Mais qui est la femme de Caïn ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Olivier
Quæstor
Quæstor
Messages : 204
Inscription : dim. 29 août 2004, 23:15
Localisation : Région marseillaise
Contact :

Mais qui est la femme de Caïn ?

Message non lu par Olivier » jeu. 18 déc. 2008, 1:18

Dans la Bible, il est dit que Caïn a une descendance.

Caïn connut sa femme; elle conçut, et enfanta Hénoc. Il bâtit ensuite une ville, et il donna à cette ville le nom de son fils Hénoc.
4.18
Hénoc engendra Irad, Irad engendra Mehujaël, Mehujaël engendra Metuschaël, et Metuschaël engendra Lémec.
4.19
Lémec prit deux femmes: le nom de l'une était Ada, et le nom de l'autre Tsilla


Je voulais savoir ce qu'elle était devenu dans la Bible, en parle-t-elle ? Ou bien, est-elle noyée sous les eaux lors de l'épisode de l'arche de Noé ? Merci

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5028
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par gerardh » sam. 27 déc. 2008, 15:17

___________

Bonjour,

Tout à fait : la descendance de Caïn a été noyée dans le Déluge. Seules 8 personnes en furent épargnées.

_________

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par zélie » sam. 27 déc. 2008, 16:49

J'ai juste une question, un peu hors sujet, mais je ne vais pas faire un fil pour ça.
Noé ayant 600 ans au moment d'embarquer sur l'arche (Gen 7, 6) le nombre de huit personnes n'est-il pas métaphorique? Qu'il eut trois fils, d'accord, mais quand on dit "ses fils et les femmes de ses fils", cela ne veut-il pas dire toute sa descendance?

fil bleu
Censor
Censor
Messages : 91
Inscription : mer. 10 déc. 2008, 1:11

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par fil bleu » sam. 27 déc. 2008, 17:45

Oui, c'est tout le clan qui entre dans l'arche Gn.6,18 et 7,1 et 7,13 Le Seigneur ferma la porte sur lui et c'est tout le clan qui en sort pour bénéficier de la bénédiction créatrice et de l'alliance
Gn 8,15 Dieu dit à Noé: Sors de l'arche, toi, ta femme, tes fils et les femmes de tes fils Gn 8,18
Gn 9,1 Dieu bénit Noé et ses fils
Gn 9,8 Dieu dit à Noé accompagné de ses fils : Je vais établir mon alliance avec vous, avec votre descendance après vous
Gn 9,18 Sem, Cham et Japhet étaient les fils de Noé qui sortirent de l'arche
Gn 10,1 Voici la famille des fils de Noé, Sem, cham et Japhet. Il leur naquit des fils après le déluge.......
.......Gn 10,31 Tels furent les clans des fils de Noé selon leurs familles groupés en nations. C'est à partir d'eux que se fit la répartition des nations sur la terre après le Déluge.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5028
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par gerardh » lun. 29 déc. 2008, 0:32

_________

Bonjour Zélie,

Je ne pense pas que le nombre 8 soit métaphorique. En effet, outre le passage de la Genèse, rappelé plus haut, il y a aussi 1 pierre 3, 20, qui précise : "un petit nombre, savoir 8 personnes ..."


_________

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1693
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par Xavi » mer. 29 juil. 2009, 16:51

La question de la descendance de Caïn est un grand classique. A-t-il épousé sa sœur ? Par qui avait-il peur d’être tué ? Y avait-il d’autres êtres ?

Quelle était la situation selon les récits de la Genèse ?

Lorsque l’humain est créé, c’est le sixième jour (Gn 1, 31) : cela peut exprimer qu’il ne vient pas de rien, mais qu’il prolonge une création par étapes qui le précède. Il est modelé, formé, avec de la création qui le précède, il vient du sol. Un jour est comme mille ans (Ps. 90, 4). Bien plus encore selon la science.

Il y a toute une progression dans la création. De l’évolution, mais aussi, à un moment, une mutation majeure lors de laquelle apparaît l’humanité.

Il est indiqué que la création des plantes et des animaux précède celle de l’humain, mâle et femelle, mais le récit nous précise cependant aussi que Dieu a façonné l’humain avant même la création des arbres et des plantes, avant même de modeler les bêtes et les oiseaux (Gn, 2, 4-9). Il y a de la simultanéité et non uniquement des créations successives.

La création de l’humain n’est pas un acte instantané, ni un acte réalisé entièrement un sixième jour même si ce jour est d’une durée immense. Il ne sera achevé qu’après un long travail de mutations dans une chaîne de reproductions cellulaires encore plus innombrables aboutissant à l’humain mâle et femelle.

Dans le récit explicatif des origines, un « adam » signifie « poussière du sol », un humus-oïde, ce qui renvoie à la poussière du sol avec laquelle l’humain, sans référence à l’espèce ou au genre, est formé. Ce qui fait l’humain, c’est le souffle de vie particulier que Dieu insuffle dans cette poussière. Les mots « humain » et « homme » viennent du latin « humus ». L’adam, c’est d’abord de la poussière du sol, une création animale déjà certainement complexe et douée de multiples qualités, mais qui reçoit une spécificité humaine.

Tant la Genèse que la science nous attestent que la terre est peuplée lorsque l’homme est créé à l’image de Dieu. D’australopithèques ? D’homo sapiens ? Vraisemblablement d’une espèce qui émerge du monde animal avec une intelligence supérieure, des capacités exceptionnelles. Des hominidés. Mais, ce n’est pas encore l’humain tel que la Genèse nous le définit et qui nous définit aujourd’hui encore. Dans un couple de cette espèce, Dieu va insuffler sa propre image, son propre souffle, sa propre vie et permettre qu’elle se transmette.

Si l’on accepte un lien avec la création qui le précède, ne faut-il pas imaginer que les premiers humains font partie d’une espèce d’hominidés et que leur création comme humains intervient dans ce contexte ?

Ce qui caractérise l’humain, ce n’est pas d’abord son patrimoine génétique. L’humain est créé mâle et femelle (Gn 1,27 / 5,2), comme les animaux (Gn 7,2). Comme tous les êtres animés, il est fait à partir des molécules matérielles terrestres, de la poussière du sol, et d’un souffle de vie. C’est d’abord une âme vivante (Gn 2,7), exactement comme les animaux (Gn 1,24 / 2,19).

Chacun selon son espèce (1,24).

Un jour vient, où la poussière, après une longue évolution et d’innombrables mutations est devenue un être animé, particulièrement perfectionné, intelligent et réflexif. Une mère a pu enfanter un être qui devient capable d’être plus que la matière dont il provient. Un adame. Une porte s’ouvre pour du tout autre, de la transcendance.

Une mutation génétique de son ADN ? Un gêne a pu être modifié, altéré. Rien ne le précise. Quoi qu’il en soit, il ouvre du nouveau.

Un surplus de vie lui est donné. La porte ne va pas se refermer. Ce surplus de vie va passer à d’autres.

L’adame n’est pas isolé. Il est entouré d’êtres animés divers, d’une nature riche de multiples espèces. Il vient du sol.

Des hominidés dont provient l’humanité, seul les humains vont subsister.

Cette création de l’humain ne sera pas située dans l’histoire par une caractéristique corporelle ou matérielle précise, mais par une marque divine. Ce qui le définit spécifiquement, c’est l’image et la ressemblance du Dieu infini dont il est fait (Gn 1, 26-27). Une marque spirituelle dans une réalité terrestre. A cet égard, la science ne contredira jamais la création de l’homme, parce que sa spécificité spirituelle n’est pas observable scientifiquement.

La science peut observer la réalité terrestre de l’humain apparaissant au cours de l’histoire, mais non la vie divine que l’humain reçoit en lui et qui le distingue de toute autre créature, qui l’ouvre sur la vie immortelle.

Bien avant les acquis actuels de l’étude des animaux par l’éthologie moderne, la Genèse ne présente aucune différence objective entre les humains et les animaux. Là n’est pas l’essentiel.

Il est humain, à l’image, à la ressemblance de Dieu (Gn 1,27).

Il semble pouvoir être considéré comme un hominidé devenu un humain.

Fait à l’image de Dieu avec la vie de Dieu, cet humain avait cependant en lui de quoi vaincre la mort qui marquait sa nature terrestre, mais cette victoire sur la mort n’existe qu’avec la vie de Dieu, faite de relation et de communion, pas de connaissance autonome, séparée.

Qu’est-ce qui le différencie des autres êtres animés, des hominidés de l’espèce dont il provient ? Sa plus grande intelligence. Non. Il y a parmi les êtres animés sur la terre, un autre être non humain qui est décrit comme le plus subtil, le plus intelligent, le plus rusé. Il parle. Il raisonne. Il interroge. (Gn 3,1).

Ce n’est ni l’intelligence, ni la parole qui distinguent l’humain, c’est la ressemblance avec Dieu, la relation et la communion. C’est uniquement l’image de Dieu, une vie semblable à celle de Dieu, qui distingue l’homme parmi les êtres animés sur la terre.

Des femmes humaines vont nouer des relations avec des créatures non humaines (Gn 6, 2) qui ont pu être des hominidés de l’espèce dont proviennent les humains.

Le récit nous indique cependant qu’avec ces mâles non humains, les femmes humaines n’ont pas transmis l’humanité mais ont donné naissance à des êtres d’une espèce particulière qui a disparu (Gn 6, 4).

L’humain, qui reçoit une vie spécifique, un souffle particulier de Dieu en lui, est une espèce nouvelle, mais c’est d’abord, une âme vivante comme les autres être animés sur la terre avec un surplus de transcendance.

Caïn, Abel, Seth, et de nombreux autres enfants d’Adam et Eve ont pu transmettre à leur tour la vie spécifique d’êtres humains à l’image de Dieu, qui a transformé un animal surdoué en image de Dieu, avec un patrimoine génétique matériel qui n’a cessé de se transmettre depuis les origines du monde, par évolutions et mutations successives jusqu’à la création de l’humain.

Et cette vie humaine n’a cessé de se transmettre. On peut imaginer que les enfants des premiers humains se sont unis aux êtres de l’espèce d’où provenaient ces premiers humains qui existaient au même moment et à la même époque. Ces êtres ont pu apporter à la descendance la même base animale et matérielle qui a permis de créer l’homme et la femme, mais les premiers humains ont pu transmettre une caractéristique (génétique ?) dominante conférant l’humanité dans des unions entre un humain et un être non humain de l’espèce dont provient l’humanité, par la transmission d’un ajout, d’une mutation conférant un souffle nouveau, inégalé dans la création, de la vie même de Dieu.

Lorsque Caïn a été chassé, il pouvait craindre d’être tué par des hominidés de la même espèce que lui mais non humains. Lorsqu’il rencontre sa femme, il a pu rencontrer une hominidée non humaine, mais il va cependant transmettre l’humanité à sa descendance.

Des croisements ont été possibles avec la descendance de Seth, le descendant des premiers humains retenu dans l’ascendance patriarcale de Noé par le récit de la Genèse.

Ces recoupements semblent se retrouver dans les descendances de Cain et de Seth.

N’ya-t-il pas une étrange ressemblance entre Hénok, Irad, Mehuyael, Metushael et Lamek (Gn 4,18) et Hénok, Mathusalem et Lamek (Gn 5,21-25) ? Les noms de Hénok et Lamek sont identiques. Dans le texte hébreu, les quatre premières lettres de Metushael et Mathusalem sont identiques, ainsi qu’une des deux dernières lettres dans une position différente. Les deux noms ont six lettres. Une seule lettre différente dans les deux dernières.

Après cinq cents ans, si l’on considère que les noms ne visent pas que les patriarches mais toutes les générations de leur clan tant qu’il a subsisté, un recoupement généalogique est normal. Hénok peut être simultanément de la descendance de Caïn et de Seth. Encore maintenant, un grand nombre de personnes descendent de deux frères si on remonte de cinq cents ans dans les arbres généalogiques.

Oublions-nous que chacun, dans notre propre arbre généalogique fait d’hommes et de femmes, nous avons plus d’un milliard d’ancêtres potentiels à la 30ème génération, près de mille ans avant nous (2 x 2 x 2 …etc) dont le nombre ne se réduit que du fait des multiples recoupements ?

Dans ces conditions, il paraît compréhensible qu’après mille ans, Noé était de la descendance de Seth autant que de celle de Caïn.

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par philémon.siclone » jeu. 30 juil. 2009, 22:15

Il ne faut surtout pas oublier que la "descendance de Caïn" n'est pas seulement selon la chair, mais aussi selon l'esprit. Dès la sortie de l'arche, se produit un incident impliquant Cham, le père de Canaan, suivi d'une malédiction prononcée par Noé contre toute sa descendance. St Jude, dans son épître, qui est le dernier livre avant l'Apocalypse, parle d'une "voie de Caïn" qu'auraient suivi les "impies". Quoi d'étonnant à cela, d'ailleurs ? La jalousie, suivie de l'homicide de Caïn, ouvrait la voie de l'inimitié entre les hommes, après qu'Adam ait introduit la première séparation entre Dieu et les hommes. Et au chant sauvage de Lamech, descendant de Caïn, qui voulait se venger 70 fois 7 fois, répondit le commandement de miséricorde adressé par Jésus à St Pierre : tu pardonneras jusqu'à 70 fois 7 fois. C'est bien que la race des enfants de Caïn vivait encore, et elle subsiste même encore aujourd'hui !
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1693
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: La descendance de Caïn

Message non lu par Xavi » ven. 31 juil. 2009, 10:32

philémon.siclone a écrit :Il ne faut surtout pas oublier que la "descendance de Caïn" n'est pas seulement selon la chair, mais aussi selon l'esprit. ...
Bien exact. Lorsque nous cherchons à découvrir le sens concret, terrestre, matériel ou historique, d'un texte biblique nous ne pouvons jamais perdre de vue que son objet principal est toujours de parler à notre coeur, à notre esprit. Les faits qui nous sont présentés nous renvoient toujours et principalement à leur signification symbolique, spirituelle et actuelle pour nous aujourd'hui.

Nonolec
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : mer. 13 févr. 2013, 19:31

Mais qui est la femme du fils d'Adam?

Message non lu par Nonolec » lun. 04 mars 2013, 19:08

Bonsoir,

En ce moment, en cours d'histoire, nous traitons de l'évolution de la religion aux États-Unis. C'est un sujet qui m'intéresse beaucoup sauf que le professeur, de part ses propos, illustre bien son athéisme.

A un moment donné du cours, il nous a posé une question qui m'a laissé dans l'interrogation. Je viens à peine de débuter la lecture de la Bible et c'est vrai que sa question m'a frappé.

Dans la Genèse, si Adam et Ève sont les premiers êtres humains et qu'ils ont eu un fils et que celui-ci s'est marié, d'où vient sa femme?

Cette question m'embête un peu car je ne l'avais pas du tout imaginée et je ne trouve pas de réponses mais je suis sur que la Bible et l'Eglise ont une réponse, c'est pour cela que je vous écris ce soir.

Fraternellement :fleur:

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Mais qui est la femme du fils d'Adam?

Message non lu par Mac » lun. 04 mars 2013, 20:05

Bonjour Nonelec, :)

Dieu crée la première femme, Ève, à partir d'un bout de côte d'Adam. Ça doit être pareil pour le fils de Adam et Eve, sa femme doit venir de sa côte aussi. Apparemment votre prof il peut tout croire il faut essayer voir si c'est la bonne réponse. :D

Fraternellement. :ciao:

Avatar de l’utilisateur
Longin
Censor
Censor
Messages : 72
Inscription : lun. 18 févr. 2013, 9:12

Re: Mais qui est la femme du fils d'Adam?

Message non lu par Longin » lun. 04 mars 2013, 20:08

2 solutions s’offrent à vous :
- soit vous prenez le récit au pied de la lettre et vous êtes obligé d’admettre qu’il y a eu inceste puisque Caïn a dû épouser sa sœur (ou alors une autre intervention divine pour créer d'autres êtres humains, mais ceci n'est pas relaté dans la Bible)
- soit vous estimez que ce récit est une narration qui possède certes une apparence historique, mais dont l’objectif est de nous faire découvrir le sens profond de l’homme (Adam signifie l’homme). Adam et Ève sont alors des archétypes de l’homme et de la femme.
Je vous laisse choisir.
« Tu es mal à l’aise, tu soupires, ton mal te blesse, tu n’arrives pas à te débarrasser de ta haine. Espère en Dieu, c’est le médecin. » Césaire d’Arles.

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1323
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: Mais qui est la femme du fils d'Adam?

Message non lu par mike.adoo » lun. 04 mars 2013, 20:22

Bonsoir Nonolec

Ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugé ( Luc 6,37...)

Ne jugez pas votre professeur ... Il est possible que ses intentions ne soient pas très " catholiques " ; Il n'est pas impossible qu'il veuille exciter votre curiosité est vous faire réfléchir .
Voici un autre sujet de réflexion sur le même thème : Eve , créée à partir d'une côte d' Adam , devrait posséder le même patrimoine génétique que celui d'Adam . Adam et Eve sont donc plus que frère et sœur et leurs relations sont incestueuses ... Ainsi , le Créateur aurait d'entrée de jeu autorisé ( et encouragé ) l'inceste ... Vous voyez le topo ?

Réfléchissons un peu ( juste un peu ) !
L'histoire d'Adam et Eve peut être abordée sous plusieurs angles : lecture littérale , allégorique , poétique , midrashique et j'en passe . Prenons les deux premiers cas ;
- Si l'on admet que Dieu existe , on admet de facto qu'Il soit capable de faire des miracles et que rien ne lui est impossible ... Dans ce cas , la question de savoir d'où vient la femme de Caïn est un non-sens .
- Si l'on aborde le texte comme une allégorie , cette même question est aussi un non-sens . ( Idem pour la poésie ou le midrash )
Imaginez un instant qu'un instituteur , avant d'apprendre à ses élèves la fable du lièvre et de la tortue , enquête discrètement , dans quelque campagne , pour vérifier si les tortues organisent effectivement des "challenges " avec des lièvres ... On nage en plein délire !

Votre professeur a-t-il d'autres questions ?

PS Je viens à l'instant de prendre connaissance des réponses de Longin et de Mac ( que je salue ) . Je pense que nous nous rejoignons .

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Mais qui est la femme du fils d'Adam?

Message non lu par Mac » lun. 04 mars 2013, 20:49

....Imaginez un instant qu'un instituteur , avant d'apprendre à ses élèves la fable du lièvre et de la tortue , enquête discrètement , dans quelque campagne , pour vérifier si les tortues organisent effectivement des "challenges " avec des lièvres ...
Les tortues Ninja? :D
Je vais arrêter mon enquête sur ces "chalenges" :-D

Merci pour votre intervention pédagogique et pleine d'humour mike adoo .

Fraternellement en Jésus Christ. :ciao:

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1693
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Mais qui est la femme du fils d'Adam?

Message non lu par Xavi » mer. 06 mars 2013, 19:22

Les fils d’Adam et Eve ont pu choisir leur femme parmi les milliers de femmes qui vivaient à leur époque. La Genèse nous raconte que les femmes humaines de l’époque ont eu des enfants en s’unissant à des hommes qui descendaient d’Adam et Eve et qui étaient appelés fils de Dieu. Après s’être enfui, c’est bien loin des siens que Caïn a trouvé une femme.

Imaginer Adam ou Eve dans l’histoire concrète sans mère biologique, sans autres humains semblables à leur époque, c’est sortir de la réalité de l’histoire et nier la vérité de la création de l’humanité dans l’histoire.

Il me semble clair qu’il faut distinguer, d’une part, la création de l’espèce humaine qui a été façonnée pendant des milliards d’années et, d’autre part, la création des premiers êtres à l’image de Dieu, capables de vivre la vie de Dieu, de partager sa communion de manière éternelle.

Adam et Eve ne sont pas tombés du ciel. Pour un simple observateur historique, Adam était un homme ordinaire né d’une femme ordinaire, parmi de nombreux autres hommes et femmes vivant à son époque, et, de même, Jésus était un homme ordinaire, né d’une femme ordinaire, parmi de nombreux autres hommes et femmes vivant à son époque.

Adam comme Jésus vivait au milieu de semblables. Leur corps est issu d’une longue histoire. Et pourtant, Jésus vrai Dieu était tout autre que ses semblables humains et Adam, vrai fils immortel à l’image de Dieu, était aussi tout autre que ses semblables humains.

Mais, tout autre ne veut pas dire d’une autre espèce. Adam et Eve ne sont pas les parents biologiques de tous les hommes préhistoriques.

Les humains qui vivaient du temps d’Adam et Eve n’étaient pas des animaux. Ils étaient pleinement humains comme nous d’un point de vue terrestre, mais ils n’étaient encore que des humains façonnés dans le monde terrestre. Ils n’étaient pas encore créés capables de vivre la vie même de Dieu. Leur être n’était encore que précaire sans âme immortelle dans une nature se renouvelant sans cesse.

Pour un athée, il n’y a aucune différence entre Adam et Eve et les autres humains de leur époque, aucune différence entre Jésus de Nazareth et les autres humains de son époque.

Nous croyons que Dieu a créé dans ce monde présent des âmes immortelles, à son image, capables de partager éternellement sa vie dans une communion d’amour avec Lui. Tellement bien capables qu’il a pu lui-même assumer la nature humaine et être un vrai homme comme nous alors qu’il est Dieu.

Pourquoi tant de croyants persistent-t-ils à rejeter la réalité de la création d’êtres radicalement nouveaux dans l’histoire, par une lecture littérale injustifiée par rapport aux nuances du texte hébreu ? Pourquoi retenir l’idée d’une soudaine apparition d’Adam et Eve, sans père, ni mère, ni aucun autre de la même espèce terrestre pour imaginer ensuite que leurs enfants ont dû se marier entre eux ?

En quoi est-il plus étonnant d’affirmer que Dieu lui-même s’est incarné dans un corps issu d’une longue évolution jusqu’à Marie, parmi des semblables, que d’affirmer que, de la même manière, des êtres radicalement nouveaux ont été créés jadis dans des corps issus d’une longue évolution parmi des semblables ?

La difficulté majeure semble venir du vocabulaire.

Ne pensons-nous pas trop vite que tous les humains de l’histoire sont des descendants d’Adam et Eve sans vérifier le sens que nous donnons au mot « humains » ?

Un humain (celui qui vient de l’humus, de la terre) c’est d’abord celui que la Genèse nomme l’adame (mâle et femelle) qui vient de l’adamah (la poussière du sol). L’humain (l’espèce sexuée) existe avant d’être introduite dans l’Eden, le monde de Dieu, avant que cette nature humaine ait été assumée par un être radicalement nouveau, à l’image de Dieu, puis, un peu plus tard, par Dieu lui-même lors de l’incarnation.

Nous appelons « hommes » tous les humains de l’histoire. Mais l’histoire, pour nous croyants, c’est celle de l’humanité à l’image de Dieu qui commence avec Adam et Eve, premières créatures avec une âme immortelle. Cette âme immortelle n’est pas un produit de leur humanité terrestre, ni un attribut naturel d’une créature, fusse-t-elle intelligente et sensible.

Pour la foi qui considère le début de l’humanité lors de la création des premiers humains à l’image de Dieu, ce qui précède c’est la préhistoire avec des préhumains.

Pour la science ou le langage courant, l’humain apparaît progressivement depuis les origines en passant par l’australopithèque et l’homo habilis. Si nous considérons uniquement la réalité terrestre, le corps et les capacités intellectuelles, tous les « humains » du passé ne descendent pas d’Adam et Eve. Si nous considérons uniquement ceux qui sont capables de partager la vie de Dieu, alors seuls les descendants d’Adam et Eve sont des « humains » et leurs ancêtres biologiques ne sont que des préhumains.

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Génèse

Message non lu par seba15 » mar. 09 avr. 2013, 19:40

Bonjour

Je me suis mis a lire un peu l'ancien testament. Je suis au livre de la génèse.
Au début dieu créa adam et ève qui eurent deux fils cain et abel.
Un peu plus loin quand cain est chassé il marque qu'il trouve une épouse hors, je me pose la question comment c'est possible si adam et eve sont les deux premiers. Est-ce qu'on peut considérer qu'après avoir créé adam et ève, dieu créa d'autres humains semblable ?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités