Le Pape François : un Pape pour notre temps

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » ven. 25 sept. 2015, 17:49

Merci étienne, une très belle histoire.

Pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare dont je fais partie voici comment lire la vidéo :

- Cliquer sur Paramètres
- Ensuite, sur sous-titre
- Pour terminer cliquer sur traduire, vous n'aurez plus qu'à choisir la langue!!

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par etienne lorant » ven. 25 sept. 2015, 17:50

Marie du 65 a écrit :Merci étienne, une très belle histoire.

Pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare dont je fais partie voici comment lire la vidéo :

- Cliquer sur Paramètres
- Ensuite, sur sous-titre
- Pour terminer cliquer sur traduire, vous n'aurez plus qu'à choisir la langue!!

Marie

Ouah, je suis franchement épaté !!!

Etienne
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » ven. 25 sept. 2015, 17:55

Et moi je me marre étienne, j'ai trouvé cela toute seule comme une grande fille :rire:

Marie :oui:
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par etienne lorant » ven. 25 sept. 2015, 18:24

LE DISCOURS DU PAPE DEVANT LE CONGRES AMERICAIN

« Chaque fils ou fille d’un pays a une mission, une responsabilité personnelle et sociale. »

C’est par ces mots que le pape François s’est adressé aux membres du Congrès des États-Unis jeudi 24 septembre 2015. Saluant successivement « quelques-unes des richesses de l’héritage culturel, de l’esprit du peuple américain », il l’a, à plusieurs reprises, « encouragé dans (son) effort ».

1/Le fondamentalisme

« Notre monde devient de plus en plus un lieu de violent conflit, de haine et d’atrocités brutales, perpétrées même au nom de Dieu et de la religion. Nous savons qu’aucune religion n’est exempte de formes d’illusion individuelle ou d’extrémisme idéologique. Cela signifie que nous devons faire spécialement attention à tout type de fondamentalisme, qu’il soit religieux ou de n’importe quel autre genre ». Sans s’engager dans la question d’une intervention armée en Irak ou en Syrie – qui, de l’avis général, ne pourrait se faire sans l’appui des États-Unis –, le pape s’en tient à rappeler
«l’équilibre délicat (…) pour combattre la violence perpétrée au nom d’une religion, d’une idéologie ou d’un système économique, tout en sauvegardant aussi la liberté religieuse, la liberté intellectuelle et les libertés individuelles. » Le pape fait peut-être allusion aux tensions créées par la peur du terrorisme islamiste dans nombre de pays occidentaux.

Immédiatement, il mentionne d’ailleurs « une autre tentation dont nous devons spécialement nous prémunir : le réductionnisme simpliste qui voit seulement le bien ou le mal ; ou, si vous voulez, les justes et les pécheurs ». Pour le pape, « le monde contemporain, avec ses blessures ouvertes » implique de rejeter « toute forme de polarisation qui le diviserait en deux camps ». « Imiter la haine et la violence des tyrans et des meurtriers est la meilleure façon de prendre leur place », rappelle-t-il.

2/ La coopération

« Notre réponse doit au contraire être une réponse d’espérance et de guérison, de paix et de justice. Nous sommes appelés à unir le courage et l’intelligence pour résoudre les nombreuses crises géopolitiques et économiques actuelles ». Pour le pape, l’heure est à une revivification de cet esprit de coopération, qui a « accompli tant de bien tout au long de l’histoire des États-Unis. »
Rappelant - en lien avec la Doctrine sociale de l’Église - que la politique doit être « au service de la personne humaine » et du « plus grand bien commun, celui de la communauté, il juge urgent de mettre « en commun nos ressources ainsi que nos talents (...) dans le respect de nos différences et de nos convictions dictées par la conscience ».

3/ Les « native Americans »

« Nous, le peuple de ce continent, nous n’avons pas peur des étrangers, parce que la plupart d’entre nous était autrefois des étrangers. Je vous le dis en tant que fils d’immigrés, sachant que beaucoup d’entre vous sont aussi des descendants d’immigrés. Tragiquement, les droits de ceux qui étaient ici longtemps avant nous n’ont pas été toujours respectés ». Au lendemain de la canonisation du P. Junipero Serra, l’évangélisateur de la Californie, le pape François a tenu à redire sa « plus haute estime » à « ces peuples et à leurs nations, du cœur de la démocratie américaine ».

L’occasion aussi, d’appeler les Américains, à ne « pas répéter les péchés et les erreurs du passé ». « Nous devons nous résoudre à présent à vivre de manière aussi noble et aussi juste que possible, alors que nous éduquons les nouvelles générations à ne pas tourner le dos à nos ‘‘voisins’’, ni à rien autour de nous », a-t-il lancé aux membres de ce Congrès américain, auxquels est reproché un certain isolationnisme. « Bâtir une nation nous demande de reconnaître que nous devons constamment nous mettre en relation avec les autres (...) dans un constant effort pour faire de notre mieux ».

4/ Les réfugiés  

« Notre monde est confronté à une crise de réfugiés d’une ampleur inconnue depuis la Seconde Guerre Mondiale. Cette crise nous place devant de grands défis et de nombreuses décisions difficiles ». Rappelant que ces « milliers de personnes sont portées à voyager vers le Nord à la recherche d’une vie meilleure pour elles-mêmes et pour leurs proches », le pape François a choisi l’angle de la morale pour s’adresser au Congrès  : « N’est-ce pas ce que nous voulons pour nos propres enfants ? (...) Souvenons-nous de la Règle d’Or : « Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour les autres aussi » (Mt 7, 12) ».

Conscient que son appel lancé aux paroisses d’accueillir une famille de réfugiés suscite des réticences, le pape l’affirme  : « Cette règle nous indique une direction claire. Traitons les autres avec la même passion et compassion avec lesquelles nous voulons être traités ».

5/ La peine de mort

« Cette conviction m’a conduit, depuis le début de mon ministère, à défendre, à différents niveaux, la cause de l’abolition totale de la peine de mort. Je suis convaincu que ce chemin est le meilleur, puisque chaque vie est sacrée, chaque personne humaine est dotée d’une dignité inaliénable, et la société ne peut que bénéficier de la réhabilitation de ceux qui sont reconnus coupables de crimes ». Sur ce point, le pape François dit son « soutien » et « ses encouragements » aux évêques américains qui ont récemment « renouvelé leur appel pour l’abolition de la peine de mort ».

6/ La lutte contre la pauvreté

« Je voudrais vous encourager à vous souvenir de tous ces peuples autour de nous, enlisés dans le cycle de la pauvreté. Ils ont besoin eux aussi qu’on leur donne l’espérance. La lutte contre la pauvreté et la faim doit être menée constamment et sur plusieurs fronts, spécialement en prenant en considération leurs causes ».

Tout en rappelant le travail de « beaucoup d’Américains » sur le front de la lutte contre la pauvreté, le pape François rappelle les mots d’ordre de la Doctrine sociale de l’Église  : juste utilisation des ressources naturelles, convenable application de la technologie pour « une économie qui vise à être moderne, inclusive et durable ».

7/ La sauvegarde de la Création  

« Ce bien commun inclut aussi la terre, un thème central de l’Encyclique que j’ai écrite récemment afin ’d’entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune’. ’Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous’ ».

Reprenant les mots de son encyclique Laudato si’, il invite les responsables américains - parmi lesquels se trouvent encore quelques climatosceptiques - « à un effort courageux et responsable (...) pour inverser les effets les plus graves de la détérioration environnementale causée par l’activité humaine ». « Je suis certain que nous pouvons faire la différence et je n’ai aucun doute que les États-Unis – et ce Congrès – ont un rôle important à jouer », insiste-t-il à la veille de la COP21.

8/ Cuba, Colombie, Iran  ?...

« Dans cette perspective de dialogue, je voudrais reconnaître les efforts réalisés au cours des derniers mois pour aider à surmonter les différences historiques liées à de déplorables épisodes du passé. C’est mon devoir de bâtir des ponts et d’aider tous les hommes et toutes les femmes, de toutes les manières possibles, à faire de même. Lorsque des pays qui avaient été en désaccord reprennent le chemin du dialogue – un dialogue qui aurait pu avoir été interrompu pour des raisons les plus légitimes – de nouvelles opportunités s’offrent pour tous ».

Sans précision de noms ou de lieux, le pape François salue le « courage et (la) hardiesse » de ces dirigeants qui, « ayant à l’esprit les intérêts de tous », ont su saisir « le moment dans un esprit d’ouverture et de pragmatisme » et opérer des rapprochements politiques ou diplomatiques audacieux.

9/ Le commerce des armes

« Être au service du dialogue et de la paix signifie aussi être vraiment déterminé à réduire et, sur le long terme, à mettre fin aux nombreux conflits armés dans le monde. Ici, nous devons nous demander : pourquoi des armes meurtrières sont-elles vendues à ceux qui planifient d’infliger des souffrances inqualifiables à des individus et à des sociétés ? Malheureusement, la réponse, comme nous le savons, est simple : pour de l’argent ; l’argent qui est trempé dans du sang, souvent du sang innocent. Face à ce honteux et coupable silence, il est de notre devoir d’affronter le problème et de mettre fin au commerce des armes ».

10/ La famille

Enfin, rappelant qu’il achèvera ce week-end sa visite aux États-Unis en prenant part à la Rencontre mondiale des familles à Philadelphie, il termine son discours en leur rendant hommage. « Que la famille a été importante pour la construction de ce pays ! Et combien elle demeure digne de notre soutien et de notre encouragement ! »

Mais au Congrès américain, il dit aussi sa « préoccupation pour la famille, qui est menacée, peut-être comme jamais auparavant, de l’intérieur comme de l’extérieur ». « Les relations fondamentales sont en train d’être remises en cause, comme l’est la base même du mariage et de la famille », dénonce-t-il avant d’attirer l’attention « sur ses membres les plus vulnérables : les jeunes ». « Au risque de simplifier à l’extrême, nous pourrions dire que nous vivons dans une culture qui pousse les jeunes à ne pas fonder une famille, parce qu’il n’y a pas de perspectives d’avenir ».

« Leurs problèmes sont nos problèmes. Nous ne pouvons pas les éviter. Il nous faut les affronter ensemble, échanger à ce sujet et chercher des solutions efficaces au lieu de nous enliser dans des discussions », conclut-il, à la veille de la deuxième assemblée du Synode sur la famille qui se tiendra, à Rome, du 4 au 25 octobre.

http://www.la-croix.com/Religion/Actual ... 24-1360609
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par etienne lorant » sam. 26 sept. 2015, 17:23

Rencontre interreligieuse à Ground Zero, mémorial des attentats du 11 septembre 2001.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par etienne lorant » sam. 26 sept. 2015, 17:31

Le pape François arrive à Philadelphie ce samedi, pour la fin du sommet mondial de la Famille. A cette occasion, le souverain pontife va rencontrer une Église catholique américaine en pleine mutation. L'institut Pew Research a publié une étude exhaustive sur le sujet avant l'arrivée du pape, et si le nombre de croyants recule (moins de trois millions en dix ans), l'Eglise catholique aux Etats-Unis représente toujours 20% de la population, et elle bénéficie de l'arrivée de nombreux migrants latino-américains. Les familles catholiques américaines, elles, sont divisées entre tradition et modernité.

Nous voici au dernier jour des conférences de la Rencontre Mondiale des familles 2015. Dernière conférence tenue par le cardinal Sean O'Malley, archevêque de Boston, très applaudi, qui soutient que qu'il faut "transformer une somme d'individus en une communauté". Les pèlerins et les familles venues du monde entier se préparent maintenant à l'arrivée du pape François ainsi que la ville de Philadelphie. Drapeaux du Vatican, dispositif de sécurité, tout est quasiment prêt :

«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » sam. 26 sept. 2015, 21:29

Bientôt Notre Saint Père sort un album pop-rock!!!!
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/ ... p-rock.php
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » sam. 26 sept. 2015, 21:37

Je n'ai pas pu résister, allez un petit extrait!!!!
http://www.lesinrocks.com/2015/09/25/mu ... -11777386/
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » dim. 27 sept. 2015, 9:13

Bonjour etienne,

Pardon d'avoir dévié le fil concernant le voyage de Notre Pape François, hier soir j'ai regardé les dernières vidéos postées, que du bonheur, mémorial du 11 Septembre....Je pense que c'est la fin de son voyage en tout cas continuez à nous informer sur ce Pape extraordinaire.

Cette page dédiée à Notre Saint-Père est une très bonne idée!!

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » dim. 27 sept. 2015, 9:54

Je me permet simplement d'ajouter quelques photos : source : 20 mm

http://www.20minutes.fr/monde/diaporama ... etats-unis
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le Pape de retour à Rome - Une interview dans l'avion

Message non lu par etienne lorant » lun. 28 sept. 2015, 10:41

Interrogé sur son discours devant les mouvements populaires, qui a marqué son voyage en Amérique latine, le pape François s’est expliqué devant la presse durant le vol retour d’Asuncion (Paraguay) à Rome, lundi 13 juillet. « Ce n’était pas la première mais la deuxième (intervention devant eux) », a-t-il rappelé, en référence à son premier discours devant ces mouvements le 28 octobre au Vatican.

« Je suis très près d’eux parce que c’est un phénomène dans le monde entier », a-t-il fait valoir énumérant divers pays. « Ce sont des mouvements qui s’organisent entre eux pas seulement pour protester mais pour aller de l’avant et vivre. Ce sont des mouvements qui ont une force. Ils sont nombreux mais ne se sentent pas représentés par les syndicats qui, pour eux, ne défendent pas les droits des pauvres. »
« Pas une voie anarchique »

« L’Église ne peut pas être indifférente (à ces mouvements). Elle a une doctrine sociale et dialogue avec ces mouvements », a-t-il poursuivi : « L’Église ne fait pas le choix de la voie anarchique. Ce ne sont pas anarchistes, ces travailleurs œuvrent avec les exclus ».

« Ce n’est pas une main tendue à un ennemi, ce n’est pas un geste politique mais catéchétique », a-t-il encore justifié : « Si vous lisez ce que j’ai dit dans ce discours, c’est un résumé de la doctrine sociale de l’Église appliquée à leur situation. Je le fais aussi avec le monde de l’entreprise ». À la question si le reste de l’Église le suivra, il répond : « C’est moi qui suit l’Église. Je prêche simplement la doctrine sociale de l’Église. »

Conscient de « quelques critiques dans certaines parties des États-Unis » sur ses prises de position économiques, le pape n’a pas voulu riposter. « Chaque critique doit être reçue et étudiée puis il faut dialoguer », a-t-il indiqué. « Ce que j’ai dit (à Santa Cruz) n’est pas nouveau », s’est-il défendu, rappelant qu’il avait déjà exprimé que « l’économie tue » dans son exhortation Evangelii gaudium puis dans l’encyclique Laudato si’.

Le pape a aussi mis en garde plusieurs fois la presse contre le danger de sortir une phrase de son contexte.

Grèce : pas la faute que d’un bord ou de l’autre


Alors que son discours critique les politiques d’austérité, le pape a aussi été interpellé sur le cas de la Grèce. « Ce serait simple de dire ‘la faute est seulement de ce bord’! Les gouvernements grecs, qui ont créé cette situation de dette internationale, ont leur responsabilité », a-t-il répondu, estimant aussi nécessaire « une voie de surveillance pour ne pas recréer le même problème dans d’autres pays et que cela aide à aller de l’avant car ces histoires de créances et de débits ne finissent jamais ».

À un journaliste qui lui demandait si en opposant pauvres et riches, il n’oubliait pas les classes moyennes, le pape a répondu humblement : « Vous avez raison. Belle correction. Merci beaucoup. Je crois que je dois approfondir ce point dans le magistère ». « Ce n’est pas pour me justifier mais le monde est polarisé », a-t-il toutefois souligné : « La classe moyenne se réduit, la polarisation entre riches et pauvres est grande. »
« La France a une belle politique pour aider les familles »

Impressionné par « la grande jeunesse de l’Église d’Amérique latine », les familles entières qui se pressaient pour le saluer, le pape a estimé : « C’est une leçon pour l’Europe ». Déplorant les bas taux de natalité sur le Vieux continent, il a salué l’exception française avec deux enfants par femme. « Il faut des politiques pour aider les familles nombreuses, la France a une belle politique pour les aider. »

Hormis l’économie sociale, le pape a répondu aux questions de la presse sur divers aspects de son voyage. Questionné sur sa capacité à tenir physiquement durant ces huit jours au programme dense, il a plaisanté : « Vous me demandez quelle est votre drogue ? » « Le maté (NDLR  : boisson argentine) m’a aidé. Je n’ai pas mâché de la coca, que ce soit clair », a-t-il précisé.

À propos de la controverse sur le cadeau d’un crucifix avec le Christ sur un marteau et une faucille, que lui a offert le président bolivien, Evo Morales, il a reconnu que l’objet était « curieux ». « Je ne connaissais pas. Ce fut pour moi une surprise », a-t-il dit, voyant dans la sculpture un « art de la protestation » à resituer dans son contexte.

La presse bolivienne a voulu savoir s’il serait prêt à faire une médiation entre le Chili et leur pays afin que ce dernier ait un accès à la mer, un contentieux évoqué durant sa visite. « La médiation est une chose très délicate », a-t-il répondu, rappelant les conditions de celle que le Saint-Siège avait faite entre l’Argentine et le Chili sous Jean-Paul II. « Il existe d’autres moyens diplomatiques qui aident. En ce moment, je dois être respectueux du fait que Bolivie a fait recours à un tribunal international. »

Cuba et États-Unis : « Le mérite, c’est eux »

Il n’envisage pas non plus de médiation vaticane ou des évêques pour les conflits en Colombie et au Venezuela, tout en restant « disposé à aider » sur ces sujets qui le préoccupent.

Interrogé sur son rôle entre Cuba et les États-Unis, il a minimisé : « Je n’ai pas fait de médiation entre les États-Unis et Cuba (..) J’ai prié pour cela ». Le rapprochement s’est réalisé « avec la bonne volonté des deux pays. Le mérite, c’est eux. On n’a presque rien fait, de petites choses. »

À la presse du Paraguay qui lui demandait pourquoi leur pays n’avait jamais eu de cardinal, le pape a rassuré : « Ne pas avoir de cardinal n’est pas un péché. La majorité des pays dans le monde n’en ont pas. » Et de rappeler comment « il y a des évêques qui ont fait l’histoire du Paraguay sans être cardinaux »

Recueilli par Sébastien Maillard (à bord du vol papal)

http://www.la-croix.com/Religion/Actual ... 13-1334138
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par Marie du 65 » lun. 28 sept. 2015, 14:11

À un journaliste qui lui demandait si en opposant pauvres et riches, il n’oubliait pas les classes moyennes, le pape a répondu humblement : « Vous avez raison. Belle correction. Merci beaucoup. Je crois que je dois approfondir ce point dans le magistère ». « Ce n’est pas pour me justifier mais le monde est polarisé », a-t-il toutefois souligné : « La classe moyenne se réduit, la polarisation entre riches et pauvres est grande. »
Quelle humilité!!!!
Hormis l’économie sociale, le pape a répondu aux questions de la presse sur divers aspects de son voyage. Questionné sur sa capacité à tenir physiquement durant ces huit jours au programme dense, il a plaisanté : « Vous me demandez quelle est votre drogue ? » « Le maté (NDLR  : boisson argentine) m’a aidé. Je n’ai pas mâché de la coca, que ce soit clair », a-t-il précisé.
:coeur: :) Malgré ses problèmes de hanche je trouve que sa réponse est très spontanée !!
À la presse du Paraguay qui lui demandait pourquoi leur pays n’avait jamais eu de cardinal, le pape a rassuré :
« Ne pas avoir de cardinal n’est pas un péché. La majorité des pays dans le monde n’en ont pas. » Et de rappeler comment « il y a des évêques qui ont fait l’histoire du Paraguay sans être cardinaux.
Réponse pertinente!!

Merci Saint-Père
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par etienne lorant » lun. 28 sept. 2015, 15:56

Petit discours d'au-revoir à l'Amérique :




Voici le discours du Pape:

Monsieur le Vice-Président,

Distinguées autorités,

chers frères Evêques,

chers amis,



Mons séjour au milieu de vous a été bref. Mais ces jours ont été des jours d’immense grâce pour moi, et j’espère, pour vous aussi. S’il vous plaît, sachez qu’au moment de partir, j’ai le cœur plein de gratitude et d’espérance.

Je suis reconnaissant à vous tous et à tous ceux qui ont travaillé si dur pour rendre cette visite possible et pour préparer la Rencontre Mondiale des Familles. En particulier, je remercie l’Archidiocèse de Philadelphie, les autorités civiles, les organisateurs ainsi que tous les volontaires et bienfaiteurs qui y ont contribué, dans les grandes comme dans les petites choses.

Je remercie aussi les familles qui ont partagé leur témoignage durant la Rencontre. Il n’est pas si facile de parler ouvertement de son propre parcours de la vie ! Mais leur honnêteté ainsi que leur humilité devant le Seigneur et devant chacun de nous ont montré la beauté de la vie familiale dans toute sa richesse et sa diversité. Je prie pour que les jours de prière et de réflexion sur l’importance de la famille pour une société saine inspirent les familles à continuer de tendre vers la sainteté et de voir l’Eglise comme leur compagne fidèle, quels que soient les défis qu’elles pourraient affronter.

A la fin de ma visite, je voudrais aussi remercier tous ceux qui ont préparé mon séjour dans les Archidiocèses de Washington et de New York. C’était particulièrement émouvant pour moi de canoniser saint Junipéro Serra, qui nous rappelle à tous notre appel à être des disciples missionnaires ; et aussi de me trouver avec mes frères et sœurs d’autres religions au Ground Zero, cet endroit qui nous parle si puissamment du mystère du mal. Cependant, nous savons avec assurance que le mal n’a jamais le dernier mot, et que, dans le plan miséricordieux de Dieu, l’amour et la paix triomphent de tout.

Monsieur le Vice-Président, je vous prie de renouveler ma gratitude au Président Obama et aux Membres du Congrès, avec l’assurance de mes prières pour le peuple américain. Ce pays a été béni à travers d’immenses dons et opportunités. Je prie pour que vous puissiez tous être de bons et généreux intendants des ressources humaines et matérielles qui vous ont été confiées.

Je remercie le Seigneur d’avoir pu expérimenter la foi du peuple de Dieu dans ce pays, manifestée dans nos moments de prière commune et exprimée dans de si nombreuses œuvres de charité. Jésus déclare dans les Ecritures : ‘‘Vraiment, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait’’. Votre sollicitude envers moi et votre généreux accueil sont le signe de votre amour pour Jésus et de votre foi en lui. Il en est de même de votre sollicitude envers les pauvres, les malades, les sans-abri et les migrants, de votre défense de la vie à toutes ses étapes, et de votre souci de la vie familiale. Dans tout cela, vous reconnaissez que Jésus est au milieu de vous et que votre sollicitude les uns pour les autres est sollicitude pour Jésus lui-même.

En prenant congé, je vous demande tous, surtout aux volontaires et aux bienfaiteurs qui ont apporté une contribution pour la Rencontre Mondiale des Familles : ne laissez pas votre enthousiasme pour Jésus, pour l’Eglise, pour nos familles, et pour la famille plus grande de la société se dessécher. Puissent nos jours passés ensemble porter du fruit qui dure, une générosité et une sollicitude pour les autres qui perdurent ! Tout comme nous avons reçu beaucoup de Dieu – des dons librement accordés, et non pas issus de notre propre effort – de la même manière donnons librement aux autres en retour.

Chers amis, je vous embrasse tous dans le Seigneur et je vous confie à la maternelle protection de Marie Immaculée, Patronne des Etats-Unis. Je prierai pour vous et pour vos familles, et je vous demande, s’il vous plaît, de prier pour moi. Que Dieu vous bénisse tous ! Que Dieu bénisse l’Amérique !

http://fr.radiovaticana.va/news/2015/09 ... is/1175254
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13342
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par etienne lorant » lun. 28 sept. 2015, 17:16

Les prochaines "JMJ" auront lieu à Cracovie, siège du Sanctuaire de la Miséricorde divine ...

Je poste cette info en ressentant profondément le temps qui s'est écoulé depuis l'année 2004 au cours de laquelle j'ai commencé de lire les conférence concernant la miséricorde divine et de pratiquer une "estimation quotidienne" de mes "ups and downs", de mes "victoires et défaites" dans la pratique de la vie quotidienne. C'est cet exercice qui m'a conduit à rompre complètement avec le tabac, le 13 mai 2004, sans aucune méthode particulière, mais simplement celle d'accepter d'être malade : j'ai raconté combien j'ai pu me sentir mal ce jour-là, mais aussi combien paradoxalement j'aurais aimé demeurer dans "la Joie immense" qui m'a envahie le troisième jour d’abstinence. Par la suite, j'ai suivi les "conférences" (un feuillet de trois fois cinq pages par mois durant quatre ans) qui constituent ensemble une théologie de la miséricorde divine.

Cependant, je n'ai pas pu participer au grand rendez-vous des candidat(e)s - à Cracovie ... qui m'eût permis d'obtenir un beau petit diplôme... mais le décès de mon père et le placement rapide de ma mère à la maison de repos (prévu pour eux deux au départ) n'ont laissé aucune place pour ce rendez-vous final. Cependant, je me suis mis à retranscrire - selon ma compréhension - les homélies de chaque jour, lesquelles contribuent à soutenir mon effort.
ImageImage
Des candidats parmi nous au voyage à Cracovie ? Il est remarquable que le Seigneur ait choisi cette ville de Pologne pour devenir le sanctuaire de la Miséricorde divine : sainte Faustine y a vécu jusqu'en octobre 1938. Moins de deux ans plus tard, à une heure de train de Cracovie, fut construit le camp de concentration d'Auschwitz... Je ne crois pas à la coïncidence : on va d'abord au sanctuaire, ensuite on va voir le "bunker de la faim" où mourut saint Maximilien Kolbe...

http://www.la-croix.com/Religion/Actual ... 28-1024878
Dernière modification par etienne lorant le lun. 28 sept. 2015, 17:25, modifié 2 fois.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
le fureteur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 400
Inscription : lun. 18 janv. 2010, 1:37
Conviction : Catholique Romaine mais oecuménique
Localisation : dans les mains de Dieu

Re: Le Pape François : un Pape pour notre temps

Message non lu par le fureteur » lun. 28 sept. 2015, 17:21

J'espère ne pas me tromper en écrivant que le pape François est le premier pape à dire publiquement qu'il est contre la peine de mort et à demander son abolition ; aux Etats Unis elle est encore active où même des Etats qui l'avaient abolie l'ont remise en activité. Très souvent ce n'est plus la chaise électrique mais la mort est donnée par piqûre létale. La mort est rapide sauf... quand l'injection est ratée comme cela s'est produit récemment. Le condamné a agonisé pendant des heures.
Qu'en auront pensé le Président Obama et tous les autres responsables de cette déclaration ? Nous le verrons plus tard.
Les papes précédents s'étaient prononcé contre sauf... si aucune autre solution n'était trouvée (voir le CEC).
J'espère que tous les chefs d'Etat auront entendu cet appel et qu'ils y répondront favorablement.
L'ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (et des Exécutions Capitales) n'aurait plus lieu d'être mais...c'est beau le rêve et il faut rêver.
:clap: Pape François pour vous être exprimé clairement.
Pour ma part je suis contre la peine de mort. Même dans les pays où elle existe avez-vous vu les meurtres diminuer ? Il y a aussi des risques d'erreur. Par contre pas de libération pour les coupables mais que les conditions de leur détention respecte la dignité humaine.

[/color][/color]
"Ce qui te préoccupe, Dieu s'en occupe" Fr. Roger de Taizé

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités