Mgr Barbarin

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
pierrot2
Senator
Senator
Messages : 788
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par pierrot2 » sam. 18 janv. 2020, 21:42

Je me demande si ce dont nous manquons le plus n est pas de recueillement et de prières. La pédophilie est sans doute un sujet qui attise les peurs. L' adoration est peut-être l' antidote, elle qui nous détourne de cette tentation qui conduit peut-être à vouloir faire le bonheur des victimes sans elles, alors que Dieu, quant à Lui ne semble pas faire beaucoup d interventionnisme en la matière. Attendrions-nous inconsciemment quelque chose des victimes ? Trop souvent peut-être espérons-nous que leur souffrances leur donnent un point de vue irremplaçable sur la justice en général. Si tel est le cas, je dirais que nous leur en demandons plus qu il est correct de leur demander, à elles, qui n ont eu aucun recul pour se forger sereinement leurs opinions.

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par la Samaritaine » dim. 19 janv. 2020, 19:53

pierrot2 a écrit :
sam. 18 janv. 2020, 21:42
Je me demande si ce dont nous manquons le plus n est pas de recueillement et de prières. La pédophilie est sans doute un sujet qui attise les peurs. L' adoration est peut-être l' antidote, elle qui nous détourne de cette tentation qui conduit peut-être à vouloir faire le bonheur des victimes sans elles, alors que Dieu, quant à Lui ne semble pas faire beaucoup d interventionnisme en la matière. Attendrions-nous inconsciemment quelque chose des victimes ? Trop souvent peut-être espérons-nous que leur souffrances leur donnent un point de vue irremplaçable sur la justice en général. Si tel est le cas, je dirais que nous leur en demandons plus qu il est correct de leur demander, à elles, qui n ont eu aucun recul pour se forger sereinement leurs opinions.
Je crois que vous compliquez les choses cher Pierrot : ce qui se passe actuellement, c'est que les victimes de pédophilie dans l'Eglise (et ailleurs) sont enfin entendues et écoutées. Concernant notre sujet : grâce à quelques victimes qui se sont regroupées (en fondant la Parole Libérée) et qui ont porté plainte contre qui de droit, les deux procès (Barbarin et Preynat), le site créé, le film réalisé ("Grâce à Dieu") et maintenant la commission CIASE (https://eglise.catholique.fr/sengager-d ... moignages/) qui écoute à longueur de journée les victimes de prêtres et qui rendra un rapport très attendu, on va pouvoir réaliser l'impact que le crime pédophile laisse chez les victimes et prendre la mesure du déni et de l'incompétence de tous ceux qui ont laissé faire. Nous sommes à une époque de sortie du déni (il était temps) et les victimes jouent ici leur rôle, leur unique rôle très simple : prendre la parole et raconter.
Sortir du déni et prendre la mesure de ce qui s''est passé et mesurer l'impact, c'est commencer à prendre en charge les choses différemment. A commencer par écouter les enfants, quand ils sont enfants, pas seulement quand ils sont devenus adultes….

Ce qui est incroyable, c'est que le crime pédophile est décrit par Jésus dans l'Evangile, de manière très claire et après,2000 ans de déni !!!

"Malheur à celui qui touche à l'innocence d'un de ces petits, il vaudrait mieux pour lui qu'il soit plongé dans l'eau avec une meule autour du cou".

Voilà des paroles aussi dures que claires ! Comment en est on arrivés là ? A refuser de prendre en compte ce crime, à refuser d'écouter les enfants ??? A couvrir frénétiquement les coupables ?

En Christ,

Samaritaine.0

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 788
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par pierrot2 » dim. 19 janv. 2020, 22:30

Chère Samaritaine,

Je me réjouirais volontiers, si tout cela aboutit à apaiser les victimes.

En tant que chrétien, je pense:"pourvu qu'elles n'aient pas de ressentiment, ou même pourquoi pas la haine de Christ". Auront-elles cette force de ne pas l'amalgamer à la pédophilie? de voir en lui le Sauveur?

C'est pourquoi,
la Samaritaine a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 19:53
les victimes jouent ici leur rôle, leur unique rôle très simple
n'est pas exactement ce que j'aurais dit; je me dis en effet que ce rôle doit être bien lourd à assumer, pour elles, qui ont une énorme balle dans leur camp, et qui sont au centre de toutes les attentes, de toutes les précautions, etc..

Mais globalement, vous avez bien raison de souhaiter que les choses suivent leur cours, avec des personnes qui font sans doute de leur mieux. Il faut prier, et "retirer le venin".
Finalement Je voulais juste exprimer un point de vue que je crois favorable à la bonne marche des choses, celui qui consiste à avancer au rythme de la victime, tout en acceptant et en lui faisant accepter qu'elle puisse décevoir.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1439
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par Altior » dim. 19 janv. 2020, 23:03

la Samaritaine a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 19:53
Voilà des paroles aussi dures que claires ! Comment en est on arrivés là ? A refuser de prendre en compte ce crime, à refuser d'écouter les enfants ??? A couvrir frénétiquement les coupables ?
Sauf que je ne vois pas quel rapport a ça avec Mgr Barbarin.

Quant au «père» Preynat, du moins, s'il était écrivain et s'il aurait écrit ses mémoires de sodomite pédophile, il aurait pu, lui aussi, toucher une subvention de la part du Ministère de la Culture pour bénéficier d'un appartement à Paris. Mais comme ça, en tant qu'homme d'Église, il s'est limité, à ce qu'on sache jusqu'à ce jour, à attoucher quelque dizaines de scouts qui ont eu le malheur de se trouver sous sa «protection».

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 447
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par cmoi » lun. 20 janv. 2020, 11:33

Altior a écrit :
sam. 18 janv. 2020, 10:40
cmoi a écrit :
mar. 14 janv. 2020, 11:41
Il y aura bien un procès religieux pour le rendre à l'état laïc, mais ce n'est pas cela qu'un vrai procès religieux devrait analyser.
En juillet 2019 a eu lieu le procès canonique suite auquel il a été réduit à l'état laïque. Mais la presse subordonnée aux intérêts de la franc-maçonnerie continue de parler du «Père Preynat», quoique ce monsieur ait perdu fonction et titre.
Merci Altior, oui, je me suis rendu compter que c'était déjà fait...

Je me réjouis de voir que je ne suis pas le seul à considérer dans cette histoire que ce qui fait sa particularité du fait qu'il était prêtre, c'est que le but et le sens même de l'Eglise et de ses sacrements est de lutter contre de tels fléaux et d'y remédier, que donc la réflexion doit aussi et surtout désormais se porter là-dessus : comment se fait-il aussi que cela ait tant duré (alors qu'il devait visiblement s'en confesser et ceci sans oublier le secret de confession pour autant - ni le ferme propos ni l'obligation de son confesseur qui lui aussi devait en parler comme d'un échec en se confessant : un évêque n'a pas besoin de se justifier d'un acte de discipline ecclésiastique dont le premier concerné connaît bien la raison)...

On a tendance à dire aujourd'hui ; "c'est non seulement un péché, mais un crime" . Cela me dérange, car l'échelle de valeur est inversée. On devrait dire le contraire et s'en alarmer.
Autre chose : on nous dit tant que le prêtre est le représentant du Christ, et on sacralise tant sa personne, pour aider un enfant à "respirer le sacré"' qu'il est inévitable quand cela arrive que le traumatisme soit aussi d'ordre surnaturel pour lui.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4339
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par Kerniou » lun. 20 janv. 2020, 14:00

Vis à vis de la loi, il est devoir pour chacun de nous se signaler des mineurs en danger ... même supposé ...
Il s'agit moins, au regard du droit français, de la dénonciation d'un coupable que du signalement de mineurs en danger ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 447
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par cmoi » lun. 20 janv. 2020, 14:16

Sauf si on l'a appris dans un confessionnal et qu'on est prêtre, me semble-t-il... Or ce "secret" peut s'étendre à celui à qui on se confesse...
N'empêche que le prêtre coupable pourrait être rendu à la vie civile sans avoir à en donner la raison autrement que "dans ce secret".
C'est compliqué parce qu'un évêque n'a pas le droit de confesser un prêtre qui dépend de lui...
Reste à demander l'accord du pénitent pour la levée du secret, ou faire de son aveu/auto-dénonciation une condition de l'absolution, ou refuser sinon l'absolution et sans en donner le motif, avertir l'évêque...

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par la Samaritaine » lun. 20 janv. 2020, 19:57

cmoi a écrit :
lun. 20 janv. 2020, 14:16
Sauf si on l'a appris dans un confessionnal et qu'on est prêtre, me semble-t-il... Or ce "secret" peut s'étendre à celui à qui on se confesse...
N'empêche que le prêtre coupable pourrait être rendu à la vie civile sans avoir à en donner la raison autrement que "dans ce secret".
C'est compliqué parce qu'un évêque n'a pas le droit de confesser un prêtre qui dépend de lui...
Reste à demander l'accord du pénitent pour la levée du secret, ou faire de son aveu/auto-dénonciation une condition de l'absolution, ou refuser sinon l'absolution et sans en donner le motif, avertir l'évêque...
Actuellement, il est recommandé qu'en cas d'aveu d'acte pédophile, le prêtre refuse l'absolution et exige que la personne aille se dénoncer. Le prêtre peut également avertir l'évêque et le procureur comme en toute situation ou il entend en confession qu'il y a "mise en danger de la vie d'autrui".

pierrot2 a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 22:30
Chère Samaritaine,
Je me réjouirais volontiers, si tout cela aboutit à apaiser les victimes.
En tant que chrétien, je pense:"pourvu qu'elles n'aient pas de ressentiment, ou même pourquoi pas la haine de Christ". Auront-elles cette force de ne pas l'amalgamer à la pédophilie? de voir en lui le Sauveur?
Cela, c'est une vraie question, très personnelle. Certaines victimes ont perdu la foi. Il est dit que lorsque l'agresseur est un prêtre, le traumatisme est aussi spirituel, la perte de confiance en l'Eglise et en Dieu peuvent être abyssales. Certaines victimes ont retiré leurs enfants du catéchisme. Le prêtre étant père, l'agression par un prêtre comporte aussi une forte symbolique incestueuse et les victimes témoignent d'ailleurs de fortes difficultés avec leurs parents. Je n'ai lu personne qui témoignent de haine du Christ, mais uniquement de la colère contre les hommes d'Eglise et parfois un recul devant les sacrements. Certains ne peuvent plus rentrer dans une Eglise, les gestes du prêtre pendant la messe leur rappellant les gestes sexuels subis. Une victime témoigne que lors de son mariage, il dit à son épouse qu'il n'acceptait de se marier à l'Eglise qu'à condition qu'il ne se confesse pas, la chose lui provoquant une crise d'angoisse (cela lui a été accordé). Pas simple !

Le chemin d'apaisement a lieu ou n'a pas lieu, c'est propre à chacun. Je pense que la colère est un passage nécessaire et inévitable, elle est en lien avec la Justice, mais que c'est bien de passer ensuite à la paix avec soi-même, et au pardon à soi-même, pardon le plus difficile à donner, puisque la victime de pédophile à toujours endossé la culpabilité du criminel. Ce qui est bien, c'est que des hommes d'Eglise comme Mgr Gobilliard se soient vraiment engagés auprès de victimes, aient soutenu leur combat. La place de l'Eglise est du côté des victimes, normalement.

Bernard Preynat a demandé pardon aux victimes pendant son procès, de manière répétée. Ls victimes ont refusé leur pardon, accusant cette demande d'être de la manipulation, une seule a accordé son pardon. Peut-être que Preynat est aussi sincère qu'il peut l'être, en tant que personnalité clivée et pervertie, et blessé lui-même par des crimes pédophiles quand il était enfant. Je pense qu'il n'est pas en capacité d'ouvrir grand son cœur comme le voudraient les victimes car il s'est construit dans le clivage et l'absence d'empathie pour lui même survivre, mais je veux croire qu'avec le peu de liberté spirituelle qui lui reste, il est sincère dans cette forme de retour sur soi. En d'autres termes, il fait le maximum qu'il peut faire selon ses capacités, c'est mon impression, mais Dieu seul jugera. Peut-être suis je naive. Je me surprends à avoir de la compassion pour lui depuis qu'il a témoigné de ce qu'il a subi enfant. J"espère néammoins qu'il prendra le maximum requis par le procureur car Justice doit être faite.

En Christ,

Samaritaine

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 788
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par pierrot2 » mar. 21 janv. 2020, 0:41

la Samaritaine a écrit :
lun. 20 janv. 2020, 19:57
Cela, c'est une vraie question, très personnelle. Certaines victimes ont perdu la foi. Il est dit que lorsque l'agresseur est un prêtre, le traumatisme est aussi spirituel,..
Merci de m'informer de tout ce dossier, qui apparemment vous mobilise prou. Il est vrai qu'on a sans doute à faire à ce qui est le pire obstacle à la foi, y compris du coté de non-victimes, d'ailleurs. Le berger a beau inspirer confiance, les brebis ont peur de rentrer dans la bergerie, car l'ennemi aura placé dedans des loups déguisés en berger, et qui ont croqué l'âme de bon nombre d'entre-elles. Comment faire pour qu'elles puissent se sauver, au sens de ce qu'a prévu le Sauveur?
Peut-être prier que:"On demandera beaucoup à qui l'on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l'on a beaucoup confié." soit aussi une espérance pour que ce "on" ne soit pas exigeant avec ceux auxquels on aura pris , et même beaucoup pris..

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1439
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par Altior » mar. 21 janv. 2020, 8:19

la Samaritaine a écrit :
lun. 20 janv. 2020, 19:57
Je me surprends à avoir de la compassion pour lui depuis qu'il a témoigné de ce qu'il a subi enfant.
Le pauvre pédophile! Donc, c'est lui la victime!

Eh bien, non! Je pense que l'heure est venue que l'Église se débarrasse de toute la pacotille humaine qui a sali la robe blanche de l'Épouse du Christ. Les choses de doivent pas s'arrêter a cet ancien et indigne prêtre, mais a tout ceux qui, avec légèreté sinon irresponsabilité ont fait l'imposition des mains pour ordonner au sacerdoce toute sorte de pédérastes, d'homosexuels, de fornicateurs, de corrupteurs de toute espèce. Pendant les auditions, il a été avoué que les supérieurs étaient au courant des exactions de ce [….} très tôt, quand il était élève au petit séminaire. Pourtant, il a accédé là où il n'avait pas le droit d'entrer: dans le Saint des Saints. Non, ce n'est pas ce corrupteur celui qui fait mal à l'Église, car tout poisson pourrit d'abord par sa tête. La tête du mal est à la tête de l'Église: tous ces McCarrick qui la cocopalmerisent depuis des années, toute cette mafia homosexuelle dont Benoît XVI a benoîtement avoué l'existence, sans faire grande chose pour maîtriser la pieuvre.

Nous, les petits de l'Église, nous ne devons pas abandonner le combat. Car le dicton «la vie est une lutte» a, pour le chrétien, un sens bien défini: il s'agit d'une lutte qui ne cessera pas avant notre dernier soupir, une lutte acharnée qui se porte sur trois théâtres de guerre: en nous-même, dans l'Église, dans le Monde.

Sancte Michael archangele, defende nos in proelio!


[Le scandale ne doit pas permettre d'insulter. La modération]

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10015
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par Cinci » mar. 21 janv. 2020, 18:12

Altior,

Sur le problème du péché ...

Vous sous-estimez peut-être de beaucoup le problème que celui-ci aura toujours pu représenter pour l'Église militante sur terre (j'insisterais sur le mot toujours) ni ne cessera jamais de l'être pour les années à venir, je suppose.

Le problème superficiel que pose celui des faiblesses de la chair, même s'il fait toujours "grand bruit" auprès des masses (incroyants, protestants, nazis, radicaux socialistes, bouffeurs de curés, etc.), ne touche même pas encore le problème dans toute sa profondeur, qui est un problème d'ordre spirituel, plus sournois, qui se traite pas mal plus malaisément que dans le fait de pouvoir se débarrasser, - comme on devrait le faire de vulgaires déchets ? -, de quelques boucs émissaires par-ci par-là.

Le problème de l'Église c'est que, - si elle doit normalement veiller à ce que les fidèles ne soit pas mis en danger, par les dits ou comportements de ceux que l'on dira être missionnés pour un travail pastoral plus spécialement dans son sein -, elle doit faire aussi avec des serviteurs imparfaits/pécheurs.

Et alors le problème c'est la nature humaine elle-même ! Non pas en substance, mais du fait qu'elle est blessée ou toujours viciée à quelque part. Il sera toujours infiniment plus facile de se scandaliser des acteurs dans l'Église, de tout ce qui peut bouger, remuer et vivre encore, à raison de la hauteur à laquelle le Christ est sensé l'appeler.

Sortir le karcher ...

La voie humaine de la grande purge, de la karchérisation intégrale et vraiment complète, c'est également une voie de destruction et de mort. Habituellement, ceux qui mettent ça en oeuvre (qui ne sont pas des anges répondant au signal de la trompette ....) rejettent à la fois l'Église et le monde; en même temps qu'ils se rejettent eux-mêmes pour dire le vrai. C'est la grande condamnation ! Ce sont de suicidaires.

La véritable voie de sortie par le haut et seul processus réellement vivant qui est celui de l'Église et du Christ : c'est la voie du pardon.

(Mais au départ bien sûr ...)

Ça n'exclut pas qu'un coupable d'un péché grave doive purger une peine selon l'organisation des sociétés humaines, et donc d'aller tâter de la paille du cachot pendant un moment, pour parler de la situation présente. Mais ensuite le "boulot de l'Église" ne consiste pas vraiment à accuser le sujet, comme pour l'enfoncer davantage, désespérer et tuer le patient.

Tout ça pour dire : je ne vous donnerais pas raison d'aller reprendre La Samaritaine, comme vous venez de le faire plus haut; comme si elle-même aurait dû commettre une grave faute, ayant l'air de ne pas être suffisamment "destructor" ou impitoyablement jusqu'au boutiste comme les Érynies de la mythologie poursuivant de leur malédiction jusqu'aux enfers ...

:capone:

(Je vais vous soigner cette Église conciliaire ...)

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4339
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par Kerniou » mer. 22 janv. 2020, 4:27

A Altior,
Comme les moutons deviennent des loups, les abusés deviennent des prédateurs et des abuseurs quand ils ne sont pas soignés.
Les soins psychiques peuvent durer longtemps voire très longtemps. Le traumatisme peut laisser des séquelles à vie ... c'est ce qui s'est passé pour le pére Peynat et pour beaucoup d'autres. Sans que je sache l'expliquer, le processus de l'abusé qui devient abuseur est, hélas, logique. - Si un psy pouvait expliquer le processus -... Merci !
Dans ces situations, le silence est dramatique sinon mortifère. Pendant longtemps, l'Eglise n'a pas eu conscience du terrible traumatisme ni des séquelles subis par les victimes ...
J'espère vraiment qu'à partir de maintenant, la situation va réellement s'améliorer ...
Nous avons tous un devoir de vigilance. Je crains que l'Eglise" conciliaire" comme vous dites, ne soit pas la seule concernée ...Ces problèmes existaient déjà bien avant le concile et pas seulement dans l'église.
En effet, c'est dans les familles que la proportion des abus sexuels est la plus élevée ... mais les proportions restent dans la même fourchette dans tous les milieux.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

cmoi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 447
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par cmoi » mer. 22 janv. 2020, 11:07

Kerniou,

aucun thérapeute ne prétendrait pouvoir répondre à votre question avec l'exhaustivité requise, chaque cas étant unique et vu le nombre de paramètres.
Toutefois il peut donner quelques pistes.
Si la souffrance entraîne un refoulement, la guérison suppose de revivre peu ou prou la cause du traumatisme.
Le revivre sans la souffrance est préférable (la place de prédateur en offre une solution), et comprendre les motivations du prédateur en prenant sa place en offre une autre.
Il va de soi que cela requiert d'autres conditions sur lesquelles il n'est pas forcément souhaitable de mettre la lumière.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1412
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par zelie » mer. 22 janv. 2020, 12:08

Même si cela ne répond pas entièrement à la question de Kerniou, devenir prédateur sexuel après avoir été victime sexuelle repose sur le même genre de construction que de devenir violent après avoir été enfant battu. Un traumatisme est un traumatisme, qui conduit à une construction psychique altérée du jeune enfant, et la prédation sexuelle subie est un traumatisme comme un autre, qui repose sur les mêmes leviers.
Cette construction psychique repose sur deux sortes de leviers : l'expérience subie (le traumatisme, d'autant plus violent qu'il sera subi jeune et répétitif) et la personnalité intrinsèque de la personne, qui naît avec une partie génétique en lui (qui le prédispose à être plan-plan, ou nerveux, ou remuant, ou à aimer les radis; chacun nous avons nos qualités et notre façon d'être). Ce petit être va aussi, sur la partie expérience de vie, être modelé par toute une culture sociale, un milieu familial et proche de la famille. C'est incroyable tout ce qui peut s'engrammer dans le cerveau et le corps d'un enfant dans sa toute-petite enfance.
Mais ce sont ces choses qui font qu'un jour, un agressé devient agresseur et un autre agressé n'agresse pas mais déprime, ou qu'un enfant agressé ailleurs, sur un autre plan que sexuel, devient agresseur quand même.
Comme dit Cinci, c'est de l'humain.

Je reviens un instant sur ce qu'il s'est dit un peu plus haut, le "coup de sang" d'Altior. Si le fait est avéré que des choses étaient sues avant l'ordination de ce prêtre, et qu'il a été quand même ordonné, c'est ... criminel. Et oui, la responsabilité de l'ordonnant est grave.
Ce qui montre bien que le crime sexuel a fleuri sur un mentalité partagée à une époque, où les gens avaient du mal à appréhender la gravité du délit et les conséquences sur les enfants... Et qu'aujourd'hui, on peut se féliciter quand même du chemin parcouru dans la conscience générale de nos sociétés (même si cela ne va pas tout résoudre, certes).

Pour que les choses soient justes pour Benoît XVI, rappelons-nous que ce Pape, a "benoitement" défroqué plus de 400 prêtres en 8 ans de règne seulement. Je vous mets au défi de trouver un Pape qui ai fait plus et mieux en 8 ans ...
les sources :
https://www.rtl.fr/actu/international/l ... 7768947528

https://www.lepoint.fr/monde/pedophilie ... 683_24.php

https://www.lexpress.fr/actualites/1/mo ... 15268.html
Je n'ai mis que les liens des journaux ouvertement non pro-chrétiens, mais le Figaro, La Croix, etc, toute la presse en a parlé.

La question de comment l'Eglise va gérer, en accord avec sa doctrine, les ex-prêtres eux aussi victimes lors de leur enfance, et les soins qui vont avec reste donc entière, car elle a un devoir à accomplir auprès de ces prêtres dont elle a accueilli le don de service mais rejeté la personne... Même si elle condamne, et tous avec, fermement les actes.
D'ailleurs, n'était-ce pas ce qu'elle essayait hyper-maladroitement de faire quand elle isolait l'agresseur de possibilité de rencontrer à nouveau des enfants et lui recommandait la prière et la pénitence, durant plusieurs années, et ne le "remettait en service" qu'une fois rassurée sur son compte? Attitude d'un inconséquence consommée certes, mais compréhensible en ce sens qu'elle, l'Eglise, faisait ce qu'elle pouvait avec ce qu'elle croyait être le mieux dans la situation d'agression, tout en gardant un prêtre dans ses rangs conformément à Mat 16:19, Heb 5:6 ? d'où le silence pour protéger celui qui restait quand même prêtre... Je ne sais pas si dans les faits et les esprits d'alors les choses se sont exactement passées ainsi dans la tête des gens concernés, mais on se rend vite compte qu'à essayer de comprendre comment on en est arrivé là, comment des gens à la probité personnelle exemplaire comme Mgr Barbarin se sont retrouvé un pied dehors mais aussi un pied dedans d'histoires infâmes, on se retrouve vite sous une tension paradoxale, celle de protéger des victimes, et celles de secourir spirituellement un homme qui restait malgré tout un prêtre, une personne ordonnée dans le sacerdoce.


Il faut comprendre une bonne foi pour toutes que le trauma sexuel est un traumatisme comme un autre, qui nécessite compassion et soins, même, même, même, si on n'est pas sûr de guérir la personne, même si cette personne est désormais un violeur.
Pour Bernard Preynat, c'est la prison qui surement ordonnera une obligation de soins. C'est un comble, quand même, que cela n'ait jamais été entrepris au sein de l'Eglise quand il a avoué ses crimes aux familles et que son cardinal de l'époque a été mis au courant...
Une association a été pionnère il y a plus de trente ans, c'était l'Association l'angle bleu. Je ne sais pas ce que cette association est devenue depuis, mais elle a été fondée par une femme victime d'inceste. Cette association soignait les pédophiles justement pour réparer chez eux ce qui les avait fait devenir agresseurs, justement pour arrêter de diaboliser et de ne pas soigner ces personnes, en tellement grand besoin de soins et de compassion, enfin, dans leur vie, elles qui peut-être en avait tant manqué plus jeunes. Et le travail fait était remarquable, et avait fait l'objet d'un reportage en son temps.
C'est exactement cela que la société a l'obligation de faire pour les pédophiles qu'elle fabrique, puisque qu'aucun bébé ne naît pédophile.
Mais c'est aussi le devoir de l'Eglise envers ses membres ou ex-membres.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4339
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Mgr Barbarin

Message non lu par Kerniou » mer. 22 janv. 2020, 13:01

Merci, chère Zélie, de votre réponse claire. Si elle ne répond pas entièrement à mes questions, elle m'apporte un éclairage auquel je n'avais pas forcément pensé.
Merci encore.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité