Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificielle?

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1203
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificielle?

Message non lupar Xavi » lun. 17 janv. 2011, 11:40

Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificielle ?

Ni l’une, ni l’autre. Toute l’humanité du Christ nous vient par Marie.

L’Esprit Saint n’a pas ajouté une matière corporelle supplémentaire non humaine pour faire du Christ un mi-homme, mi-Dieu.

Le Christ n’a pas été placé dans le corps de Marie par une création corporelle d’un fœtus tiré du néant, entièrement nouvelle. Il n’y a pas eu création instantanée d’un nouvel homme, provenant d’une pure création extérieure, sans origine biologique terrestre dans l’histoire du monde créé.

Comme pour Adam et Eve, certains peuvent imaginer tant la création que l’incarnation comme des actes miraculeux par lesquels en un instant Dieu a façonné un être corporel terrestre à partir de rien, sans aucun lien terrestre avec la créature préexistante.

Même la poussière du sol, la glaise, serait presque de trop. En un instant, sans père, ni mère, Adam aurait été formé en son état adulte. Difficile d’imaginer sa création à l’état embryonnaire ou fœtal, sans au moins une mère porteuse préhumaine ou animale.

La création d’Adam et l’incarnation du Christ ne doivent pas être imaginés sans être éclairés l’un par l’autre.

Jésus est vraiment un fils d’Adam, un descendant biologique d’Adam et Eve. Marie n’a pas reçu soudainement en elle un enfant dont le corps aurait été créé instantanément en dehors d’elle, ou sans elle. Marie n’a pas été une mère porteuse en qui Dieu aurait placé une nouvelle création terrestre tirée du néant. Un embryon sans histoire biologique, sans passé terrestre.

L’Esprit Saint ne paraît pas davantage avoir réalisé la conception du Christ dans le sein de Marie par une insémination artificielle, comme s’il avait créé instantanément un spermatozoïde divin, venu de rien dans la réalité biologique et qui se serait uni à un ovule de Marie.

Nous aurions ainsi un être mi-humain, mi-divin. Les 46 paires de chromosomes du corps de Jésus auraient été constituées pour moitié par Marie et pour l’autre moitié par un spermatozoïde extraterrestre créé spécialement, sans histoire biologique, comme si la moitié de l’humanité du Christ ne venait pas d’Adam mais d’une création biologique particulière.

Tel n’est pas l’enseignement de l’Eglise. Toute l’humanité du Christ lui vient par Marie. Jésus n’est pas un demi-homme dont la moitié biologique masculine viendrait directement de Dieu. Il n’est pas un demi-homme qui ne serait homme que pour la moitié de ses cellules provenant de sa mère.

En présence de ce grand mystère, la foi de l’Eglise nous invite à remonter le temps. L’incarnation se manifeste d’abord, bien avant la naissance du Christ, lors de la conception de Marie.

C’est à ce moment que se produit un premier fait extraordinaire dans l’histoire humaine. L’immaculée conception. Pour la première fois, depuis le péché originel d’Adam et Eve, un enfant est conçu sans la marque du péché originel alors même que ses parents n’en étaient pas totalement exempts.

Anne et Zacharie, les saints parents de la Vierge Marie, étaient très certainement des amis de Dieu, d’une grande sainteté, mais ils ont dû encore, comme chacun de nous, être délivrés du péché originel hérité de leurs parents.

Comment ont-ils pu concevoir un enfant, une petite fille, d’une pureté parfaite lui permettant de devenir la mère de Dieu ?

Dès sa conception, cette enfant est pleine de grâces, ouverte à toutes les grâces que Dieu offre à l’humanité. Alors que le péché originel et nos propres péchés nous ferment à tant de grâces, voilà une enfant qui, dès sa conception est remplie de toutes celles que Dieu nous offre. Remplie. Aucune ne lui est inaccessible, aucune ne lui manque. Elle est vraiment pleine de grâces.

Dès le premier instant de sa conception, comme Eve à sa création, l’Esprit Saint est en communion avec elle. Une communion parfaitement présente.

Pour la première fois dans l’histoire, depuis le péché originel, un être humain se trouve pleinement en communion avec son créateur, corps et âme.

Parce que cette union est parfaite, dès le premier instant, Marie peut accueillir en elle, dans son humanité, Dieu lui-même.

Dès le premier instant, elle est ainsi capable de porter en elle toute l’humanité corporelle du Christ. La réalité corporelle et spirituelle de Marie est déjà sans péché dès sa conception. Il n’y aura pas d’autre ajout corporel. Pas de matière supplémentaire pour façonner le corps humain du Christ. Toute l’humanité corporelle du Christ vient par Marie, sa mère, vraie mère de Dieu.

Lors de la visite de l’ange, le jour de l’annonciation, aucune matière corporelle supplémentaire ne sera créée pour l’incarnation du Christ. L’enfant divin va commencer son développement fœtal en Marie. Le fruit de tes entrailles est béni, dit l’Ange à Marie.

En Marie se trouve, par une contingence unique, un fruit unique qui vient de toute la lignée biologique humaine qui la précède, mais aussi de l’Esprit Saint.

Adam a été façonné au fil d’une longue lignée biologique transformant la poussière du sol en un être biologique autonome. A un moment, le souffle spirituel de Dieu a achevé sa création comme humain, fait de corps et d’esprit. A un moment aussi, l’Esprit Saint, Dieu lui-même, est venu habiter dans le corps et l’âme de Marie.

Le premier Adam a été fait de poussière et d’un souffle spirituel venant de Dieu. Le nouvel Adam a été fait de poussière et d’un souffle nouveau de l’Esprit Saint lui-même. Ce souffle a écarté toute trace du péché originel en Marie, dès sa conception.

Est-ce le jour de l’annonciation ou au moment même de sa conception que Marie reçoit en elle le corps du Christ ? A-t-elle été conçue immaculée sans porter déjà le Christ dans son corps, dès son premier instant ? A-t-elle porté en elle un fruit qui a commencé à se développer lors de sa puberté, lors de l’annonciation, mais qui était déjà en elle, avec elle, dès sa conception ?

C’est une question dont la réponse n’est pas aussi évidente qu’on pourrait le penser. Peut-on penser que, lors de sa conception, par un acte d’amour d’Anne et Zacharie, ses parents, le corps et l’âme de Marie ont reçu le Christ et l’Esprit Saint ensemble par un acte créateur du Père ? Par un mystère dont nous ignorons l’explication, toute la féminité et toute la masculinité de l’humanité ont été transmis à une cellule pleinement humaine et pleinement divine par le souffle de l’Esprit Saint, nourrie et portée par Marie jusqu’à l’annonciation, jusqu’à l’heure où l’enfant a commencé à grandir en elle.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Epsilon » lun. 17 janv. 2011, 14:35

C'est DÉLIRANT :furieux:


Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Petit Matthieu » lun. 17 janv. 2011, 15:20

L'art de perdre son temps......et à long terme sa vie !
De plus les parents de la Vierge ne sont pas Anne et Zacharie mais Anne et Joachim.

Je pense qu'il y a mieux à faire cher Xavi que de spéculer sur des thèmes pareils. Nous n'avons pas l'éternité pour nous convertir, ce sujet est du temps perdu pur.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1604
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Laurent L. » lun. 17 janv. 2011, 17:46

Est-ce le jour de l’annonciation ou au moment même de sa conception que Marie reçoit en elle le corps du Christ ? A-t-elle été conçue immaculée sans porter déjà le Christ dans son corps, dès son premier instant ? A-t-elle porté en elle un fruit qui a commencé à se développer lors de sa puberté, lors de l’annonciation, mais qui était déjà en elle, avec elle, dès sa conception ?

C’est une question dont la réponse n’est pas aussi évidente qu’on pourrait le penser.
:s Quand la gnose rencontre la science-fiction...

L'incarnation a eu lieu le jour de l'Annonciation (fêtée le 25 mars, logique). Le processus n'a aucun intérêt pour le salut. C'est un miracle. De plus, votre théorie fumeuse nie le libre consentement de la Ste Vierge. (C'est une forme de viol, en fait. :mal: )

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3132
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar jeanbaptiste » lun. 17 janv. 2011, 18:12

Nous tenons là une nouvelle hérésie, combattue ni par Augustin, ni par Thomas d'Aquin, il faut lui trouver un nom :)

Bon, plus sérieusement Xavi, faite très attention à ce que vous êtes en train de faire, c'est une pente glissante. La raison raisonnante est un lieu aussi dangereux que la misologie, aussi tentante et fascinante soit cette activité.

Ayez toujours à porté de main un le catéchisme, et quelques amis comme Saint Augustin, Saint Thomas d'Aquin, Sainte Catherine de Sienne etc.

Ce sont des appuis sûr. Quand les appuis sont sûr, on peut envisager de gravir des cols aussi somptueux que dangereux.

Pas avant.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Théophane » lun. 17 janv. 2011, 18:48

Peut-être Xavi voulait-il dire que la Sainte Vierge avait déjà conçu le Christ dans son âme avant qu'Il ne s'incarne dans son sein. Qu'en pensez-vous ?
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Epsilon » lun. 17 janv. 2011, 19:08

Ce que j'en pense ...

A la louche dans le texte de Xavi il y a 50 lignes de 30 mots ... soit 1.500 mots !!!

Et vous vous le "résumé" en 18 mots ... soit même pas 10% du texte de Xavi ... franchement devons-nous répondre et en plus à sa place ???

Personnellement un tel texte devrait passer à la POUBELLE ... sans AUCUNE circonstance atténuante.


Cordialement, Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1203
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Xavi » lun. 17 janv. 2011, 19:20

Bonsoir à tous,

Un petit rappel s'impose : un message est toujours incomplet, inévitablement.
Que l'incarnation, corps et âme, se soit opérée au moment de l'annonciation, et plus précisément après le consentement de Marie, cela est de foi :

Anastase II, lettre « in prolixitate epistolæ » à l'évêque Laurentius de Lignido (Dz 357), a écrit:
Nous confessons donc que notre Seigneur Jésus Christ, le Fils unique de Dieu, est né du Père selon la divinité sans commencement avant tous les siècles, mais qu'en ces derniers temps le même est devenu chair de la sainte Vierge Marie et homme complet moyennant une âme rationnelle et la réception d'un corps, consubstantiel au Père selon la divinité et consubstantiel à nous selon l'humanité. Car des deux natures complètes l'unité a été faite de façon ineffable. C'est pourquoi l'unique Christ, nous le confessons à la fois Fils de Dieu et Fils d'homme, unique engendré du Père et premier-né d'entre les morts ; car nous savons qu'il est le créateur de toutes choses, et qu'après le consentement de la Vierge sainte, lorsqu'elle dit à l'ange : " Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole " il a daigné se construire d'elle, de façon ineffable, un temple, et qu'il se l'est uni à lui- même ; ce corps il ne l'a pas amené coéternel de sa substance depuis le ciel, mais, de la pâte de notre substance, c'est-à-dire de la Vierge. En le prenant et en l'unissant à soi, Dieu, le Verbe, n'a pas été changé en chair et il n'est pas apparu non plus comme un être imaginaire, mais il a conservé son essence de façon immuable et sans changement, et il s'est uni à soi les prémices de notre nature. Car le commencement, Dieu Verbe, a daigné dans sa grande bonté unir à soi ces prémices de notre nature, lui qui s'est montré, non pas mélangé, mais un seul et même dans les deux natures selon qu'il est écrit : " Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai " Le Christ en effet est détruit selon ma substance qu'il a prise, et il relève son propre temple détruit, et cela selon la substance divine selon laquelle il est aussi le créateur de toutes choses.

Et histoire d'en rajouter une couche :

La constitution dogmatique sur l'Église Lumen Gentium, n. 56, a écrit:
Mais il plut au Père des miséricordes que l’Incarnation fût précédée par une acceptation de la part de cette Mère prédestinée, en sorte que, une femme ayant contribué à l’œuvre de mort, de même une femme contribuât aussi à la vie. Ce qui est vrai à un titre exceptionnel de la Mère de Jésus qui donna au monde la vie destinée à tout renouveler, et fut pourvue par Dieu de dons à la mesure d’une si grande tâche. Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que l’usage se soit établi chez les saints Pères, d’appeler la Mère de Dieu la Toute Sainte, indemne de toute tache de péché, ayant été comme pétrie par l’Esprit Saint, et formée comme une nouvelle créature [175]. Enrichie dès le premier instant de sa conception d’une sainteté éclatante absolument unique, la Vierge de Nazareth est saluée par l’ange de l’Annonciation, qui parle au nom de Dieu, comme « pleine de grâce» (cf. Lc 1, 28). Messager céleste auquel elle fait cette réponse : « Voici la servante du Seigneur, qu’il en soit de moi selon ta parole » (Lc 1, 38). Ainsi Marie, fille d’Adam, donnant à la Parole de Dieu son consentement, devint Mère de Jésus et, épousant à plein cœur, sans que nul péché ne la retienne, la volonté divine de salut, se livra elle-même intégralement, comme la servante du Seigneur, à la personne et à l’œuvre de son Fils, pour servir, dans sa dépendance et avec lui, par la grâce du Dieu tout-puissant, au mystère de la Rédemption. C’est donc à juste titre que les saints Pères considèrent Marie non pas simplement comme un instrument passif aux mains de Dieu, mais comme apportant au salut des hommes la coopération de sa libre foi et de son obéissance. En effet, comme dit saint Irénée, « par son obéissance elle est devenue, pour elle-même et pour tout le genre humain, cause du salut [176] ». Aussi avec lui, un bon nombre d’anciens Pères disent volontiers dans leurs prédications : « Le nœud dû à la désobéissance d’Ève s’est dénoué par l’obéissance de Marie ; ce qu’Ève la vierge avait noué par son incrédulité, la Vierge Marie l’a dénoué par sa foi [177] » ; comparant Marie avec Ève, ils appellent Marie « la Mère des vivants [178] » et déclarent souvent : « Par Ève la mort, par Marie la vie [179].» .
Un grand merci à bon Seb pour ces deux textes tout à fait pertinents et incontestables. C'est bien une référence parfaitement vraie qui doit rester à la base de la réflexion de ce fil.

Rien ne se serait produit sans le consentement et la coopération pleine et entière de la Sainte Vierge. Toute compréhension de mon message dans un sens contraire à cette certitude autant qu'aux deux textes excellents cités par bon Seb serait une déformation de ce que j'ai essayé d'exprimer.

Il n'est pas question dans ce sujet de spéculer sur un sujet que plusieurs estiment spécieux.

Personne n'est obligé de s'y intéresser. Nous pouvons tous creuser notre foi dans la communion avec l'enseignement du magistère.

C'est de manière très constructive que bon Seb met immédiatement les limites indispensables à respecter.
Dernière édition par Xavi le ven. 17 juin 2011, 18:04, édité 1 fois.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Epsilon » lun. 17 janv. 2011, 20:00

Cher le bon Seb

Il est tj malaisé de vouloir "éclaircir" un mystère ... si l'Église ne l'a pas fait je ne vois pas comment nous pourrions le faire à sa place.

Or "l'Incarnation" est un mystère ... Compendium 86 : "L'Église appelle « Incarnation » le mystère de l'admirable union de la nature divine et de la nature humaine en l'unique Personne divine du Verbe. Pour accomplir notre salut, le Fils de Dieu s'est fait « chair » (Jn 1, 14), devenant vraiment homme. La foi en l'Incarnation est le signe distinctif de la foi chrétienne. "

Il est donc clair que la promesse faite à Marie et qui allait s'accomplir en elle ... fait l'objet d'une création étrangère à l'ordre ordinaire de la nature.

A partir de là que pouvons-nous dire de plus ... sans ressentir un, plus que certain, malaise.

Ceci dit ... la gestapo n'est plus d'autorité ... nous pouvons donc en "discuter" à condition d'y aller pas-à-pas et non de nous balancer un pavé de 1.500 mots absolument "indigeste".


Cordialement, Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Théophane » mar. 18 janv. 2011, 0:05

Ce que j'en pense ...

A la louche dans le texte de Xavi il y a 50 lignes de 30 mots ... soit 1.500 mots !!!

Et vous vous le "résumé" en 18 mots ... soit même pas 10% du texte de Xavi ... franchement devons-nous répondre et en plus à sa place ???

Personnellement un tel texte devrait passer à la POUBELLE ... sans AUCUNE circonstance atténuante.

Cordialement, Epsilon
Vous aurez compris, j'espère, que je ne souhaite aucunement me faire l'avocat d'erreurs doctrinales. Mon intervention n'avait pas pour but de trouver des excuses à ce qui est faux dans ce texte.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1203
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Xavi » mar. 18 janv. 2011, 17:25

« Le Fils de Dieu est né en prenant sa chair de la Vierge, et non en l’apportant avec lui du ciel »
St Thomas, qui reprend ainsi une citation plus ancienne, n’hésite pas à plonger profondément dans les détails les plus concrets et précis possibles à son époque. On peut en lire tous les détails en ligne :

http://bibliotheque.editionsducerf.fr/p ... 412/TM.htm#

Si quelqu’un veut prétendre qu’il y aurait eu un ajout corporel lors de l’incarnation dans le sein de la Sainte Vierge, pourrait-il donner ses références et ses motifs ?

Pour chacun de nous, notre corps provient de deux sources différentes : notre père et notre mère. Nous sommes créés par la réunion d’éléments corporels qui préexistaient séparément chez chacun de nos deux parents.

Pour le Christ, il n’en est pas ainsi : toute son humanité corporelle est un fruit des entrailles de sa mère, la Sainte Vierge. Sans semence virile d’un autre humain. Toute l’humanité corporelle du Christ est tirée de sa mère par l’action de l’Esprit Saint. Tous les éléments corporels à partir desquels le corps du Christ a été formé sont déjà présents en Marie lorsque l’Esprit Saint vient la féconder.

Rien ne nous interdit de croire que la Trinité est déjà pleinement présente dans la vie de la Sainte Vierge dès son immaculée conception. Nous ignorons comment le Christ a pleinement assumé notre humanité lors de la fécondation de la Sainte Vierge par l’Esprit Saint, mais nous savons que Marie y a coopéré par son acceptation sans condition.

L’immaculée conception nous affirme la présence spirituelle du Christ dès la conception de Marie. La conception virginale du Christ nous affirme que le corps de Marie avait en elle tout ce qui allait devenir le corps du Christ par la fécondation de l’Esprit Saint. Mon message initial n’affirme rien d’autre.

Si quelqu’un comprend autrement ce que j’ai écrit, je ne manquerai pas de le préciser si nécessaire.

Une réflexion peut toujours être mal interprétée. Dans un forum catholique, la seule interprétation correcte est évidemment celle qui concorde avec la foi de l’Eglise. Merci à chacun de faire un effort pour ne pas caricaturer un point de vue, afin de pouvoir être constructif avant de parler d’erreur ou de pire.

Avatar de l’utilisateur
Angelo
Censor
Censor
Messages : 115
Inscription : ven. 03 sept. 2010, 15:22
Localisation : Clermont-Ferrand

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Angelo » mar. 18 janv. 2011, 21:59

Je pense qu'il suffit de dire: "Nous sommes des créatures de Dieu, et par Son Fils Jésus, incarné en la Sainte Vierge, Il a voulu que nous nous rappelions que nous avons été conçu à Son image ( comment nous devrions nous conduire en tant que fils de Dieu)"
†Ad majorem gloriam Dei†

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Pneumatis » mar. 18 janv. 2011, 22:03

Bonsoir,

Bon tout d'abord, je tiens à préciser que moi aussi ce texte, et même d'abord son titre très provocateur, m'a mis mal à l'aise. Je n'ai pourtant aucun doute sur votre foi, Xavi, mais là comme c'est arrivé d'autres fois, je trouve que vos broyez un peu les concepts à force de vouloir les regarder sous l'angle de paradigmes étrangers à la théologie avec un langage emprunté à la théologie. En l'occurrence ici (et pour répondre du même coup au bon Seb) :
Bon déjà qu'est-ce à dire que la "féminité du Christ" ? Jésus était-il transsexuel ? Je suppose que ce n'est pas ce que vous avez voulu dire, du moins je l'espère, mais admettez que c'est ambigu !
Je crois que Xavi nous invite ici à nous pencher sur le mystère de l'incarnation avec un regard emprunté à la génétique : si Jésus tient toute son humanité de Marie, d'où tient-il son chromosome Y ? Pour faire un petit garçon, il faut en effet, normalement, un spermatozoïde équipé d'un chromosome Y qui vient fécondé un ovule qui ne peut avoir qu'un chromosome X. En tout état de cause, apparait dans cette histoire d'incarnation un chromosome Y mystérieux. Je ne vais pas plus loin, ça glisse. Voilà juste ce sur quoi Xavi voulait attirer, je crois notre attention, en faisant l'analogie ensuite avec le féminin et le masculin (X et Y) de l'humanité du Christ (son code génétique), à distinguer de sa divinité (immatérielle et donc pas génétique).
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Pneumatis » mer. 19 janv. 2011, 10:50

il faut quand même un sacré effort d'imagination pour lire dans les propos de xavi ce que vous y avez lu !
Non, je vous rassure... si évidemment je vois juste sur l'orientation de pensée de Xavi (il nous le confirmera certainement) cela tient aux heures que nous avons passé sur ce forum à tirer des fils d'analogie entre "phylogenèse", "ontogenèse" et "anthropogenèse (biblique)". Une gymnastique intellectuelle à laquelle je commence d'être un peu habitué, tout comme Xavi il me semble, et sur laquelle nous avons régulièrement des divergences mais aussi des approches communes. Reste ensuite les méthodologies qui sont toujours très approximatives (ça vaut pour moi aussi).

Sur ce coup-là, je ne suis pas, pour la même raison que je ne suis pas ceux qui s'engagent dans des débats pour savoir si oui ou non l'hymen de la Sainte Vierge est resté intact au moment de la naissance de Jésus, etc... Ces détails que je trouve assez sordides me font pénétrer malgré moi (et je pèse rigoureusement mes mots) dans l'intimité de la Sainte Vierge et je n'ai qu'une envie : que Dieu m'en préserve. Il y a des barrières mentales et de pudeur que je ne suis pas près à franchir.

Ici, c'est un peu du même ordre, et comme je le disais, rien que le titre très provocateur du sujet me met profondément mal à l'aise : je trouve qu'il est à l'opposé de rendre compte de toute la beauté du mystère de l'incarnation, en y associant des pratiques modernes dont nous savons qu'elles sont des dérives de la procréation naturelle. En plus d'être glissant, je trouve ça "salissant".
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1203
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Xavi » mer. 19 janv. 2011, 10:52

Merci, une fois encore, à Pneumatis pour son courage pour oser venir s’immiscer dans une conversation aussi dure.

Il a parfaitement compris le sens de mon message initial ainsi que sa difficulté. Désolé de constater que bon Seb a besoin d’un sacré effort d’imagination.

Merci à JeanBaptiste d’avoir modéré son premier message.

Le sujet est très difficile. Oui, mon texte est ambigu. Il doit être nuancé, précisé, interprété, rectifié. Nul ne peut parler de Dieu par une parole humaine parfaitement exacte. Affirmer que ce qui est tu est nié, me semble excessif, car plus rien ne pourrait être écrit puisque toute réflexion humaine est inévitablement incomplète.

Le reste est affaire d’ouverture, de respect et de charité. Sans amour, il est trop facile de tout déformer.

Mon texte n’y échappe pas.

Même ma référence aux limites à respecter dans la communion de la foi devient cause de déception.

Dois-je vraiment confirmer qu’il faut exclure les interprétations manifestement contraires à la foi de l’Eglise envisagées par bon Seb ? Marie est une femme. Jésus est un homme. Il n’y a pas eu d’ajout corporel pour que, dès sa première cellule pleinement humaine et divine dans le sein de Marie, le Christ assume l’humanité. Marie n’a pas seulement apporté à l’humanité du Christ ce que toute femme apporte à son enfant (la partie féminine qui constitue la moitié de chacune de nos cellules), mais aussi la masculinité terrestre du Christ (la partie masculine qui constitue chacune de nos cellules qui vient de la semence virile de notre père). Ici, se trouve la difficulté qui heurte. Nul n’est obligé d’y réfléchir.

Oui, nous réfléchissons dans des limites, celles de la foi de l’Eglise, de l’enseignement authentique du Magistère. Ce sont bien des limites pour notre raison qui, sans ces limites, peut envisager n’importe quoi. C’est bien sûr aussi et surtout un point d’appui.

Mais, si nous restons fermement attachés à la foi de l’Eglise en acceptant d’avance comme vrai ce qu’elle nous enseigne, alors nous pouvons aborder sans peur les sujets les plus difficiles en comptant les uns sur les autres pour approfondir la réalité concrète, historique, de notre foi, avec la même détermination que St Thomas d’Aquin, mais en continuant son œuvre par rapport à toutes les connaissances modernes dont il ne disposait pas encore.

Je cherche vainement ce qui dans mon message initial serait une « erreur » aux yeux de ceux qui le rejettent.

Merci à bon Seb de rappeler clairement que tout ajout corporel au moment de l’incarnation serait une erreur.

C’était déjà l’essentiel de mon message : Marie n’est ni une mère porteuse d’un embryon extraterrestre implanté en elle, ni une mère par une insémination spirituelle d’un spermatozoïde extraterrestre implanté en elle.

Toute l’humanité du Christ est tirée de la Sainte Vierge.

La Sainte Vierge est pleine de grâces dès sa conception. La Trinité est pleinement présente dès sa conception. Puis-je être plus précis sur ce point ? Difficile d’ajouter quelque chose. Notre raison peut sonder tout ce qui est à sa portée, mais elle se heurte à son incapacité à exprimer clairement ce qui rejoint la réalité même de Dieu.

Difficile. Mais, cela ne doit pas nous faire fuir la réflexion sur toute la réalité concrète de l’incarnation, ni nous dissuader d’aborder les pics les plus délicats. Oui, comme l’écrit Pneumatis, cela glisse.

Seul un attachement ferme et commun à l’enseignement du Magistère dont le Seigneur nous assure l’authenticité peut nous aider à avancer ensemble. Il peut aussi nous éviter d’avoir peur. Aucun dérapage n’est à craindre dans la communion de l’Eglise et la soumission à son enseignement.

Ici, dans le forum, nous sommes chacun les gardiens de l’orthodoxie les uns pour les autres.

(message réédité, car la fin du message n'a pas été envoyé par erreur dans la première version)


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 12 invités