Participation active et Offertoire

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1108
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Participation active et Offertoire

Message non lu par Olivier JC » lun. 11 déc. 2023, 13:53

Bonjour,

Dans la liturgie célébrée selon le missel romain de 1962, l'offertoire commence avec l'invite Dominus vobiscum auquel l'assemblée répond Et cum spiritu tuo. Puis le prêtre invite l'assemblée à la prière : Oremus. Il met un terme à cette prière avec la conclusion Per eúndem Christum Dóminum nostrum. Entre les deux, le prêtre récite diverses prières submissa voce. Il s'agit ici d'un espace temporel liturgique où trois séquences indépendantes prennent place, avant de se rejoindre lorsque le prêtre appelle à la conclusion de la prière :
1. de première part, les prières que le prêtre récite ainsi qu'il lui est imparti de le faire selon l'ordo missae ;
2. de deuxième part, l'antienne d'offertoire qu'il revient au choeur grégorien de chanter, qui est une prière adressée à Dieu et qui, par la vertu propre du chant grégorien, élève l'âme et la soutient en cet instant ;
3. de troisième part, la prière qu'il revient à chaque personne présente dans l'assemblée de formuler en vertu de son sacerdoce baptismal, et pour laquelle l'ordo missae n'impose aucune formule particulière.

Que se passe-t-il d'un point de vue spirituel durant l'offertoire ? Nombre de personnes ont eu des visions à ce sujet, je retiens ici celles de Catalina Rivas qui rapporte ce que la S. Vierge lui a expliqué :
Soudain, quelques personnages que je n'avais pas vus, commencèrent à se lever. C'était comme si, à côté de chaque personne qui était présente dans la Cathédrale, une autre personne émergeait et bientôt la Cathédrale était remplie de très belles et jeunes personnes. Ils étaient vêtus de robes blanches et ils commencèrent à se déplacer vers l'allée centrale et puis vers l'autel. Notre Mère dit:
"Observe. Ce sont les Anges gardiens de chaque personne présente dans l'assemblée. C'est le moment où vos Anges gardiens transportent vos offrandes et vos supplications devant l'Autel du Seigneur."
À ce moment, je fus complètement abasourdie, car les êtres avaient un visage tellement radieux et d'une beauté telle, qu'il est impossible à quelqu'un de l'imaginer. Ils avaient une très belle apparence avec un visage presque féminin. Toutefois, la vue de leur corps, de leurs mains et leur grandeur était masculine. Leurs pieds nus ne touchaient pas le plancher mais ils se déplaçaient comme s'ils glissaient. Cette procession fut très belle.
Certains transportaient ce qui ressemblait un peu à un bol doré avec quelque chose qui brillait beaucoup, d'une lumière dorée-blanche. La Vierge-Marie dit:
"Ce sont les Anges gardiens des personnes qui offrent cette messe pour plusieurs intentions, ceux qui sont conscients de la signification de cette célébration. Ils ont quelque chose à offrir au Seigneur."
"Offrez-vous à ce moment-là… offrez vos peines, vos douleurs, vos espoirs, vos tristesses, vos joies, vos supplications. Souvenez-vous que la Messe a une valeur infinie. Alors soyez généreux en offrandes et en demandes."
Derrière les premiers Anges, d'autres vinrent qui n'avaient rien dans leurs mains, ils s'avançaient les mains vides. La Vierge Marie dit:
"Ceux-ci sont les anges des personnes qui sont ici mais n'offrent jamais rien. Ils n'ont aucun intérêt à vivre chaque étape liturgique de la Messe et ils n'ont aucun présent à apporter devant l'Autel du Seigneur."
À la fin de la procession vinrent d'autres anges qui paraissaient plutôt tristes et avaient leurs mains jointes en prière mais avec les yeux baissés.
"Ceux-ci sont les Anges gardiens des personnes qui sont ici mais qui ne veulent pas l'être, c'est à dire des personnes qui ont été forcées de venir ici, qui sont venues par obligation mais sans aucun désir de participer à la Sainte Messe. Les anges avancent avec tristesse parce qu'ils n'ont rien à apporter à l'autel, excepté leurs propres prières."
"Ne contristez pas votre Ange gardien. Demandez beaucoup ! Demandez pour la conversion des pécheurs, pour la paix dans le monde, pour vos familles, pour vos voisins, pour ceux qui se recommandent à vos prières. Demandez, demandez pour beaucoup de choses mais pas seulement pour vous-mêmes, mais aussi pour tous les autres. Rappelez-vous que l'offrande qui plaît le plus au Seigneur est celle où vous vous offrez comme holocauste pour que Jésus puisse, lors de sa descente, vous transformer par ses propres mérites. Qu'avez-vous à offrir au Père par vous-mêmes ? Néant et péché. Mais l'offrande de soi-même unie aux mérites de Jésus, voilà l'offrande qui plaît au Père."
La vision de cette procession était d'une telle beauté qu'il me serait difficile de la comparer à quel qu’autre chose. Toutes ces créatures
célestes se courbant devant l'autel, les unes déposant leurs offrandes sur le plancher, d'autres se prosternant à genoux avec leur front touchant presque le plancher. Et dès qu'ils arrivaient à l'Autel, ils disparaissaient de ma vue.
La même Catalina Rivas rapporte la prière que la S. Vierge lui a enseigné comme adaptée à l'offertoire :
Seigneur, je T'offre tout ce que je suis, tout ce que j'ai et tout ce que je peux. Je remets tout entre Tes mains. Construis-le, Seigneur, avec le rien que je suis. Par les mérites de ton Fils, transforme-moi, Dieu Tout-Puissant. J'intercède auprès de Toi pour ma famille, pour mes bienfaiteurs, pour chaque membre de ton Apostolat, pour tous ceux qui se battent contre nous, pour tous ceux qui se recommandent à mes prières. Apprends-moi à avoir un coeur accueillant pour eux, pour que leur marche soit moins pénible.
D'autres prières d'une facture similaire peuvent être trouvées et constituent une aide appréciable pour une véritable participatio actuosa pendant cette partie de la messe.
Monsieur l’Abbé Louis Gilles de La Hogue (1740-1827) a écrit :Père infiniment Saint, Dieu Tout Puissant et Éternel, quelque indigne que je sois de paraître devant Vous, j'ose Vous présenter cette Hostie par les mains du Prêtre, avec l'intention qu'a eue Jésus-Christ mon Sauveur lorsqu'Il institua ce Sacrifice, et qu'Il a encore au moment où Il s'immole ici pour moi. Je Vous L'offre pour reconnaître Votre souverain Domaine sur moi et sur toutes les créatures. Je Vous L'offre pour l'expiation de mes péchés, et en action de grâces de tous les Bienfaits dont Vous m'avez comblé. Je Vous L'offre enfin, mon Dieu, cet Auguste Sacrifice, afin d'obtenir de Votre infinie Bonté pour moi, pour mes parents, pour mes bienfaiteurs, mes amis et mes ennemis, ces Grâces précieuses du Salut qui ne peuvent être accordées à un pécheur qu'en vue des Mérites de Celui qui est le Juste par excellence, et qui s'est fait Victime de Propitiation pour tous. Mais, en Vous offrant cette adorable Victime, je Vous recommande, ô mon Dieu, toute l'Église Catholique, notre Saint Père le Pape, notre Évêque, tous les Pasteurs des âmes, nos supérieurs spirituels et temporels, et tous les peuples qui croient en Vous. Souvenez-Vous aussi, Seigneur, des fidèles trépassés, et, en considération des Mérites de votre Fils, donnez-leur un lieu de rafraîchissement, de Lumière et de Paix. N'oubliez pas, mon Dieu, Vos ennemis et les miens ; ayez pitié de tous les infidèles, des hérétiques et de tous les pécheurs. Comblez de Bénédictions ceux qui me persécutent, et pardonnez-moi mes péchés, comme je leur pardonne tout le mal qu'ils me font ou qu'ils voudraient me faire.
Monsieur l’Abbé Joseph Reynaud (1802-1881) a écrit :Recevez, ô Père Saint, Dieu Tout-Puissant et Éternel, cette Hostie sans tache que je Vous offre conjointement avec le Prêtre, pour reconnaitre Votre souverain Domaine sur toutes les créatures, pour satisfaire à votre Justice, pour Vous remercier de vos Bienfaits et pour en obtenir de nouveaux ; car le Sacrifice de la Messe est tout à la fois un Sacrifice latreutique, expiatoire, eucharistique et impétratoire. En y assistant avec piété, je veux remplir les quatre principaux devoirs d’une créature raisonnable à l'égard de son Créateur. Formé à votre Image et à votre Ressemblance, je Vous prie de me rendre participant de la nature de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a daigné se revêtir de notre humanité. Faites que je devienne de plus en plus agréable à Vos yeux et que je croisse en grâce et en sagesse devant Vous et devant les hommes. Je m’abaisse profondément et j'adore avec une religieuse frayeur votre Majesté souveraine. Contrit et humilié à la vue de mes fautes, je sollicite avec larmes un Pardon que je n’ai pas su mériter. Jusqu'ici je n’ai été qu'un ingrat ; vos Bienfaits m’ont trouvé insensible ; j'ai méconnu la Main qui me Les distribuait avec tant de libéralité, et je n'y ai répondu que par des crimes sans nombre. Aujourd'hui il faut que j'acquitte la grande dette d’une reconnaissance tardive. Loué, béni, aimé, adoré soit à jamais l'Auteur et le Conservateur de ma vie, le Père nourricier de mon corps et de mon âme ! A Vous, Seigneur, Gloire et Bénédiction dans tous les siècles des siècles. Ouvrez encore Votre main bienfaisante et n’ayez aucun égard à mon ingratitude passée. Que l'étendue de mes besoins, et non le mérite de mes œuvres, soit la mesure de vos Largesses.
On peut remarquer, c'est plus explicite dans les deux prières ci-dessus, que l'on retrouve les quatre finalités du sacrifice, à savoir latreutique, eucharistique, satisfactoire et impétratoire, ce qui dessine le canevas de la prière revenant au baptisé assistant à la messe.

+
MOTUS IN FINE VELOCITOR

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités