Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Littérature - Fiches de lecture - Biographies - Critiques - Essais - Philologie
cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1183
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par cmoi » dim. 24 mai 2020, 6:51

Sur le même thème que précédemment, encore quelques poèmes lointains.
Pourquoi ? Parce qu'avant de juger, il faut comprendre, et pour comprendre, il faut connaître...

Ah ! t’y croyais…


Ah ! tu croyais.

T’y croyais, t’y croyais…

Tu t’es beaucoup musclé,
Entraîné, fatigué…

Mes enfants d’abord le résultat leur a montré :
Histoire que ce soit par hasard, pour jouer…

Ils sont venus me voir
Histoire de raconter, d’en apprendre, de savoir ;
Ils t’ont donné zéro pointé
Quand ils t’ont testé, hé hé, en efficacité…

Pauvre fat, c’était pas gagné !

Mais toi t’y croyais,
T’y croyais, t’y croyais.

Tu as beaucoup acheté :
Des jouets, des sorties, des soirées, à manger.
Leurs caprices il t’a fallu supporter.
Pas de tout repos, côtoyer leur gaieté !

Pauvre idiot, tu ne savais pas aimer…

Mais tu voulais

La sauter, la sauter, la sauter,
Jusqu’à leur mère y arriver.

Montrer que tu en imposais.
Chez toi, tout préparé, les inviter ;
De la tendresse en capturer
Et plus tu grimpais, tu grimpais…
Plus tu les as désintéressés.

Pauvre con, eux qui t’avaient apprécié :
Certes subjugués, mais leur cœur maintenant
Te détestait !

Mais t’y allais,
T’y allais, t’y allais, t’y allais…

Pitoyable femme qui ne savait plus qui
Elle voulait être ni pour quelle heure si
Elle retrouverait le bonheur
Après quelle sorte de malheur :

Tu l’as eue, oui, mais après ?

Après qui, oui oui, après quoi
Il t’a fallu assurer.

La picorer de baisers certes
Mais baiser fini, son cœur toujours alerte
Prêt à s’envoler dans sa noirceur

Où la tienne se perdait

À chercher quelque trouée
Où mettre un nid pour ta hauteur…

Pauvre type, je t’ai plains, le sais-tu ?
Avant même que tu en soies redescendu !

La femme et les enfants sont bien partis
Sans que tu les aies à toi arrêtés ;

Pour tout ce que tu as fait je te le dis, merci,
J’ai quelques économies qui m’ont été épargnées !

Mais comment peut-on être à la fois
Aussi lâche et insolent ?
Je ne vois qu’une explication : tu y croyais, vraiment !

Et dire que tu as dû parfois croire que c’était moi
Quand ma seule victoire fut de te laisser être le roi !


Sais-tu ?


Sais-tu que c’est encore auprès de moi qu’elle
Est venue chercher conseil pour savoir comment
Te dire sans t’outrager ni confusion ses sentiments
Ni m’avouer il est vrai vos parties de courte échelle ?

Plus tard, quand tu repenseras calmement
À ces jours où tu portais sur toi un grand couteau de cuisine
Par crainte de ce qu’autrefois je t’avais appris, provoquant,
Comprendras-tu que je n’en ai jamais eu besoin dans ma cantine ?

Y avait-il un nom à te donner ? Pourquoi
Vespasienne de quelques soirs elle l’a aimé ?

Bouc- émissaire de son désespoir floué,
Coi dans le vestibule de tes ardeurs fanées,
Rang de pitre je t’aurai fait montrer du doigt !


Prouver


Un enfant ne sait rien de l’imagination
Qu’un adulte peut avoir et qui le fait rire
Ou pleurer. Un enfant n’a pas plus de soupçon
De ce dont un parent peut en secret souffrir.

Quand la relation n’a soudain plus d’avenir
Il appartient aux conjoints de s’en expliquer :
Moi qui n’en ai ni le besoin, ni souvenir,
Comment pourrais-je alors les intéresser ?

Sur un sujet qui toujours les avait trouvés
Muets, ils s’inventent aujourd’hui des projets
Auxquels je ne suis pas associé ! Pour partir

Ils n’ont aucun regret, pas plus de baisers,
Et savent qu’il ne me reste pour les aider
Qu’à prouver que je ne les verrai plus grandir.


Devoir


Hélas ! De mon travail leur esprit ne retient
Que mon absence, celle qui nourrit ta cible ;
De tout cela que je dépense au quotidien
Il ne me semble pas que ce leur soit visible.

Nous étions deux à leur prodiguer tous les soins.
Certes toi de façon plus proche et perceptible…
Et c’est pourquoi je disparais chaque matin
La rage au ventre de me faire moins crédible.

Tu t’inventes des devoirs qui créent des besoins
Que les enfants souffrent de rendre réductibles
Et de me voir y tenir de plus en plus loin.

Des tâches ménagères, pourtant, tu te plains ;
Qu’aussi tu me caches pour que je sois risible :
Quoi que j’en sache ce ne sera jamais bien.


Libres autant que moi


Je jouais avec eux, les prenais dans mes bras ;
Quand le soir je rentrais leurs devoirs étaient faits.
Parfois je les aidais, d’autres fois on parlait :
Je vivais auprès d’eux, libre autant que loi…

Je les conduisais pour aller voir des amis,
La famille, un spectacle ou une attraction ;
Je choisissais leurs vacances, leurs distractions ;
Quand ils en eurent l’âge, ils choisirent aussi.

Ils connaissaient mes idées, mon éducation,
Mes sentiments, mon travail, mes obligations ;
Je crois qu’ils appréciaient aussi mes talents.

Mais surtout ils trouvaient bonheur de la maison,
Des chiens, du jardin, de la télévision.
Je n’avais pas prévu d’être un jour l’homme absent.


Galop


Vous ! Pensez-vous que sans la tension du désir
Je n’éprouverais pas la peine de souffrir ?
Ils ne me manquent pas, mes plaisirs sont les mêmes,
Mais privé d’eux ma vie change et pose problème.

Plus libre de projets et de ce qu’ils entraînent,
Plus riche d’intérêts, disponible et léger,
Débarrassé d’un fardeau… pourtant pas sans rênes,
Mon galop s’emballe et modifie les arrêts.

Ils pourront m’oublier, m’attendre ou me maudire,
Se corrompre et jurer, mordants, durs et avides :
Je ne les empêcherai pas de me haïr…

Quand elle a dételé, j’étais fou de douleur.
Elle m’avait piqué le sang en carotide…
L’insolation qui me guette a soufflé mes peurs.


L’épouvantail


J’aurai pu disparaître, ou déjà l’un d’entre eux.
Combien de fois ais-je été surpris et heureux
De les revoir, déçu de ne pas mieux paraître :
La vie n’est point si banale qu’il ne faille être !

La mienne ici se complaît à moudre le bien
Qu’elle ne pourra plus paître. Le papa tendre,
A qui l’amour donna la patience d’attendre,
Défiait l’épouvantail qui n’a plus ses deux mains.

Tôt ou tard l’enfant qui grandit décidera
Pour lui, sans rien écouter qui ne soit fortuit.
Il n’est pas rare alors d’avoir la nostalgie.

Je leur raconterai l’histoire d’un combat
Qui n’a pas eu lieu, pour leur construire un abri ;
Je leur parlerai de moi afin qu’ils m’oublient.


Nostalgie


Je ne crois pas que ma souffrance vous intéresse ;
Aussi, j’ai besoin d’écrire de beaux poèmes
Et pour me justifier d’une telle prouesse
Ma cause est entendue sans lassitude extrême.

Puis femme est passée, sans grande délicatesse ;
A compris que je tairai l’affront où s’emmêle
Ma vie à la sienne, a jeté ses promesses
Comme s’ajoutent aux ordures, dans une pelle,

Les bijoux qu’il lui faudrait rendre après caresses.
Que se perde mon cœur reste sans importance
A ses yeux, pourvu qu’elle en puisse ôter l’adresse.

Je n’aurai à pâtir, tous ses soins le prétendent,
Ni de ses ambitions ni de ses manigances ;
Mais je ne connais pas la loi qu’elle appréhende.

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » dim. 24 mai 2020, 10:32

J’ai vu et j’ai entendu.
J’ai vu un ciel qui respire la mauvaise foi
Et un soleil rouge qui brûle les nuages.
J’ai entendu les nuages soupirer d’effroi
Et le tonnerre en colère gronder de rage.

J’ai vu un enfant qui sanglote de faim
Et une mère désespérée qui donne le sein.
J’ai entendu les cris de haine sur les chemins
Et ceux des torturés par de cruelles mains.

J’ai vu la tolérance qui recherche l’amour
Et un monde égoïste qui supporte la haine.
J’ai entendu le silence prier pour le retour
De la raison, que l’humanité vive sans peine.

J’ai vu la colombe à la poursuite de la paix
Et les flammes de la violence détruire la vie.
J’ai entendu les râles des agonisants ignorés
Et faible, je pleure face à la violence impie.
J'ai vu Elie devant la gare réaffecté
Ce qui me rend de suite affecté
En attendant Jésus au seuil
Pour le banc, me demande-t-il, auriez-vous du soleil ?

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » dim. 24 mai 2020, 10:48

Ma mère m'a dévoré dès l'oeuf
Pardonner est un score neuf
Dieu m'a tissé dès ma conception
Les gens doivent faire leur introspection

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » lun. 25 mai 2020, 2:16

Les nuages en agriculture par des fusées
Se désintègrent une fois elles diffusées
La probabilité de modifier le climat
Est par ce postulat tout un karma

Tout homme a des droits inaliénables
Je pointe du doigt une curiosité palpable
Que se cache derrière cette violation ?
Il serait bon de se poser la question

Telle une personne trouvant une précieuse pierre
Qui s'enquit pour la cacher à terre
Ainsi fait l'égoiste pour eclipser la lumière
Jusqu'à l'éliminer si découvert

L'égalité doit être réel à tout degré
Aux droits de l'homme j'agrée
Dernier rempart pour ma liberté
Le monde doit changer, vous êtes alerté

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » lun. 25 mai 2020, 3:07

Je suis fatigué et non inspiré
Si je continue, tout va empiré
Il y a un temps pour composer
Et un temps pour s'imposer

La sexualité est un domaine compliqué
L'isolement a été d'Etat comploté
Pour une fille de père ma vie presqu'otée
Au commencement par maladresse et timidité

L'enseignement de l'Evangile est ainsi fait
Que l'eunuque imagé doit être un bien fait
Pour cette histoire tant de vie otées
Simplement pour préserver une part d'égalité

Ce conflit pour ma part est résolu
Encore faut-il écarter ce prêtre révolu
Agent du père harceleur/harcelé
Une montagne cachée à déceler

Les liens charnels si résiduels
Doivent être délié c'est la cible
En coupant les liens entre partis pris
Libérant2✓ ainsi l'entretien compris

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » lun. 25 mai 2020, 16:56

Mon coeur semblable à une grenade
Luciani le présage dans sa cantonade
Va-t-il imploser dans une dernière incartade ?
Ou s’arrêter sur une estrade ?

Pour les Cieux éternels l’homme est-il toujours mortel ?
La Vierge Marie n’est-elle pas immortelle ?
L’espérance est donc ma tutelle
De me voir bientôt sous son ombrelle

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » lun. 25 mai 2020, 17:23

Si le Christ devait revenir aujourd’hui ?
La crainte serait-elle un réel appui ?
S’il sauve tout homme, et fait tomber la pluie
Il fera de son frère ou sœur sans distinction autrui

L’homme n’est pas censé être en orbite
Ni de devenir un sodomite
Ni de faire les Cieux son gîte
Les petits bonheurs sont tout un rite ...

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » lun. 25 mai 2020, 17:37

Superman est dépeint par le s symbole
Encore une envisageable parabole
En bien en mal et non en hyperbole
Acquittons-nous d’une sainte obole

Un homme peut-il venir des Cieux ?
Comme Jésus-Christ dans ses yeux ?
La Vierge Marie à Banneux
Une lettre et je pense à Bagneux

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » mar. 26 mai 2020, 5:04

Vas-y porte plainte !
Et Anne-Marie tu seras une sainte !
Mais sache que moi aussi
J'ai matière à en faire ainsi

Camille Claudel est la vérité
Le Bon Dieu se révèle comme mérité
Il n'aime pas qu'on s'en prenne
A l'objet de sa création par mort soudaine ...

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » mar. 26 mai 2020, 5:37

Le poker en ligne a toujours un psychiatre au-dessus
Telle est encore une vérité cossue
L'heure est donc à l'enivrement bossu

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » mer. 27 mai 2020, 7:46

Heureux celui pour qui Jésus n’est pas occasion de chute
Pour tous ceux là je revendique mon droit à leur dire chut
Je cautionne donc sans état d’âme les attentats
Qui sanctionnent donc ceux qui m’ont mis dans cet état

La colère de Dieu est une chose qui s’achète pas
La Vierge Marie est une femme qui marche au pas
Sa revendication est un mal qui signifie trépas
Pour ceux qui font de moi un estrepa

Attention la Dame de l’Apocalypse a joué le rôle de Satan sur la croix
Délivrant toutes les pensées me concernant sanctionnable par celui qui croit
La psychiatrie éventuellement peut comprendre ça
Heureux celui pour qui Jésus n’est pas occasion de chute à ça

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » mer. 27 mai 2020, 18:22

La récupération est tout un art
La source n’est pas perceptible par quelque radar
Ensemble n’est possible qu’avec un respect non coupable
Je les confondrais ceux-là avec préjudice notable

Car si dans les Cieux le fou est Roi
C’est sûrement car il gravit toute paroi
Et qu’il se sert de son infinie courroie
Et qu’il vingt comme Montmirail Godefroy

Une chose certaine est que le rejet intuitif
Est un jugement déraisonné et hâtif
Surtout quand mon engagement est fictif ...
Et me condamnant à un effroyable exil

Comment une mère peut rejeter son enfant
Pour tirer un trait dessus et l’enfermant
A l’hôpital psychiatrique se faisant
C’est l’ultime vérité me concernant

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » mer. 27 mai 2020, 19:18

Grandir en responsabilité est un devoir chrétien
Mais quand on a séjourné à l’asile comment délier ses liens
Le Christ comme moi a été livré à ses bourreaux
Le même sort m’est-il réservé avec les mêmes arsenaux ?

La mortification des sens est-il ma pénitence 
La camisole chimique une sorte de sentence
Ma déshumanisation une collaborative accointance
Pour préserver la société jusqu’aux plus grandes instances ?

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » jeu. 28 mai 2020, 0:16

Je suis un homme fini à enfermer
J’aurai bien pu avoir une occasion de fermer
de lutter inlassablement jusqu’à tuer
mais arriver à cette extrémité doit me faire écrouer

Plus d’ami, presque plus de famille, et aucun avenir vision
Je délire dans la rue et fait de l’exhibition
La Vierge Marie me criant ce soir « et c’est pas fini ! »
Me pousse à croire à une fin et pour moi ou pour eux ce sera fany

Je ne suis pas malade en fait, simplement une chose
La planète va-t-elle tenir ? Deux choses
Le soleil va-t-il tenir ? Trois choses
Le cosmos entier va-t-il tenir ? Quatre choses

J’aurai bien essayer de trouver un secours gratuit
Peut-être aurais pu éviter telle extrémité en huit
Gagner l’univers était une histoire si réelle
Pour que vous sachiez que Dieu est avec moi et c'est elle

Avatar de l’utilisateur
Antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Partage de mes poésies d'inspiration chrétienne

Message non lu par Antoine75 » jeu. 28 mai 2020, 13:27

Le mahdi dans le coran encore une énigme à résoudre ?
Encore une histoire pour faire parler la poudre ?
Le bien guidé doit-il mourir peu après ses quarante annuités ?
La famille de l’humanité peut-elle enfin se réconcilier ?

Je suis probablement celui-là sans vocation à briller
A la manière de Napoléon comme l’œil sur un billet
Mais peut-être par le témoignage de ma vie entière
Peut-elle servir d’appui à ce qui m’a mis à terre …

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité