Que penser de Thiberville ?

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3065
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Que penser de Thiberville ?

Message non lu par AdoramusTe » dim. 03 janv. 2010, 22:45

Bonjour,

Il y a une affaire qui secoue la Normandie en ce moment, dans la ville de Thiberville.

Un curé en place depuis 20 ans, qui remplit les églises, célèbre sous les deux formes. Bref un petit miracle dans le diocèse.
Son évêque veut étrangement le déplacer mais il désobéit et ne veut pas changer de paroisse.
Un comité de soutien pour le curé est créé.
L'évêque vient et est chahuté, sifflé, malmené par les fidèles en pleine messe qui est avortée.

Que doit-on penser de tout ça ?
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Laurent L. » dim. 03 janv. 2010, 23:29

L'évêque a certes l'autorité épiscopale, mais son motif de déplacer ce curé juste pour "changer" ne me convainc pas. C'est une étrange manie depuis quelques décennies de procéder de la sorte. Saint Jean-Marie Vianney a été curé d'Ars pendant 40 ans! Avec les fruits que l'on connaît. Pourquoi donc en plus faire du forcing dans ces conditions ?

Quand on voit tout un village se mobiliser, même les élus de la République laïque (!!), comment douter des qualités de ce prêtre et des fruits de son ministère ? D'autre part, un évêque doit agir pour le bien des fidèles, il n'a pas à jouer les tyrans dans son diocèse.

Par contre, si un prêtre se sent victime d'une injustice de la part de son évêque, et avec un tel plébiscite, doit-il obéir sans sourciller ou peut-il attendre que Rome tranche ? Qu'aurait fait le curé d'Ars ? :incertain:

Voici un lien : http://normandie.france3.fr/info/haute- ... 70982.html avec un reportage vidéo.

Visiblement, Mgr Nourrichard n'a pas été très bien reçu (euphémisme), mais son Excellence prend-elle la peine d'écouter ses ouailles :?:
Dernière modification par Laurent L. le lun. 04 janv. 2010, 0:03, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

A

Message non lu par Laurent L. » dim. 03 janv. 2010, 23:43

Est-ce une cabale de "progressistes" dans l'ancien diocèse de Mgr Gaillot contre un curé un peu trop traditionnel ? :/

Ce curé m'a l'air bien "classique" avec sa soutane et son surplis ; ces derniers ainsi que la soutanelle rouge des jeunes servants d'autel détonnent avec cette immonde chasuble arc-en-ciel :mal: et les "femmes de chœur".

Oui, l'habit ne fait pas le moine...:siffle:

Par contre, l'ambiance est digne du Saint-Sépulcre quand un arménien regarde de travers un grec... :s
Dernière modification par Laurent L. le lun. 04 janv. 2010, 0:12, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3065
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par AdoramusTe » lun. 04 janv. 2010, 0:07

Laurent L. a écrit : Par contre, si un prêtre se sent victime d'une injustice de la part de son évêque, et avec un tel plébiscite, doit-il obéir sans sourciller ou peut-il attendre que Rome tranche ? Qu'aurait fait le curé d'Ars ? :incertain:

Visiblement, Mgr Nourrichard n'a pas été très bien reçu (euphémisme), mais son Excellence prend-elle la peine d'écouter ses ouailles
En fait, j'aurai tendance à penser que l'évêque a tord dans cette affaire.
Cependant, je dois dire que je suis mal à l'aise face à la vindicte populaire et les manifestations irrespectueuses des fidèles envers lui.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Laurent L. » lun. 04 janv. 2010, 0:12

J'avoue, je suis dans la même situation que vous. Peut-être ces paroissiens ont-ils aggravés leur cas en risquant de braquer définitivement leur évêque ; mais la colère ne peut-elle pas parfois être justifiée ?

De toute façon, l'abbé Michel a fait appel de sa révocation à Rome ; on verra le verdict.
Dernière modification par Laurent L. le lun. 04 janv. 2010, 0:24, modifié 1 fois.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par jean_droit » lun. 04 janv. 2010, 0:22

Quelques éléments :

http://tradinews.blogspot.com/2010/01/s ... entre.html
http://tradinews.blogspot.com/2010/01/l ... lique.html
http://www.perepiscopus.org/
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=525156

Je connais un prêtre traditionaliste qui s'est fait débarquer par son évêque pour avoir trop de sucès.

Bien des évêques et bien des prêtres nous emmènent où vont leur idéologie.
Et font partir comme cela bien des pauvres fidèles.

A distinguer des évêques qui font ce qu'ils peuvent avec leurs prêtres et leurs fidèles.

Car rien n'est simple.
Dernière modification par jean_droit le lun. 04 janv. 2010, 0:37, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Laurent L. » lun. 04 janv. 2010, 0:26

Heureusement qu'on est passé à l'herméneutique de continuité... :/

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par jean_droit » lun. 04 janv. 2010, 1:04

Voilà encore une grave incident impliquant un évêque et un prêtre.
On a vu la même chose en Corse.
En sens inverse on a les réactions de prêtres contre monseigneur Cattenoz ou monseigneur Aillet.
Sans parler des querelles entre évêques mises en lumière lors du dernier CEF.
Et la pression continue des milieux traditionalistes, au sens large du terme.
Depuis quelques mois il me semble que l'épiscopat est tiraillé de toutes parts tout en étant confronté au déclin sévère des diocèses.
Ce dernier aspect me semble la clef de voute de toutes ces réactions.
Il faut remarquer que ce sont souvent les évêques dont les diocèses sont les plus en difficulté qui ruent dans les brancards.
Ils doivent être conscients de leur échec. Ils s'arqueboutent sur leurs certitudes.
L'opposition de certains évêques à la personnalité du pape et à ses orientations doit compliquer encore les choses.
Dur ... dur ....

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2722
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Cgs » lun. 04 janv. 2010, 8:57

Bonjour,

Cet événement est bien regrettable. Un évêque peut avoir tort, mal discerner quelque chose, il est humain après tout. Mais dans tous les cas, un prêtre est censé respecter son obligation d'obéissance (rappelez-vous que c'est la vertu que le Diable ne peut pas imiter, selon Sainte Faustine...).

Je connais mal la situation, mais il serait urgent que le curé en question explique son point de vue à l'évêque, lui dise pourquoi il fait cela, pour le bien de l'Eglise, et que cela marche. L'évêque devrait être sensible à cela. Les fidèles devraient également ne pas durcir le ton, et essayer de défendre leur point de vue de façon pacifique.

La correction fraternelle, voilà un exercice bien difficile, et qui s'appliquerait à merveille à ce cas.

Bien à vous,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1696
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par archi » lun. 04 janv. 2010, 13:51

Cgs a écrit :Bonjour,

Cet événement est bien regrettable. Un évêque peut avoir tort, mal discerner quelque chose, il est humain après tout. Mais dans tous les cas, un prêtre est censé respecter son obligation d'obéissance (rappelez-vous que c'est la vertu que le Diable ne peut pas imiter, selon Sainte Faustine...).

Je connais mal la situation, mais il serait urgent que le curé en question explique son point de vue à l'évêque, lui dise pourquoi il fait cela, pour le bien de l'Eglise, et que cela marche. L'évêque devrait être sensible à cela. Les fidèles devraient également ne pas durcir le ton, et essayer de défendre leur point de vue de façon pacifique.
Bonjour.

Serions-nous chez les Bisounours? Défendre "de façon pacifique" son point de vue contre quelqu'un qui ne veut pas l'écouter (et depuis longtemps puisque l'évêque semble déjà s'en être pris à ce curé il y a 1 an environ), ça montre vite ses limites. :/

Par ailleurs, le prêtre a fait appel à l'autorité supérieure. Depuis quand est-ce de la désobéissance?

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3065
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par AdoramusTe » lun. 04 janv. 2010, 14:09

L'opinion de Pro Liturgia

source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia ... ations.htm
Pro Liturgia a écrit :AU-DELÀ DE L'AFFAIRE DU CURÉ DE THIBERVILLE

L'affaire du Curé de Thiberville, limogé par son Evêque, Mgr Nourrichard, soulève une question délicate: l'Eglise reconnaît-elle un droit à la désobéissance?
Mais qui, dans le cas présent, désobéit? Est-ce Mgr Nourrichard qui en veut à l'un de ses prêtres d'appliquer le Concile et de suivre les orientations données par le Souverain Pontife en matière de liturgie? Est-ce l'Abbé Michel, Curé de Thiberville, qui refuse d'obéir à son évêque lui demandant de quitter sa paroisse? Sont-ce les paroissiens qui font part à leur Evêque - avec les moyens dont ils disposent pour se faire entendre de lui - de leur volonté de garder leur prêtre?
Mgr Nourrichard a parfaitement le droit de déplacer l'un de ses prêtres; encore faudrait-il qu'il puisse justifier les raisons d'un tel déplacement. En l'espèce, il semble que l'Evêque d'Evreux n'ait pas la moindre raison: son acte ressemble donc fort à une petite crise d'autoritarisme typiquement clérical - pour ne pas dire épiscopal - qui a son origine dans une incapacité à reconnaître la crise que traverse l'Eglise dans son diocèse en particulier.
M. l'Abbé Michel a parfaitement le droit de savoir, de la plume de son Evêque, ce qu'on lui reproche (il s'en doute d'ailleurs) et de connaître quel sera son avenir. Car la stratégie épiscopale est bien connue: pour réduire au silence un prêtre qui refuse la désastreuse pastorale actuelle qui se fait dans les diocèses, on le nomme dans une paroisse déjà dévastée par un précédant curé. L'arrivée d'un prêtre "classique" du type Abbé Michel dans une paroisse habituée à avoir des "messes-tagada" ne manquera pas de provoquer des remous dont se servira l'Evêque pour reprocher au prêtre nouvellement nommé de "ne pas s'insérer dans la pastorale de groupe mise en place par les équipes interparoissiales de laïcs en responsabilité" (Chers fidèles, habituez-vous à ce langage, sinon vous ne comprendrez jamais votre évêque).
Les paroissiens ont le droit de faire savoir au pasteur diocésain qu'ils préfèrent avoir un prêtre qui est dans la ligne du Souverain Pontife plutôt qu'une poignée de "mamies" qui seront autorisées à froufrouter autour de l'autel et de l'ambon à chaque messe. L'Evêque d'Evreux a le droit de savoir que les fidèles ne sont pas disposés à demeurer catholiques pratiquants à n'importe quel prix.
Pour susciter la réflexion, voici trois points de vue sur la question de l'obéissance/désobéissance.
Le premier est d'un fidèle laïc: "Il est bien certain que rien ne changera tant que les prêtres désavoués ne se manifesteront pas davantage pour refuser fermement certaines orientations pastorales qui n'ont aucune raison d'être et qui, parfois même, n'ont aucune légitimité. Il ne s'agit pas de "ruer dans les brancards" de façon ouverte et maladroite, mais de faire savoir à qui de droit que certaines directives prises au niveau d'un diocèse ne sauraient être acceptées et mises en oeuvre. N'est-il pas temps de sortir d'un état de docilité servile? Dans la situation que nous connaissons actuellement, le principe du "nulla Ecclesia sine episcopo" ne tient plus en France (à quelques exceptions près), dans la mesure où ce principe procède d'un anti-discernement ou d'un choix de ne surtout pas faire de vagues.
Le "nulla sine episcopo" n'a de sens et ne tient que lorsqu'il s'accorde sans le moindre doute avec le "ubi Petrus, ibi Ecclesia, ibi Christus". Dans tous les autres cas, il y a risque de tomber dans la schizophrénie, c'est-à-dire dans un trouble grave divisant la personnalité: le prêtre, écartelé entre son désir de suivre les enseignements du Saint-Père et son souci de garder de bonnes relations avec sa hiérarchie diocésaine, s'épuisera à vouloir gérer d'indéfendables compromis pastoraux et liturgiques à l'aide desquels il espérera plaire à tout le monde, depuis la chaisière de la paroisse jusqu'à l'évêque diocésain. Les interminables transactions auront vite raison de la santé physique, psychique et spirituelle du prêtre."
Le deuxième point de vue est celui du P. Louis Bouyer, le théologien bien connu (+2004): "L'obéissance dans l'Eglise est certainement fondamentale, mais cette obéissance doit être éclairée: c'est une obéissance filiale, une obéissance de la foi. L'obéissance [des fidèles] aux évêques, au Pape, au concile ne doit pas être passive mais véritablement illuminée par la foi, et le premier devoir de toute la hiérarchie est de la leur communiquer et de l'entretenir. Lorsqu'il y a des défaillances individuelles ou même collectives de la part de ceux qui dans l'Eglise sont responsables avant tout de la foi, ce n'est pas du tout une infidélité de la part des fidèles mais au contraire une marque de fidélité de critiquer et de ne pas accepter ce qu'enseigne tel prêtre ou même tel évêque ou un groupe d'évêques, lorsqu'il est clair que cela est en contradiction avec ce que le Pape, les conciles, et toute la tradition des évêques jusqu'à nous ont enseigné. L'obéissance des fidèles doit donc toujours être une obéissance éclairée et une obéissance (...) qui s'adresse, à travers les hommes, au Christ seul. Et lorsque des hommes qui représentent le Christ se mettent visiblement en conflit avec Lui, avec toute la tradition de l'Eglise et avec ceux qui en sont les représentants les plus assurés aujourd'hui même, il n'y a pas à hésiter à leur résister, à leur résister respectueusement d'abord, et s'ils ne comprennent pas ou n'acceptent pas ces critiques, à leur résister fermement et en face."
Le troisième et dernier point de vue est celui d'un Evêque, Mgr Giovanni d'Ercole. Sa réponse à la question posée ici est claire: "Il faut regarder l'Eglise avec deux yeux. Un oeil sur le Pape, l'autre sur l'évêque et le curé. Si l'évêque et le curé disent la même chose que le Pape, c'est l'unité. Or le manque d'unité fait un très grand mal à l'Eglise. Si l'évêque ne dit pas la même chose que le Pape, cela me donne un strabisme; alors je regarde le Pape."
A Thiberville, les fidèles sont majoritairement certains que l'Abbé Michel et le Pape disent la même chose. Mais pour ce qui est du Pape et de Mgr Nourrichard...
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2722
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Cgs » lun. 04 janv. 2010, 15:23

archi a écrit :
Cgs a écrit :Bonjour,

Cet événement est bien regrettable. Un évêque peut avoir tort, mal discerner quelque chose, il est humain après tout. Mais dans tous les cas, un prêtre est censé respecter son obligation d'obéissance (rappelez-vous que c'est la vertu que le Diable ne peut pas imiter, selon Sainte Faustine...).

Je connais mal la situation, mais il serait urgent que le curé en question explique son point de vue à l'évêque, lui dise pourquoi il fait cela, pour le bien de l'Eglise, et que cela marche. L'évêque devrait être sensible à cela. Les fidèles devraient également ne pas durcir le ton, et essayer de défendre leur point de vue de façon pacifique.
Bonjour.

Serions-nous chez les Bisounours? Défendre "de façon pacifique" son point de vue contre quelqu'un qui ne veut pas l'écouter (et depuis longtemps puisque l'évêque semble déjà s'en être pris à ce curé il y a 1 an environ), ça montre vite ses limites. :/

Par ailleurs, le prêtre a fait appel à l'autorité supérieure. Depuis quand est-ce de la désobéissance?

In Xto,
archi.
Bonjour archi,

Je n'en sais pas plus sur l'affaire, donc je ne sais pas ce qu'a fait l'abbé, s'il a officiellement désobéi ou pas (apparemment pas). Je souhaite simplement préciser que combattre doit se faire avec toute la charité possible, ce qui n'exclut pas une certaine fermeté (voire une fermeté certaine).

Une partie du message de AdoramusTe illustre bien cela :
Et lorsque des hommes qui représentent le Christ se mettent visiblement en conflit avec Lui, avec toute la tradition de l'Eglise et avec ceux qui en sont les représentants les plus assurés aujourd'hui même, il n'y a pas à hésiter à leur résister, à leur résister respectueusement d'abord, et s'ils ne comprennent pas ou n'acceptent pas ces critiques, à leur résister fermement et en face."
Autant que faire se peut, il faut en rester à la résolution bienveillante et respectueuse. Mais la correction fraternelle doit rester ferme, je suis d'accord avec vous. Toutefois, elle ne doit pas dévier vers une crispation, sinon on dérive vers la désobéissance, voire le schisme. Voyez comment certains fidèles de la FSSPX ont quitté l'Eglise, c'est assez éclairant.

Sait-on si l'abbé a consulté la hiérarchie au-delà de son évêque ? (est-ce d'ailleurs possible ?)

Bien à vous,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par jean_droit » lun. 04 janv. 2010, 15:39

Cette affaire regrettable est, à mon sens, emblématique.
Je crois qu'elle est assez bien décrite dans la lettre 107 de Paix Liturgique :
http://www.scribd.com/doc/3140856/Paix-Liturgique-n107
On peut faire les remarques suivantes :
1- Cette affaire a été rendue publique en avril 2008. Elle devait couver depuis pas mal de temps.
2- Si je me souviens bien le Saint Siège a été contacté et il aurait donné raison au curé. Je ne retrouve pas cet épisode.
3- Toutes les sources d'informations disent que ce prêtre réussit très, très bien et a réussi à créer une vraie paroisse bi-ritualiste. Alors pourquoi ?
4- Il est souvent cité l'irritation de certains autres prêtres diocésains. Je pense que cet élément doit être très important. Je connais un certain nombre de cas de prêtres rejetés par suite de leur succès ... insolant. Je me demande si ce n'est pas le cas pour un curé près de chez moi.
5- On peut se demander quelle est l'influence de certains "laïcs engagés".
Au total c'est l'Eglise qui paiera les pots cassés.
Car "Normaliser" cette paroisse veut dire la mener vers le bas.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Laurent L. » lun. 04 janv. 2010, 21:22

leur succès ... insolant
lettre 107 de Paix Liturgique a écrit :Le zèle apostolique, la foi et le dévouement de ce curé a permis à cette petite paroisse territoriale (environ 4.500 âmes sur les 13 clochers) de faire figure d’exemples en bien des domaines… 3 à 4 messes chaque dimanche (église pleine), 120 enfants au catéchisme, environ 30 premières communions et 30 professions de Foi chaque année, processions de la Fête-Dieu et fêtes patronales des 13 clochers, crèche géante sur la place de l’église chaque année (véritable attraction pour le village et ses environs)... Le nombre d’intentions de messes que l’abbé Francis Michel adresse à l’évêché chaque année et le denier du culte récolté sur la paroisse de Thiberville en disent également long sur la vitalité, le sens de l’Église et la générosité des fidèles et du curé de la paroisse.
Effectivement :sonne:

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Que penser de Thiberville ?

Message non lu par Laurent L. » lun. 04 janv. 2010, 21:30

Source : http://www.paris-normandie.fr/index.php ... _de_partir
L'évêque prié de partir

Les paroissiens de Thiberville avaient préparé banderoles et propos acerbes pour la venue de l'évêque
THIBERVILLE.Les paroissiens ont réservé un accueil des plus glacial
à l'évêque d'Evreux, dimanche, à l'occasion du départ contesté de l'abbé Michel.

Des banderoles, des gendarmes pour éviter les débordements et même quelques injures ont accueilli l'évêque d'Evreux, Mgr Nourrichard, dimanche matin à Thiberville, où il venait présider la messe à l'occasion du départ de l'abbé Michel. Un départ qui déplaît fortement aux paroissiens, et plus généralement aux habitants et élus du canton, qui l'ont fait savoir en se rendant nombreux à cette messe qui n'a duré du coup qu'une dizaine de minutes.
« Pitié monseigneur », « Non à la mort de notre paroisse », « Laissez-nous notre curé », les calicots arborés à l'occasion de cette messe donnaient le ton. Il y a quelques jours en effet, à la suite de plusieurs refus de l'abbé Michel de quitter le groupement inter-paroissial de Thiberville, l'évêché avait trouvé la parade en ordonnant purement et simplement la dissolution de ce groupement.
Le curé révoqué était donc prié de quitter les lieux. L'abbé Vivien, qui préside aux destinées de la paroisse Notre-Dame de la Charentonne de Bernay, étant censé prendre la suite.

L'assistance quitte les lieux
Une décision inexplicable selon les paroissiens, attachés à leur curé qui, depuis 1986, a su dynamiser les treize clochers de ce groupement très actif. Attachement d'autant plus fort pour certains d'entre eux que l'abbé Michel célébrait régulièrement la messe selon la forme extraordinaire du rite romain, une exception dans le diocèse d'Evreux.
Pas étonnant donc qu'en ce dimanche d'Epiphanie, ils aient voulu faire part de leur mécontentement. Le message à l'entrée de l'église de Thiberville était des plus clair : « Messieurs Nourrichard et Vivien, vous n'êtes pas les bienvenus à Thiberville. Bon retour ».
L'office à peine commencé, l'évêque déclarant que « la paroisse de Thiberville est dissoute », l'homme d'église a aussitôt été hué, avant que l'assistance -élus du canton compris-, dénonçant « une mascarade », ne décide de quitter les lieux.
« Aujourd'hui, c'est l'Epiphanie avec la visite des rois mages qui offrent à Jésus l'or, l'encens et la myrrhe. Nous, nous avons trois personnes qui apportent une révocation, une dissolution et le chaos », ironisait un paroissien. Rendez-vous était pris quelque temps plus tard à l'église de Bournainville-Faverolles, où Mgr Nourrichard avait également promis de se rendre.
Mais là aussi, l'évêque a compris qu'il était persona non grata : des paroissiens lui barraient poliment l'accès à l'église !

Décision maintenue
« Je ne m'attendais pas à une telle hostilité et à ces propos exprimés de manière insensée. Je vais prier et aller célébrer cette messe dominicale que je n'ai pas pu célébrer à deux reprises aujourd'hui », a lancé l'évêque qui, malgré ces manifestations de mécontentement, ne compte pas pour autant revenir sur sa décision : « Ce soir, nous allons nous réunir pour savoir quelle suite donner à ces événements », a-t-il ajouté avant de quitter Bournainville… pour revenir à Thiberville en fin de journée où il a tenté une nouvelle fois de célébrer cette messe. Mais devant l'hostilité palpable à l'entrée de l'édifice, l'évêque a finalement prudemment décidé de se « retirer », alors qu'à l'intérieur l'adoration du sacrement et la messe traditionnelle étaient célébrées par l'abbé Michel dans une église pleine à craquer.
M. P. avec correspondant
L'évêque dissout une paroisse prospère ?! Mais, c'est insensé! :s

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités