Intégrisme

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
J-F
Ædilis
Ædilis
Messages : 14
Inscription : mar. 23 août 2005, 19:46
Localisation : Québec

Message non lu par J-F » lun. 12 sept. 2005, 21:33

Merci bajulans pour cette "réflexion" sur l'intégrisme! Cependant, admettons que le problème actuel pour nous catholiques, en matière d'intégrisme, porte l'appellation "FSSPX" et leurs affiliés.

D'ailleurs, tu l'indiques:
C'est parce qu'on ne respecte pas l'autorité, parce qu'on se juge meilleur qu'elle que l'on en fait qu'à sa tête, parce qu'on détient la bonne doctrine, on méprise tout le monde.
:)

J-F
Miserere mei, deus,secundum magnam misericordiam tuam

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Intégrisme et extrémisme

Message non lu par jean_droit » sam. 18 août 2007, 10:36

Je pense qu'il faut distinguer intégrisme et extrémisme.
J'ai, autrefois, entendu des propos à Saint Nicolas du Chardonnet qui étaient extrémistes.
Heureusement qu'il me semble que cette époque est, en grande partie, révolue.
J'ai mis dans le fil concernant la mort du cardinal Lustiger un article provenant de Golias que je trouve, aussi, parfaitement extrémiste.
Il faut, aussi, distinguer traditionalisme et intégrisme.
Tant qu'à la tendance "protestante" de l'époque post conciliaire elle est plus qu'évidente. Il suffit de suivre la messe Paul VI.
Il suffit de voir combien bien des prêtres se sont comportés durant les années noires.
Il faut distinguer oeucuménisme et alignement.
Là encore le Saint Siège vient de mettre, avec combien de courage, le holà à ces déviations doctrinales !

Avatar de l’utilisateur
Popeye
Le vrai marin
Le vrai marin
Messages : 684
Inscription : sam. 19 nov. 2005, 12:31

Re: Intégrisme

Message non lu par Popeye » sam. 18 août 2007, 19:37

avant de savoir qui est intégriste, commencez par donner la définition théologique du mot, au sens ou la doctrine catholique l'entend. ;)

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1528
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Qu'est-ce que l'intégrisme ?

Message non lu par Petit Matthieu » jeu. 03 sept. 2009, 14:13

Bonjour à tous,

J'ai une question à vous poser, ou plutôt vos avis à consulter. Dans nos médias télévisés, papiers ou internet un mot revient très souvent dans les analyses politiques ou sociologiques d'un pays, d'une population : l' "intégrisme".
Ce mot "intégrisme" est très utilisé mais qu'elle en est la définition ?

1 / S'il y en a une précise laquelle est-ce ?
2 / Peut-on utiliser ce mot pour d'autres religions comme le bouddhisme, le shintoïsme, les spiritualités orientales, animistes, vaudou... ?
3 / Seuls l'islam, le christianisme et le judaïsme sont concernés par ce terme, pourquoi ?
4 / Enfin si la définition utilisée par les médias est totalement floue, n'est ce pas par excellence un terme concentrant préjugés, clichés et amalgames ?

L'utilisation de ce terme va si loin qu'il en devient presque génétique (je reconnais un peu de provocation dans cette phrase) car il en vient à définir des populations entières dans le cadre de la célèbre "guerre contre le terrorisme". N'y a-t-il pas une volonté de créer l'image de l'ennemi parfait, c'est à dire clairement identifiable ? Une façon de faire d'un intégriste une personne agissant pour le mal absolu, sanguinaire, robotisée ? Faire un ennemi identifiable, très homogène, concentrant à lui seul tous les vices, c'est pratique pour obtenir les opinions pro-guerre et susciter l'angoisse.

Mais quand devient-on intégriste ? Y-a-t il une façon de le mesurer ? La figure du "demi-intégriste" est impensable, soit on l'est, soit on ne l'est pas. Comment pouvons nous admettre une telle simplification ?

Et dernière question, à l'heure actuelle, combien de saints du passé seraient considérés aujourd'hui comme intégristes ? Le changement radical de priorités dans la vie d'un chrétien qui s'est converti n'est il pas une forme d'intégrisme, du moins par la grille de jugement de notre société occidentale laïque ?

Beaucoup de questions....mais je sais que j'aurais de belles réponses ! A vous ! Merci

Mai
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1401
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Avis aux avis !

Message non lu par Harfang » jeu. 03 sept. 2009, 17:50

J'ai justement sous la main un numéro du magazine Marianne-L'Histoire "Les intégristes. Depuis 300 ans les fous de Dieu affrontent l'esprit des Lumières. Pourquoi ?", je vais essayer de répondre par quelques citations.

(Bien sûr j'ai acheté ce genre de magazine dans un esprit de "qu'est-ce qu'ils nous veulent ceux là ?", je pense d'ailleurs avoir péché en l'ayant acquis et lu.)

1 / S'il y en a une précise laquelle est-ce ?

Intégrisme: Le mot est apparu dans les dernières années du XIXe siècle en Espagne pour qualifier un parti politico-religieux catholique.
Par extension, il a désigné les mouvements de résistance aux idées modernes dans l'Église. On l'applique aujourd'hui aux extrémistes de toutes les religions.

2 / Peut-on utiliser ce mot pour d'autres religions comme le bouddhisme, le shintoïsme, les spiritualités orientales, animistes, vaudou... ?
3 / Seuls l'islam, le christianisme et le judaïsme sont concernés par ce terme, pourquoi ?

Les intégristes sont nés avec le monothéisme

Les polythéismes antiques ne se pensaient pas détenteurs d'une vérité absolue.

Quitte à surprendre, on pourrait affirmer que la différence principale entre les monothéismes et les polythéismes antiques ne réside pas tant dans le nombre des dieux que vénèrent les fidèles que dans la conception que les uns les autres se dont des dieux des autres. Pour les trois grands monothéismes, il n'existe qu'un Dieu et un seul, le leur, et toute autre croyance relève de l'idolâtrie. Ils se fondent en quelque sorte sur l'exclusion, sur la séparation entre deux groupes antagonistes, fidèles et infidèles, croyants et incroyants, quel que soit le nom qu'on leur donnee selon les époques. En conséquence, l'Autre apparaît comme un adversaire qu'il faut amener à croire de gré ou de force. Même si le judaïsme a renoncé depuis longtemps à cette quête missionnaire, il ne la récuse pas et envisage la conversion de tous à la fin des temps. Quant au christianisme et à l'islam, il suffit de se retourner sur leur longue histoire de violence pour prendre conscience de leur volonté de domination universelle et exclusive. A cette logique de l'exclusion et de l'hostilité (qu'il convient naturellement de nuancer en fonction des lieux et des temps), les polythéismes antiques opposent une conception du divin radicalement étrangère, qui me semble interdire la naissance d'un intégrisme ou, si l'on préfère, d'un fondamentalisme*. En premier lieu, les polythéismes se montrent ouverts aux autres : pour un Grec, un Romain, un Goulois, ou un Égyptien, les dieux des autres sont des dieux au même titre que les siens propres. Et il n'est pas rare que pour des raisons diverses, à titre collectif ou à titre individuel, les dieux étrangers s'intègrent à un panthéon qui n'est pas le leur. l'Égyptienne Isis, la Phrygienne Cybèle, l'Iranien Mithra, la Syrienne Atargatis trouvent des fidèles partout et dans tous les milieux. De plus, Grecs et Romains ont su reconnaître spontanément dans les dieux des peuples voisins les équivalents, parfois approximatifs, de leurs propres dieux : tout maître du panthéon devient facilement un Zeus ou un Jupiter. Mais ce qui compte et qu'il faut souligner, c'est que les polythéismes antiques, selon l'heureuse formule de Jan Assman, sont << Traductibles >>. Loin d'être des ensembles clos, figés dans l'absolue certitude d'être seuls détenteurs de la Vérité, les polythéismes antiques se montrent au contraire largement ouverts à la vérité des autres.
Un second point est essentiel rend incompatible, me semble-t-il, l'intégrisme avec les polythéismes antiques. Alors que les monothéismes se fondent sur des textes réputés inspirés par Dieu, voir délivrés par Dieu lui-même (la Loi de Moïse, le Coran incrée); interdisant toute remise en cause sous peine de sacrilège, les polythéismes antiques reposent sur des mythes aux contours mouvant : si la trame générale reste identique, els variantes de chaque mythe sont innombrables. Comme aucun de ces textes n'est considéré d'origine divine, il est loisibles aux poètes ainsi qu'aux dirigeant des cités de les adapter à leurs besoin esthétiques ou politiques. Nul ne peut se prévaloir d'un texte <<sacré>> immuable pour fonder une vision de la société et du monde qu'il prétendrait imposer à tous.
D'ailleurs-et c'est le troisième point essentiel qui interdit l'émergence d'un intégrisme - aucun dieu, au sein des polythéismes antiques, ne prétend imposer à ses fidèles une interprétation globale du monde et dicter les comportements individuels. La morale sociale ne découle pas d'un ordre divin, même si les dieux sont susceptibles de punir le fautif. Bien que le religieux soit omniprésent dans la cité grecque ou romaine, il reste subordonné au politique : le fait que le prêtre soit un magistrat parmi d'autres et exerce généralement ses fonction à titre temporaire interdit qu'il cherche à imposer une loi << divine>> comme norme à l'ensemble de la société. Les lois sacrées méritent le même respect que les autres, mais se bornent à établir les règles à suivre en matière de culte, et ne prétendent pas réguler les comportements individuels ou collectifs à chaque instant de la vie.
On trouverait sans doute d'autres raison qui interdisent l'intégrisme dans les polythéisme antiques[1] telles que la conception du divin, l'absence d'autorité religieuse centralisée ou l'ignorance de la notion de dogmes et donc d'hérésie. Mais la nature ouverte des polythéismes les conduit structurellement à la tolérance.

Maurice Sartre.

*Fondamentalisme : Attitude de ceux qui pour la Bible doit être considérée comme un texte historique, racontant des événements réels. Le terme vient de la lutte menée par des protestants américains, dans les années 1920, pour la défense de ce qu'ils appelaient les <<articles fondamentaux de la foi>>, notamment la lecture littérale de la Bible dont l'autorité s'étend à tous les secteurs de la vie.

1. Les polythéismes contemporains sont ici laissés de côté, les agressions des extrémistes hindouistes contre les chrétiens et les musulmans relevant peut-être d'un autre phénomène que le fondamentalisme.

___

4 / Enfin si la définition utilisée par les médias est totalement floue, n'est ce pas par excellence un terme concentrant préjugés, clichés et amalgames ?

Vu le flou des définitions au-dessus, a mon avis c'est plus le mot qui blesse employé contre tous ceux qui ne se plient pas aux courants "modernes" au nom de la religion.
Dernière modification par Harfang le jeu. 03 sept. 2009, 18:00, modifié 3 fois.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1528
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Avis aux avis !

Message non lu par Petit Matthieu » jeu. 03 sept. 2009, 17:59

merci beaucoup Harfang pour toutes ces informations !
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3135
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par Griffon » mer. 02 nov. 2011, 18:52

Bonjour à tous,

On connaît tous des chrétiens traditionalistes (= non traditionnels, typiquement FSSPX), sinon sédévacantistes.
Soit directement, soit indirectement.
Au moins sur Internet, où chacun d'eux fait du bruit comme cinquante ! ;)

A tout moment, ils remettent en cause toute notre manière de vivre : notre foi, notre messe, notre éducation, notre façon de prier, d'éduquer nos enfants, de voter,... bref, d'être présent dans le monde (tout en n'étant pas du monde).

Catholiques à l'origine, on cherche à les accueillir comme des frères, à les écouter ; on tente de les comprendre.
Et insidieusement, leurs idées font un chemin en nous où elles trouvent parfois un écho.

Pour le moment, notre forum propose plusieurs exemples de ces idées nauséabondes.

- La qualité de la messe et la défense "ce qui plait à Dieu"
Avouer que dit ainsi, il n'y a aucune parade. N'est-ce pas normal ?
Dès lors, beaucoup se mettent à suivre la messe avec un esprit de contrôle
Le prêtre a-t-il bien fait ceci, a-t-il lu sans se tromper, a-t-il bien respecter toutes les rubriques... ?
Voilà une messe ratée ! Nous sommes à la messe pour célébrer l'eucharistie.
Laissons donc le prêtre dire la messe comme il l'a apprise, plus ou moins correctement.
Nous ne sommes pas délégués par l'évêque pour le contrôler.
Notre vie intérieure est dès lors empêchée...
Et ce serait cela être catholique ? Et notre vie intérieure ?
Notre plus précieux chemin vers l'union avec Dieu, qu'en faisons-nous ?

- La mise en cause de l'autorité
Devons-nous obéir à notre curé ?
Attendez Monsieur, il fait ceci et cela... Il n'a pas la foi ! Bien sûr que je ne dois dès lors plus considérer son jugement.
Ne pas aller manifester ? Mais qui a dit cela ? Ah... le porte parole de la CEF. Mais la CEF, mon bon Monsieur, ce n'est pas le magistère. (Rome devrait-elle se préoccuper de l'actualité régionale et donner à chaque fois son avis ?)
Allons bon ! La commission des évêques de France demande qq ch, mais non, cela n'a pas de valeur.
Il faudrait que l'évêque, mon évêque me téléphone à moi personnellement, n'est-ce pas ?
De toute façon, l'évêque ne dit rien puisque je n'ai pas entendu ;
et je n'ai pas entendu, car je suis tellement occupé à faire du bruit qu'il n'y a plus moyen d'entendre quoi que ce soit.

- Les attaques contre le magistère et les procès en catholicité de "tout suspect"
On se met à faire un procès d'intention à tous nos frères, et bien sûr aussi à nos prêtres.
Dès lors, quand l'un ne fait pas ceci ou cela... on peut se demander s'il croit encore à la présence réelle !
Mais, tel évêque ose dire cela, ou ne réagit pas alors que nous avons décrété qu'il le faudrait !
On se pose alors en "grand juge" qui du haut de son grand savoir, édicte la loi et dénonce ceux qui ne la respectent pas.

- La défense de la pureté de notre foi, l'honneur du Christ
Ainsi, fort de notre foi "de toujours", la nôtre qui est la seule pure, nous pouvons dénoncer ceux qui ne bafouent l'honneur du Christ.
C'est très fort, puisque ce n'est pas notre liberté que nous devons défendre, mais Dieu même.
Qui est assez fou pour s'opposer à un tel raisonnement.
Que notre liberté s'arrête où commence celle de l'autre, on n'a plus rien à y faire.
Comment Jésus nous demande de réagir au blasphème ?
Comment Jésus nous demande-t-il de prier ?
Même ces questions basiques n'ont plus de sens.

- la correction fraternelle nouvelle mouture
J'ai le devoir de dire au prêtre qu'il n'a pas le droit !
J'attaque le clergé/magistère, moi ?
Non, non ! je pratique la correction fraternelle.
A tout va ! C'est certain.
Mais, c'est qu'il y a tellement d'abus, d'erreurs, de péché,... j'ai toujours l'une ou l'autre correction à faire.
On me cite Matthieu 18,15... mais on oublie les 2 versets suivants.
Or la correction fraternelle, c'est bien l'ensemble des 3 versets.
Et lorsqu'on parle d'un laïque (fraîchement re-converti) qui veut faire une correction fraternelle envers un prêtre, il faudrait qu'il commence par se mettre à genoux en remerciant pour les années reçues en cadeau, la fidélité quotidienne,...

- et le mieux de tout... le vote d'extrême droite
Justifiant l'injustifiable.
Démontrant à ceux qui ne l'auraient pas encore compris où la pensée va se nourrir !


Je le sais, rien que d'écrire cela va en braquer plus d'un.
C'est qu'il est temps de tirer la sonnette d'alarme car l'intégrisme n'est pas une solution.
Jésus ne nous demande pas de partir en guerre contre le monde, mais d'y agir comme un levain.
Or, l'intégrisme divise.
Il suffit de regarder pour s'apercevoir qu'il n'est pas humble, et qu'il sème la révolte et la subversion.
Il casse, démolit,... sans chercher à construire.
Et même entre intégristes, cela part dans tous les sens.
La division à un maître. Ce n'est pas Dieu.

A bon entendeur,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Théo d'Or
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 465
Inscription : sam. 12 sept. 2009, 23:33
Localisation : Ici

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par Théo d'Or » mer. 02 nov. 2011, 20:19

Depuis que je suis devenue active sur ce forum, il y a quelque chose qui revient souvent et qui m'interpelle:

"On ne s'aviserait pas d'aller titiller les musulmans comme on le fait avec les catholiques"

Par ailleurs, ce dont parle Griffon est exactement le reflet de ce qui se passe dans notre société actuelle. Entre ce fameux relativisme, dont beaucoup de gens parlent ici, et l'extrémisme, il semble que toutes les personnes prêtes à défendre des valeurs supérieures sont hantées par le spectre du risque abominable de la tiédeur. C'est d'autant plus fort qu'on est perdus dans la complexité de ce monde et dans la masse d'infos qu'on se ramasse tous les jours: nos visions du monde s'en trouvent affaiblies et précarisées. Le "relativisme" et l'extrémisme sont étroitement liés...

Seulement, il serait bon de se rappeler que de décider résolument d'être autant que possible entre ces deux extrêmes peut être chaud, très chaud. Et "radicalement" à contre-courant de ce qui a tendance à se passer dans le monde...

Cordialement

Théo d'Or
En recherche...

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3069
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par Suliko » mer. 02 nov. 2011, 20:47

Depuis que je suis devenue active sur ce forum, il y a quelque chose qui revient souvent et qui m'interpelle:

"On ne s'aviserait pas d'aller titiller les musulmans comme on le fait avec les catholiques"
Mais vous, qu'en pensez-vous? N'y a-t-il pas une grande part de vérité dans cette affirmation mainte fois répétée?

En ce qui concerne Griffon, je ne suis pas vraiment de son avis. D'ailleurs, peu importe. Ce qu'il faut comprendre, c'est pourquoi le traditionalisme est apparu et à quoi il fait réaction. Sans cela, difficile de comprendre la situation actuelle du catholicisme. Ce que ne dit pas non plus Griffon, ce sont les côtés positifs du traditionalisme (et par traditionalisme, j'englobe tous les catholiques attachés à la forme extraordinaire, càd FSSP, ICRSP, FSSPX, IBP, etc...) (Par contre, je le rejoins tout à fait sur le danger du sédévacantisme!).



P.S.: Théo d'Or, j'ai lu votre message concernant votre progression vers le déisme. Cela m'a véritablement fait très plaisir (bien que je m'en doutais un peu). Je suis désolée de ne pas savoir répondre à votre question sur la place des femmes dans l'Eglise (Vous avez posé une question assez technique et je ne connais pas la réponse...).
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3135
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par Griffon » mer. 02 nov. 2011, 21:22

Ah...!
Suliko, vous tombez dans le panneau.

Il y a une marge entre un prêtre traditionnel et un prêtre de la fraternité.
Même s'ils disent la même messe.
L'un est dans l'Eglise, soumis à Pierre, l'autre est au dehors.

Nier le fait démontre l'esprit qui vous habite.
Dès lors, vous ne pouvez pas comprendre.
Ou refusez de comprendre.

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Théo d'Or
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 465
Inscription : sam. 12 sept. 2009, 23:33
Localisation : Ici

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par Théo d'Or » mer. 02 nov. 2011, 21:32

Suliko a écrit :
Depuis que je suis devenue active sur ce forum, il y a quelque chose qui revient souvent et qui m'interpelle:

"On ne s'aviserait pas d'aller titiller les musulmans comme on le fait avec les catholiques"
Mais vous, qu'en pensez-vous? N'y a-t-il pas une grande part de vérité dans cette affirmation mainte fois répétée?
Il y a évidemment une part de vérité. Mais le problème, outre le fait qu'on peut trouver des vérités partout, c'est que ce genre de propos fait subtilement affleurer à l'esprit qu'il n'y a qu'une certaine forme de violence qui permette d'être entendu. Hors, c'est à priori contraire à l'esprit chrétien. On ne va pas quand même envier à ces franges d'islamistes extrémistes d'être capables de se faire respecter par la force quand même?

Par ailleurs, et je le répète, cette tendance à affirmer son identité de façon forte, voire violente, est typique de notre temps parce que les identités sont diluées par la grosse machine infernale qu'est devenue notre société, à laquelle on ne comprend plus rien, mais qu'on pressent se diriger tout droit dans le mur!

Pire, on perd son énergie, notre précieuse énergie, dans des débats potentiellement stériles et, surtout, énergivores!! Un exemple? La pièce "sur le concept du visage du fils de Dieu". Je suis convaincue qu'un ennemi de taille pour la spiritualité est ce qu'on pourrait appeler l'"événementiel" et tout son lot de spéculation sur son éventuel effet de perversion des masses. Et si elle amenait des gens vers Jésus? C'est la diarrhéique chronique qui parle (au sens propre du terme: je souffre en permanence de troubles digestifs!). Il y a d'autres problèmes autrement plus choquants dans le monde qui auraient besoin de la bienveillance chrétienne! Il ne faut quand même pas trop s'égarer...
Suliko a écrit :En ce qui concerne Griffon, je ne suis pas vraiment de son avis. D'ailleurs, peu importe. Ce qu'il faut comprendre, c'est pourquoi le traditionalisme est apparu et à quoi il fait réaction. Sans cela, difficile de comprendre la situation actuelle du catholicisme. Ce que ne dit pas non plus Griffon, ce sont les côtés positifs du traditionalisme (et par traditionalisme, j'englobe tous les catholiques attachés à la forme extraordinaire, càd FSSP, ICRSP, FSSPX, IBP, etc...) (Par contre, je le rejoins tout à fait sur le danger du sédévacantisme!).
Comme résumeriez-vous l'apparition de ce traditionalisme?

Cordialement,

Théo d'Or
Suliko a écrit :P.S.: Théo d'Or, j'ai lu votre message concernant votre progression vers le déisme. Cela m'a véritablement fait très plaisir (bien que je m'en doutais un peu). Je suis désolée de ne pas savoir répondre à votre question sur la place des femmes dans l'Eglise (Vous avez posé une question assez technique et je ne connais pas la réponse...).
P.S.: Merci pour votre petit PS :> Je crois que la question est difficile, mais il y a eu un échange intéressant avec Amfortas sur le principe démocratique dans le fil des prêtres français qui veulent se marier (actualité décryptée), et qui me fait toujours réfléchir en ce moment.
En recherche...

Avatar de l’utilisateur
lmx
Barbarus
Barbarus

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par lmx » mer. 02 nov. 2011, 21:37

Je suis convaincue qu'un ennemi de taille pour la spiritualité est ce qu'on pourrait appeler l'"événementiel" et tout son lot de spéculation sur son éventuel effet de perversion des masses.

Je suis absolument d'accord avec vous. Tout ce flot d'images et d'informations irrite, fatigue l'esprit en l'obligeant à réagir promptement et finalement le détourne de l'essentiel.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3069
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par Suliko » mer. 02 nov. 2011, 22:17

Il y a une marge entre un prêtre traditionnel et un prêtre de la fraternité.
Même s'ils disent la même messe.
L'un est dans l'Eglise, soumis à Pierre, l'autre est au dehors.

Nier le fait démontre l'esprit qui vous habite.
Dès lors, vous ne pouvez pas comprendre.
Ou refusez de comprendre.
Je n'ai pas dit qu'il n'y avait aucune différence entre un prêtre de la FSSPX et un prêtre d'une autre fraternité. Seulement, en vous renseignant sur ces milieux, vous verrez qu'il y a nombre de points communs. Pensez-vous que des prêtres comme l'abbé Laguérie ou d'autres, que ce soit de l'IBP ou de la FSSP, ont par magie changé d'avis en rentrant en pleine communion avec l'Eglise? Pas forcément du tout! La seule différence, c'est que les prêtres de la FSSPX profitent du flou de leur situation pour parler tout haut, et parfois avec un grand manque de tact et de respect...
Vous refusez de voir que les plus anciens prêtres de la FSSP ou de l'IBP étaient autrefois des prêtres de la FSSPX, qui soutenaient les idées de Mgr Lefebvre, et qu'ils n'ont pas tous forcément changé d'avis en réintégrant l'Eglise...

Quel est l'esprit qui m'habite? Je suis désolée, mais c'est agaçant, cette manie de toujours frapper sur les tradis...
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
steph
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 653
Inscription : mar. 28 août 2007, 1:28
Localisation : Belgique

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par steph » jeu. 03 nov. 2011, 0:11

Suliko a écrit :Quel est l'esprit qui m'habite? Je suis désolée, mais c'est agaçant, cette manie de toujours frapper sur les tradis...
Sans faire de procès à personne, répondre à cette question et seulement à cette question (qui a trait au discernement des esprits), notamment avec l'aide du père spirituel, mais surtout avec lucidité et honnêteté, est fondamental.
Je réagis peut-être en détournant l'intention du passage cité, mais il me semble qu'on ne peut pas évacuer la question (ce qui n'est sans doute pas le cas, mais sur l'écran, il semble bien que si).

Par contre, pour revenir à mon domaine favori, j'ai été victime (et on n'en guérit pas facilement) du rubriscisme, de l'inspection (j'ai pensé faire des buletins de célébration reprenant les abus majeurs, mineurs, les manques de goût, les négligences pour les remettre aux prêtres concernés pour qu'ils puissent revoir leur ars célébrandi!) et je sais que je ne suis pas le seul.
Il ne faudrait pas manquer les Paroles divines de l'Evangile parce que l'on penserait pouvoir faire mieux que le thuriféraire qui tient mal son encensoir...
Stat Crux dum volvitur orbis!
Dic animae meae: “ Salus tua ego sum ” Ps XXXIV 3

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9456
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Attention: l'intégrisme s'insinue dans notre propre vie

Message non lu par PaxetBonum » ven. 04 nov. 2011, 14:55

J'avais envie d'ouvrir un topic : "Attention: le modernisme s'insinue dans notre propre vie" pour relater point par point l'excès dans ce sens
Mais j'ai préféré m'abstenir de peur que cela ne semble belliqueux, je laisse à chacun le soin d'examiner ce que le modernisme en nous peut produire dans les thèmes soulevés par Griffon :

- La qualité de la messe et la défense "ce qui plait à Dieu"
- La mise en cause de l'autorité
- Les attaques contre le magistère et les procès en catholicité de "tout suspect"
- La défense de la pureté de notre foi, l'honneur du Christ
- la correction fraternelle nouvelle mouture
- et le mieux de tout... le vote électoral
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Altior et 60 invités