S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1522
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par pierrot2 » jeu. 04 mars 2021, 3:21

Bonjour Gerardh, merci de votre réponse, et désolé d'avoir été un peu long
gerardh a écrit :
sam. 27 févr. 2021, 15:52
Le chrétien ne s'oblige pas à aimer. Il aime tout simplement (Romains 5 : 5)
Vous m'inspirez qu'en effet, si aimer Celui qui est amour est un acte de la volonté, alors c'est que peut-être nous avons préalablement été séduit par l'adversaire, au point qu'en effet, faire preuve de volonté consiste à s'en détacher (de l'adversaire).

Mais le penchant dont parle Romains 5:5, s'il représente une épreuve de volonté, il ressemble aussi à un chemin sur une colline aplanie par l'amour, avec ravin comblé par l'amour, ce chemin qu'il nous faut préférer à celui de la colline non abaissée, ou du ravin non comblé, en clair, à celui du goût orgueilleux (et peut-être originel )pour le défi

Et comme nous ne sommes pas comme ces Shadocks qui cherchent à faire compliqué quand on peut faire simple..

Avatar de l’utilisateur
Le juge terrible
Barbarus
Barbarus

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par Le juge terrible » jeu. 04 mars 2021, 6:58

S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien ?
Pour moi, il y a qu'une obligation : aimer Dieu et faire Sa volonté. Si Dieu nous invite à une mission par exemple, il faut faire des choix sur ce qui peut retenir l'accomplissement de celle-ci. Si aimer une personne nous amène à ne pas pouvoir accomplir sa mission, il faut s'interroger sur la manière d'aimer cette personne. Parfois, il faut savoir se détacher de personnes, comme l'a fait Jésus jeune quand il est parti enseigner au Temple, délaissant ses parents, même s'ils s'inquiétaient. Aimer peut signifier se détacher de liens de personnes qui nous aiment, car non seulement ça peut être mieux pour faire la volonté de Dieu, mais en plus tout le monde peut aimer tout le monde, à savoir Jésus nous enseignent que sa mère et frères et soeurs ne sont autres que ceux qui sont dans son environnement et auditoire proche, et non sa famille de sang forcément. C'est-à-dire que pour des personnes délaissés par un proche, ils peuvent et doivent s'en remettre et compter sur d'autres personnes dans leur environnement et ne pas chercher à tout prix quitte à avoir une emprise contraire à la volonté de la personne qui veut se détacher d'elles. Je pense notamment à l'amour toxique, notion qui je pense gagnerait à plus être défini et dénoncé par son importance néfaste et contraire à la volonté de Dieu.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3375
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par Trinité » jeu. 04 mars 2021, 13:44

Le juge terrible a écrit :
jeu. 04 mars 2021, 6:58
Aimer peut signifier se détacher de liens de personnes qui nous aiment, car non seulement ça peut être mieux pour faire la volonté de Dieu, mais en plus tout le monde peut aimer tout le monde, à savoir Jésus nous enseignent que sa mère et frères et soeurs ne sont autres que ceux qui sont dans son environnement et auditoire proche, et non sa famille de sang forcément. C'est-à-dire que pour des personnes délaissés par un proche, ils peuvent et doivent s'en remettre et compter sur d'autres personnes dans leur environnement et ne pas chercher à tout prix quitte à avoir une emprise contraire à la volonté de la personne qui veut se détacher d'elles. Je pense notamment à l'amour toxique, notion qui je pense gagnerait à plus être défini et dénoncé par son importance néfaste et contraire à la volonté de Dieu.
Bonjour le juge terrible,
Je ne pense pas que l'on doive se détacher des personnes qui nous aiment et que nous aimons, même si elles sont très éloignées de Dieu.
On a un devoir au contraire d'évangélisation à leur égard. Maintenant, comme vous le préciser, si cela devient "toxique",il nous appartient de prendre du recul pour nous préserver.

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1522
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par pierrot2 » ven. 05 mars 2021, 4:52

Bonjour, Juge terrible et Trinité,

Pour une fois, je vais avoir une attitude compromissive, puisque je suis d'accord avec vous deux.

Je crois que l'amour sait laisser à l'amour sa liberté de partir (en ce sens, il n'est pas possessif), et en l'occurrence, oui, Juge terrible, si toxicité il y a, c'est peut-être à nous de trouver le moyen de nous dégager de l'étreinte.. étreignante.. toxique, pour le bien même de la personne. Trouver dans le devoir chrétien (par exemple, honorer les sacrements) le prétexte à éloignement ne me semble pas offensant pour la personne à qui la réalité de Dieu n'est pas hostile.

Mais oui, Trinité, l'amour sait aussi appartenir à une cellule familiale ou sociale, et dans ce dernier cas, je ne trouve pas immoral du point de vue chrétien de partager la joie d'être ensemble

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4546
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par Kerniou » jeu. 11 mars 2021, 12:38

L'expression "s'obliger à aimer" me chiffonne les oreilles! L'amour est un élan du coeur et aimer ne se décide pas !
Ne dit_on pas, dans la vie courante, que l'amour a surgi quand on n'y pensait pas, quand on ne l'attendait pas... On n'aime pas par obligation !
Alors, dans ce contexte, Amour et Obligation ne vont pas de pair ... Ce sont même des notions, des ressentis et sentiments opposés et des attitudes contradictoires.
Par contre, ce qui dépend de notre volonté et que ce que nous avons à travailler: c'est notre capacité à accueillir l'autre comme il est, d'où qu'il vienne et quelque soit son histoire et/ou son identité. Notre obligation, est de cultiver et d'entretenir notre ouverture à l'autre, c'est approfondir notre capacité d'accueillir et d'aimer: "Aimez_vous les uns les autres"...
Il en va de même pour la fidélité qui est un devoir Quand on aime quelqu'un dont on est aimé, on n'a pas besoin de regarder ailleurs ...L'amour nous protège de l'infidélité ...
Mais s'il s'agit d'un mariage arrangé voire "forcé", L'amour ne joue plus son rôle ...
je trouve important de voir l'aspect 'dynamique" et positif des devoirs et obligations ... ce n'est pas la même chose d'être fidèle parce qu'on y est obligé que d'être fidèle parce qu'on est comblé d'amour ...
Aimer, c'est donner pas obliger!
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1522
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par pierrot2 » sam. 13 mars 2021, 3:02

Bonjour Kerniou,

Merci de votre intervention
Kerniou a écrit :
jeu. 11 mars 2021, 12:38
On n'aime pas par obligation !
J'adhère complètement, en ce sens que l'on ne commande pas à son coeur.
Ou alors, on est sa propre dupe.. Si on décide de faire taire son coeur, on prend le risque de laisser gouverner en soi et autour de soi les paramètres de la froide pensée intellectuelle.

Bien sur, pour ne pas se tromper, il convient de savoir qui et comment aimer.
En matière conjugale, on n' "aime" pas de la même manière le criminel repenti, et le criminel non repenti. Si nous ne voyons pas de différence, il me semble que quelque chose de grand échappe à ce "nous"..
Et dont on ne fait donc pas profiter ce criminel non repenti..

Je trouve honorable votre manière de penser, Kerniou

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5048
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par gerardh » dim. 14 mars 2021, 13:49

Bonjour,

Je présente un message de Paul en 2 Corinthiens 12 :

15 Or moi, très-volontiers je dépenserai et je serai entièrement dépensé pour vos âmes, si même, vous aimant beaucoup plus, je devais être moins aimé.

L'amour couvre certes une multitude de péchés mais n'est pas aveugle et cherche au final le bien de ses frères ?

__

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par Cinci » lun. 15 mars 2021, 2:56

Kerniou :
Ne dit_on pas, dans la vie courante, que l'amour a surgi quand on n'y pensait pas, quand on ne l'attendait pas... On n'aime pas par obligation ! Alors, dans ce contexte, Amour et Obligation ne vont pas de pair ... Ce sont même des notions, des ressentis et sentiments opposés et des attitudes contradictoires.
Ce n'est pas exactement cela dans le contexte de la Bible et même de l'Église, je penserais. Votre schéma de pensée nous renverrait à une notion toute moderne de l'amour. Parce que si vous prenez les dix commandements : «Tu aimeras ton Dieu de toute de ton âme, de toute ta force ... » mais l'on voit bien que c'est comme Dieu faisant valoir une exigence, une vraie demande.

Ce n'est pas comme si nous devrions nous appuyer sur un sentiment volatile qui peut apparaître une journée, pour ensuite disparaître pour les vingt prochaines années. Et alors cette requête ne peut pas être non plus comme si Dieu nous demanderait de produire une beau sentiment, et lequel, par définition, serait chose assez capricieuse . Il faut que la demande nous enligne sur une exigence qui serait celle de rechercher ce qui pourrait plaire à Dieu, pour s'efforcer d'entrer dans ses voies, dans ce qui pourrait lui être aimable, pour s'efforcer solidement de développer un attachement pour ce qui nous serait profitable. Il y a bien de la matière sur laquelle pouvoir travailler. Vouloir rendre service à Dieu, aussi curieuse que la formule pourrait apparaître : une velléité d'aimer Dieu déjà.

:)

L'amour dont il est question se commande. C'est comme l'exigence de devoir choisir l'orientation vers le Bien. Un exercice du libre arbitre. «Tu aimeras Dieu de tout ton coeur, tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Le coeur ? Oui, mais pas celui de Jean-Jacques Rousseau. Non pas l'émotion, pas la sentimentalité, pas l'effusion amoureuse ... Le «coeur» au sens biblique pour exprimer que Dieu doit occuper une place assez centrale dans nos pensée, qu'il soit bien présent à notre esprit, pour orienter nos motivations. Pas facile tout de suite. Demande un entraînement. Beaucoup de prières, la grâce svp.

La prochaine fois qu'un chauffard viendra me couper sur la route, avant d'avoir le réflexe de me venger, mais comment Jésus préférerait que je réagisse ? La volonté en premier. Travailler à briser les résistances que présentent notre chair à ce que nous puissions prendre plus résolument le chemin de la liberté.

Le commandement paraît monstrueux quand on est esclave du mal, d'autant plus effrayant que l'on serait plus enfoncé dans le péché par-dessus la tête. Le processus de sanctification allège l'affaire. Il devient plus facile d'aimer Dieu, comme le prochain.

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1522
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par pierrot2 » lun. 15 mars 2021, 14:20

Cinci a écrit :
lun. 15 mars 2021, 2:56
L'amour dont il est question se commande. C'est comme l'exigence de devoir choisir l'orientation vers le Bien
Bonjour Cinci,
Et si Dieu avait eu pour fils un criminel, si Jésus avait été un criminel, L' auriez-vous autant aimé d'avoir choisi ce fils pour le ressusciter ? C'est bien ce que je peux déduire de vos propos, n'est ce pas?
En ce qui me concerne, j'ai l'impression qu'il aurait été plus difficile de l'adorer en vérité.. Désolé si ça vous semble de la religion-fiction
Cinci a écrit :
lun. 15 mars 2021, 2:56
C'est comme l'exigence de devoir choisir l'orientation vers le Bien.
Je ne vois guère d'exigence là-dedans. Choisir l'orientation vers le bien n'est pas si compliqué.. L'assumer, là d'accord, c'est déjà plus difficile. Peut-être est-ce là ce que vous vouliez dire

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1522
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par pierrot2 » lun. 15 mars 2021, 14:28

gerardh a écrit :
dim. 14 mars 2021, 13:49
Bonjour,

Je présente un message de Paul en 2 Corinthiens 12 :

15 Or moi, très-volontiers je dépenserai et je serai entièrement dépensé pour vos âmes, si même, vous aimant beaucoup plus, je devais être moins aimé.

L'amour couvre certes une multitude de péchés mais n'est pas aveugle et cherche au final le bien de ses frères ?

__
Il en va souvent ainsi. A l' image de l'amour de Dieu, l'amour du chrétien n'est pas toujours reconnu; Mt 5, 45 nous enseigne la persévérance même avec l'ennemi

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par Cinci » lun. 15 mars 2021, 21:09

Pierrot2 :
Et si Dieu avait eu pour fils un criminel, si Jésus avait été un criminel, L' auriez-vous autant aimé d'avoir choisi ce fils pour le ressusciter ? C'est bien ce que je peux déduire de vos propos, n'est ce pas? En ce qui me concerne, j'ai l'impression qu'il aurait été plus difficile de l'adorer en vérité.. Désolé si ça vous semble de la religion-fiction
Je vous dirais que votre remarque me paraît un peu étrange, à prime abord. Si c'est de la religion-fiction ? Oui, mais alors votre remarque : de ce que Dieu n'est pas un criminel justement.

Néanmoins... Oui, nous devrions pourtant «aimer» les criminels quels qu'ils soient, ainsi que je le faisais remarquer. Non pas que Dieu vous ferait une exigence spéciale (ni à vous ni à moi) d'être emplie de doux sentiments amoureux envers des brutes qui martyriseraient des enfants. Non ! Mais «aimer» dans le sens de travailler soi-même à voir autre chose dans le criminel que son crime. Par amour pour Dieu, parce que Dieu le demande ... Ça se demande. puisque Dieu le demande. Il nous le commanderait ...

- Non ! Jamais ! ...

Ça, c'est le vieil homme qui s'exprime. Ce n'est pas le Christ qui réagirait de la sorte. Ce n'est pas du tout facile d'aimer les autres. Je n'ai jamais dis le contraire. Au naturel, c'est souvent comme une mission impossible. Mais Dieu commande des trucs impossibles comme marcher sur l'eau, tiens !

:p

L'amour chrétien en question c'est comme celui de la Soeur «accompagnatrice» dans le film La dernière marche. Le type a commis un vrai crime répugnant et absolument inexcusable. Il va être exécuté pour son crime. On ne se trouve pas dans un conte de fée. Et alors tout l'enjeu réel consiste en fait à aider le criminel à sauver son âme, à le ramener dans le plan d'une humanité rachetable ... pour lui épargner la catastrophe définitive (les ténèbres extérieures ...) Tout cela est dramatique. Évidemment ... Et il ne s'agit jamais (pas vraiment, rarement) d'une affaire effusive d'amour sentimentale à cinq sous, d'un agir mû par une bonne émotion, à raison d'un bon feeling. La Soeur fait ce qu'elle fait parce qu'elle veut le faire, parce qu'il en va de sa dignité de chrétienne et celle des autres, parce qu'elle veut oeuvrer pour le bénéfice de Dieu, pour agir en collaboration avec ceux du ciel ...

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1522
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: S'obliger à aimer est-il vraiment chrétien?

Message non lu par pierrot2 » mar. 16 mars 2021, 0:23

Cher Cinci,

Vous avez lu, sans doute que ce fil s'intéressait au lien d'amour entre conjoints.
C'est de cet amour là dont il est question dans le titre de mon fil.

Bien sur , le conjoint est aussi un frère.. Mais le frère n'est pas forcément un conjoint. Jusque là, nous sommes d'accord, je pense
Cinci a écrit :
lun. 15 mars 2021, 21:09
Néanmoins... Oui, nous devrions pourtant «aimer» les criminels quels qu'ils soient, ainsi que je le faisais remarquer
J'en conclus que c'est avec la même qualité d'amour qu'il nous faudrait aimer un frère repenti qu'un conjoint non repenti
Cinci a écrit :
lun. 15 mars 2021, 21:09
Non pas que Dieu vous ferait une exigence spéciale (ni à vous ni à moi) d'être emplie de doux sentiments amoureux envers des brutes qui martyriseraient des enfants. Non ! Mais «aimer» dans le sens de travailler soi-même à voir autre chose dans le criminel que son crime. Par amour pour Dieu, parce que Dieu le demande ... Ça se demande. puisque Dieu le demande. Il nous le commanderait ...
Là, je ne sais pas si vous faites de l'humour ou si c'est ce que vous pensez. Là je suis d'accord avec vous :fleur:
Cinci a écrit :
lun. 15 mars 2021, 21:09
L'amour chrétien en question c'est comme celui de la Soeur «accompagnatrice»..
Je ne connais pas le film dont vous me parlez, mais c'est intéressant.. Pensez-vous que pour sauver son criminel, la soeur aurait pu renoncer à ses voeux et l'épouser? N'y aurait-il pas là quelques malentendus qui ne garantit pas le repentir du criminel?
N' oublions pas, de plus, que la soeur trahirait un engagement solennel. L'amour de l'ennemi, (faire deux kilomètres avec lui quand il nous en demande un), doit-il aller jusque là?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 31 invités