Les miracles et la foi

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1625
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Les miracles doivent-ils servir obligatoirement de preuves ?

Message non lu par zelie » jeu. 30 avr. 2020, 20:44

Manaro a écrit :
mer. 22 avr. 2020, 12:31
Les miracles doivent-ils servir obligatoirement comme preuves de l'existence de Dieu ? Certains chrétiens le font, mais cela ne fait-il pas trop "foi pour crédules" ? Ne devons-nous pas mettre plus en avant l'aspect théologique ?

Ce sont quelques questions que je me pose et qui auraient besoin de réponses.
Jean 20: 29 : Heureux ceux qui croient sans avoir vu.
Car effectivement le miracle n'est pas nécessaire à une foi véritable. Ce qui est nécessaire, c'est la sainteté et l'amour. Et en quittant l'Adoration et la prière, on prend le risque d'un jour voir notre amour se refroidir.

Que le miracle soutienne la foi, ça se comprend. Mais ce n'est pas le miracle qui amène à la sainteté, sinon, le monde entier se serait converti lors de l'institution de l'Eucharistie et lors de la crucifixion du Christ, qui sont les deux plus grands miracles que le monde aura pu voir. Quelqu'un qui n'est pas prêt à accepter l'existence de Dieu ne se convertira pas sur un miracle, car le monde, outre la vie de Jésus, a vu maintes fois des miracles, et quasiment tout le temps les a niés. Jésus et ses apôtres ont été tués suite à des miracles d'envergure.

La seule chose qui amène une âme à Dieu c'est la sainteté, et du miracle ou de la sainteté, il vaut bien mieux se présenter au Ciel saint que capable de miracle.

Même si comme vous le soupçonnez, certains ont besoin de quelque chose de spectaculaire pour emporter leur foi. Et pas sûr qu'une fois le soufflet de la belle surprise retombé, la foi acquise instantanément ne s'évanouisse pas elle aussi, c'est même le cas le plus courant.
Une foi véritable s'enracine dans la fidélité aux sacrements, justement parce que les sacrements sont les balises de guidage et de limitation que Jésus a mis sur notre chemin, pour qu'il soit éclairé et cadré. Le baptême nous enlève la tâche du péché, la confession nous maintient dans un repentir salvateur, car seuls les péchés qu'on aura pris la peine de regretter seront remis, et la messe nous nourrit spirituellement, nous garde, nous élève et comme dit plus haut nous restaure. C'est le sacrement de l'Eucharistie, plus grand miracle qui soit, qui restaure notre âme, et lui seul. Il la restaure : la délivre, la libère, la purifie et la sanctifie, même si on ne sent rien se passer. C'est de cela qu'il s'agit, pas d'une vague impression ou d'un débordement.
N'oublions pas ces fondamentaux, même si je ne veux pas tuer l'esprit que certains essaient de partager sur ce fil.
J'espère avoir pu vous aider un peu, Manaro, et je laisse donc le fil continuer sur son beau partage.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1243
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Les miracles et la foi

Message non lu par cmoi » jeu. 30 avr. 2020, 22:05

Agnus151 a écrit :
jeu. 30 avr. 2020, 19:01
Les miracles renforcent la foi, ils ne la créent pas. La foi c'est personnel, c'est un travail intérieur. Ça ne vient pas après avoir entendu l'histoire d'une personne miraculé à mon avis.

Personnellement je trouve que le miracle il est sous nos yeux constamment. On peut parler au monde entier en quelque clics. C'est incroyable. Qui l'aurait cru! Je ne comprends pas ce besoin pour les histoires paranormales innexpliquées.., le monde est déjà assez extraodinaire comme il est.
Tout comme vous l’a exprimé carolus, je suis comme lui entièrement d’accord avec votre propos.

Compte tenu d’autres de vos interventions sur ce forum, je crois utile de préciser néanmoins que le mot miracle a deux sens, un sens littéral, qui correspond à votre premier paragraphe, et un sens imagé, qui correspond au second. Il n’est donc pas question que l’un, quel qu’il soit, supplante l’autre. Je tenais à lever cette ambiguïté.

C’est toute la difficulté de la foi chrétienne : alors que l’on croit et doit croire aux miracles, que notre vie peut nous en faire espérer un avec parfois désespoir, pour soi ou un proche, on doit se contenter souvent de l’espérer et de n’en pas bénéficier. Et c’est beaucoup plus difficile à « tenir » que pour un athée de ne pas croire en celui littéral et se contenter de l’autre, quand la vie est sombre et que la réalité n’a rien d’un miracle.

Quoi qu’on en pense ou en dise souvent le contraire, par jalousie ou un prétendu réalisme : au lieu de jalouser le croyant ou de s’en moquer, on devrait en avoir ici pitié car le miracle est moins fréquent que le contraire, et les occasions de le souhaiter sont trop nombreuses, sincères et douloureuses, beaucoup plus que pour un incroyant ! Car bien sûr et par définition, le miracle est rare. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas par essence utile et que son absence ne coûte pas à celui qui doit y croire, même quand il n’en bénéficie pas.

C’est une leçon d’humilité pour le croyant. D’autant plus qu’il ne doit pas tomber non plus dans l’excès inverse. Cet équilibre est difficile, mais précieux. C’est un peu comme ceux qui rêveraient d’être par exemple champion olympique. Ils en rêveraient mais ne voudraient à aucun prix mener la vie d’efforts et de privations que cela suppose pour y parvenir. Ce qui compte pour celui qui le devient, s’il n’est pas « du monde », c’est cette vie et non cette réussite ou cet honneur. Et s’ils lui permettent de faire du bien et de donner de la joie aux autres, il s’en réjouit quand même.

Il est rare d’être champion olympique et pourtant tous ne savent pas en profiter, « capitaliser dessus » comme l’on dit. Et certains qui ne l’ont pas été pour divers motifs ont la même vie et autant de talents.

C’est cette vie, autrement dit, la sainteté, qui compte. Et Dieu donne ensuite ou ne donne pas certaines récompenses ou charismes, en sus.
Il faut quand même ne pas oublier que ce que la médaille récompense existe, et que les promesses énoncées par le Christ sont des paroles de vérité.

S’il y a peu de miracles, c’est qu’il y a peu de saints. Mais aussi ou/et que ceux-ci croient bon parfois de se protéger des retombées dans une humilité de trop qui n’ose pas le miracle, par une éducation souvent biaisée où la joie, l’audace a manqué. J’en veux pour preuve à quel point ce que j’écris là va à l’envers de ce qui se déclare et se veut « de bon ton ». Je laisserai mon lecteur en juger par lui-même.

Le miracle, d’abord, c’est déjà ce que la personne est parvenue à être, tout simplement. Et dans un sens plus ironique, que les autres ne s’en aperçoivent pas et que ce soit souvent les croyants eux-mêmes qui persécutent les saints, parfois par jalousie mais pas seulement ; ce qui empêche le miracle, car il a besoin d’un certain « climat ». Alors qu’il serait si simple de s’aider ensemble à « gagner la course » et mener le bon combat, chacun court pour soi. Car ne nous aveuglons pas : quand une personne a atteint un certain degré d’intimité avec Jésus, les grâces abondent autour de lui et ce n’est pas un imbécile, donc il est le premier à le savoir et à souffrir quand les autres se privent eux-mêmes d’en bénéficier et l’accusent de je ne sais quoi.

Il y a une façon de porter sa croix qui peut être égoïste, et cela oblige parfois à en rejeter le choix pour qu’il y ait plus de sauvés. L’hypocrisie de ceux qui côtoient le saint n’est souvent pas là où elle se voit. Un saint dérange, un saint est insupportable, mais ce qui le distingue avant tout c’est qu’ensuite, même à son détriment s’il le faut, il sait arranger. Ne soyons pas lâches. Un saint est une source inépuisable de grâces, miraculeuses ou non peu importe, mais sa discrétion légendaire lui fait les maquiller sans cesse. C’est à chacun de les reconnaître, et il est si facile de passer à côté.

J’ai été pendant de nombreuses années l’ami intime d’un saint, d’un saint aujourd’hui canonisé. Je sais donc de quoi je parle.

Bonne nuit à tous. Faites de beaux rêves…

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1788
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Les miracles doivent-ils servir obligatoirement de preuves ?

Message non lu par Altior » dim. 03 mai 2020, 6:07

Agnus151 a écrit :
jeu. 30 avr. 2020, 19:01
Les miracles renforcent la foi, ils ne la créent pas.
[/quote]

Très juste. Effectivement, les miracles ne créent pas la foi chez ceux qui n'ont pas l'ouverture d'esprit, chez ceux qui se sont claquemurés dans le «Non!». C'est Notre Seigneur qui le dit: Malheur à toi, Chorazin! malheur à toi, Bethsaïda! car, si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps qu'elles se seraient repenties, en prenant le sac et la cendre. (Luc 10 : 13).

Les miracles ne sont utiles non plus à ceux qui ont une foi forte. Il y a eu un roi (mais je ne me souvient pas lequel) qui a refusé de venir voir un miracle eucharistique en disant: à quoi bon ? Moi, je crois! Qu'ils ailles voir ceux qui doutent!

C'est, donc, pour ceux-là que les miracles sont utiles.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les miracles et la foi

Message non lu par Cinci » dim. 03 mai 2020, 13:22

Agnus151 :

Les miracles renforcent la foi, ils ne la créent pas. La foi c'est personnel, c'est un travail intérieur. Ça ne vient pas après avoir entendu l'histoire d'une personne miraculé à mon avis.

Personnellement je trouve que le miracle il est sous nos yeux constamment. On peut parler au monde entier en quelque clics. C'est incroyable. Qui l'aurait cru! Je ne comprends pas ce besoin pour les histoires paranormales innexpliquées.., le monde est déjà assez extraordinaire comme il est.
Non.

Vous vous méprenez complètement, et j'irais même jusqu'à dire que vous vous tromperiez sur deux tableaux à la fois. Votre perception instinctive serait plutôt étrangère à la compréhension de la "chose" telle que l'Église catholique la transmettrait. Je suis sûr de cela. Ce serait assez simple à faire comprendre.

[...]

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités