Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Littérature - Fiches de lecture - Biographies - Critiques - Essais - Philologie
Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 27 févr. 2012, 22:24

Merci ;)
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11099
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Hervé Kempf

Message non lu par Fée Violine » lun. 27 févr. 2012, 22:40

Je viens de lire "Pour sauver la planète, sortez du capitalisme", d'Hervé Kempf (Seuil, 2009), qui est si intéressant que j'ai l'intention d'ouvrir un fil.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Cinci » mar. 28 févr. 2012, 5:35

Je suis en train de lire Le remède imaginaire - Pourquoi l'immigration ne sauvera pas le Québec.

http://www.editionsboreal.qc.ca/catalog ... -1868.html

Blogue et débat sur le bouquin :

http://www2.lactualite.com/jean-francoi ... ebat/7989/

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3000
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Jean-Mic » mar. 28 févr. 2012, 11:32

Fée Violine a écrit :Je viens de lire "Pour sauver la planète, sortez du capitalisme", d'Hervé Kempf (Seuil, 2009), qui est si intéressant que j'ai l'intention d'ouvrir un fil.
Chiche ! Comme on dit au poker : "je paye pour voir" ! C'est une excellente idée.
Merci.

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2344
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Teano » mar. 28 févr. 2012, 12:42

"Les cultes orientaux dans le monde romain" de Robert Turcan.
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3000
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Jean-Mic » mar. 28 févr. 2012, 14:53

Reçue hier, la revue trimestrielle le Monde de la Bible, histoire, art, archéologie. :lecteur: A chaque numéro qui arrive (quatre fois par an), je laisse tomber tout le reste pour me jeter dedans et le lire in extenso. Le débat à la une de ce numéro : l'archéologie contredit-elle la Bible ?.

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 28 févr. 2012, 16:19

Bonjour Jean-Mic,

Le Monde de la Bible est une belle revue, c'est vrai. Les articles sont de qualités et les illustrations souvent superbes et véritablement illustratives.

Je regrette cependant qu'elle soit si onéreuse (10€ le numéro d'une soixantaine de pages !) et que les dossiers soient bien souvent un poil décevant. Je termine bien souvent la lecture des dossiers sur ma faim.

patrick_mtl
Censor
Censor
Messages : 116
Inscription : lun. 19 févr. 2007, 5:04

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par patrick_mtl » mar. 28 févr. 2012, 18:28

Pour le carême, j'ai choisi:

Jésus de Nazareth de Benoit XVI (le premier tome) et
En intimité avec Jésus du Père Louis-Marie Parent (fondateur de Volontas Dei) sur la prière d'oraison. Vraiment très bien.
Omnes cum Petro ad Iesum per Mariam.

Avatar de l’utilisateur
Nelly_
Censor
Censor
Messages : 113
Inscription : ven. 06 janv. 2012, 22:16
Localisation : France

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Nelly_ » mar. 28 févr. 2012, 23:30

L'imitation de Jésus Christ, Thomas a Kempis
Κύριε ελέησον !

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Cinci » mer. 29 févr. 2012, 7:53

En complément de celui touchant l'immigration, je lis La grande fumisterie, les transnationales à l'assaut de la démocratie. Très bien fait. Écrit dans un langage clair. Bon ouvrage de synthèse.

Un exemple :

  • « ... à l'heure actuelle, bon nombre des transnationales les plus puissantes au monde sont américaines, et nous associons presque automatiquement le phénomène aux États-Unis. Il n'en a pas toujours été ainsi : les États-Unis possèdent en effet une longue tradition de lutte populaire contre la domination des sociétés privées. Alors que le Canada n'est pratiquement qu'un projet commercial à l'origine, les États-Unis s'affirment dès leur création comme une démocratie révolutionnaire, fondée avant tout sur la souveraineté de ses citoyens, à laquelle est subordonné tout le reste - y compris les droits des sociétés commerciales. L'existence de celles-ci est alors soumise à l'approbation explicite des citoyens. Il s'agit là d'un point important, car il nous rappelle que les grandes sociétés sont des entités artificielles auxquelles il est possible d'imposer des restrictions, comme les citoyens américains le faisaient naguère.

    Dans un document où il aborde la question de la responsabilité citoyenne des entreprises, Richard Grossman rapporte plusieurs cas où les sociétés ont été soumises à des restrictions. En 1809 par exemple la cour suprême de Virginie décrète que si l'entreprise qui demande à être constituée en société poursuit des intérêts «purement privés et égoïstes»; si ces intérêts nuisent au bien public, ou n'y contribuent pas, cette entreprise ne peut revendiquer ce privilège. L'acte constitutif est donc régulièrement refusé à des entreprises qui ne réussissent pas à démontrer qu'elles serviront les intérêts de la population.

    À ce moment, la contestation de chartes se base sur le quo warranto; dans la plupart des États, la société doit se limiter aux activités explicitement permises par la charte qui la définit. La révocation de chartes est pratique courante, En 1832, le président Andrew Jackson, à la grande satisfaction de la population, oppose son droit de veto à une loi qui aurait prolongé la charte de la Second Bank des États-Unis. La même année, la Pennsylvanie révoque les chartes de 10 banques; en 1857, on vote dans cet État un amendement constitutionnel demandant au législateur de réviser, abolir ou révoquer la charte de toute société qui leur apparaitrait nuire au bien-être des habitants de la communauté.

    La chance commence à tourner en faveur des sociétés américaines vers la fin du XIXe siècle. La guerre de sécéssion leur a été extrêmement profitable, et elles ont de plus en plus recours aux tribunaux pour contester ou contourner l'autorité de l'État. Grossman décrit ce processus : «Après la guerre de sécéssion, des juges nommés donneront privilèges sur privilèges aux sociétés privées. Ils réinterpréteront librement la Constitution américaine et transformeront le Common Law.» Les sociétés privées remporteront leur succès le plus éclatant en 1886, quand la cour suprême des États-Unis décrétera qu'en vertu de la Constitution américaine, une société privée est «une personne» à part entière. Ce revirement fondamental donne aux grandes entreprises le droit de mener n'importe quelle action qui n'est pas explicitement illégal. Au début du XXe siècle, grâce à l'appui des magistrats, la société privée est donc en bonne voie de devenir, pour reprendre l'expression d'un dirigeant de Ford, «l'institution sociale représentative de l'Amérique, l'expression institutionnelle de notre mode de vie»

    Avant le milieu du siècle, les jeux sont faits. En 1941, un comité du Congrès tire une conclusion évidente : «L'agent principal de la concentration du pouvoir et de la richesse a été la charte dotant la société commerciale de pouvoirs illimités».

    [...]

    En affirmant fièrement que les sociétés privées sont devenues l'expression institutionnelle du mode de vie américain, le gestionnaire de Ford décrit de façon réaliste la situation des citoyens américains [...] à partir du moment où les grandes entreprises acquièrent le droit d'exister indéfiniment et de fonctionner avec un minimum de responsabilités, en vertu de lois qui ne leur imposent aucune obligation sociale, elles deviennent en effet les plus puissantes institutions de la société, comme un survol de l'histoire du début du siècle dernier nous permet de le constater.»

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Cinci » mer. 29 févr. 2012, 7:59

Encore ...

  • «Au Canada, les sociétés privées sont pratiquement considérées comme des citoyens à part entière. Elles communiquent directement leurs opinions à leurs concitoyens par le truchement de la publicité, se voient accorder le même statut que ceux-ci lors de dizaines de tribunes publiques ou devant les tribunaux, collaborent à l'élaboration de politiques gouvernementales et participent au processus électoral en finançant certains partis. En fait, elles jouissent de la plupart des libertés octroyées aux véritables citoyens; leur pouvoir et leur influence cependant dépassent de loin ceux du simple citoyen.

    À l'ère des transnationales, la société privée, «personne» manifestement fictive, est devenue une sorte de supercitoyenne qui détient un pouvoir énorme tandis que ses responsabilités diminuent sans cesse.

    [...]

    Au moment où la charte canadienne des droits et libertés a été adoptée en 1982, de nombreux Canadiens et Canadiennes ont eu le sentiment que leurs droits civils venaient de faire un bond important. Après avoir vu à la télévision des drames policiers américains où on lisait aux gens leurs droits, nous avons pensé que dorénavant, nous étions nous aussi protégés contre les abus de l'État [...] la liberté d'expression, d'association, de religion, ainsi que notre droit à une protection contre les arrestations arbitraires seraient défendues par une véritable constitution, non plus seulement par l'assemblée législative, la common law ou des manifestations dans les rues.

    Treize ans plus tard, au cours de l'automne 1995, de nombreux Canadiens voient leurs premières impressions de la charte sérieusement ébranlées. La cour suprême du Canada décrète que le droit des citoyens à ne pas devenir dépendant de la cigarette dès l'enfance est moins important que la liberté d'expression de la puissante industrie du tabac. [...] Rapportons le discours tenu alors à la plus haute cour du pays : «La liberté d'expression, même s'il s'agit d'expression commerciale, est un principe fondamental d'une société libre et démocratique. S'il désir enfreindre cette liberté, le Parlement doit être prêt à fournir une justification pertinente et suffisante de cette transgression» (De toute évidence, la mort de 40 000 personnes chaque année au Canada ne constitue pas une justification suffisante). [...] Cette décision n'est qu'un des multiples exemples de renforcement des droits des pseudo-citoyens industriels par le système juridique canadien.

    En 1984, par exemple, un juge albertain décide de rejeter une loi limitant les dépenses par des tiers en période électoral. Or la loi en question aurait pu empêcher les plus importantes entreprises du pays d'investir 19 millions de dollars dans une campagne de propagande visant à renverser les élections de 1988, où la question du libre-échange constitue l'un des principaux enjeux. D'après le juge Donald Medhurst, les entreprises ont le droit de s'exprimer au même titre que les citoyens.

    [...]

    Selon Michael Mandel, professeur de droit à l'Osgoode Hall Law School, la Charte des droits et libertés, bien qu'elle ait pu faire progresser les droits de certains groupes au Canada, a fait beaucoup plus de torts que de bien à la démocratie. De telles chartes ont été conçues précisément pour contrer les effets d'une démocratie majoritaire, soutient Mandel. À son avis, une telle charte est un antidote à la démocratie, antidote que l'on veut voir apparaître partout dans le monde en réaction au suffrage universel, ou quand les institutions représentatives commencent à poser problème. La classe dominante de la société - les grands propriétaires, les riches - prend peur. Ceux-ci tentent de trouver des moyens pour garder le contrôle : révisions judiciaires, chartes de droits, à titre d'antidote contre un gouvernement réellement représentatif.

    Quand Mandel parle de propriétaires, il ne fait pas allusion à la propriété personnelle mais au grand capital. Dans une démocratie représentative, le droit des détenteurs de capital (c'est à dire les grandes sociétés commerciales) d'agir comme bon leur semble pour maximiser leurs profits - ciblant les enfants dans leurs réclames de tabac, coupant à blanc des forêts entières, construisant des usines en bordure de rivière - peut être remis en cause par des citoyens. Les chartes, affirme Mandel, fournissent cependant aux sociétés privées un tout nouvel arsenal susceptible de les aider à atteindre leurs objectifs de déréglementation.


    Toujours selon Mandel, la Constitution américaine et sa Déclaration des droits placent les droits de propriété hors de portée de l'État et du Congrès. Le Canada est dans la même situation, observe-t-il, avec une charte qui place l'autorité d'une cour non élue au-dessus de celle du Parlement. [...] Si la Charte canadienne octroie d'importants nouveaux droits aux sociétés commerciales, elle réduit en revanche le pouvoir du gouvernement. Elle introduit la notion selon laquelle nous aurions plus à craindre de nos gouvernements, de nos représentants élus, que du secteur privé.»
[/color]

Avatar de l’utilisateur
Gaudeamus
Quæstor
Quæstor
Messages : 263
Inscription : mer. 02 mars 2005, 11:18

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Gaudeamus » mer. 29 févr. 2012, 10:52

Teano a écrit :"Les cultes orientaux dans le monde romain" de Robert Turcan.
Bonjour Teano,
Je serais très intéressé par votre avis sur cet ouvrage, car ce sujet doit être passionnant et R. Turcan est reconnu comme un grand spécialiste - mais je ne l'ai jamais lu.
Amicalement,
Gaudeamus

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1597
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Joseph Fadelle

Message non lu par Hélène » lun. 05 mars 2012, 17:14

"Le prix à payer" de Joseph Fadelle...

Image

Récit d'une conversion au christianisme en terre d'islam. Mohammed Moussaoui, fils aîné d'une grande famille chiite, se destine à la vie aisée d'homme d'affaires lorsqu'il fait la connaissance de Massoud, un chrétien. Cette rencontre le transforme au point de se convertir. Une fatwa est lancée contre lui. Obligé de se cacher pour vivre sa foi, il s'enfuit en Jordanie.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2722
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Cgs » lun. 05 mars 2012, 20:12

Fée Violine a écrit :Je viens de lire "Pour sauver la planète, sortez du capitalisme", d'Hervé Kempf (Seuil, 2009), qui est si intéressant que j'ai l'intention d'ouvrir un fil.
J'attends vos impressions sur ce livre avec impatience, chère Fée ! :)
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Isabelle47
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1948
Inscription : mer. 22 juin 2011, 22:49

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lu par Isabelle47 » lun. 05 mars 2012, 20:31

"Les sermons" de Maître Eckhardt. Mais très lentement. Et peu à peu.
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités