Est-ce la foi ou autre chose ?

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Dedale
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : ven. 04 janv. 2019, 1:27
Conviction : Catholique

Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Dedale » ven. 04 janv. 2019, 2:01

Bonjour, j'ai une question un peu particulière, quoi que peut-être que c'est un sujet récurent, je ne sais pas, vous me le direz.

J'ai 38 ans, je suis au chômage pour des raisons de santé depuis pas mal de temps. Mon background spirituel est des arrières grands parents assez religieux (surtout mes grands-mères, ce qu'elles tiennent de leur propre mères), un père et un frère farouchement anti-religieux (quasiment jusqu'à la haine du religieux) et une mère timidement mais résolument pieuse.

J'ai été baptisé, j'ai fait catéchisme, communion, etc. Mais je n'ai jamais rien ressenti de particulier pour la religion. J'ai gardé des valeurs morales très fortes, calquée sur celles de mes parents et mes grands-parent: travail, respect, générosité, tolérance, etc. J'ai fait miennes ces valeurs sans jamais les rattacher à une quelconque foi. Ma philosophie c'était que la religion n'avait aucune importance, ce qui comptait, c'était les valeurs et la façon de laquelle celles-ci dictent votre comportement.

Comme j'avais beaucoup de temps, j'ai postulé à un poste bénévole dans une abbaye. Je voulais connaître ce milieu, découvrir des gens très différents de moi et essayer de comprendre certaines choses et peut-être finalement en apprendre sur moi. Je trouvais beaucoup de sens à aider des gens désintéressés et permettre de faire vivre un lieu culturellement et socialement important. Le père Abbé m'a fait part de sa curiosité concernant ma volonté de me mettre au service du lieu et des ses occupants compte tenu d'une foi limitée mais je pense qu'il a senti que quelque chose en moi m'avait guidé et que je n'étais pas là uniquement parce que mes jambes m'y avaient conduit.

Je savais que ce lieu, ce cadre, ces gens allaient immanquablement susciter des questionnements, de l'intérêt, de la curiosité. Et j'étais prêt à m'ouvrir à toutes ces choses.

Un dimanche matin, alors que je n'y avais plus mis les pied depuis au moins 25 ans, j'ai décidé d'assister à la messe. Je voulais revivre ce moment dont mes derniers souvenirs datait de l'époque où j'y allais enfant avec mes grands-parents. Même si les lectures m'ont laissé un peu indifférent, j'ai trouvé le moment agréable, le calme, la paix, le chant, voir des gens pacifiques qui venaient passer un moment de communion hors des tracas quotidiens. J'ai essayé de faire le vide dans ma tête mais j'ai eu un peu de mal à me concentrer sur ce qui se passait. Je n'ai pas partagé de prière, essentiellement parce que j'en connais presque aucune. Je ne me suis pas vraiment senti à ma place mais cela ne m'a pas empêché d'y retourner quelques semaines plus tard, toujours pour les mêmes raisons, pour comprendre ce qui m'avait fait venir en premier lieu et rééditer une expérience un peu troublante.

De tout cela ma question, simple: est-ce le début de la foi ? Ou est-ce juste une fascination légitime devant une monde que je connais mal et auquel je serais plus sensible que je ne le croyais.

Dans tous les cas, cette expérience est extrêmement enrichissante et j'ai eu envie plus d'une fois de confier cela à un frère, mais je suis d'un caractère réservé.

Merci à celles et ceux qui me répondront.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1425
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par prodigal » ven. 04 janv. 2019, 11:46

Cher Dedale,
je ne suis évidemment pas capable de vous répondre, mais je peux dire néanmoins ceci.
Il me semble que vous ressentez un appel, et qu'il est inévitable que cet appel se présente à vous sous la forme d'une question.
La réponse vous appartient, quand bien même vous seriez actuellement incapable de la donner.
Ce que je vous dis là n'est d'ailleurs que ce que je me dis à moi-même. :)
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4148
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Kerniou » ven. 04 janv. 2019, 11:49

Bonjour Dédale et bienvenue parmi nous !
Votre démarche va prendre le sens que vous y donnerez et va dépendre de ce sens ... Soit une démarche de découverte de quelque chose qui vous rappelle des souvenirs, soit une démarche de recherche personnelle, une démarche de (re)découverte de Dieu ... Quelque soit votre chemin, je vous souhaite bonne route ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9094
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Cinci » ven. 04 janv. 2019, 17:25

Dedale écrit :

De tout cela ma question, simple: est-ce le début de la foi ? Ou est-ce juste une fascination légitime devant une monde [religieux ?] que je connais mal et auquel je serais plus sensible que je ne le croyais.
Bonjour,

Il est possible que, si vous pouvez prendre plaisir à vous trouver là où vous venez de le dire, et, à faire ce que vous faite : c'est parce que vous êtes "sensible" à quelque chose en effet. Mais quoi ?

Lisant votre interpellation, vous m'avez rappelé un texte que j'aurai conservé chez moi, et qui contenait, selon moi, certaines clés assez capitales pour l'entendement dans ce genre d'affaire. Le texte est en anglais malheureusement. Je ne sais pas si vous vous débrouillez assez bien dans cette langue. Faudrait aviser.

A tout hasard, je vous passe quand même la référence :

Benedict Groeschel, Spiritual Passages. The Psychology of Spiritual Developpment, New-York, 1988, 210 p.

Il est probable que le livre aura pu être traduit en français depuis.


Dans l'introduction, en anglais :
[+] Texte masqué
To respond to God in one way does not mean that we are responding to Him in all possible ways. The essential relationship of the Christians to the divine life in wich the individual knows God, the triune life, is a result of the revelation of Christ, the Incarnate Word. Before we come to that key relationship originating with the Godhead itself, however, we must consider human beings according to their subjective response to God.

A general look at great spiritual persons reveals the variety of ways in wich they have perceived God.
L'auteur fait judicieusement remarquer, d'abord, que commencer de répondre soi-même à Dieu d'une certaine manière ne veut pas dire qu'il nous faudrait répondre à Dieu, du coup, de toutes les manières possibles. Nous ne nous situons pas dans une sorte de "tout ou rien". Mais réagir positivement à la présence de Dieu, déjà, dans notre vie (que nous le sachions ou pas) implique que nous ayons un attrait subjectif au moins pour l'une des voies de la connaissance de Dieu.

Et il en donnera des exemples. Et, dans l'ensemble il nous les ramènera à quatre voies principales. C'est soit l'unité soit la vérité, la beauté ou la bonté.

L'exemple de sainte Catherine de Gênes (en anglais) :
[+] Texte masqué
God as One

God known as the One, the Supreme, and living Unity will attract a person whose life is an intellectual and emotional pursuit of integration. Usually such a person has always been aware of internals contradictory or opposing forces which threaten to tear the self apart. Theses forces threaten the very balance necessary for useful functionning as a human being , God will then be seen as bringing unity into experienced chaos.

St Catherines of Genoa, the great lay mystic of the fifteen century, is described by von Hügel as a person of such powerful and contradictory inclinations that she had but one choice : surrender to the call of God or fall apart. She used her tremenduous energy and talent to seek a spiritual life and at the same time to direct one of the largest charitable institution in the world. She was responsible for begining the effective reform of the Catholic Church. If you read her life, you come away with the impression of a continuous effort to focus all her personnality in pursuit of divine love.

Catherine could have led a life of combining Renaissance-type indulgence with pious respectability. She simply found this depressing and impossible. After several years of chronic neurotic depression, she resolved to turn all her attention to the love of God and of neighbour. So powerful was her unity of purpose that she managed to reconcile her total dedication to God with a strong affection for her husband, family and friends.
Sainte Catherine était une personne "déchirée" par des forces contraires qui la tiraillaient. Sa quête était animée par le désir de faire l'unité en elle-même. Et donc, pour son propre compte, elle avait fait cette découverte capitale : à viser moins que ce qu'elle recherchait véritablement au fond d'elle-même (la véritable unité de sa personne), elle n'y gagnait qu'une dépression chronique, une véritable névrose, le découragement. Elle ne pouvait pas se contenter de vivre à la superficie d'elle-même, pour présenter peut-être au dehors une certaine image de femme raisonnable, tout à fait correct, "bonne chrétienne" capable de donner ce qu'il faut pour les bonnes oeuvres alors qu'à l'Intérieur ce serait toujours le chaos.

La porte de sortie ("d'entrée dans la vraie vie") consistait à rechercher activement l'unité de sa personne, un Dieu qui puisse lui faire intégrer l'amour de son mari, sa famille, ses voisins avec l'amour d'elle-même. La voie d'approche vers Dieu c'est l'unité. La passion c'est l'unité.

Dedale
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : ven. 04 janv. 2019, 1:27
Conviction : Catholique

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Dedale » sam. 05 janv. 2019, 20:29

Merci pour vos réponses.

J'ai évidemment bien conscience que vous n'allez pas me donner la réponse, forcément complexe, à mes questions. Mais j'ai envie de voir si ce type de sensation, d'impression, rappelle quelque chose que vous avez connu dans votre vie et connu un cheminement vers quelque chose qui a du sens.

Détail dont je n'ai pas parlé: c'est tout à fait par hasard que je suis tombé sur le site internet de l'abbaye et découvert qu'ils y cherchaient des bénévoles. Mais tout de suite l'idée m'a séduit.

@Cinci: je dois avouer ne pas avoir parfaitement tout compris de votre message et de vos références. Suggérez-vous une "pseudo-foi" (sans connotation négative), qui serait plutôt du domaine psychologique, ou intermédiaire entre la foi et la raison ? Je comprends en tous cas, ce que vous entendez par la tension interne.

Avatar de l’utilisateur
Deus_es_caritas
Barbarus
Barbarus

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Deus_es_caritas » dim. 06 janv. 2019, 18:33

Dedale a écrit :
sam. 05 janv. 2019, 20:29
Mais j'ai envie de voir si ce type de sensation, d'impression, rappelle quelque chose que vous avez connu dans votre vie et connu un cheminement vers quelque chose qui a du sens.

Détail dont je n'ai pas parlé: c'est tout à fait par hasard que je suis tombé sur le site internet de l'abbaye et découvert qu'ils y cherchaient des bénévoles. Mais tout de suite l'idée m'a séduit.
Dieu vous a guidé c'est évident! Dieu est charité (voir le passage où Saint Pierre est envoyé chez Corneille) et Dieu n'oublie pas vos bonnes œuvres. Vous n'êtes pas tombé sur ce site pas hasard mais guidé par l'Esprit Saint, comme Saint Pierre qui déclare à Jésus qu'Il est le Fils de Dieu. Il n'y a pas de hasard là dedans, c'est Dieu au Tabernacle ressuscité Jésus Christ. Vous êtes un Saint par le baptême, un fils de Dieu. Vous avez une chance que vous ne mesurez pas encore croyez et vous vivrez.

Bonne continuation!

Dedale
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : ven. 04 janv. 2019, 1:27
Conviction : Catholique

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Dedale » jeu. 10 janv. 2019, 1:10

Merci pour ces réponses. Je vais essayer une prière mais j'ai peur que ça manque un peu "d'objet". Peut-être que ma religion serait plutôt d'influence orientale, centré sur la paix intérieure.

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 183
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par apatride » jeu. 10 janv. 2019, 5:23

Dedale a écrit :
jeu. 10 janv. 2019, 1:10
Merci pour ces réponses. Je vais essayer une prière mais j'ai peur que ça manque un peu "d'objet". Peut-être que ma religion serait plutôt d'influence orientale, centré sur la paix intérieure.
Bonjour Dedale,

Pour ma part j'ai étudié et pratiqué de façon assez assidue les doctrines et techniques méditatives hindouistes et bouddhistes avant de me tourner vers le catholicisme.

Je vous épargnerai le sonnet sur mon histoire personnelle, comment j'ai compris que le christianisme était vrai, etc. Néanmoins si vous avez des questions précises sur le sujet, sur ce qui m'a amené de l'un à l'autre, ou que sais-je... n'hésitez pas !

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9094
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Cinci » jeu. 10 janv. 2019, 17:07

Bonjour,
Dedale écrit :

@Cinci: je dois avouer ne pas avoir parfaitement tout compris de votre message et de vos références. Suggérez-vous une "pseudo-foi" (sans connotation négative), qui serait plutôt du domaine psychologique, ou intermédiaire entre la foi et la raison ? Je comprends en tous cas, ce que vous entendez par la tension interne.
Je ne dirais pas une "pseudo-foi" même sans connotation négative. Non, je penserais plutôt au fait d'être embarqué soi-même sur le chemin de la foi. On peut s'y trouver "dedans" bien qu'en possédant encore formellement une foi informe, connaissant mal ou très peu les enseignements de l'Église.

On peut se croire très loin alors que l'on serait déjà séduit par le Christ de quelque manière.

Je voulais dire qu'à leur insu souvent des personnes auront déjà le coeur tourné vers Dieu, comme si une prière muette les habitaient en permanence. Le texte que j'amenais devait servir à illustrer le fait que cette passerelle empruntait l'attirance que chacun éprouverait tantôt soit pour l'intégrité (se retrouver soi, trouver la paix à l'Intérieur, la cohérence, le sens, l'unité ...) soit la vérité; ou encore la beauté, la bonté.


Vous disiez :
Je ne me suis pas vraiment senti à ma place [durant le service religieux] mais cela ne m'a pas empêché d'y retourner quelques semaines plus tard, toujours pour les mêmes raisons, pour comprendre ce qui m'avait fait venir en premier lieu et rééditer une expérience un peu troublante.

De tout cela ma question, simple: est-ce le début de la foi ? Ou est-ce juste une fascination légitime devant une monde que je connais mal et auquel je serais plus sensible que je ne le croyais.
Votre description anecdotique de ce que vous ressentiez, d'une manière un peu confuse, m'aura fait songé que "quelque chose" devait bien vous travailler en-deça. Je penserais alors que l'assistance à l'office religieux pour vous devait bien permettre de vous connecter à l'un de ces pôles séduisants dont je parle cf. unité, vérité, beauté, bonté. Vous souhaiteriez y retourner parce que vous êtes certainement attiré par l'une (au moins une) de ces voies. Et en creusant un peu il serait possible que vous en auriez déjà une idée.


_______
ps : C'est dommage que le texte original en anglais ne soit plus affiché. Car les "spoilers" n'ont jamais fonctionné sur cette plateforme.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9094
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Cinci » jeu. 10 janv. 2019, 18:12

Autre illustration (en anglais) :
[+] Texte masqué
God as Good

They are the seekers of God as the Good [...] Those who seek Him as the Good are at once the most beloved and affectionate of human beings. They appear to have very little of the defensiveness wich marks the inner struggle of most men ans women. Consequently, they are usually cheerful, compassionate and gregarious. But they suffer much in a wouded world. They are often manipulated, deceived an even betrayed. Others enjoy taking advantage of them, almost in spite of themselves. The sins of the good are unplanned and often the result of manipulation, weakness or naïveté. Those drawn to the Good usually encounter disaster if thet deviate from the unwordly pursuit of God as the Good. On the other hand, if they remain faithful to the pursuit of the Good, they become spontaneously involved in a life of generous service.

St Francis was such a person. Bonaventure describes him as generous, cheerful, an compassionate even as a youth. [...] But Francis's life was a story of betrayal, manipulation and sorrow. He had more of the simplicity of the dove than the wisdom of the serpent. The election of his worst ennemy as general of his order during his lifetime is a sad commentary on how a fallen race may treat such people. But somehow, like Francis, the seekers of the Good look through their tears and find the Good God everywhere. At the same time they experience a constant penitential sense that they have not served Him as well as they might have.

A danger for such seekers of the Good is a kind of stunned disillusionment. Or they may comfortably settle for less than the Absolute and hide from all that is ugly and damaged.

With good reason did st Francis keep his eyes on the horror of the Crucifixion. It taugh him that goodness in this world will be rejected and vilified; therefore, one must glory only in the Cross.


p. 9
Il y a les chercheurs de Dieu qui le cherchent en tant qu'ils recherchent la Bonté ou qu'ils sont épris de bonté. Mais ceux-là apparaissent aussi comme étant sans défense comparativement à bien d'autres. Ce sont eux qui vont souffrir le plus dans notre monde blessé. Les gens les manipulent, les déçoivent et les trahissent. Beaucoup seront porté à abuser d'eux et quasiment malgré eux. Les péchés des bons ne sont pas prémédités et sont plus souvent le fait de la faiblesse ou d'une naïveté. Mais les débonnaires vont courir au-devant du désastre s'ils s'écartent de leur chemin de Bonté. A l'inverse, restant fidèle à leur charisme propre ou à leur recherche du Bon, ils deviendront spontanément impliqués dans une vie généreuse de service.

Saint François d'Assise était doté d'une telle personnalité. Bonaventure le décrivait comme généreux, aimable et sensible aux besoins des autres même lorsque étant jeune. Sauf que la vie de François fut une histoire de trahison, de manipulation de la part des autres et de déception. Il tenait plus de la simplicité de la colombe que de la sagesse du serpent. De son vivant, l'élection de son pire ennemi à la tête de l'ordre religieux qu'il avait fondé demeure un triste commentaire sur la façon dont une race déchue peut traiter des personnes comme lui. Mais, d'une manière ou d'une autre, à l'instar de François, les débonnaires considèrent le monde à travers leurs larmes et parviennent à trouver Dieu partout. En même temps, ils éprouvent un sens du péché très vif et des sentiments pénitentiels au sujet d'eux-mêmes et à l'effet qu'ils n'auront toujours pas servis Dieu comme ils auraient pu le faire.

Le grand danger ...

Le danger principal des débonnaires serait une sorte de désillusionnement ("A quoi bon ?"). Déçus : ils pourraient finir par se résoudre à rechercher bien moins que l'Absolu, et chercher plutôt à se soustraire eux-mêmes à la vue de tout ce qui serait laid, blessé pu endommagé. Ils pourraient pratiquer une sorte de fuite du monde.

Non pas sans raison, saint François aura toujours gardé son regard fixé sur la crucifixion de son Maître. Il y apprenait comment dans ce monde la bonté sera toujours rejeté, piétiné et salie, et, qu'ainsi, s'il fallait se glorifier de quelque chose il faudrait que ce le soit de la Croix.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9094
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Est-ce la foi ou autre chose ?

Message non lu par Cinci » jeu. 10 janv. 2019, 18:30

Bref, il y a des personnes qui répondront plus facilement ou plus rapidement à la notion de Vérité; d'autres à la notion de l'Unité ou à la Bonté, à la Beauté. On peut se demander ce qui nous ferait davantage "vibrer" à l'Intérieur. Pour saint Augustin, il y a apparence que c'était la Beauté.

:)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités