Prosélytisme et (re)évangélisation

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1225
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Altior » dim. 29 sept. 2019, 5:59

Bonjour,

J'ai du mal à faire la différence entre «prosélytisme» et «(re)évangélisation». À ce que je m'aperçois, le mot «prosélytisme» a acquis une connotation négative. Autrement dit, l'évangélisation, ça va encore, mais le prosélytisme, c'est mal. Pourtant, la différence m'échappe. Quelles sont les critères de les départager ? Quand on parle d'un, quand on parle d'autre ? Y a t-il une différence réelle, objective, ou bien nous parlons d'évangélisation quand nous faisons nous et nous parlons de prosélytisme quand ce sont les autres qui le font ?

À noter que ce problème a été abordé sur ce forum, mais, à ce que je m'aperçois, de façon tangentielle, sans un fil dédié.


Merci d'emblée pour vos lumières sur la question.

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 573
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Voyageur » dim. 29 sept. 2019, 10:30

Intuitivement, on a l'impression que le prosélytisme cherche à convertir alors que l'évangélisation à faire découvrir l'évangile. Au niveau linguistique, l'évangélisation porte moins sur l’adhésion de l'interlocuteur. C'est un peu du néo-langage pour camoufler l'intention sous-jacente et adoucir la démarche, la rendre plus éthique et moins agressive.
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 573
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Voyageur » dim. 29 sept. 2019, 13:28

Merci pour votre développement. Je souscris globalement à vos hypothèses, si l'on doit se référer à une compréhension modernisée des deux termes. Aussi, j'ai apprécié la présentation que vous faites des pratiques internes de la mouvance TJ, dont je suis fort ignorant.

Cependant, il me semble que les vagues d'évangélisation historiques ne connaissaient pas ce distinguo. Je pense à l'Évangélisation de l'Afrique noire, qui s'est déployée parallèlement à sa colonisation. Il me semble que, derrière, il y avait la nécessité de convertir aux valeurs des colons, d'uniformiser les pratiques culturelles et de les régenter. Dans ces circonstances, l'évangélisation peut apparaître comme un outil de coercition organisé par l'appareil d'État. Par nature, le christianisme est porteur d'une éthique sociale et morale qu'il était peut-être appréciable d'inculquer aux "sauvages" afin de les civiliser, pour ne pas dire "les rendre dociles".

Aussi, il est vraiment délicat d'établir des cloisonnements nets entre évangélisation, prosélytisme, embrigadement, endoctrinement, manipulation, recrutement... Sans doute pouvons-nous admettre qu'il peut y avoir une part de duperie dans l'un qui ne se retrouve pas dans l'autre. Le prosélyte serait aveugle à l'individu et chercherait à accroitre l'aura du groupe alors que l'évangéliste chercherait davantage la libération individuelle. En réalité, je pense qu'il faudrait davantage se pencher sur les donneurs d'ordre et sur les avantages qu'ils escomptent. Parce qu'il y a souvent, à la base, des individus dont la démarche est sincère et qui ne se figurent pas dans quels processus ils sont engagés.

Prenez les recruteurs salafistes. Ils défendent des idées, ils se présentent à une personne et lui proposent un système de valeurs qui serait déterminant pour justifier son utilité en tant qu'être humain, en tant que croyant fidèle. Cette pratique est contestable uniquement du point de vue de ses conséquences, de son objectif fonctionnel. Si le rétablissement du califat est une visée politique "admissible", c'est l’embrigadement dans les rangs djihadistes qui prévaut réellement lors de ces recrutements. Pour les dirigeants, c'est la recherche de "chair à canons", de personnalités fragilisées qu'on pousse aux pires extrémités et aux missions suicides.

La finalité de l'activité devrait admettre plusieurs niveaux de justification. Et, même ainsi, il est difficile d'apprécier les bonnes pratiques des mauvaises. Chacun trouvera toujours à redire sur l'ambition de groupuscules, de regroupements, dont on craint la montée en puissance, le but officieux de gagner en influence et, finalement, d'imposer leur idéologie.
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Invité » dim. 29 sept. 2019, 14:13

Ici, le prosélytisme n’est plus seulement évangéliser mais évangéliser avec l’intention de discréditer l’autre Eglise, de se placer en concurrence, en faisant la promotion de sa propre communauté de foi
http://www.protestants.org/index.php?id=31732
Une définition de départ du prosélytisme est que c'est un effort irrespectueux, dépourvu d'égards et de charité, pour faire passer un chrétien d'un corps ecclésial à un autre.
http://www.vatican.va/roman_curia/ponti ... ss_fr.html

Le prosélytisme ne vise donc pas à servir l'intérêt général mais celui de sa propre communauté et se caractérise par un défaut d'honnêteté intellectuelle dans sa mise en œuvre (recours à la propagande).

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 1011
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Foxy » dim. 29 sept. 2019, 16:16

Le Pape François dit ceci à propos du prosélytisme :
La mission ne passe pas par le prosélytisme

Pour le Pape en effet, le problème n'est pas tant la quantité que la qualité; il ne s’agit pas d’occuper l’espace, mais d’être «signifiants». Être chrétien, a insisté le Saint-Père, «ce n’est pas adhérer à une doctrine, ni à un lieu de culte, ni à un groupe ethnique. Être chrétien, c’est une rencontre, (…) c’est se savoir pardonnés». Le chemin de la mission ne passe donc pas par le prosélytisme, a martelé le Pape, citant son prédécesseur Benoît XVI: «l’Église ne grandit pas par prosélytisme, mais par attraction».
extrait de : https://www.vaticannews.va/fr/pape/news ... apmar.html
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9613
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Cinci » lun. 30 sept. 2019, 6:43

Voyageur :
Intuitivement, on a l'impression que le prosélytisme cherche à convertir alors que l'évangélisation à faire découvrir l'évangile.
L'individu qui donne dans le prosélytisme est un sale type on s'entend, Pour faire image : c'est comme les curés du temps de nos pères et de nos grand-pères, tous ces abbés et autres chanoines trop enracinés,. charnels, hommes d'un lieu, racistes, insuffisamment universels, incapables d'aimer le protestantisme et l'islam en même temps. Pouah !

Mais ..

Le "grand évangélisateur" est une bonne personne. C'est à dire qui ne critique pas, qui envoie des bisous au pape François, qui fait circuler les mots d'ordre concernant l'écologie, le recyclage des déchets, la haine qu'Il faut avoir de Trump cet antichrist, la nécessaire ouverture qu'il faut avoir envers tout et envers tout le monde. Il en nécessite d'être souriant, de penser qu'il n'y a pas de contradictions réelles entre Pie IX, Pie X, Pie XII et François.

Pour évangéliser, il faut tenir en principe que seule l'Église catholique et le pape ont la vérité (1) mais ne pas le dire trop fort. Il faudra éclaircir la sauce. Il faudra montrer de l'intérêt pour la culture des Derviches tourneurs ou celle des Maoris de Nouvelle Zélande, prétendant aussi que l'Église aurait plein de choses à apprendre philosophiquement et métaphysiquement de la sagesse des "hommes médecine" de Laponie ou de Sibérie. Il faudra enseigner aux amis que si les sacrements sont choses indispensable naturellement, l'on peut faire partie de l'Église de Jésus Christ sur terre tout en choisissant quand même rester anglican (genre : avec une évêquesse bénissant les unions homosexuelles, etc.), de même qu'en étant protestant pour protester contre les dogmes, l'eucharistie et contre la confession des péchés. Ce n'est pas un problème. L'évangélisateur doit insister surtout et s'émerveiller en même temps de tout ce qui peut nous unir pensez donc ! C'est vrai après tout. Nous sommes plusieurs qui auront eu deux géniteurs, qui pouvons souffrir un peu des mêmes choses, nourrir des espérances assez semblables. C'est clair qu'il y a déjà une seule grande Église qui ramasse tout le monde. C'est la famille humaine.

Des questions ?

__
(1) En gardant les yeux fixés sur le présent, sur le discours ecclésial officiel d'aujourd'hui. Le passé, ça compte pas.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1546
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par prodigal » lun. 30 sept. 2019, 7:35

Hum, cher Cinci, vous y allez fort dans la caricature, il me semble.
Alors à mon tour de simplifier sans mesure.
Le mot "prosélytisme" est devenu en effet péjoratif. Pourquoi? Parce qu'il y a une bonne et une mauvaise manière de témoigner sa foi. La bonne est de témoigner selon la vérité, la mauvaise est de chercher à recruter dans le mépris de la vérité, sous prétexte que c'est pour la bonne cause. La seconde s'appelle de nos jours prosélytisme. On en a un exemple très clair avec les témoins de Jéhovah. C'est tout. :fleur:
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9613
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Cinci » mar. 01 oct. 2019, 21:41

Quand le pape François et bien d'autres parlent d'éviter le prosélytisme il n'est nullement fait allusion au Témoins de Jéhovah ou à quelque grossière technique de manipulation, digne d'une quelconque secte bonne à faire porter sur le registre de la Miviludes. Si ce n'était que cela, personne n'en parlerait.





.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1546
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par prodigal » mer. 02 oct. 2019, 14:52

Cher Cinci,
est-ce que vous pourriez préciser l'allusion? De quel propos du pape François parlez-vous? Et qui sont ces "autres"?
Il me semble en effet qu'il y a deux catégories possibles. Ceux qui rejettent effectivement non seulement le prosélytisme, mais même toute idée de travailler à la conversion de leur prochain, et ceux qui au contraire, tout au contraire, souhaitent la conversion de leur prochain en esprit et en vérité et non le simple recrutement.
Vous semblez très sensible à l'idée qu'on pourrait refuser toute évangélisation au nom de l'idéologie du dialogue et de la grande fraternité universelle. Je ne dis pas que cette sensibilité soit absurde, loin de là. Mais je ne vois pas du tout que cela devrait pousser à encourager le prosélytisme, à moins de tomber dans l'illusion de croire que pour sortir d'une idéologie il faut adopter l'idéologie contraire. Le prosélytisme est d'ailleurs tout à fait contre-productif.
Enfin, je ne vois pas vraiment pas le mal qu'il y aurait à être ouvert d'esprit et capable de dialoguer avec son prochain. C'est d'ailleurs une qualité que vous avez su manifester à plusieurs reprises, malgré la fermeté de certaines de vos convictions. :fleur:
Encore un mot, peut-être un peu perfide, mais je le dis sans acrimonie. Il ne me semble pas que l'Eglise post-conciliaire ait renoncé au prosélytisme. On entend sans arrêt l'expression "terre de mission", on fait une obligation prioritaire d'aller vers l'étranger et de témoigner des valeurs évangéliques, on rappelle la valeur de la brebis perdue, etc. Pourquoi est-ce que ça ne fonctionne pas? Est-ce vraiment parce qu'on n'en fait pas assez? Ne serait-ce pas plutôt que l'autre, l'étranger, l'égaré, le client en quelque sorte, ait souvent l'impression que ce qui lui est dit de la part du chrétien n'est pas vrai ni même vraiment sincère? J'en ai peur. Mais notez bien que ce n'est la faute à personne en particulier, et qu'il existe, heureusement, des contre-exemples, des gens qui vous donneraient la foi rien que par ce qui émane d'eux. Comme le pape François par exemple.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9613
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Cinci » mer. 02 oct. 2019, 18:20

Ho mais là c'est vraiment perfide ! Donner le pape François en exemple ... Vous le faite exprès.

:cool:

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Carolus » mer. 02 oct. 2019, 22:54

Altior a écrit :
dim. 29 sept. 2019, 5:59
Altior :

À ce que je m'aperçois, le mot «prosélytisme» a acquis une connotation négative.
Oui, « le mot «prosélytisme» a acquis une connotation négative », cher Altior.
CEC 1 Dieu […] appelle les hommes à devenir, dans l’Esprit Saint, ses enfants d’adoption, et donc les héritiers de sa vie bienheureuse.
L’appel de Dieu comment retentit-il par toute la terre ?
CEC 2 Pour que cet appel retentisse par toute la terre, le Christ a envoyé les apôtres qu’Il avait choisis en leur donnant mandat d’annoncer l’Évangile
L'Église ne doit jamais oublier son « mandat d’annoncer l’Évangile » (CEC 2). :non:

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9613
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Cinci » jeu. 03 oct. 2019, 13:48

Prodigal :

Cher Cinci,
est-ce que vous pourriez préciser l'allusion? De quel propos du pape François parlez-vous? Et qui sont ces "autres"?
Quel propos ? Mais c'est toute l'orientation générale du pape ! Ce n'est pas un propos mais des centaines de propos. Et les autres ? Mais ce sont tous ceux qui répercutent le genre de pastorale souhaitée. J'aurai déjà évoqué un auteur français (un jeune prêtre qui vit à Monréal et que j'ai déjà rencontré) qui avait produit un ouvrage sur la nouvelle évangélisation. Je parle de ces directives ou mots d'ordre que le diocèse peut transmettre aux personnes oeuvrant au contact d'un peu tout le monde et dans un but d'accompagnement ou d'évangélisation.

Je peux vous en donner des exemples, si vous en voulez.

"Le bénévole ne fait aucune forme de prosélytisme ou de harcèlement religieux cherchant à favoriser l'adhésion de la personne accompagnée à la vision de l'intervenant."

ou

"Aimer à la manière de Jésus ( sans attente, sans jugement, avec patience)"

ou

"Écouter. c'est commencer par se taire
Écouter c'est accueillir l'autre
Avec reconnaissance tel qu'il se définit lui-même
Sans se substituer à lui pour dire ce qu'il doit être

Écouter, ce n'est pas vouloir que quelqu'un
soit comme ceci ou comme cela
C'est être ouvert positivement
A toutes les idées. à tous les sujets
A toutes les expériences
A toutes les solutions sans les interpréter
Sans juger, laissant à l'autre son espace
Et le temps de trouver la voie qui est la sienne."

ou

"Dieu : qui est Dieu dans sa vie, la relation basée sur l'expérience personnelle avec un tel Être."

"Respect de la liberté : cela veut dire être totalement sans attentes face à l'autre. Ne pas brusquer, le presser dans son rythme. Ne pas tirer sur lui dans ses changements à vivre. Consentir à la liberté de l'autre est un appel à lâcher prise. Une certaine retenue est souhaitable. "


"... le pape n'enseigne pas ce qu'il ne vit pas : il vit et partage son expérience du Christ, son expérience du pardon et de la miséricorde. Il se présente donc à l'Église et à ses périphéries essentielles comme le disciple-missionnaire de la miséricorde n,ayant rien à partager qu'il n'ait vécu. Devant vous est un homme pardonné. Un homme qui a été et qui est sauvé de ses nombreux péchés. Et c'est ainsi que je me présente à vous, dit-il, je n'ai rien d'autre à vous offrir. Pour l'Église, il ne s'agit pas de former de super spécialistes de la miséricorde, il ne s'agit pas non plus de formater des super-spécialistes de la mission. L'enjeu est à l'intérieur. "

(Jean-Marc Barreau, "Une culture maternelle" dans François et la miséricorde, p. 116

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9613
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par Cinci » jeu. 03 oct. 2019, 14:03

Prodigal,

Regardez donc un peu ce que Foxy a pris la peine de mettre en exergue :
Pour le Pape en effet, le problème n'est pas tant la quantité que la qualité; il ne s’agit pas d’occuper l’espace, mais d’être «signifiants». Être chrétien, a insisté le Saint-Père, «ce n’est pas adhérer à une doctrine, ni à un lieu de culte, ni à un groupe ethnique. Être chrétien, c’est une rencontre, (…) c’est se savoir pardonnés». Le chemin de la mission ne passe donc pas par le prosélytisme, a martelé le Pape, citant son prédécesseur Benoît XVI: «l’Église ne grandit pas par prosélytisme, mais par attraction»
Ce petit extrait à lui seul se révélerait, déjà, en parfaite consonance avec ce que je viens de sortir comme exemple. Ne pas adhérer à une doctrine ni à un lieu de culte. Non, l'important c'est l'expérience intérieure. C'est ce que chacun ressent.

Comment voulez-vous évangéliser qui que ce soit avec de semblables dispositions ?

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1546
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par prodigal » jeu. 03 oct. 2019, 14:20

Il me semble, cher Cinci, que vous déformez les paroles du pape François.
Il ne dit pas que le dogme n'a pas d'importance, ni le culte. Il dit que ce n'est pas l'adhésion à un dogme ou à une chapelle qui fait le chrétien.
Il est exact cependant que cela revient à valoriser la subjectivité. On n'est pas objectivement chrétien parce qu'inscrit selon les règles, on est authentiquement chrétien quand on l'est subjectivement, quand on se sait aimé, car pardonné. Je vous accorde que cela pose problème. Je trouve que c'est une facilité que d'opposer la foi et l'espérance au dogme et au culte. Et puis il ne suffit peut-être pas de se croire chrétien pour l'être. Mais dans la perspective d'un rejet du prosélytisme, c'est-à-dire d'un refus de confondre évangélisation et recrutement, je crois qu'on peut comprendre ce qu'il veut dire, même si ce n'est pas forcément bien dit. D'abord la relation à Dieu et au prochain, le reste ensuite.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1546
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Prosélytisme et (re)évangélisation

Message non lu par prodigal » jeu. 03 oct. 2019, 16:47

A la réflexion je souhaiterais corriger mon petit brin de mauvaise foi, et vous donner raison au sujet de la citation de Foxy.
En revanche je continue à ne pas voir ce qu'il y a de mal à respecter la liberté de son prochain, et à dialoguer avec lui plutôt que de se poser en maître détenteur de la vérité.
Le bon équilibre me semble fourni par la citation de Benoit XVI, celle qui dit que "l'Eglise ne grandit pas prosélytisme, mais par attraction". De plus, elle est à fond dans le sujet de ce fil. :)
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités