Préservatifs & discours du Pape, quelques questions

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Antestor
Censor
Censor
Messages : 98
Inscription : jeu. 06 mai 2010, 17:28

Préservatifs & discours du Pape, quelques questions

Message non lu par Antestor » mar. 06 juil. 2010, 14:54

Voici le discours du Pape au sujet du préservatif :
Je dirais le contraire. Il me semble que l’entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est vraiment l’Eglise catholique, avec ses mouvements et ses diverses structures. Je pense à la Communauté Saint Egidio qui fait tant, de manière visible et aussi de manière invisible pour lutter contre le sida, aux religieux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont au service des malades…

Je dirais que l’on ne peut pas dépasser ce problème du Sida avec seulement de l’argent, qui est nécessaire, mais s’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut pas dépasser le fléau avec la distribution de préservatifs. Au contraire, ils augmentent le problème.

La solution ne peut venir que d’un double engagement : en premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui permette une nouvelle manière de se comporter les uns avec les autres, et deuxièmement une vraie attention particulièrement à l’égard des personnes qui souffrent, la disponibilité, les sacrifices aussi, les renoncement personnels pour être avec les personnes souffrantes. Ce sont les moyens qui aident et permettent des progrès visibles. C’est pourquoi, je dirais que c’est là notre double force : renouveler l’homme intérieur, donner une force spirituelle et morale pour un comportement juste dans la manière de considérer son propre corps et celui d’autrui, et d’autre part cette capacité à souffrir avec ceux qui souffrent, d’être présents aux cotés de ceux qui traversent des épreuves. Je crois que c’est là la juste réponse, que l’Eglise la met en œuvre et offre ainsi une aide très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui y participent.
Je me doute que vous avez déjà du en parler mais je voudrais juste avoir une explication au sujet de la partie soulignée en gras, l'unique partie en trop, pour moi.
Certains diront : "C'est juste une erreur de communication, le Pape n'est pas contre le préservatif il est contre un "zapping sexuel" qui ne fait que empirer la situation en faisant croire aux gens qu'on peu faire n'importe quoi avec son corps."
Aujourd'hui, la situation de l'Afrique est dramatique et l'usage du préservatif (au risque de froisser certains) est vitale si tout le monde n'arrête pas de forniquer à droite à gauche.
Or, on sait que pas grand monde n'est chaste, ici, dans ce bas monde.
Si certains on choisis de tromper leur femmes alors qu'ils portent un préservatif c'est évident non ?

Ça m'amène à me poser la question :

Est on prêt à faire des compromis avec Dieu ?

Et, est ce vraiment un compromis de mettre un préservatif quand la vie de notre conjoint(e) est en jeu.

:croix:
"Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu'aux oreilles du Seigneur" (Jacques 5:4)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par Raistlin » mar. 06 juil. 2010, 15:53

Cher Antestor,

Je vous répète la mise en garde que j’ai déjà formulée à votre égard : plutôt que de partir du principe que l’Église, ou le pape en l’occurrence, dit n’importe quoi, faites l’effort de vous documenter un tant soit peu. Ce n'est pas pour rien que l'humilité est la principale vertu chrétienne. ;)

Premièrement, les études épidémiologiques montrent que l’usage du préservatif n’enraye pas l’épidémie, au contraire. Est-ce du à l’efficacité du préservatif en tant que tel ? Non, bien entendu. C’est simplement que le préservatif, sans discours responsable derrière, crée un faux sentiment de sécurité. Du coup, les relations « à risque » se multiplient et comme le préservatif n’est pas infaillible même lorsqu’il utilisé correctement (ce qui est loin d’être toujours le cas), les risques de contamination augmentent. D’où la nécessité de la mise en place d’une vraie politique de responsabilité.
Ainsi, vous avez le cas de l’Ouganda qui, selon mes sources, a vu son taux de séropositifs chuter considérablement (passant d’un taux de contamination de 25% de la population au début des années 90 à 6% en 2002) d à partir du moment où le gouvernement a mis sur place une politique éduquant la population à l'abstinence avant le mariage et la fidélité dans le mariage comme des valeurs culturelles.
A contrario, des pays comme l’Afrique du Sud, le Botswana ou le Swaziland qui croulent littéralement sous les préservatifs ont aussi les taux les plus forts de contaminés.

Ensuite, si le Pape ne peut donner que des avis généraux et universels – de montrer ce qu’il faut faire idéalement –, il est bien évident que la réalité sur le terrain doit toujours l’emporter. Ainsi, si une personne ne peut s’empêcher d’avoir des relations sexuelles à risque, elle se doit de protéger ses partenaires. L’usage du préservatif devient alors un moindre mal et l’Église ne dit pas autre chose lorsqu’elle est sur le terrain (au passage, 27% des organismes qui prennent en charge les malades du SIDA sont affiliés d’une quelconque façon à l’Église, donc elle sait de quoi elle parle).

Dites-vous que le Pape sait réfléchir et recueillir les avis de plus savants que lui dans certains domaines.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1917
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par DavidB » mar. 06 juil. 2010, 16:03

Considérant que au mieux du mieux, le taux de réussite du condom est de 99%... Nous dirons que le 1% qui demeure est le juste sacrifice au dieu prophylactique pour la liberté sexuelle... Et l'Église devrait déjà cautionner ça? Personnellement, avec encore 1% d'échec, si j'aime vraiment mon conjoint, je pense que je préfèrerais DE LOIN trouver d'autres façons d'exprimer mon amour que de mettre sa vie en jeu QUAND MÊME.

Mais la partie en gras NE PEUT PAS ÊTRE DÉTACHÉE DE CE QUI LA PRÉCÈDE. C'est le principe du paragraphe. Le paragraphe sert le développe d'UNE idée. Et quand on change d'idée, on fait un nouveau paragraphe... Alors la partie en gras est liée à ce qui la précède, et j'estime que le pape doit savoir comment utiliser la séparation de ses idées en paragraphes.

Le condom seul, s’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, ne peut pas dépasser le fléau avec la distribution de préservatifs, au contraire il l'aggrave.

Bref

1- Le condom seul
2- sans efforts moraux
3- sans humanisation de la sexualité

aggrave la situation... Et d'éminent épidémiologues ont confirmé cette position.
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par Raistlin » mar. 06 juil. 2010, 16:54

nosiaréd a écrit :Considérant que au mieux du mieux, le taux de réussite du condom est de 99%...
Le problème étant justement ce "mieux du mieux". Les préservatifs sont souvent mal utilisés ce qui fait chuter leur taux d'efficacité. En outre, même avec un un risque de seulement 1%, si vous multipliez les rapports à risque, vous multipliez le risque. C'est comme mettre un flingue avec une seule balle dans les mains d'un gamin en lui disant "vas-y, tire, t'as qu'1 chance sur 10 d'y rester".

Le problème du SIDA est un problème d'éducation sexuelle. D'ailleurs, ce n'est peut-être pas un hasard si cette épidémie s'est déclarée en pleine "libération" sexuelle. Le hic, c'est que les pays occidentaux sont obnubilés par l'hédonisme et refusent de mettre en cause le sacro-saint préservatif qui leur permet de multiplier les rapports à moindre frais. Soit, si c'est ce qu'ils veulent pour eux-mêmes. En revanche, ça devient criminel lorsqu'ils tentent d'imposer cette façon de faire aux peuples africains qui paient du coup le prix fort de l'inconscience occidentale.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par Laurent L. » mar. 06 juil. 2010, 17:16

Antestor a écrit : Si certains on choisis de tromper leur femmes alors qu'ils portent un préservatif c'est évident non ?
Tout à fait. C'est un moindre mal, mais un mal quand même. (Il est moins mal d'être adultère qu'adultère et meurtrier)

Néanmoins, le rôle du Pape n'est pas de dire "mettez un préservatif si vous forniquez", car ce serait légitimer la fornication et il n'est pas le porte parole de l'OMS* mais le successeur de Pierre. Son soucis, c'est que l'on accède au Salut Eternel. Or, la contraception, l'adultère sont des voies de perdition.

(* Il n'empêche que même sur un plan purement sanitaire, l'abstinence et la fidélité sont les meilleurs remparts aux maladies vénériennes.)
Antestor a écrit : Est on prêt à faire des compromis avec Dieu ?
"Malheur à l'homme qui marche dans deux voies", dit le livre de la Sagesse.

Avatar de l’utilisateur
Antestor
Censor
Censor
Messages : 98
Inscription : jeu. 06 mai 2010, 17:28

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par Antestor » mar. 06 juil. 2010, 20:45

nosiaréd a écrit :1- Le condom seul
2- sans efforts moraux
3- sans humanisation de la sexualité
Nous sommes donc d'accord ce n'est pas le préservatif qui aggrave la situation c'est un manque d'éducation. Hormis l'abstinence et la fidélité c'est l'unique moyen dont nous disposons pour les agités de la fornication.
Raistlin a écrit :je vous répète la mise en garde que j’ai déjà formulée à votre égard : plutôt que de partir du principe que l’Église, ou le pape en l’occurrence, dit n’importe quoi, faites l’effort de vous documenter un tant soit peu. Ce n'est pas pour rien que l'humilité est la principale vertu chrétienne.
Je suis ici pour trouver des réponses, comme je l'ai déjà dis, et pour mieux comprendre ce que le Pape entend par "le préservatif aggrave la situation" Ça vous pose un problème ?
Laurent L. a écrit :Tout à fait. C'est un moindre mal, mais un mal quand même. (Il est moins mal d'être adultère qu'adultère et meurtrier)
C'est la réponse à ma deuxième question, merci :)

:croix:
"Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu'aux oreilles du Seigneur" (Jacques 5:4)

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par jeanbaptiste » jeu. 08 juil. 2010, 10:45

Nous sommes donc d'accord ce n'est pas le préservatif qui aggrave la situation c'est un manque d'éducation. Hormis l'abstinence et la fidélité c'est l'unique moyen dont nous disposons pour les agités de la fornication.
Ce n'est pas tout à fait ça. Ça n'est pas un simple problème d'éducation : les africains seraient de gentils niais incultes qu'il faudrait éduquer sur le sujet...

C'est l'inverse, c'est le libéralisme sexuel à l'occidental qui, en exportant sa conception de la sexualité, aggrave la situation en Afrique.

S'il y a bien des gens à éduquer, ce sont les "humanitaires" occidentaux qui distribuent massivement le préservatif.

Car dans le texte du pape le problème est bien "la distribution massive" de préservatifs qui invite les personnes à ne pas se soucier de la question du sida, à multiplier les partenaires et donc à multiplier les risque de contamination.

1% d'échec pour le préservatif, c'est dans le cas d'une utilisation parfaite. Dans les faits c'est beaucoup moins que cela : préservatifs réutilisés ; fellations sans préservatifs etc.

Quand au texte du pape, il est très clair. Tout le blabla sur le problème de communication du pape, du Vatican etc. est ici pure foutaise.

Le pape s'est fait taper dessus parce qu'il a attaqué frontalement l'idéologie libérale occidentale concernant la sexualité. Et comme la sexualité est le seul sujet qui préoccupe les occidentaux...

On a dit que les propos du pape étaient scandaleux, pouvaient aggraver la propagation du sida en Afrique en invitant les africains à ne plus utiliser de préservatifs. C'est stupide. On pourrait même se demander si les véritables meurtriers ne sont pas les "humanitaires" qui distribuent massivement les préservatifs pour faire marcher leur commerce.

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par jeanbaptiste » jeu. 08 juil. 2010, 11:10

En pratique les ONG même non cathos qui sont sur le terrain depuis suffisamment longtemps finissent par mettre de l'eau dans leur vin de ce point de vue là. Même s'ils ne le disent pas dans leur communication en occident ils pratiquent tous la méthode "ABC*" lorsqu'ils sont sur le terrain.
Oui, c'est ce que j'ai appris récemment d'un excellent article qu'il me faudrait retrouver.

Avatar de l’utilisateur
roll
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 13 août 2009, 18:09
Contact :

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par roll » jeu. 08 juil. 2010, 11:39

Raistlin a écrit : Premièrement, les études épidémiologiques montrent que l’usage du préservatif n’enraye pas l’épidémie, au contraire.
Mensonge ! La moindre des choses quand on cite des études, c'est de donner les sources.

http://scholar.google.be/scholar?q=effe ... i=scholart
Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile?

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par MB » jeu. 08 juil. 2010, 13:53

Bonjour

J'avais écrit un article sur la question, je me permets de le reproduire in extenso, si cela peut donner des arguments et répondre à quelques interrogations.


"Première fois que j'écris un article ici, motivée par un événement comique à force d'être réactivé, à chaque fois, de manière automatique : le coup du Pape avec la capote. C'est que, comme le dit le Tonton, les journalistes et les agences de presse commencent à me les briser menues. Quelques simples observations :

- Le Pape ne passe pas son temps à parler de sexe. Eh oui, scoop ! Faites le compte de l'ensemble des ses interventions publiques, vous verrez que celles où il est question de cela ("capote" - "prêtres pédophiles" - "a-t-on le droit de sodomiser sa troisième maîtresse transsexuelle devant son fils adopté par son meilleur ami qui est un prêtre homo", etc.) ne doivent pas constituer, allez, plus de 5 pour cent du tout. Les agences de presse ne retiennent que ces 5 pour cent ; c'est plus facile à lire que des modifications de droit canon, des admonestations à des épiscopats nationaux, des textes philosophiques ou techniques, etc ; ça fait vendre ; les journaux adorent. Pourquoi ne retient-on de l'Eglise que ce qui touche à cette question ? Ce n'est pas le Vatican qui est plein d'obsédés sexuels, ici.

- Le préservatif n'a jamais été le centre des discussions morales du Vatican sur le sexe. Au fait, je crois qu'il n'a jamais été "interdit", il n'en est pas question. Très honnêtement, je ne connais pas de texte officiel qui en ait fait son coeur argumentatif. Le coeur de l'affaire justement, ici, c'est : "que faire pour endiguer l'épidémie de sida en Afrique" ? La réponse est simple : "modifier les comportements". En l'occurrence, une bonne part de l'épidémie est causée par le comportement de maris volages qui ramènent le sida à la maison après avoir fricoté ailleurs.
Quel est le meilleur comportement ? Aller voir ailleurs en mettant la capote (quitte à ce qu'elle craque de temps en temps, ou que, oh ! comme par hasard, on l'oublie, c'est tellement meilleur), ou rester fidèle à son conjoint ? Pas besoin d'être catholique pour trouver la bonne réponse ; je rappelle que la fidélité est une valeur républicaine, sanctionnée par la promesse que se font les époux devant le maire. Ce que je trouve extraordinaire, c'est que bien de ceux qui poussent des cris d'orfraie en écoutant le pape parler de cela, deviendraient fous en apprenant l'adultère de leur conjoint. Faudrait savoir !

- Les journaux présentent l'affaire comme si le préservatif avait une valeur fétiche. Comme si quelque chose de magique s'y attachait. Lu, quelque part, je ne sais plus où : "donc en gros, si je vais voir une prostituée, j'ai pas le droit de mettre la capote". Ben non, Ducon ! Ne va pas voir la prostituée !
Certes, à un niveau, disons, paroissial, le bon sens expliquerait que, tant qu'à faire, c'est "moins mal" d'enfiler le précieux latex dans ce cas, que de ne pas le faire ; mais cette question est évidemment secondaire : ce qui compte, en l'occurrence, c'est de ne pas courir les péripatéticiennes... c'est tellement difficile à comprendre, hein ! Heureusement qu'il y en a qui ont étudié le thomisme.

- Contrairement à ce que disent les médias, il n'est pas question d'interdire. D'abord parce que l'Eglise n'en a plus les moyens ni la volonté. Ensuite parce que la vie chrétienne ne consiste pas en l'observance d'une liste de courses à faire dans un supermarché spirituel (un peu à la façon de la confession du mort égyptien dans l'Antiquité :" Puissants dieux, prenez-moi dans votre paradis : je suis quelqu'un de très gentil, la preuve : je n'ai pas fait ceci, je n'ai pas fait cela", etc.). Les bouffeurs de curés se représentent la vie chrétienne comme un règlement à respecter ; on se demande s'il n'est pas heureux qu'ils ne soient pas chrétiens eux-mêmes : ils seraient vraiment trop mauvais.
Eh bien, la vie chrétienne, ce n'est pas cela. On aurait du mal à la résumer en quelques lignes, mais pour faire simple, je dirais : être chrétien, c'est tout faire pour s'oublier soi-même au profit de Dieu (et, en passant, au profit d'autrui). C'est se dévêtir de toutes ses couches d'égoïsme, sous quelque forme que ce soit.
Il se trouve que le domaine de la vie amoureuse est un lieu fréquent d'égoïsme : même l'amour terrestre le plus pur en comporte toujours quelques taches, heureusement lavables à coups de compréhension et de pardon mutuels. Comment faire en sorte que, à partir de l'amour terrestre, on parvienne à se rapprocher de Dieu qui est, lui, amour pur : voilà la vraie question.

Les enseignements de l'Eglise cherchent à répondre à cette question. On peut, dès lors, en contester la validité ; on peut aussi bien en accepter une partie du contenu, s'interroger sur l'autre, débattre, ne pas être d'accord aussi. On peut discuter les raisonnements qui sont à la base de tout cela, des prémisses théologiques et philosophiques. Dans tous les cas, avant d'en parler, il faut connaître et comprendre - c'est-à-dire, en général, ne pas faire comme les journalistes (mot synonyme d'analphabète professionnel).

Je conclus. On parle souvent de "problème de communication" entre l'Eglise et le monde : l'expression est à la fois mal vue et bien vue.
- Mal vue : comme si c'était juste une question de forme (sous-entendu : "ils ont toujours pas trouvé le moyen de faire passer la pilule", si je puis dire).
- Bien vue : il y a effectivement incompatibilité de fond entre, d'une part, langage ecclésial, entre raisonnement théologique (mais aussi philosophique, historique, sociologique, etc. bref, raisonnement complexe tout court) et d'autre part langage de la société médiatique post-moderne. Les ponts sont impossibles à réaliser. C'est donc bien plus facile de crier au loup réac que d'essayer de réfléchir un peu".

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions.

Message non lu par jeanbaptiste » jeu. 08 juil. 2010, 15:09

Merci MB.

Sur ce point :
Les bouffeurs de curés se représentent la vie chrétienne comme un règlement à respecter ; on se demande s'il n'est pas heureux qu'ils ne soient pas chrétiens eux-mêmes : ils seraient vraiment trop mauvais.
Je lisais dans le dernier télérama l'entretien d'un poète pro-créolisation, anti-"capitalisme libéral" et pourtant moralement libéral.

Selon lui le monde moderne c'est un monde où les hommes sont libres, se font chacun leur vision du bien et du mal etc. Il n'a pas compris que du libéralisme moral découlait nécessairement le libéralisme économique (auquel il reproche à raison de ne pas avoir sur organiser le monde économique) : s'il n'y a de notions de bien et de mal qu'individuelles alors il ne peut y avoir de règle en économique. Le marché est donc libre, le système économique est donc libéral.

Mais venons-en au sujet. À la fin de l'entretien il explique qu'au jour d'aujourd'hui chacun est libre de vivre comme il l'entend, et il donne un exemple : on peut être catholique et utiliser le préservatif contre l'avis du pape.

Le mec n'a RIEN compris.

1) croire que la "catholicité" se réduit à se demander si l'on va ou non utiliser un préservatif c'est en soi significatif.

2) il n'a pas compris qu'il ne s'agissait pas de l'avis du pape. Le pape est serviteur, s'il a une personnalité, son action consiste à conserver et transmettre ce que nous a donné Dieu. Voilà l'essentiel. Le pape n'est pas un roi qui décide des moeurs de la société catholique en fonction de ses idées personnelles.

Bref, le monde moderne ne comprend pas l'Église car il ne l'écoute pas. Il ne se préoccupe que de ce que nous avons entre les jambes et les moyens techniques de l'utiliser comme bon nous semble. La méchante Église refuse le tout sexuel, il faut donc lui taper dessus et exiger qu'elle change d'opinion sur le sujet.

Voilà l'essentiel.

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions

Message non lu par ti'hamo » ven. 09 juil. 2010, 0:12

"Nous sommes donc d'accord ce n'est pas le préservatif qui aggrave la situation c'est un manque d'éducation."
Mais le souci c'est que le préservatif EST un manque d'éducation.

Son utilisation, l'encouragement à son utilisation, dénotent bien un manque d'éducation sur le plan moral et notamment sur le plan de l'amour et de la relation conjugale. Et s'il peut arriver que son utilisation puisse être non pas encouragée mais tolérée, c'est toujours, justement, en tant que béquille à un manque d'éducation... tout en étant production et à la fois justification de ce même manque d'éducation (d'où cercle vicieux).


(c'est un peu le même type de cercle qu'on retrouve sur la question des personnes handicapées :
on dira qu'il est justifié d'éliminer un enfant handicapé avant qu'il naisse, parce que c'est lui éviter de vivre dans un monde qui le jugera, le moquera et le rejettera... sauf que c'est justement là entraîner, perpétuer, encourager et aggraver un état d'esprit qui amène à juger, moquer et rejeter les personnes handicapées... donc à justifier leur élimination avant la naissance.

de même, pour le préservatif : on dira qu'il est nécessaire parce que tout le monde ne peut pas être chaste, ou même parce qu'on moque et rejette la chasteté,
sauf que par là on encourage à ne pas être chaste, on entraîne, encourage et justifie l'état de fait que par ailleurs on déplore pour justifier l'utilisation du préservatif.)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions

Message non lu par ti'hamo » ven. 09 juil. 2010, 0:17

Ajoutons que tous ces scribouillards confondent tout et n'ont pas compris grand chose à la réflexion morale :
. le pape, interrogé sur la question morale du préservatif, donne en toute logique une réponse de spéculation morale, c'est-à-dire une réflexion sur les principes d'actions qui doivent présider à toute politique de prévention contre ces maladies.
Mais il ne va pas dire, et ne peut pas dire, ce qu'il faut faire précisément dans telle situation précise.

. chacun ensuite prend des décisions morales, en son âme et conscience, en se référant directement à ce principe moral,
et en tenant compte des circonstances précises dans lesquelles il se trouve.
Ce qui peut l'amener à dire à une personne ayant décidé de ne pas être chaste "au moins, utilise des préservatifs" et cela sans être en contradiction avec le pape. (si du moins ce propos s'accompagne d'encouragements et d'exhortations à la vraie chasteté).


Or, la plupart aiment à s'imaginer que le rôle du pape est de donner une liste de "choses à faire" et "choses à ne pas faire" qu'il s'agirait ensuite de suivre scrupuleusement sans se poser de questions... :zut:
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
roll
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 13 août 2009, 18:09
Contact :

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions

Message non lu par roll » ven. 09 juil. 2010, 17:09

ti'hamo a écrit :Mais le souci c'est que le préservatif EST un manque d'éducation.

Son utilisation, l'encouragement à son utilisation, dénotent bien un manque d'éducation sur le plan moral et notamment sur le plan de l'amour et de la relation conjugale. Et s'il peut arriver que son utilisation puisse être non pas encouragée mais tolérée, c'est toujours, justement, en tant que béquille à un manque d'éducation... tout en étant production et à la fois justification de ce même manque d'éducation (d'où cercle vicieux).
Vous considérer donc le port du préservatif comme un mal objectif tout en faisant abstraction des conditions d'utilisation (au sens d'un couple ou non, mariés ou non ...). Dans ce cas, le port du préservatif constitue forcément un manque d'éducation. Mais personnellement, je trouve cette assertion bien trop forte se reposant sur une hypothèse que tout le monde ne partage pas (moi y compris) à savoir le mal intrinsèque de la contraception. Je n'ai d'ailleurs jamais trouvé d'argument fort en ce sens, beaucoup parlent de morale naturelle mais à supposer que cette notion ait un sens objectif, les défenseurs de cette thèse disent en gros qu'ils savent mieux que les autres ce que dit cette morale. Mouais :/
Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile?

Avatar de l’utilisateur
roll
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 13 août 2009, 18:09
Contact :

Re: Préservatifs & discours du Pape, quelques questions

Message non lu par roll » ven. 09 juil. 2010, 18:41

Être catholique n'empêche pas de se poser des questions. Il est légitime de se demander quelles sont les raisons de cette interdiction au lieu de simplement dire que si c'est écrit dans telle encyclique c'est forcément vrai.

Le concile de Trente dit bien que tout enfant mort né avant de pouvoir être baptisé ne peut pas entrer au Paradis, j'imagine que plus personne ne croit cela - même si on considère que l'on doit simplement interpréter différemment le concile il reste que les choses ne sont pas aussi simple que l'on pourrait le penser !
Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités