La charte de la laïcité dans les écoles

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » mer. 06 nov. 2013, 15:54

Altior,
Premierement, il faut noter que les états chretiens, comme la France pendant l'Ancien Régime par exemple, n'étaient pas des théocraties. Une théocratie est un gouvernement dans lequel l'Eglise ne délègue pas son pouvoir temporel. L'Europe n'a pas connu des théocraties, sauf la république de Genève pendant la réforme de Calvin. Un essai de théocratie a eu lieu a Florence aussi, pendant Savonarola. Nous parlons des cas exceptionnels, des cas qui ne sont pas catholiques.
Vous avez bien raison. C'est vrai que le pape aura toujours eu des opposants en face de lui et en la personne des rois ou des princes, des dépositaires de l'autorité civile.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » mer. 06 nov. 2013, 16:54

Jeremy43,
Mais croire que l'état (français entre autre chose) est neutre, n'est ce pas là le fond du problème ? qu'est ce qu'il y a de neutre dans le fait de violer de plus en plus profondément toutes les lois naturelles ?
Il n'y a pas d'erreur à signaler que le gouvernement est neutre sur le plan religieux. Car dire qu'il est neutre ainsi mais ce n'est pas croire parallèlement, de façon illusoire, qu'il serait neutre par rapport aux textes de la Bible, et ce, dans chacune de ses décisions administratives ou grandes orientations sociales.

Il est neutre dans le sens où il ne s'engage pas à faire la promotion active d'une grande religion révélée à l'encontre des autres.

LaurentVan
Censor
Censor
Messages : 199
Inscription : jeu. 09 mai 2013, 5:04
Conviction : Ecclesia Catholica Romana

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par LaurentVan » jeu. 07 nov. 2013, 11:36

LaurentVan,
« Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez aux hommes l’accès au royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes et vous ne laissez pas entrer ceux qui le voudraient ». (Matthieu 23 :13)
:?:

Je ne comprend pas quel est l'objet de cette intervention en lien avec ce fil.[/quote]

A quoi cela sert il d'épiloguer sur le model sociétal des franc maçons? La laïcité est un outil pour tenir les Hommes a distance du Christ et a reléguer son église a une sous religion du judaïsme voir une secte.


Le catholicisme est entre le marteau et l'enclume.

Au loin, venu des terres du nouveau monde, on voit poindre à l'horizon le noa(c)hisme et a l'orient se dresse une église multi-confessionnelle a Astana (Satana).

On observe que les églises du Christ se vident, les Hommes ne se repentent plus, le bien devient le mal et le mal devient le bien (inversion des valeurs). De l'autre combien sont les hommes qui recherche Dieu et se convertissent à des religions exotiques dans l'espoir que celles ci leur apportera la paix de l'esprit?

Il y a urgence les gars!

Vous devriez discuter de la manière de revenir à une religion dominante dans le cœur des hommes plutôt que de discuter sur sa soumission au gouvernement.

Voici , je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudent comme les serpents , et simples comme les colombes. ( Mat 10 :16)
« Nous ne sommes pas des êtres humains ayant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels ayant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Suliko » dim. 10 nov. 2013, 20:05

Il est neutre dans le sens où il ne s'engage pas à faire la promotion active d'une grande religion révélée à l'encontre des autres.
Mais justement, cela ne sera jamais de la neutralité! Lorsqu'un continent était chrétien et qu'ensuite, il décide de devenir neutre, c'est simplement qu'il y a eu un profond mouvement antichrétien, car on ne met pas à la marge de la société la religion qui a façonné notre civilisation sans que cela ne signifie pas plus qu'une volonté de neutralité. Vous aurez beau dire, cette neutralité sera, en raison des circonstances historiques, toujours plus hostile au christianisme qu'aux religions "exotiques"...

Bien à vous!
Assez longtemps la foule a entendu parler de ce qu'on appelle les droits de l'homme ; qu'elle entende parler quelquefois des droits de Dieu ! (Léon XIII)

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4437
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Kerniou » lun. 11 nov. 2013, 11:34

A Suliko,
A propos de mon intervention de la semaine dernière concernant le fait que l'Eglise a longtemps célébré le mariage après la naissance du premier enfant, il s'agissait davantage d'une coutume populaire que d'une décision religieuse, en effet.
Avec mes excuses pour cette erreur d'interprétation de ma part.

Ce que vous dîtes à propos de la neutralité me paraît juste. Après le rejet spirituel du christianisme, nous en arrivons, maintenant, au rejet culturel de la tradition et de ses valeurs.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » mer. 13 nov. 2013, 18:01

Je m'adresse à Suliko.

Les biais politiques pour s'opposer nettement à dix mille religions différentes sont le fait des théocraties ou d'un régime confessionnel à mon sens.

C'est quand vous prétendrez détenir officiellement la Vérité sur le plan religieux que vous pourrez être réellement intolérant par la suite (politiquement, on s'entend) envers les erreurs métaphysiques, les hérésies et autres diableries. L'absence d'égalité devant la loi pour le déviant «métaphysique» : c'est en Iran que vous trouverez ça, en Arabie, au Pakistan, non pas dans la France contemporaine, au Canada ou aux États-Unis.

La Babel des monstrueux capitalistes, matérialistes et idôlatres de l'argent se contrefiche des religions, des disputes théologiques, des excommunications. La neutralité (indifférence du pouvoir politique ici à l'égard de la Vérité religieuse) se trouve dans ce système libéral et qui ne fait pas non plus de la religion un motif de discrimination. Vous serez neutre ou indifférente la journée par exemple où il ne vous dérangerait guère d'épouser un musulman, un athée, un protestant ou autre.

Après

Je vous ai dit que le gouvernement français (peu importe; cubain, suédois, hollandais, québécois) pouvait bien promouvoir une politique ou une autre qui contreviendrait aux idées de la Bible. La chose ne prouve pas en soi que ce même gouvernement serait spécialement hostile aux catholiques comme ça prouve pour commencer qu'il est indifférent en matière religieuse. Or le gouvernement indifférent contrevient tout en même temps aux idées de la Thora, du Talmud, du Coran et etc ...

Qu'un gouvernement républicain d'aujourd'hui soit pour vous un gouvernement d'impies (encourageant le vice par conséquent et donc dépouvu de neutralité en ce sens) ne change strictement rien au fait de ce que je dis. Le gouvernement pose un regard neutre sur la qualité religieuse des gens, en ce qu'il ne tient pas le christianisme comme supérieur au judaïsme ou l'inverse. Quand un gouvernement ne considère pas la religion des gens comme un critère pour être ministre (ou ne pas l'être), alors on dit qu'il est neutre sur le plan religieux.

Merci.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » mer. 13 nov. 2013, 18:47

LaurentVan,
Vous devriez discuter de la manière de revenir à une religion dominante dans le cœur des hommes plutôt que de discuter sur sa soumission au gouvernement.
La soumission au gouvernement civil est une recommandation apostolique, vous savez. Maintenant, pensez-vous que vous pourriez avoir le contrôle sur ce que les gens aimeraient croire dans leur fors intérieur ?

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Christophe » jeu. 14 nov. 2013, 7:36

La laïcité en France, c'est l'organisation de colloques franc-maçons au sein même de l'Assemblée Nationale :
:arrow: http://www.egaliteetreconciliation.fr/C ... 21279.html

On savait que la FM était la religion officieuse de la République Française. Mais maintenant, plus personne ne s'en cache…
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Peccator » jeu. 14 nov. 2013, 16:19

Il y a aussi officiellement des cathos à l'Assemblée Nationale, à travers le Service pastoral d'études politiques (SPEP).
http://spep.typepad.fr/spep/pr%C3%A9sen ... -spep.html

La différence majeure, c'est que le SPEP reçoit les parlementaires dans les locaux de Ste Clotilde, au lieu d'organiser des colloques dans les locaux mêmes du palais Bourbon. Une différence qui dit tout : l'Eglise respecte la loi de 1905.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » sam. 16 nov. 2013, 7:21

Vu :


La libérale Houda-Pépin fustige la position de son parti

«La députée libérale Fatima Houda-Pépin refuse de se taire plus longtemps. Elle est en rupture ave la position de son parti sur la laïcité de l'État et a décidé de se vider le coeur, dans un texte transmis en exclusivité à La Presse canadienne, jeudi.

Se disant «sidérée, blessée et choquée» par les déclarations récentes de son collègue Marc Tanguay sur le tchador, elle a fait parvenir une lettre dans laquelle est se demande s'il faut conclure que son parti a pris pour modèle de l'égalité hommes-femmes des pays comme l'Arabie saoudite et l'Iran.

Mme Houda-Pépin, musulmane d'origine marocaine et depuis longtemps préoccupée par la montée de l'intégrisme, gardait le silence depuis des mois sur la charte des valeurs et refusait toutes les demandes d'entrevues portant sur la position du Parti libéral du Québec (PLQ), qui s'oppose à toute interdiction de porter des signes religieux, quels qu'ils soient, si le visage est découvert.

Dans son texte, véritable coup de gueule, la députée de La Pinière depuis 1994 y affirme que le Parti libéral doit au contraire accepter de limiter les droits, même fondamentaux, «quand l'intérêt public l'exige», dans ce cas-ci au nom de l'égalité entre les hommes et les femmes. Elle donne une perspective historique à sa démarche. Car il y a des précédents, fait valoir la députée, rappelant que le premier ministre Robert Bourrassa avait légiféré en faveur des droits collectifs en matière d'affichage commercial, à la fin des années 1980, n'hésitant pas à invoquer la clause dérogatoire pour soustraire le Québec aux chartes des droits, québécoise et canadienne. [...] «... oui, en démocratie, il est permis d'interdire, quand l'intérêt public l'exige. L'égalité hommes-femmes est un droit fondamental qui demeure fragile à l'ère des intégrismes qui caractérise notre siècle. Il faut le protéger et le défendre et non le mettre en péril», écrit-elle dans brûlot, qui tient un un peu plus d'une page et s"intitule : «Je suis libérale et fédéraliste et je suis contre le tchador à l'Assemblée nationale.»

Le tchador à l'Assemblée nationale


C'est le contenu d'un article de La Presse canadienne diffusé mardi qui a soulevé la colère de la députée, et elle a décidée d'y réagir par écrit. En entrevue, le député libéral porte-parole en matière de laïcité, Marc Tanguay, affirmait que la position du Parti libéral sur les signes religieux signifiait qu'une femme portant le tchador serait la bienvenue parmi les candidates du Parti libéral aux prochaines élections. Il ajoutait que, par respect absolu des libertés fondamentales, il se sentirait parfaitement à l'aise de siéger aux côtés d'une députée recouverte d'un tchador.

«C'est la goutte qui a fait déborder le vase», écrit Mme Houda-Pépin, en précisant que jamais cette question du tchador n'avait été soulevée en caucus.

«Est-ce que c'est ça le modèle de l'égalité hommes-femmes que le Parti libéral du Québec veut mainteant présenter à la face du Québec ? Est-ce que les Québécoises ont fait tout ce chemin pour en arriver à prendre pour modèle de l'égalité celui de l'Arabie saoudite ou de l'Iran, des ayatollahs ?», s'interroge la députée, qui dit s'exprimer en son nom personnel.

La position actuelle de M. Couillard constitue donc, à ses yeux, une rupture avec l'histoire du Parti libéral, au chapitre de l'avancement des femmes et de la neutralité religieuse de l'État.

«Suis-je encore dans le Parti libéral dont les élites politiques et intellectuelles se sont relayées pendant un siècle, pour mener un combat courageux pour la séparation de l'Église et de l'État au Québec ? Suis-je encore au Parti d'Adélard Godbout qui a accordé aux Québécoises le droit de vote et d'éligibilité des femmes, un droit gagné de haute lutte par les suffragettes et les militantes libérales ? Suis-je encore au même Parti qui a institué l'école obligatoire forçant les parents de toutes les régions du Québec à scolariser leurs enfants, garçons et filles ?», ajoute la députée.

Puis elle enfonce le clou : «Suis-je encore au Parti libéral du Québec de la Révolution tranquille qui a fait élire la première femme députée à l'Assemblée législative, Marie-Claire Kirkland, qui a mis fin à la tutelle des femmes, en faisant adopter la loi sur la capacité juridique de la femme mariée ? Quand on connaît la signification du tchador et de sa variante afghane, le tchadri, comment peut-on justifier l'acceptation d'un tel symbole dans ce haut lieu de notre démocratie qu'est l'Assemblée nationale ?», poursuit-elle.

Celle qui se bat depuis des années au sein du Parti libéral pour qu'il s'oppose plus vigoureusement à l'intégrisme religieux ne peut donc concevoir que le PLQ envisage d'ouvrir ses portes à des candidates pudiquement cachées sous un grand voile noir, symbole de misogynie et d'oppression. «Je refuse toute dérive vers le relativisme culturel sous couvert de religion, pour légitimer un symbole, comme le tchador, qui est l'expression même de l'oppression des femmes, en plus d'être la signature de l'intégrisme radical», écrit-elle.

Ancienne vice-présidente de l'Assemblée nationale, seule députée de confession musulmane, Mme Houda-Pépin prépare un projet de loi pour lutter contre l'intégrisme.»

- Jocelyne Richer, Le Devoir, vendredi le 15 novembre, cahier A, p.1

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » sam. 16 nov. 2013, 8:08

Suliko,
Vous aurez beau dire, cette neutralité sera, en raison des circonstances historiques, toujours plus hostile au christianisme qu'aux religions "exotiques"...
Faux.


Le système parlementaire occidental s'est plutôt bien accommodé du christianisme, la plupart du temps, au contraire de ce que vous raconter. C'était bien le cas en Angleterre, au Canada comme aux États-Unis. Je ne sache pas que les Belges aurait dû être témoins de chrétiens ou de catholiques, mais alors martyrisés tout spécialement par leur propre gouvernement, à raison de leur conviction chrétienne, et ce, au cours des 150 dernières années. Soyons sérieux.

Non, il n'aura jamais fait meilleur être musulman en France plutôt que catholique ou protestant. Il faudrait cesser de déconner un peu. Je vous fiche mon billet qu'il valait encore mieux - et largement ! - être catholique dans l'Algérie de 1950 au lieu que d'y être musulman.

D'autre part, vous ne savez rien de l'avenir non plus. Comment l'islam sera-t-il considéré en Occident dans quelques années ? Ce pourrait être aussi bien l'inverse de ce que vous croiriez et les islamistes pourraient aussi bien subir la loi du balancier, le retour du bâton. Vous n'en savez rien, moi non plus. Personne n'a une boule de cristal.

Ce que l'on peut savoir par contre, c'est comment des politiciens indifférents en matière religieuse pour commencer, ignorants, opportunistes ou veulent, et alors pour le bien de l'avancement de leur carrière sur la scène publique, peuvent alors comme extrêment facilement souhaiter aussi se conformer à l'humeur ambiante, qui est un mélange d'affairisme et d'a-plat-ventrisme devant les désidératas des investisseurs étrangers (arabes entre autres) et comment l'argent peut passer facilement avant les principes. Alors il est juste vexant de voir comment les fameux principes laïques peuvent être ponctuellement bradés, du moment que les uns pourraient trouver un avantage personnel à pouvoir le faire, pour parler ici des politiciens en exercice (genre Sarko, Couillard et autres). C'st un peu comme le problème de la corruption, et je ne le dis pas au sens bassement pécunier du terme.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Suliko » sam. 16 nov. 2013, 12:01

Bonjour cinci,
Je ne sache pas que les Belges aurait dû être témoins de chrétiens ou de catholiques, mais alors martyrisés tout spécialement par leur propre gouvernement, à raison de leur conviction chrétienne, et ce, au cours des 150 dernières années. Soyons sérieux.
Sauf que je n'ai jamais parlé de persécution et de martyre, mais d'hostilité! Et je ne parle pas spécialement des 150 dernières années, mais des dernières décennies. Si vous ne saisissez pas que l'hostilité peut se manifester autrement que par la violence, c'est un autre problème: moi je vous parle d'hostilité larvée envers la culture catholique européenne, envers une partie de notre héritage.
Et soit dit en passant, je ne pense pas que l'on puisse accuser tout le temps l'état et la société de nous être hostiles, car d'après moi, la plus grande responsabilité incombe à l'Eglise de ces dernières décennies, qui a bien mal défendu la religion...
D'autre part, vous ne savez rien de l'avenir non plus.
Où ai-je parlé de l'avenir?
Alors il est juste vexant de voir comment les fameux principes laïques peuvent être ponctuellement bradés
Oui, mais ce n'est pas de cela dont je parle, mais de la manière dont les principles laïcs servirent d'arme en faveur du sécularisme et comment cette arme était avant tout dirigée contre l'Eglise. En résumé, je ne vous parle pas de l'abandon partiel de ces valeurs laïques pour des raisons bassement utilitaristes, mais de la nocivité potentielle de ces valeurs en soi. C'est à cela que j'aimerais que vous répondiez: les valeurs laïques modernes ont-elles été une chance pour l'Eglise?

Suliko
Assez longtemps la foule a entendu parler de ce qu'on appelle les droits de l'homme ; qu'elle entende parler quelquefois des droits de Dieu ! (Léon XIII)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » sam. 16 nov. 2013, 16:32

En complément :


L'islam, pas touche !

Ainsi donc, on ne peut pas faire le procès de l'islam. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est François Legault. Et à quel titre serait-il donc interdit de faire le procès d'une religion ? On ne le saura pas ! Cela fait trois siècles qu'on fait le procès de la chrétienté sous toutes les coutures, mais l'islam, pas touche ! Avez-vous entendu le silence assourdissant qui a entouré les propos de Jean Allaire ? Le pauvre a eu le malheur de dire que l'islam était une religion violente. Est-ce à cela que pensait l'ancien humoriste Marc Laurendeau cette semaine en affirmant qu'aujourd'hui, Les Cyniques n'auraient pas le droit de rire des autres religions comme ils le firent de nos bons vieux curés dans les années 1960 ?

Et pourtant, Jean Allaire n'a rien dit de nouveau. Que l'islam entretient un rapport équivoque avec la violence, c'est ce qu'on dit longtemps avant lui des penseurs d'horizons aussi divers que l'anthropologue René Girard, le théologien protestant Jacques Ellul, et plus récemment, le philosophe athée Michel Onfray. «Il y a une légitimité de la violence dans l'islam, principalement dans l'affrontement avec les infidèles», affirmait en entrevue René Girard. Et il ajoutait que cela «pose ici un défi dont on ne voit pas très bien comment l'Occident peut y répondre».

Il y a quelques années, j'ai eu la chance d'interviewer Abdelwahab Mebdeb. D'origine tunisienne, ce fin connaisseur de la culture arabo-musulmane anime l'émission hebdomadaire Culture d'islam sur France Culture. Il fut l'un des rares intellectuels à ne pas s'indigner lors de la tempête médiatique provoquée par le discours de Benoit XVI prononcé à Ratisbonne en 2006. Peu avant son voyage en Turquie, le pape avait cité un ancien empereur de Byzance, Manuel II Paléologue, qui critiquait l'islam pour son utilisation de la violence.

Mebdeb savait de quoi le pape voulait parler. Comme Jean Allaire, il estime que «la violence a été déposée dans le berceau de l'islam à sa naissance». Il n'en conclut pas pour autant que, globalement, l'islam a été plus violent que la chrétienté - cela reste à voir, dit-il. Mais, pour lui, le rapport des musulmans à la violence est radicalement différent de celui des chrétiens.

«Les chrétiens ont mis 1000 ans pour créer la guerre sainte, confiait-il. Ce n'est qu'au XIe siècle qu'apparaissent les croisades et la notion de guerre sainte, qui trahit la lettre évangélique et s'inspire probablement de l'idée de djihad. Les intégristes musulmans, eux, peuvent trouver la légitimation de leur action dans la lettre du Coran. Mohammed n'a pourtant rien inventé de nouveau. Il est dans la continuité directe du Deutéronome où la guerre de l'Éternel annonce mot pour mot la charte du djihad. Quand un chrétien veut épurer le contentieux des croisades et de l'Inquisition, il doit revenir à la lettre du Nouveau Testament. Il faut espérer que les musulmans, eux, trahissent justement la lettre du Coran.»

Nier ce rapport ambigu à la violence, l'islam et son texte fondateur, c'est se fermer les yeux sur les défis auxquels cette religion est aujourd'hui confrontée. Et cela alors même que la modernité pousse des millions de nouveaux fidèles à accéder pour la première fois directement au texte, par le livre ou sur Internet. Nier ce problème, c'est laisser libre cours aux intégristes qui font du Coran un texte intouchable «dicté par Dieu» et auquel l'homme n'aurait plus qu'à obéir. Ce que ne furent jamais les Évangiles, écrits par des hommes sujets à l'erreur et capables d'interprétation.

Le relativisme de l'époque enseigne que toutes les religions se valent. Ou, ce qui revient au même, qu'elles sont que superstitions. Concernant la violence, rien n'est plus faux. Le théologien Jacques Ellul a illustré cette différence en montrant comment le Coran avait intégré le personnage de Jésus, mais en supprimant étrangement sa crucifixion. Un prophète musulman ne pouvait être à ce point un «looser» et mourir ainsi sans combattre simplement par amour pour les hommes. C'était tout simplement inconcevable !

En 2004, lors du débat sur le projet de loi français interdisant aux élèves de porter des signes religieux à l'école, Abdelwahab Medbed s'était offusqué de voir défiler des intégristes dans les rues de Paris. Les mêmes qui ont récemment défilé à Montréal. Voici ce qu'écrivait alors cet amoureux de la culture arabo-musulmane :

«Telle est la contradiction flagrante entre ceux qui se réclament d'abord d'une loi divine et le pays qui les accueille, dont l'identité est bâtie sur un droit fabriqué par la raison humaine. Un vieil immigré marocain, bon et pieux musulman, me dit combien il est outré par cette manifestation agressive qui, selon lui, déshonore le pacte de l'hospitalité, lequel répartit les devoirs entre deux pôles : celui qui accueille doit ouvrir ses portes sans condition, sans savoir qui vous êtes; et celui qui vient et entre doit respecter le code et la loi instaurée par celui qui reçoit.» Comme quoi la sagesse est aussi musulmane.

Christian Rioux à Paris, Le Devoir, vendredi le 15 novembre 2013, cahier A, p.3

LaurentVan
Censor
Censor
Messages : 199
Inscription : jeu. 09 mai 2013, 5:04
Conviction : Ecclesia Catholica Romana

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par LaurentVan » mar. 19 nov. 2013, 10:05

Cinci a écrit :La soumission au gouvernement civil est une recommandation apostolique, vous savez. Maintenant, pensez-vous que vous pourriez avoir le contrôle sur ce que les gens aimeraient croire dans leur fors intérieur ?
La belle affaire! Recommandation n'est pas loi. Le rôle d'un catholique c'est de transmettre les paroles du Christ.

Le verbe "contrôler" c'est pour les machines!

Dieu nous a donné le libre arbitre. Ainsi vous avez la liberté de suivre votre chemin avec Dieu ou loin de lui mais vous ne le ferez pas sans savoir la vérité et Dieu est la Vérité.
Une fois qu'ils la connaitront, ils choisiront le chemin qu'ils souhaitent prendre en connaissance de cause.

Le message des catholiques est de toute évidence fortement freiner par la Laïcité. A contrario les défenseurs de la laïcité eux ont toutes les libertés de délivrer leurs messages Franc maçonniques en commençant par les plus vulnérables d'entre nous.

Exemple d’actualité :

«Nous voulons refonder l'école de la République. Et nous voulons refonder la République par l'école!» En cette soirée du 16 novembre, debout derrière le pupitre de l'orateur, dans le grand temple Groussier du Grand Orient de France (GO), au siège parisien de l'obédience, rue Cadet (Paris IXe), Vincent Peillon, le ministre de l'Éducation nationale, sait que l'assistance, composée essentiellement de francs-maçons, lui est acquise.

Source :Figaro http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... macons.php

Les Hommes qui pensent que la Laicite est la neutralité religieuse se trompent allégrement !
« Nous ne sommes pas des êtres humains ayant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels ayant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La charte de la laïcité dans les écoles

Message non lu par Cinci » ven. 22 nov. 2013, 3:08

Suliko,
... les valeurs laïques modernes ont-elles été une chance pour l'Eglise?
La pensée critique, la liberté d'agir, la société de droit sont toujours des chances pour l'Église. Il serait difficile de voir comme une malchance pour l'Église la victoire des alliés en 1945, une malchance tous les beaux programmes internationiaux d'entraides de l'ONU avec ses grands objectifs que n'auraient pas renié des bataillons entiers de jésuites. Les frontières sont poreuses entre les valeurs de l'Église et les valeurs laïques modernes. La défense des minorités religieuses n'en constituerait qu'un exemple.

Où ai-je parlé de l'avenir?
Ici :
Vous aurez beau dire, cette neutralité sera, en raison des circonstances historiques, toujours plus hostile au christianisme
C'est vous qui me proposerez le tableau suivant : une hostilité quelconque (sournoise, plus ou moins déclaré, etc.) devrait être «plus grande entre le système républicain français et le catholicisme» qu'entre cette république et n'importe quelle religion pour commencer, puis ensuite me ferez la projection qu'il devrait toujours en être ainsi (cf ''sera'' = futur).

Premièrement, je ne serais même pas d'accord avec ce poncif de départ des traditionnalistes, ce poncif selon lequel les politiciens de la république seraient par principe «plus hostile au christianisme» qu'à tout autre système de pensée philosophico-religieux.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités