Enseignement catholique, écoles hors contrat

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Enseignement catholique : De bonnes nouvelles

Message non lu par jean_droit » lun. 15 sept. 2014, 17:22

Lu sur le Salon beige :

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog ... ntrat.html
La croissance des écoles hors contrat

Dans l’édition du 10 septembre, Les Nouvelles de Versailles (notez la référence à un dossier sensible d'actualité dans le gros titre ci-contre) ont consacré un article aux écoles libres. Selon le journal, il s'en crée une par an à Versailles. Parmi lesquelles Saint Joseph des Lys, qui vient cette année de monter une première classe de collège, après avoir fondé le primaire.

St Joseph des Lys comprend maintenant 8 classes (7 de maternelles et primaires de la MS au CM2 et 1 classe de 6e réservée aux garçons) pour un effectif total de 161 élèves. Pour rappel, la progression est continue depuis la rentrée 2011 avec 42 élèves pour 3 classes ; en 2012 : 65 élèves et 4 classes ; puis en 2013 : 112 élèves et 6 classes.

La création d'une classe de collège et d'une classe de moyenne section de maternelle a nécessité d'importants travaux durant l'été (voir les quelques photos ici), financés par les dons et par les parents, qui ont aussi mis la main à la pâte.

Christian de Certaines, le directeur du Collège, indique les spécificités de ce nouvel établissement :

"Saint-Joseph des Lys, tout en suivant les programmes nationaux d’enseignement, portera un effort particulier sur les aspects les plus structurants de chaque matière, tout en s’attachant à développer les qualités propres à l’acquisition d’une véritable culture. L’accent sera mis sur les matières fondamentales appelées à constituer le socle de la réflexion et la base des enseignements ultérieurs (y compris scientifiques) qui seront prodigués à l’élève. Il s’agit là, en particulier, du français, dont le but est de développer la capacité de compréhension, de raisonnement et d’expression argumentée et logique ; de l’anglais, outil indispensable dans de nombreux métiers ; des mathématiques, qui permettent le développement des capacités de raisonnement logique, d’imagination et d’analyse critique à travers la résolution de problèmes ; l’histoire et la géographie apporteront un éclairage important sur l’héritage que constituent notre civilisation, notre pays et le monde.

L’ensemble des autres matières (SVT, arts plastiques, technologie, dessin...) viendront en complément cohérent du socle fondamental d’enseignement. Elles seront clairement orientées sur l’acquisition des notions de base par une approche très concrète : observation, description, manipulation.

Chez les enfants, l’éducation physique cultivera l’esprit d’équipe, les vertus de caractère, la confiance en soi et l’intelligence pratique.

L’enseignement catéchétique et l’accompagnement spirituel seront assurés par le conseiller religieux de l’école [Fraternité Saint-Pierre]. Ils encourageront à la pratique des sacrements et à une vie de prière personnelle en vue de la consolidation de la foi des enfants.

Durant toute l’année scolaire, nous comptons fermement sur la coopération active des parents à l’éducation de leur enfant, ou plutôt, les parents peuvent compter sur notre coopération active à l’oeuvre d’éducation des parents, puisque ceux-ci en sont les premiers responsables. « L’inscription » de l’enfant dans sa famille est en effet bien antérieure à son inscription au collège..."

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Enseignement catholique : De bonnes nouvelles

Message non lu par jean_droit » mar. 16 sept. 2014, 13:31

Du Salon beige :

Remarque : On ne peut que se réjouir du succès des écoles hors contrat.
Cela ne veut pas dire qu'il faut abandonner les écoles catholiques sous-contrat en essayant de faire en sorte qu'elles soient toutes catholiques.
Il en va du futur de l'Eglise de France.
51 écoles libres de plus en 2014

Communiqué de la Fondation pour l'école :

"Elles étaient déjà 35 en 2012 puis 37 en 2013. Malgré le manque d’argent et la complexité administrative des créations d’école, elles sont aujourd’hui 51 écoles indépendantes de plus à venir enrichir le paysage éducatif français, sans compter qu’une vingtaine d’autres préparent déjà leur ouverture pour la rentrée 2015. On compte aujourd’hui près de 700 établissements indépendants en France qui scolarisent environ 60 000 élèves (dont la liste et la typologie sont consultables facilement sur l’annuaire en ligne)."

Anne Coffinier, directeur général de la Fondation pour l’école, explique :

« Les parents n’ont pas compris que l’Etat mette en place des activités périscolaires au détriment de l’augmentation des heures de cours des matières fondamentales. Avec 40 % d’élèves en échec scolaire, cette décision a été mal accueillie. Comme l’Etat empêche le sous -contrat de scolariser plus de 20 % des élèves, les parents mécontents ont dû créer leur école ».

La revendication en faveur d’un vrai choix scolaire monte de plus en plus dans l’opinion publique. Cela apparaît comme la manière actuelle et logique d’assurer l’égalité des chances pour les enfants, puisque les établissements les plus performants et les plus attentifs aux enfants sont réputés être privés.

« Aujourd’hui il y a une vraie injustice sociale en France. Seules les familles ayant certains moyens financiers peuvent choisir l’école de leurs enfants. Dans les cités, les jeunes sont piégés dans des écoles en faillite.

Pourquoi devraient –ils subir une double peine : ils habitent déjà dans des quartiers difficiles frappés par le chômage et la précarité, il faut encore que la carte scolaire les condamne à étudier dans des établissements sensibles, quelle que soit leur envie de s’en sortir ? Je crois que cette conception de la justice est archaïque».

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Enseignement catholique : De bonnes nouvelles

Message non lu par jean_droit » ven. 07 nov. 2014, 10:45

Les évêques se sont penchés sur l'enseignement catholique.

C'est une très bonne chose car l'enseignement catholique peut et doit aller en complément de la famille pour l'éducation catholique de nos enfants.

Pour autant qu'il soit catholique ce que beaucoup mettent en doute. Mais la situation est souvent contrastée d'un établissement à un autre.

Depuis les actions voulues par l'évêque d'Avignon il semble que la CEF s'intéresse maintenant à la catholicité de l'enseignement catholique.

Mais je reste un chaud partisan des écoles hors contrat c'est à dire hors du carquant qu'impose un état laïque et anticatholique.

On ne peut ignorer les problèmes, essentiellement financiers, que posent ces écoles. Mais les évêques pourraient aider en mettant à disposition des locaux inoccupés. Il est vrai que le lobby des écoles catholiques sous contrat se lèverait tout de suite comme un exemple récent le montre.

De Riposte Catholique.

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... +France%29
Une génération d’évêques s’est réinvestie dans le suivi de l’enseignement catholique
6 NOVEMBRE 2014

Les responsables des établissements scolaires catholiques, ainsi que des évêques, ont estimé mercredi à Lourdes, lors de la CEF, que le bilan du nouveau statut de l’enseignement sous-contrat adopté en 2013 était globalement positif. Les quelque 9000 écoles, collèges et lycées catholiques sous contrat d’association avec l’Etat, qui accueillent plus de 2 millions d’élèves, soit 18% des effectifs (public et privé confondus), et qui pourraient en accueillir davantage s’ils avaient plus de liberté, ont modifié leurs statuts en juin 2013.

Le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et président du Conseil pour l’enseignement catholique au sein de la Conférence des évêques de France, a expliqué à la presse :

« Ce statut met l’accent sur la mission d’évangélisation, dans le respect bien sûr de la liberté de conscience et l’ouverture à tous ». « C’est toute une conception de l’éducation, un projet global touchant l’enfant, le jeune ». « Ce qui est vrai, c’est que nous avons aujourd’hui une génération d’évêques qui s’est réinvestie dans le suivi de l’enseignement catholique ». « Ce qui est derrière cet investissement, c’est le souci de l’évangélisation ». « On prend acte que beaucoup de familles n’inscrivent pas leurs enfants dans l’enseignement catholique pour des raisons religieuses, mais il y a là pour l’Eglise une surface de contact importante auprès des jeunes, des familles ». « Les périphéries dont parle le pape François, nous les avons aussi au niveau de l’enseignement catholique. »

Voilà qui tranche avec la distance prise par certains prélats, dans les années 70.

Le secrétaire général de l’enseignement catholique (SGEC), Pascal Balmand, a ajouté :

« Lorsque ce statut a été publié, des commentaires sont apparus sur le thème d’une reprise en main cléricale de l’enseignement catholique ». « Cette notion est profondément inadéquate », « l’enseignement catholique n’a de sens que si et seulement s’il est dans l’Eglise ». « Ce statut se vit bien, il s’est installé ».

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Pour des écoles catholiques qui soient catholiques

Message non lu par jean_droit » mer. 30 sept. 2015, 9:48

Pour moi, les évêques, en leur temps, ont fait une très mauvaise action contre l'Eglise et contre les fidèles en acceptant de mettre les écoles catholiques sous surveillance de l'Etat laïc.
Et nous en payons maintenant les dividendes.
Malheureusement il n'est plus possible de nous libérer du carcan des laïcistes antireligieux.
Alors essayons de limiter la casse.
La formation religieuse de nos enfants devrait nous préoccuper au plus haut point.
Les parents devraient vérifier le contenu de l'enseignement religieux.

Monseigneur Cattenoz depuis longtemps insiste pour que les écoles catholiques soient catholiques. Avec quelques résultats.

Je n'ai guère entendu d'autres évêques insister sur ce point.

Le Salon beige, très en pointe sur ce sujet, cite monseigneur Cattenoz :

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog ... ques-.html
Mgr Cattenoz : "Il serait important que les écoles aient conscience d’être catholiques"

L'évêque d'Avignon, Mgr Cattenoz, s'inquiète une fois de plus de la perte de la vocation première de l'enseignement catholique : être catholique.

Mgr-Jean-Pierre-Cattenoz"Comment va l’enseignement catholique en Vaucluse ? Sur des copies d’élèves, on marquerait « Peut mieux faire ! ». De belles choses se vivent mais nous sommes loin encore d’avoir un enseignement catholique qui réponde vraiment à ce que l’Eglise nous montre comme lumière en marchant à la suite de Jésus.

Il est vrai que nous sommes dans un monde où il y a une déchristianisation profonde de toute la région provençale, comme d’ailleurs dans toute l’Europe ; et il nous faut trouver la manière de faire une véritable première annonce à tous les élèves que nous accueillons dans nos établissements.

Il serait important également que l’ensemble des écoles aient conscience d’être catholiques et que les élèves puissent vraiment creuser avec les enseignants pourquoi ils sont dans un établissement catholique et quelle est la caractéristique particulière de l’enseignement catholique et de ce qu’on essaie de transmettre aux jeunes.

Et à cause des accords Lang- Cloupet et autres de ce genre, on assiste à l’étouffement progressif de l’enseignement catholique."


Et, pour aller plus loin, il est heureux que le nombre d'écoles hors-contrat augmente sans cesse : On peut penser que ces écoles sont plus attentives à la formation chrétienne de leurs élèves.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog ... -2015.html
67 nouvelles écoles indépendantes créées à la rentrée de 2015

Communiqué de la Fondation pour l'école :

"Une fois encore, la rentrée démontre le grand dynamisme des écoles indépendantes avec un taux de croissance du nombre d’écoles de 9 %. 67 nouveaux établissements scolaires ont en effet ouvert en septembre, soit 16 de plus que l’année dernière. Malgré les difficultés financières et administratives auxquelles ils sont confrontés, les porteurs de projet continuent d’affluer vers Créer son école, à la recherche de conseils juridiques, et vers la Fondation pour l’école en vue d’un soutien financier.

Les profils d’écoles indépendantes sont toujours aussi variés : Montessori, bilingues et écoles écologiques tiennent le haut du podium. Les écoles confessionnelles restent une minorité. Aujourd’hui, en stock, sur un total de 793 écoles indépendantes en France, 2 sur 5 sont confessionnelles. Leur typologie est consultable sur l’annuaire en ligne http://www.ecoles-libres.fr. La spectaculaire progression de ces créations d’écoles indépendantes est, selon nous, due à deux principales raisons :

la prise de conscience générale, suite à la parution du rapport PISA notamment, du délitement de l’Éducation nationale qui laisse 40 % de ses élèves sur le bord de la route ;

la revendication, toujours plus forte, d’un vrai choix scolaire pour trouver une école adaptée à ses attentes éducatives et aux besoins pédagogiques de son enfant.

Anne Coffinier déclare :

« La France est très en retard en matière d’innovation éducative. Nous sommes enfermés dans un système vieux de 60 ans qui n’est ni performant ni adapté aux nouveaux défis que nous devons relever. Il est temps de proposer, en plus des établissements scolaires publics ou privés existants, des écoles libres de leurs moyens mais comptables de leurs résultats qui pourront accompagner les 40 % d’enfants mal à l’aise dans le système classique pour une raison ou une autre. Il en va de la justice sociale et de notre avenir collectif. Chaque enfant a droit à une instruction de qualité adaptée à ses besoins propres. L’Éducation nationale ne peut pas tout faire ! ».
Comme on voit les écoles hors contrat sont loin d'être toutes catholiques mais leur nombre augmente d'année en année.

Des évêques commencent à soutenir ce type d'école. Ils sont vraiment peu nombreux mais on peut espérer que tout évêque attaché à la formation chrétienne des enfants de son diocèse aide ces écoles catholiques hors contrat. Il y a de nombreuses façon de le faire plus ou moins discrètes.

Dans tous les diocèses il devait y avoir de telles écoles afin que les parents puissent, s'ils le veulent, y envoyer leurs enfants.

Plus il y a d'écoles "vraiment catholiques" plus l'Eglise de demain se portera bien.

Bénédictions
Censor
Censor
Messages : 194
Inscription : mer. 12 mars 2014, 16:21
Conviction : Chrétien indépendant, non catholique

Re: Enseignement catholique, écoles hors contrat

Message non lu par Bénédictions » jeu. 15 oct. 2015, 22:17

Le niveau a baissé en très grande partie à cause des progrès technologiques qui nous rendent plus jouisseurs.
Je suis très content des causes de la baisse du niveau des élèves. On ne peut pas y faire grand-chose. Je ne crois pas que devenir cultivé ou ingénieur soient des fins en soi.
La seule fin c'est Dieu. Plus les robots travaillent pour nous moins nous faisons des efforts.

pajaro
Quæstor
Quæstor
Messages : 291
Inscription : dim. 20 sept. 2009, 19:33
Localisation : Dioecesis Massiliensis

Re: Enseignement catholique, écoles hors contrat

Message non lu par pajaro » mar. 22 déc. 2015, 17:32

Vraiment c'est une bonne nouvelle de savoir que fleurissent un peu partout des écoles hors-contrat. Totalement dédiées à la formation chrétienne des adultes de demain. Puis, au-delà de ça, il faut juste jeter un œil au niveau d'(in)culture générale des élèves des écoles publiques pour se réjouir de telles initiatives. Malheureusement, pour toucher le plus grand nombres d'élèves, et de parents, il faudrait que pousse un peu partout ce type d'école hors-contrat et surtout que leurs prix soient assez accessible.
A quien Dios quiere hacer muy santo, lo hace muy devoto de la Virgen María.
San Luis de Monfort

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

L'enseignement catholique pris à la gorge

Message non lu par jean_droit » ven. 29 avr. 2016, 9:47

De Riposte catholique :

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... is-a-gorge

Remarque :

Et que font nos évêques ? Rien ...
Sur ce sujet comme bien d'autres ils se taisent.
Est-ce conforme au message que leur a adressé Notre Seigneur ?
L’enseignement diocésain pris à la gorge

La réforme du collège initiée par le ministre Najat Vallaud Belkacem et acceptée sans négociation par la direction nationale de l’enseignement catholique fait grincer des dents dans les établissements scolaires. L’autonomie de ces établissements est menacée. Obligés d’intégrer des Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) exigés par le ministère, sans pouvoir pour autant accroître le nombre d’heures d’enseignements, les établissements catholiques (ou pas) sous contrat doivent sacrifier une partie de leurs cours… Et cela, contrairement à la volonté des parents, premiers éducateurs de leurs enfants, de la direction scolaire et des enseignants. Bref personne n’est d’accord, mais il va bien falloir supprimer des cours de latin, une autre langue que l’anglais dès la 6e, des cours d’anglais renforcé… C’est le nivellement par le bas et la fin de la spécificité des collèges catholiques.

Et le ministère ne compte pas laisser une once de liberté aux établissements. Lors des réunions d’information sur la réforme dans les académies, certains émissaires du ministère se sont permis de proférer des menaces sur les contrats d’associations des collèges qui n’appliqueraient pas la réforme à la lettre. À une question sur l’autonomie dont disposerait l’Enseignement catholique, une enseignante du privé s’est entendue répondre :

« Le recteur a été catégorique : le privé sera inspecté dès la rentrée. L’établissement qui n’appliquera pas la réforme perdra son contrat d’association immédiatement et si c’est le prof, eh bien, la note, le rapport, vous connaissez… »
Un professeur marque son incompréhension avec l’enseignement catholique :

« Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est que nos instances continuent à soutenir la réforme aujourd’hui. C’est sans doute difficile d’admettre qu’on s’est trompé. »

En colère, plusieurs collèges ont déjà rompu leurs relations avec l’UNAPEL, l’association des parents d’élèves de l’enseignement libre. Dernière en date, l’Association des parents d’élèves du groupe scolaire Saint-Thomas d’Aquin d’Oullins et de Saint-Genis Laval (69), qui a suspendu ses relations avec l’UNAPEL le 26 avril. Dans un communiqué l’association explique :

..................

Cette fronde est intéressante car c’est une première et peut-être faut-il saluer la réforme du ministre qui fait enfin prendre conscience aux établissements sous contrat de l’épouvantable carcan qu’ils subissent depuis des décennies. Leur liberté a été achetée et malgré la révolte de 1984, les accords Lang-Cloupet ont maintenu cet état de dépendance. Or, depuis les manifestations scolaires de 1984, les choses ont évolué avec notamment l’émergence des écoles hors-contrat, qui apparaissent comme des champignons, avec 50 à 70 créations d’établissements chaque année, ce qui n’est pas rien.

Alors ces écoles qui contestent la direction prise par l’APEL vont-elles rejoindre pour autant le hors contrat, comme semble le souhaiter le ministère, qui espère sans doute par ce moyen faire quelques économies substantielles ? Par forcément. Mais il existe une solution intermédiaire intéressante, qui consiste à maintenir les enseignements en heures hors contrat (c’est-à-dire non payées par l’État)… Une solution déjà préconisée par Anne Coffinier il y a quelques années, pour donner plus de liberté à l’enseignement diocésain. La Fondation pour l’école est à la disposition des directeurs et professeurs concernés pour les y aider.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités