, le plus petit salaire (smic), arrivait à faire vivre une famille avec enfants, même s'il y avait des sacrifices (pas de vacances, pas de sorties extra,...). Aujourd'hui, c'est impossible. Donc les données sur l'augmentation du pouvoir d'achat au cours de toute ces années sont une farce pour les plus petits salaires.

Pour les sdf, même si on prenait le plus feignants d'entre eux et qu'on lui demandait d'empiler quelques cailloux par jour pour se construire son propre abri, il le ferait peut-être et en quelques mois il aurait un abri sur la tête. Le problème est où construire ses abris, les communes n'en veulent pas toutes, et les communes les plus riches ne veulent même pas en entendre parler et préfèrent payer des amendes.
J'ai été surpris de constater en Autriche (Tyrol) de voir de jolies petites cabanes à proximité des gares (bon, c'est pas très agréable pour le bruit et la vue du paysage) et pas de sdf visibles. Peut-être qu'il y a des sdf et que le froid intense les fauche en peu de temps, ou qu'ils partent où il fait plus chaud, mais je n'en ai pas vu dans cette région où l'hiver est rigoureux ...

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: Au secours des SDF

Message non lu par zélie » jeu. 12 févr. 2009, 15:36

J'ai eu affaire à une personne qui dormait dehors, et à force de lui parler, de lui donner à manger et quelques sous, j'ai fini par en savoir plus.
Elle était veuve, et du jour où son mari est mort, son restaurant a fait faillite. A mes questions de candide, elle a patiemment explique qu'à son âge (> 50 ans) personne n'avait voulu d'elle pour travailler dans ce qu'elle savait faire, et que pour certains emplois elle n'arrivait pas à les tenir faute d'endurance.
Et elle refusait toute idée de dormir en centre d'accueil, arguant du fait qu'on lui prenait son argent, et qu'elle y avait peur. Rien de ce que j'ai pu faire ne l'a convaincue de retourner vers la vie sociale par le biais d'association, même par des associations offrant simplement une boîte à lettre si la personne ne voulait pas plus comme aide.
Elle n'attendait plus que la mort.

Je me dis parfois: demain, c'est qui? Moi, mon voisin, ma soeur?

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Au secours des SDF

Message non lu par BJLP » jeu. 12 févr. 2009, 16:50

SDF ceux qui rendent SDF sont aussi des SDF mais des Sans Difficulté Financière.
Ceci dit Il est vrai que des municipalités refuse les SDF ( les vrais )car cela fait mauvaise figure à l'image d'une municipalité.
Beaucoup de petites municipalité on un centre d'accueil d'urgence.
Mais voila on le ferme l'été car les touristes sont là.
On les ferme par manque de bénévoles disponibles.
L'accueil dont j'ai la responsabilité est ouvert 365/366 jour par an.
Cela ne fait pas beaucoup de jours de fermetures.
Le bénévoles ns se poussant pas au portillon pour assurer l'accueil nous avons opté pour l'embauche d'accueillants.
Ainsi nous avons pu agir sur deux fronts :
1er : accueil tous les jours de 18 à 20h et de 7 à 8h
2em : donner un petit travail à un homme et femme qui avez moins de 300€ de revenu par mois.
Agir ainsi à un coût.
Nous demandons à la DDASS au Conseil général, aux mairies alentours de nous aider.
Mais cela coûte de plus en plus cher car nous assistons à une recrudescence de SDF.
Certains sur se forum disent qu'il ne faut forcer les gens à être solidaire , mais bien sur que si nous somme obligé de pousser les gens à être solidaire face au répercutions de cette crise qui à bon dos et permet d'agir à sa guise pour augmenter le nombre d'exclusions dans notre pays.
Face à un crise aussi importante il est du devoir des citoyens français de faire preuve de solidarité.

C'est vari parmi les SDF ou SDS ( nouveau sigle qui signifie Sans Domicile Stable) il y a de tout.
Des Bons et des moins bon, des mauvais et des moins mauvais.
Mais nous avons avant tout devant nous des hommes et des femmes qui sont en souffrance. Nous avons des hommes et des femmes qui sont totalement désocialisé. Nous avons es malades mentaux, des drogués, des Sidaîque, des soûlards , mais nous avons surtout des êtres humains .
Quand certains d'entre eux refusent d'aller dans les centres d'accueil c’est qu'il n'ont plus confiance en personne, même pas envers ceux qui sont dans la déche comme eux.
Certains deviennent violents et souvent les personnes qui les accueillent font appel aux pompier ou aux gendarmes.
Il y a aussi parmi ces personnes des homme et des femmes qui sont indésirable dans les accueils car ils perturbent ceux qui recherchent un peu de calme, et de repos.
Certains aussi son des danger pour eux même, pour les présents dan l’accueil.
Les accueillants on le devoir d’assurer la sécurité des accueillis mais aussi la sécurité d’eux-mêmes.
Oui ! assurer l’accueil des SDF ou SDS n’est pas chose aisée.
Je ne parle pas ici des centres spécialisés dans la réinsertion.
Je suis dans un accueil d’extrême urgence de petite taille.
On peut y manger, dormir, se laver, laver son linge, rencontrer d’autres gens que des SDF se tenir au courant de l’actualité avec des renseignements de base pour être orienté dans un centre plus spécialisé.
La chose importante qu’il faut faire c’est de s’adresser à eux toujours avec courtoisie même s’ils vous répondent de façon peu correcte.
Il faut aussi être très discret, ne pas chercher à trop en savoir. Ces personnes ont droit à une vie privée. Ils sont très sensibles à cela.

Mais pour que cela cesse il faut une politique des salaires, des logements, du travail digne de ce nom.
La je me répète

Face à cela la solidarité contrainte est de vigueur.

Les financements deviennent de plus en plus difficiles pour les collectivités locales et nationales. On se plaint du social coûteux, là aussi je me répète agissons pour plus justice et de respect envers les hommes et les femmes, voir les enfants qui sont victimes de la suffisance et de l’indifférence de leurs semblables.

On embauche et ont accepte les aides

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité