L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10016
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Cinci » dim. 19 janv. 2020, 0:34

C'est très intéressant ce que raconte l'ami Soral en effet. Très concentré. Merci, Pathos.

:top:

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10016
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Cinci » dim. 19 janv. 2020, 17:50

Pour le repérage ...


Soral fait allusion à la pédocriminalité de réseau vers 8 : 50 ...

il fait bien de réaliser un certain contraste entre le cas relativement plus bénin de Matzneff si on veut avec celui des réseaux mafieux et oligarques au sommet.
"... C'est un sujet qui est jalonné de morts, de morts suspectes, de suicides de deux balles dans la tête ... Moi, quand j'entends dire "les pédophiles, j'ai envie de les tuer", je réponds si tu t'attaque à la pédophilie c'est toi qui va mourir. Parce que 1) c'est protégé par des réseaux très puissants 2) c'est un commerce mafieux très rentable. Un moment donné t'es pris entre la haute oligarchie et la mafia albanaise. Et, crois-moi, c'est toi qui meurs. "
Vers 11 : 00 ... il décrit Matzneff comme un vieillard indigent en fin de vie, qui ne vendrait plus rien, qui ne touche pas plus de 800 euros par mois, qui vit dans une pièce de 30 mètres carré. On serait en train de le pousser au suicide.

Il n'aurait donc pas envie de se repaître de son cadavre, Soral; et e serais plutôt d'accord avec ses jugements dans l'ensemble.

Très intéressante aussi, l'autre remarque qu'il fait au sujet de Rocco Siffredi et les pornocrates qui font sûrement plus de dégâts que Matzneff aura jamais pu en faire avec ses livres, qui sont toujours bien vus, qui ont leurs entrées dans la haute bourgeoisie, parce qu'ils fonctionnent sur le mode commercial, le business, avec contrat notarié, parce que leurs affaires rapportent beaucoup, tandis que Matzneff faisait dans la gratuité, dans le fil d'une certaine tradition de séduction française, sans consentement écrit, avec son éphébophilie s'agissant du cas Springora, dans le cadre d'une relation d'initiation volontaire.

Danger, danger ... vers 12 : 40
... Danger ... on serait dans la question féministe et très dangereuse du viol rétroactif ... ce que j'appelle une offensive du féministe à l'américaine et qui est un combat pour le pouvoir au sens hystérique avec la négation de phallus et de toute la sexualité masculine qui est derrière ... quand on réfléchit bien ... la jeune femme qui des années plus tard décide avec l'aide de son psychanalyste qu'elle n'était pas consentante, que c'était abusif ... si jamais c'est déclaré imprescriptible, alors au seuil de la mort vous vous retrouvez embastillé parce qu'une gonzesse pour différentes raisons ... ce peut être l'argent ...
Vers 22: 12
... il y a des gens qui ont droit de ... Conh-Bendit, Polansky, ... ; Woody Allen qui épouse sa fille adoptive, et à qui il fait des gosses et qui est accusé de viol, par tous es enfants et Mia Farrow son ex-femme.


Vers 35 : 00
... " ... quand une fille de 14 ans, pubère, qui est précoce intellectuellement, qui désir l'amour, devient la maîtresse consentante d'un homme de 50 ans ... j'ai lu que c'était un gros porc ... je suis désolé, Matzneff à 50 ans est un bel homme, très soigné, mince, et si je veux faire un peu de provocation, il vaut peut-être mieux à 14 ans quand on veut découvrir l'amour, être initié par un écrivain raffiné que par un petit con qui s'est initié sur les vidéos pornos qu'il a découvert en cachette dans les placards de ses parents ... pour ceux qui savent comment ça se passe dans les rallyes bourgeois ou dans les caves en banlieue; c'est assez proche en réalité."
Vers 36 : 15 ...
"Je fais un parallèle entre Rocco Siffredi et Matzneff. C'est très intéressant le traitement différencié des deux ..."
Autre anecdote à 51 : 00 ...
"un conseil pour les journalistes ... si c'est si dégueulasse pour un adulte de 50 ans de coucher avec une fille de 14-15 ans, on pourrait inviter maïwenne (*) qui est devenu cinéaste, et pour qui j'ai le plus grand respect, et qui, je le rappelle, a été mis dans lit de Johnny Hallyday alors qu'elle avait à peine 14 ans par sa mère, et qui est sortie du lit de Johnny Hallyday pour entrer dans celui de Luc Besson qui lui a fait une enfant ... elle avait quinze ans ...
On pourrait ressortir aussi le cadavre de cet intouchable ... Ivo Livi ... qu'on a connu sous le nom d'Yves Montand, accusé de pédophilie par sa belle-fille, qui a été obligé d'épouser la fille des buralistes de Saint-Paul-de-Vence et qu'il avait mise enceinte, parce qu'il avait baisé toutes les gamines de 12 ans de la région ... et, d'ailleurs, moi qui adore Errol Flynn ... il se vantait dans ses Mémoires de ne baiser que des filles de 14 ans. Il avait des rabatteurs. Il disait : "Je m'en fous qu'elle n'ait pas 14 ans mais je veux qu'elle ait l'air d'en avoir 14"à

https://www.youtube.com/watch?time_cont ... e=emb_logo
(Je redonne ici le lien de Pathos)

_____
(*) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AFwenn

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par la Samaritaine » dim. 19 janv. 2020, 18:41

Pathos a écrit :
sam. 18 janv. 2020, 23:50
L'avis éclairé de Maitre Alain, toujours avec hauteur et vérité...

https://www.youtube.com/watch?time_cont ... e=emb_logo
Alain Soral, autre antisémite notoire, condamné à 1 an de prison ferme pour propos antisémites :
https://www.lepoint.fr/justice/alain-so ... 9_2386.php

Super sur un site catholique !!!!
Cinci a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 17:50
Vers 35 : 00 ... " ... quand une fille de 14 ans, pubère, qui est précoce intellectuellement, qui désir l'amour, devient la maîtresse consentante d'un homme de 50 ans ... j'ai lu que c'était un gros porc ... je suis désolé, Matzneff à 50 ans est un bel homme, très soigné, mince, et si je veux faire un peu de provocation, il vaut peut-être mieux à 14 ans quand on veut découvrir l'amour, être initié par un écrivain raffiné que par un petit con qui s'est initié sur les vidéos pornos qu'il a découvert en cachette dans les placards de ses parents ... pour ceux qui savent comment ça se passe dans les rallyes bourgeois ou dans les caves en banlieue; c'est assez proche en réalité."(propos d'Alain Soral)
Soral tient ici des propos aussi ignares que débectants : c'est justement la notion de consentement d'une gamine et de responsabilité d'un adulte qui est en jeu. Il est pensable qu'un homme de 50 ans soit attiré par une jeune fille de 14 ans (enfin, certains hommes…) surtout si elle est attirée par lui mais il est de sa responsabilité, à lui adulte, de résister, de lui réssister, par sens moral. Vanessa Springora décrit justement à quel point elle a été amoureuse de lui mais elle décrit aussi les ravages que cela a eu sur sa vie. Soral n'a pas du lire le livre et ne comprend rien à ce témoignage : le consentement d'une gamine de 14 ans n'est pas un vrai consentement, c'est de la projection sur une père de substitution, une demande désespérée d'attention paternelle mélangée à des désirs sexuels émergents qui devraient demeurer à l'état de fantasme et surtout pas se vivre dans la réalité. Ce que cette femme décrit dans son livre, c'est l'absence d'empathie et de réel intérêt de Matzneff pour ces jeunes filles. L'amour est respect. Il ne respectait pas ces jeunes filles mais s'en servait comme des objets de plaisir et ensuite de matériau littéraire. On est dans un exemple parfait de "fornication" : l'autre consommé comme un objet.

Tout le mérite et l'intérêt du témoignage de Vanessa S est de décrire l'impact désastreux d'avoir vécu trop tôt d'une part et sans amour d'autre part une initiation sexuelle.

Je trouve les propos de Soral d'autant plus ignobles qu'il ignore un détail qui à lui seul, résume la situation : Vanessa S était amoureuse de Matzneff, voulait se donner à lui mais son corps s'y refusait. (Et pour cause. vaginisme). Alors ? Et bien alors, vous croyez que cela l'a arrêté ? Et bien non, il la sodomisait. Avec son consentement, bien sur. C'était ça, la grande histoire d'amour que la jeune Vanessa croyait vivre avec son bel écrivain. Quel consentement ? Alors les propos de Soral qui utilise cet évènement pour décharger sa haine misogyne … Parce qu'en plus d'être antisémite, il est misogyne…

Je suis vraiment choquée que sur un site catholique de tels propos d'un tel personnage soient rapportés et qu'encore une fois, qu'une victime n'y soit pas reconnue comme victime.

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4339
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Kerniou » dim. 19 janv. 2020, 21:39

je trouve choquant et immoral qu'un homme de 53 ans, par ailleurs marié et père de famille, sodomise une adolescente !...
Qu'une adolescente rêve et idéalise un séducteur de 53 ans est possible . Mais qu'un homme de cet âge profite de la situation ... C'est lamentable ...
Dernière modification par Kerniou le dim. 26 janv. 2020, 1:20, modifié 1 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Pathos
Senator
Senator
Messages : 841
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Pathos » dim. 19 janv. 2020, 21:41

la Samaritaine a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 18:41
Parce qu'en plus d'être antisémite, il est misogyne…
C'est fort d'être autant dans le jugement pour une chrétienne.
Visiblement vous ne connaissez absolument pas l'homme et ses écrits/films sur le sujet, puisque c'est tout le contraire.
la Samaritaine a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 18:41
qu'une victime n'y soit pas reconnue comme victime.
Prenez la peine d'écouter l'émission en entier avant de balancer des jugements péremptoires.
Comprendrez vous qu'il y a manipulation médiatique ? ..même si Matneff n'est pas un modèle de morale et AS en convient dans l'émission !

Pathos
Senator
Senator
Messages : 841
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Pathos » dim. 19 janv. 2020, 21:47

Kerniou a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 21:39
je trouve choquant et immoral qu'un homme de 53ans, par ailleurs marié et père de famille, sodomise une adolescente !... Qu'une adolescente rêve et idéalise un séducteur de 53 ans est possible . Mais qu'un homme de cet âge profite de la situation ... C'est lamentable ...
Mais ce n'est pas le sujet !!!

[Supprimé. Faites attention lorsque vous parlez des victimes. La modération]

Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Censor
Censor
Messages : 197
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Conviction : catéchumène
Localisation : France

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Fleur de Lys » dim. 19 janv. 2020, 23:06

Vu la grande immaturité de la grande majorité des jeunes filles (et jeunes garçons) de 14 ans, oui elle était idiote. Et c'est pourquoi il est douteux de parler de consentement à cet âge, car l'adolescent vit dans l'instant, se découvre de nouveaux désirs, n'en mesure pas les conséquences.
Choses que normalement on mesure à 50 ans...

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2467
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Nanimo » lun. 20 janv. 2020, 0:33

Avez-vous vu l'émission de Busnel, La Grande Librairie? Était invitée Vanessa Springora, auteure de Le Consentement. On y apprend que son père les avait quittées lorsqu'elle n'avait que six ans et n'était jamais réapparu. Il lui avait manqué enfant. Sans être psy, on comprend qu'il y avait une absence dans sa vie. Donc, lorsque Matzneff a fait son apparition insistante… ayayaille!
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10016
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Cinci » lun. 20 janv. 2020, 13:30

La Samaritaine,

Vous écrivez :
La Samaritaine :

Soral tient ici des propos aussi ignares que débectants : c'est justement la notion de consentement d'une gamine et de responsabilité d'un adulte qui est en jeu. Il est pensable qu'un homme de 50 ans soit attiré par une jeune fille de 14 ans (enfin, certains hommes…) surtout si elle est attirée par lui mais il est de sa responsabilité, à lui adulte, de résister, de lui résister, par sens moral. Vanessa Springora décrit justement à quel point elle a été amoureuse de lui mais elle décrit aussi les ravages que cela a eu sur sa vie. Soral n'a pas du lire le livre et ne comprend rien à ce témoignage : le consentement d'une gamine de 14 ans n'est pas un vrai consentement, c'est de la projection sur une père de substitution, une demande désespérée d'attention paternelle mélangée à des désirs sexuels émergents qui devraient demeurer à l'état de fantasme et surtout pas se vivre dans la réalité. Ce que cette femme décrit dans son livre, c'est l'absence d'empathie et de réel intérêt de Matzneff pour ces jeunes filles. L'amour est respect. Il ne respectait pas ces jeunes filles mais s'en servait comme des objets de plaisir et ensuite de matériau littéraire. On est dans un exemple parfait de "fornication" : l'autre consommé comme un objet
Non, je ne formulerais pas du tout la même appréciation négative que vous au sujet de son discours. Désolé. D'abord, il ne viendrait pas l'envie à Soral de défendre les épisodes réelles de pédophilie que l'on attribuerait bien à Matzneff s'il y a lieu; oui, supposant qu'il aurait réellement fait plus du tiers ou du quart de ce dont il aurait pu faire étalage dans ses écrits. Mais ce n'est même pas cela qui serait en discussion s'agissant de Springora. Il ne s'agit pas de pédophilie dans ce cas-là.

La chose qu'il fait remarquer et qui reste vrai , malheureusement vrai si vous voulez, mais c'est comme ça, je pense : c'est toute cette part d'ombre et d'ambiguïté qui est souvent présente dans des cas de liaisons sexuelles plus ou moins momentanées. Il me semble que Soral a raison de faire ressortir le fait que la sexualité humaine demeure une affaire complexe et un peu trouble.

Springora peut écrire ce qu'elle veut, et puis cela restera quand même son expérience à elle, avec toute sa part de subjectivité pour la perception des choses. Car il y aurait bien juste sa parole à elle contre celle de Matzneff. Il n'y a pas tellement de raisons en vérité pour penser que ses souvenirs, ses perceptions après-coup ou idées/intuitions sur lesquelles elle aurait pu finir par se fixer sur l'autre avec le temps devraient toutes correspondre à la pure vérité. Qu'en est-il de la valeur de ses jugements personnelles sur le caractère grossièrement fornicateur de l'autre, consommateur sans état d'âme, exploiteur, sans coeur et etc ? Qu'en sait-on vraiment ? Pour quelle raison faudrait-il nécessairement croire que l'écrivain eusse été un parfait salaud ? A cause de l'infaillibilité de l'intuition féminine ? A raison de la science de son psychanalyste ?



Si je fais abstraction de ma petite personne, je peux quand même comprendre que certains pourraient avoir cette faiblesse de s'embarquer tantôt dans des aventures assez limites, étant capable de se raconter des histoires à soi-même sans doute aussi, de se mentir inconsciemment, n'excluant pas la présence d'un sentiment d'affection, une contemplation esthético-amoureuse quelconque, une douceur, un quelque chose d'ineffable dans son esprit. Le coeur humain est tortueux. Tout se peut.

Je peux comprendre surtout que, à une certaine époque, comme fréquentant un certain milieu intellectuel et littéraire, l'orgueil de la vie aidant et redoublé par une notoriété, un sentiment d'être compris et approuvé avec ça. je peux comprendre, dis-je, qu'un bonhomme ait pu avoir les idées moins claires. Si la jeune fille a pu ne pas s'être trouvé, elle-même, dans la vérité à l'époque et par rapport à elle-même, je verrais mal pourquoi l'autre n'aurait pas lui aussi avoir les idées obscurcies.

On se trouve sur un terrain hypothétique. Les vrais criminels existent, des individus qui ont des comportement de carnassiers (Un Errol Flynn d'une autre époque également suggère Soral ? Possible.), des individus qui se comportent comme de vrais sagouins, des brutes. Mais la question de savoir si réellement Matzneff correspondrait pour vrai à ce profil de Mister Hyde ? Voilà le doute. La question ne serait pas de faire de Matzneff un modèle de vertu certainement. C'est juste qu'il peut y avoir de la marge entre l'individu qui aura pu tremper à coup sûr dans le péché (le mal dans une certaine mesure) et le vrai criminel, la brute réellement animée par une volonté de faire mal, humilier, le pervers qui jouit de l'idée même d'abuser, souiller, dégrader, exploiter, anéantir, écraser le faible.

Le jugement (tribunal populaire ?) paraît vraiment sévère à son endroit et alors que les preuves contre lui seront tout de même assez minces. Il ne fait même pas l'objet d'un procès criminel. L'affaire (détournement de mineur) serait prescrite de toute façon. Springora qui n'avait pas six ans, dit elle-même avoir été consentante et ravie à l'époque C'est tout de même dérangeant d'imaginer qu'il suffirait juste de la parole d'une seule personne, comme tournant sa veste trente-cinq ans plus tard, pour autoriser la démolition de quelqu'un. Il y a comme quelque chose de "pas clair" non plus là-dedans.

C'est un peu étrange que Johnny le chanteur populaire adulé puisse ressortir intact de ses histoires libidineuses (des coucheries) vécues avec des jeunes filles de 14 ans or qu'en même temps il faudrait expédier Matzneff à la potence suivant l'avis du tribunal populaire. Besson un héros avec sa chérie d'à peine quinze ans, pour le même prix Matzneff une ordure complète ? Hum ... Il y a encore le fait qui jouerait en faveur de Matzneff qu'il ne se sera jamais caché de rien. Il ne se sera pas emparé de force de Springora ni à l'insu de sa mère.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4339
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Kerniou » lun. 20 janv. 2020, 13:43

De ses expériences, Johnny ne faisait pas commerce sous couvert de littérature ... Il ne les racontait pas à la TV....
Mais si "le délit" reste le même, chez Maztneff, de mon point de vue, la perversité est à son comble ...
Je réalise que parler de lui lui donne de l'importance et lui fait de la PUB. Je ne vais plus lui faire cet honneur ...
Dernière modification par Kerniou le lun. 20 janv. 2020, 13:50, modifié 1 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Carhaix
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1814
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Carhaix » lun. 20 janv. 2020, 13:46

Kerniou a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 21:39
je trouve choquant et immoral qu'un homme de 53ans, par ailleurs marié et père de famille, sodomise une adolescente !...
Qu'une adolescente rêve et idéalise un séducteur de 53 ans est possible . Mais qu'un homme de cet âge profite de la situation ... C'est lamentable ...
L'Église devrait avoir un discours beaucoup plus musclé sur cette question, je trouve. Des mesures drastiques s'imposent. Comme par exemple excommunier.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10016
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Cinci » lun. 20 janv. 2020, 16:18

Kerniou :
chez Maztneff, de mon point de vue, la perversité est à son comble ...
C'est ce que l'on pourrait appeler une opinion.

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par la Samaritaine » lun. 20 janv. 2020, 18:23

Cinci a écrit :
lun. 20 janv. 2020, 13:30

La chose qu'il fait remarquer et qui reste vrai , malheureusement vrai si vous voulez, mais c'est comme ça, je pense : c'est toute cette part d'ombre et d'ambiguïté qui est souvent présente dans des cas de liaisons sexuelles plus ou moins momentanées. Il me semble que Soral a raison de faire ressortir le fait que la sexualité humaine demeure une affaire complexe et un peu trouble.

Springora peut écrire ce qu'elle veut, et puis cela restera quand même son expérience à elle, avec toute sa part de subjectivité pour la perception des choses. Car il y aurait bien juste sa parole à elle contre celle de Matzneff. Il n'y a pas tellement de raisons en vérité pour penser que ses souvenirs, ses perceptions après-coup ou idées/intuitions sur lesquelles elle aurait pu finir par se fixer sur l'autre avec le temps devraient toutes correspondre à la pure vérité. Qu'en est-il de la valeur de ses jugements personnelles sur le caractère grossièrement fornicateur de l'autre, consommateur sans état d'âme, exploiteur, sans coeur et etc ? Qu'en sait-on vraiment ? Pour quelle raison faudrait-il nécessairement croire que l'écrivain eusse été un parfait salaud ? A cause de l'infaillibilité de l'intuition féminine ? A raison de la science de son psychanalyste ?
cher Cinci,

vous omettez LE détail important : il avait 50 ans, elle en avait 14. C'est tout. L'essentiel est dit. Un homme fait et une gamine ne sont pas à égalité. Il profite de la situation, de la place libre laissée par un père absent, (comme le dit Nanimo) de l'aveuglement d'une mère et de la soif amoureuse et psychique d'une jeune fille innocente pris au piège d'un amour oedipien.

Vous savez, ce qui compte, pour évaluer une situation, ce ne sont les faits, rien que les faits : et les faits, c'est un homme de 50 ans qui couche avec une jeune fille de 14 ans, et par sodomie parce que son corps se refuse. Ces faits parlent d'eux-mêmes.

Vous omettez un autre détail : Matzneff a décrit en long, en large et en travers dans ses romans cette histoire avec Vanessa S et toutes les autres. Il n'y a pas la parole de l'un face à la parole de l'autre… On sait déjà tout, depuis très longtemps. Matzneff se livrait à découvert, on ne peut lui reprocher d'avoir offert un double visage comme Preynat, c'était une personnalité narcissique parfaitement assumée et adulée par beaucoup, et surtout par l'élite…

Qu'en sait-on vraiment dites-vous, sur le "caractère grossièrement fornicateur de ce personnage ????
Et bien, prenez votre courage à deux mains, et lisez ses carnets noirs, tout y est, avec force détail (d'après ce que j'en ai entendu, je n'ai pas le courage d'y jeter un oeil).
Ce que nous apprend Vanessa S et qui provoque une onde de choc importante : c'est l'impact destructeur que cette histoire là a eu sur sa vie. Elle vient dire, une fois arrivée à maturité : voilà les conséquences que cela a eu sur ma vie. je croyais vivre une histoire d'amour et je n'étais que la proie d'un prédateur et cela ne m'a pas construite, cela m'a détruite. (Elle s'est reconstruite par la psychanalyse et sans doute par ce bouquin).

Vous avez raison, c'est sa perception à elle, son expérience à elle, qui viennent illustrer parfaitement les propos de la québecoise Denise Bombardier qui lui reprochait de "détruire des petites filles". On découvre 30 ans plus tard qu'elle avait raison. Enfin, grâce à témoignage, ce qu'on ne voulait pas voir par snobisme et paresse intellectuelle est mis en lumière.

Tout cela fait-il de Matzneff un salaud fini ? Il n'est pas un Jekyll et Mr Hyde, il n'est pas clivé, il est assumé. Il est sans doute ce que Pascal Ide appelle une personnalité narcissique séductrice. Il n'est pas pervers dans le sens ou il ne veut pas faire mal ni écraser (d'après ce que j'en sais) mais il ne pense qu'à lui, il vit un défaut d'altérité qui fait que l'autre ne sert qu'à servir ses désirs, d'autant plus que sa sexualité est pervertie : il aime sexuellement les ados et les enfants (garçons et filles) et s'arrange avec sa conscience parce que c'est sans violence apparente. La violence est ici insidieuse.

Ce n'est pas au tribunal médiatique de juger de qui il est et de ses vraies responsabilités mais à la justice. Il se trouve que le parquet vient d'ouvrir une enquète préliminaire sur son cas. La machine judiciaire est lancée et c'est tant mieux.

Ce qui est incroyable dans cette affaire, c'est que ce n'est pas à cause de ses carnets noirs ou tout est décrit que le parquet ouvre une enquète mais à cause de la parole d'une personne qui enfin, prend la place de victime : ce qui n'était que littérature (avec victimes potentielles mais qui ne prenaient pas chair faute de plainte et de parole) devient une réalité en chair et en os : derrière les mots, se trouvaient des maux, pour des personnes sans défense.

Bien à vous,

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par la Samaritaine » lun. 20 janv. 2020, 18:40

Pathos a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 21:25
la Samaritaine a écrit :
dim. 19 janv. 2020, 18:41
Alain Soral, autre antisémite notoire, condamné à 1 an de prison ferme pour propos antisémites :
https://www.lepoint.fr/justice/alain-so ... 19-2339049_
C'est incroyable comme vous êtes dans la contradiction totale avec vos propos.

Vous défendiez plus haut le droit, d'expression, quasiment le droit au blasphème puisque vous lisez Charlie Hebdo ; mais Soral n'aurait pas le droit de s'exprimer ? Alors on est en dictature ou pas ?
Parce que c'est un antisémite ? l'argument lourdingue que l'on nous sert dès que l'on critique le sionisme.
Sachant que la pseudo "justice" de ce pays est aux mains de ces derniers (la fameuse XVII chambre : celle qui en autre interdit et harcelle fiancièrement Dieudonné) mais vous ne voulez pas le comprendre.
Cher Pathos,

j'ai déjà répondu sur ce sujet dans le post sur France Inter :


Cher Trinité,
les blagues blasphématoires sont autorisées par la loi et à ma connaissance, les blagues racistes et antisémites, faites en public par des humoristes, ne sont pas autorisées par la loi (Dieudonné est interdit). La raison en est simple : le blasphème touche à des symboles religieux, à des personnes qui ont créé ces religions, qui ont vécu dans le passé. Se moquer de Jésus, Bouddha, Moise ou Mahomet, c'est se moquer de personnes qui sont à l'origine des religions mais qui ne risquent plus rien étant donné qu'elles sont mortes. (enfin, officiellement !). On se moque d'un symbole, de personnes ressources qui sont capitales pour les croyants mais qui appartiennent à une réalité symbolique. On n'attaque pas des personnes mais un symbole. Les croyants peuvent se sentir blessées mais leur sécurité n'est pas en jeu, seul leur sensibilité l'est, et ce n'est pas bien grave. les blasphémateurs prennent des risques pour leur propre sécurité, pas celle des autres. (enfin, cela dépend de quelle religion on a les c.... de se moquer, n'est-il pas).

En revanche, tenir des propos racistes ou antisémites, c'est risquer de cultiver la haine de personnes bien vivantes, qui nous entourent, c'est un appel insidieux à la haine et à la violence. Les massacres au Rwanda (1 million de morts en 3 mois en 1994) ont succédé à un déferlement de propos racistes anti-tutsis sur les radios du pays pendant seulement ...plusieurs mois. Cela peut aller très vite et la haine et la peur mêlée sont dangereusement communicatives. Les racistes et les antisémites mettent en cause la sécurité d'autrui, c'est très grave, c'est hyper dangereux.



les propos ou dessins blasphématoires ne sont pas du même ordre et n'ont pas les mêmes conséquences. Et j'ai la faiblesse d'voir confiance en la Justice de mon pays. Si une personne est condamnée à de la prison ferme, ce n'est pas pour des prunes.
On peut très bien critiquer vertement la politique du gouvernement israélien sans être taxé d'antisémite. On est dans géopolitique du Moyen Orient. En revanche, utiliser la désastreuse fermeture politique israélienne pour parler des Juifs sous l'angle de la soif de pouvoir et d'argent, là, on retombe dans la panoplie antisémite avec son cortège de jalousie mortifère et on est très loin de l'humour. Disons que le lourd passé est là pour nous dire à quel point c'est dangereux. Et la situation actuelle de très nombreux Juifs Français qui doivent quitter leur logement pour cause d'insultes quotidiennes dans certaines banlieues (à forte domination musulmane) afin de s'installer ailleurs, n'est pas faite pour nous rassurer.

Sinon, je vous accorde que l'humour de certains dessins de Charlie hebdo est très éloigné de la finesse et même du talent de caricaturiste.
Bien à vous

Samaritaine

Pathos
Senator
Senator
Messages : 841
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: L'affaire Matzneff - "C'était quand même mieux avant !"

Message non lu par Pathos » mar. 21 janv. 2020, 0:31

Vous ne voyez pas la manipulation médiatique contre ce misérable qui fait écran à l'impunité totale de tant d'autres qui ont fait bien pire.

Et vous osez parler de justice dans ce pays..

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Per Mariam et 2 invités