Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Fredmt
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : jeu. 21 mai 2020, 19:37
Conviction : Tradi modéré

Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Fredmt » jeu. 04 juin 2020, 18:53

Mon premier post sur ce forum !
Ma femme et moi traversons une épreuve depuis plusieurs années et l’avenir de notre alliance est incertain.
Catholiques pratiquants, avec enfants et petits-enfants, nous « co-loquons » sous le même toit depuis qu’elle a unilatéralement choisi de faire chambre à part il y a au moins 4 ans déjà. Nous avons suivi une session du CLER, un parcours alpha et l’année dernière plusieurs séances avec des psychologues, mais sans trop de résultats. Pour précision, aucun adultère ni violence conjugale n’est à déplorer à ce jour… de part et d’autre !
La situation semble s’enliser et nos échanges ne sont presque plus que « alimentaires ».
En consultant ce forum j’ai trouvé un lien intéressant vers une video d’un certain Arnaud Dumouche qui traite des difficultés du couple. Il met notamment en perspective celles du couple catholique avec celles des personnes consacrées, donc unies au Christ, à la lumière des enseignements de sainte Thérèse d’Avila.
Notre situation semble bien correspondre à ce que sainte Thérèse appelle la nuit de l’esprit, après avoir certainement mal traversé la nuit des sens…et ma femme ne voulant plus croire à notre alliance ne souhaite plus faire d’effort dans cette direction. Elle me l’a dit ouvertement avec des mots comme « c’est fini », « plus jamais » et affirme l’assumer sans crainte. Depuis que nos derniers enfants sont passés dans la catégorie de jeunes adultes, elle a choisi de se réaliser seule dans une nouvelle vie qui l’épanouie et lui occupe l’esprit et le corps et qui est toute tournée vers le caritatif, de surcroit au sein de l’église catholique. Face à ma non-résignation, et pour nous permettre de « nous en sortir au mieux », elle me propose indifféremment, soit le divorce, avec ou sans tentative d’annulation ou le statu quo avec liberté totale de vie.
Le divorce pourrait être suivi d’une demande en nullité de notre mariage, mais ma femme n’a nullement l’envie d’une autre union humaine…et moi, après 30 ans de mariage et une famille abondante, je ne suis pas encore converti à l’idée de considérer ce parcours entaché de nullité, donc j’écarte pour l’instant cette sortie qui de toutes façons et à mes yeux ne me semble en l’espèce pas loyale vis-à-vis de Dieu. Et puis, j’aime ma femme, ce que nous avons réalisé ensemble, avec certes des difficultés, et je rêve du jour où je pourrai à nouveau sortir avec elle en paix.
La seule issue que j’envisage et qui me semble dorénavant claire dans mon esprit… c’est de rester tant que je peux et de m’opposer au divorce car une éventuelle ré-union après, même si pas impossible sur le papier sera grandement plus improbable. Et je crois toujours à notre re-union, que je préfèrerais voir se concrétiser sur terre avant celle du Ciel, à Dieu ne plaise.
J’ai proposé, de prier ensemble, de lire puis de partager autour de quelques ouvrages/videos sur le couple, mais tout est refusé en bloc. Avant le covid, la règle, qui souffrait de nombreuses exceptions voulait que nous assistions encore à la messe dominicale ensemble, formant un binôme plus que surréaliste. Par exemple au moment du « signe de paix » je suis ouvertement évincé comme inexistant alors que la voisine/le voisin d’en face est chaleureusement congratulé avec un grand sourire. Depuis le covid, chacun assiste dans son coin à « sa » messe sur son ordinateur et ma proposition de la suivre ensemble a été rejetée.
Pourquoi en parler ici ? D’abord pour chercher du réconfort car j’ai l’impression de me consumer sur pieds dans cette ambiance domestique de rejet permanent. Je peux comprendre son désarroi, qui est aussi le mien et le nôtre, et suis prêt à ce que nous avancions par petits, voire très petits pas, mais il m’est inaudible, dès lors que l’on professe avoir la foi catholique et que l’on va librement recevoir le corps du Christ en communion avec l’Eglise, d’entendre dire « stop, c’est fini pour moi, je ne crois ni ne veux plus croire dans notre alliance, j’ai fait mon devoir et maintenant je pense à moi » !
Ensuite je cherche toute idée pour nous aider à nous sortir de cette épreuve. Bien que humainement séparés, j’ai la faiblesse de croire que nous sommes encore unis par la même foi. Même si ma femme rejette délibérément un des sept sacrements, elle reste paradoxalement attachée au reste de la foi, ce qui me semble être notre ultime chance.
Enfin je crois à la force de la prière et je sollicite les vôtres pour nous éclairer.
Merci par avance.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1790
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Altior » ven. 05 juin 2020, 0:36

Bienvenue, cher frère en Christ!

Je suis attristé pas le tableau que vous avez peint. Je préfère largement entendre des querelles en couple que de l'indifférence. Même la haine est mieux que cette indifférence glacée, car la haine est un sentiment, tandis que l'indifférence est une absence de sentiment. La haine est bouillante, l'indifférence est de glace. Et le pire dans tout ça, paradoxalement, c'est qu'elle ne vous reproche rien. Car un reproche vous offrirait la possibilité de vous accrocher à quelque chose; un reproche peut être une base de départ d'un dialogue. Ou bien, peut-être, il y a quelque chose qui la fait ruminer en elle-même, quelque chose qu'elle ne vous a pas dit? Car un truc m'échappe dans votre récit : vous dites avoir fait ensemble session CLER, parcours Alpha et thérapie de couple. Bon, ça n'a pas marché, j'ai compris. Pourtant, le fait qu'elle a accepté de faire ça montre qu'elle était disposée à un essai. Pourquoi ne l'est-elle plus? Qu'est-ce qui est intervenu ?

Face à cette impasse, j'aurais quelque suggestions:
1° Basez-vous sur la seule chose qui vous unit encore : la foi. Parlez au sujet de l'amour chrétien, qui est plus qu'un sentiment et en même temps autre chose qu'un sentiment. Parlez au sujet du mariage. Ses buts, ses piliers. Il arrive même aux catholique pratiquants d'oublier les éléments les plus basiques de la catéchèse de confirmation.
2° Surprenez-la par un cadeau. Un billet de voyage à deux. Un pèlerinage peut-être ? Une croisière serait trop chère ? Alors un voyage en autocar ou en train ? L'idée est de sortir et de la faire sortir. De l'ambiance toujours pareille, des jours toujours pareils, des idées qu'elle se fait et qui reviennent sans jamais s'en aller.
3° Visitez des amis communs. Invitez-les chez vous et trouvez des prétextes pour être invités. Je parle de ces amis-là où vous alliez ensemble en amoureux. Refaites les chemins d'alors et renouez des liens négligés maintenant mais qui évoquent tout un passé.
4. Invitez-la à une Messe. Une Messe offerte par vous-même à l'intention de la cohésion dans votre famille. C'est une invitation qu'une épouse catholique ne peut pas refuser, même si elle a refusé de prier ensemble.
5° N'oubliez pas les petits gestes d'amour. Ce sont les choses qui le nourrissent et à défaut desquels il s'étiole. Ces fleurs qu'elle aimait et que seul vous connaissez. Ces billets accrochés contre l'armoire ou mis dans le roman en cours de lecture, peut-être? Cette façon de faire le café qu'elle adorait ? Et tant d'autres choses qui vous aideront à vous retrouver.

Bon courage et persévérance !

Fredmt
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : jeu. 21 mai 2020, 19:37
Conviction : Tradi modéré

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Fredmt » sam. 06 juin 2020, 14:04

Merci pour ce retour.,
Effectivement, l'indifférence s'est installée suite à de nombreuses déceptions que nous n'avons pas réussies à surmonter. Comme le chantait Pierre Dudan, et à la suite d'un grand nombre de divorcés ma femme pourrait dire "comme un oiseau du nid, tu m'es tombé du coeur". En ce qui me concerne, j'ai découvert les paroles d'une merveilleuse chanson du groupe Scorpion "Still loving you", et qui semblent très bien me correspondre :
https://www.youtube.com/watch?v=N3Kzu2dejPM
Pour autant, je ne peux me résigner à baisser les bras. Comme la communication orale est difficile, j'ai dernièrement formalisé certaines propositions par email et voici un extrait de notre dernier échange, avec entre (parenthèses) les réponses de ma femme.

(debut)…C'est pourquoi, j'ai le plaisir de partager avec toi le fait que je me suis inscrit à une neuvaine du 14 au 22 mai 2020 pour demander l'intercession de Sainte Rita, patronne des familles et couples en difficultés.
Je serais heureux que tu fasses aussi la démarche de t'inscrire afin que nos prières ardentes (je te dis de nouveau non car je ne prie pas pour cela du tout et en cela ce serait un mensonge total) et conjointes montent au Ciel pour implorer la grâce et le courage de faire perdurer notre alliance, dangereusement malmenée.
(Tu as malmené notre alliance depuis le début, tu ne veux pas en mesurer les conséquences. Je réitère que je t'ai proposé plusieurs alternatives: séparation, démarche en vue d'une nullité de mariage, divorce, ou vivre comme deux colocataires sous le même toit. Tu t'obstines dans un chemin sur lequel je ne suis pas du tout. Je l'ai été durant des années en participant à de multiples thérapies de couples. J'en ai fini avec ça. Ma prière n'est pas sereine ni détendue lorsqu'elle est avec toi, c'est un moment de calme avec Dieu que j'apprécie pas un devoir à accomplir avec quelqu'un dont le regard est tellement pesant qu'il enlève tout naturel à la prière.)
Chaque jour nous recevrons un email avec prière et intention. Je te propose que pour chacun de ces 9 jours, nous nous retrouvions ensemble quelques minutes pour prier d'une même voix. Si ce premier pas t'est insurmontable en ma présence, au moins pourrais-tu t'associer à cette neuvaine, "parallèlement", ce qui serait déjà un petit-pas qui me toucherait. (Non je fais d'autres prières pour d'autres causes qui me touchent)
Ton mari qui t'aime certainement maladroitement. (fin)

Si je n'avais pas la foi et ne croyais pas à un au-delà, j'en tirerais humainement les conséquences en abandonnant.
Mais c'est dans cette épreuve que m'apparait toute la profondeur du sacrement de mariage que j'aime dorénavant appeler notre alliance, donnant au passage une autre dimension à l'anneau d'or que nous persistons à porter (ma femme ne porte plus sa bague de fiançailles, mais garde son alliance !?). Le "pour le meilleur et pour le pire, en santé et en maladie" prend un éclairage surnaturel, mais parfois donne aussi le vertige et je déplore que notre foi ne nous aide pas/plus à nous réunir.
Au mieux j'ai l'impression que nous sommes devenus de pieux pharisiens, des sépulcres blanchis, respectant grosso modo la lettre de ce sacrement, mais en l'ayant vidé de sa substance, de son esprit...
Alors comme cité plus haut "Je peux comprendre son désarroi, qui est aussi le mien et le nôtre, et suis prêt à ce que nous avancions par petits, voire très petits pas, mais il m’est inaudible, dès lors que l’on professe avoir la foi catholique et que l’on va librement recevoir le corps du Christ en communion avec l’Eglise, d’entendre dire « stop, c’est fini pour moi, je ne crois ni ne veux plus croire dans notre alliance, j’ai fait mon devoir et maintenant je pense à moi » ! "

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par la Samaritaine » dim. 07 juin 2020, 10:10

Bonjour cher Fred !

Que c'est dur pour vous de vivre dans ce rejet quotidien et incessant. Vous devez être doté d'un certain "blindage émotionnel" pour supporter sur la longueur de vivre avec ce constant retour sur vous même négatif.

Je partage les question d'Altior et vous y avez répondu. Vous vous êtes déçus mutuellement et n'êtes pas parvenus à vous expliquer et sans doute, à vous pardonner en profondeur, au fil du temps.
Ce que je perçois dans ses propos à elle, c'est que la relation entre vous est devenue "épidermique". Pour elle, le point de non-retour est atteint, elle est en état d'overdose. Elle estime avoir fait tous les efforts pour sauver votre couple (participation au Cler, ect..) et maintenant, elle veut juste qu'on lui foute la paix. Elle me donne l'impression d'avoir beaucoup pris sur elle, d'avoir beaucoup donné, d'avoir beaucoup fait d'efforts, juste à ce point d'overdose. Tout appel de votre part à une participation religieuse ou non ne peut que buter sur ce point épidermique et tout appel au devoir (religieux ou non) ne peut que lui être répulsif.
Je comprends très bien ce qu'elle ressent, je l'ai éprouvé (dans des relations moins engagées avec beaucoup moins de conséquences, et aussi parfois dans des relations amicales).

Dans vos propos, on sent que vous l'aimez encore, que vous tenez à elle et que vous accordez une grande place également au devoir, ici au devoir de maintenir votre alliance chrétienne. Ne vous étonnez pas qu'elle n'accorde plus aucune importance à ce devoir là, l'overdose qui est avant tout émotionnelle, emporte tout sur son passage. Tout appel au devoir évoque aussi le jugement de l'autre sur soi : "tu n'es pas quelqu'un de bien car tu ne fais pas ton devoir " : ça ne risque pas d'améliorer les choses, elle en a soupé du devoir.

Savez vous ce qu'elle entend par "Tu as malmené notre Alliance depuis le début et tu ne veux pas en mesurer les conséquences" ? Elle donne l'impression d'avoir dit quelque chose, quelque chose auquel elle tenait et qui n'a jamais été perçu, jamais entendu. Elle donne l'impression de s'être heurtée à un mur. Est elle plutôt émotive et sensible et ne seriez vous pas plus cérébral, attaché au rationnel et au devoir, combinaison qui peut mener à des déceptions profondes si on ne s'entend pas sur un mode de communication efficient ?
Et vous même, en quoi vous a telle blessé pendant toutes ces années ? Qu'avez vous ressenti et vous lui avez vous expliqué votre ressenti?

Que faire ? Faire autrement. Quand on a un souci, qu'on est face à quelque chose qui ne marche pas, on a tous tendance à faire plus de la même chose, qui ne marche pas ! Il faut faire différemment. Elle a besoin d'air, vous voyez que vos propositions passent pour de l'insistance étouffante et non pas de l'amour. Pourquoi ne pas vous même aller respirer ailleurs ? Voir vos amis seul, vous consacrer à des activités qui vous font plaisir, aller vers de personnes qui vous apportent chaleur et bienveillance plutôt qu'aller vous heurter sans cesse vers ce mur de rejet qui vous "consume sur pied" ?
Pourquoi ne pas vous faire accompagner (psy ou prêtre je ne sais pas) pour déposer ce fardeau et vous occuper un peu de vous. Votre attention sur elle, qu'elle perçoit comme un poids, pourquoi ne pas la remettre sur vous, sur votre relation à vous même, à la vie, à Dieu ? Sur ce qui vous fait plaisir, ce qui compte pour vous ? Pourquoi ne pas partir en voyage ou en pèlerinage comme vous le pensiez mais avec votre meilleur pote ? Il est urgent d'inventer du nouveau, d'inventer des "outres neuves"....

Vous pouvez compter sur nos prières cher Fred !

Dans la lumière du Christ,

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
Galilée1
Barbarus
Barbarus

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Galilée1 » dim. 07 juin 2020, 17:56

Je ne sais pas si vous connaissez Paul Dewandre avec son spectacle les hommes viennent de Mars et les femmes de Venus...

Il explique très bien pourquoi une femme décide de fermer toute discussion, et pourquoi les hommes cherchent toujours une solution concrète à un problème donné, au lieu d'accueillir le ressenti de leur femme. On fonctionne différemment, il faudrait comprendre comment elle fonctionne, ça rétablirait un dialogue.

Dans mes problèmes de couple j'ai enchaîné des neuvaines à Notre Dame qui défait les nœuds. Ça a mit des mois mais le résultat a été miraculeux, on venait vraiment de loin et on parlait divorce, on était régulièrement en crise et ça nous épuisait. Elle est représentée en train de dénouer les nœuds d'un ruban blanc et elle est invoquée pour les mariages.

On avait regardé Paul Dewandre ensemble, et ça aide pas mal à comprendre pourquoi on a tendance à tourner en rond dans certains conflits de couple. À répéter les mêmes blocages. Au point d'avoir envie de laisser tomber.

Fredmt
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : jeu. 21 mai 2020, 19:37
Conviction : Tradi modéré

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Fredmt » mar. 09 juin 2020, 18:51

Bonjour et un grand merci pour vos retours, ce qui est toujours réconfortant par les temps qui courent.

@Galilée1. J’ai commencé hier une neuvaine à Notre Dame qui défait les nœuds, que je ne connaissais pas. Merci pour ce partage.

@La Samaritaine. Je suis en accord avec les éléments explicatifs développés et qui nous montrent que nous restons des fils d’Adam et des filles d’Eve. Pour autant, le Christ est venu depuis et nous avons, grâce à lui, le chemin du salut qui nous est tracé…certes pas toujours avec une belle ligne droite, mais la ligne existe toujours pour qui sait/veut/peut la suivre.
Ce qui me gène dans ma situation, ce n’est pas tant que notre relation soit devenue très difficile, situation bien humaine que d’autres couples ont vécu, mais c’est que porté par la foi catholique, il soit possible de dire « stop/pouce ! », comme pour ceux qui ne croient ni à dieu ni à diable.
Et il s’agit moins de respecter un « contrat/devoir » que de se montrer loyal envers l’engagement libre pris devant Jesus-Christ, et fondateur de notre alliance, dont on savait (car tout le monde le sait, avec ou sans religion) qu’elle traverserait des turbulences.
Mais ici, il y a démission…avec cette bonne conscience pharisienne que tant que l’on ne se remet pas en couple avec une autre personne…on est sauf ?! Alors, après un ras-le-bol tout humain, on pourrait décider de faire vivre séparément son conjoint et faire (presque) ce que l’on veut et garder ainsi la tête haute ! Si dans cette situation « la lettre » du sacrement de mariage est bon an mal an respectée, pour ce qui est de « l’esprit » c’est tout le contraire. Il est possible de tromper les hommes mais pas Dieu.

J’ai découvert cette video d’un prêtre qui re-affirme la valeur mariage et son indissolubilité avec la grâce de Dieu (voir le passage à la minute 2:29), comme il le dit si bien, c’est une question de foi.
https://www.youtube.com/watch?v=ElmiI9izEdY&t=155s

Le Christ est mort pour nous sur la Croix et nous…on dirait stop en refusant toute nouvelle aide pour surmonter une épreuve !?
Je peux le comprendre pour les non-croyants qui ne croient pas au bonheur éternel et à une vie après la mort et pour qui plaisir et bonheur sont quasi synonymes. Mais comment peut-on penser être encore en communion avec l’Eglise quand on jette l’éponge, unilatéralement et sans autre conseil que son libre arbitre, sur une question aussi importante que l’un des 7 sept sacrements de l’Eglise ? L’Eglise, ses enseignements et sa doctrine, ce n’est pas comme au libre service où on achète ce que l'on veut.

Ensuite je prends très au sérieux la/ma parole que je lui ai donnée il y a plus de 30 ans de l’aimer, pour le meilleur et pour le pire, en santé et en maladie. De plus, les époux ont aussi une part de responsabilité quant au salut de leur conjoint. Le salut de ma voisine…je m’en sens pas trop concerné, mais le mien et celui de ma femme…sont liés, un peu comme quand on joue à marcher côte à côte avec le pied de l’un attaché par une écharpe à un pied de l’autre.

Et là…quand je vois donc ma femme complètement fermée sur la continuité de notre alliance mais pour autant ouverte aux autres sacrements et aux oeuvres caritatives extérieures…je bug !
Et je ne sais plus comment faire pour qu’elle prenne conscience de cette contradiction, (qui à mon sens pourrait être la seule sortie pour ensuite envisager à nouveau de cheminer ensemble) d’autant que je sais cependant que je ne suis pas/plus la bonne personne pour lui en parler.
Mais alors, en dehors des démarches spirituelles et personnelles telle ma neuvaine à Notre Dame qui défait les nœuds, qui sur terre pourrait nous/l' aider ?

Toto2
Censor
Censor
Messages : 187
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 20:58
Conviction : Tradi

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Toto2 » mer. 10 juin 2020, 13:53

Bonjour,

Ayant été sollicité par quelqu'un en privé pour donner mon avis sur la situation telle que décrite dans ce fil, je tiens à préciser que je n'ai plus le droit d'envoyer des MP, et partant que je ne peux répondre à aucun. Par ailleurs, mes messages sur ce forum sont soumis à modération préalable donc cela ne facilite pas la discussion. [En termes clairs, il s'agit d'une pénitence que La Cité inflige à tout contrevenant au Règlement.]
Si la personne souhaite néanmoins que je donne mon avis, elle peut me contacter par courriel et je pourrai lui répondre librement.

Toutes mes excuses [Supprimé ]

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11106
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Quand l'alliance est réduite à un seul anneau

Message non lu par Fée Violine » mer. 10 juin 2020, 20:42

Cher Fredmt,

tout votre dernier message me semble une critique de l'attitude de votre épouse. Pas étonnant que ça la bloque !
Par exemple :
Et je ne sais plus comment faire pour qu’elle prenne conscience de cette contradiction, (qui à mon sens pourrait être la seule sortie pour ensuite envisager à nouveau de cheminer ensemble)
Il est impossible de changer les autres. Nous pouvons seulement nous changer nous-mêmes...
Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire. Mais la neuvaine à Marie vous donnera peut-être une piste à suivre.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités