La dépression et la solitude me tuent

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Avatar de l’utilisateur
La samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par La samaritaine » dim. 31 janv. 2021, 3:34

Magdalena a écrit :
sam. 30 janv. 2021, 12:43
Je ne cherche absolument pas un père pour mes enfants, j'ai fait le deuil d'avoir des enfants. Mais suite à, entre autres, des viols quand j'avais treize ans, j'ai beaucoup de mal à avoir des relations amicales sans passer par le sexe, j'ai l'impression que c'est ce que l'autre attend de moi et j'ai peur qu'en refusant il me traite d'allumeuse(alors que je ne fais rien pour) et m'abandonne. J'essaie de changer ça mais c'est difficile...
Bonsoir chère Magdaléna ,

je vous recommande de lire "le consentement" de Vanessa Springora. Elle a rencontré à 13 ans l'écrivain pédophile Gabriel Matzneff et est demeurée sa proie pendant deux ans avant de le quitter. Elle s'aperçoit pendant de longues années ensuite qu'elle ne peut avoir de plaisir et l'explique : après voir été instrument de plaisir dans les mains d'un homme qui ne pensait qu' à lui et à ses fantasmes, elle n'avait plus accès à son propre désir et à son propre plaisir. Ayant désespérément besoin de l'attention masculine (son père avait été totalement absent), elle cédait aux hommes, confondant attention sur elle et désir sexuel masculin. Elle a guéri au bout d'un long cheminement thérapeutique, a rencontré son mari et a eu un enfant. Ce livre est probablement l'aboutissement de son chemin de guérison.

Les viols dont vous parlez ont laissé des séquelles encore actives et ont vraisemblablement défoncé votre pont - levis. J'ai été bien étonnée d'entendre l'un de mes thérapeutes (merveilleux) me dire lors d'une de nos premières séances "Bon ! Et bien nous allons rebâtir ton pont-levis". Je venais de lui raconter le viol que j'avais subi à l'âge de 5 ans dont je m'étais souvenue en analyse après 25 ans d'amnésie traumatique.
Viol qui avait eu pour conséquence un évitement presque complet de la relation amoureuse, une anesthésie de mon corps et du dégoût en cas de "tentative de rapprochement". Enfin, j'étais chargée d'une énergie défensive potentiellement très agressive à la fois auto-destructrice et destructrice de tout sentiment amoureux, et de certains liens naissants. Ah, c'est sur, je n'avais pas peur des hommes ni de leur dire non, j'avais une peur bleue de l'amour et de l'abandon. (abandon dans l'amour physique, pas l'abandon de quelq'un qui vous quitte).

Donc le pont-levis : il y a un beau château ou règne la maitresse des lieux, une princesse. Au coeur du château, le donjon. En haut du donjon, la chambre haute, la chambre secrète. Le château est fortifié de hauts remparts parfaitement protecteurs, lesquels sont entourés de douves profondes. Et à l'Est ou le soleil se lève, l'entrée du château avec sa lourde porte en bois bardée de fer et au dessus des douves, le pont-levis !
La maîtresse des lieux, du haut des remparts, regarde approcher les visiteurs. Si elle vit ainsi dans un château fortifié, c'est bien sur que tous les visiteurs ne sont pas recommandables ! Il y a des personnages lumineux et sombres, ceux qui apportent des vivres pour le château et ceux qui sont porteurs de la peste, des cavaliers noirs ténébreux et des cavaliers blancs porteurs de lumière et toutes sorte d'individus dont on ne sait pas trop qui ils sont ni ce qu'ils veulent...
La princesse du haut des remparts prend le temps d'observer ceux qui approchent, de discerner, de choisir qui peut rentrer, qui reste dehors. Elle ordonne quand lever le pont-levis, quand le laisser baissé. Une fois rentré, le visiteur n'est pas pour autant invité à rentrer au donjon, il doit montrer patte blanche ! Quand à la chambre haute, doux Jésus ! Les contes sont formels là-dessus : seuls les princes charmants y entrent.

Il arrive des tragédies. Il arrive que des cavaliers noirs attaquent le château et armés d'une arme bélier, détruisent le pont-levis et ravagent le château. Après leur départ, la princesse est perdue, meurtrie, désemparée. Le pont-levis étant cassé, rentre qui veut, sans y être invité. La princesse ne peut plus discerner à qui elle a affaire et toute sorte d'individus parfois peu recommandables s'imposent. La princesse ayant tellement besoin d'aide et d'attention, s'accroche au cou du premier qui lui prête attention sans savoir qui c'est...

Quand j'ai entendu cette histoire, j'ai dit que, ah mais non, moi pas du tout, moi j'ai un pont levis ! Surpuissant même !Ultra défensif !
Le thérapeute a ri et a insisté : "non, tu n 'as plus de pont-levis mais contrairement à celles qui sont sans défense, tu as posté des défenses en amont, tu as posté des guetteurs surarmés loin autour du château, qui envoient des jets de catapulte sur TOUS les visiteurs, sur les cavaliers noirs, ce qui te protège, mais aussi sur les cavaliers blancs, ce qui te prive d'eux et de leur présents. Pour que ces guetteurs acceptent de revenir au château, il faut rebâtir le pont-levis."

Alors, j'ai compris que celles qui ont été violées dans leur enfance se répartissent entre celles qui n'ont plus de défenses psychiques opérantes dans la relation amoureuse (ce qui semble être votre cas) et celles dont les défenses psychiques sont excessives et les prive d'une part de la vie (ce qui est mon cas).

J'ai rebâti ce fameux pont-levis avec ce jeune thérapeute, en prenant le temps d'accueillir et d'accepter la peur, de ne plus fuir. Et un jour, au moment ou je ne m y attendais pas, lors d'une belle rencontre, le dégoût et la peur se sont envolées, la confiance est venu et l'inconnu miraculeux est advenu : l'accès à mon propre désir et à mon propre plaisir. Je n'étais plus le jouet des cavaliers des Ténèbres, je devenais sujet.
J'ai enfin respiré. L'Amour devenait possible, je quittais la malédiction dont je me croyais prisonnière.

Je voulais vous confier cela chère Magdaléna. Voyez si cette image de pont-levis vous parle.

Je m'interroge sur cette formation pour devenir laique consacrée. Est ce un appel clair et évident de Dieu ou un refuge pour panser vos plaies que vous croyez à tort, inguérissables ?

Que le Seigneur vous bénisse et vous garde, dans la lumière de Marie,

Samaritaine

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1676
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par cmoi » dim. 31 janv. 2021, 5:09

Super ! Cela ne me regarde pas, je ne sais votre âge ni ne le demande, mais il vous faut sortir de cette logique destructrice qui vous habite malgré vous et il existe aujourd'hui des thérapies brèves ou comportementales qui le font très bien en un temps qui me semble plus court (et qui peut l'être extrêmement) que celui depuis quand vous êtes suivie...
Un bon compromis est aussi dans la gestalt-thérapie, ici déjà défendue par "la samaritaine".
Ceci étant dit, je ne cherche pas à vous désolidariser de vos thérapeutes actuels, mais certaines techniques sont efficaces et vous pourriez y recourir en parallèle avec leur accord. Pour votre confort de vie...
Bien cordialement.

Magdalena
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : sam. 02 janv. 2021, 0:29
Conviction : Catholique

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Magdalena » dim. 31 janv. 2021, 15:43

Merci pour vos réponses.

J'ai besoin d'intégrer tout ça et de resituer mon passé, vos aides me seront précieuses, aussi je n'ai pas encore de réponse à vous donner pour tout cela.

Néanmoins une chose est sûre : le Seigneur m'a appelée au célibat consacré, ce n'est pas un refuge pour moi. Au contraire, j'avais trouvé début 2020 un homme extraordinaire, qui me comblait a tout point de vue - même sexuel - et qui me voulait dans sa vie. Jésus m'a rappelée à Lui, m'a redit sa confiance et m'a laissé choisir (mon appel datant de juillet 2017). Je l'ai choisi à nouveau, car même le grand amour n'est rien à côté des projets de Dieu pour moi.

Il est sûr que je dois me guérir de ces plaies intérieures, mais ma vocation est sans appel. Je veux et dois me consacrer toute entière à Lui et à son peuple.

Magdalena
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : sam. 02 janv. 2021, 0:29
Conviction : Catholique

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Magdalena » dim. 31 janv. 2021, 19:52

Il m'a écrit aujourd'hui, comme si de rien n'était.
Je l'ai recadré, je lui ai dit qu'on s'arrêtait là, que je ne voulais plus avoir à coucher avec lui, que je souffre de la situation.
Il m'a répondu de manière agressive, me disant qu'il donnait beaucoup pour recevoir du vent, que je ne voulais pas d'un coup d' un soir mais de l'amitié mais c'est moi qui ne donne rien. De ne plus le contacter. Que je suis "une meuf à problèmes".
J'ai bien sûr envie de lui répondre que lui ai cédé mon corps alors que je n'en avais pas envie, que moi au moins je me fais soigner, qu'il vit toujours avec son ex et que donc la personne à problème ce n'est pas moi, etc... Mais pour quoi faire ? Il s'en fout, il a perdu son jouet et il m'écrasera pour se sentir plus grand. Aie, ça fait mal. Mais au moins ça c'est fait.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1676
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par cmoi » dim. 31 janv. 2021, 20:27

Il est bon d’avoir des ancrages dans sa vie, et je me réjouis pour vous que vous ayez celui-là, qui ne contredit pas ce que nous vous avons dit, mais en leur indiquant le but ou l’arrivée leur apporte un éclairage particulier. Je ne doute pas de ce que vous avez vécu là et qui vous donne cette certitude, mais aussi a dû vous rendre plus difficile à vivre certains épisodes ultérieurs.
Pour autant que je pourrai venir sur ce forum, vous pouvez compter sur moi. Par ailleurs, vos dernières réponses me font sentir qu’en effet, vous avez déjà réalisé un certain travail sur vous-même.

En postant ma réponse je découvre votre dernier message : c'était prévisible, et il n'est pas exclu quoi qu'il en prétende, qu'il recommence à tenter sa chance s'il ne trouve pas une autre proie.
Tout son comportement ne fait que montrer qu'il fait tout pour éviter de ressentir et voir sa culpabilité, dans laquelle vous n'entrez même pas en ligne de compte tant il est perclus dans son égoïsme.
Vous avez bien fait de ne pas lui répondre ni entrer en dialogue, vous n'êtes pas encore assez forte pour cela. Mais de tout ce qui vous brûlait la langue, la meilleure réponse aurait été que la personne à problème ce n'est pas vous ( mais qu'il est trop aveuglé par ses désirs pour s'en rendre compte).

Souvenez-vous en bien maintenant, gardez-le dans un coin de votre coeur, car si un instant la solitude vous pèse, vous pourrez vous consoler de ce que que c'est une vraie liberté et bien reposant en comparaison de ce que votre vie serait s'il était à côté de vous.

Magdalena
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : sam. 02 janv. 2021, 0:29
Conviction : Catholique

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Magdalena » lun. 01 févr. 2021, 22:08

Je vais mieux. Je pense sortir lundi prochain et j'aurai une semaine bien chargée. J'ai hâte mais il va falloir que je me ménage, ne serait-ce que pour avoir du temps avec mon doux Jésus. Je ne dois plus l'éviter, lui seul peut combler mon cœur, même si je ne m'en crois pas digne. D'ailleurs peut on vraiment en être digne un jour ? J'ai hâte de retrouver mon chez moi et de ne plus ressentir le négatif des autres personnes, notamment ma voisine de chambre. Je ne lui en veux pas mais elle me tire vers le bas, je dois prendre ça en considération si je ne veux pas replonger.
J'ai parlé du comportement de l'homme avec qui j'ai coupé les ponts à une connaissance commune. Elle est profondément choquée de ce qu'il m'a obligée à faire et de son dernier message. Ça m'a fait du bien de me sentir soutenue. Je me suis engagée devant elle et devant Dieu de ne plus donner mon corps avant la mariage, c'est-à-dire jamais puisque je serai consacrée.
Je reprends bientôt ma place auprès de ceux qui ont besoin de moi, grâce à Dieu ! Je m'en réjouis, mais je dois faire attention.
Merci de votre présence et de votre aide.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1676
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par cmoi » mar. 02 févr. 2021, 9:49

Magdalena a écrit :
lun. 01 févr. 2021, 22:08
Elle est profondément choquée de ce qu'il m'a obligée à faire et de son dernier message. Ça m'a fait du bien de me sentir soutenue. Je me suis engagée devant elle et devant Dieu de ne plus donner mon corps avant la mariage, c'est-à-dire jamais puisque je serai consacrée.
C’est une bonne chose que vous le reconnaissiez, cela en sera une meilleure que vous soyez capable de le lui faire reconnaître sans exprimer ni agressivité, ni plainte, ni amertume, ni pardon exagéré.
Il faut d’abord vous pardonner à vous-même, et ensuite – mais ensuite seulement car les deux ensemble peuvent avoir des éléments incompatibles – à lui.
A partir de là votre demande de pardon envers Dieu pourra être complète, sachant qu’il vous l’a bien sûr déjà accordé et que vous l’avez déjà formulée. Appuyez-vous dessus pendant tout ce temps, et votre ferme propos en sera ensuite renforcé.
Ce que je veux dire c’est qu’il y a plusieurs étages à la fusée. Le ferme propos de l’un n’est pas la fin du trajet, il s’ensuit un travail d’écoute et de compréhension aboutissant à une nouvelle prise de conscience, puis un nouveau repentir, etc. C’est important de ne pas arrêter prématurément ce décollage, ni de le poursuivre au-delà du raisonnable, encore que cette seconde option puisse être sans fin mais devenir alors plus indéterminée ou globale.
Que la puissance du pardon de Jésus vous guide et vous accompagne, qu’elle nourrisse votre oraison et vous permette de traverser cette étape dans Sa paix.
Soyez douce avec vous-même et votre corps, il l’a bien mérité !

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11268
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Fée Violine » mar. 02 févr. 2021, 13:04

C’est une bonne chose que vous le reconnaissiez, cela en sera une meilleure que vous soyez capable de le lui faire reconnaître sans exprimer ni agressivité, ni plainte, ni amertume, ni pardon exagéré.
Et encore meilleur, me semble-t-il, de ne plus jamais parler à cet homme !

Magdalena
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : sam. 02 janv. 2021, 0:29
Conviction : Catholique

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Magdalena » mar. 02 févr. 2021, 16:02

Effectivement, cet homme n'est pas prêt à se remettre en question. Ce que je lui ai dit aura peut-être planté une petite graine qui un jour germera, qui sait ? Quand nous nous fréquentions, il s'est remis à prier, peut-être que Dieu fait son oeuvre en lui. Moi j'ai fait ce que je pouvais, je me libère de ce lien toxique.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1676
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par cmoi » mer. 03 févr. 2021, 7:20

Fée Violine a écrit :
mar. 02 févr. 2021, 13:04
C’est une bonne chose que vous le reconnaissiez, cela en sera une meilleure que vous soyez capable de le lui faire reconnaître sans exprimer ni agressivité, ni plainte, ni amertume, ni pardon exagéré.
Et encore meilleur, me semble-t-il, de ne plus jamais parler à cet homme !
En effet, même si la chronologie qui suivait l’excluait, je contredisais ce sur quoi j’avais auparavant insisté. A court terme vous avez tout à fait raison de le souligner, mais j’envisageais qu’à moyen/long terme la vie crée parfois des circonstances qui nous offrent comme sur un plateau des « occasions rêvées ».
Car l’idéal reste malgré tout de rendre à chacun ce qui lui est dû, dans un esprit positif et créatif (surtout plutôt qu’à un autre ensuite et par compensation : c’est un peu l’objet des thérapies...). Sauf qu’il faut pour cela le débarrasser de ce qu’il peut y avoir de trop personnel et qui ne le concernait pas, qui ne vient même pas de nous mais d’une histoire qui ne trouvera pas de résonance en lui – surtout quand il est « fermé ».
Plein de situations d’agressivité naissent et s’expliquent sinon ainsi, qui peuvent être dédramatisées une fois que nous l’avons compris. Pouvoir mettre ses émotions à ce diapason est aussi le fruit d’un travail, car nous avons tous nos blessures.
Il y a une petite frustration à ne pouvoir « rendre » et qui peut être très généreuse, mais la priorité est d’acquérir d’abord cette impartialité, qui sans cesse est à reconquérir.

Et tout cela tout en assurant son travail, etc.
Il me semble qu'en dépit de cet "écart", Magdalena m'a compris par sa réponse. Qu'elle a "de la ressource" et je m'en réjouis.

Avatar de l’utilisateur
Léon
Censor
Censor
Messages : 155
Inscription : jeu. 14 févr. 2019, 8:31

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Léon » mer. 10 févr. 2021, 13:59

Magdalena a écrit :
mar. 02 févr. 2021, 16:02
Effectivement, cet homme n'est pas prêt à se remettre en question. Ce que je lui ai dit aura peut-être planté une petite graine qui un jour germera, qui sait ? Quand nous nous fréquentions, il s'est remis à prier, peut-être que Dieu fait son oeuvre en lui. Moi j'ai fait ce que je pouvais, je me libère de ce lien toxique.
Bonjour Magdalena,

cela va t-il mieux après toutes ces péripéties?
La semaine dernière c'était la fête de la vie consacrée, donc j'espère que votre projet tient toujours.

Bonne journée.

Magdalena
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : sam. 02 janv. 2021, 0:29
Conviction : Catholique

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Magdalena » jeu. 11 févr. 2021, 21:16

Bonjour, merci Léon de le demander.
Oui je vais bien mieux. Je suis sortie de la clinique et, malgré pas mal de problèmes (le travail me demande de rembourser un salaire, la caf veut me couper les allocs, l'assurance maladie ne me paie pas mes indemnités journalières depuis octobre, j'ai eu une panne sur ma voiture, etc) je tiens le cap.

Oui, ce projet est plus que jamais d'actualité, je vois le délégué à la vie consacrée de mon diocèse la semaine prochaine pour parler de ma formation.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1676
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par cmoi » ven. 12 févr. 2021, 8:29

Tenez bon ! Soyez certaine que pour vous tout est là-haut sous contrôle...

Magdalena
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : sam. 02 janv. 2021, 0:29
Conviction : Catholique

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par Magdalena » jeu. 04 mars 2021, 1:09

Je vous remercie pour votre aide et votre soutien. Je vais très bien aujourd'hui, j'avance dans mon cheminement et mes activités au sein du diocèse. Je n'ai jamais été si heureuse. Heureusement que vous etiez là. Merci encore. Dieu vous bénisse.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1676
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: La dépression et la solitude me tuent

Message non lu par cmoi » lun. 05 avr. 2021, 7:13

Nous rendons grâce à Dieu.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 18 invités