Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 2:17

Le texte :
Apocalypse 12, 1-17

«Et apparut un grand signe dans le ciel : une femme enveloppée de soleil, et la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. 2 Et elle est enceinte et elle crie dans les douleurs et les tortures de l'enfantement. 3 Et apparut un autre signe dans le ciel; et voici un grand Dragon rouge feu, ayant sept têtes et dix cornes, et sur les têtes sept diadèmes; 4 et sa queue traîne le tiers des étoiles du ciel. Et il les jeta sur la terre. Et le Dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, pour dévorer son enfant, lorsqu'elle l'aurait enfanté. 5 Et elle enfanta un fils, un mâle, qui doit faire paître toutes les nations avec une houlette de fer, et son enfant fut emporté vers Dieu et son trône. 6 Et la femme s'enfuit au désert, oû elle a un lieu préparé par Dieu, pour qu'on l'y nourrisse pendant douze cent soixante jours.

7 Et il y eut une guerre dans le ciel : Mikaël et ses anges faisaient la guerre au Dragon. Et le Dragon fit la guerre, ainsi que ses anges, 8 et ils n'eurent pas le dessus, et on ne trouva plus leur place dans le ciel. 9 Et il fut jeté, le Dragon, le grand Dragon, le Serpent, l'antique Serpent, celui qu'on appelle Diable et le Satan, celui qui égare le monde entier; il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui.



10 Et j'entendis une voix forte dans le ciel, elle disait : «C'est à présent le salut, et la puissance, et le règne de notre Dieu et le pouvoir de son Christ car il a été jeté, l'Accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. 11 Et eux l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils ont méprisé leur vie jusqu'à mourir. 12 Voilà pourquoi, exultez, cieux, et vous qui y séjournez! Malheur à la terre et à la mer, car le Diable est descendu chez vous, avec une grande fureur, sachant qu'il n'a que peu de temps,»

13 Et lorsque le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre, il poursuivit la Femme qui avait enfanté le mâle. 14 Et les deux ailes du grand Aigle furent données à la Femme pour s'envoler au désert en son lieu, là oü elle est nourrie un temps et des temps et la moitié d'un temps, loin de la Face du Serpent.

15 Et le Serpent jeta de sa bouche derrière la Femme de l'eau comme un fleuve pour la faire emporter par le fleuve. 16 Et la terre vint au secours de la Femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le Dragon avait jeté de sa bouche.17 Et le Dragon se mit en colère contre la Femme, et il s'en alla faire la guerre aux reste de sa descendance, ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. 18 Et il se tint sur le sable de la mer. »

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 3:34

Un avantage avec la lecture de Corsini : tout le chapitre 12 doit correspondre schématiquement à une sorte de grande fresque, c'est à dire l'aventure humaine et celle du peuple élu naturellement, au travers ses vicissitudes, jusque vers le temps de la venue du messie. Nous sommes dans une montée dramatique.


Exemple de lecture chez Corsini :
Et apparut un grand signe dans le ciel : une femme enveloppée de soleil, et la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. 2 Et elle est enceinte et elle crie dans les douleurs et les tortures de l'enfantement. 3 Et apparut un autre signe dans le ciel; et voici un grand Dragon rouge feu, ayant sept têtes et dix cornes, et sur les têtes sept diadèmes; 4 et sa queue traîne le tiers des étoiles du ciel. Et il les jeta sur la terre. Et le Dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, pour dévorer son enfant, lorsqu'elle l'aurait enfanté. 5 Et elle enfanta un fils, un mâle, qui doit faire paître toutes les nations avec une houlette de fer, et son enfant fut emporté vers Dieu et son trône. 6 Et la femme s'enfuit au désert, oû elle a un lieu préparé par Dieu, pour qu'on l'y nourrisse pendant douze cent soixante jours.
Tout ceci pourrait se lire comme du livre de la Genèse, en descendant comme jusqu'à Joseph qui fut vendu par ses frères, qui aboutit en Égypte, etc. cf. «Il eut un autre songe, qu'il raconta à ses frères. Il dit :« Voici que j'aie eu encore un songe. Voici que le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.» (Gen 37,9)

[...]

13 Et lorsque le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre, il poursuivit la Femme qui avait enfanté le mâle. 14 Et les deux ailes du grand Aigle furent données à la Femme pour s'envoler au désert en son lieu, là oü elle est nourrie un temps et des temps et la moitié d'un temps, loin de la Face du Serpent.

15 Et le Serpent jeta de sa bouche derrière la Femme de l'eau comme un fleuve pour la faire emporter par le fleuve. 16 Et la terre vint au secours de la Femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le Dragon avait jeté de sa bouche.17 Et le Dragon se mit en colère contre la Femme, et il s'en alla faire la guerre aux reste de sa descendance, ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. 18 Et il se tint sur le sable de la mer. »
Cela pourrait s'entendre de la sortie d'Égypte, ensuite de l'exil à Babylone (le Serpent jeta comme un fleuve pour la faire emporter), du relèvement des murs de Jérusalem (la terre vint en aide à la femme; «la terre» = Esdras, Néhémie, les «pieux» qui travaillent à sauvegarder le reste d'Israël, Esdras qui rebâtit Jérusalem, qui fait connaître la loi de Moïse, instaure le culte lévite; la terre ouvrit la bouche (pour dire la parole de Dieu) qui engloutit le fleuve d'idolâtrie babylonienne) Et le Dragon se mit en colère contre la femme et pour aller faire la guerre au reste de la descendance (soit les martyrs du temps des Maccabées; quand les «collabos» des Séleucides auront déclenché la persécution contre les Juifs, avec une volonté d'éliminer le judaïsme, la religion des hébreux) Ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus sont des témoins comme la femme qui préfèrent voir ses sept fils mourir sous la torture plutôt que de les voir renier le Dieu d'Abraham. Le témoignage de Jésus veut dire ici la foi en la résurrection ou l'esprit de la prophétie, la conviction des prophètes.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 3:51

Les versets 7 jusqu'à 12 illustrent le drame de l'humanité, débutant avec la chute de l'homme (cf intervention divine, le Serpent condamné à manger de la poussière, introduction de l'idée d'une semence de la femme, annonce prophétique, etc.) et se terminant avec la rédemption de l'homme. On passe du vieil Adam au nouvel Adam.

«C'est à présent le règne de notre Dieu!»

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 6:16

18 Et il se tint sur le sable de la mer.


Qu'est-ce que cela pourrait bien vouloir dire?

J'aurai pu songer à une sorte de charnière entre le politique et le religieux. Corsini va parler «des deux bêtes par laquelle Satan exerce son influence au cours de l'histoire. Jean les voit émerger respectivement de la mer et de la terre» ou «la mer étant l'équivalent cosmico-historique de l'abîme, et, la terre, séjour de l'homme, l'équivalent cosmico-historique de l'Eden»; «Selon une tradition juive que Daniel a retenue dans sa vision des quatre bêtes (les quatre empires; Dn 7,2) le pouvoir politique s'origine dans la mer» (E. Corsini, «Les deux bêtes» dans L'Apocalypse maintenant, p. 190)

Mais pour le sable ? Y a-t-il quelque chose qui se cache là-dessous? Possiblement.

C'est un article que j'ai trouvé et qui s'intitule «Transparence et sagesse. Remarques sur le verre dans l'Apocalypse». C'est signé par Philippe de Robert. L'article aura paru en 1999 dans la Revue d'histoire et de philosophie religieuse, tome 79, p.57 à 64. L'auteur est professeur à la Faculté de théologie protestante à Strasbourg.

Voyons ça de plus près :
[+] Texte masqué
«Résumé : les seules mentions du verre dans la Bible se trouvent dans l'Apocalypse et dans le livre de Job. Une enquête sur ce produit de l'industrie humaine, souvent associé aux pierres et métaux précieux, et sur ses connotations, en particulier sapientales, dans les traditions bibliques et juives, permet de préciser l'usage qu'en fait le voyant de Patmos dans les évocations du trône céleste, du cantique de l'Agneau et de la Jérusalem nouvelle.

Le verre n'était pas, dans l'Antiquité le matériau courant qu'il est aujourd'hui devenu. Issu d'un art du feu, comme les métaux précieux, proche par son apparence du cristal et des autres pierres précieuses, il leur était associé pour sa rareté et son prix tout en se singularisant par sa transparence.

La seule mention explicite qu'en fait la Bible hébraïque, associée à celle du cristal dont c'est aussi l'unique occurence, se trouve en Job 28, dans le célèbre éloge de la sagesse qui souligne le caractère inaccessible et incomparable de celle-ci (v.17)
  • Ni l'or ni le verre n'atteignent son prix,
    on ne peut l'avoir pour un vase d'or fin,
    Corail, cristal n'entrent pas en ligne de
    compte.
    Et mieux vaudrait pêcher la sagesse
    que des perles.
Le terme hébreu pour le verre, zekokit, évoque la pureté et la clarté [...]

Le contexte du poeme de Job rappelle les prouesses techniques de l'homme, capable d'extraire des minérais les moins accessibles, puis énumère la fine fleur des trésors de l'Orient, pour affirmer que la sagesse est encore d'un autre ordre. [...] le verre et le cristal font l'objet à cette occasion d'une mention exceptionnelle.

Il est pourtant d'autres textes de l'Ancien Testament qui peuvent évoquer indirectement le verre, en particulier la bénédiction de Moïse sur les tribus d'Issakar et Zabulon en Dt 33,19 :
  • Ils drainent l'abondance des mers,
    les réserves cachées du sable.
Outre la pêche et le commerce maritime, le texte évoque des ressources provenant des plages galiléennes : probablement la pourpre tirée du murex, mais aussi la transformation du sable lui-même en verre. C'est ainsi que l'entend le Targum du Pseudo-Jonathan :«à partir du sable ils produisent des miroirs et des vases de verre», de même que le Sifré sur le Deutéronome et le traité Meguilla (6a) du Talmud.

[...]

La tradition juive associe également le verre à la sagesse de Salomon à propos de la visite de la reine de Saba, fortement impressionnée dit le texte biblique par la maison qu'il avait bâtie (1 R 10,4) Le Targum Sheni sur Esther (1,3) explique qu'il avait conçu un palais de verre reposant sur un bassin, si bien que la reine croyant devoir marcher dans l'eau pour approcher du trône releva sa robe pour éviter de la mouiller. L'élément traditionnel que véhicule ce texte tardif demeure l'image d'une sorte de mer de verre s'étendant devant le trône du roi, au coeur d'un palais de verre à Jérusalem.

Il est temps de nous tourner vers l'Apocalypse, seul livre du Nouveau Testament où interviennent les termes hyalos, kristallos et dérivés, au total sept fois, répartis sur trois péricopes importantes. La première mention se trouve dans la vision du trône de Dieu, en Ap 4,6 :
  • «Devant le trône comme une mer de verre semblable à du cristal»
La mention du trône divin évoque sans doute la vision inaugurale d'Ezéchiel, laquelle décrit en Ez 1,22 «un firmament comme l'aspect de la glace redoutable» (on traduit souvent de façon plus lâche «cristal resplendissant») mais aussi en Ez 1,26 «une ressemblance de trône comme la vision d'une pierre de saphir»(ou «lazulite») Si la connotation cosmique est bien présente dans la première référence, la seconde est à mettre en relation avec la vision de Dieu sur le Sinaï selon Ex 24,10 :
  • «sous ses pieds comme une sorte de pavement de saphir,
    et comme la substance du ciel pour la pureté»
C'est bien une étendue transparente qui est évoquée ici , et le saphir est associé au verre et au cristal en Job 28,16 comme terme de comparaison avec la sagesse. Si l'on ajoute à ceci l'image de la mer de verre associée à Salomon, l'influence sapientale paraît probable.

source : Philippe de Robert, «Transparence et sagesse. Remarques sur le verre dans l'Apocalypse», Revue d'histoire et de philosophie religieuse, 1999, tome 79, p.57 à 64
Quoi penser? Jean faisait-il allusion au fait que le Dragon chercherait à se présenter comme un «ange de lumière» (riche, puissant, ingénieux, sage, admirable, etc.)? La «bête qui monte de la mer» du texte de l'Apocalypse serait-elle une sorte de nouveau roi Salomon? Ce ne serait pas gratuit d'avancer cela, ni gratuit ni insensé. Jean penserait-il à une sorte d'usurpateur prétendant détenir l'onction.?On pourrait le croire. On peut faire le rapprochement avec la figure de Salomon (outre l'article ci-dessus) parce que Jean lui-même nous en apporterait sûrement la clé dans son texte.

1 Rois 10 14

Le poids de l'or qui parvenait en une année à Salomon
était de six cent soixante-six talents d'or, sans compter
ce qui venait des redevances des colporteurs, du gain
des trafiquants, de tous les rois d'Arabie et des gouver-
neurs du pays.

Apocalypse 13, 18

Ici est la sagesse! Que celui qui a de l'intelligence calcul
le chiffre de la Bête, car c'est un chiffre d'homme, et
son chiffre est de six cent soixante-six.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 22:33

J'ai laissé volontairement un espace entre le verset 9 et le verset 10 dans ma restranscription du chapitre 12 de l'Apocalypse de
Jean. Parce que c'est l'endroit oũ il faudrait intercaler le fameux mille ans, selon Corsini. Pour ce dernier, le millenium
représente tout ce temps qui joint l'enchâinement de Satan par un ange (= Satan chassé du ciel, «Qui est comme Dieu?», saint
Michel) jusqu'à celui où il est délié brièvement soit le temps du grand combat contre le cavalier en blanc et de sa propre défaite
définitive. La période symbolique de mille ans représente le temps qui se déroulerait entre la chute du premier Adam et la victoire
définitive du Christ sur la croix, la défaite complète de Satan.

La première, elle, concerne trois monstres bien connus du lecteur. Le monstre de la mer, sorti de l’abîme en 11:7 et devenu
plénipotentiaire du dragon en 13:1ss, a ameuté les rois de la terre pour combattre le Cavalier messianique (19:19), mais son
attroupement n’est parvenu à rien dans une bataille perdue dont on tait tout sauf son issue: le monstre et son frère siamois venu
de la terre, le faux prophète, sont capturés – ce qui n’empêchera pas leur maître, le dragon, de tenter un ultime rassemblement
pour la guerre contre le camp du peuple de Dieu et sa cité bien-aimée (20:8, 9). Pour l’heure, les deux monstres sont jetés vifs
dans l’étang ardent (19:20) tandis que leurs adeptes (« les autres hommes ») sont tués – mais, chose curieuse, par une épée
sortant de la bouche du Cavalier, c’est-à-dire par une Parole (19:21)21.

Le sort du dragon est relaté ensuite; une série de verbes (20:2-3) décrit l’action irrésistible d’un ange qui le rend prisonnier:
saisit, enchaîna, précipita, ferma, scella. Il est bien précisé le but de cette mise au cachot: on l’enferme dans l’abîme pour
qu’il n’égare plus personne (20:3), même s’il est dit qu’il sera relâché temporairement
. Le détail à cela est fourni en 20:7ss:
libéré, il ameutera les nations; mais la narration substitue le futur au passé pour raconter i) l’attaque des troupes innombrables
contre le camp des saints et le feu céleste qui les dévora, ainsi que ii) le sort du dragon, identique à celui de ses assistants,
le monstre et le faux prophète. Il est bien précisé que dans l’étang de feu et de soufre, tous les trois seront tourmentés
éternellement (20:10); seulement, faut-il regretter qu’une telle issue concerne trois personnifications du mal?

http://larevuereformee.net/articlerr/n2 ... ermination
La période de mille ans dans le livre de l'Apocalypse représenterait tout le temps de l'attente de la survenue historique du
Sauveur, Jésus, né à Bethléem.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 23:04

Quand le site Bibliquest écrit ceci :
5.2.5 L’entrée de Christ dans son règne

Voici comment la Parole décrit l’entrée de Christ dans son règne : «Et le septième ange sonna de la trompette et il y eut dans le ciel de grandes voix, disant : Le royaume du monde de notre Seigneur et de son Christ est venu, et il régnera aux siècles des siècles. Et les vingt-quatre anciens... tombèrent sur leurs faces et rendirent hommage à Dieu, disant : Nous te rendons grâces... de ce que tu as pris ta grande puissance et de ce que tu es entré dans ton règne. Et les nations se sont irritées ; et ta colère est venue, et le temps des morts pour être jugés (*), et pour donner la récompense à tes esclaves les prophètes, et aux saints, et à ceux qui craignent ton nom, petits et grands, et pour détruire ceux qui corrompent la terre» (Apoc. 11:15-18).
Il faudrait le comprendre de la croix du Christ, de ce que relate Matthieu avec les ténèbres sur le Golgotha, la terre qui tremble, les saints qui ressuscitent et qui entrent à Jérusalem, le centurion sonné qui dit «Vraiment, celui-ci était fils de Dieu», etc. L'entrée du Christ dans son règne n'intervient pas dans une époque future indéterminée mais du temps de Ponce Pilate.

Avant la croix c'est le millénaire, après c'est la Jérusalem céleste. Millenium = ancienne alliance; Jérusalem céleste = nouvelle alliance

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9098
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Dragon vit qu'il avait été jeté sur la terre

Message non lu par Cinci » dim. 14 févr. 2016, 23:55

On parle bien de l'époque de Ponce Pilate


Et le septième ange sonna de la trompette et il y eut dans le ciel de grandes voix, disant : Le royaume du monde de notre Seigneur et de son Christ est venu, et il régnera aux siècles des siècles (Bibliquest, Apocalypse)
Jésus dit : « Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, mais pour vous.
C’est maintenant le jugement de ce monde; c’est maintenant que le Prince de ce monde va être jeté dehors.

- Évangile de Jean 12, 30-31

http://alecoutedesevangiles.mobi/2013/1 ... pour-vous/


Et les nations se sont irritées ; et ta colère est venue, et le temps des morts pour être jugés (*), et pour donner la récompense à tes esclaves les prophètes (Bibliquest, Apocalypse)
Pourquoi les peuples ont-ils frémi
et les peuples ont-ils médité de vains
projets?

Les rois de la terre se sont présentés
et les chefs se sont ligués ensemble
contre le Seigneur et contre son Oint.
Car en vérité c'est une ligue que, dans
cette ville, Hérode et Ponce Pilate,
avec les nations
et les peuples d'Israël,
ont formés contre ton saint serviteur
Jésus, que tu avais oint.

- Actes des Apôtres 4,25

https://www.youtube.com/watch?v=Y4hc_V3KcLk
Mis en musique par G.F.Handel

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : cmoi et 2 invités