L'évangile selon Saint Luc

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1034
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: L'évangile selon Saint Luc

Message non lu par Libremax » dim. 04 juin 2017, 16:24

Pour ma part, je pense qu'on fait fausse route en voyant dans cette parabole un discours sur la manière dont Dieu exercerait sa Miséricorde et sa Justice ici bas, sur terre.

La doctrine du Jugement dernier, plusieurs fois évoquée par Jésus, indique clairement qu'un temps vient où une Justice finale est appliquée, et elle est appliquée sur les justes et les pécheurs.
Il est évident que "mes ennemis, qui n'ont pas voulu que je régnasse sur eux" figurent les pécheurs du Jugement dernier, et non pas ceux sur qui la Miséricorde de Dieu peut encore s'étendre.

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1323
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: L'évangile selon Saint Luc

Message non lu par mike.adoo » dim. 04 juin 2017, 20:06

Bonsoir à tous
Tout d'abord , un petit commentaire concernant les mines et les nombres ( une de mes spécialités )
Il s'agit d'extraits de la "Chaîne d'or de Saint Thomas d'Aquin " ;
S. Cyrille. « Ayant appelé dix de ses serviteurs, il leur donna dix mines. » — S. Chrys. (Ch. des Pèr. gr.) La sainte Écriture emploie ordinairement le nombre dix pour exprimer la perfection. En effet, lorsqu’on veut dépasser ce nombre, il faut commencer de nouveau par l’unité, comme si le dernier était la limite du nombre parfait ; voilà pourquoi dans la distribution des talents, celui qui atteint la limite des devoirs que Dieu lui impose, reçoit dix mines. — S. Augustin. (quest. Evang.) Ou bien encore, les dix mines signifient le décalogue de la loi, et les dix serviteurs, tous ceux qui étaient soumis à la loi et auxquels la grâce de l’Évangile a été annoncée. Car nous devons entendre que ces dix mines ne leur ont été confiées, que lorsqu’ils comprirent que la loi, débarrassée de ses voiles, se rapportait à l’Évangile. — Bède. La mine que les Grecs appellent μνα, pesait cent drachmes, et tout discours de l’Écriture qui nous enseigne la perfection de la vie des cieux a, pour ainsi dire, la valeur éclatante du nombre cent.
Concernant le verset 27 de l'Evangile de Luc ;
S. Cyrille. Mais il y a une grande différence entre ces derniers, et ceux qui ont refusé de recevoir le royaume de Dieu, et dont il ajoute : « Or, ceux de son pays le haïssaient, » etc. C’est le reproche que Jésus-Christ adressait aux Juifs : « Maintenant ils ont vu les oeuvres que j’ai faites, et ils ont haï, et mon Père et moi. » (Jn 15.) Ils ont refusé de se soumettre à son règne, lorsqu’ils dirent à Pilate : « Nous n’avons pas d’autre roi que César. » (Jn 19.) Dans ceux qu’il appelle ses concitoyens, les Juifs se trouvent clairement désignés, puisqu’ils avaient les mêmes ancêtres selon la chair, et parce qu’il se conformait comme eux aux prescriptions de la loi. S. Augustin. (quest. Evang.) Ils envoyèrent une députation après lui, parce que même après sa résurrection ils poursuivirent les Apôtres par de continuelles persécutions, et rejetèrent ouvertement la prédication de l’Évangile
Or, c’est sous le prétexte d’éviter la responsabilité de ce jugement sévère, qu’ils vivent dans l’oisiveté, et négligent le ministère de la parole, et c’est comme s’ils enveloppaient dans un suaire le talent qu’ils ont reçu. — Théophile. C’est avec un suaire que l’on couvre la face des morts. Ce n’est donc pas sans raison qu’il est dit que ce serviteur paresseux avait enveloppé dans un suaire la mine qu’il avait reçue, parce qu’il l’avait laissée comme ensevelie et sans emploi, sans la faire ni valoir ni fructifier.

« Quant à mes ennemis, qui n’ont pas voulu m’avoir pour roi, amenez-les ici, et tuez-les devant moi. » — S. Augustin. (Quest. évang.) Il désigne ici l’impiété des Juifs qui n’ont pas voulu se convertir à lui. — Théophile. Il les livrera à la mort en les jetant dans le feu extérieur (cf. Mt 8, 22 ; 25), et dès cette vie même, ils ont été massacrés impitoyablement par les armées romaines.

S. Chrys. (Ch. des Pèr. gr.) Cette sentence tombe directement sur les Marcionites. Jésus-Christ dit ici : « Amenez mes ennemis, et qu’on les mette à mort en ma présence ; » et cependant ils prétendent que le Christ est bon, et que le Dieu de l’Ancien Testament est mauvais. Or, il est évident que le Père et le Fils font ici la même chose, le Père envoie une armée à la vigne pour détruire ses ennemis (Mt 21), et le fils les fait mettre à mort en sa présence.

Liberatus
Ædilis
Ædilis
Messages : 26
Inscription : mer. 11 févr. 2015, 15:56

Évangile selon Saint Luc verset 5, 5

Message non lu par Liberatus » dim. 10 févr. 2019, 21:46

Bonsoir,

J'aimerai avoir une explication sur le verset suivant, relatif à l'épisode de la pêche miraculeuse :
Jésus demande à Simon d'avancer au large et de jeter les filets pour la pêche. "Simon lui répondit : 'Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets'."

Peut-on y voir un passage de l'ancienne Alliance à la nouvelle Alliance ? Avant la venue de Jésus, la foi reste gardée par un peuple mais ne s'exporte pas. Après la venue du Christ, la bonne nouvelle peut être annoncée aux nations.

J'ai trouvé en cherchant un peu un morceau d'explication de ce passage chez S. Cyrille. : "C’était la figure de ce qui devait arriver dans la suite aux prédicateurs de l’Évangile ; car ceux qui jetteront le filet de la doctrine évangélique ne travailleront pas inutilement, mais parviendront à réunir la multitude des nations.

A votre avis, est-ce que cette lecture de l'évangile est possible ?

Merci pour vos éclaircissements.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5059
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Explication Luc 5, 5

Message non lu par gerardh » lun. 11 févr. 2019, 0:22

__

Bonjour,

A mon avis les leçons de ce passage sont plus simples.

Jésus opère un miracle propre à frapper ceux qu’il voulait appeler, un miracle qui leur faisait sentir qu’il disposait de tout, que tout dépendait de Lui et qu’il pouvait tout, là où l’homme ne pouvait rien (vers. 4-7). Pierre, frappé jusque dans sa conscience par la présence du Seigneur, confesse son indignité : Il se jeta «aux genoux de Jésus, disant : Seigneur, retire-toi de moi, car je suis un homme pécheur» (vers. 8).

La nuit est plus favorable pour la pêche que le jour ; cependant le travail de ces pêcheurs avait été infructueux. Il en va de même de tous les efforts de l’homme sans Christ : ils sont vains, tandis qu’avec le Seigneur, même dans les conditions les plus défavorables, ils portent du fruit.

Mais j'ai bien compris votre lecture.

__

Avatar de l’utilisateur
Alexandre-Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Explication Luc 5, 5

Message non lu par Alexandre-Invité » lun. 11 févr. 2019, 1:00

Il n'existe pas d'interprétation officielle.

Je lis ce verset de manière littérale qui, selon moi, souligne plutôt l'obéissance et la confiance de Pierre envers Jésus : pêcheur aguerri, il était en droit de rejeter la demande de Jésus. Il s'est au contraire appliqué à suivre sa parole.

Il résulte de ce récit une magnifique théophanie où Pierre, dans la proximité immédiate du Fils de Dieu, prend conscience de sa propre misère. Jésus n'est plus perçu comme le "Maître" (Rabbi) mais comme le "Seigneur".

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Évangile selon Saint Luc verset 5, 5

Message non lu par Carolus » mar. 12 févr. 2019, 22:18

Alexandre-Invité a écrit :Alexandre : Je lis ce verset de manière littérale
Moi aussi, cher Alexandre. :)
Alexandre-Invité a écrit :Alexandre :
Il résulte de ce récit une magnifique théophanie où Pierre, dans la proximité immédiate du Fils de Dieu, prend conscience de sa propre misère. Jésus n'est plus perçu comme le "Maître" (Rabbi) mais comme le "Seigneur".
C'est ce mircale qui a ouvert les yeux à Pierre, n'est-ce pas ?
CEC 208 Devant les signes divins que Jésus accomplit, Pierre s’écrie : " Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un pécheur " (Lc 5, 8).
Par ce miracle, Pierre a pris conscience de la divinité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Avatar de l’utilisateur
Hyacinthe
Ædilis
Ædilis
Messages : 20
Inscription : sam. 15 oct. 2016, 16:42

Zoom sur l'Evangile selon Saint Luc

Message non lu par Hyacinthe » sam. 06 juil. 2019, 19:37

Bonjour à toutes et à tous,

Je crois pouvoir dire que l'évangile de Luc est celui qui me tient le plus à coeur. Celui que je veux toujours ouvrir ou entendre.

Quels sont ses caractéristiques ou ses mérites particuliers selon les spécialistes ? Selon votre propre expérience aussi.

En vous remerciant,

Cordialement

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Zoom sur l'Evangile selon Saint Luc

Message non lu par Carolus » dim. 07 juil. 2019, 4:17

Hyacinthe a écrit :
sam. 06 juil. 2019, 19:37
Hyacinthe :
Bonjour à toutes et à tous, […]
Bonjour à vous, cher Hyacinthe. :)
Hyacinthe a écrit :
sam. 06 juil. 2019, 19:37
Hyacinthe :
Je crois pouvoir dire que l'évangile de Luc est celui qui me tient le plus à coeur. Celui que je veux toujours ouvrir ou entendre.
Moi aussi, j’aime l’évangile de S. Luc.
Hyacinthe a écrit :
sam. 06 juil. 2019, 19:37
Hyacinthe :
Quels sont ses caractéristiques ou ses mérites particuliers selon les spécialistes ? Selon votre propre expérience aussi.
Considérons les quatre premiers versets de l’évangile selon S. Luc :
Lc 1, 1-4 BEAUCOUP ONT ENTREPRIS de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
S. Luc a écrit son récit afin que nous nous rendions « bien compte de la solidité des enseignements » concernant notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Je veux reconnaître la vérité des enseignements concernant le salut des hommes grâce à « " l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde " » (CEC 523).

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités