Les richesses du Vatican

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Le budget du Vatican

Message non lu par jean_droit » lun. 22 juil. 2013, 9:05

Voici un article élogieux sur les finances du Vatican.

"Mini buget mais maxi efficacité"

Cela change de bien des allusions négatives, très négatives sur "l'argent de l'Eglise".

Malheureusement une partie des données est trop ancienne.

De Atlantico :

http://www.atlantico.fr/decryptage/vati ... 5lYXuA6.99
Vatican, mini budget mais maxi efficacité

La réalité des chiffres des finances du Saint-Siège Quel est vraiment l'état des finances du Vatican ?

Le point avec un extrait de "Finance catholique" (1/2). Bonnes feuilles

Certains auteurs ont décrit l’Église comme une institution sachant exploiter au maximum les ressources dont elle disposait : « maîtresse dans l’art d’économiser, elle sait prévoir l’avenir et constitue par là-même une organisation dont maints gouvernements devraient s’inspirer ».

Peu d’organismes accomplissent autant avec si peu de moyens, et cela est rendu possible grâce au dévouement et à l’efficience de ses membres.

L’Etat du Vatican a parfois pu être décrit comme une société commerciale dès l’époque médiévale. D’aucuns font aussi remonter les principaux concepts économiques capitalistes à des origines chrétiennes.

Pourtant, le manque de transparence financière, dénoncé depuis plusieurs décennies, et les différents scandales financiers, viennent atténuer quelque peu ces louanges. Même si le Saint-Siège a réagi par un ensemble de dispositions promulguées le 30 décembre 2010.

Quoiqu’il en soit du mode de gestion, l’Église est restée une institution de charité qui se procure de l’argent par charité et qui le dépense pour la charité.

Et pour accomplir cette mission, ni le trésor, ni l’habileté de l’administration financière du Vatican, ni ses revenus, ne suffisent à répondre aux innombrables demandes de secours.

......

En ce qui concerne les éléments de son bilan, l’Etat du Vatican possède, tout d’abord, des actifs immobilisés corporels, à commencer par le territoire du Vatican, dont l’étendue a largement évolué avec le temps, jusqu’à voir son existence même menacée en 1870 lors de la naissance de l’Etat italien.

Aujourd’hui, l’Etat de la cité du Vatican a une superficie de 44 ha et comptait au 31 décembre 2011, une population de 450 personnes. Le Vatican possède de nombreux tableaux, ce qui constitue un patrimoine culturel sans doute inestimable, mais en grande partie inaliénable. L’Etat du Vatican possède aussi des actifs immobilisés incorporels (p. ex. droits d’auteurs) et des immobilisations financières. S’agissant des titres de participations, c’est-à-dire des investissements qui visent à prendre part au développement d’une autre société, il est avéré que le Vatican possède des valeurs mobilières, en raison des surplus de trésorerie qui doivent être obligatoirement investis pour ne pas perdre de valeur.

......

Certains de ces placements ont été dénoncés comme étant de nature spéculative. Le Saint-Siège est réputé pour avoir également fait de nombreux placements dans le domaine immobilier. S’agissant de l’origine des fonds, le Vatican les tient des donations sous forme de denier de saint Pierre, dont l’usage remonte au VIIIe siècle, ou de legs.

Les diverses ressources dispensent le Saint-Siège de recourir à l’impôt, même indirect. S’agissant du denier de saint Pierre, il a rapporté, en 2005, la somme de 46 millions EUR (enregistrant une hausse de près de 15 %), tandis que les diocèses du monde contribuaient à hauteur de 20,7 millions EUR (dont un tiers venait des États-Unis44, le reste surtout d’Allemagne et d’Italie)45.

......

Sagissant des dettes, il est arrivé par le passé que le Vatican recourt à l’endettement. Par exemple, en juillet 1870, le Saint-Siège emprunta 200 000 USD à la Banque Rothschild pour faire face à ses échéances. En 1919, le pape Benoît XV chargea son représentant aux Etats-Unis de négocier un prêt d’environ un million de dollars. Selon des sources officielles, en 1928, 1,5 millions USD furent remis au cardinal Mundelein, archevêque de Chicago.

Les dépenses du Saint-Siège sont variées. Les activités de la curie ont coûté, en 2005, la somme de 36,9 millions d’euros. Autre poste important : les activités de communication, notamment Radio-Vatican (23,5 millions EUR de déficit) et le journal l’Osservatore romano (4,6 millions EUR).

Parmi les principales dépenses, on peut aussi citer les frais de canonisation, les frais de procédure devant les juridictions épiscopales (Rote, Signature), les écoles de Rome, les frais de bulles, les dépenses du consistoire public, les réceptions (ricevimenti) qui suivent l’imposition du galero, les largesses (mancie) obligées à divers personnages et employés du palais.

Il faut aussi compter l’entretien ou la construction d’un séminaire, l’aumône à une église dévastée ou à une mission indigente.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Finances du Vatican : l'option transparence, on y est

Message non lu par etienne lorant » mer. 09 oct. 2013, 19:04

Rome, 9 octobre 2013

Pour les finances du Vatican, l’option transparence lancée par Benoît XVI (motu proprio du 30 décembre 2010) et complétée par des mesures du pape François (motu proprio du 11 juillet 2013) prend aujourd’hui force de loi : la « loi XVIII » du 8 octobre 2013, approuvée par la Commission pontificale pour l’Etat de la Cité du Vatican.


Elle est présentée par un communiqué en italien de la Salle de presse du Saint-Siège, puis expliquée par Mgr Dominique Mamberti - en italien -, tandis que le P. Federico Lombardi s.j., a répondu à ce sujet aux questions de la presse, également en italien. La loi est entrée en vigueur le 8 octobre.

Consolidation des mesures déjà prises

La loi consolide les mesures prises depuis Benoît XVI dans cinq directions, indique la salle de presse: la prévention et la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme ; la vigilance et la réglementation des organismes qui ont une activité professionnelle de nature financière ; la collaboration et l’échange d’information de la part de l’Autorité d’Information financière au niveau interne et au niveau international ; des mesures contre les sujets qui menacent la paix et la sécurité internationale ; la déclaration de transfert d’argent en espèces, au-delà des frontières (à partir de 10.000 euro).

Les mots d’ordre sont « prévention » et « lutte » contre les activités illégales dans le domaine financier et monétaire, notamment contre le blanchiment et le financement du terrorisme, conformément aux critères internationaux et notamment aux recommandations du « Groupe d’Action Financière » et de l’Union Européenne.

Définition et compétences de l’Autorité d’Information financière

La loi clarifie et consolide la fonction, le pouvoir et les responsabilités de l’Autorité d’Information Financière (AIF, instituée par Benoît XVI).

Pour la salle de presse, c’est donc « une contribution à la stabilité et à l’intégrité du secteur au niveau global ». Ce que Mgr Mamberti exprime ainsi : « Ce parcours a atteint aujourd’hui un stade particulièrement avancé et permet par conséquent de regarder avec satisfaction l’engagement déployé, dont le but fondamental est de contribuer de façon effective à la croissance de la Communauté internationale, au sein de laquelle le Saint-Siège est appelé à jouer un rôle de guide et d’exemple. »

Autrement dit les mailles du filet juridique et législatif s’affinent pour ne rien laisser passer, ou, pour prendre des comparaisons informatique et médicale : le Vatican élabore des anti-virus (prévention) et des antibiotiques (lutte) pour ces dérives de la finance qui pourraient s’insinuer dans ses murs.

Et ces normes ne s’appliquent pas seulement à l’institut financier du Vatican (Institut pour les œuvres de religion, IOR), mais à toute l’Administration du patrimoine du Siège apostolique (APSA) et tous les dicastères ou organes du Vatican.

Un travail fait rapidement et à 90 %

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège fait remarquer que ce nouveau pas met en adéquation la législation de l’Etat de la Cité du Vatican et celle du Saint-Siège. L’étape précédente de ce processus avait été constituée par le motu proprio du 8 août 2013, instituant un Comité de sécurité financière.

Mais il y a un premier point de ce motu proprio qui parlait aussi des fonctions de l’AIF : un « vide » est maintenant comblé dans la révision du système législatif et une définition plus détaillée, décrit les fonctions des différents organismes.

Après le décret d’août, la commission approuve maintenant la loi « de façon définitive et complète », fait-il observer.

Sur le site de l’Etat de la Cité du Vatican, le texte de la loi a été publié en italien ce 9 octobre de façon « complète » : il est « très long et très ample », et « reprend les modifications de la première loi 127 », de Benoît XVI (30 décembre 2010).

Avec cette loi, le processus mis en place est quasi « complètement mis à jour » aussi « sur la base des observations et de l’approfondissement mené avec Moneyval », explique le P. Lombardi : Moneyval a été « un catalyseur très important ».

Il évoque un « système construit assez rapidement mais assez complexe », détaillé et clarifié pour ce qui est par exemple « les fonctions de l’AIF » : « une partie très importante de cette loi » lui est consacrée, à sa « définition », mais aussi à celle du « récent Comité de sécurité financière ».

« Avec cette loi, on est à 90% du travail normatif dans ce domaine mis en chantier : il reste encore quelques zones à compléter, mais le gros du travail est fait », estime le père Lombardi.

http://www.zenit.org/fr/articles/financ ... rce-de-loi
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

L'Église et les sous

Message non lu par seba15 » dim. 15 déc. 2013, 9:43

Financement du Vatican
Bonjour,

J'avais lu un jour que le Vatican et l'Église étaient surtout financer par l'Allemagne. Car en Allemagne il y a des prélèvement obligatoire sur les salaires destinés au culte. Mais je me posais la question est-ce que c'est vrai, ou une fausse info ? L'Allemagne n'est pas protestante en majorité ? C'est pas les calvinistes ou luthériens là bas ? Pourquoi ils donneraient à l'Église catholique ?
Donc je me pose la question du financement du Vatican et de l'Église en général ?

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2397
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: Financement du vatican

Message non lu par poche » dim. 15 déc. 2013, 9:48

Il ya une collecte dans le monde appelé le denier de Saint-Pierre.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Décret du Pape pour la surveillance des finances du Vatican

Message non lu par etienne lorant » mar. 25 févr. 2014, 17:31

Le pape François a institué ce lundi 24 février un tout-puissant secrétariat à l'Economie pour rationaliser les finances et l'administration du Vatican.

C’est une première au Vatican : le pape a créé ce lundi 24 février, par décret, un secrétariat à l’Economie dont le rôle sera de superviser les finances du Saint-Siège et d’appliquer la rigueur budgétaire. Il sera dirigé par le cardinal australien George Pell, qui aura la lourde tâche d'assainir l'administration du Vatican.

L’opération transparence continue au Vatican. Le motu proprio du pape, publié ce lundi, instaure donc une sorte de ministère pour superviser les finances du plus petit Etat du monde. Ce secrétariat, précise le décret du pape, aura « autorité sur toutes les activités économiques et administratives à l'intérieur du Saint-Siège et de l'Etat de la Cité du Vatican. »

Pour aider ce secrétariat dans sa lourde tâche, le pape crée aussi un « Conseil des 15 », composé de 8 cardinaux ou évêques, et de 7 laïcs experts dans le domaine financier.

C’est à l'un de ses hommes de confiance que le pape François a confié les clés de ce secrétariat, le cardinal George Pell, l’archevêque de Sydney, qui fait partie du G8 des cardinaux qui conseillent le pape depuis plusieurs mois pour l’aider dans la réforme de la curie.

La volonté réformatrice de François ne s’arrête pas là : il a également annoncé la nomination d'un « contrôleur général » qui sera doté de pouvoirs lui permettant d'opérer des « contrôles dans n'importe quelle agence ou institution du Saint-Siège et de l'Etat du Vatican ». Le pape François veut aller vite, la première réunion devrait avoir lieu dans les semaines qui viennent.

http://www.rfi.fr/europe/20140224-le-pa ... e-vatican/

Voir aussi :

http://www.zenit.org/fr/articles/creati ... du-vatican
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le Vatican et les sous?

Message non lu par etienne lorant » ven. 05 déc. 2014, 15:14

Vatican : l'argent qui n'apparaissait pas est retrouvé
Des centaines de millions d'euros n'apparaissant pas dans le bilan annuel du Vatican ont été récemment découverts par l'équipe chargée de réformer la Curie. Dans un texte publié par le Catholic Herald, le cardinal Pell, préfet du Secrétariat pour l'Économie, souligne que les finances du Vatican se portent mieux que prévu et fait un point sur les réformes en cours.
(...)

Nommé en avril dernier par François à la tête du Secrétariat pour l'Économie, le cardinal George Pell, membre du C9 dont s’est entouré le pape François pour l’aider à réformer le gouvernement de l’Église, précise au Catholic Herald que “les réformateurs de la Curie ont dû se battre contre un sens de l'indépendance très fortement ancré au sein des départements du Vatican”.

http://www.lavie.fr/religion/catholicis ... 469_16.php
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Arrestation d'un Prélat au Vatican

Message non lu par etienne lorant » lun. 02 nov. 2015, 20:06

Un prélat espagnol, Mgr Angel Vallejo Balda, a été arrêté lundi pour divulgation d'informations confidentielles, a annoncé le Vatican dans un communiqué.


Mgr Vallejo Balda, membre de l'Opus Dei et secrétaire de l'ancienne Commission sur l'organisation des structures économiques et administratives du Saint-Siège (COSEA), avait été convoqué par la Gendarmerie vaticane durant le week-end.

Francesca Chaouqui, également membre de la COSEA, l'a été dans le même temps mais a ensuite été libérée «en raison de sa collaboration avec les enquêteurs».

Selon la presse italienne, un vol de données aurait été perpétré sur l'ordinateur du contrôleur général des finances du Vatican, l'Italien Libero Milone, dans son bureau situé non loin de la place Saint-Pierre. Libero Milone, nommé par le pape le 5 juin dernier pour la réforme des finances, est en charge de l'audit des comptes de l'ensemble des administrations du petit Etat.

http://blogs.mediapart.fr/blog/le-renif ... le-de-fond
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Archidiacre
Quæstor
Quæstor
Messages : 391
Inscription : sam. 29 juil. 2017, 14:45
Conviction : Catholique.

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par Archidiacre » dim. 25 mars 2018, 18:40

Je me permet de upper ce sujet pour dire que certains posts qui y sont m'ont aidé à réaliser cette vidéo:



Merci à vous et que Dieu vous bénisse.
Chaîne Youtube: https://www.youtube.com/c/Archidiacre

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4484
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par Kerniou » lun. 26 mars 2018, 1:51

De toute façon, la prétendue richesse de l'Eglise est l'argument permanent de ses détracteurs ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5059
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par gerardh » lun. 26 mars 2018, 13:14

________

Bonjour,

Il faudrait des chiffres, en recettes comme en dépenses. Il serait même utile d'avoir un audit.

Par exemple voir si les recettes touristiques sont supérieures aux dépenses d'entretien des lieux saints, ce qui dégagerait des surplus pour les bonnes oeuvres.

On peut bien comprendre que les architectures somptuaires sont d'une autre époque, mais que dans le même temps on ne puisse pas s'en débarrasser et qu'il est souhaitable d'en retirer le meilleur.

________

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par Cinci » mar. 27 mars 2018, 0:28

Archidiacre,

Bravo pour la vidéo. Je suis bien d'accord avec votre vue des choses. Merci !

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5059
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par gerardh » mar. 27 mars 2018, 15:07

________

Bonjour,

Il m'a semblé voir une vidéo critique de 1 h 23 de source ARTE. Il conviendrait par transparence de la remettre et de donner la parole à la défense.

_________

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7144
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par Anne » mer. 28 mars 2018, 0:16

Cher gérardh,

pour qui veut trouver ce genre de matériel, Internet est le lieu tout indiqué pour le faire sans trop se donner de peine: on trouvera de tout et même plus que le client en demande, que ce soit vrai ou pas (de préférence pas, d'ailleurs).

Donc, ceux que ça intéresse peuvent le faire par eux-mêmes: nul besoin de le proposer/publier ici.

Et il y a toujours la section Apologétique pour les mordus de la chose... :boxe:
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
adieu12
Censor
Censor
Messages : 173
Inscription : mar. 30 juil. 2019, 7:34
Conviction : Athée agnostique

Les richesses du Vatican

Message non lu par adieu12 » mar. 11 févr. 2020, 5:15

Invité a écrit :
mar. 11 févr. 2020, 0:14
Car l'existence d'une secte ou d'une organisation obéit nécessairement à un objectif. En l'occurrence financier, puisque reconnaissons-le, l'objectif premier n'est pas le salut des hommes mais l'enrichissement d'une poignée d'élus. Ce sont donc les rentrées d'argent qui constituent la motivation première à perpétuer son existence.
(photo du vatican)
Image

(photo de l'intérieur de la librairie du Vatican)

Image
(à la recherche de la moindre trace de pauvreté...). :siffle:

En effet, l'objectif d'une secte c'est souvent, voir essentiellement, de se financer, en tout cas c'est l'objectif des têtes pensantes, pas des fidèles qui eux ne sont que les victimes de leur crédulité. En tout cas, ces édifices monumentaux n'ont pas été fait avec l'amour de Dieu seule et un peu d'huile de coude. Non, la seule chose qui a permis leur construction, c'est beaucoup, énormément, de fric. D'ailleurs, je trouve cela étrange que vous mettiez "le salut des hommes" et "l'enrichissement" dans la même phrase, ça ne vous rappelle rien? Genre le commerce des indulgences, par exemple? Il y a aussi le moment ou vous parlez d'un enrichissement au profit d'une poignée d'élus, j'ai du mal à ne pas y voir un parallèle avec la papauté et les grandes familles influentes, comme celle des Borgia qui avait déjà mis deux papes à la tête du Vatican et qui avait quasiment toute l’Italie à ses pieds pour ne citer que la plus connue... Puis je ne vais pas reparler de la liste interminable du patrimoine immobilier de l'église, ainsi que du denier de l'Église ou de la quête à chaque fin de messe, des héritages et des offrandes diverses. Bref, on sait tous comment ça sa passe. Inutile de faire semblant.
Invité a écrit :
mar. 11 févr. 2020, 0:14
L'objectif des Apôtres et de l'Eglise naissante n'étant pas financier, quel est-il ?
Je ne sais pas, j'ai pas de machine à voyager dans le temps pour vérifier moi-même la pureté de leur intention. Donc, en l'absence de certitude je préfère éviter tout jugement péremptoire.

Quand vous parlez du moine qui s'est immolé, vous faites la distinction entre un suicide de protestation et une mort suite à l’annonce de la "bonne nouvelle". Déjà premièrement, on est en droit de se demander si l'annonce de bonne nouvelle a tant attiré la "haine et la violence" que ça, je rappelle que votre religion est la plus pratiquée au monde aujourd'hui, c'est bien la preuve qu'à la base des gens étaient sensibles au message de vos apôtres, non? Les apôtres ont fait peur aux mauvaises personnes, c'est pas pareil. En suite, vous parliez de sacrifice dans le fait de transmettre le message de Dieu, en appuyant le coté exceptionnel de la chose, <<-qu'avaient ils a gagner?>> Me demandez-vous. Je pourais vous retourner la question pour la personne qui s'est immolé en geste de protestation, qu'avait-il à gagner?! Je vous signale juste que cela n'a rien d'exceptionnel et de spécifique à votre religion puisque ça a déjà été fait ailleurs, la nature même du sacrifice est donc pas importante pour démontrer cela. Que les martyres soient mort en se donnant la mort ou en la subissant à cause de leur tentative d’évangélisation, ça ne change pas le fait qu'ils sont mort au nom de leur foi.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les richesses du Vatican

Message non lu par Cinci » sam. 15 févr. 2020, 20:37

adieu12 :

En effet, l'objectif d'une secte c'est souvent, voir essentiellement, de se financer,
Déjà dit ...

L'Église qui fut fondée par Jésus, le Christ, le Fils de Dieu, n'est ni une secte actuellement ni une "ancienne secte" qui aurait soi-disant réussie. La vérité c'est plutôt que l'Église n'a jamais été une secte. Et peu importe le sens que l'on veuille donner au mot secte. La réponse est la même. C'est non !

Une secte est élitiste, véhicule un savoir caché, évolue en retrait par rapport à la société civile, demande souvent la rupture des liens familiaux, se positionne dans le rejet pure et simple de l'ancienne religion de départ des membres du groupe, etc. Jésus vivait parmi le monde, se déplaçait pour aller vers le monde, pour parler à tous, ne rejetant personne. Il ne tenait pas des enseignements par devers les uns, pour dire des choses inconnues ou qui seraient contraires à ce qui pouvait avoir déjà été dit ouvertement. Rien de caché.

Le développement de l'Église s'est fait de la même façon qu'aux premiers jours en Galilée, par une annonce franche de ce qui est cru, partant aussi d'enseignements et d'événements publics. Et l'Église n'est contenue par aucune barrière géographique, de race, de langue, de culture.

Par opposition ...

La franc-maçonnerie est une secte. Car élitiste. N'entre pas là-dedans qui le veut. Il faut être coopté ensuite pour progresser, pour avoir accès à un savoir qui restera inconnu des autres. Les activités de la maçonnerie demeurent globalement secrètes. Il n'existe aucun lieu ouvert et accessible à tous et dans lequel des quidams pourraient observer le déroulement des rencontres entre initiés.

Les Esséniens formaient une secte. Élitiste, raciste (Juifs seulement), en retrait total par rapport au monde, condamnant le monde, n'ambitionnant pas de faire du recrutement, ni de sortir de leur petit domaine. Le légalisme y est poussé à son comble, avec des règles de séparation et de pureté extrêmement sévères. Pas question de manger avec les grands initiés !

L'ordre du Temple solaire a évolué vers le sectarisme avec son élitisme ("On veut du beau monde svp. Des riches !"), par son mépris du monde, son rejet de la masse, son refus des pauvres assimilés à des êtres inférieurs non conscients, des animaux pratiquement, ses enseignements ésotériques que seuls les plus méritants pouvaient bénéficier.

Les Amish forment une secte par leur refus du monde contemporain, leur désir primordial d'être coupé de tous liens sociaux avec l'extérieur : habitudes de vie, mode vestimentaire, alimentation, lecture, télévision, cinéma, journaux, mode de pensée, politique, grands débats, citoyenneté, etc. Les Amish sont sectaires parce que désireux réellement de former une société à part.

Les Juifs hassidims forment également une secte pour une raison semblable de mise à distance. Il n'existe pour ainsi dire pas de relations possibles ou envisageables entre gens des nations et Juifs hassidims. C'est le mur de séparation voulu et entretenu par les Hassidims et en fonction de leur tradition.

Et c'est pourquoi il n'est rien d'aussi stupide que ces déclarations faites tout à trac : "L'Église catholique est une secte !" C'est là un mensonge involontaire parfois et ressortant principalement de l'ignorance, je pense.


Sur le financement ...

Le financement ou le maniement d'argent n'a rien à voir avec le phénomène du sectarisme. Tout le monde doit bien se trouver un mode de financement quelconque, oui pour peu que l'on veuille y organiser ou soutenir des activités d'un genre ou l'autre. C'est vrai pour les États, les municipalités, les écoles, les hôpitaux, les associations à but non lucratif, la troupe de scouts, les journaux, les musées, les entreprises privées, etc.

Ainsi, quand on veut reprocher à l'Église ("on" = les diffamateurs s'entend) de devoir toucher des sommes d'argent ou de gérer des fonds accumulés, le véritable reproche n'est-il pas le maniement d'argent autant que l'arnaque dans laquelle devrait s'enraciner cette collecte de fonds et comme sous-entendant, encore, que les sommes devraient être employées à mauvais escient comme on le verrait chez des filous ex : juste pour satisfaire les goûts de faste de cardinaux vicieux, pour que le pape puisse prendre son bain dans une piscine en marbre et avec robinetterie en or, pour faire chaque jour des soupers de cinq service, pour entretenir la cour avec toute sa domesticité, sans compter les chevaux de race pour la promenade dans les jardins de Castelgandolfo, etc.

C'est juste une médisance qui prétend pouvoir s'appuyer au départ sur un truc, et qui, lui-même, ne semblerait pas non plus devoir être matière à discussion pour les intéressés, comme pour adieu12; mais à savoir si oui ou non la foi chrétienne serait une arnaque.

Quand on ne pense que la foi de l'Église n'est pas une arnaque, la diffamation y perd beaucoup de sa virulence. Parce qu'alors on comprend bien qu'il soit normal que l'Église puisse percevoir des sommes, ne serait-ce que pour entretenir ses entreprises missionnaires, faire fonctionner ses séminaires, continuer d'offrir ses services, réparer ses sanctuaires, les chauffer, faire vivre les prêtres, faire des dons à une constellation d'organismes pieux, permettre les déplacements de ministres d'un continent à l'autre, la tenue de synode, rencontres et al.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités