Du 30 nov. au 8 déc. Neuvaine de l'Immaculée Conception

« Que le juste pratique encore la justice, et que le saint se sanctifie encore. » (Ap 22.11)
Règles du forum
Fêtes et vies des saints et bienheureux, prédécesseurs et modèles dans la Foi
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Neuvaine à l'Immaculée Conception

Message non lu par jean_droit » dim. 29 nov. 2015, 12:49

De Belgicatho :

http://belgicatho.hautetfort.com/archiv ... 23242.html

et de l'Opus Dei :

http://opusdei.fr/fr-fr/document/neuvai ... onception/
Neuvaine à l’Immaculée Conception

Da_Gaeta_Mater_Misericordiae.JPG

Bienheureuse Mère de Miséricorde

Lu sur le site de l’Opus Dei – France :

Chaque année, 9 jours durant, l'Église nous encourage à considérer le mystère de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie. Pour nous préparer à cette fête, célébrée le 8 décembre et qui coïncidera cette année avec le début de l’année de la Miséricorde, découvrons la prière que le Pape François nous invite à réciter chaque jour de cette neuvaine, ainsi qu’un lien vers un recueil de textes de saint Josémaria (Télécharger le PDF) pour nous aider à prier.

PRIÈRE

Ô Marie, Vierge Immaculée, par la volonté du Père et par la grâce de l’Esprit Saint, vous avez donné au monde le Sauveur, le Fils du Dieu vivant.

Mère de l’Église et première des consacrés, nous vous les confions tous. Que l’Esprit Saint les façonne à votre image pour qu’ils redisent chaque jour avec vous, le « oui » d’un don joyeux et irrévocable.

Que ce don gratuit d’eux-mêmes au service de l’Eglise et de leurs frères, soit lumière pour les jeunes et leur donne d’entendre avec joie l’appel du Christ, « Lui qui n’enlève rien mais qui donne tout » !

En ce Jubilé de la Miséricorde, notre monde assoiffé et désorienté a plus que jamais besoin de consacrés priants et saints qui manifestent auprès des pauvres et des plus fragiles l’amour infini du Père.

Mère de Miséricorde et de l’Espérance, nous vous prions, avec le Pape François, de faire de nous tous des témoins de Jésus victorieux du mal par la Croix, pour annoncer au monde « la joie de l’Évangile » !

Amen.

Source : http://opusdei.fr/fr-fr/document/neuvai ... onception/

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Neuvaine à l'Immaculée Conception

Message non lu par jean_droit » lun. 30 nov. 2015, 12:14

30 novembre: Marie, pleine de grâce
Il peut se faire que, parmi vous, quelqu’un se dise que la journée ordinaire, le va-et-vient
habituel de notre vie, ne se prête pas beaucoup à garder notre cœur attaché à une créature
aussi pure que Notre Dame. Je vous invite à réfléchir un peu. Que cherchons-nous toujours,
même sans y faire spécialement attention, dans tout ce que nous faisons ? Quand l’amour
de Dieu nous anime et que nous travaillons avec droiture d’intention, nous cherchons ce
qui est bon, propre, ce qui apporte la paix à la conscience et le bonheur à l’âme. Les erreurs
sont toujours là? C’est vrai ; mais précisément, reconnaître ces erreurs c’est découvrir
avec davantage de clarté que notre objectif n’est pas un bonheur passager, mais profond,
serein, humain et surnaturel. Une créature, le chef-d’œuvre de Dieu, notre très Sainte
Mère, Marie a joui ici-bas de ce bonheur-là. Elle vit et nous protège, elle est à côté du
Père, du Fils et de l’Esprit Saint, en corps et en âme. La même qui est née en Palestine,
qui s’est donnée au Seigneur dès son enfance, qui a reçu l’annonce de l’archange Gabriel,
qui a mis au monde Notre Sauveur, qui s’est trouvée avec lui au pied de la Croix. Tous les
idéaux se réalisent en elle ; nous ne devons cependant pas en conclure que sa sublimité et
sa grandeur nous la rendent inaccessible et distante. Elle est pleine de grâce, le summum
de toutes les perfections et elle est Mère. Grâce à son pouvoir devant Dieu, elle nous
obtiendra ce que nous lui demandons ; en tant que Mère elle veut nous l’accorder. Et c’est
aussi en tant que Mère qu’elle connaît et comprend nos faiblesses : elle encourage, elle
excuse, elle rend facile le chemin, elle a le remède toujours prêt, même quand il semble que
rien n’est plus possible.

Une fois accompli le temps de la purification de la Mère, il faut aller à Jérusalem avec
l’Enfant pour le présenter au Seigneur, selon la Loi de Moïse (Lc 2, 22). Et cette fois
c’est toi, mon ami, qui vas porter la cage avec les tourterelles. T’en rends‑tu compte ?
Elle — l’Immaculée — se soumet à la Loi comme si elle était souillée. Cet exemple, petit
sot, t’apprendra‑t‑il à obéir à la Sainte Loi de Dieu, malgré tous les sacrifices personnels ?
Se purifier ! Toi et moi nous avons bien besoin de purification ! — Expier et, en plus de
l’expiation, l’Amour. — Un amour qui soit un cautère brûlant les impuretés de notre âme, et
un feu embrasant de flammes divines la misère de notre cœur.

Nous avons recours à Elle, tota pulchra, avec un conseil que je donnais il y a bien longtemps
à ceux qui se sentaient mal à l’aise dans leur lutte quotidienne pour être humbles, propres,
sincères, joyeux et généreux: tous les péchés de ta vie semblent se redresser. — Ne perds
pas confiance —. En revanche, fais appel à ta Mère, Sainte Marie, avec l’abandon et la foi
d’un enfant. Elle saura apaiser ton âme.
Prière

Il serait juste, ô ma douce Souveraine, que tu me
fasses un cadeau pour me prouver que tu m’aimes :
la contrition, la componction de mes péchés, une
douleur d’Amour…

Écoute-moi, ô ma Souveraine, ma Vie, mon
Espérance, guide-moi de ta main — tenuisti manum
dexteram meam ! — et s’il y a maintenant chez moi
quelque chose qui déplaît à Dieu mon Père, fais-moi
le voir et à nous deux, nous l’arracherons.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Du 30 nov au 8 déc Neuvaine de l'Immaculée Conception

Message non lu par jean_droit » mar. 01 déc. 2015, 9:38

1er décembre: Notre Mère à tous et à chacun de nous
La Maternité divine de Marie est la racine de toutes les perfections et de tous les privilèges
dont elle est ornée. À ce titre, elle a été conçue immaculée et, pleine de grâce, toujours
vierge, montée aux cieux en corps et en âme, elle a été couronnée Reine de la création tout
entière, au-dessus des anges et des saints. Dieu seul est au-dessus d’elle. La très Sainte
vierge, pour être Mère de Dieu, possède une dignité d’une certaine façon infinie, issue de
Dieu, bien infini. Aucun risque d’exagérer. Nous n’approfondirons jamais assez ce mystère
ineffable; nous ne saurons jamais assez remercier notre Mère de la familiarité avec la Très
Sainte Trinité qu’elle nous a procurée.

Y a-t-il un cœur plus humain que celui d’une créature qui déborde de sens surnaturel ?
Pense à Sainte Marie, la pleine de grâce, Fille de Dieu le Père, Mère de Dieu le Fils, Épouse
de Dieu le Saint-Esprit : il y a place dans son Cœur pour l’humanité tout entière sans diffé-
rences ni discriminations. — Chacun est son fils, sa fille.

Jean, le disciple bien-aimé de Jésus, reçoit Marie, l’introduit dans sa maison, dans sa
vie. Les auteurs spirituels ont discerné dans ces paroles du saint Évangile, une invitation
adressée à tous les chrétiens, pour qu’eux aussi mettent Marie dans leur vie. En un sens,
ces précisions sont presque superflues; il est bien évident que Marie désire que nous l’invoquions,
que nous nous approchions d’elle avec confiance, que nous en appelions à son sens
maternel, en la priant de « se montrer notre Mère ». Mais c’est une Mère qui ne se fait pas
prier, qui va même jusqu’à devancer nos prières, parce qu’elle connaît nos besoins et vient
rapidement à notre aide, en montrant, par ces actes, qu’elle se souvient constamment de
ses enfants. Chacun d’entre nous, lorsqu’il évoque sa propre vie et constate à quel point
s’y manifeste la miséricorde de Dieu, peut découvrir mille raisons de se sentir fils de Marie
à un titre bien spécial.

C’est parce que Marie est Mère que notre dévotion à son égard nous apprend à être enfants,
à aimer pour de bon, sans mesure; à être simples, sans les complications nées de l’égoïsme,
et de ne penser qu’à soi; à être joyeux, en sachant que rien ne peut détruire notre espérance.
Le début du chemin menant jusqu’à la folie de l’amour de Dieu est un amour confiant envers
la Très Sainte Vierge Marie. C’est ce que j’ai écrit, il y a déjà bien longtemps, dans le prologue
à des commentaires du livre Saint Rosaire. Depuis lors, j’ai pu m’assurer bien souvent
de cette vérité. Je ne vais pas faire ici de grands raisonnements pour commenter cette idée
et vous inviterai plutôt à en faire l’expérience, à la découvrir vous-mêmes en recherchant
avec amour la compagnie de Marie, en lui ouvrant vos cœurs, en lui confiant vos joies et vos
peines, en lui demandant de vous aider à connaître et à suivre Jésus.

Prière

Ô notre Mère, nous te rendons
grâces pour ton intercession auprès
de Jésus; sans toi, nous n’aurions
pas pu aller vers Lui, tant il est vrai
que c’est par Marie que l’on va et
que l’on revient vers Jésus !

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Du 30 nov au 8 déc Neuvaine de l'Immaculée Conception

Message non lu par jean_droit » mer. 02 déc. 2015, 18:28

Notre-Dame nous sauvera de la barbarie.

Posté le 2 décembre 2015 — 29 commentaires ↓

Traumatisés par les attentats du 13 novembre, beaucoup de Français mesurent aujourd’hui la gravité de la situation : les attentats peuvent se reproduire n’importe où et n’importe quand… Il n’est plus possible d’ignorer les causes de cette barbarie. C’est cette question qu’il nous faut nous poser : pour ces terroristes la cause était-elle sociale, politique ou s’agissait-il d’une idéologie religieuse ?

Abbé Loiseau

L’enseignement qu’ils ont reçu des fanatiques prend la sourate 9,31 au pied de la lettre : « Les juifs disent :Uzayr (sans doute Esdras) est fils d’Allah et les chrétiens disent : Le Christ est fils d’Allah.
Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux.

Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils de la vérité ? » ou encore la sourate 5,17 : « Certes sont mécréants ceux qui disent : Allah, c’est le Messie, fils de Marie ! ». C’est cette doctrine que les terroristes ont voulu appliquer. Il s’agissait pour eux de tuer le maximum de personnes refusant la révélation d’Allah.

Un grand nombre de musulmans refusent cette interprétation mais sont démunis pour répondre aux islamistes. Il faut savoir que le communiqué de l’État Islamique identifie la France aux Croisés. Luc Ferry, peu suspect d’une vision intégriste, a rappelé que ces terroristes se sont attaqués à la France fille aînée de l’Église ! Cela nous paraît aberrant que les victimes des attentats soient vus comme des croisés, mais dans la pensée des terroristes islamistes notre nation devenue hédoniste et matérialiste est corrompue par le christianisme. La haine de la France est d’abord la haine de la foi chrétienne.

L’enjeu est donc spirituel. Ni les services de police, ni l’armée n’arriveront à maîtriser la violence islamiste à eux seuls. Si plusieurs actions politiques, sociales et militaires doivent être menées, elles risquent hélas d’être insuffisantes. Le drame que nous avons vécu et que nous continuerons de vivre ne peut être dépassé que par un renouveau spirituel de notre pays.

En effet, l’Islam refuse les trois principaux mystères de la Foi chrétienne : la Trinité qui pour eux est une forme de polythéisme, l’Incarnation qui est de l’associationnisme (Dieu est associé à une réalité humaine) et la Rédemption puisque Jésus n’a pas été crucifié (c’est un sosie qui le fut à sa place).

La perception de la révélation chez la pensée islamique apparaît alors comme un refus du Dieu Amour, Père et Sauveur, c’est-à-dire l’essence de notre foi catholique. Jean-Paul II dans son livre Entrez dans l’Espérance expliquait que l’Islam est le refus de toute dimension sotériologique (la théologie du Salut).

Notre réponse doit d’abord être spirituelle. Il nous revient de vivre profondément des mystères de notre foi pour nous ancrer dans notre espérance du Salut. Face à la barbarie, nous avons le devoir de vivre davantage l’intériorité et de la piété. Ou en sommes-nous dans notre vie d’oraison ? Dans la pratique des sacrements ? Dans notre connaissance de l’Écriture et de la Tradition ? Dans le rayonnement de notre famille et dans l’élan missionnaire ?

Face au défi qui nous attend, la tiédeur n’est plus possible. C’est dans l’espérance du triomphe du Cœur Immaculé que nous devons nous mettre à la tâche. Puisque Notre-Dame a touché le cœur de tant de musulmans et à l’approche du Jubilé de la Miséricorde, lançons une grande campagne de prières pour demander à notre Mère que nos frères musulmans découvrent eux-aussi le visage de la Miséricorde Divine, c’est-à-dire Notre Seigneur Jésus Christ, crucifié et ressuscité, l’Alpha et l’Oméga de l’histoire humaine.

La charité qui doit nous animer envers les musulmans nous invite au respect de tout ce qui demeure vrai en eux, au dialogue et enfin à l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Abbé Fabrice Loiseau

Fondateur des Missionnaires de la Miséricorde Divine
Dernière modification par jean_droit le ven. 04 déc. 2015, 11:53, modifié 2 fois.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Du 30 nov au 8 déc Neuvaine de l'Immaculée Conception

Message non lu par jean_droit » jeu. 03 déc. 2015, 17:12

O Marie Immaculée

Posté le 3 décembre 2015 — 26 commentaires ↓

Père Matthieu Rougé

O Marie Immaculée, Notre-Dame de France, Reine de la paix,

Priez, à quelques jours de « l’heure de leur mort », pour les victimes des attentats de Paris, pour leurs familles et pour leurs proches.

Permettez que, par votre intercession, tous aient la force spirituelle de prier aussi pour leurs assassins.

Vierge de lumière et de douceur, apprenez-nous à lutter, avec sérénité et avec détermination, contre tout ce qui blesse la dignité humaine.

Mère de la vie, aidez-nous à n’avoir aucune complicité avec les forces de mort qui ensanglantent la terre.

Mère de la foi, apprenez-nous à témoigner vigoureusement de l’espérance qui nous fait vivre auprès des jeunes qui sont fascinés par des idéologies meurtrières.

Vierge des chemins de France, priez pour ceux qui prétendent contribuer à la paix sociale en expulsant toute expression religieuse de notre société. Qu’ils découvrent que les hommes ont besoin de manifester la soif spirituelle qui habite le plus profond de leurs cœurs.

Vierge de Bethleem, vous qui étiez loin de chez vous au moment de mettre votre divin Enfant au monde, vous qui avez trouvé refuge dans une étable, permettez que le signe de la crèche continue d’être accueilli en notre temps, signe de douceur et d’humilité, signe de joie et de simplicité, signe de vie, de lumière et de paix.

Heureuse Vierge Marie, Vierge pacifique, Mère de miséricorde, aidez-vous à devenir des artisans de paix en accueillant Celui qui a réconcilié le monde par le sang de sa croix. Amen !


P. Matthieu Rougé

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Du 30 nov au 8 déc Neuvaine de l'Immaculée Conception

Message non lu par jean_droit » ven. 04 déc. 2015, 11:38

Dieu a-t-il maudit la France ?

Posté le 4 décembre 2015 — 8 commentaires ↓

Cent trente morts. La Mal a déchiré le voile léger de notre quiétude au soir du 13 novembre. Frappant au hasard, assénant ses coups avec hargne et sans motif, il a emporté avec lui des parents enjoués, la fleur de la jeunesse, des anonymes insouciants.

Comment imaginer que, sortant dans la froidure de novembre, ces corps pleins de vie nous seraient rendus criblés de balles et d’éclats ? C’est le mystère du Mal, brut et cru, la souffrance et l’impuissance. Naguère bénie de Dieu, terre qui vit naître tant de saints, la France, fille d’une « Europe grand-mère » (François), est un pays meurtri, morose et sclérosé. Dieu a-t-il maudit la France ?

Le Mal n’est pas une force en soi, un principe qui existerait à côté et indépendamment de Dieu, que Dieu aurait lui-même engendré et qu’il susciterait pour châtier arbitrairement ceux qui lui déplaisent.

« Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal. » C’est pourtant un mystère qui nous dépasse et que Jésus lui-même a placé au cœur de notre prière. « Homicide dès l’origine, menteur et père du mensonge » (Jn,8,44), le Mal désigne l’ange qui s’oppose à Dieu et cherche à empêcher son dessein bienfaisant.

Cette séparation du Bien, volontaire ou passive, voulue ou subie, apparaissait en creux dans l’interpellation de S. Jean-Paul II au Bourget : « France, fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Ignorer ou renier son baptême, c’est laisser croître le Mal qui, dans notre histoire tourmentée, nous a arraché tant et tant de larmes.

« Pleurez avec ceux qui sont dans les pleurs » (Ro,12,15). S. Paul désigne la compassion comme un devoir nécessaire. D’abord, elle permet de s’extraire de soi-même et de sa propre indifférence. Ensuite, elle offre un retour en soi-même, un recueillement qui fait naître la prière. Prier est la première attitude qui nous fait réagir. Prier pour soi, et pour les autres. Implorer Dieu. Pour les victimes, pour les bourreaux.

Témoigner, ensuite. Beaucoup de Français ont pavoisé avec les couleurs nationales pour montrer qu’ils espèrent toujours dans la France. A nous chrétiens, de vivre joyeusement notre foi au grand jour, d’afficher les couleurs belles et audacieuses de notre amour en Dieu et du Dieu qui est Amour.

User de la raison, enfin. Les drames et les tourments, la société qui craque, les familles qui se lézardent, la cohésion qui se fissure, la vie qui est rabotée, les pauvres qui meurent de ne pas être des hommes pour leurs semblables, des « fous de Dieu » qui font du Créateur un jouet entre leurs mains souillées de sang, … Les raisons de s’interroger sont nombreuses et pressantes. Notre expérience religieuse doit rester connectée avec la raison. C’est bien la Vérité du christianisme de professer le logos fait homme, la Sagesse incarnée.

La France serait-elle moribonde, frappée au cœur, ensevelie dans une terre stérile ? De ce sol, jadis lieu d’une immense forêt, peut surgir un jeune figuier si la foi irrigue à nouveau la patrie – la terre de nos pères.

Dans les épreuves que nous affrontons, l’année de la miséricorde voulue par le Pape François trouve un écho particulier. Citant S. Thomas d’Aquin, François nous rappelle que « la miséricorde n’est pas un signe de faiblesse, mais bien l’expression de la toute-puissance de Dieu ».

« Fermes dans la foi », nous implorons sur la France cette toute-puissance. Plus que le fatras des armes et le bruit des discours, la miséricorde peut vaincre tous nos adversaires en les touchant au cœur.

Chrétiens, nous sommes la France, car la France est à l’amour miséricordieux du Père.

Monseigneur Dominique Rey

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités